Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Pour l'amour des livres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain
MessageSujet: Pour l'amour des livres Sam 15 Sep - 23:05
Une Bibliothèque. En d'autres terme, l'antre du savoir, l'ami de la connaissance, le berceau des érudits, le héros de la culture, le vainqueur de l'ignorance, le...

- Excusez-moi mademoiselle, pourriez-vous cessez de... faire ça avec les livres ?

Pour toute réponse envers la jeune Azurienne en charge de la bibliothèque, Mehenyt se contenta d'émettre quelque chose entre le grognement et le sifflement, puis décolla l'épaisse couverture de cuir de sa joue (comment laquelle avait collé à ses écailles, un vrai mystère). Puis, elle s'empressa immédiatement de filer sans même attendre de réaction, ne laissant pas paraître une once de sa gêne à avoir été reprise devant une salle comble. En un éclair, elle serpenta entre tous les rayons, attrapant des livres que l'on aurait cru choisis au hasard, tant elle prenait à peine le temps de les regarder avant de prendre.

Là voilà donc arrivée devant un pupitre au milieu de la salle au milieu d'hommes d'âge mur en beaux costumes, déposant ses dix livres pour tout butin. Deux avaient pour thème la faune dite dangereuse d'Akkaton, trois étaient des traités sur la contre-influence entre magie et technologie, et les cinq autres sur l'amélioration des êtes humains et les cyborgs. Son petit sifflement satisfait lui valut évidemment quelques regards et claquement de langue, mais elle n'y prêta aucune attention, absorbée par le premier ouvrage qu'elle attrapa et se mit à dévorer... Figurativement, cette fois.

Mais que faisait donc la jeune soldate, et maître des potions d'Eïlynster dans la grande bibliothèque d'Airain, coeur d'Akkaton, à des kilomètres de sa petite boutique ?

Elle faisait route depuis plus de deux semaines maintenant en direction du sud, et le voyage n'avait pas été des plus reposants. Elle avait passé le plus clair de son temps ballottée entre campagnes, villages, forêts et villages plus petits encore que les précédents. Elle n'avait trouvé que trois bébés grenouilles inconnus et, certes une prise un peu plus rare, un Moustique d'Eïrn. Les quatre reposaient actuellement dans des bocaux accrochés à son ceinturon et, bien heureusement, se tenaient pour l'instant tranquille, et c'était maintenant à eux cinq de finir la route jusqu'aux duchés, à pieds... ou plutôt à queue ?

Autant dire que l'arrivée à la capitale de province d'Akkaton après une traversée littérale du désert apportait son lot d'émotion. Il s'agissait de sa première fois dans la cité d'Airain, et de sa première fois dans une grande cité akkatonienne : la mage en était toute bouleversée, et pas seulement à cause des effets de la technologie sur sa magie.

Certes, à Eïlynster aussi on utilisait de technologie, mais pas tant que ça. Ici tout était tiré de fil et de monstres en fer, l'air était plein de vapeur et de bruits, comme des claquements tout près de soi, partout... Certains, elle l'aurait juré, semblaient même venir des gens eux-même. Comment tout ce monde pouvait-il avoir autant confiance en la nouveauté, l'inexpérimenté ? C'était pour elle à la fois stupide, et brave. Tout cela la dépassait autant que cela la fascinait. Elle avait maintes fois entendu parler des avancées technologiques d'Akkaton et de ses éminents savants, et sa curiosité chaque fois avait gonflé. Et la voilà au cœur même de cet immense chantier impérial, ne sachant que faire de ses dix doigts.

C'est donc tout naturellement qu'elle se contentait d'arpenter les rues le regard scotché vers le ciel, réchappant de bien des accidents potentiellement mortels qui ne purent même pas ébranler son émerveillement enfantin. Elle en était à se demander si elle n'avait pas complètement raté sa vie à apprendre la magie comme une imbécile, quand elle aperçut le panneau bien familier d'une bibliothèque. Et la suite, vous la connaissez.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Dim 16 Sep - 20:47
C'était une journée de début Janvier, avant qu'Otmar n'ait l'idée plus ou moins avisée quelques temps plus tard de partir seul et anonymement dans les Duchés du Sud malgré qu'il était le dirigeant de la plus grande puissance militaire mondiale à l'heure actuelle. Oui notre empereur est un excentrique, mais passons, dans ses habitudes un peu bien à lui il fallait d'ailleurs noter qu'il y avait celle d'aller des fois plus ou moins anonymement se promener dans la cité d'Airain. Enfin plus ou moins anonymement quand il prenait le soin de cacher un peu son visage, après tout ce n'est pas comme si ce dernier était inconnu des gens depuis les dernières élections. Il était sûr et certain après tout que cela devait faire longtemps que plusieurs photos de lui avaient dû faire le tour du pays…

C'est ainsi qu'il se retrouvait depuis déjà quelques minutes de cela dans cette bibliothèque de la capitale de province et disons qu'il essayait de se faire discret depuis qu'il avait retiré son chapeau à l'entrée par politesse. Ce qu'il était arrivé à faire plus ou moins, après tout notre empereur était disons doté mine de rien d'un grand talent quand il s'agissait de ne pas se faire remarquer. Son passé dans le royaume de Teïder sans doute ou bien les habitudes d'un voyageur qui préférait toute autre méthode que la violence pour résoudre un problème sur la route, que ce soit avec des gens ou des créatures plus ou moins animales et dangereuses.

Et il avait sinon remarqué une excentrique et bien entendu en étant un lui-même, mais aussi se sachant assez sociable, il décida mine de rien de peut-être l'aborder assez subtilement pour voir ce que cela pourrait donner, qui sait ? Au pire il écoperait d'un refus plus ou moins poli, c'est ainsi qu'il s'assit assez discrètement non loin d'elle, mais pas trop près en ayant un main un livre de psychologie assez… Complexe disons et demandant un haut niveau de connaissance dans ce domaine pour être compris aussi, ceci fait il lut celui-ci pendant quelques temps  avec applications, puis dit curieusement et à voix basse en jetant un œil un instant aux ouvrages que lisait la dame lorsqu'elle eut finit d'en lire un, oui il était très patient.

« Tiens, une amatrice de cybernétique ? Seriez-vous intéressée par hasard par les automates ? J'ais un ami à moi qui en fabrique et serait sans doute content d'en parler, mais bon vous avez sans doute autre chose à faire, mes excuses pour le dérangement si c'est le cas. » Ce avant de se pencher à nouveau sur son ouvrage pour sa part l'air de rien, ce sans paraître plus que curieux ou aimable, Otmar était après tout un maître dans l'art de paraître de la manière qu'il désirait paraître. Oui cela s'appelait jeter un hameçon avec un appât pour voir ce que ça donnait, mais l'air poliment préoccupé pour cela qu'il avait donnait l'impression qu'il n'en faisait pas une affaire de vie ou de mort, ce qui était le cas, mais empêcherait aussi probablement qu'on le soupçonne de pensées peu appropriées dirons-nous...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Dim 16 Sep - 23:28
L'homme qui avait parlé afficha une certaine indifférence, comme s'il n'attendait même pas de réponse à son invitation. C'était extrêmement suspect, un parfait inconnu qui vient s'asseoir à côté de vous, vous observe lire, puis lance une invitation avec nonchalance pile dans le thème, lancée dans le vent en tout altruisme. Vraiment louche. N'importe qui aurait changé de siège, prétexté devoir aller chercher les enfants à l'école, ou au moins ignoré l'individu.

C'est donc que bien évidemment, la jeune naga tomba immédiatement dans l'entourloupe sans rien voir. A sa défense, elle avait bien dévisagé l'homme dans un premier moment, mais c'était plus par surprise que par réelle suspicion. Elle alterna aussi avec ses livres, hésitant à les abandonner, fermés, dans cette bibliothèque du bout du monde pleine de vieux humains.

- Non, je veux le voir ! Dit-elle très rapidement, à un volume normal, sans crier, mais sans non plus chuchoter comme il était de rigueur dans une bibliothèque, ce qui lui valut une fois de plus quelques grognements outrés qu'elle n'entendit même pas. Il y avait de quoi parfois se demander si elle n'était pas sourde, mais elle avait juste l'oreille particulièrement sélective. Ou bien son simili de coiffure lui bouchait les oreilles, allez savoir.

Son regard se posa toutefois un court instant sur les livres déjà éparpillés sur la table. Elle n'en avait lu qu'un, un régal qui la laissait tout de même sur sa fin. Les survivants quant à eux lui semblaient l'appeler, la tenter par tous les diables de rester pour les lire, et elle sentit son cœur se serrer. L'opportunité ne se reproduirait pas, on était dans la capitale d'Airain après tout... Eïlynster certes avait ses bibliothèques, lesquelles bien sûr avaient aussi leur lot de livres technologiques, mais Mehenyt avait déjà tout lu. Et cela prendrait des mois avant que les meilleures sorties d'Akkaton, berceau de la technologie elle-même, ne viennent visiter la forteresse inébranlable.

Mais quand trouverait-elle le temps de les lire ? Elle devait reprendre la route le plus vite possible !

- C'est comment pour emprun-- Un chut particulièrement sonore retentit à nouveau jusqu'à ses oreilles, et cette fois-ci elle daigna baisser le volume -- pour emprunter des livres ?

Elle trouverait sans doute de quoi tout lire avant demain. Pas vrai ? Ou bien, elle marcherait un peu plus vite, ce n'était pas bien dramatique. Elle était déjà toute près des duchés de toute façon. Et qui sait, elle apprendrait peut-être quelque chose qui allait changer sa vie et lui donner un bon coup de main pour la suite ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Lun 17 Sep - 20:29
Otmar regarda la jeune dame qui mordit à l'hameçon avec une rapidité et une précipitation somme toute assez impressionnante, et se contenta de hocher la tête poliment avec un regard aimable, ce avant de répondre gentiment. « Cela dépend, si vous êtes du genre à voyager loin et longtemps vous pouvez au pire acheter des copies de ces ouvrages, et ce pour une somme assez modique. Vous les aurez ainsi à disposition pour les lire et relire quand vous le voulez » Quant à comment elle pourrait se procurer ces derniers, ce n'était pas bien dur, après tout à Akkaton l'impression avec les machines à vapeur avait encore plus démocratisé un bas coût de la littérature que dans les autres nations où pourtant c'était déjà plus ou moins accessible. Disons que dans l'empire on pouvait acheter des journaux pour une bouchée de pain et que n'importe qui pouvait acheter quelques livres tous les moins, donc évidemment il ne pouvait que lui conseiller de les acheter si elle le désirait.

Sur ce il l'invita à le suivre après qu'il ait rangé son livre et aidé la dame à ranger les siens, puis glissa en chuchotant. « Au passage si vous le désirez, avant ou après que nous soyons aller voir mon ami, je pourrais vous amener à une librairie comme on en trouve aisément en cherchant un peu dans les environs. Vous devriez sans doute y trouver votre bonheur sans mal, si vous voulez je pourrais même vous offrir un ou deux ouvrages. Je ne suis pas dans le besoin après tout et c'est agréable disons de voir une étrangère apprécier le savoir faire de l'empire. » Ce alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie et qu'il pensait que pour le coup il avait trouvé une dame très réceptive à l'obtention de certains savoirs intellectuels, sans doute qu'elle-même avait des choses très intéressantes à dire, il ne manqua pas d'ailleurs de glisser amusé. « Vous m'avez l'air en tout cas d'une érudite qui doit savoir beaucoup de choses, le genre de personne avec qui j'aime bien converser, après tout c'est une manière comme une autre d'apprendre de nouvelles choses. » Ce qui était à la fois honnête et flatteur, une belle preuve de diplomatie dirons-nous.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Mer 19 Sep - 23:47
- Je veux les acheter ! Répondit-elle immédiatement, peu soucieuse du prix, et oubliant bien rapidement que son voyage n'était pas terminé et qu'elle devrait porter les dits ouvrages seule jusqu'aux duchés du sud.

Elle eut par ailleurs un peu du mal à comprendre ce qu'il attendait d'elle une fois qu'il ait rangé son livre. Ah oui... Pour les acheter elle devra aller dans une librairie... pas ici. Avec un petit soupir de frustration, elle fila ranger les siens à son tour, ayant apparemment retenu exactement où elle avait pris chacun d'entre eux.

« Au passage si vous le désirez, avant ou après que nous soyons aller voir mon ami, je pourrais vous amener à une librairie comme on en trouve aisément en cherchant un peu dans les environs. »

Cela ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde, et elle fit silencieusement une note mentale de le lui rappeler à la première occasion. Pour elle, ils avaient officiellement passé un marché... bien qu'elle n'ait en soi rien proposé. D'un autre côté, elle ne lui avait rien demandé, c'est lui qui s'était avancé de lui-même. A lui de tenir sa parole, maintenant. Mais avant les livres, elle voulait déjà rencontrer cet ami le faiseur de "machine". Car les livres, on en trouvait partout. Les inventeurs, pas si facilement...

« Vous m'avez l'air en tout cas d'une érudite qui doit savoir beaucoup de choses, le genre de personne avec qui j'aime bien converser, après tout c'est une manière comme une autre d'apprendre de nouvelles choses. »

Mehenyt se raidit immédiatement à l'écoute du compliment, pour ne pas dire flatterie, laissant même échapper un peu sifflement de contentement par réflexe, mais gardant un minimum de pudeur devant un étranger. Tout de suite, elle devenait plus bavarde sous la flatterie. Dehors, il s'était mis à pleuvoir mais c'est à peine si elle le remarqua - elle ne portait pas de vêtements de toute façon, l'ennui de la pluie avait toujours été minime pour elle. Inconsciemment, sa queue gigotait joyeusement derrière elle, envoyant valser quelques gouttelettes autour d'elle.

- J'aime bien lire. J'ai tout lu dans la bibliothèque de la forteresse inébranlable." mentionna-t-elle sans retenue "Et aussi j'ai étudié auprès du Grand Achroma, à Fort Bastel, dans les Duchés du Sud. Alors j'ai un haut niveau en nécromancie, maintenant. Mais sinon à par ça, je suis pas si extraordinaire que ça." Oui elle venait copieusement et sans retenue de s'envoyer toutes les fleurs qu'elle pouvait, avant d'ajouter la cerise sur le gâteau en prétendant être humble. Puis comme si de rien n'était, elle reprit :

- Vous aimez lire aussi ? Et les machines ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Jeu 20 Sep - 21:07
Une Eïlynsterienne ? Visiblement la dame presque totalement naga n'était pas gênée à l'idée de lui dévoiler ses origines comme cela, à lui inconnu. Soit, de toute manière ce n'est pas comme si les gens de cette nation avaient mauvaise réputation disons, même si évidemment il y avait de quoi être surpris car il savait que ces derniers essayaient tout de même d'êtres prudents souvent à l'étranger pour de nombreuses raisons compréhensibles.

« J'avouerai ne pas encore connaître les noms que vous venez de me citer, mais évidemment je veux bien vous croire quant à vos grands talents de nécromancienne. Cela se voit après tout que vous devez avoir un certain talent. » Répondit-il sinon aimable aux paroles de la dame qui n'était pas vraiment modeste, mais bon il n'allait pas spécialement s'agacer de cela, après tout c'était presque attendrisant d'une certaine manière.

« Lire ? Disons qu'en effet je suis un lecteur assidu, je dois avoir lu de tout au cours de ma vie, notamment des traités sur les différentes nations et les différents peuples, mais aussi de la lecture pour le loisir ou bien des théoriques politiques, scientifiques et philosophiques de toutes sortes. Notamment pour rédiger moi-même plusieurs ouvrages, voyez-vous je suis ethnologue, une carrière qui évidemment oblige à mettre des essais par écris une fois les enquêtes sur le terrain terminées. » Il en parlait visiblement avec une certaine passion, ce avant de reprendre pensif au sujet des machines.

« Et disons qu'en effet j'aime beaucoup les machines, notamment les automates, j'ai aussi une certaine attirance pour les armes à feu j'avouerai. Je suis après tout fasciné par ce que l'on peut accomplir par le savoir et l'ingéniosité que ce soit dans le domaine magique et technologique, sans oublier que plus le temps passe, plus les deux domaines avancent en progrès et possibilités, n'est-ce pas là quelque chose qui peut laisser rêveur ? Et vous, puis-je savoir si vous le permettez pourquoi une telle attirance pour la technologie ? Pas que je ne la comprend pas, au contraire, mais ce n'est pas forcément la norme chez les mages particulièrement puissants. » Disons qu'il y avait souvent luttes d'intérêts, mais il était bien après tout de voir de l'ouverture à ce sujet. Il conclut d'ailleurs par une dernière question aimable.

« J'espère sinon que votre séjour dans l'empire vous plaît ? » Après tout on ne savait jamais, même si elle n'avait pas l'air spécialement mal à l'aise à bien y regarder.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Sam 22 Sep - 11:12
« J'avouerai ne pas encore connaître les noms que vous venez de me citer, mais évidemment je veux bien vous croire quant à vos grands talents de nécromancienne. Cela se voit après tout que vous devez avoir un certain talent. »

Elle siffla satisfaite, toujours contente que son talent soit reconnu.

« Lire ? Disons qu'en effet je suis un lecteur assidu, je dois avoir lu de tout au cours de ma vie, notamment des traités sur les différentes nations et les différents peuples, mais aussi de la lecture pour le loisir ou bien des théoriques politiques, scientifiques et philosophiques de toutes sortes. Notamment pour rédiger moi-même plusieurs ouvrages, voyez-vous je suis ethnologue, une carrière qui évidemment oblige à mettre des essais par écris une fois les enquêtes sur le terrain terminées. »

Il lisait donc bien évidement aussi. Logique, vu qu'elle l'avait trouvé dans une bibliothèque, mais enfin. Mehenyt n'avait cela dit pas le même type de lecture, elle préférait plutôt la science dure que les sujets de culture ou d'histoire, mais cela ne lui importait guère. Si elle n'avait pas le temps d'apprendre elle-même, avoir sous la main un passionné pour lui apprendre les rudiments était très pratique. Et à Eïlynster, il n'y avait pas de la part de l’État un réel encouragement à s'intéresser aux autres nations, outre politique et renseignements espions, lesquels lui passaient entièrement au dessus de la tête.

« Et disons qu'en effet j'aime beaucoup les machines, notamment les automates, j'ai aussi une certaine attirance pour les armes à feu j'avouerai. Je suis après tout fasciné par ce que l'on peut accomplir par le savoir et l'ingéniosité que ce soit dans le domaine magique et technologique, sans oublier que plus le temps passe, plus les deux domaines avancent en progrès et possibilités, n'est-ce pas là quelque chose qui peut laisser rêveur ? »

Quand aux machines, il s'exprimait bien là comme un Akkatonien, avec force arguments positifs et rêveries. Elle n'était pas assez optimiste pour penser que le monde verrait son salut dans les machines là où la magie elle-même avait échoué. Ce n'était pour elle pour le moment que de drôles de petits engins permettant par automatisme de faire ce que les hommes (au sens large et généralisé au delà des humains) pouvaient déjà faire de leurs dix doigts - elle évita de peu un moyen étrange de locomotion Akkatonien qui manqua de la percuter - Elles le faisaient juste plus vite et avec plus de bruit. Mais c'était bien suffisant pour l'intéresser. Cela dit, même si elle refusait de l'admettre, la vision de l'homme renforçait encore plus sa curiosité et elle se prenait à espérer qu'il lui prouve la véracité de ses dires. Peut-être avec son ami, qui sait ?

« Et vous, puis-je savoir si vous le permettez pourquoi une telle attirance pour la technologie ? Pas que je ne la comprend pas, au contraire, mais ce n'est pas forcément la norme chez les mages particulièrement puissants. »

- La magie ça peut pas créer des gros chevaux." fit-elle en pointant la Chose qui avait manqué de l'envoyer dans un mur. "Et puis s'il y a des gens qui utilisent la technologie, c'est mieux d'être préparé. Plein de monde sait ce que peut faire la magie, même sans pouvoir l'utiliser. Les sorts sont toujours les même et datent de plusieurs siècles. Alors que la technologie, ça change tout le temps. C'est important de s'adapter."

Par habitude, elle avait adopté une justification pragmatique, avec une raison claire se résumant à "il faut pouvoir se défendre si on nous attaque", comme il avait été insisté bien fermement au cours de son éducation. En réalité, c'était tout simplement de la curiosité intellectuelle mêlée d'une légère touche de l'ambition d'être plus éduquée que la masse, et de tout savoir sur tout.

« J'espère sinon que votre séjour dans l'empire vous plaît ? »

- Je passe juste, je vais dans les duchés. Mais c'est beaucoup mieux qu'à Teïder en tout cas. Ici au moins il y a des choses intéressantes à voir, et des livres. Et il y a des gens pour parler."
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Dim 23 Sep - 21:31
Otmar s'inquiéta un peu de voir la dame manquer d'être percutée par une sorte d'araignée géante mécanique qui servait de monture à un excentrique. Fichtre, ça ne devait pas forcément être la monture la plus pratique qui soit pensa t-il en voyant l'automate qui visiblement était un prototype au vu de ses pas hésitants. Probable que dans quelques années ce serait bien plus gracieux, mais en attendant il se demandait bien quelles inventions pondraient prochainement les inventeurs d'ici là...

« Ah ? Pourtant j'avais cru comprendre que ça le faisait au moins en partie quand on m'a parlé de l'art de l'invocation notamment... » Dit-il sinon pensif quand la dame lui dit que la magie ne produisait pas de gros chevaux, ce pour ne rien répondre ensuite aux paroles suivantes de la naga qui à vrai dire l'étonnèrent beaucoup. Comment ça la magie n'inventait rien ? Lui-même qui avait disons côtoyé cette dernière savait qu'au contraire elle pouvait innover, même si évidemment on parlait d'un domaine de connaissance et d'un champ d'applications si larges qu'il avait peut-être en effet subit une lenteur dans son évolution jusqu'à ce que la technologie naisse et gagne de l'importance au point de concurrencer la magie et obliger celle-ci à innover. Par contre quant aux dernières paroles de l'enfant de la muraille, il ne manqua pas d'y répondre avec amusement.

« Étrangement, il est rare qu'on me fasse les louanges de Teïder, allez savoir pourquoi. Quoiqu'il en soit, c'est bien loin de votre pays natal en effet, même si j'avouerai que cela me surprend que vous m'avouiez aussi franchement vos origines. » Précisa t-il mine de rien avec humour, ce avant de reprendre plus sérieusement alors qu'ils n'étaient plus très loin de leur destination.

« Et comment est la magie nécromantique sinon ? J'avouerai que j'ai rarement eu un de ses pratiquants à disposition pour m'en parler… Ainsi si vous me permettez ces deux questions, qu'est-ce qui vous a pousser à la pratiquer ? Et, aussi, est-il vraiment possible de devenir immortel grâce à cette magie ? J'avais cru comprendre que cela avait un prix lourd à payer, mais était possible... » Restait donc à voir si elle désirait ou non éclaircir ses questionnements.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Ven 28 Sep - 11:14
« Ah ? Pourtant j'avais cru comprendre que ça le faisait au moins en partie quand on m'a parlé de l'art de l'invocation notamment... »

- Ah, oui, je connais pas la magie invocatrice. Jamais vu quelqu'un en faire. Ils achètent pas beaucoup je crois." Elle était déjà en train d'essayer de faire remonter son niveau en magie de l'eau, et c'était bien assez pour son cerveau question études magiques. Elle voulait sortir un peu du domaine.

« Étrangement, il est rare qu'on me fasse les louanges de Teïder, allez savoir pourquoi. Quoiqu'il en soit, c'est bien loin de votre pays natal en effet, même si j'avouerai que cela me surprend que vous m'avouiez aussi franchement vos origines. »

Oups, elle avait encore trop parlé. Décidément, quand on lui parlait livres, elle déballait franchement tout. Enfin, ce n'est pas comme si elle était une espionne ou quoi que ce soit, Eïlynster envoyait bien des représentants officiels parfois. Et puis, ils pouvaient toujours aller et venir à l'étranger. Ce n'est pas comme si le pays avait des relations difficiles comme, eh bien justement, Teïder.

- Teïder est un ramassis de mauvais sang. Ils veulent tout envahir et tout conquérir, mais ils sont méchants avec les gens qui entrent dans leur pays. Personne n'aime Teïder. Tout serait bien mieux sans eux." asséna-t-elle en toute bonne civile bien éduquée d'Eïlynster, à qui on avait appris à tuer vite et bien dans le cadre d'une guerre potentielle avec leurs voisins de toujours.

« Et comment est la magie nécromantique sinon ? J'avouerai que j'ai rarement eu un de ses pratiquants à disposition pour m'en parler… Ainsi si vous me permettez ces deux questions, qu'est-ce qui vous a pousser à la pratiquer ? Et, aussi, est-il vraiment possible de devenir immortel grâce à cette magie ? J'avais cru comprendre que cela avait un prix lourd à payer, mais était possible... »

- A Teïder aussi ils font de la nécromancie d'ailleurs. Mais je parie qu'ils font probablement des choses mauvaises avec. C'est très Teïderien ça, les choses mauvaises." fit-elle pour ajouter encore une petite couche, peu consciente du fait qu'un Teïderien puisse se trouver n'importe où autour d'elle. Hé, elle ne savait même rien de son accompagnateur. Mais évidement, elle n'y prêtait aucune attention. "Des personnes l'ont fait, mais j'ai entendu dire que ça c'était mal fini pour tout le monde. Quand quelqu'un a touché la mort, même pour la surmonter, il n'est plus vraiment vivant. La mort c'est juste le résultat de la vie. Tu peux te débarrasser de la mort, mais pas des conséquences de la vie. Les gens pourrissent quand même en faisant ça, et quand le corps pourrit, le cœur et la tête. Ils deviennent fous."

Et, bien partir sur sa lancée, elle ajoutait l'air de rien :

- J'aimerais bien mettre au point une potion un jour, pour voir si je peux peut-être empêcher ça. Il y a une méduse qui peut régénérer ses cellules à volonté." Puis, elle réalisa tout à coup ce qu'elle était en train de raconter et comment cela pourrait être mal interprété. Achroma ne la laisserait jamais partir dans de tels travers, et mine de rien, elle ne voulait pas décevoir son maître. Elle se reprit donc

- Par curiosité, juste. Je le vendrais pas à des personnes comme ça" Quoique... S'il y avait un business... Après tout les vampires pouvaient être immortels, c'était très injuste pour le reste de la population...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Sam 29 Sep - 21:12
« Les Teïderiens ont une histoire particulière qui n'aide pas vraiment en effet à ce que leurs mœurs soient des plus ouvertes et aimables. Cela est triste je pense, car leur pays serait probablement bien meilleur sans le régime tyrannique qui est à leur tête et la religion de souffrance et de peine qu'ils se plaisent à cultiver. » De parfaits fanatiques en somme que ceux les dirigeants, le genre qu'ils n'estimaient point.

« En effet, j'avais entendu dire que la nécromancie était utilisable par la famille royale là-bas, je suppose que c'est l'un de ces privilèges que les dirigeants de ce royaume s'arroge. » Dit-il sinon pensif à ce sujet et assez d'accord en vérité sur le fait que Teïder n'était pas le meilleur pays au monde, même si pour sa part il ne mettait pas toute la population dans le même sac. Disons après tout que c'était l'exemple même du pays aux valeurs totalement opposées à celles d'Akkaton.

« C'est un point de vue philosophique intéressant en effet, mais dans ce cas pourquoi tant de monde cherche à dépasser la mortalité induite par la vieilesse si au final ce n'est pas dans notre nature de vraiment la savourer dans le cas où on la trouve ? Serait-ce notre peur typique de la mort qui y inciterait ? » Ce avant d'ajouter au sujet de la potion.

« Il existe des potions de jouvence de ce que j'ai entendu, utilisables une seule fois du vivant du buveur, mais je vous avouerai que je doute que ce soit par des moyens peu traumatisants comme celui-ci qu'on puisse vraiment triompher de la vieillesse physique du corps pour de bon… C'est après tout quelque chose de profondément gravé en nous qui je pense nécessiterait autant de lourdes opérations au niveau physique, que mental pour pouvoir vraiment s'en débarrasser. » Même si évidemment le progrès pourrait aider, mais il doutait en vérité que ce soit un objectif simple à accomplir.

« Vous savez, dans l'empire Akkatonien la vente de prothèses cybernétiques est légale et c'est un moyen assumé pour certains d'améliorer leurs performances comme pour quelqu'un se faisant insuffler de la magie en lui le ferait. Enfin, quoiqu'il en soit nous sommes arrivés. » Dit-il donc alors qu'ils arrivèrent devant ce qui semblait être un grand atelier. Sans doute pas l'endroit où l'on produisait les pièces mécaniques ou les ressources pour automates, mais où l'artisan et les ouvriers de celle-ci assemblaient ces derniers selon des procédés extrêmement complexes.

Ils entrèrent donc et ils purent constater que l'entrée de la boutique qui faisait deux étages regorgeait de petits et gros automates des fois sous scellés et exposés à l’œil des clients. Que ce soit des araignées ou des automates bipèdes entres autres… Et alors que le propriétaire qui avait été sans doute avertit par la clochette à l'entrée n'était pas encore venu les accueillir, Otmar en profita pour montrer un des grands automates bipèdes qui devait faire dans les 2 mètres à la dame. Un automate garde du corps visiblement, assez rare dans les faits, avant de dire avec amusement.

« C'est encore une invention assez récente dans l'empire, dans l'ordre de la dizaine d'années, mais qui fait déjà notre fierté, c'est passionnant après tout de se dire que l'on peut créer quelque chose de presque vivant avec du savoir faire et des matériaux froids. Dîtes-moi, quel genre de potions préparez-vous d'ailleurs ? » Enchaîna t-il donc avec un mélange de fluidité et de curiosité, après tout aucune raison qu'il n'y ait pas un léger échange de connaissances...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Jeu 4 Oct - 0:13
Les gens d'Akkaton étaient donc bien lucides au sujet de Teïder. Elle avait entendu beaucoup de quolibets présentant Akkaton comme une ribambelle de "bavards" et de ""diplomates"", mais des dires de l'homme, il semblait à la jeune femme tout à fait envisageable qu'ils puissent tout aussi bien prendre les armes contre la nation fanatique dès demain. Avoir grandi à Eïlynster vous fait ça : on a du mal à comprendre comment on pourrait désapprouver quelqu'un et ne pas lui sauter à la gorge à la première occasion venue. Fidèles à eux-mêmes.

Aussi, Mehenyt se retint une rare fois de sa vie de lancer le débat : est-ce que vouloir faire quelque chose implique que c'est quelque chose que l'on devrait faire. Ne serait-ce que parce qu'elle vivait près de l'hôpital de la forteresse inébranlable, et que par conséquent, des gens en très très mauvaise posture après avoir "voulu faire quelque chose", elle en avait vu agoniser lentement plus d'un sous ses fenêtres (et se souvenait encore très bien de l'énergie qu'elle avait dû dépenser elle pour leur ré insuffler un peu de vie, quand la mort était trop proche). Elle ajouterait même qu'il s'agissait là du vrai propre de l'être pensant : penser si fort qu'il en oublie la réalité de son corps. Et, par conséquent, le perd. Elle se rappela en effet in extremis qu'elle devait rester dans les bonnes grâces de ce monsieur pour qu'il la conduise à la Connaissance, et ses parents comme son maître lui avaient souvent dit qu'il fallait parfois mieux la mettre en veilleuse parfois.

Et puis de toute façon, il admettait aussi que tout avait son prix, et que combattre la mort était tout à fait hors nature. Son esprit se relâcha et se rouvrit davantage à la discussion.

"Vous savez, dans l'empire Akkatonien la vente de prothèses cybernétiques est légale et c'est un moyen assumé pour certains d'améliorer leurs performances comme pour quelqu'un se faisant insuffler de la magie en lui le ferait."

- Des prothèse cybernétiques ?!" Répéta-t-elle à sa suite. Enfin parlaient-ils de ce qui l'intéressait vraiment !

Mais au lieu de lui répondre, l'homme lui montra simplement un bâtiment avant d'y entrer. Elle s'empressa de se faufiler à son tour.


Et elle resta là plantée et muette, la bouche entrouverte comme un poisson. Les étagères étaient couvertes d'objets étranges et splendidement complexes, dont les reflets métalliques brillaient par le polissage et des lumières stratégiquement placées. En toute débutante qu'elle était, elle aurait pu penser que cette complexité ne put qu'être esthétique, pompeuse et inutile, mais elle sentait que toute aiguille, tout ressort, cadran et joint devait avoir là son utilité, et c'était bien là exactement ce qui la fascinait. Et voulait tout démonter un par un, puis remonter, modifier, changer. Le murmure qu'elle avait déjà entendu dans la ville se poursuivait jusque ici, mais avec une acuité dans le son, comme une précision, comme si elle avait trouvé là l'une des sources premières de cette symphonie de métal. Et pourtant, rien ne bougeait dans la boutique ! Les sons venaient de l'intérieur des choses, comme des centaines de cœurs au repos derrière des verres et des étiquettes. A vous en faire tourner la tête.

"---vous d'ailleurs ?"

Son cerveau perçut ce bout de question, et la tira à la réalité et à l'homme qui la regardait, l'air d'attendre quelque chose.

Elle allait lui demander de répéter, mais, tiens, sa tête tournait vraiment en fait. Et c'était elle, ou bien le sol se rapprochait dangereuse men t vi   t        e... ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Ven 5 Oct - 19:36
Otmar réceptionna la dame quand il vit celle-ci commencer à tomber, ce pour que le mouvement ne se poursuive pas et qu'elle ne se fasse pas mal. Mais ? Comment ? Ah, peut-être était-ce la surprésence de technologies dans les environs ? Mais normalement ça ne faisait pas un tel effet aux mages en dehors du malaise habituel lié au fait de sentir leurs pouvoirs grandement amoindris… Quoique, certains y étaient plus sensibles que d'autres supposa t-il en laissant un peu de temps à la dame pour se reprendre, au moins le temps de profiter du fait qu'elle avait des bobines supposa t-il pour se faire une sorte de siège improvisé. Du moins, de ce qu'il savait de la physionomie naga, après tout ces derniers n'étaient pas vraiment trop capables de s'asseoir sur des chaises dirons nous étant donné qu'ils n'avaient pas ce qu'il fallait pour cela. Les nagas n'en ayant pas besoin en vérité étant donné que la chose y ressemblant qu'ils utilisaient en général de ce qu'il avait pu voir et encore c'était rare car juste pour désigner une zone pour s'installer, était un coussin ou un tapis au sol.

Quoiqu'il en soit, cette légère crise plutôt bien gérée, il reprit poliment à l'égard de la dame qui à défaut de ne pas être tombée au sol, ne semblait pas forcément totalement remise…

« Vous allez bien ? Qu'est-ce qui vous arrive ? Vous faites un malaise ? » Se disant que si ça persistait il devrait aller chercher un médecin rapidement, il observa d'abord pour voir si elle semblait se remettre un peu ou si ça empirait et si c'était le cas, eh bien il devrait faire vite pensa t-il. Néanmoins, il se demandait vraiment ce qui était arrivé soudainement et surtout si cela avait une cause potentiellement plus sinistre que ce qu'il imaginait ou la base ou si c'était juste l'émotion dirons-nous...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Dim 14 Oct - 23:16
La tête lui tournait encore fortement, et la migraine lui cognait le cerveau, mais une fois à terre, et donc débarrassée de l'obligation de maintenir un équilibre, Mehenyt parvint au moins à garder connaissance, au moins le temps que le vertige passe. Il était moins une, elle avait presque eut un moment de blanc dont il lui fallait revenir. Elle était... A Akkaton oui, en route pour les duchés du sud. Puis, elle était passée par la bibliothèque, avait rencontré un type -elle commençait seulement maintenant à se rendre compte qu'elle n'avait probablement pas été très prudente, mais c'était fait, maintenant- et ils étaient maintenant...

Gasp ! Elle se redressa d'un bond en se rappelant que oui ! Elle s'était évanouie pile au meilleur moment ! L'antre du mécanicien !

... Et se rassit quand même rapidement, après avoir été frappée d'une nouvelle vague paralysante de migraine.

- Ugh... La route fut longue." et... relativement riche en émotion, si on prenait en compte son passage par Teïder "Ca va. Pas de problème. Je vais juste... rester un peu assise."

Si encore elle savait précisément d'où le trouble provenait, elle aurait pu prendre une potion qu'elle avait sur elle, mais il allait falloir enquêter un peu sur les symptômes, si persistance il y avait, pour être certain.

En y pensant, elle avait une deuxième douleur à la tête, quelque chose d'autre que la migraine. Quelque chose qui faisait comme une brûlure, un peu. Instinctivement, elle passa la main et effectivement, une belle bosse commençait à pointer en haut du crâne. Elle était toute proche d'une étagère, elle s'était probablement cognée en perdant l'équilibre. Ugh, un naga perdre l'équilibre, quelle honte... Elle espérait ne pas être la seule représentante de sa race aux yeux de l'homme, il ne fallait pas faire perdre la face à tout le monde...

C'est là qu'un petit mouvement de queue instinctif provoqua un léger tintement qui attira tout de suite son attention. Une petite machine gisait là éventrée tout près d'elle, elle avait le cadran fendu et contrairement au reste, ne produisait aucun son.

- Ah. Je l'ai cassé.

Fit-elle de son ton caractéristique qui laissait penser qu'elle n'en avait cure, alors qu'en réalité, elle paniquait tout ce qu'elle pouvait de l'intérieur. Faites que cela ne mette pas le maître des lieux en colère ! Elle avait encore tant de questions à poser ! Et faites qu'on ne lui demande pas de trop grande compensation ! Elle, elle aimait les rentrées d'argent, pas les sorties... Et depuis qu'elle avait quitté son échoppe, les rentrées elle n'en avait presque pas eu une seule...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Lun 15 Oct - 18:27
Otmar laissa la dame se reprendre, après tout celle-ci avait disons eut un moment d'absence et de péril aussi imprévu qu'étrange, puis se demanda si la dame était du genre un peu maladroite en vérité… Sans doute et il se le dit d'autant plus quand soudainement il remarqua lui aussi qu'elle avait renversée quelque chose…

Et disons que, eh bien elle avait renversée quelque chose d'assez cher en effet, il se demanda bien d'ailleurs si le ton qu'employait la dame était vraiment des plus appropriés à la situation au vu du prix que cela valait. Fichtre pensa Otmar, il se pencha vers le produit et se disant que le propriétaire allait bientôt venir, tenta disons d'arranger un peu les choses en urgence en espérant que ça passerait.

Heureusement, dans les faits les systèmes concernés étaient assez simples et il semblerait que la machine n'était pas vraiment achevée, mais en construction, bon Otmar dû user rapidement des outils traînant dans les environs, mais il termina au moins peu avant qu'en effet le propriétaire, un elfe habillé en gentleman visiblement, probablement pas le moins mage du monde ne débarque. Celui-ci qui les regarda curieusement et un peu étonné de voir Otmar, finit par dire en s'inclinant.

« Votre excellence, c'est un honneur, voir l'empereur d'Akkaton dans ma boutique est un privilège. » Il ne le disait pas du ton auquel on s'adressait à un roi devant lequel on s'inclinait ou qu'on devait presque traiter comme un dieu vivant, mais sur celui adressé à un dirigeant méritant le respect, mais qui ne devait visiblement pas être un tyran vu qu'il semblait plus parler à un monsieur distingué et honorable qu'autre chose. Otmar quoiqu'il en soit demanda sur ce aimablement en espérant que la naga était passée à autre chose par rapport à l'accident et n'allait rien renverser cette fois-ci…

« La dame en ma compagne vient de loin et aimerait disons pouvoir contempler de beaux modèles d'automates en actions, seriez-vous d'accord avec cela ? » L'elfe sourit en entendant cela, comme si l'idée de montrer ses créations lui plaisait, des créations très belles et esthétiques d'ailleurs avait remarqué Otmar. Les elfes extrêmement technologistes étaient rares disons, même en Akkaton, mais quand ils l'étaient ils ne manquaient pas d'y transposer leur raffinement, cet elfe demanda donc avec amabilité à l'hybride.

« Quel genre d'automate aimeriez vous donc contempler ? J'ai disons un peu de tout. »
C'était donc à la dame de faire un choix, restait donc à savoir ce qu'elle désirait exactement.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Dim 21 Oct - 23:24
L'homme parvint à réparer les dégâts apparemment sans trop de mal, ce qui évidemment la surprit beaucoup. Alors comme ça, l'homme qu'elle avait rencontré dans une bibliothèque, alors qu'elle lisait des livres sur la technologie, au cœur de la nation technologique, qui avait aussi des amis experts en technologie, s'y connaissait lui-même en techno--- oh en fait, c'était logique, elle aurait dû s'en douter. D'ailleurs, ne le lui avait-il pas dit qu'il se passionnait aussi pour la technologie ? Enfin, avoir de l'intérêt ne signifiait pas s'y connaître assez pour triturer des machins ronds dans les machines avec tout cette aisance qu'il avait.

Mais bon, elle aurait quand même dû se douter que les chances avaient été grandes.

Un homme entra dans la salle au moment où le premier inconnu de la journée refermait l'objet. Concentrée sur le moindre fait et gestes du moindre doigt de celui-ci, elle n'entendit pas entrer et sursauta lorsqu'une voix ferme mais polie prit la parole

« Votre excellence, c'est un honneur, voir l'empereur d'Akkaton dans ma boutique est un privilège. »

« La dame en ma compagne vient de loin et aimerait disons pouvoir contempler de beaux modèles d'automates en actions, seriez-vous d'accord avec cela ? »

La discussion s'engagea ainsi de ces quelques échanges. Mais elle n'avait encore pas écouté.

- Vous êtes un empereur." lâcha t-elle les yeux ronds comme des billes et la mâchoire ouverte comme un poisson. L'expressivité dans le ton n'était toujours pas à tomber par terre, mais c'était pourtant tout de même beaucoup plus que ce qu'elle offrait d'habitude.

Elle réalisa bien vite qu'elle aurait du dire "l'empereur", vu que, eh bien, des empereurs il n'y en avait qu'un à Akkaton, de ce qu'elle avait pu apprendre de la nation dans les livres d'Eïlynster. Oh non elle avait du se comporter de manière tout à fait impardonnable ! Bon, très franchement, elle avait déjà oublié ce qu'elle avait bien pu faire, mais elle savait qu'elle n'était pas un modèle de courtoisie par nature, et ne pouvait qu'être mortifiée de s'être montrée à nue devant un haut placé, et qui plus est d'un autre pays que le sien.

- Pardon." Dit-elle précipitamment, les yeux toujours aussi ronds "Je ne savais pas. Zut."

Eh oui, même quand elle savait qu'elle devait faire attention, elle n'était toujours pas un miracle d'éloquence, surtout en panique comme ça.

Instinctivement, elle se faufila derrière le nouvel arrivant, cherchant à se cacher, honteuse. Celui-ci ne sembla pas lui en tenir rigueur et lui demanda avec amabilité quel automate elle souhaitait voir le plus. Elle planta ses grands yeux ronds dans les siens un moment, le temps de se rappeler de la situation, puis lança immédiatement, comme si son cerveau opérait en deux fois, celui gêné et celui qui, quand même, voulait vraiment en savoir plus sur ces machines.

- Ceux qui bougent comme des hommes vivants.

Et puis, se rappelant à nouveau de la situation, elle remit précipitamment ses mains devant son visage, essayant de se faire toute petite.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Hybride
Nationalité: Eïlynsterienne
Rang social: Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 12/09/2018
Localisation : Royaume d'Eïlynster
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres Lun 22 Oct - 20:29
« En effet… Quoique... » Dit-il un peu gêné quand la dame dit qu'il était un empereur, ce qui révélait bien en effet que son anonymat venait de voler en éclat, il tînt tout de même à préciser. « Parlons plutôt d'une sorte de dirigeant élu, c'est juste que dans l'empire d'Akkaton on nomme de tels dirigeants empereurs. Je suis censé représenter la volonté du peuple impérial en somme, mais bon faîtes comme si j'étais juste un vieil érudit, si ça vous met plus à l'aise. » Précisa t-il alors avec un fin sourire, ce avant de préciser aimablement.

« Ne vous excusez pas, à vrai dire j'aurais préféré que vous ne le sachiez pas de toute manière, les gens ont disons tendance à réagir de manière très différentes quand ils savent que vous êtes un dirigeant, même quand l'on est pas un dictateur comme le roi de Teïder. » Glissa t-il d'ailleurs avec une pointe d'humour pour la faire dérider avant de poser aimablement une main sur l'épaule de l'hybride comme pour la motiver et lui dire que ça allait. Oui, Otmar était vraiment capable quand il le voulait de faire preuve d'une certain familiarité et chaleur, sans doute pour mettre à l'aise ses interlocuteurs d'ailleurs.

Quoiqu'il en soit, l'elfe quant à lui qui sembla regarder la scène avec perplexité et réflexion, finit par dire.

« Ceux bipèdes ? Ma foi, c'est un bon choix, assez classique, mais appréciable, surtout que je n'en manque pas, loin de là même. » L'elfe s'approcha d'eux et leur fit donc signe de le suivre. Ils le firent donc et arrivèrent dans une pièce de moyenne taille ouvragée comme un salon où boire le thé et où se trouvaient des automates sur des socles. Tous de diverses formes humanoïdes et tailles, certains ayant une ressemblance lointaine avec les races bipèdes et d'autres totalement différents et étranges, tous superbes néanmoins d'un point de vue esthétique. Aucun n'était doté d'armes en apparence d'ailleurs, sans doute car ils n'étaient pas conçus pour la combat ou bien car les dîtes armes étaient discrètes, par contre ils étaient tous faits de métaux finement ouvragés tels le bronze, l'acier trempé ou l'airain. Quoiqu'il en soit l'elfe les laissa alors contempler la chose et Otmar dit aimablement à la dame.

« Je sais que pour vous ça ne risque pas malheureusement d'être possible d'avoir un automate car les mages n'arrivent pas à se faire obéir d'eux. Mais si vous voulez, peut-être que notre ami artisan pourrait ordonner à l'un d'entre-eux de vous faire une petite démonstration ? Ce que vous voulez, après tout ils sont capables d’exécuter nombre d'instructions tant que l'on ne demande rien d'invraisemblables. »
Après tout même si c'était une technologie assez élaborée, il y avait quand même des choses impossibles à faire, mais bon on parlait là d'excentricités évidentes, donc pas besoin de les préciser, n'est-ce pas ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
En ligne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2074
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour l'amour des livres
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Pour l'amour des livres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour l'amour d'une blonde... [Pv Aaron]
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Pour l'amour du forum Haïti
» Pour l'amour d'une fille… [PV Coeur d'Âme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain-
Sauter vers: