Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Shamara Arnuldofcka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: Shamara Arnuldofcka Dim 16 Sep - 20:21

Arnuldofcka, Shamara : Chef de la pègre - Membre des services de Renseignements Teïderiens

Identité


Nationalité : Teïderienne
Race : Humaine
Nom : Arnuldofcka
Prénom : Shamara
Surnom : La Mante.
Sexe : Féminin
Date de naissance : 15 Februarius 1962 de l'Âge d'Acier
Age : 38 ans
Lieu de naissance : Teïder
Lieu de vie lors de votre entrée en jeu : Au Royaume de Teïder
Rang social : Serviteur de l'état à Teïder - Bourgeoise dans les Duchés du Sud.
Métier/Position dans la société : Elle est chef de la pègre "Les Griffes de Fenrir" et travaille pour les service de renseignements de Teïder. Elle a un métier de couvertures. Elle travail comme Riche Marchande.
Titre : - La Mante (Peu Connu - Teïder); - L'Alpha (Peu Connu - Interne à sa mafia.)


Armes et équipement :


Armure et armes en votre possession lors de votre entrée en jeu :

Le Fouet - Nidhogg
Crédit image – Illustration provenant du jeu Albion
Le fouet est une œuvre que la jeune femme a commandée auprès d’un excellent forgeron. -Non, pas sous la menace d’une mort imminente, pour une fois. Il a même été payé pour son travail !- Shamara avait une demande bien spéciale pour son fouet. Elle voulait que ce dernier lacère de manière légère. C’est pourquoi le fouet est doté de diverses petites dents et d’une lame à son bout. Le fouet est doté d’une tête de dragon sur le manche. Son fouet se nomme humblement Nidhogg.
Enchantement: Fille des ténèbres; Lorsque l'on frappe avec, l'arme s'entoure d'une aura ténébreuse qui la rend difficile à percevoir et peut troubler l'adversaire. (Malus de -5 aux tentatives de parade ou d'esquives de la cible)


La Dague - Jörmungandr
Crédit Image – Illustration de Wen-M
Sa dague, Jörmungandr, a été forgée chez le même artisan. La dague est simple et légère, facilement dissimulable sous la cape de la jeune femme. C’est une lame courbée, le côté opposé de la partie tranchante est orné d’un crochet, le manche l’est également, orné de petit crochet courbé vers l’arrière, cependant, c’est crochet-là ne dangereux que si on assène un violent coup avec, sinon, ils ne sont guère coupants afin de ne pas blesser sa propriétaire. La lame est elle-même enduite de poison.


Epaulière
Crédit Image – Illustration de AnotherWanderer
De simple épaulière dorée forgé dans un métal solide afin de fournir un minimum de protection. Ces épaulières sont tout à fait basique.



Cape  renforcée
Crédit Image – Illustration de EmmanuelMadailArt
Une simple cape, jolie et pratique, renforcée afin de protéger sa propriétaire en cas d’attaque.
Enchantement: Protection élémentaire (Vent);L'armure protège en partie son porteur contre un élément précis.


Autres équipements

La Bague - Ratatosk
Crédit image – Illustration de Wen-M
Ce n’est pas une bague comme les autres, celle-ci, en plus d’avoir un certain aspect esthétique, possède un côté fort pratique. Shamara la fait faire pour que cette bague en plus d’être jolie soit une arme mortelle. Ne sous-estimez pas cette bague qui cache une petite aiguille qui injecte, une fois planté dans sa victime un puissant poison. Entre Jörmungandr et Nidhogg, sa bague est de loin son arme préférée, car, personne ne se douterait qu’un bijou puisse être dangereux. Par contre la bague peut injecter qu’une dose de poison.
Enchantement: Perception de la puissance; Cet enchantement à apposer sur un bijou permet de percevoir la puissance globale de quelqu'un se trouvant en face du porteur du bijou. Que ce soit des qualités physiques ou ses compétences martiales.

Baiser de la dame: C’est un poison venant des Duchées que Shamara se fait importer directement. Étant un poison accessible et mortel, c’était le duo gagnant pour la jeune femme qui l’utilise, pour enduire sa dague et sa bague de poison.

Tenue de Voyage
Enchantement:
Forme changeante; Le vêtement ainsi enchanté change de forme au gré de la volonté de celui qui le porte.


Caractéristiques :




Magie : (Description ici.)

Potentiel : Immense

Feu :Inapte
Eau :Inapte
Vent :Inapte
Terre : Légende
Lumière :Inapte
Ténèbres :Inapte
Invocation :Inapte
Nécromancienne :Inapte
Transformiste :Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Maitre
Contrôle de soi : Champion  
L'intelligence : Maitre
La perception : Champion
Le charisme : Maitre
Technologie : inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Adepte
Agilité : Confirmé
Vivacité : Confirmé
Résistance physique : Adepte
Résistance magique : Confirmé
Vitalité : confirmé
Beauté : Prodige
Discrétion : Confirmé

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Confirmé
Armes lourdes : Inapte
Armes d'hast :Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense :Confirmé
Armes de lancer/fouet : Confirmé
Arc/arbalète :Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Confirmé
Armes à feu : Inapte
Equitation : Confirmé
Domptage : Inapte
Conduite :Inapte


Description de votre personnage :


Description physique :

Le physique, une chose tellement importante et ceux qui diront le contraire sont soit des imbéciles soit des menteurs, car la première chose que l’on juge chez une personne, c’est justement, son physique. Après, il est tout à fait normal, voir même logique de juger quelqu’un au physique lors d’un premier contact, pourquoi me direz-vous ? Simplement, car c’est dans notre nature de juger une personne ainsi. C’est pour ça qu’on dit souvent que c’est le premier contact qui forge l’avis. Et puis, avouez-le, on a tous une partie physique que l’on préfère. Pour Shamara, lorsqu’elle regarde un homme, elle regardera en premier le regard de ce dernier, oui, elle est très attirée par les hommes ayant un regard profond, qui lui procure un léger frisson, de peur ou d’excitation… Bref, il est naturel de regarder une autre personne et de la juger en premier cas par son physique, que ce soit, une femme vis-à-vis d’un homme, ou d’une femme regardant une autre femme, ainsi de suite. C’est un instinct primal chez chaque créature vivante sur terre et puis avouons-le, parfois le physique que l’on regarde est des plus agréable !

Mais là n’est pas le sujet, ce qui nous intéresse actuellement, c’est le physique de Shamara. Bien évidemment on pourrait la décrire en seulement trois phrases, mais ce serait omettre divers détails importants sur elle. C’est pourquoi il y aura un descriptif complet et détaillé, commençant par les grandes lignes, la taille et le poids de la dame, puis un descriptif allant de la tête aux pieds avec quelques commentaires sur ce qu’elle pense d’elle-même et ses complexes, puis nous viendront à un autre sujet, celui de son style vestimentaire. Un petit programme bien chargé que l’on commence maintenant. La jeune femme mesure un bon mètre quatre-vingt-cinq, c’est effectivement une personne de grande taille, elle le tient d’ailleurs de sa mère. Cette dernière a un poids dans la moyenne, n’étant ni trop grosse ni trop mince, pesant un bon soixante-dix kilos. En réalité, Shamara n’est pas quelqu’un qui devrait posséder des complexes et ce qui va avec, c’est une belle femme, aux yeux des autres. Car elle est loin d’être narcissique et ne se complait pas à se regarder dans un miroir en se disant à quel point elle est divine ou autre qualificatif, bien qu’elle sache avoir un certain charme qui ne déplait pas à la gent masculine. Comme toutes personnes normales, elle a des parties d’elle-même qui ne lui plaisent pas.

Continuons par sa description détaillée, de la tête jusqu’aux orteils. La jeune femme, du haut de son mètre quatre-vingt-cinq, possède un visage ovale, encadré par une longue chevelure dorée lui arrivant jusqu’à ses omoplates. Il n’y a pas grand-chose à dire sur ses yeux, à part que leurs pupilles sont d’un bleu arctique glaçant. Au milieu de son visage se trouve un petit nez en trompette et en dessous, se trouvent de fines lèvres. Sinon, au niveau corps, il n’y a pas non plus grand-chose à dire. Elle a honte des cicatrices qu’elle possède dans son dos qui est un souvenir douloureux de son passé.

Passons à sa façon de s’habiller. Shamara possède un style vestimentaire des plus ordinaire. C’est-à-dire, Robe à corset, bien apprêté, bien coiffé dans un style, très « dame ». Elle porte toujours des couleurs neutre, marron, beige avec quelques touches de dorure.  Les seuls détails qui dénotent dans sa tenue, c’est son fouet que se trouve à sa taille et sa dague qui se trouve dans le creux de ses reins, ainsi que sa bague quelque peu spéciale.

Description mentale :

On peut dire bien des choses sur Shamara, mais une chose est sûre, c’est que la demoiselle ne laisse jamais personne réellement indifférent. C’est une femme aux multiples facettes, la question est, sur laquelle vous tomberez lorsque vous tomberez sur elle. Telle est la question, car en soit, Shamara a est une personne complexe. Mais ce n’est pas quelques choses d’extraordinaire, tout le monde est un peu comme ça, montrant une autre facette de soit même, comme les deux faces d’une même pièce. Saurez-vous seulement voir qui est la véritable Shamara que vous avez en face de vous ?

Impitoyable.

C’est effectivement le cas, l’Alpha, comme l’appelle les membres de sa mafia savent que c’est une personne impitoyable et qu’elle ne rechigne pas à punir sévèrement chaque incartade. Elle exige toujours la plus haute rigueur de ses petits louveteaux. Mais comme tout bon louveteau, il faut qu’il apprenne les leçons correctement. Mais pas qu’eux, elle s’est déjà vue torturer mentalement un de ses ennemis. Elle préfère travailler sur le mental de ses ennemis, comme elle préfère laisser des cicatrices sur ses louveteaux.

Égoïste.

Elle ne s’en cacherait pas, la jeune femme possède un certain égoïsme. Il n’y a pas grand-chose à dire, hormis que cette dernière aime quand tout lui revient. Tant que c’est quelques choses qui lui plaisent, qui l’intéressent, la demoiselle le voudrait pour elle seule. Mais, il lui arrive de mettre de côté ce défaut, quand ça concerne une personne qui prend une place dans son cœur, comme sa fille Nadya.

Manipulatrice.

C’est un train important de sa personnalité, car Shamara a eu ce don elle avait besoin en charmant et manipulant diverses personnes qu’elle considérait comme étant bien placé. Si c’est pour avoir ce qu’elle veut, il est évident que la demoiselle n’aura aucun scrupule à utiliser ses charmes et ses jolis mots pour obtenir tout ce qu’elle désire. Et si elle désire votre argent ? Fuyez avant qu’il ne soit trop tard pour vous.

Menteuse.

Bon, faut-il vraiment l’expliquer. Oui, Shamara est une excellente menteuse. La preuve, son ex-mari la hait toujours après autant de temps, c’est qu’il l’a cru lorsqu’elle lui disait qu’elle en avait qu’après son argent. Alors que c’était un mensonge. C’est un art de savoir manier les mots, c’est un art encore plus grand de faire que les gens croient en votre parole au point de ne pas douter que c’est un grossier mensonge.

Froide.

Quand la jeune dame revêt sa veste de chef de la pègre, il est bien difficile de voir des émotions sur son visage, après, c’est plus pour une question de montrer qui est le patron quand manque réel d’émotion. Elle désire juste, ne montrer aucune faiblesse face à ses loupiots.  Que ce soit dans sa façon de se montrer que dans sa façon de parler qui se veut également froide et sèche.

Protectrice.

On peut dire que Shamara ressent un certain besoin de protéger ceux qui lui cher, certes parfois de manière maladroite, mais le sentiment y est. La principale concernée dans ce besoin de surprotection est vis-à-vis de sa fille. C’est une mère trop protectrice vis-à-vis de sa fille. Mais ce n’est pas seulement elle. La jeune femme ressent ce besoin de protection vis-à-vis de Genki, Dragan et Tatiana et d’une certaine manière ses loupiots.  

Attentionnée.

Certes, c’est une femme odieuse, mais elle n’a pas que des mauvais côtés, c’est aussi une femme très attentionnée lorsqu’on la connait bien et qu’on fait partie de ses proches. Toujours là pour eux, si l’un des trois privilégier ainsi que sa fille adorée viennent à un problème, elle serait la première à s’en occuper, à ajournée une réunion pour s’en occuper. Ce n’est pas un monstre sanguinaire, après tout.

Déterminée.

Heureusement qu’elle le soit, sinon, Shamara ne serait pas là où elle est actuellement, possédant une mafia d’une assez bonne taille, bon ce n’était pas la numéro un, mais elle fera tout pour que ça arrive un jour. Il faut l’être déterminée pour mener un tel projet a bien sans se faire forcément chopper.

Ambitieuse.

Ça va avec sa détermination à faire grandir son entreprise. C’est une orpheline qui n’avait rien et qui a réussi à avoir une vie plutôt confortable. Bien sûr, elle ne va pas se contenter de ça et vise plus haut, atteindre le meilleur statue qu’elle pourrait avoir et elle se donnera tous les moyens possibles pour ça.

Charmante.


C’est une femme charmante et charmeuse qui sait utiliser ses atouts pour paraitre aussi propre qu’innocente. Un sourire, un visage d’ange et de bonnes manières, voilà sa façon d’être en public. Personne ne doit savoir qu’elle est la chef des Griffes de Fenrir.

Convictions :

Vampire : C’est une race qu’elle hait par-dessus tout pour la simple raison que l’ancienne directrice de l’établissement était une vampire et qui s’était amusée à faire de la vie de Shamara, un enfer. Du moins, jusqu’à ce qu’elle fugue de l’orphelinat.

Les autres races : Elle s’y intéresse fortement, mais plus par curiosité.

Ikhyld : Elle envie les gens qui y ont toujours vécu, mais se voit mal y vivre étant donné qu’elle aime son mode de vie. Et sa petite entreprise y serait très mal vue. Ceci dit, elle se voit bien y envoyer sa fille pour y étudier. Elle serait sûre au moins que sa fille y fera de grandes choses, mais pour l’instant, elle trouve qu’elle est trop jeune pour quitter le cocon familial. D’ailleurs, elle importe des produits de luxe de ce pays pour son travail « officiel ».

Les Duchés du sud : C’est là où elle fait le plus d’affaires, elle s’y est implantée, il y a quelques années et compte bien compter y rester encore pendant quelques années. C’est également son plan de fuite en cas de soucis.

Akkaton : Elle apprécie le pays pour ses inventions simplement pour ses affaires. Étant lier a une autre mafia en partenariat qui lui permet d’importer des armes dans son entreprise illégale.



Passé de votre personnage :


Histoire :

Une enfant de 7 ans se baladait dans les ruelles de la ville, évitant le plus possible les personnes que s’y trouvait, sans réel but précis hormis celui de voler une pomme dans le marché. Ce dernier se trouvait sur une place de belle taille. Diverse ruelle débouchait sur cette place, offrant bien des possibilités de fuite pour une enfant de petite taille. C’était l’endroit parfait pour une petite qui avait le désire de voler un peu de nourriture, après tout, cette petite avait faim, tellement faim. D’autant que c’était une place bondée, les gens y venaient pour y faire leur course, mais aussi faire leurs commérages du jour, c’était un lieu de rassemblement. Le visage souillé par la crasse, elle regardait les gens marcher ici et là, pendant qu’ils l’ignoraient. Après tout, elle n’était qu’une saleté devant leurs bottes. Elle voulait ses succulentes pommes trainant sur leurs stands. Son ventre tordait de faim, la petite fille en avait l’eau à la bouche. Elles avaient l’air si bonnes, si juteuses, si sucrées. Discrètement, elle profita que personne ne faisait attention à la saleté qu’elle était pour se glisser derrière le stand. Le vendeur était bien trop occupé avec sa cliente. Une petite main d’enfant apparu alors, attrapant une pomme, à l’aveuglette. La gamine prit ensuite ses jambes à son cou, fuyant avec son trésor serré contre sa poitrine. Non, personne ne lui reprendrait cette succulente pomme, personne ! Elle était à elle, et rien qu’a-t-elle ! La jeune enfant revient avec son trésor chez elle, se faufilant dans la cuisine, cachée entre deux meubles, mordant à pleine dent dans cette pomme et comme elle le pensait, elle était si bonne. Le jus du fruit glissait avec délice au fond de sa gorge, quelques goutes glissa sur ses lèvres, la petite léchant la moindre goutte qui tombait ne voulant pas perdre une seule saveur de ce met d’exception. Alors qu’elle était rendue à la moitié de la pomme, la porte s’ouvrir violemment, faisant apparaitre à l’entrée une grande femme blonde qui ne semblait pas être ravis. S’approchant de la petite d’un pas rageux, elle attrapa son bras avec force pour faire se redresser la petite.

« Où as-tu eu cette pomme ? Tu l’as encore volé hein ! »

Furieuse, la femme commença à secouer la petite fille violemment. Lui hurlant dessus avec hargne, comme quoi elle n’était qu’une source de problème pour elle. Qu’elle aurait souhaité la perdre à la naissance, souhaitant qu’elle ne soit jamais venue au monde !

« Maman… J’avais faim… »

« Ne m’appelle pas maman ! J’ai honte d’être ta mère ! Tu es une honte ! Tu entends ! Une honte ! Petite ingrate, moi qui travaille dur pour te nourrir et tu voles ! J’ai dû payer cette pomme que tu as volée, petite idiote ! Le marchand t’a vu fuir en courant ! Imbécile ! »

La femme la força à la suivre jusqu’en au des escaliers. La petite fille savait ce qui allait se passer, lâchant sa pomme entamer qui roula jusqu’en bas des marches. La gamine commença à se débatte furieusement, elle refusait de se faire a nouveau battre à coup de martinet. Les larmes aux yeux, elle se débattait et dans un mouvement malheureux poussa la femme dans les escaliers alors qu’elles étaient arrivées en haut des marches. Cette dernière dévala les marches et se brisa la nuque sur la dernière. Jonchant sur le sol au côté de la pauvre pomme délaisser. La petite fille resta en haut des marches regardant le macabre spectacle qui s’offrait à elle. La pauvre petite fille ne savait pas quoi faire, regardant le corps sans vie qui se trouvait là. Sous le choc, elle descendit des marches pour aller secouer sa mère.

« Maman… Réveille-toi ! Maman ! S’il te plait ! Ne me laisse pas seule ! Maman ! »

Peu de temps après le drame, une femme arriva dans la pièce, c’était l’une des prostituées qui travaillait dans le bordel, lorsqu’elle vit la mère de l’enfant étendue sur le sol avec la petite qui pleurait la perte de sa mère, un crie sortie de ses lèvres, alertant les autres jeunes femmes qui travaillait ici. Que c’était-il passé, voilà la question que tous se posaient. Par la suite, la jeune fille fut amenée dans un orphelinat, car les autres femmes de la maison ne voulaient pas s’encombrer d’un enfant. Il n’y eut pas d’enquête, après tout, qui ça intéressait la mort d’une prostituée, c’était surement un client mécontent, ou une simple chute mortelle.


Shamara n’avait jamais été une enfant douce, calme et obéissante. Au contraire, c’était toujours le genre à contredire un ordre en trouvant les défauts à tel ou tel ordre. Le problème étant que cette propension à ne rien écouter lui posa divers problèmes à présent qu’elle se trouvait à l’orphelinat. Dès qu’elle fut arrivée dans cet horrible endroit, la jeune fille s’était attiré les foudres de la directrice, un monstre infâme. Cela faisait à présent trois ans que la petite vivait dans cet endroit et la gamine avait pris la mauvaise habitude de visiter les cuisines pour récupérer quelques morceaux de pain. Pourquoi me diriez-vous… C’est simple, la directrice était une femme avare et elle faisait des économies sur tout ce qui était possible, même sur la quantité de nourriture disponible. Les enfants qui n’étaient pas sages se voyaient également privées de pitance pour les punir de leur désobéissance. Vous comprenez que la petite Shamara, qui n’était pas très douée pour l’obéissance, se faisait souvent punir. Mais, la faim, elle connaissait et elle savait le gérer, mais elle était ami avec un jeune garçon qui lui n’arrivait pas à supporter ces punitions. Pauvre garçon qui était en ligne de mire de la directrice simplement parce qu’il était ami avec la petite Shamy… Mais elle n’avait pas que ce jeune garçon comme ami, mais aussi un autre, plus vieux qu’elle de 4 ans, Josef.  Mais ce dernier était parti, il y a de ça 1 an maintenant, il ne restait plus qu’elle et le petit Nikolaï.  Un soir, après avoir été privée tout deux de nourriture depuis la veille au soir. Assis tous deux sur une branche d’un arbre, ils regardaient l’horizon, rêvant de fuir loin de cet endroit. Mais chacun n’avait pas le courage nécessaire pour fuir.  Après tout, lui n’avait que huit ans et elle qu’un an de plus que son ami.

« Ce soir, je t’interdis de me suivre... D’accord ? La dernière fois, on a failli se faire prendre. »

La petite ne regardait que l’horizon en prononçant ces quelques mots. Cette dernière avait l’intention d’aller voler la cuisine pour se nourrir. Elle avait faim, mais, elle trouvait ça supportable, cependant, elle pensait a son ami qui n’était là que depuis un an et qui n’avait jamais eu a faire face à la faim… Descendant de l’arbre, elle se dirigea vers le bâtiment qui servait d’orphelinat. Qu’elle haïssait cet endroit ! Elle se jurait que plus grande, cet orphelinat n’existera pas plus et qu’elle le détruirait de ses mains. Du moins, qu’elle détruirait le monstre qui hantait les cauchemars de bien des enfants, ici !

Le soir arriva bien vite. Shamara se trouvait devant la porte de son dortoir, fusillant du regard Nikolaï qui avait décidé d’en faire qu’a sa tête et de se lever pour accompagner son amie. Mais la jeune fille était implacable et refusa toutes aides de sa part, rétorquant qu’il ne serait qu’une gêne pour elle, qu’autre chose et partie sur ces mots… Elle savait qu’a cette heure si, le cuisinier était parti dormir dans la pièce relier à la cuisine. C’est pourquoi, il ne fallait surtout pas qu’elle fasse un bruit de travers, ce dernier ayant le sommeil léger, mais elle avait bon espoir que l’amour que portait le cuisinier pour la boisson ait fait son œuvre… Espérant qu’il ne se soit pas couché récemment… Descendant les marches à pas de loup, puis prenant la porte menant vers les cuisines, elle se faufilait de couloir en couloir tout en essayant de faire le moins de bruit possible pour n’alerter personne et surtout pas la directrice qui semblait ne jamais fermer l’œil de la nuit. C’était quoi cette bonne femme, au juste ? Shamara ne le savait pas, mais tout ce qu’elle espérait, c’était de ne pas tomber sur elle. Heureusement pour la gamine, son aller vers les cuisines se passa sans encombre et avec la discrétion dont elle faisait preuve, pu prendre quelques morceaux de pain et deux tranches de fromages que le cuisinier avait soigneusement cachés. À force de venir ici, la petite connaissait les cachettes de l’homme et il était loin d’être futé, car même s’il changeait de cachette, il restait prévisible. C’était toujours les mêmes.  Seulement la petite Shamara n’avait pas prévu que le vieux cuisinier n’était pas si bête et qu’il voyait bien quand il y avait de la nourriture qui disparaissait mystérieusement. Ce soir-là, il était bien décidé à prendre le malotru la main dans le sac. C’est ce qui arriva et la petite fut attrapée pile quand elle mit un pied hors de la cuisine avec son butin dans les bras… Le lendemain matin, les autres orphelins trouvèrent Shamara enfermé dans une cage dans la cantine. La petite y était enfermée depuis qu’elle s’était fait attraper par le cuisinier. Sa punition ne l’ennuyait pas plus que ça. Ce qui l’ennuyait, c’était son jeune ami Nikolaï qui devait mourir de faim. Mais elle fut ravie de voir qu’il était dans la cantine à manger.


Nikolai avait été adopté, il y a deux ans de cela. Shamara avait à présent quatorze ans et était seule face au monstre qu’était la directrice de l’orphelinat. La petite savait bien, qu’a cet âge, personne ne l’adopterait ou ne la prendrait juste comme travailleuse.  D’autant que la directrice ne se gênait jamais pour dire au possible intéresser les travers de la petite. Mais Shamy ne baissait pas pour autant les bras et puis ce n’était pas comme si elle désirait être adoptée, loin de là. Elle n’était pas faite pour la vie de famille. Elle le voyait bien, lorsque les seules personnes proches d’elle finissaient par s’éloigner. Ça avait commencé par sa mère, qu’elle avait si froidement tuée en la poussant dans ces escaliers. Puis Josef qui était partie de l’orphelinat et ça avait été le tour du petit Nickolaï. Mais la petite avait l’habitude. Peut-être ne méritait-elle pas d’avoir une famille, c’était les pensées qui la hantaient alors qu’elle regardait l’horizon du haut de son arbre. La demoiselle avait décidé que cette nuit, c’était le temps pour elle de fuir cet ignoble orphelinat, loin de ce monstre qui hantait ses cauchemars les plus terribles.  Elle avait préparé son départ depuis un moment, se privant de pains durant plusieurs jours pour pouvoir avoir de quoi manger pour son départ. Tout ce qu’elle espérait, c’était qu’on ne trouve pas sa planque entre temps. Elle les avait cachés sous une latte du plancher qui ne tenait pas sous son lit. C’était aussi là qu’elle cachait tous ses trésors les plus chers. Comme le pendentif de sa mère qu’elle avait prise sur son cadavre avant d’être emmenée dans cet orphelinat. Ainsi que la petite statuette en bois que Nickolaï lui avait faite et offerte avant son grand départ.

Le soir venu, il devait bien être deux heures du matin, tout le monde dormait, sauf une personne dans ce dortoir. Ses affaires étaient prêtes, cachées sous ses draps, Shamara était resté habillé. Elle était partie se coucher plus tôt que la plupart des gamins afin de préparer son départ. Elle se glissa hors de son lit en tentant de faire le moins de bruit possible avant de se diriger vers la porte du dortoir. Elle resta un instant immobile devant cette porte alors qu’elle entendit du bruit derrière elle. Elle n’avait pas été assez discrète, une des petites filles qui partageait son dortoir avait les yeux grands ouverts, l’interrogeant du regard. Shamara lui fit signe de se taire, en plaçant son doigt devant ses lèvres. Heureusement pour elle, la petite se recoucha et ferma les yeux, laissant le champ libre pour la demoiselle de sortir de ce dortoir. Toujours avec la même discrétion, elle fit le trajet vers la porte d’entrée et la franchit. L’air de la nuit était glacial, mais libérateur pour la jeune Shamara, qui après avoir refermé la porte derrière elle, partit en courant, dans la nuit noire. C’était dangereux pour une enfant de fuir en pleine nuit, dans un monde inconnu. Mais cette dernière s’en fichait, elle devait fuir, loin, très loin de là. Elle ne voulait plus jamais revoir cet orphelinat de sa vie.

Cela faisait près de quatre mois que Shamara avait fui l’orphelinat de l’adoration. Le premier mois fut très dur pour la demoiselle, encore maintenant, elle avait du mal à survivre dans la rue. Mais elle avait trouvé un équilibre assez précaire. Elle avait rejoint la ville la plus proche de l’orphelinat, le premier mois. Puis avait trouvé le moyen de rejoindre une grande ville, plus dense, là où les gens faisaient moins attention à une petite voleuse des rues… Mais un jour, elle tenta de voler la mauvaise personne. Alors qu’elle passa à côté d’une personne, elle n’avait même pas fait attention au visage de cette personne, tout ce qu’elle voyait, c’était la bourse de cet individu qui pendait mollement à sa ceinture. Seulement, lorsqu’elle tenta de la subtiliser, l’homme en question attrapa la main de la gamine rapidement. Voilà que Shamara se trouvait dans un sacré guêpier et ne savait pas comment elle allait s’en dépatouiller. Elle n’arrivait pas à sortir le moindre mot pour excuser son vol, alors que l’homme lui demandait des explications sur son acte. Alors que les choses tournaient au vinaigre pour la petite, un homme arriva s’excusant auprès de l’individu voler.

« Excusez ma fille, monseigneur… Elle n’a pas toute sa tête et elle croit qu’elle peut prendre tout ce qui lui passe sous les yeux ».

L’homme appuya sur la tête de la petite pour l’inciter à s’incliner face à l’homme. Par fierté Shamara résista, mais elle n’était pas bête et voyait bien qu’il était dans son intérêt de jouer le jeu et s’inclina devant l’homme, tout en restant muette. Était-ce par pitié ou parce qu’il ne voulait pas perdre plus de temps, mais la victime de la petite partie sans crée plus de soucis, cette dernière pouvant, finalement se redresser. Elle regarda l’homme et lui demanda pour il l’avait aidé. Il ne lui a répondu seulement par une autre question. Lui demandant pourquoi, elle, elle volait.

« C’était toujours mieux que le monstre. »

Ce fut la seule réponse qu’elle lui donna. Il fut évident que l’homme se demandait qui était ce fameux monstre, mais il était aussi évident que la gamine ne dirait rien de plus par manque de confiance, après tout, il l’avait aidé certes, mais elle ne le connaissait pas. Alors, pour en savoir plus, ce dernier invita la petite à déjeuner, vu qu’elle devait avoir si faim qu’elle devait voler. Il pensait que de par cette raison, elle ne pourrait pas refuser un bon repas offert par ses soins. Il n’en doutait pas et il toucha dans le mille, la petite ne mit pas longtemps à hésiter pour accepter l’offre.


Cela faisait quatre ans que Shamara vivait à l’auberge avec l’aubergiste qui se nommait Igor. C’était un homme bon malgré ses airs de vieux rustre et il avait, durant ses deux dernières années traiter la petite comme sa fille. Et Sham devait bien l’avouer, elle se sentait heureuse ici, pendant plusieurs moins elle avait travaillé comme plongeuse dans les cuisines, puis à 15 ans, elle avait commencé à travailler comme serveuse dans la salle. Igor lui donnait des cours, avant d’être aubergiste, l’homme avait été précepteur des écoles, mais pour une raison inconnue, il avait préféré quitter son poste pour ouvrir cette petite auberge qui ne payait pas de mine à vrai dire. L’endroit comptait que 4 employés. Igor, le patron ; Natasha, la cuisinière et la femme d’Igor ; Joyna, la danseuse, chanteuse et serveuse puis il y avait Shamara qui faisait un peu de tout. Igor lui apprenait à maitriser une certaine magie qui manipulait la terre. Cela faisait deux ans qu’il lui donnait toute sorte de leçons. La jeune fille se souvenait de ce qu’il avait dit lorsqu’il lui avait dit qu’il lui donnerait des leçons.

« Ma petite, dans la vie, seuls ceux qui ont la connaissance nécessaire contrôlent ce monde. Apprends, instruis-toi et tu deviendras une personne respectable. Et plus jamais tu n’auras à voler ou à t’incliner devant un type pédant né avec une cuillère dans la bouche. N’oublie pas non plus une chose, la chance, on ne l’attend pas. On se la crée. »

Oui, elle se souviendra toujours de ce que cet homme lui avait dit et avait décidé de s’appliquer dans ses leçons. Et il s’était avéré que la petite pouvait se montrer relativement douée et appliquée surtout dans le domaine de la magie. Il était certain que dans deux ou trois ans, elle aura surpassé son professeur dans le maniement de la terre. De plus elle apprenait rapidement les rudiments que son professeur lui inculquait. Derrière Joyna lui apprenait également l’art de la danse et du chant, trouvant que la demoiselle avait une trop magnifique voix pour ne pas en profiter. Shamara ne comprenait pas en quoi ça lui servira de savoir danser et chanter, mais Joyna aussi lui apprit un excellent conseil, qu’elle suivait encore, vingt-deux ans plus tard.

« Shamara, sache une chose, les femmes sont les égales des hommes. Mais certaines ont un petit plus qui leur permet de pouvoir manipuler les hommes comme elle le désire. Tu sais c’est quoi ? Un beau minois et une voix d’ange. Ma puce, le ciel t’a doté de ces deux merveilles, plus tard, t’auras les hommes à tes pieds, profites-en ! »

Elle faisait des efforts considérables pour écouter et apprendre ce que Joyna lui apprenait, d’autant que Shamara était plus du genre garçon manqué que petite fille pouponnée. Mais, elle voulait qu’on la respecte et elle voulait la notoriété, donc elle écoutait attentivement la danseuse, ainsi que le professeur. Un soir, Joyna voulait tester si ce qu’elle avait appris à la jeune fille servait à quelques choses, alors qu’elle la prépara pour que cette dernière chante a sa place. Et ce fut un pari gagnant pour la danseuse, la voix de Shamara avait charmé les personnes présentes dans la salle. Particulièrement, une personne en particulier dans le fond de la salle. Il s’agissait de Nikolaï qui avait cherché partout pour retrouver son ancienne amie de l’orphelinat, le jeune homme était entré dans l’armée et avaient rapidement monté les échelons. Ce dernier resta jusqu’à la fin du service afin de pouvoir parler à la demoiselle. Mais, le contre coup du stresse l’avait épuisé et elle avait rapidement fui dans sa chambre pour se reposer.

Nikolaï revenait chaque soir dans l’espoir de pouvoir parler à Shamara, ça n’avait pas échappé à l’œil expert de Joyna qui avait bien remarqué que ce dernier revenait tous les soirs attendant jusqu’à la fin de service. Un soir, elle avait même été le trouver pour lui demander pourquoi il s’obstinait à revenir alors que Shamara ne venait jamais vers lui. Sa réponse fut surprenante pour la demoiselle qui pensait simplement que cet homme était tombé sous le charme de la demoiselle, mais non, il lui avait simplement répondu, qu’il devait beaucoup à Shamara. Ce n’est que le lendemain, lorsque la demoiselle sortie faire des courses pour la vieille Natasha qu’elle tomba nez à nez avec Nikolaï. La demoiselle était quelque peu déstabilisée de voir un vieil ami à elle, vieil ami qui semblait être en pleine forme.

« Nikolaï… »

Un sourire orna les lèvres du jeune garçon, avant de s’incliner en répondant un simple lui-même. Lui disant ensuite qu’elle lui avait manqué. La demoiselle avait du mal à montrer ses sentiments habituellement, mais revoir cette personne l’avait émue au point qu’elle le sera dans ses bras. Elle était si heureuse de leur revoir. Ils allèrent dans un bar, boire un verre, parler de lui, de ce qu’il était devenu, elle apprit alors qu’il avait été adopté par une famille aimante, qui l’avait éduqué dans l’optique d’en faire un grand chef des armés. Et qu’il était dans l’armée, qu’il avait monté quelques échelons.  La demoiselle était tellement heureuse de retrouver son ami, qu’ils parlèrent jusqu’à tard le soir, au point où Joyna vint la trouver en la disputant comme quoi on l’attendait elle et les courses. Shamara se confonde d’excuse et se retira après avoir salué son ami d’enfance.


Shamara avait à présent vingt ans et c’était devenu une magnifique jeune femme qui dansait et chantait toujours dans l’auberge d’Igor, bien que ce dernier soit décédé, il y a quelques mois d’une violente fièvre, mais la vieille Natasha était toujours là pour tenir l’établissement. Tandis que Joyna avait aussi quitté le navire, il y avait un de ça pour aller se marier avec un soldat qui était de passage. Cependant, une nouvelle jeune felle avait rejoint l’équipe en tant que serveuse. Ils pouvaient se le permettre, depuis que Shamara chantait et dansait, l’influence dans l’auberge n’avait fait qu’augmenter et la petite auberge ne désemplissait pas, pour le plus grand bonheur de Natasha qui voyait son porte-monnaie se remplir. Shamara aussi voyait le sien se remplir à vue d’œil grâce au pourboire.  

C’était le petit matin et il fallait aller faire les courses pour madame la cuisinière. La demoiselle avait également décidé de s’offrir du tissu afin de se confectionner une nouvelle tenue pour ses danses. Elle avait pris gout à ça et avait commencé à adorer chanter, et ce à n’importe quel moment. Chantonnant gaîment entre les stands des vendeurs, elle s’arrêta finalement devant un stand où se trouvait tout un tas de livres, mais un en particulier lui avait retenu son attention, un livre, sur la magie. En particulier la magie de la terre, cependant le prix du livre était élevé, si elle se faisait plaisir avec ce livre, elle n’aurait plus assez pour s’offrir ce tissu… Mais elle voulait également faire évoluer sa magie et elle commençait à connaitre tout ce qu’elle avait à connaitre des livres qu’Igor lui avait laissés. Ainsi, elle préféra acheter le livre plutôt que de quoi de faire une nouvelle robe, ça sera surement pour une prochaine fois, elle ne s’inquiétait pas plus que ça pour ça, d’autant que sa robe actuelle était toujours en assez bon état. Mais Joyna lui avait appris qu’une belle femme se ruinait aussi pour de belles tenues.  Mais entre se cultivé et se pouponné, le choix était vite fait pour Shamara, se pouponner passait clairement aux seconds plans.

Alors qu’elle marchait entre les dédales du marché, la jeune femme regardait à droit et à gauche pour voir ce qui était proposé sur les étals, ne plus avoir d’argent ne l’empêchait pas pour autant de ne pas prendre plaisir à regarder ce qui était proposé. Mais son regard se posa sur un homme en arrière-plans. Son visage lui rappelait quelqu’un, mais qui, elle continuait de faire le marché, achetant ce qui était sur la liste de courses, tout en continuant à se demander pourquoi ce visage lui semblait familier. Ce n’est que lorsqu’elle recroisa l’homme qu’un nom se colla au visage de l’homme.

« Josef… »

Quelques jours étaient passés après cette visite du marché. Lorsqu’elle apprit que Josef était à la rue, sans travail, ni rien, elle lui proposa de venir à l’auberge pour y travailler, d’autant qu’avec l’influence que l’auberge commençait à avoir, ils ne s’en sortaient plus et il leur manquait un barman pour s’occuper des commandes et des boissons. C’est ainsi que le jeune homme devint le barman de l’auberge où travaillait Shamara depuis ses 16 ans. La demoiselle continuait son travail de danseuse et de chanteuse, tandis que parfois, le jeune homme accompagnait la demoiselle au violon durant ses représentations. Cette dernière ne l’avouerait certainement pas, mais elle était charmée par le jeune homme et prenait plaisir à danser sous le rythme du violon.  Au fil des mois passé ensemble, un lien se forma entre eux deux et la demoiselle commençait réellement à tomber amoureuse de Josef. Puis, elle se maria avec lui après que ce dernier reprit son élevage. Elle avait vingt-deux ans à ce moment-là et c’était le jour le plus heureux de sa vie. Elle quitta son travail à l’auberge et suivit l’homme dans son élevage. Elle n’était pas très à l’aise au début, mais elle s’y faisait et commençait même à y apprécier l’atmosphère. Et puis il y avait Josef et ça, ça valait bien le coup de faire des efforts. Shamara l’aimait tellement, qu’elle se sentait prête à tous pour cet homme.  


Shamara était une jeune femme de vingt-quatre ans, cela faisait un petit moment qu’elle vivait avec Josef, marié et heureuse dans l’élevage qu’il avait repris. La jeune femme tentait tant bien que mal de l’aider du mieux qu’elle pouvait, mais elle était loin d’être doué avec les animaux. Alors elle avait fini par abandonner restant à la maison et étudiant la magie autant que possible, sachant pertinemment le peu d’amour qu’avec son époux pour la magie, elle avait vite augmenté son niveau à force d’entrainement et elle en était ravi. Sa vie était parfaite d’après elle, jusqu’à ce qu’on lui apprenne que son époux avait été emprisonné. Lui laissant l’élevage qui était si cher au cœur de l’homme qu’elle aimait, sur les bras. Elle était désemparée et de fil en aiguille fit du commerce très peu légal dans la ville non loin de chez eux. Ce commence permettait de faire survivre l’élevage de Josef durant son absence et ça lui convenait parfaitement. Puis un jour, elle fit la rencontre de Genki. Un elfe qui était chargé de lui livrer ce qu’elle s’était fait importer illégalement. Les choses allaient bien et sa petite « mafia » s’agrandissait petit à petit. Et puis, Josef revint à la maison et Shamara l’accueilli comme il se devait. Mais elle continua son entreprise après le retour de son époux et petit à petit, cettedite entreprise commençait à se faire un nom dans le milieu.

Mais la demoiselle était jeune et naïve. Elle n’avait que vingt-quatre ans après tout. Et plus son entreprise grandissait plus ça faisait peur à certain.  Vers ses vingt-huit, un problème arriva, des lettres de menaces arrivaient à son nom, heureusement, la demoiselle avait réussi à cacher son entreprise illégale à son époux, grâce à Genki qui s’occupait de toute la paperasse. En soit, si ça avait été des menaces sur elle, elle n’en aurait pas pris cas. Mais ça touchait particulièrement Josef, il menaçait de le tuer dans d’atroce souffrance. Ne supportant pas l’idée qu’on puisse le faire souffrir et ne voyant pas d’autre solution. Elle tenta de le tuer une première fois par empoisonnement. Mais ne voyant que ça ne marchait pas tenta de l’égorger… Raté aussi… Shamara n’arrivait pas à attenter à la vie de son époux, le cœur n’y était pas. Alors pour lui expliquer pourquoi elle avait fait ça. Elle lui dit qu’elle en avait après son argent. Après ça, Shamara fut jugé, ils divorcèrent avec Josef et la demoiselle reçut plusieurs coups de fouet. Mais ce ne fut pas sans conséquence pour la jeune femme qui manqua de faire une fausse couche après les coups de fouet, heureusement que Genki fut là pour la sauver elle et l’enfant. Une magnifique petite fille était née. Shamara avait décidé de ne s’attacher à personne, mais elle n’eut pas le cœur d’abandonner cette enfant et l’éleva loin de toute la noirceur du monde. C’était sa petite princesse.

À ses trente-deux ans, la jeune femme fit la rencontre de Dragan et sa sœur Tatiana. Tatiana avait manqué de se faire capturer pour être vendu comme esclave, mais heureusement pour les deux jumeaux, Shamara intervint et les sortit de cette situation impossible. Suite à ça, elles les prient sous son aile, prenant l'un des meilleur précepteur pour elle et son frère, pour lui, un professeur d’escrime et elle un professeur de magie qui lui apprendrait à maitriser un peu mieux sa magie des ténèbres. Plus tard, elle retourna à l’orphelinat de son enfance et fit en sorte de se débarrasser de la vieille directrice toujours en vie. Plus trop à présent qu’elle reposait au fond du lac avec un poids accroché au cou. Ca lui avait fait un bien fou de se débarrasser d’elle. En retour, avec ses contact suite à son travail dans les renseigner qu'une personne qu'elle jugeait apte à la tâche, une personne qu’elle jugeait douce et agréable soit mise à la tête de ce dernier. Depuis lors fournissaient les moyens nécessaires à l’orphelinat de vivre. Mais malgré tout, Shamara restait une femme froide qui refusait de montrer ses émotions, alors, elle anéantissait la mafia adverse qui avait menacé la vie de son Josef. La aussi, elle prit plaisir a faire hurler de souffrant l’homme à la tête de cette mafia. Elle prit aussi le temps pour augmenter son niveau de magie.

À présent, Shamara à 38 ans, elle est à la tête d’une grande et fière mafia qui sévit dans diverses régions que ce soit Teïder ou les Duchés du sud. La jeune femme ayant bien l'intention de s'implanté dans d'autre régions tel qu'Akkaton. Faisant toutes sortes de commerce illégal comme la prostitution, l'esclavage, elle touchait à tout ce qui pouvait être fait. Elle s’était expertisée aussi dans la magie de la terre en se prenant l'un des meilleurs précepteur possible. La jeune femme élevait aussi sa fille loin du monde sordide dans lequel, elle vivait. Mais, au moins, avec son entreprise, elle fournissait une vie sans manque à sa princesse. Elle avait une autre entreprise, de commerce de Luxe, afin de cacher ses méfaits. Mais elle avait aussi intégré les services de renseignement de Teïder en échange du fait qu’ils ne diraient pas grand-chose sur ses activités illégales.  Bref, c’est la vie de Shamara. Une femme forte qui essaie de survivre à un monde de brute.

Liens :

Josef Kislov - Son Ex-Mari.
Crédit Image – Illustration d'Aleksandra Gora
Josef Kislov, son ex-mari. Cet homme, elle l’a aimé, il fut un temps. Possible qu’elle continue de le trouver séduisant même maintenant, après tout, elle ne s’est pas mariée avec lui pour rien. Mais ça reste son ex-mari et elle a tenté de le tuer par deux fois. Une fois par poison, une autre par égorgement. Elle lui a fait croire qu’elle avait fait ça pour son argent, mais en vérité, c’était surtout pour éviter que ce soit d’autres qui tente de le tuer. Après tout, c’était son homme, c’était à elle de le tuer. Beaucoup trouverait cette raison ridicule, mais pour elle, non.  

Nadya Arnuldofcka - Sa Fille.
Crédit Image – Caster (Nursery Rhyme) de Fate/Grand Order
Nadya, sa fille adorée. Sa petite princesse. Elle a donnée naissance à cette petite puce 7 mois après son divorce. Elle a failli la perdre à la naissance, sa grossesse s’étant mal passée. Mais, elle s’en est sortie, elle et sa fille. Shamara est très protectice vis-à-vis de sa fille. On touche à sa fille, la personne peut se considérer comme morte. Elle a déjà puni sévèrement un de ses sous-fifres parce que sa fille s’était foulé la cheville. C’est une vraie mère poule qui serait capable d’ajourner une réunion importante pour s’occuper de sa fille malade. Rajoutons que Nadya est tout l’opposé de sa mère. C’est une enfant douce et gentille, qui adore les choses mignonnes et qui possède une naïveté que Shamara n’a jamais eue, même a son âge. En fait, Shamara fait tout son possible pour que la petite ait une vie totalement différente de la sienne.

Sigismond Bonnenfant - Son Cousin.
Crédit Image – Steel d'Anthony Jones
C’est son cousin. Elle ne le connait que de réputation, elle ne sait pas non plus que c’est son cousin. Tout ce qu’elle sait de lui c’est qu’il fait soi-disant peur et qu’il fait partie de l’inquisition. Donc, pour elle, cet homme est à éviter si elle ne veut pas avoir de problème.  Mais, en soi, elle ne le craint que pour les possibles problèmes qu’il pourrait lui causer.


Genki Helheïm - Son Médecin polyvalent.
Crédit Image – Illustration de Gerry Arthur
Genki est son médecin personnel, mais plus qu’un médecin, c’est aussi un conseiller pour elle, mais aussi un père pour Nadya. Cet homme est un membre important de sa famille et de son entreprise. En soi, l’Elfe est le seul avec Dragan et Tatiana à pouvoir remettre en doute ce que dit la jeune femme, tant elle a de la considération pour cet homme. C’est même le seul capable à sermonner la jeune femme sans que celle si se mette en colère. Elle lui doit également la vie, à elle et sa fille. S’il n’avait pas été là, elle serait possiblement morte en couche avec sa fille. Il maitrise la magie de l'eau

Dragan Pretoski - Son Garde du corps.
Crédit Image – Illustration de Zeilyan
C’est un homme complexe. Dragan est un homme que Shamara à sauvé, il y a 6 ans de ça, alors qu’il essayait de se sauver, lui-même, sa sœur aux prises d’homme qui s’en prenait à Tatiana après lui avoir mis un collier diminuant ses capacités magiques. La jeune femme les a aidées à se sortir de ce mauvais pas en se débarrassant, avec l’aide de ses hommes de mains, des personnes qui s’en prenaient à eux. Depuis, Dragan a juré de protéger Shamara afin de racheter sa dette de vie. L’homme est ainsi devenu le garde du corps permanent de la jeune femme. Ce dernier n’étant certes doté d’aucune magie, se débrouille dans divers maniements d’armes, comme la hache, l’épée, les dagues, marteaux, ainsi que les couteaux de lancer et au combat aux corps à corps.

Tatiana Pretoskaïa - Son assassin/Garde du corps
Crédit Image – Illustration de Diegoocunha
Tatiana est une jeune femme très douée que Shamara a recueillie au sein de son entreprise, il y a 6 ans de cela. Avec son frère, elle doit à la jeune femme la vie. Shamara ayant vu le potentiel de la jeune femme lui a offert des cours pour que cette dernière améliore sa magie des ténèbres et sa magie d’invocation, ainsi qu’un professeur pour lui apprendre le combat aux corps à corps afin de faire d’elle une assassin discrète. Elle est d’ailleurs tellement discrète qu’elle est devenue une sorte de légende au sein de la mafia de sa patronne. Avec son frère, elle fait partie des proches de cette dernière.

Nikolaï - Ami d'Enfance/Mercenaire
Crédit Image – Illustration de GerryArthur
Nikolaï et Shamara se sont connus à l’orphelinat. Pendant plusieurs années, Shamara l’a soutenu et a été jusqu’à voler dans les cuisines de l’orphelinat pour lui trouver de quoi se nourrir. Puis il a été adopté et a reçu une éducation stricte, mais fut entouré d’amour. Il est ensuite entré dans l’armée et à ses 30 ans est devenue grand sénéchal dans l’armée. Ceci dit, il a quitté l’armée un an plus tard et est devenu par la suite mercenaire. Il travaille régulièrement pour Shamara dans son entreprise peu légale. Ils sont restés en contact et bons amis.




Qui êtes vous ?


Petite présentation de votre personne : voir Ilith x3

Rythme rp et particularités : faut aussi voir Ilith ♥️

Comment avez vous découvert le forum : Faut voir Ilith o/

Des ambitions pour votre personnage ? Quelle évolution aimeriez vous lui donner à court ? Moyen ? Long terme ?
Avez vous prévu quelque chose ou êtes vous adepte du "laisser le jeu faire" et voir ce que ça donnera ?
Au feeling! Le Feeling, y a que ca de vrai!


Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shamara Arnuldofcka Mar 23 Oct - 21:17
Coucou Shamara, comme convenu je vais donc m'occuper de ta fiche Wink .

Qui êtes vous :

Bienvenu une nouvelle fois sur le forum petite !

Identité :

Lieu de naissance : Où précisément à Teïder ?

Lieu de vie : Précise « Royaume de Teïder » Wink .

Métier : « travaille », pas « travail » Razz .

Titre : Pour l'Alpha, met plutôt (Peu connu – Duchés du Sud), normalement les réputations ne marchent que par nation et peu connu implique justement d'être connu dans un petit milieu notamment. Pour la Mante, met (Peu connu – Royaume de Teïder), j'avouerai ne voir aucune raison pour laquelle elle serait célèbre dans toute une nation pour les actes imputés à ce titre, surtout concernant un seul homme. Peu connu est déjà très bien pour ça en plus, ça implique que déjà un certain nombre de personnes murmurent à ce sujet :3 .

Equipements :

-J'ai pas trop compris le « une œuvre faîtes personnellement » pour le fouet j'avouerai XD. Ni « Elle voulait qui lacère de manière légère piégée dans son fouet. »

-En autres équipements sinon, saches que tu as le droit à un item secondaire supplémentaire, sinon pourrais tu mettre la description des effets du poison XD ?

Attention sinon aux petites fautes Wink .

Caractéristiques :

Merci pour les calculs sincèrement, ça m'aide pas mal, mais sinon il va falloir les retirer pour des raisons d'esthétiques :3 .

Sinon je n'ai rien à redire à l'ensemble qui me va parfaitement !

Descriptions de votre personnage :


Tout d'abord, je crois que tu as oublié de remplir la partie convictions, il va donc falloir arranger cela XD !

Attention aux fautes sinon Wink .

Physique :

Rien à redire à l'ensemble que j'aime bien^^.

Mental :

Idem o/ .

Passé de votre personnage :

Liens :

Rien à redire à l'ensemble cohérent avec l'histoire, par contre vaut mieux éviter de souvent pnjiser des généraux Teïderiens, ça évite que la place d'un pj soit potentiellement prise XD. Même si dans ce cas ça va si on limite à un pnj qui l'était anciennement ou à un éventuel cas ou deux en rps, je précise juste pour éviter la profusion. D'ailleurs on les nommes pas généraux, mais « grand sénéchaux » à Teïder, le grade juste en dessous des connétables et du grand intendant aux armées.

Histoire :

Attention aux fautes encore une fois^^.

Citation :
« Igor lui donnait des cours, avant d’être aubergiste, l’homme avait été professeur des écoles, mais pour une raison inconnue, il avait préféré quitter son poste pour ouvrir cette petite auberge qui ne payait pas de mine à vrai dire. »

Précepteur plutôt, ça correspond mieux à la mentalité et l'avancement technologique et culturel de Teïder, le fait que ce soit des précepteurs qui offrent des enseignements à ceux pouvant se les payer, ou bien des prêtres sinon.

Citation :
« Quelques jours étaient passés après cette visite du marché. Lorsqu’elle apprit que Josef était à la rue, sans travail, ni rien, elle lui proposa de venir à l’auberge pour y travailler, d’autant qu’avec l’influence que l’auberge commençait à avoir, ils ne s’en sortaient plus et il leur manquait un barman pour s’occuper des commandes et des boissons. C’est ainsi que le jeune homme devint le barman de l’auberge où travaillait Shamara depuis ses 16 ans. La demoiselle continuait son travail de danseuse et de chanteuse, tandis que parfois, le jeune homme accompagnait la demoiselle au violon durant ses représentations. Cette dernière ne l’avouerait certainement pas, mais elle était charmée par le jeune homme et prenait plaisir à danser sous le rythme du violon.  Au fil des mois passé ensemble, un lien se forma entre eux deux et la demoiselle commençait réellement à tomber amoureuse de Josef. Puis, elle se maria avec lui après que ce dernier reprit son élevage. Elle avait vingt-deux ans à ce moment-là et c’était le jour le plus heureux de sa vie. Elle quitta son travail à l’auberge et suivit l’homme dans son élevage. Elle n’était pas très à l’aise au début, mais elle s’y faisait et commençait même à y apprécier l’atmosphère. Et puis il y avait Josef et ça, ça valait bien le coup de faire des efforts. Shamara l’aimait tellement, qu’elle se sentait prête à tous pour cet homme. »

Cela correspond à quelle partie de l'histoire de Josef ?

Citation :
« Suite à ça, elles les prient sous son aile, prenant le meilleur professeur pour elle et son frère, pour lui, un professeur d’escrime et elle un professeur de magie qui lui apprendrait à maitriser un peu mieux sa magie des ténèbres. »

L'un des meilleurs professeurs plutôt, c'est préférable d'éviter les affirmations de ce genre.

Citation :
« En retour, elle mit à la tête de l’orphelinage, une femme qu’elle jugeait douce et depuis lors fournissaient les moyens nécessaires à l’orphelinat de vivre. »

C'est l'église ou le gouvernement Teïderien qui supervise cela, pas Shamara^^. Même dans le cas d'une entreprise privée, en cas de disparition de la directrice actuelle, on ne rigole pas avec l'éducation de la jeunesse après tout.

Citation :
« À présent, Shamara à 38 ans, elle est à la tête d’une grande et fière mafia qui sévit dans diverses régions. Commerce illégal, prostitution, esclavage, elle touchait à tout ce qui pouvait être fait. »

Rien à redire spécialement, on en avait discuté je crois, mais pourrais tu préciser ce que elle fait dans quelles régions XD ? J'avais cru comprendre qu'elle était surtout implantée dans les duchés et Teïder et avait des petites annexes ailleurs.






Voilà, du coup corriges moi cela et ce sera bon pour la validation Wink .
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 405
Date d'inscription : 17/02/2018
Localisation : Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shamara Arnuldofcka Lun 5 Nov - 17:03
Bonsoir!

Pour le lieu de naissance: C'est obligatoire? Vu que c'est un bled un poil perdu... Je ne voyais pas l'utilité d'y mettre un noms dessus o_o"

Pour l'item: J'en vois pas l'utilité ><"... J'ai ce qu'il faut pour un bon départ en rp!

Pour le lien: Je savais pas, ca se reproduira pas owo"

Pour la partie avec Josef: Ca se passe entre 1979 et 1982. J'ai vu avec lui pour le déroulement de cette période oo"

Pour l'orphelinat: Me semble que je t'en avais parler et que tu n'y avais rien dis, mais peut être que tu n'avais pas vu cette partie là. Du coup, s'possible de faire en sorte que tous le monde croient que l'ancienne directrice est partie à la retraite et que derrière Shamara l'ait supprimer en vengeance? Ou alors qu'elle a dénoncé la directrice d'être un vampire et que cette dernière a fuit la régions?

Sinon, les modifications ont été faites!
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shamara Arnuldofcka
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Shamara Arnuldofcka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: