Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Arrière, sales bêtes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes
MessageSujet: Arrière, sales bêtes ! Sam 22 Sep - 22:04
28 Octobrius de l'An 1998, Province de Vidine.

Le premier administrateur du Royaume de Teïder n'était pas seulement un prince de sang royal et probablement l'un des plus puissants Nécromants de Teïder, c'était également un homme d'une grande influence de par l'étendue de sa tâche. A l'instar des second et troisième administrateurs, il avait à sa charge tout un tiers du royaume, des étendues si vastes et si peuplées qui lui demanderait un temps conséquent à entretenir s'il souhaitait effectuer correctement sa tâche, pour le plus grand plaisir de la monarchie : un serviteur occupé était un serviteur qui n'avait pas le temps d'intriguer. Pourtant, Vlad s'en sortait plutôt bien dans ses fonctions et il parvenait à trouver du temps pour des tâches secondaires, il avait même décidé de se rendre dans une des provinces nordiques du Royaume afin de visiter la capitale ducale et ainsi, d'affirmer l'emprise du pouvoir royal si loin de la capitale.

Car s'il y avait bien une chose que les administrateurs étaient chargés de combattre par dessus tout, c'était le séparatisme locale et les éventuels sentiments d'indépendance. Cette visite aussi loin de la capitale n'avait qu'un seul but : prouver au peuple que la famille royale était proche de ses sujets, même si loin d'Orzus et rappeler aux serviteurs de l'Etat qui était leur maître. Pour son déplacement, le Prince-Ministre avait utilisé des monstres des écuries royales et avait ainsi pu parvenir aussi loin de la capitale le plus rapidement possible. Une fois sur place, il avait abandonné ses montures au duc-administrateur et s'était attelé à la tâche.

Il avait passé de nombreux jours dans la capitale provinciale, alternant entre présence royale auprès du peuple et devoirs politiques auprès des serviteurs de l'état. Néanmoins, à la fin du mois d'Octrobrius, il prit la décision de prendre la route d'une cité annexe, une ville provinciale sous la gouvernance d'un comte-administrateur qui, d'après ses missives, avait réussi à mettre la main sur un réseau local de rebelles, opposés à la monarchie totalitaire de Teïder. Ce genre de nouvelles étaient régulières, parfois fausses afin de s'attirer les faveurs royales, parfois véridiques, quoi qu'il en soit, Vlad allait profiter de sa présence afin de partir vérifier. Il fit donc envoyer des Inquisiteurs au devant de son cortège afin qu'ils puissent commencer les investigations tandis que lui-même partit le lendemain dans une escorte plutôt modeste compte tenu de son statut.

Le Prince avait été installé à l'intérieur d'un carrosse luxueux qui se mit en route, entourés d'une dizaine de cavaliers et de quelques monstres de guerre accompagnant le convoi. Il n'avait nul besoin de plus, en effet, les services de renseignements s'étaient assurés que nul complot ne soit tramé aussi loin de la capitale et ce n'était pas les quelques monstres locaux qui pouvait l'effrayer ou même menacer ses hommes d'armes.

A l'aube du vingt-sept Octobrius, le convoi se mit en marche et le Prince-Ministre pouvait vaquer à ses travaux dans son carrosse alors qu'ils avançaient en direction de la cité voulue. Après plus d'une journée de voyage sans problèmes, il n'avait qu'une seule hâte, s'occuper de ces prétendus rebelles capturés.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Sam 22 Sep - 22:44
Elle était un loup commandé par deux lunes, l'une lui disait de s'enfoncer encore plus profondément dans la nuit, poussée par son envie de liberté, l'autre la conduisait inlassablement chez elle. Cette nuit, elle s'était encore éloigné de sa maison, elle avait ses petits à nourrir et ceux qui ne tarderait pas à venir, en somme, il était vital qu'elle trouve quelque chose pour se nourrir.

La louve était l'aria de la nuit, et elle hurlait chaque nuit, une chanson vieille comme le monde, née aux premières lueurs de l'aube, qui couvrait une bonne partie du lieu et résonnait dans l'espace vide des marécages, l'aube approchait les loups s'étaient tut, on pouvait presque se sentir en sécurité dans les bois, ils n'attaquaient qu'en faveur de la nuit, en temps normal.

Elle observait le convoi avancer, silencieuse comme une tombe, elle le suivait analysant rapidement la situation, beaucoup de chevaux et de gardes, il s'agissait d'un riche, indiscutablement, il ne souffrirait pas qu'elle lui emprunte un ou deux animaux. Il aurait s'agit d'un simple fermier, elle y aurait réfléchi à deux fois, mais le problème des riches étaient qu'ils ne supportaient pas la moindre bousculade. Et elle devrait échapper sans doute à quelques traqueurs, elle en survivrait nul doute, mais ils étaient nombreux, elle devrait provoquer suffisamment de cohue pour ne pas qu'elle soit considérée comme la menace principale. Il aurait s'agit d'un simple fermier, elle y aurait réfléchi à deux fois, mais le problème des riches étaient qu'ils ne supportaient pas la moindre bousculade.

La louve bondissait de toute sa longueur non pas sur un des cavaliers pour le neutraliser, mais sur les chevaux du carrosse, profitant d'une butte longeant le chemin, ils s'emballaient devant cette arrivée surprenante, les proies avaient peur du prédateur qu'elle était, elle mordait un des chevaux de volée, la bête ruait dans les brancards et tentait d'échapper au prédateur. Il fallait toujours plusieurs hommes pour calmer ce genre de véhicule, elle l'avait souvent observé ainsi, tous ne pourraient lui courir après.

Aeter bondissait ensuite sur un des cavaliers qui se trouvait à sa droite, sautant à la gorge du cheval, désarçonnant par la même occasion son cavalier, tirant rapidement l'animal qui se débattait encore au bord de l'agonie hors du chemin. Les deux yeux bleu électrique fixait le restant des hommes, certains calmaient les chevaux d'autres commençaient à se préoccuper d'elle, son attaque avait durer moins d'une minute, ça avait été brutal et particulièrement calculer, elle les avait suivi sur plusieurs kilomètres..

La bête avait une certaine beauté, sans doute que pour n'importe quel humain elle ferait une descente de lit parfaite, une fourrure dense et noire sur le dessus, gonflée par l'adrénaline, le poil dressé sur la ligne de dos, argentée sur le dessous du corps, une taille plus qu'impressionnante pour un loup, des crocs apparents et les deux pattes avant posées sur son butin. Un regard humain. Et elle grondait un grondement farouche qui ferait se hérisser le poil de n'importe quelle créature le message était clair, approchez et je vous briserais l'échine, approchez et je vous arracherais les entrailles, approchez et vous ne serez plus rien. Une confiance étonnante pour un animal.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Dim 23 Sep - 0:38
Un cri, un hurlement, un hennissement et une soudaine cohue. Vlad lisait l'un des derniers rapports financiers qu'il avait reçu alors qu'il s'apprêtait à quitter la ville, il fut néanmoins rapidement tirer de sa lecture par une agitation inhabituelle au sein de son escorte. Le carrosse manqua de se renverser alors que plusieurs hommes hurlaient dans la langue traditionnelle à une monture de se calmer, le prince manqua de se cogner la tête tout en parvenant à se rattraper in extremis au dossier de son siège, ne réalisant pas tout de suite ce qu'il venait de se passer.

Les hurlements à l'extérieur des gardes mit tout le monde en alerte, l'arrière-garde se préparait tandis que les rumeurs parcouraient la petite escorte afin qu'un homme dont la monture venait d'être subtilisé ne se rende compte de ce qu'il se passait. Il ne s'agissait pas d'une attaque ennemie et bien que le garde eut d'abord pensé à un redoutable Barguest, il s'agissait là d'un loup. La main sur le pommeau de son épée, il observa la créature alors que quelques mètres derrière lui, les montures commençaient à se calmer, permettant au prince de sortir la tête par sa fenêtre.

On lui indiqua la présence de cet animal sauvage et le prince n'y prêta pas une grande attention, il jeta un rapide coup d’œil à sa fourrure qu'il ne put qu'apprécier. Il entrouvrit la porte de son carrosse afin de pouvoir observer ses hommes et fit signe à celui qui venait de perdre sa monture tout en ordonnant d'un ton autoritaire :

    « Vous n'allez pas laisser une bête vous humilier ? Tuez la ! »


L'homme eut un léger gloussement, il avait beau n'avoir affaire qu'à un loup, celui ci était plutôt imposant et au vue de ce qu'il avait fait à sa monture, il devait probablement avoir l'expérience du combat. Pourtant, il était inenvisageable pour lui de s'opposer à un ordre de son supérieur, d'autant plus lorsqu'il était de sang royal. Il dégaina donc son épée pour se jeter sur la créature alors que d'autres gardes commençaient à se rapprocher afin d'observer la scène.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Dim 23 Sep - 1:10
Elle jaugeait son adversaire comme si elle ne semblait pas réellement le voir, elle ne voyait qu'une masse informe au niveau de son visage, elle ne pouvait pas voir ses expressions, mais elle sentait l'appréhension, elle relevait sa queue dans un signe évident de dominance, gardant néanmoins une distance plus que respectable, veillant à ne pas se faire acculer, néanmoins le geste semblait rendre ses salutations à son adversaire. Ils ne se rendaient pas compte, mais ils venaient de l'envoyer à l'abattoir.

Ils voulaient du spectacle ? Elle allait leur en donner. Elle grondait de plus belle, et trottinait en arc de cercle, paradant littéralement au nez de son adversaire, avec autant de prétention qu'un chef de meute, une provocation tout en observant son ennemi. Elle attaquait rarement la première, mais cette fois-ci elle allait leur faire honneur.

Un animal aurait instinctivement attaqué le côté non armé et dégagé de l'homme, elle n'en fit rien elle attaquait directement le bras qui tenait l'arme, l'arme la frappa sur le côté - causant une blessure qui perlait rapidement de sang - mais elle ne fit mine de rien, bien qu'elle eut un mouvement de recul entrainant sa victime avec elle, l'homme lâcha son arme sous la douleur, et elle fit quelque chose de plus surprenant, elle reculait rapidement de plusieurs mètres. L'homme ne pouvait que remuer vainement pour faire céder la bête sans succès. Néanmoins, elle ne semblait pas déterminée à le mettre en pièces. Il n'avait pas de casque, c'était une véritable chance pour elle, elle lâchait son bras et l'attrapait par la nuque, le redressant brusquement, elle venait de faire un otage. Et ce n'était définitivement pas l'attitude d'un animal sauvage. Et fixait dans la direction de l'homme qui venait d'ouvrir la porte de sa maison à roues.

La scène avait été tout autant rapide que l'attaque, l'homme tentait vainement d'ouvrir la gueule de la bête de plusieurs centaines de kilos, elle se contentait de le tenir, fermant un œil quand ce dernier approchait trop sa main. L'animal ne semblait pas vraiment craindre l'homme et les autres à présent étaient encore moins sûrs d'eux d'autant plus qu'elle resserrait sa prise quand l'un deux s'approchait de trop près, comme ultime avertissement. Puis elle jetait de nouveau un regard dans la direction du carrosse, il tenait bien plus la vie de cet homme dans ses mains qu'elle. Elle remuait même la queue de haut en bas, en signe d'impatience, les yeux brillant à présent d'une lueur presque humaine, quoique primitive.

Définitivement l'animal avait d'importantes capacités au combat, l'on pouvait deviner un certain âge, un animal plus jeune aurait fuit, pas lui, soit il avait définitivement faim et était prêt à prendre tout les risques, soit il était sûr de ses capacités, à aucun moment la peur s'était faite sentir de son côté. Il avait su qu'il allait gagné avant même de commencer le combat. Et maintenant son adversaire était soumis à sa merci, le garçon qu'elle avait attraper était jeune il avait toute la vie devant lui, et son destin reposait entre les crocs d'une puissance qui le dépassait.

Puis un murmure s'élevait de la part d'un soldat, l'animal ressemblait drôlement à celui de cette vieille histoire raconté par un de ses anciens, un loup noir et argenté qui avait attaqué un convois, avec cette même brutalité, mais jamais on avait réussi à attraper l'animal, bien qu'il eut été blessés plusieurs fois.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Dim 23 Sep - 21:28
Considérant l'affaire close, Vlad se préparait à se réinstaller dans son carrosse lorsqu'il fut interrompu par la charge de la créature. Surpris qu'un animal puisse attaquer ainsi acculé, il se retourna pour observer la scène, il n'y avait nulle peur dans le regard de la créature, pire encore, elle avait directement ciblé l'arme de son adversaire, s'infligeant une blessure mais remportant ainsi facilement le combat. Le jeune garde avait été violemment vaincu et s'était retrouvé traîné, tentant tant bien que mal de se débattre mais ne pouvant rien y faire face à la puissante mâchoire du loup.

L'animal recula sous le regard du Prince, qui aurait crû qu'une simple créature aussi primitive aurait pu retarder ainsi un convoi princier. Quelle arrogance de la part de l'insouciant canidé. Vlad ne put qu'être surpris par le comportement de la bête, elle n'avait aucune peur et venait même, sous ses yeux, de prendre un otage au lieu d'éliminer froidement le garde. Soupirant, l'Altesse se prépara à faire un signe de la main à deux archers afin de se débarrasser une bonne fois pour toute de la créature, il n'en eut néanmoins pas le temps puisque l'un des gardes se mit à marmonner auprès de ses compagnons.

Il n'eut guère besoin de tendre l'oreille pour comprendre de quoi il s'agissait, la voix de l'homme était audible : Une rumeur parlant d'un puissant loup qui terroriserait les convois de la région. Rien de tel n'avait pu être entendu dans la capitale provinciale et il était alors plus probable d'avoir affaire à des rumeurs rurales qui touchaient principalement les villages. Reste à savoir si une telle rumeur était réaliste, après tout, les villages de Teïder étaient bien souvent touchés par de nombreux maux lorsqu'ils n'étaient pas occasionnellement détruits par des monstres ou des pillards, quel crédit pouvions nous alors accorder à une rumeur aussi simpliste.

Si cette rumeur était vraie, la bête pouvait valoir son pesant d'or et elle pourrait même faire une belle pièce dans les haras à monstre du Prince. Il se tourna vers ses gardes :

    « Attrapez moi cette bête, rapidement et vivante. »


Le ton avait été sec et le sergent présent ne put que glousser afin de se mettre rapidement au travail. Il fit signe aux deux archers qui se trouvaient derrière lui, ces derniers bandèrent leurs arcs courts depuis leur monture et firent feu en direction de la créature, le but était principalement de la blesser sans accorder une quelconque importance à la vie du garde en otage. Profitant de cela, deux lanciers suivirent le signal de leur supérieur et se jetèrent sur la bête afin de l'acculer, visant à blesser ses pattes sous le regard intéressé du Prince, même s'ils avaient interdiction de blesser la bête, ce ne serait pas quelques blessures qui mettraient en danger sa vie.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Dim 23 Sep - 23:30
Les choses se compliquaient les bipèdes n'avaient plus la patience de jouer à ce petit jeux, ils passaient aux choses sérieuses et bientôt elle se retrouvait avec quatre adversaires en plus. Elle n'avait plus vraiment de solution.

Elle fit quelque chose d'encore plus surprenant, n'ayant clairement pas la force d'éloigner le bipède plus loin que ça, elle le lâchait et le plaquait au sol de tout son poids pour ne pas qu'il soit touché par les flèches. Une flèche la frôlait, arrachant quelques poils, une autre se fichant entre ses côtes, elle lâchait un cri aigu de douleur et le gamin un cri de terreur, finissant par reculer rapidement, non sans boiter, libérant ainsi celui qu'elle avait pris en otage, cherchant à tenir en respect les lances à grand coup de patte, la blessure n'était pas mortelle mais elle était tout de même importante.

L'animal avait préféré se prendre une flèche à la place d'un innocent, donnant ainsi une leçon d'humilité aux soldats. Jamais elle ne tolérait qu'un innocent reçoive une flèche qui lui était originellement destinée. Néanmoins à présent la louve était dans une fâcheuse posture, par deux fois blessée elle était obligée de reculer et s'acculait encore d'avantage. Ces gens là n'avaient aucun honneur, ils ne l'épargneraient pas, et elle préférait la mort plutôt qu'une nouvelle servitude.

Elle se grandissait encore d'avantage dans l'espoir de faire fuir les montures, tout en cherchant à s'enfuir, faisant néanmoins toujours face à ses adversaires. Aeter était dos au mur, ou plutôt contre un arbre, elle repoussait une nouvelle fois une lance d'un coup de patte furieux. La louve avait laisser passer plusieurs fois sa chance de fuir, par honneur, et elle allait en payer le prix.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Lun 24 Sep - 16:12
Observant la scène, Vlad ne put cacher sa surprise lorsque le loup se décida à renoncer à la fuite pour plaquer sa victime au sol, pire encore, elle couvrit le jeune garde de toute sa masse afin de le protéger des traits qui venaient d'être tirés par les archers Teïderiens. La première flèche manqua de peu sa cible mais la seconde fut adroitement ciblée et se ficha violemment entre les côtes de la bête, ne manquant pas ainsi de la blesser à nouveau et de gêner ses prochains mouvements.

Elle fut forcée de reculer alors que les lances adverses s'approchaient dangereusement d'elle, prenant la décision d'abandonner son « otage » alors que les lances continuaient de la menacer. Le pauvre homme s'empressa de s'extirper des combats afin de rejoindre ses compagnons, il se releva et jeta un regard haineux à son ancien oppresseur.

Le Prince était plutôt amusé par la scène, il n'y avait rien de plus beau qu'une bête acculée face à son destin. Elle balançait des coups de pattes de tout côtés dans l'espoir de se dégager et tentait de se grossir afin d'effrayer ses adversaires, une logique purement animale qui ne pouvait duper l'intelligence supérieure de l'espèce humaine et les chevaux étaient suffisamment bien tenus pour qu'ils ne se dérobent pas à la première occasion, il était clair que l'attaque surprise était passée désormais.

Aux manœuvres de l'opération de capture, le sergent qui avait été chargé par Son Altesse de s'emparer de la bête observait son comportement avec intérêt. Elle était bloquée désormais et il ne suffisait qu'un tir adroit pour permettre la capture, il ordonna à l'un de ses hommes de s'emparer d'une arbalète à laquelle se trouvait accrocher un filet, pas assez grand pour capturer une telle bête mais assez pour s'emparer de sa gueule et la gêner suffisamment. Le piège était fait de telle façon que s'il touchait sa cible, il se refermerait immédiatement afin de bloquer sa victime.

A peine le signal donné que le tir partit, directement sur le loup afin de le capturer tandis que les deux lanciers continuaient de le maintenir sous pression.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Lun 24 Sep - 18:07
Les hommes n'avaient aucun honneur, elle en avait bien conscience, à peine avait-elle libéré son otage qu'il courrait rejoindre les gens qui avaient voulu le tuer quelques secondes plus tôt, soit il avait la mémoire courte, soit il la haïssait pour ce qu'elle était ou une autre raison tout aussi obscure.

Aeter pensait qu'ils allaient s'arrêter là et la tuer, mais elle se souvenait des mots du noble, il la voulait vivante. Dans quel but ? Elle l'ignorait, mais elle fut tout de même surprise du filet qui s'abattait sur elle.

Elle n'avait toujours pas peur, bien que coincée dans ce filet, elle grondait toujours autant, bien que tremblante à cause de l'adrénaline qui ne cessait de monter, elle mordait farouchement le filet, montrant une nouvelle fois son incroyable dentition, en plus d'une détermination à toute épreuve. Elle était farouche, et n'hésitait pas à garder cette attitude défensive alors qu'elle était entravée. Le canidé tendant une fois de se tourner pour retirer cette flèche qui punissait chacun de ses mouvements. Ses deux blessures saignaient d'avantage à présent maintenant qu'elle était acculée à cause de la pression que provoquait cette nouvelle captivité, et elle s'abîmait encore d'avantage sur le filet. Elle secouait sa tête pour s'en débarrasser, mais le lest pesait sur sa nuque.

Après un certain moment à se débattre, elle cessait tout mouvement, un hurlement sinistre si proche et pourtant lointain, empreint de force, de fureur et de souffrance. Si un loup était perdu, la meute, elle, survivrait un jour de plus. Mais ça elle le savait très bien, elle fut même agacée qu'ils s'autorisent cette folie. Une lamentation mystérieuse et étrange, une complainte probablement plus ancienne que ce pays lui-même. Les hommes ne pouvaient entendre ce chant d'adieu, un cri qui déchirait son propre cœur.

Mais elle revenait rapidement à elle, elle aurait pu parler pour les déstabiliser, mais cela n'aurait fait qu'accélérer sa mort, elle connaissait les hommes de ce pays, plus longtemps, on penserait qu'elle est un simple loup, plus longtemps elle survivra avec peut-être la chance de s'enfuir si l'occasion s'en portait.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Lun 24 Sep - 23:27
La proie était prise dans le filet. Le tir avait été très adroit, empoignant sa mâchoire dans un redoutable filet dont elle ne parviendrait pas à s'extirper dans la situation actuelle. Deux hommes approchaient en flanquant la créature tandis qu'elle poussait un hurlement funeste, l'ignorant, ils lâchèrent les filets restants, emprisonnant la créature pour de bon. La bête sauvage venait de perdre sa liberté et entrerait bientôt en captivité pour y être dressée et soumise.

Vlad s'approcha lentement de la bête sauvage aux abois. Elle était emprisonnée de toute part et elle ne pourrait clairement pas s'échapper pour le moment, il plia légèrement ses genoux afin de s'accroupir et observa la bête à travers les filets, ses yeux bleus étaient magnifiques, si elle n'avait pas présentée une telle résistance, il aurait pu l'abattre dans le simple but de s'emparer de ces deux globes magnifiques. Mais la bête s'était bien battue et ferait sans doute, un bel animal de compagnie. Il l'observa les yeux dans les yeux durant de longues secondes avant de fermer lentement les yeux en se relevant, il se tourna vers son escorte :

    « Enfermez la dans une cage, nous nous occuperons d'elle une fois arrivé. »


La petite troupe se reforma alors, prenant de longues minutes afin de tout préparer. Ils installèrent le loup sur une cage, traînée par le carrosse, pas le plus confortable possible mais après tout, la bête n'était pas vraiment en état de se plaindre. Alors qu'il se préparait à remonter dans sa résidence mobile, il aperçut le garde qui avait précédemment perdu sa monture tentait de s'installer à l'avant du carrosse, le Prince l'interrompit alors :

    « Quand à toi, ton lamentable échec a non seulement conduit à la mort de ta monture mais a failli conduire à ta propre mort. Tu devras faire pénitence pour ta faiblesse, pour le moment, tu suivras notre convoi à pied. »


Le visage de l'homme manqua de se décomposer mais il était un soldat, il se fit rapidement à son sort. Suivre le convoi ainsi serait probablement dangereux pour l'homme, non seulement il risquerait d'être distancé mais sa blessure ne l'aiderait pas à suivre le rythme. Pourtant, il avait conscience qu'il sortirait grandit de cette épreuve : La vie est faîte de souffrances et d'épreuves, celui qui sait apprivoiser la douleur et en triompher est véritablement maître de son destin.

Retardé par cet imprévu, ils ne purent atteindre la ville aussi rapidement que voulu et durent faire une halte dans un havre à mi chemin, ce genre de lieu était une véritable bénédiction pour les voyageurs Teïderiens mais était également pratique y compris pour les forces de Teïder. Elles permettaient de se reposer dans des lieux relativement sûrs et plus faciles à défendre que de camper en plein marécage. Le Prince avait installé ses "quartiers" à l'intérieur de son carrosse tandis que la bête avait été stocké dans un coin du havre, pour éviter de gêner les hommes durant leur sommeil.

L'on avait placé quelques sentinelles afin de surveiller le tout alors que la nuit tombé. Ils repartiraient à l'aube pour enfin arriver à leur destination.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Mer 26 Sep - 0:24
La louve fixait le prince yeux dans les yeux un court instant, avec toute la détermination qu'elle voulait, il n'y avait aucune soumission, ni même de crainte, elle se contentait d'observer l'homme blond du regard de ceux qui connaissent si bien les blessures causées par l'homme sans vraiment en être affecté. Néanmoins elle fut plutôt désolée pour le jeune bipède, il n'aurait eut de toute façon aucune chance contre elle.

Plus ou moins docilement elle se laissait mettre en cage, néanmoins elle passait une partie du voyage à gronder - bien que c'était plus des râlements - et à mordre ses barreaux qu'à véritablement profiter du paysage.

Elle avait peut-être hurlé une ou deux fois quand ils firent leurs camps, aucune réponse, les siens avaient compris le message, elle s'était sacrifier en toute conscience pour le bien de la meute. Après avoir hurler, elle se laissait tomber dans les limbes du sommeil, de nombreuses visions du passé l'empêchèrent de profiter d'un sommeil parfaitement réparateur. Néanmoins elle n'eut pas vraiment à se plaindre. Néanmoins elle s'éveillait au cœur de la nuit, sentant une odeur qui lui évoquait un animal dangereux, elle aboyait en guise d'avertissement en direction des marais, grondant peut-être même plus terriblement que quand elle avait attaquer les bipèdes, un rugissement encore plus terrible qu'un appel à tuer, des yeux brillaient dans l'obscurité, c'était gros, mais elle ne savait pas vraiment ce que c'était, plus pour faire fuir la bête que par instinct de conservation, cela avait attirés les hommes tout ce bruit et ils ne purent que constater la même chose que la louve, un monstre rôdait autours du camps. Elle ne cessait qu'une fois la bête fut partie, satisfaite de cette victoire elle se rendormait rapidement et les gardes reprirent leurs tours de garde. Au moins la louve pressentait les monstres et était capable de les éloignés avec sa détermination et son agressivité.

Aeter se réveillait tout juste avant que le camp ne s'agitent, elle avait besoin de se dégourdir les pattes. Elle suivait du regard les mouvements des soldats, tête posée sur le sol de sa cage, visiblement plus tranquille ou plutôt, plus résignée que la veille. Elle se demandait tout de même qu'elle était cette créature qu'elle avait senti. Mais elle passait rapidement à autre chose.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Mer 26 Sep - 18:54
Le premier tour de gardes des troupe ne manqua pas d'être perturbée par la nouvelle prise, en effet, ses grognements répétés attirèrent plusieurs hommes qui ne purent que remarquer la même chose qu'elle. Pour ces hommes qui avaient néanmoins l'habitude des monstres, la chose ne les inquiétait guère, il y avait peu de réelle chance qu'elle ne s'attaque réellement au camp, les havres Teïderiens étaient bien souvent de véritables zones sûrs, protégés par d'antiques magies parfois-même. Si jamais la créature donnait l'assaut, il ne fallait qu'espérer qu'elle puisse être maîtrisée par une dizaine d'hommes et par les deux monstres de guerre qui accompagnaient le convoi.

Au milieu de la nuit, Vlad décida de se dégourdir les jambes, le confort du carrosse avait beau avoir été grandement augmenté, rien ne valait un véritable lit princier. De plus, le Prince n'était pas du genre à accumuler les longues heures de sommeils, il était du genre travailleur acharné. Cela ne l'empêchait néanmoins pas, à l'occasion, d'effectuer de longs sommeils réparateurs mais le moment n'y était pas propice.

Il observa le camp alentour et prit la décision de rendre visite à sa nouvelle prise, il s'empara d'un cadavre de gloutre tout juste chassé et s'en alla à l'opposée du camp. La bête aurait tôt fait d'être affamé afin d'être dressé mais pour le moment, elle aurait encore droit de se nourrir, rien de mieux pour dresser cette créature que de lui laisser voir celui qui la nourrit. Il s'approcha de la cage et resta à bonne distance, donner un simple cadavre n'aurait pas de réel intérêt et il était d'humeur joueuse.

Il déposa le cadavre délicatement à un peu plus d'un mètre de la cage et s'accroupit à côté, il incanta rapidement dans sa langue natale. Quelques secondes passèrent puis une patte de la gloutre se mit à bouger, la petite créature se releva et se déplaça vers l'intérieur de la cage, une fois à l'intérieur, elle userait de toute son agilité afin de tenter d'échapper à son funeste destin mais la réanimation n'aiderait clairement pas sa rapidité.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Famille royale
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 13/09/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes ! Mar 27 Nov - 8:59
En jouant les chiens de garde elle espérait attirer un peu de sympathie sur sa personne, bien qu'elle connaissait cette curieuse race de bipède sans poil, peu enclin à l'empathie ou même à apprécier ceux de son espèce. Elle ne l'avait pas fait par bonté, tout comme ce n'était pas par bonté qu'elle attendait dans cette cage, tout comme la bonté ne la sauverait pas s'ils venaient à découvrir ce qu'elle était, bien que pour elle, elle n'était rien d'autre qu'une louve semblable à cent mille autres.

Dans la nuit, les yeux bleus de la cheffe de meute scrutaient avec attention les allées et venue, toujours avec cette défiance et cette dignité peu utilisée par les animaux. Son regard se plongeait une nouvelle fois dans celui du prince bien qu'elle ne semblait pas réellement le distinguer dans la pénombre, puis elle ébrouait sa crinière argentée comme un lion qui cherche à démontrer qui est le chef, pas de grognement ou de hérissement de poil, c'était inutile pour démontrer sa supériorité. Elle allait l'ignorer royalement quand elle sentit une odeur, elle reconnaissait la proie, remuant doucement de la queue, un amuse-gueule, parfait.

Elle ne réfléchissait pas une seule seconde, se jetant rapidement sur l'animal réanimé sans réellement de difficulté, elle était une bête férale, avec un reniflement dédaigneux non dissimulé, ça ne semblait pas lui plaire. En réalité, elle n'approuvait pas cette étrange magie, qui rappelait les choses mortes à la vie, mais elle devait prendre des forces si elle désirait s'enfuir, alors qu'importe la source du moment que la nourriture était là.

La louve argentée gardait un œil sinistre et méfiant sur l'homme tendis, qu'elle arrachait de grands lambeaux de chair de la carcasse, de nombreuses idées lui venaient en tête, mais dans cette cage elle n'avait pas beaucoup de possibilité hormis attendre que l'on lui ouvre, ce qui n'arriverait pas.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Thérianthrope
Nationalité: Non concernée
Rang social: Alpha de sa meute
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Grand Nord
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Arrière, sales bêtes !
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Arrière, sales bêtes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Cherche] Jantes arrière Rmz 250 2011
» Appel à lever le ban et l'arrière-ban
» [Mission de Rang D] Oh voleur, les sales garnements (Lamia Scale)
» Roulade avant, roulade arrière.
» Arrière-boutique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes-
Sauter vers: