Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Royaume d'Eïlynster :: Plaines, et routes
MessageSujet: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Dim 22 Juil - 16:08
Fin Octobre 1999

Il faisait relativement bon, quoiqu'un peu frisquet. En même temps, c'était un peu normal en cette saison, même si le ciel nocturne était parfaitement dégagé et que la journée avait été parfaitement ensoleillée. La lune et les étoiles qui parsemaient la voûte se réfléchissaient sur la surface calme et plane d'un petit lac, qui se trouvait un peu aux abords d'une forêt. Un homme venait d'arriver sur une de ses berges granuleuses, le contemplant.

*Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas remis les pieds ici.... *

Le petit lac que l'homme observait n'avait rien d'exceptionnel. C'était une étendue d'eau classique, alimentée par une petite rivière un peu plus haut. Un truc courant au sein du territoire quoi, mais pas pour le visiteur nocturne. C'était un lac qui avait aidé notre visiteur nocturne à faire son épreuve, pour marquer son entrée dans la vie d'adulte, comme le faisait tout jeune Eïlynsterien. Artane l'avait trouvé pendant ses premiers jours d'épreuve et avait passé un bon moment sur ces lieux, assuré d'avoir de l'eau à profusion, du bois pour se chauffer avec le bois proche et de la nourriture accessible pour peu qu'on passait du temps à la chasser ou à la cueillir. Un léger sourire nostalgique vint aux lèvres de l'observateur de ses lieux. Au moins, il pourrait avoir la paix durant plusieurs jours, le temps de se remettre à un peu d'exercice. La nage était l'activité idéale dans son cas.

Il n'avait pas perdu de temps à retirer ses effets, ne gardant que le pantalon, son couteau à la ceinture ; on n'était jamais trop prudent, même dans un lieu familier. Le reste, il le camoufla dans un petit bosquet. Puis, il s'approcha de l'eau, frémit à son contact froid, se mouilla un peu le torse et les et plongea directement dans les eaux limpides.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Dim 22 Juil - 23:50
Fin octobre 1999 de l'ère d'acier - Eïlynster.

Ce fut en ce début après-midi d'automne que notre Chasseur reçu une visite pour le moins inattendu, mais pas inhabituelle. Earwen, l'elfe, espionne du feu StolenMarkest venue défier encore une fois Arkos. Un défi dont elle a passé la matinée à mettre au point visiblement et c'est pressée de le voir essayé de le déjouer et excitée comme une enfant le jour de son anniversaire qu'elle venait le soumettre à Arkos au grand damne de la Dryade qui appréciait assez peu l'elfe frivole et appréciait encore moins de la voir tourner autour de son époux. Earwen est pourtant simplement une amie de longue date du Rôdeur et les petits défis de ce genre sont quelque peu monnaie courante.

Maniant le pistage et la discrétion avec brio, la jeune créature elfique avait tendance à régulièrement défier ou être défié par notre chasseur sur ces deux points où ils excellaient particulièrement tout les deux. Pour ce petit défi qu'elle lui avait préparé, il semblerait qu'Arkos doive mettre son intelligence et sa perception à rude épreuve, mais aussi sa discrétion, car la nouvelle règle est qu'il ne doit pas être repéré une seule fois par les tours de guets. Cela promet d'être un bon entraînement en somme et un défi amusant de surcroît. Une seconde règle était aussi présente et elle corsait réellement le jeu. Arkos devait retrouver ce qu'Earwen avait caché, et cela, avant minuit, chose difficile, car elle ne laissait que deux heures pour tout boucler.

Ce défi avait un prix, un cadeau dont il ignore la nature, mais dont la jeune elfe est sure qu'il l'adorera. C'est sur également que la Dryade va beaucoup moins aimer visiblement. Arkos espère que ce n'est rien de tordu, surtout connaissant cette jeune elfe-là. Il est, après tout un homme marié et très fidèle et ce genre de cadeau, même refusé peut être signe d'une dispute au volume sonore très élevé. D'autant plus que la Dryade se fera un plaisir de tailler les oreilles de l'elfe encore plus en pointe et le Rôdeur n'aura pas vraiment d'arguments pour l'en empêcher.

Le défi d'Earwen était simple sur le papier. Dans la forêt où ils vivent, la jeune elfe a caché un objet. L'objet est simple et facilement identifiable. Il s'agit d'une statuette de bois. Facilement reconnaissable mais difficilement localisable dans une forêt pour le coup. Earwen se serait amusée à créer toute une piste qui mettra les talents de pisteur du Rôdeur à rude épreuve. Des indices clairsemés qu'elle lui a laissé lorsqu'elle a exposé son défi, il semblerait qu'il ait besoin de son arc et d'un talent nageur pour la récupérer.

Les routes et forets d'Eïlynster sont relativement sure et très bien entretenus. Les dangers y sont moindre, même de nuit et les tours de guets veillent aux grains, visualisant tout le territoire. En somme, le risque était réduit et Arkos n'est pas un homme sans défense. Le défi fut donc relevé et promettait d'être amusant. Cette soirée de début d'automne est charmante et la forêt était éclairée par une belle lune figée dans un soleil sans nuages. La vue ainsi aidée par l'astre lunaire, notre homme commença son jeu de piste dans une forêt fraîche bercée par une nuit calme et claire. Comme promis, les pistes commençaient dès la sortie de la maison. Des traces de pas et des branches pliées indiquaient un chemin tout tracé. Le chemin était parfois quasi-invisible et le Rôdeur ne dut qu'a sa chance de pouvoir le suivre, mais celui-ci devenait de temps en temps bien trop tracé et menait directement devant les points les plus visibles des tours de guet environnantes. L'idéal pour se faire repérer, joli piège bien étudié.

Ce fut au bout d'une heure et demi que notre Rôdeur se rendit compte que le chemin menait vers un petit lac. Charmant lac de taille modeste et proche de la forêt. Un lac calme dont le reflet du ciel lunaire pouvait se voir sans la moindre variation de son reflet, sans la moindre vague. Au bout de la piste que notre chasseur suivait se trouvait une flèche. Simple flèche droite et bien taillée. Elle n'était pas simplement posée sur le sol, mais bien positionnée et dont la pointe était soutenue par quelques bâtons et cailloux prit aux environs. Arkos dut donc s'allonger à même le sol pour voir ou pointait la flèche.

La statuette est discrètement attachée au-dessus du lac, posé sur une branche d'un arbre poussant sur le rivage et tenue par une simple petite cordelette blanche et bien visible sous cette lune si claire. Couper la corde à l'arc pourrait la faire tomber dans le lac et la statuette composée de bois flottera forcement. Le tir ne sera pas facile, mais Arkos est doué avec son arme. Ce genre de chose devrait être faisable. Toujours discrètement allongé sur le sol, notre homme constate qu'il n'est pas seul. Un autre homme se tient sur les rebords du lac en question, regardant l'eau calme et sombre de celui-ci.

Cet homme semble avoir la même carrure que notre chasseur, à quelques détails prêts. Pourvu de cheveux long, bien que brun et non-roux foncé, ainsi qu'une pilosité faciale assez similaire également. Le teint de peau de cet étranger était radicalement opposé à celui d'Arkos en revanche, plutôt mat contre une pâleur à faire peur. Autre similarité : les cicatrices, le corps de cet homme en semble clairsemés également. Qui est donc cet homme ? Le dernier point du défi d'Earwen ? Une sentinelle en plein dans le lac, juste en dessous de la statuette de bois ? Est-ce qu'Arkos doit également ne pas être vu de lui ou est-ce qu'il n'est là que part un pur hasard et ne doit pas être pris en compte dans leurs jeux.

Le Rôdeur réfléchit un temps et va tenter sa chance en décrochant la statuette le discrètement possible. Se cachant dans les fourets et se voulant discret pendant la baignade nocturne de cet inconnu Arkos encoche son arc et prépare sa flèche. Le trait tiré est similaire au trait habituellement tiré par tout les arcs, silencieux et rapide. Cependant, le bruit heurtant la statuette de bois et coupant sa cordelette blanche est audible pour nos deux compères. Le bruit de la statuette de bois plongeant dans l'eau pas trop loin de l'inconnu nommé Artane est également peu discret et il n'y a aucune chance pour qu'il ne la voie pas et ne l'entende pas tomber. De sa réaction dépendra la réaction du Rôdeur embusqué. S'il n'est pas surpris par la chute soudaine d'une statuette en bois et est au courant de sa position, c'est qu'il fait parti du défi imposé par cette jeune elfette.

Au vu de la réaction de notre homme, il était peu probable qu'il ne fasse parti de leur jeu aussi le rôdeur sorti de sa cachette et demanda au combattant l'ayant repéré d'un air le plus gentil possible pendant qu'il rangeait calmement son arc. Un Eïlynsterien ne devrait pas trop être choqué par une arme d'autant plus qu'il en porte lui aussi sur sa tenue pourtant très légère. En même temps, il est fortement déconseillé de nager dans un lac recouvert d'une armure de plates.

"Salut, elle est toujours bonne même en automne ? Heuu, je peux avoir ma statuette ?"

Une question simple et simplement posée. Après tout la statuette est le symbole de la récompense qu'il vient de gagner et n'a aucune importance pour ce curieux inconnu et elle est le symbole de sa réussite pour ce petit défi amical. De plus, cela serait l'occasion de discuter avec curieux personnage amateur de bains de minuit.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Lun 23 Juil - 15:38
Artane était sous l'eau, se laissant glisser par la vitesse donnée par ses gestes de nage. Il était loin de e douter, pour l'instant, qu'il y avait du monde à la surface. Puis, il s'accrocha de ses deux mains à un rocher bien ancré dans le sable du fond. Là, il ferma les yeux et prit le temps de savourer le silence aquatique qui l'entourait. Il n'y avait rien, tout était comme figé dans les bruits. Et pourtant, la vie était bien là, mais n'avaient pas besoin de s'exprimer pour montrer qu'elle existait. La simplicité de vie était là la seule exigence, tout en respectant les lois de la nature. Artane avait conscience qu'il en faisait partie, car il était un intrus terrestre, venu envahir brièvement ce monde d'eau et d'obscurité. La nature saura le rappeler à l'odeur par le simple passage du temps. Mais pour le moment, l'humain, toujours accroché à son rocher, se laissait flotter. Il avait oublié à quel point ce genre de solitude pouvait faire du bien au corps et à l'âme...

A condition qu'on ne vienne pas le briser.

Un étrange plouf, indiquant la chute d'un objet assez dense à la surface obligea l'humain à ouvrir les yeux. Il tendit sa tête vers la surface, sourcillant. Il y avait quelqu'un là-haut ? Les ténèbres liquides ne lui permettaient pas de savoir la nature de l'objet tombé ou jeté dans l'eau. Cherchait-on à attirer son attention ? Il se détacha de son point d'ancrage naturel et entreprit de remonter. Il décida de faire surface, ne connaissant pas la nature du danger. Chose certaine était qu'il n'allait pas rester sous la surface et se laisser noyer par ce manque d'informations.

Il se rapprocha assez de la berge pour sortir tout en ayant pied et il fit surface, assez brutalement. Il avait déjà en main et cela ne se voyait pas car sous l'eau, son couteau en main. Autant rester prudent. déjà il fouilla les parages, cherchant l'origine du bruit et éventuellement celui ou celle qui l'avait provoqué. et il trouva l'origine.

*C'est quoi ce bidule ? *

Une statuette de bois ? Il venait d'être dérangé par une fichue statuette de bois ! Si c'était une farce, elle était ridicule. Et dire qu'il pensait son lac bien assez isolé pour avoir la paix. Il sourcillait et commença à se rapprocher prudemment de l'objet flottant quand une silhouette attira immédiatement son attention. Il se tourna vivement vers elle et serra dans sa main la poignée de son arme. Il voyait un homme s'approcher sereinement du bord de l'eau, terminant de remballer son arc. Cet inconnu avait-il cherché à le prendre pour cible ? Artane devait demeurer prudent.

La question qui vint à ses oreilles par la suite provoqua le lever d'un sourcil circonspect. Sur qui donc était-il tombé là ?

''C'est ta statuette ce machin en bois là ? Dis moi, c'est une blague là ? Qui es-tu d'abord ? Je ne m'attendais pas à avoir de la visite cette nuit et encore moins de découvrir un homme armé d'un arc, qui certes est rangé désormais, mais qui était armé. J'aimerais bien des explications avant de décider ou non de te rendre cette statuette. ''
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mar 24 Juil - 14:32
Un levé de sourcil pour le moins circonspect vient accueillir le Rôdeur en guise de première réponse. LA seconde fut audible, mais pas pour autant moins précautionneux. Le grand brun aux cheveux et mouillés venait de répondre une longue tirade exposant le coté douteux de la requête de notre chasseur précédée de deux questions pour le moins étonnées vis-à-vis de la requête en question.

Arkos s'assied en tailleur pour écouter l'homme mouillé se tenant de profil devant lui, cachant un bras sans doute armé. Celui-ci est encore dans l'eau entre notre aventurier et le butin de bois convoité par celui-ci. Souriant, comme à son habitude, Arkos finit par répondre avec sa bonhomie naturelle aux questions et craintes plutôt bien fondées de l'homme mouillé.

"Ah, une blague. En quelque sorte oui. C'est une blague dont tu n'es pas le destinataire. Elle est plutôt orientée contre moi."

Reprenant son souffle et changeant de ton pour se vouloir moins amuser et plus dans l'explication. Notre homme reprit de plus belle, essayant d'être plus clair que cette vague phrase pouvant encore plus porter à suspicion.

"Il ne s'agit que d'un jeu entre moi et une amie proche, une espèce d'entraînement sous la forme d'un défi. Elle avait caché cette statuette dans la forêt et je devais suivre sa piste et retrouver et récupérer celle-ci avant minuit sans me faire repérer par les tours de guets... Il est bientôt minuit et j'ai retrouvé et délogé la statuette, mais je ne gagnerais pas tant que je ne l'aurais pas dans la main."
Se relevant et s'approchant calmement de l'homme mouillé, Arkos arrêta ses pas à moins d'un mètre de lui et lui tendis amicalement la main. Souriant vers l'inconnu, l'aventurier lui lança une dernière phrase du même ton jovial le caractérisant.

" Mon nom est Arkos, enchanté. Et pour être franc, je ne m'attendais pas non plus à tomber sur un homme armé à cette heure de la nuit et dans cet endroit isolé.

Une fois les présentations faites, le Rôdeur encore sec montra du doigt la statuette en bois flottant assez proche de l'aventurier mouillé avant de rajouter une paire de mots sur un ton interrogatif.

"Puis-je ?"
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mer 25 Juil - 14:18
Non, mais le gars était-il réellement sérieux en répondant réellement à ses questions ? Non, il était sérieux ! Le ton paraissait juste et il était tellement instantané. Il lorgna alors la statuette. Donc, c'était une farce ce machin flottant ? On venait l'enquiquiner pour une farce ? Il avait de quoi bien râler et injurier le responsable de ce jeu de piste de gamin. Jeu de gamine même, aux dires du gugusse. Une femme qui le poussait à ce genre d'activité ? Et bien, il devait être transi d'amour pour elle le pauvre hère.

''Drôle de blague que voilà ! TA donzelle doit s'ennuyer ferme pour te faire partir sur une quête aussi.... peu utile. Et qui plus est, me dérange dans mon désir de baignade solitaire. "

L'inconnu s'était rapproché, tout nonchalant et sans le moindre geste hostile. Il se présenta même. Le nom ne lui disait rien. Même si l'homme encore trempé sourcillait de manière circonspect, il sortit sa lame hors de l'eau pour la ranger à la ceinture. Il restait néanmoins prudent.

''Il faut bien quand on est loin des lieux civilisés. On n'est pas à l'abri d'un brigand ou d'un être malveillant. Mais tu as de la chance, j'ai décidé que tu n'étais pas de ces deux cas. Quand à cette statuette, puisque le jeu que tu suis est de la trouver et de la prendre... de tes propres mains, tu peux la prendre oui. Moi, je m'en retourne à ma baignade, si cela te dérange pas. ''

Ben oui, il n'allait pas lui tendre, sinon l'autre tricherait non ? Après tout, autant rester droit jusqu'au bout dans son jeu. Et donc, sur ces derniers mots, Artane recula un peu, pour se laisser aller dans l'eau et prit plaisir à faire la planche, se laissant doucement emporter par les ondes, tout en contemplant les étoiles. Forcément, la statuette n'irait pas rejoindre de son propre chef le bord du rivage, là où se tenait celui qui la convoitait. Il allait devoir se mouiller les chausses !
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mer 25 Juil - 16:22
Visiblement, l'homme mouillé semblait énervé, et cela, était pour le moins facile a remarquer puisqu'il sèche a vu d'œil. Ce même homme fulminant répondit d'une manière assez sèche selon l'avis du Rôdeur qui en leva un sourcil avant de répondre tout aussi sèchement. Du moins au début de sa phrase. Le ton de celle-ci s'adoucit au fur et à mesure que la phrase avançait cependant, finissant même dans l'explicatif sur la fin de celle-ci.

" En même temps, si tu veux te baigner peinard, ne te baigne pas devant chez les autres... M'enfin, bref. Juste pour information ce n'est pas mon épouse. C'est juste une collègue de travail avec qui je m'entraîne assez régulièrement sur le pistage et la furtivité. "

L'homme encore mouillé rangeait son arme que le Rôdeur n'avait pas encore vue et lança une seconde tirade à notre aventurier pas encore mouillé qui indiquait qu'il allait devoir malheureusement et bien malgré lui changer d'état sur ce dernier point. Ce fut donc ainsi que, grommelant, notre homme pour le moment sec devait se dessaper un minimum dans le froid ambiant pour ne pas mouiller complètement son équipement. L'eau était froide, et bien comme il faut avec ça. Il faut dire que, en pleine nuit en plein octobre, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il fasse super chaud. Notre Rôdeur partiellement déshabillé commençait donc à se mouiller la nuque et le reste de la peau avant de s'immerger non, bien sur, sans fortement pester sur la température de l'eau.

" - Putain, mais qu'elle est froide. Elle me le payera en rentrant celle-là !"

Quelques brasses glacées et notre homme pestant toujours autant arriva enfin à hauteur de la statuette tant convoitée. La position des étoiles dans le ciel indiquait encore une nuit jeune et minuit n'était pas encore passé. Certes, il n'en était pas loin, mais cela faisait parti du jeu aussi. Partie terminée et remportée par le Rôdeur mouillé... Qui vient de réaliser qu'il n'avait rien pour se sécher. Un instant de solitude plus tard et notre homme regardait son compagnon d'infortune faire la planche sur la surface paisible du lac non loin de lui. Visiblement occupé, à regarder les étoiles, cet homme attisait la curiosité du Rôdeur qui ne tardait pas a le cuisiner légèrement sur sa motivation à se baigner dans cette eau trop fraîche à son goût.

- Dis-moi. En dehors de l'envie évidente de choper au moins une pneumonie, qu'est ce qui t'emmènes dans un lac, aux abords d'une forêt, en pleine nuit d'automne ? Tu connais déjà ma raison d'être ici après tout... Et mon nom aussi d'ailleurs maintenant que j'y pense.

Tant qu'a accompagner un temps cet inconnu dans cette baignade que notre homme voulait éviter, autant un peu discuter. Ils pourraient faire connaissance, après tout la partie de pistage ne se termine qu'a minuit et une présence impromptue risque forcement de faire son apparition.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mer 25 Juil - 18:47
Artane manqua de couler tellement la réplique de l'autre le surprit et retentissait de sarcasmes. Il se redressa un peu, le fusillant du regard, pendant qu'il s'aidait de ses bras pour rester à la surface, le temps de répondre à son tour :

''Ah.... je vois... Mais cela n'empêche pas que tu réponds au désir d'une femme pour je ne sais quelle histoire et excuse moi, mais poru s'entraîner pour le pistage et la furtivité, rien ne vaut des proies vivantes. A moins que tu ne débutes dans le domaine, là je comprendrais. Et ensuite, OUI, je veux me baigner peinard et c'est toi qui es apparu par la suite ! J'étais là le premier ! ''

Qu'est ce qui prouvait que l'autre était là avant lui d'ailleurs ? Et quand bien le dénommé Arkos avait été là avant, il n'aurait du se manifester bien avant ! Et heureusement, Arkos entreprit d'aller récupérer son bien recherché. En l'entendant pester, Artane ne put s'empêcher de ricaner.

''Quoi, t'as peur de faire trempette parce qu'elle est froide ? Chochotte ! ''

Si le gaillard était un Estien, il ne devrait même pas se plaindre. Mais qui sait....Puis quand le nouveau venu réussit à entrer dans l'eau et à récupérer la statuette, il se permit de faire la conversation. Artane soupira intérieurement et cessa de faire la planche. Quitte à se baigner, autant prendre un peu sur lui et accepter la présence d'Arkos. Il ne pouvait pas éternellement vivre ceux de son propre peuple éternellement non plus.

''J'avais juste envie de me baigner et un peu loin du monde remuant de la capitaine. Et attraper une pneumonie ? Ahahaha, elle est bien bonne celle là. T'es pas un Eïlynsterien toi, pour dire cela hein ? Le froid tue les microbes et il me faut plus qu'une eau froide de fin d'automne pour tomber malade. Ensuite, je suis Artane, et entre nous.... c'est quoi l'intérêt de répondre aux désirs d'une femme qui te fait faire n'importe quoi ? ''
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Jeu 26 Juil - 12:03
Nos deux baigneurs conversaient dans cette eau glacée. Contrairement à la température corporelle de nos deux comparses, la discussion était plutôt chaude, animé même. Non pas qu'ils s'entendaient, mais plutôt qu'ils ne s'entendaient pas vraiment. Notre Rôdeur mouillé et tenant sa statuette dans sa main répondait ainsi à ce qu'il identifiait à de la mauvaise foi sur un ton très Eïlynsterien.

Arkos : C'est sûr qu'une statuette en bois et immobile cachée sur du bois dans un endroit bien discret, c'est tellement plus facile a repérer qu'un cerf ou un sanglier bruyant et puant qui va détaler à ton approche. Pareil, la vigilance et la portée de la vision du cerf est tellement plus grande que celle de nos tours de guets...

De l'ironie, du sarcasme, filtrait clairement dans la voix de notre compagnon qui pensait que, pour sortir telle sornette, il fallait vraiment que ce nageur nocturne n'y connaisse rien dans ces deux domaines. D'ailleurs, notre Rôdeur ne put s'empêcher d'en faire la remarque pendant qu'il amorçait son demi-tour pour rejoindre le rivage.

Arkos : Je relève ses défis, car ils m'amusent et sont, en général, de vrai défis qui apportent un plus à ma progression. Tout comme elle relève les défis que je lui prépare et qui l'aident aussi a progresser. Je te proposerais bien de te montrer ce qu'il en retourne habituellement, mais tu serais perdu au bout de deux minutes. Sinon on reparlera des bienfait du froid sur le cor une fois que ta pneumonie t'aura...
Earwen : Alors les garçons, on fait trempette ? Arkos, c'est qui ton un nouveau copain ?

Et voici notre troisième protagoniste, qui débarque, sèche et proche du rivage en regardant les deux comparses se baigner avec pas mal d'amusement dans la voix. Earwen, notre espionne et elfette au combien espiègle, était sur le rivage du lac, juste a coté du buisson ou Artane avait caché ses affaires. Notre Rôdeur montra la statuette qu'il tenait dans la main à la jeune elfette, non sans une certaine joie dans la voix.

Arkos : Lui, c'est Artane. Et j'ai trouvé la statuette, elle était plutôt facile celle-ci.
Earwen : Je voulais qu'elle te soit facile sinon je n'aurais pas pu te donner ta récompense. À Propos, ta récompense t'attend chez-toi.

La jeune elfette avait dit ça d'une voix quelque peu.. Suave en baissant la tête un peu comme-ci elle rougissait. Comportement aux antipodes de sa nature et de son caractère, ça cache forcément quelque chose qui titille la curiosité du Rôdeur. Le souci, ou l'avantage, quand une espionne au regard affuté baisse la tête, c'est qu'elle repère assez facilement ce qui traîne dans son champ de vision. C'est ainsi qu'Earwen repéra les affaires d'Artane sagement cachées dans le buisson, mais c'est aussi ainsi que notre espiègle petite espionne crue qu'elles appartenaient à Arkos. Un grand sourire sur le visage et un regard des plus malicieux à l'idée de cette petite blague téléphonée se dessinent sur le visage d'Earwen qui plonge sa main dans le buisson pour en saisir les habits dissimulés. Voici que celle-ci et détale en courant avec le contenu du buisson et non sans en rire gaiement et lancer une phrase digne d'une enfant en partant.

Earwen : Arkos, il va rentrer tout nuuuuuuuuuu.

Le rôdeur regagnait le rivage, ricanant en regardant Artane. Du moins ricanant au début parce qu'il ne put se contenir bien longtemps avant de finir en fou-rire. Encore une blague qui tourne mal et qui a le mérite d'être drôle. Une fois sur le rivage et prenant ses propres affaires, Arkos lança d'un air amusé à Artane, utilisant sa cape pour se sécher avant de se rhabiller complètement.

Arkos : Rho allé, fait pas la gueule. C'est juste une blague et après tout, on sait ou elle vas. Suis-moi, on va récupérer tes affaires... Et te filer de quoi te sécher. Ce n'est pas loin..

Une petite marche nocturne à travers les bois allait s'annoncer. Dans le genre amusant sans doute, du moins pour un des deux marcheurs nocturne.

Arwen en grand format:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mar 31 Juil - 11:53
Artane se préparait à répliquer de façon très moqueuse quand la jeune femme évoquée dans la conversation fit réellement son apparition. Il manqua de rester bouchée bée, car les Elfes, même d'un certain âge, conservaient une beauté qui coupait toujours le souffle. Mais il cessa vite de jouer les poissons hors de l'eau quand il la vit se rapprocher de sa cachette. Elle n'allait pas... et si ! Elle fouillait dedans !

''Hé !

Il se fichait totalement de l'histoire de la statuette, qui ne le regardait pas depuis le début. Il se fichait d'Arkos et de ses répliques sarcastiques de toute à l'heure. Là, il était en train de voir une Elfe en train de prendre ses affaires personnelles et se barrer avec, tout en s'en amusant. Et elle allait faire croire qu'elle pensait que c'était à l'autre prétentieux là ? Artane avait commencé à se rapprocher de la berge d'ailleurs, l'air furieux ! Les choses n'allaient pas se passer comme cela et l'autre qui en rajoutait une couche maintenant !

''Je n'aurai pas besoin de me sécher ! Si tu es une petite nature, libre à toi de prendre le temps de plus avoir froid, mais ton elfette va passer un sale quart d'heure ! On ne se moque pas d'un officier de l'armée comme moi ! Au passage, tes prétendus talents ne l'ont pas empêché d'approcher et de prendre MES affaires ! ''

Il avait rejoint sa cache et fut soulager de voir qu'il y avait toujours Dent Tranchante et son mousquet. Il n'aurait, mais absolument pas apprécié de se faire piquer ses armes ! Surtout ses armes fidèles de toujours ! Il ceignit ses armes avec la ceinture qu'il avait laissée heureusement accrochée avec. Puis il lorgna, toujours furax l'entrée des bois. Une Elfe n'allait pas être facile à pister, surtout celle-là. Mais avant de partir, il jeta un regard glacial à l'autre fanfaron.

''Quand tu auras traversé le marais pour échapper aux Teïderiens et cela, tout seul, là on pourra en reparler. Maintenant, va jouer les frileux ! ''

et il partit donc à la recherche de l'autre voleuse d'elfette, pénétrant dans le sous-bois ténébreux.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Mer 1 Aoû - 1:17
Notre Rôdeur se trouvait sur la berge, sec et habillé avec sa bonhomie et sa bonne humeur habituelle. Pour être précis Arkos, se trouvait actuellement entre la berge et le reste des affaires de celui ce faisant appeler Artane. Le sourire de notre homme tombait lorsque celui-ci menaça son amie de représailles musclées pour une blague stupide et ce fut avec des yeux pour le moins rempli de colère qu'Arkos regardait cet individu passer devant lui pour récupérer ses frusques. Tandis qu'il se munissait de ses affaires restantes, notre homme lui répondis d'un air agressif.

Arkos : Mes prétendus talents ne sont pas à TON service, mon grand. Et d'officier à officier, on n'use pas de son grade pour se montrer arrogant ou imbu de soi-même avec des répliques du style "On ne se moque pas d'un officier de l'armée comme moi"... Comme s'il était plus autorisé de se moquer des officiers de l'armé pas comme toi. De plus, n'importe quel officier conscient de son rôle sait qu'il faut être résistant, mais volontairement chercher la douleur pour rouler des mécaniques est juste de l'inconscience et non une preuve de force de corps ou d'esprit et ça t'attire plus le ridicule que l'admiration.
-

Ce fut ainsi que, passant à côté du fanfaron voulant se donner une importance qu'il n'a ni aux yeux de l'elfette ni à ceux du Rôdeur, celui-ci répliqua à sa dernière pique. Regard de travers et air méprisant assorti au discours que notre prétendu frileux allait lui servir.

Arkos : Quand tu auras fait la moitié de ce que j'ai fais dans les Duchés du Sud, tu seras autorisé à essayer de prouver qui a la plus grosse. En attendant, arrête ton stupide concours de bite et suis moi que je t'emmène à tes affaires.

Tandis qu'il prend la tête sur la route, le Rôdeur ajoute finalement, mettant tout ses sens en éveil pour surveiller l'idiot à moitié nu derrière lui. Des fois, qu'il aurait soudainement envie d'exécuter un geste de violence inconsidérément stupide avec son mousquet ou son épée contre une personne quelques mètres devant lui et ayant une épée ainsi qu'un arc et des flèches prêtes à servir.

Arkos : Quant à l'elfe, fait attention à son sale quart d'heure. Si tu lui as la mauvaise idée de lui lever la main dessus, je te briserais les genoux bien avant qu'elle n'ai à le faire.

La dernière phrase était lancée sans aucune agressivité. Si les mots n'étaient pas aussi tranchants, on aurait presque cru qu'il lui proposait un coup de main pour quelque chose. Non cette phrase n'avait décidément aucune agressivité dans son intonation. Elle tenait clairement de l'avertissement ou de la promesse que de la menace vu le ton employé. Ce qui n'est guère mieux, au vu la situation. Non, la dernière phrase était lancée sans aucune agressivité tandis qu'Arkos reprenait la marche vers sa maison, se demandant s'il devrait vraiment laisser cet idiot savoir où il habite.


[HRP] Désolé pour le ton agressif du Rp et du personnage. Je fais réagir Arkos selon son background, ses convictions et son caractère. La menace envers ses proches et suffisante chez lui pour le rendre particulièrement agressif étant très très protecteur. Ca ne veut pas dire que je ne t'apprécie pas hein, juste que je joue mon personnage et la réaction logique qu'il aurait dans cette situation.[/HRP]
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Jeu 2 Aoû - 18:33
Oh qu'il l'agaçait.... Il eut envie que d'une chose sur l'instant, soit de lui jeter son poignard dans le bide, soit de lui sauter dessus pour lui faire ravaler sa fierté et son sarcasme. Mais il n'était plus à Teïder. Même si un homme de sa patrie se comportait d'une manière qui l'horripilait, il n'avait pas le droit d'agir de manière totalement personnelle. Il grinça des dents donc et se retint de l'injurier de tous les noms possibles et inimaginables qui lui traversèrent l'esprit, plus encore quand sa possible cible passa devant, pour lui ouvrir la marche. Même de dos, Artane avait envie de lui bondir dessus... Il réfréna cette envie en serrant les poings très forts, au point de se faire mal aux jointures.

*Allez, on se calme. Ce n'est qu'un sale blanc bec amoureux d'une elfe qui sera prêt à se couper en quatre pour elle et répondre à ses moindres caprices*

Mais il n'allait pas garder le silence pour autant.

''Modère tes paroles, blanc-bec ! Ne viens pas causer comme officier alors que tu entres dans la même voie que moi ! Et les Duchés... Veux tu  une médaille pour avoir à t'éloigner d'Eïlynster ? Quand tu auras tué autant que moi de Teïderiens que moi, tu pourras parler de concours de service trois pièces ! Quand à tes menaces, là aussi, fais bien attention à ce que tu diras par la suite. Je n'ai pas demandé à ce qu'on vienne m'enquiquiner durant mes ablutions ! La moindre des choses aurait été de me fichtre la paix ! Et au lieu de cela, c'est moi qui dois subir tes récrimination ? Tout cela pour une elfe  ! ''

Oh qu'il était bête celui-là. Qu'il aille se faire pendre avec cette voleuse tiens !

''Tu as une heure pour me ramener mes affaires au lac ! Ainsi, tu n'auras aucune crainte pour ton amourette elfique comme tu n'auras pas l'opportunité de me casser les rotules. Car en contrepartie, cela aurait été autre chose que tu aurais perdu et de ce, de manière définitive. ''

Il s'en retourna alors vers le lac. L'eau froide allait lui calmer les nerfs mis à vif par cet imbécile.

*Je n'ai rien demandé, sinon d'avoir la paix et avec ça, me voilà en mode boule de nerf ! Je suis servi ! *

C'est là qu'il se rendait compte qu'il était loin de s'être remis nerveusement de sa captivité. Mais autant laisser ce jeune homme lui ramener ses affaires, cela lui fera les pieds ! Et il avait intérêt à le faire.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Sam 4 Aoû - 12:17
Et voilà que c'était repartit. L'idiot mouillé se remettait à se venter et à menacer en se pensant supérieur alors qu'il risquait de prendre une flèche dans les fesses et ne plus pouvoir s'asseoir pendant un bon moment dès la seconde où il dépassera les bornes et tentera une agression. Cet homme pour le moins azimuté semble perdre patiente au point de foirer ses phrases et répéter des "que moi" en boucle lorsqu'il voit que sa tentative de domination échouer visiblement. Dommage pour lui car Arkos n'est pas du genre à accepter ce genre de comportement désagréable peu importe d'où il vient. Ce fut une réponse lassée qui sortit de sa bouche, car visiblement, l'énergumène ne comprenait pas qu'il pouvait s'égosiller autant qu'il le souhaitait, car, tant qu'il ne changera pas ses manières, il parlera pour rien.

Arkos : Blablabla, encore un concours de bite qui ne m'intéresse pas. Je n'ai pas ce besoin irrépressible de me rassurer en prouvant à un inconnu que j'ai le plus gros tableau de chasse.

Et voilà qu'il donne des ordres et en prime sort des menaces déguisées. Décidément les baigneurs nocturnes, ce n'est plus ce que c'était. À moins que ce soit le froid qui lui monte au cerveau, aller savoir. Le Rôdeur sortait d'un ton rigolard, absolument pas intimidé par cet hurluberlu qui s'en retournait vers le lac, à l'opposé de l'endroit indiqué.

Oui, j'aurais perdu un emmerdeur qui se donne une importance qu'il n'a pas. Et tu viens chercher tes affaires. Je les poserais à la lisière de mon jardin donc soit tu me suis soit tu te démerderas pour les retrouver tout seul.

Non, mais il ne faut pas rêver non plus ! Arkos partait chercher les affaires de ce curieux énergumène. Il les aurait bien jetés au feu, mais celui-ci n'est pas un voleur, et cela, refléterait d'une mentalité qui n'est pas la sienne. Sans jeu de pistage ou de tentative de passer, inaperçu par les tours de guets, notre homme en aurait pour un grand maximum de quinze minutes en marchant lentement pour atteindre la lisière de son domicile et un grand maximum de cinq minutes pour récupérer les affaires promises et les poser bien en vue sur une branche à la lisière de chez lui. À ce niveau que le, oh combien, désagréable nageur nocturne le suivre ou non, il n'en à guère cure.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Lun 13 Aoû - 9:31
Artane terminait de serrer les poings et s'était arrêté bien avant d'avoir les pieds dans l'eau. L'autre serait capable de lui pourrir ses affaires. Et quand bien il accepterait de les lui ramener. Mais après avoir entendu ses dires, l'officier commençait à opter pour une autre solution. Il n'allait pas avoir le choix d'aller les récupérer lui même et voir pour faire un rapport en rentrant.

*Tu parles d'une soirée ! A croire que je ne tombe que sur des mal lunés ces derniers temps. Bouge pas mon gros, j'arrive. *

Il attendit après avoir tourné la tête que l'autre congénère soit parti dans l'orée de la forêt et là, il entreprit de le suivre. Lui n'était pas un Rôdeur, mais il n'était dépourvu de capacité pour restant plus ou moins furtif. Et puis, il ne doutait pas que l'autre perturbateur de baignade en solitaire ne chercherait pas à jouer les faufileurs discrets. S'il savait réellement que l'autre en avait rien à faire de rester discret.

Le temps de la pseudo filature dura ce qu'elle dura et Artane découvrit le lieu où demeurait l'autre farfelu de mauvais poil.

*A vivre tout seul dans les bois, faut pas s'étonner d'avoir son sale caractère et de se plier en quatre pour répondre aux facéties d'une elfe…. *

Artane aimait lui aussi la solitude, mais pas au point de vivre loin de la civilisation. Il serra les dents et sortit de la lisière, juste à temps pour voir Arkos sortir avec ses affaires. Les deux hommes se faisaient à nouveau face à face, par un simple jeu de synchronisation du hasard. Et quelle situation cocasse que de voir un Rôdeur porter des vêtements comme le ferait une simple lavandière et qui faisait face à un homme torse nu et pieds nus. Et heureusement qu'il faisait sombre, car nul doute qu'Arkos verrait la chair de poule sur la peau de l'autre officier. Mais nul doute qu'il le devinerait.

Artane sentait le froid, mais ne grelottait pas pour autant. C'était une question d''habitude. Enfin… pour un bref temps hein, ce n'était pas comme s'il arrivait à rester insensible durant des heures. Son corps finira bien par le rappeler à l'ordre bien assez tôt.

Donc les deux hommes se faisaient face à face, malgré la distance qui les séparait encore. Et Artane ne put s'empêcher de jouer d'un ton mi sarcastique mi-amusé

''Et bien, j'arrive juste à temps pour récupérer ce qui m'appartient. C'était gentil de ta part de finalement me les amener. C'est même touchant. Mais n'oublie pas une chose, je ne suis pas une elfe.''

Il sous-entendait là ce qu'il avait balancé bien avant au Rôdeur, à savoir le fait de se plier comme un toutou envers sa maîtrise à la volonté de sa petite elfe.

''Et ton jeu de piste pour retrouver ta statuette n'était pas si loin de chez toi en plus… tu parles d'une difficulté. Bon, tu me files mes affaires ? ''
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Sam 18 Aoû - 15:45

Visiblement, le râleur de service suivait le Rôdeur dans sa démarche pour rentrer finalement chez lui, dans sa forêt. Le trajet allait bon train en direction du cœur de celle-ci à un rythme qu'un homme pied nu pourrait facilement suivre. Ne cherchant pas spécialement à être discret, Arkos s'assurait que ce dénommé Artane pourrait le suivre sans trop de soucis. Ce ne fut finalement là que l'affaire de quelques minutes, dix tout au plus, avant que nos deux comparses voient la bâtisse du Rôdeur. Un véritable trou dans la forêt merveilleusement bien aménagé. Tout comme ces jardins environnants, cet endroit particulier avait été bien pensé et peaufiné depuis de nombreuses années.

Il était de coutume chez les habitants solitaires et des peuples forestiers de vivre dans des trous, un peu comme des terriers, construits à flanc de colline, sous un arbre. Les plus pauvres ainsi que les plus riches appliquaient le plus souvent cette coutume, les uns vivant dans des trous au confort rudimentaire avec une ou aucune fenêtre, les autres dans des trous plus luxueux avec de vastes tunnels aux multiples ramifications. Ces derniers étaient appelés smials et possédaient en général des portes et des fenêtres rondes, caractéristiques de l'architecture naturelle des forêts.

Ce fut d'ailleurs un smial que regardait actuellement nos deux hommes, celui du Rôdeur et de sa dulcinée Dryade reconnue comme un membre officiel d'Eïlynster. Ce n'était donc pas un trou immonde, sale et humide, rempli de bouts de vers et de moisissures, ni encore un trou sec, dénudé, sablonneux, sans rien pour s’asseoir ni pour se nourrir. C’était un trou doté d'un certain luxe et d'un certain confort, mais laissez-moi vous décrire cela.

La porte est ronde et de couleur verte avec un bouton de cuivre jaune au centre. On arrive alors dans un vestibule en forme de tunnel, rond, au sol dallé et couvert de tapis. Dans le trou, même, on trouve de nombreux parterres et meubles. En suivant le couloir, qui ne va pas en ligne droite, on trouve de nombreuses portes, car tout est au rez-de-chaussée. Il y a notamment de nombreuses réserves. Les chambres les plus confortables sont celles de gauches, car elles possèdent des fenêtres, qui donnent sur le jardin et la forêt alentour.

Notre homme ouvre la porte ronde et verte et voit instantanément en face de son visage un bébé panthère au pelage noir de jais, et cela, en très très gros plan. Enfin cela pour ne pas dire que l'elfe ne lui enfonçait limite pas la petite boule de poils dans la figure. L'action fut suivie d'une phrase de la jeune femme elfique aux faux airs d'enfant l'ayant suivi tout le long de sa pseudo "épreuve" et enclencha une légère discussion bien qu'un brin sonore.

Earwen : Tiens, il va te réchauffer.... Bah, pourquoi t'es pas tout nu ?
Arkos : C'est pas mes fringues que t'as piquées.
Lilith : DE QUOI ? QU'EST-CE QUE TU FOUTAIS À POIL ?
Aënor : Intéressant !
Lilith : Ta gueule !
Arkos : Pas moi, mon cœur. Earwen a piqué les fringues d'un baigneur en pensant prendre les miennes.
Earwen : Ah merde, Désolé !

Lilith éclate de rire en arrière-fond de cette scène aux sous-entendus de malentendus ambiants tandis qu'Aënor essaie de se faire discret dans son fauteuil. Quant à Earwen, notre elfette se penche sur le côté pour essayer de voir plus précisément la victime involontaire de sa blague qu'elle n'aperçoit pas, tenant toujours la peluche vivante dans les bras. Finalement, le Rôdeur rentre et reprend les affaires ne lui appartenant pas. Elles sont sagement pliées sur le dossier d'une chaise et aurait même pu être nettoyées et repassées si le Rôdeur avait plus tardé. Ce fut ainsi que, parti les habits sous le bras, notre homme accompagné de l'elfe et de la petite boule de poils noirs, se dirigeaient vers la sortie de son jardin en direction de l'homme dénudé pour rendre ces affaires à leur légitime propriétaire. Il fera connaissance en aparté avec la petite boule de poils un peu plus tard, une fois les affaires en souffrance reglées, mais notre Rôdeur regardait le léopardeau bien plus qu'il ne faisait attention à ce qui se passait autour de lui. Ce fut la réplique d'Artane qui fit lever les yeux du Rôdeur vers son interlocuteur et la réponse de l'elfe ne se fit pas attendre, montrant la petite créature poilu dans ses bras à sa seconde phrase.

Earwen : Encore heureux pour les elfes, on aurait vachement perdu en charisme sinon. Et sinon, je l'ai faite facile pour une raison plutôt évidente, vu le prix à y gagner.

Arkos se contenta de tendre ses vêtements à notre homme, préférant rester silencieux sur sa dernière vanne. Notre homme approchait et tendit la main avec laquelle il tenait les habits non sans se méfier de la réaction de son interlocuteur une fois que celui-ci aurait récupéré ses biens.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Hier à 11:37
L'elfe était aussitôt entrée dans le champ de vision d'Artane, qui se montra d'emblée méfiant. C'était docn elle qui avait eu le toupet, à défaut d'avoir eu le culot, de lui piquer ses habits, tout en trouvant le moyen de se gourer en beauté d'humain à qui faire la farce. Et puis, à voir dans quoi vivait le Rôdeur, pas étonnant de se retrouver avec une elfe et en prime, une petite boule de poil du genre félindé. Et au moment de prendre ses affaires une fois que l'autre hurluberlu les eut tendu, l'elfe ne put s'empêcher de répondre aux répliques de l'officier au torse nu.

Artane prit ses effets, regardant d'abord si tout était au complet et pas trop abîmé. Puis, il décida de pas laisser passer la répliquer de la femme-elfe. Tant pis si cela ne plairait pas à l'autre pisteur du moment.

''Mouais... Je préfère ne pas avori trop de charisme que d'avoir des soucis de vision. Car visiblement, Ma Dame, vous n'êtes pas dotée d'un bon sens de l'observation, au point de confondre les effets personnels de votre pote, avec ceux d'un autre. et faire des épreuves faciles n'apportent guère...''

Il regarda en biais la boule de poils noirs

''Sauf si c'est pour gagner un animal. Maintenant si vous me permettez....''

Il prit ses affaires sous le bras, se retira d'une bonne dizaine de mètres pour s'assurer une distance de sécurité et entreprit de se rhabiller. Même s'il était encore un peu trempé du pantalon et des cheveux, il n'en avait cure ; il avait retrouvé ses affaires ! Il revint peu de temps après, se sentant un peu plus digne maintenant qu'il était décemment vêtu. Puis il fixa le Rôdeur et puis l'Elfe. Puis l'Elfe et le Rôdeur, avant de voir que dans la maison semi-enterrée.

''Et ben, je te pensais plus solitaire que cela. T'es pas si seul que cela, en plus d'avoir ton amie elfique... Ma Dame....Vous devriez durcir un peu ses épreuves, cela lui lui serait plus efficace, au lieu de chercher à piquer ses vêtements...''

Non, non, on ne sentait pas le sarcasme dans sa voix. En même temps, il n'était pas vraiment du genre à se faire écraser, même s'il y avait de la mauvaise fois dans les deux parties.

''Bien, si vous me permettez, "nobles" gens, je vais prendre congé. J'ai des choses importantes à préparer, en vue de bouter nos adversaires qui seraient dans l'idée de patrouiller, de manière récurrente, proche de nos frontières, comme toujours. ''
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Hier à 14:50
Le rôdeur avait levé un sourcil en entendant la réplique de son homologue dénudé après qu'il ait vérifié son équipement. Au vu de ce qu'il lui avait déjà servi presque gentillement auparavant, le Rôdeur s'attendait à quelque chose de plus couillu de sa part et était même surpris de voir qu'il n'y avait pas de quoi faire sauter une braguette dans sa réplique. Cela dit, tandis que l'homme s'habillait plus loin, notre Rôdeur glissait discrètement à l'elfe qui ne manquait pas de lui répondre instantanément.

Arkos : T'es myope ou t'es presbyte ?
Earwen : Je suis nyctalope !
Arkos : Ah ! Je savais bien que...


La conversation fut interrompue par le retour de notre homme de nouveau habillé. Le Rôdeur regardait curieusement cet homme curieux se livrer à son curieux rituel consistant à curieusement osciller son regard entre nos deux protagonistes avant de finir vers le smial de notre homme. La remarque, emplie de sarcasme, fit hausser les deux sourcils du Rôdeur qui était mi-curieux et mi-amusé. Plus solitaire que ça ? Mais quand est-ce que notre homme des forêts avait prétendu être solitaire ? Pourquoi, à partir du moment ou Arkos dit vivre en forêt, tout le monde pense que c'est un clochard solitaire ne connaissant pas les bienfaits d'une douche ? Il y a toute une troupe de satyres et de nymphes dans cette forêt. Un Ent et une dryade la géraient également et il ne vivait pas dans un trou béan, mais un smial sans doute mieux foutu que la plupart des cahutes à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Inébranlable. Arkos répondit simplement, suivit d'Earwen.

Arkos : Parce que, toi, quand on te dit "forêt", tu penses de suite à "solitaire" ? J'ai jamais prétendu être seul. En fait, on est même toute une famille. Tu devrais essayer un jour, c'est cliché, mais ça vaut le coup.
Earwen : Vous ne tiendriez pas une heure sur les défis qu'on se fait habituellement.
Arkos : t'es gentille, moi, je ne lui avais donné même pas deux minutes. Bref, malgré tout, bon retour à toi. Les tourrelles t'attendent pour voir ce qui se passe au-delà du mur.

Notre homme en avait donc fini avec ce curieux énergumène et fit demi-tour avec l'elfette qui le suivait, tenant toujours cette adorable boule de poils ténébreuse dans les bras. Regagnant son smial, Arkos avait donc un autre souci à géré. Cette petite panthère noire est, certes adorable, mais il va bien falloir lui trouver un nom maintenant.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos) Aujourd'hui à 11:30
Il était vrai qu'Artane avait des préjugés assez promptes en pensées et qui en ressortaient un peu par ses mots. Mais bon, il fallait bien meubler la conversation et puis, il ne s'était pas vraiment foulé à savoir réellement si le Rôdeur vivait seul ou non. Quand on venait l'emmerder dans une baignade qu'il avait voulu nocturne et solitaire, forcément, il n'allait pas chercher à connaître plus que cela. Quel intérêt y avait-il à connaître un emmerdeur ? La question était malgré tout intéressante, mais Artane n'était pas dans l'état d'esprit de philosopher dessus. Maintenant que sa solitude était brisée pour la fin de soirée...

Donc, Artane s'était contenté de faire un large sourire amusé à la réplique d'Arkos. Cela voulait tout dire. Il manqua même de rire devant la réponse qui s'ensuivit de sa compagne elfe, celle qui faisait ses soit-disants défis rudes et difficiles.

''Il est aisé de se faire une idée rapide et faussé de l'individu au premier regard, n'est ce pas ? ''

Au final, vu de l'extérieur, cette conversation entre les deux hommes était vraiment de mauvaise foi. Les deux hommes se valaient dans ce fait.

Le duo humano-elfique s'en retournait. Artane se préparait lui aussi à partir, mais il tenait à ne pas en rester totalement là. L'elfette causait d'une manière qui aurait pu être vexante, voir même plus que vexante. Mais bon, c'était une donzelle à oreilles pointues, fallait pas chercher...

''Ah, parce que le défi de la statuette était une épreuve avec une difficulté certaine à éprouver ? Eh ben.... cela ne vole pas haut. Quand à savoir si j'aurai tenu ou pas, faudrait peut être me mettre au défi. Aisé de causer, mais pour passer à l'action. Songez à moi la prochaine fois que l'un de vous décide de planquer quelque chose de sommaire à quelques pas de sa propre demeure...

Il se permit un dernier petit ricanement, avant de tourner dos au smial et aux deux rigolos, qui commençaient à s'occuper du petit félin noir. Son ton se fit sérieux.

''Quand vous passerez à de véritables épreuves ou encore à de vrais combats et pas de petits jeux d'amoureux transis, vous pourrez en recauser. En attendant, amusez vous bien les amourettes''

Et hop, direction les bois pour retourner à la capitale. Il avait quelques rapports à terminer de lire et de classer... Fichue paperasse que voilà, il aurait préféré casser de la gueule teïderienne.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Soldat
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 145
Date d'inscription : 04/02/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Quand on se croit à l'abri des regards (PV Arkos)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Royaume d'Eïlynster :: Plaines, et routes-
Sauter vers: