Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Ellïanìa l'immortelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Présentation de vos personnages
MessageSujet: Ellïanìa l'immortelle Dim 26 Aoû - 18:12

Dame Tauré : Ermite

Identité


Nationalité : Non concernée
Race : Elfe
Nom : /
Prénom : Ellïanìa
Surnom : Dame Tauré, Heri Ilfirìn, Istayar Faïri, … (de l’elfique Dame des forêts, Dame Immortelle, Magicienne fantôme/morte,…)
Sexe : Féminin
Date de naissance : Aux alentours de l’An 6000 de l’Âge de bronze
Age : Environ 4000 ans
Lieu de naissance : Quelque part dans l’actuel Teïder, proche de la frontière avec Eïrn
Lieu de vie lors de votre entrée en jeu : Forêt Airä
Rang social : Marginale
Métier/Position dans la société : Ermite herboriste
Titre : Généralement connu sous le nom de « Dame Tauré », plus connu sous les autres surnoms par ses compagnons elfiques, son surnom est particulièrement connu localement aux alentours (Teïder/Akkaton/Eïrn). Faisant son commerce plus régulièrement à Eïrn, on peut dire qu’elle y est connu dans tout le pays.


Armes et équipement :


Armure et armes en votre possession lors de votre entrée en jeu :

Bâton de mage :
Façonné des racines de l’arbre le plus ancien d’Airä, ce morceau de bois semblait déjà contenir un grand savoir à l’origine. Solide et sculpté par la magie depuis plusieurs siècles, il s’agit d’un bâton de mage puissant, important catalyseur d’énergie magique, à l’apparence simple voir inoffensive.

  • Pétrification : Le mage en emmagasinant une grosse dose d'énergie magique dans son bâton (500 points de mana) et en levant celui-ci en l'air pendant une dizaines de secondes, peut tenter de pétrifier quelqu'un se trouvant dans un rayon de 5 mètres de sa personne. Si sa cible échoue à un test de résistance magique, elle sera partiellement pétrifiée temporairement si l'échec est petit, totalement pétrifié si l'échec est grand et ce jusqu'à ce que le mage la libère dans le dernier cas.

  • Indestructibilité : L'objet ainsi enchanté est totalement indestructible. Ne peut pas être apposé sur des objets beaucoup plus grands qu'un masque pouvant recouvrir un visage humain.


Autres équipements

La tenue habituelle d’Ellïanìa est plutôt simple. Il s’agit d’une tunique large aux couleurs neutres autour de laquelle elle attache une cordelette tressée pour la resserrer à la taille. Peu importe la saison, elle passe plus de temps les pieds nus qu’habiller de quoi que ce soit.

Ensemble de voyageur :
Composé de bottes de cuir résistantes, d’un pantalon tissé de deux couches de tissus résistants ainsi que d’une paire de gants en cuir similaire aux bottes. Ceux-ci comportent également une couche interne en laine de mouton qui protège du froid. Le tout dans des tons sombres et neutres qui permettent de se fondre dans la masse sans attirer l’attention.

Manteau de camouflage :
Ce manteau a été fait sur mesure pour l’elfe. Les manches sont longues et larges, recouvrant ses mains jusqu’au commencement des phalanges. Un grand capuchon tombe à l’arrière de celui-ci, il est ainsi aisé de cacher son visage en le portant. La doublure a été lestée afin que le vent puisse difficilement en relever les pans et soulever le capuchon.

  • Dissipation des senteurs : Cet enchantement dissipe absolument toutes les odeurs émanant de celui qui porte les vêtements ainsi enchantés.

  • Maître des ombres : Cet enchantement permet au porteur des/du vêtement(s) de se fondre avec plus d'aisance dans les ombres, quelles quels soit.


Lanterne : Faites de métal, si elle semble plutôt simple, cependant il s’agit d’un objet enchanté qui s’éclaire à la tombée de la nuit. Une petite flamme bleue apparait en son centre et éclaire les alentours. Elle est munie d’un large anneau qui permet de l’attacher à la ceinture ou de la tenir d’une main.

Grimoire : Epais grimoire recouvert de cuir dans lequel l’elfe inscrit ses notes à propos des plantes qu’elle fait pousser mais aussi de la nature en général avec laquelle elle cohabite et, plus rarement, d’enchantements qu’elle tente de créer.

Sacoche de voyage : Elément large, fait d’un cuir résistant, permettant de transporter potions et herbes. Il est pourvu de nombreuses petites poches qui permettent de maintenir leur contenu plus au moins en place. Il contient une dizaine de fioles de différentes tailles qui sont vides ou remplies selon la direction de voyage.

Monture : Cheval mutant lié à la magie de terre
Avec l’influence de la magie sur la forêt d’Aïra depuis plus d’une dizaine de siècles, apparurent des mutations magiques sur les animaux la peuplant. Il y avait, depuis bien avant l’arrivée de l’elfe, une espèce de chevaux qui occupaient les terres environnantes. S’ils étaient déjà à la base des animaux larges et robustes, la magie n’avait fait qu’accentuer ce trait. Ainsi, Ellïanìa se déplace sur le dos de ce cheval de la nature. Dépassant facilement d’une soixantaine de centimètres au garrot un cheval « normal », il est également plus imposant. Le pelage rappelle, au touché, l’écorce des arbres et lorsque le soleil le traverse, des reflets chatoyants le subliment, quelle que soit la période de l’année. La crinière et la queue ont cette odeur de mousse et de rosé du matin ainsi que la texture proche des lianes. De minuscules fleurs, aux couleurs changeantes selon les saisons, les parsèment et leur pollen, lorsqu’il secoue la tête, à un effet apaisant immédiat. Deux branches asymétriques ont poussé à l'arrière de ses oreilles, comme des bois de cervidés, mais d'une couleur très sombre presque noire. Sa tête est plus allongée que la normale, la peau y est si fine que de loin comme de prêt, elle épouse si parfaitement les formes des os, qu'on pourrait penser qu'elle n'existe pas. Ses yeux sombres semblent infinis et emplis de sagesse. Sa longévité peut varier entre deux et trois siècles, en notant bien que le destrier actuel d’Ellïanìa appartient à la deuxième génération de ce troupeau.
Note : Les teintes de l’animal varient en fonction des saisons. En été, il est paré d’un vert chatoyant dont les fleurs ressemblent à des marguerites. L’automne amène l’orange et l’ocre, les pétales semblent se faner et tendent à brunir. Le froid de l’hiver rivalise avec son poil argenté alors que les fleurs se cristallisent, reflets bleutés et transparents. Enfin, au retour des beaux jours, c’est un dégradé de roses qui se dessinent dans la crinière d’or.

Selle pour monture magique : Plus large qu’une selle normale, elle a été faite sur mesure pour l’animal. D’un cuir très doux, elle permet un confort de la bête et son cavalier sur des voyages de longue distance.


Caractéristiques :




Magie : (Description ici.)

Potentiel : Immense

Feu : Inapte
Eau : Inapte
Vent : Inapte
Terre : Légende
Lumière : Confirmé
Ténèbres : Inapte
Invocation : Inapte
Nécromancienne : Champion (anciennement Virtuose)
Transformiste : Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Champion
Contrôle de soi : Champion
L'intelligence : Champion
La perception : Champion
Le charisme : Confirmé
Technologie : Inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Adepte
Agilité : Adepte
Vivacité : Confirmé
Résistance physique : Adepte
Résistance magique : Maître
Vitalité : Maître
Beauté : Confirmé
Discrétion : Maître

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Inapte
Armes lourdes : Inapte
Armes d'hast : Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense : Inapte
Armes de lancer/fouet : Inapte
Arc/arbalète : Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Inapte
Armes à feu : Inapte
Equitation : Maître
Domptage : Champion
Conduite : Inapte


Description de votre personnage :


Description physique :

Décrivez ici en 8 lignes minimum le physique de votre personnage. N'hésitez pas à le faire avec force de détails, que ce soit pour décrire son apparence en tant que telle, son élégance, l'attitude qu'il se donne, l'impression qu'il peut faire ou des éventuels tics et tocs. Laissez parler votre imagination et style en somme.

Description mentale :

Faîtes ici la description du mental de votre personnage en 8 lignes minimum. Que ce soit concernant sa personnalité au moins, mais aussi possiblement ses goûts, excentricités et tout ce qui pourrait vous sembler important à préciser.

Convictions :

Décrivez ici les éventuelles convictions de votre personnage en 8 lignes minimum, que ce soit concernant le monde qui l'entoure, sa vie actuelle, la nation dans laquelle il vit, les pays étrangers peut-être et les autres races. De même concernant tout ce qui vous pense important de préciser en dehors des conviction sur une personne précise (nous laissons ça à la partie lien).


Passé de votre personnage :


Histoire :

Ceci est le récit d’une vie particulièrement longue et remplie.

Dans des temps anciens que seuls les livres d’histoire et les conteurs racontent encore le funeste destin, un équilibre relatif existait entre les races présentes en Orzian. On ne pouvait pas parler de paix puisqu’il y avait bien longtemps que les nains, les elfes et les orcs ne la réclamaient plus. Cependant, et comme dans toutes civilisations, il existait des lieux insouciants où la soif du sang des ennemis n’existait pas. Dans le nord de l’actuel Teïder se trouvait un village paisible d’elfes qui appréciaient la douceur de la vie, la lenteur du temps qui passe. Praticiens de magie de terre, isolée du reste de la société, cette communauté vivait en autarcie, cultivant la terre, les herbes et les arbres fruitiés. Peut-on réellement parler de « fermiers » pour qualifier des elfes ; pas vraiment. Un lien très fort soudait chaque membre de la communauté. Les elfes, dans leur grande longévité, ne donnent pas naissance à beaucoup d’enfants. De cette année, on put en retenir une unique.

Le flou des mémoires fait concorder, à une dizaine d’années près, cette naissance avec l’arrivée des barbares en Orzian. Sans inquiéter la communauté, le bruit qui courait de l’arrivée par la mer d’hommes, finit par arriver à leurs longues oreilles. Loin des rivages, ils ne prirent pas cette information au sérieux. Bien mal leur en fut.

Les années qui suivirent ressemblaient aux précédentes. Les elfes étaient des êtres naturellement proches de la nature mais ceux-ci s’étaient spécialisés dans la magie de terre. Ils détenaient des secrets perdus à jamais. On racontait qu’ils avaient le pouvoir de chuchoter à toutes choses vivantes mais il y a 4000 ans et comme dans 4000 ans, tout ce qu’on raconte n’est pas toujours fondé. On rapportait qu’on pouvait trouver des espèces endémiques, un mélange savant de magie avec la nature environnante. On pouvait manger des fruits bleus de la taille d’une pomme et dont l’intérieur similaire à une grenade avait un goût proche de la viande crue. On entendait aussi qu’il n’y avait pas meilleures herbes pour les potions de soin que celles que faisaient pousser la communauté. En somme, on contait bien des choses à ce sujet.

Un demi-siècle s’écoula sans que rien ne ternisse le cours paisible de leur vie. Cloîtrer entre les murs de la communauté, ils ne furent jamais prévenu que ces hommes, dont ils se souvenaient à peine, brûlaient leur terre, tuaient leur congénère, forçaient à l’exil. C’est une odeur qui les réveilla une nuit. Une odeur âcre, une odeur qui semble coller aux poumons, une odeur chaude, qui salit rien qu’en l’inspirant. Une odeur de brasier. Les flammes brûlaient déjà les plantations, les arbres, dévorant tout sur leur passage. Les habitations faites de bois ne résistèrent pas, avalant avec elle des vies courtes et longues. On réussit à extraire quelques âmes effrayées mais, il était déjà trop tard. Que faire lorsque tout est ravagé, qu’on perd notre raison de vivre en une nuit. Avancer ? Pleurer sur son sort ? Combattre ? Mais avec quelles armes ? Il fallait partir, partir loin de ces barbares, loin mais pour combien de temps ?

_____

Le peur de la mort, c’était ce qui ravageait les cœurs de ces elfes en exils. Pourquoi eux ? Pourquoi nous ? Qu’avaient-ils fait pour mériter cela, eux qui vivaient en harmonie avec la nature sans se préoccuper des autres. N’était-ce pas là leur erreur ? Tant de questions que le groupe ruminait sans cesse, jour après jour de marche. Que le soleil étincelle dans le ciel de bleu ou paré du sang de leur père, de leur frère, oncle, tante, cousin, à tous ; de la noirceur d’une nuit sans étoiles ; ils avançaient. Leurs visages recouverts de tissu, protection contre la chaleur, le soleil ou un moyen de cacher leur peine, on ne pouvait le deviner. Toujours, ils avançaient.


_____

Des morts. Ils ne les comptaient même plus. Sombre. C’était là leur aura. Le destin semblait s’acharner sur leurs vies. D’abord le feu puis la peur, le désespoir, les regrets, les départs, les suicides, la chaleur, la soif, la faim. Il n’existait plus aucune grâce dans leur démarche voûtée, se pliant au grès du vent qui traversait le désert. Ce n’était pas une vie d’elfe. Ce n’était surtout pas une vie pour eux. Sentez-la s’écouler par vos pores, glissant sous votre peau, s’infiltrant dans vos veines. Cet arrière-goût à chaque lichée de salive. C’est la saveur de la vengeance.

Quoi de mieux que de s’allier à ce groupe de nomades adepte de la nécromancie ? Un moyen de survivre. Le salue dans cet enfer. Si cela finit d’emporter les dernières bonnes âmes du groupe, tous ne purent s’y résoudre et on ne revit jamais les visages de certains.

Le temps passa. Tous se pliaient à la volonté du désert, prêchant la mort plutôt que la vie. Tout souvenir de leurs vies précédentes semblaient s’être évaporé. La vie de nomade n’avait rien de similaire à leur vie sédentaire. Planter la tente, profiter des ressources environnantes autant que possible, faire son sac, avancer, trouver des ressources, planter la tente, ainsi allait le cycle. Si on en oubliait la rudesse du paysage, ils apparaissaient que c’était presque agréable à vivre. Mais lorsque le destin se joue de vous, il ne faut pas trop espérer. Un cri strident traversa le camp alors que la nuit allait tomber et déjà l’air se refroidissait grandement. Un cri déchirant et long. Un cri qui stoppa le temps. Le premier cri d’une longue série.


Liens :

Décrivez ici les liens que votre personnage entretient avec d'autres personnages que ce soit des pnjs ou des pjs. Ne serait-ce que la famille ou quelques gens proches, même s'ils sont morts.


Qui êtes vous ?


Petite présentation de votre personne :

Rythme rp et particularités :

Comment avez vous découvert le forum :

Des ambitions pour votre personnage ? Quelle évolution aimeriez vous lui donner à court ? Moyen ? Long terme ?
Avez vous prévu quelque chose ou êtes vous adepte du "laisser le jeu faire" et voir ce que ça donnera ?


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3
Date d'inscription : 24/08/2018
Revenir en haut Aller en bas
Ellïanìa l'immortelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Yachka, la Reine Immortelle.
» Temps de peinture
» Rp pour la sorcière immortelle
» Arwen Undómiel
» Kira, Immortelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Présentation de vos personnages-
Sauter vers: