Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Où quand même les athées prient (Pv Thomas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes
MessageSujet: Où quand même les athées prient (Pv Thomas) Mar 6 Mar - 21:14
Il y a plusieurs années de cela dans une prison Teïderienne

Ce serait un jour comme tant d'autres, mais un jour bénie pensa Sigismond non sans une certaine flegme, un jour où un impur allait pouvoir expérimenter le plus beau don du seigneur, du moins d'après l'inquisiteur, celui de la véritable souffrance. Et quel infidèle était-ce ! De ce qu'il savait, c'était un akkatonien que l'empire ne savait même pas encore en vie, le genre de chien en somme qui tombait à point nommé. Surtout que soyons sincères, il était particulièrement rare que Sigismond ait un prisonnier akkatonien sous la main, ce qui était dommage d'ailleurs, après tout il appréciait l'idée de punir ces vermines athées ou infidèles pour leur impiété...

Dans tous les cas il avait rendez-vous avec le prisonnier qui croupissait misérablement dans la cellule d'un donjon moisie et qui savait sans doute ce qui l'attendait. Il faisait bien pensa Sigismond avec zèle, non sadisme. Après tout, même s'il comptait bien faire en sorte que ce chien endure, il n'était pas un homme sadique dans les faits. Oh non, il était le bras armé de son seigneur et pratiquerait cette exercice avec la froideur qu'il nécessitait.

C'est ainsi qu'annoncé par un bruit de bottes cloutés devenant sans doute trop familier aux yeux du prisonnier, Sigismond arriva suivit de quelques soldats du régime Teïderien en face de la cellule de ce dernier, ce avant de lui dire grave.

« Tu as bien dormis l'akkatonien ? J'espère pour toi... » Il remarqua alors que l'autre ne semblait pas réveillé… Hum, l'inquisiteur ordonna donc à un de ses hommes d'aller chercher un seau d'eau froide pour réveiller ce misérable avec, après tout il avait bien assez dormit. Cela et puis… Disons que ça annonçait la couleur de ce qui allait suivre, il serait dommage après tout de ne pas commencer dans les règles de l'art...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 153
Date d'inscription : 10/12/2017
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Où quand même les athées prient (Pv Thomas) Mar 6 Mar - 22:34
Que la nuit avait été paisible. Oui, paisible. Si l'on devait définir les prisons Teïderiennes, ce n'est pas "confort" qui nous viendrait à l'esprit. Ce n'était pas un trou où l'on nous balançait, mais dans une cellule de pierre, froide et inhumaine. Bon nombres de vies avaient disparu sur ces pierres. Les Teïderriens sont des barbares, des animaux sans foi ni loi, capable du pire au nom d'un "Dieu" imaginaire, du mois, selon moi. Ces imbéciles ne connaissent que la haine et la souffrance, qu'ils adulent dans un fanatisme total et fantaisiste.

La nuit, mes songes voguaient sur les rivières de l'idéal, des souvenirs et des souhaits. C'était ce qui me permettait de tenir : l'espoir, l'espoir qu'on viendrait me chercher, que mon pays me protégerait comme je l'avais protéger durant des années. Un espoir permanant, entretenant en moi une volonté de défiance et de rébellion, le sentiment qu'il est de mon devoir de résister et de défier une autorité alors absolue, dans une folie autodestructrice. J'étais dans l'erreur, la naïveté et l'insouciance.

C'est un sceau d'eau qui me ramena à la triste réalité qui m'attendait. J'étais couché contre un mur, mais je maintenais une dignité arrogante que je n'avais alors pas encore perdu. Bien que surpris, je parvins à refréner un cris de surprise, et observant durement mon geôlier, je lui répondis sarcastiquement :

« Je ne me souviens pas avoir engagé un larbin pour me torcher le cul ... N'est-il pas un peu tôt pour une douche froide ? L'on ne vous a pas appris, plus jeune, à respecter le sommeil des honnêtes gens ? » Le mépris et la condescendance ruisselait sur mes mots, alors que je les lorgnai d'un regard menaçant. J'étais un soldat de l'Empire, jamais je ne me soumettrai, me disais-je naïvement.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Où quand même les athées prient (Pv Thomas) Jeu 8 Mar - 17:17
Sigismond se dit avec aigreur qu'il aurait grande joie à voir l'arrogance et la suffisance de l'idiot croupissant dans cette cellule, se diluer à mesure que son semblant de dignité s’effacerait lui aussi. Et dire que ce serait pourtant si facile si l'autre avait décidé d'abandonner au lieu de résister, mais tels étaient les infidèles et d'une certaine manière ce n'était pas plus mal. Après tout quel mérite il y aurait-il à accomplir l'oeuvre du seigneur si la tâche était bien trop facile ?

« C'est nous qui décidons qui sont les honnêtes gens par ici et malheureusement pour toi tu ne fais pas vraiment partie de cette catégorie de personne. » Se contenta donc de répondre le fanatique avec ferveur à l'akkatonien, ce avant d'ajouter avec une certaine aigreur, mais surtout l'habituel zèle des inquisiteurs Teïderiens. Ces hommes tout à fait capable de tuer et ce de manière douloureuse au nom du seigneur de la peine…

« J'espère que tu as fais de beaux rêves akkatoniens, des rêves emplis de belles choses, de la caresse d'une femme maintenant loin, du sourires d'enfants que tu ne rêveras plus ou bien du rire de tes amis les plus proches. Il est dommage après tout que la réalité à laquelle nous venons de te ramener soit bien loin de cela. » Cela il le dit non pas avec sadisme, mais la froideur sérieuse de l'homme qui disait la vérité à l'état pure et dans toute sa dureté… Il était seul après tout, quoique non il n'était pas seul, c'était toujours ça, même si visiblement en très mauvaise compagnie. Dans tous les cas Sigismond conclut de manière sèche suite à cela à l'égard des soldats l'accompagnant.

« Faîtes le sortir de sa cellule, mais gardez le attacher, nous allons lui faire faire un petit tour de la prison. Cela lui fera du bien je pense de pouvoir constater qu'il n'est pas le seul à profiter pleinement d'un agréable séjour... » Oh il ne faisait pas cela par gentilesse, il avait une idée en tête après tout, mais disons que ça avait son intérêt de faire cela, il ne faudrait pas après tout que l'autre païen commence à oublier qu'il y avait tout un monde en dehors de sa pitoyable cellule...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 153
Date d'inscription : 10/12/2017
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Où quand même les athées prient (Pv Thomas) Mer 28 Mar - 15:16
Thomas vit deux hommes s'approcher de lui pour le lever, décidé à ne pas s laisser faire, il tenta de leurs résister, mais en vain lorsqu'il reçut un violent coup à l'arrière du crâne, le sonnant quelques secondes, juste suffisamment pour qu'on le lève comme l'exigeait son geôlier. Lorsqu'il se retrouva face à son interlocuteur, l'Akkatonnien lui répondit sarcastiquement :

« Enfants ... amis ... voilà des choses qui doivent vous être inconnu. Avant cette petite visite impromptu, j'aimerai déjeuner et me doucher mon brave. Dans mon pays, le civisme impose un certain respect des besoins primaux. Vous savez : manger, boire ... Je sais que vous aimez particulièrement nourrir votre esprit avec les fables de votre "religion", mais malheureusement j'ai passé l'âge des histoires d'enfants. Après, si vous le souhaitez, nous irons rendre visite aux autres locataires de ce charmant hôtel. »

Malgré cette volonté apparente de défier "l'ordre", c'était aussi une manière pour l'esprit de Thomas de ne pas tomber dans le désespoir et la solitude. Il devait se raccrocher à quelque chose, à une idée, un sentiment d'insoumission et de défiance. Thomas était un soldat qui avait voué sa vie à sa nation, et il était persuadé qu'elle viendrait le chercher. En attendant, il devait survivre, tant physiquement que moralement. Eichorst planta ses yeux dans le démon face à lui, afin de bien lui faire entendre qu'il n'avait ni peur de lui, ni de qui que ce soit, bien que ça ne soit pas réellement vrai dans le fond. Mais même lui avait besoin de s'en convaincre lui-même.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Où quand même les athées prient (Pv Thomas) Dim 1 Avr - 21:47
« Ah, c'est que notre chien se débat ! Ma foi, tu te soumettras bien vite à tes maîtres, après tout viens toujours un moment où le cabot doit se radoucir devant les coups de bâtons. Et je peux t'assurer, que ce moment viendra, nous avons après tout tout notre temps pour te briser, quant à toi, tu ne fais que rallonger tes souffrances à résister sans cesse... » Il le regarda dans les yeux en disant cela, un air très visible de mépris dans le regard, non pas de moquerie sadique, juste du pur mépris, celui de l'homme qui contemplait un insecte répugnant et qui avait envie de l'écraser sous sa botte, la différence étant que cet insecte ci était sans doute trop gros pour s'en débarrasser aussi facilement.

« Tu veux une douche ? Très bien, l'on va t'en offrir une si tu le désires... » Il fit un geste aux garde et ces dernières menèrent donc le prisonnier plus loin dans la prison. Une fois arrivés dans une pièce nue et humide surtout, les deux gardes attachèrent alors le prisonnier à un mur, ils se munirent ensuite de seaux d'eau après l'avoir déshabillée sans véritable douceur, puis commencèrent à l'asperger d'eau glacée.

« J'espère que cela te réveilleras, au moins tu te réchauffera en faisant la petite visite, du moins j'espère... » Dit-il alors toujours aussi méprisant en faisant glissant du pied du savon en direction du prisonnier qui avait les mains menottées certes, mais qui pouvait les bouger car ce n'étaient pas par elles qu'il était attaché au mur.

« Je te laisse te débrouiller pour te savonner, je suppose après tout que tu n'as pas envie que quelqu'un d'autre le fasse à ta place. Vous les Akkatoniens vous vantez après tout d'êtres si « supérieurs » en tant que peuple, pourtant à ce que je vois vous ne l'êtes pas au point de pouvoir vous passer de savon pour êtres propres, à croire que la civilisation ne coule pas tant dans votre sang qu'elle n'existe dans vos têtes... » Il le regarda alors silencieusement, puis reprit.

« Dis moi, combien de temps pense tu pouvoir préserver ta soit disant dignité ? Pense tu vraiment que tu gagneras ce combat ? Après tout, à ce que je sache, personne n'est venu te sauver… Quoique. » Il reprit alors d'un ton qui se voulait moqueur. « Continue à penser que l'on viendra peut-être te sauver, il n'y a pas mieux après tout pour briser un homme que de lui faire perdre peu à peu ce qui lui reste d'espoir… » Sur ce, il resta silencieux le temps que l'autre digère ce qu'il venait de lui dire, mais surtout en se disant qu'en effet ils avaient tout le temps nécessaire pour mettre en branle leur sinistre projet concernant cet homme… Ainsi, que ce dernier continue à résister avec ardeur pour le moment ne le dérangeait pas, viendrait après tout un moment ou celui qui se croyait fort en face de lui, ne serait bientôt plus qu'une loque traînant à ses pieds...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 153
Date d'inscription : 10/12/2017
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Où quand même les athées prient (Pv Thomas)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Où quand même les athées prient (Pv Thomas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes-
Sauter vers: