Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Le coeur de Jade [Melkos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Terres gouvernées par Ikhyld :: La cité de Jade
MessageSujet: Le coeur de Jade [Melkos] Dim 26 Aoû 2018 - 18:09
30 Junon de l’âge d’Acier – La cité de Jade
Demain, il avait à faire une fort ennuyeuse mission d’escorte. Josef étant arrivé une journée en avance; il avait une après-midi à tuer et une soirée dans cette auberge glauque où il ne pouvait absolument rien faire de divertissant.

Il quitta l’auberge où il venait de prendre une chambre pour aller repérer le parcours qu’il aurait a effectuer à la première heure le lendemain. Une fois dans la rue, il apprécia inspecter l’architecture des bâtiments et marchait plutôt lentement. L'éleveur se senti intrigué en passant devant une haute grille, il la toucha du bout des doigts. La grille avaient des teintes argentées dans le soleil, les pelouses semblaient parfaitement entretenues et les murs du bâtiment étaient d’un blanc pur et froid. Apparemment, même en Ikhyld, le pays qui se voulait le plus civilisé d’Orzian, les orphelinats étaient identifiables au premier coup d'oeil. Ils avaient tous la même âme. Josef passa devant l'enceinte sans regarder d’avantage au delà des grilles et continua son chemin.

Au bout d’une heure, il avait finit son tour et repassa par la même rue. Un lourd regard dans son dos le fit se retourner. C’était un adolescent de quinze ou seize tout au plus. Le dresseur massa sa nuque en détournant les yeux de l'enfant pour voir à nouveau l’orphelinat. Lui au moins, il avait eu « la chance » d’être dans un grand château, presque aussi blanc que celui-ci, situé aux tréfonds des marécages de sorte à ne voir aucun individu, libre et toujours attendu quelque-part, passer sans même vous remarquer. Un grondement caractéristique lui fit faire un bond pour se retourner de nouveau vers le petit, c’était un thérianthrope et il en reconnaissait parfaitement la race. Touché, il fit un pas vers lui, reprenant la méthode d'approche qu'il favorisait il y a des années de cela. Soudain, il reçu une pierre en plein dans le dos. Supris, le dresseur se jetta de dos contre l’enceinte du bâtiment mais des insultes plurent et quatre autres pierres heurtèrent son épaule et son flan.
« Non mais ça ne va pas ! se défendit-il.
- Sale batard !
- Teïderien ! Qu’est ce que t’as a nous matter comme ça ?!» gronda froidement le thériantrope et il fit un mouvement pour le frapper, Josef recula. Les trois autres adolescents essayèrent de le saisir. Il en repoussa un et fini par faire une clef de bras à celui qui lui donna un coup dans le dos.
- Calmez-vous maintenant ! tonna-t-il, inquiet d’attirer l’attention.
- Pourriture de Teïdov! Criminel! » insulta un autre, attendant l'ordre de leur chef pour attaquer.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Dim 26 Aoû 2018 - 22:22
Un regard posé sur de nombreuses petites têtes pendant qu’il était en train de faire un cours de ce qui pourrait se rapprocher d’histoire. Il était en train de parler de choses et d’autres du monde d’Orzian à des enfants qui devaient se trouver en dessous de la dizaine, il laissait simplement un léger sourire se faire alors que ses mains venaient toutes deux se heurter pour signifier que la classe de cette fois ci était enfin terminée et qu’ils pouvaient ainsi reprendre leurs activités. Prenant donc la direction de la salle commune, il laissait simplement ses bras s’étendre pour ouvrir la grande double porte, saluant les enfants qui semblaient heureux de le voir alors qu’ils étaient en train de manger, prenant place à côté d’eux pour pouvoir manger et leurs faire plaisir. C’était toujours un de ses petits plaisirs, que de pouvoir manger avec eux et de leur montrer qu’ils n’étaient pas de simples pions qui pouvaient être déplacés sur un échiquier qu’était celui de la vie.

Prenant donc son courage à deux mains, il allait s’occuper de coucher les plus jeunes d’entre eux, même si cela n’était pas toujours chose aisée, ils semblaient très souvent plus calmes quand c’était lui qui venait les poser dans leurs chambres. Reprenant donc son chemin pour se diriger cette fois ci vers la classe avec les enfants qui semblaient plus enclin à vouloir s’entraîner dans la magie, il se positionnait non loin de la porte de la classe, pour regarder Milla s’occuper d’eux. Elle devait prendre ses marques et ne pas être toujours dorlotée comme la petite fille qu’il avait pu voir par le passé, c’était donc avec un regard posé qu’il laissait la jeune mage spécialisée dans le feu faire son cours, semblant de plus en plus pédagogue avec ces enfants qui semblaient avoir toujours plus envie d’apprendre dans ce lieu.

Mais quelque chose vint à le sortir de son calme, entendant du bruit non loin de l’orphelinat, à la devanture ? Il se devait de se déplacer pour voir qui pouvait venir faire tant de grabuge alors qu’ils étaient habituellement aussi calme, si c’était des enfants de l’orphelinat, il devrait gentiment leur expliquer qu’il n’était pas une bonne idée de déranger les gens alors qu’ils voulaient être dans un calme plus grand pour pouvoir s’entraîner. C’est donc un bruit de grincement assez désagréable, ayant descendu les escaliers assez rapidement, qu’il laissait ses pas atteindre l’extérieur illuminé, ses yeux se plissant un peu à la vue du soleil, avant de s’habituer à nouveau, malgré le côté très désagréable de cette expérience. C’est après quelques secondes qu’il venait à regarder devant cette grande double porte, qui pouvait venir à surprendre la raison de tout ce raffut et ce vacarme.

Voyant qu’il était encore un peu loin de ce vacarme, voyant que tout cela se déroulait à la grille, il laissait simplement son regard se perdre sur les quatre jeunes gens, voyant un homme dos à lui qui semblait être quelque peu acculé. Son pas ne se pressant pas spécialement, ses bras le long du corps, il laissait simplement les propos atteindre ses oreilles, alors qu’il comprenait peu à peu que cette personne pouvait venir de Teïder, ces gens là ne lui donnaient que peu de sympathie mais il voyait la raison de tout ce vacarme et cela ne pouvait être que plus difficile pour lui que de le raisonner. Continuant alors ses pas, il voyait le geste que l’adulte venait d’appliquer, une clé de bras sur un adolescent ? Cela pouvait être quelque chose de mal vu quand on savait que ces jeunes gens n’avaient fait que lancer des cailloux, mais il n’allait pas être de mauvaise foi, une façon de se défendre comme une autre.

Venant finalement à arriver à quelques mètres de l’adulte, ouvrant lentement la grille, ses mains vinrent à se heurter l’une à l’autre, dans un applaudissement, ou plutôt une façon d’attirer l’attention avant que le thériantrope en question ne vienne à faire une erreur. Les regardant avec un air toujours très posé, le regard des quatre jeunes gens vint à se faire beaucoup moins calme, presque agacé qu’il ne vienne à arriver alors que sa voix commençait à s’échapper de sa gorge dans un ton très posé, très calme.

- Veuillez m’excuser ? Mes petits élèves cherchent un peu de calme, pourriez vous m'expliquer la raison de votre haine envers cet homme ?
- Monsieur Melkos ! Vous savez bien que les gens de Teïder ne sont que des criminels assoifés de sang !
- Tu sais Lior….. tous les Teïderiens ne sont pas comme cela, je suis sûr que certains ont encore un peu d’espoir à donner…. Mais je vous prie, Monsieur de lâcher mon élève, cela m’ennuierait que de me trouver enquiquiné par la blessure d’un d’entre eux…. Qui plus est, ils sont sous mon tutorat.
- Pfff… de toute façon.... ce sont que des pourritures ces Teïderiens….

Le voyant cracher à même le sol, il laissait simplement son regard se poser sur le jeune thériantrope, les voyant tous les trois se diriger vers l’orphelinat, un geste assez paternel vint à se faire sur chacun d’entre eux, une petite tape sur l’épaule, un petit geste de la main sur la tête, il semblait très agréable avec ces jeunes gens. Son regard ne perdant pas de son autorité, il laissait simplement ses pas le poser face à ce Teïderien, le regardant dans les yeux alors qu’il laissait un léger rictus apparaître sur son visage.

- Ces jeunes gens n’apprécient que guère les gens venant de votre nation, puisque ces mêmes personnes ont tués leurs parents…. Vous n’en êtes peut être pas fautif, mais vous leur rappelez de mauvais souvenirs… Je suis le directeur de cet orphelinat, si vous souhaitez discuter, je suis à votre écoute. Qui plus est, je m’excuse du comportement d’Emir, Solios, Naïr ainsi que Lior, qui que vous soyez, ils n’avaient pas raisons de faire cela.

Un regard très calme se posa sur son visage alors qu’il regardait l’orphelinat du coin de l’oeil, son regard vint à nouveau se poser sur cet homme, ses bras se croisant simplement sur son torse pour venir le regarder avec un air beaucoup plus ouvert à la discussion. Peut être que cet homme n’avait rien à faire de cet orphelinat mais si ils avaient fait quelque chose pour venir l’agresser, peut être avait il eu un quelconque intérêt pour cette batîsse proche à son cœur. C’était donc avec un regard le croisant à nouveau, qu’il penchait la tête, cherchant à capter l’intérêt que l’homme avait à se trouver face à cet orphelinat, ne semblant pas sur ses gardes pour le moment. Quoi qu’il arrive, il n’appréciait que guère les Teïderiens lui aussi mais ferait un effort pour voir ce qu’il s’était passé.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 07/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Lun 27 Aoû 2018 - 14:15

Josef se rassenera en apercevant une ombre sortir du bâtiment et fut satisfait qu’un adulte en sorte, espérant qu’il soit de nature à pouvoir gérer les adolescents. Mais il remarqua bien vite que l’individu ne se pressait absolument pas. Avait-il aperçu toute la scène de loin, du haut d’une fenêtre du bâtiment et ne craignait donc pas pour le petit ? Ou s’en moquait-il peut être, droit, les bras le long du corps, il arrivait paisiblement :

« Veuillez m’excuser ? Mes petits élèves cherchent un peu de calme, pourriez-vous m'expliquer la raison de votre haine envers cet homme ? » La formulation l’amusa et il leva les yeux vers les grandes fenêtres, pour lui le calme dans ce genre d'endroit était un fléau. Le dresseur annonça posément à l’adolescent : « je vais te lâcher » et il desserra son étau.
Le thérianthrope feula sa haine puis cracha au sol comme un vrai petit caïd. L'humain le fixa calmement jusqu’à que trois des quatre jeunes décident de rentrer. Prudente réaction, le professeur avait beau avoir l’air calme. Peut-être les réprimandera-t-il sévèrement quand ils seront seuls, ou alors avertira son supérieur et les ennuis commenceront à ce moment-là. Non pas que frapper un Teïderien fut un problème en soit, mais ils auraient pu se blesser. L’éleveur avisa avec intérêt le fait que les gamins apprécient ou du moins ne se dérobent pas face aux gestes d’affection de leur professeur. A leur âge, ils avaient encore besoin de ce genre de chose, s’ils se laissaient faire, c’était qu’ils n’étaient pas perdus. Le professeur se mit face à lui, un petit rictus menaçant passant brièvement sur son visage, Josef le dévisagea suspicieusement.

« Ces jeunes gens n’apprécient que guère les gens venant de votre nation, puisque ces mêmes personnes ont tués leurs parents…. » les yeux de l’humain s’étirèrent en deux fentes amusées °les miens aussi je vous rassure° songea-t-il sans devoir le répondre.
« Monsieur, il vient de rire. » Remarqua Emir qui ne semblait pas vouloir lâcher la partie. Le vampire croisa les bras, lui, il n’avait pas particulièrement envie de discuter. Mais le jeune le touchait et sans doute l’habitude ou bien le fait qu’il n’aurait rien de mieux à faire ce soir, il se réintéressa à lui :
« Tu vas être bien malheureux si tu crois que tout le monde se moque de toi. Je suis humain, je ne vais pas rire du décès lent et douloureux d’autres. » Fit-il froidement mais sans ironie prononcée. Il ôta ses gants dont la tête des métacarpes étaient lestées de billes métalliques ainsi que ses protège poignets de cuir. Il n’avait dorénavant plus que ses vêtements, dont les puissants enchantements ne lui serviraient que de parade. Il croisa le regard du directeur et reprit :

« Si monsieur m’autorise, je vais te prouver que je ne suis pas ce que tu crois. Je te défie, je te laisse choisir un lieu où nous ne dérangerons pas les petits. » Proposa-t-il en jetant un coup d’œil aux fenêtres."Je te laisse utiliser absolument toutes tes armes, si tu me vaincs, tu auras une récompense. » Ce qu’il voulait était désamorcer ce sentiment haine aveugle, le moyen le plus efficace qu’il avait trouvé était de le laisser s’exprimer pleinement jusqu’à ce qu’il s’épuise de lui-même.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Lun 27 Aoû 2018 - 15:53
Il fallait reprendre le calme de la situation, essayer de contenir cette haine qui pouvait exploser à tout moment de la part de ces jeunes gens, il connaissait leurs histoires, par cœur, ayant relu encore et encore les petits dossiers qu’il avait écrit pour connaître sur le bout des doigts, tous les enfants dont il s’occupait. C’était donc avec un air fortement intéressé qu’il écoutait l’homme qui se trouvait en face de lui, avec grande attention, essayant de regarder précisément tout ce qu’il pouvait se passer, tout ce qui était dans l’intérêt de l’homme face à Emir, même si il était un adulte, par moments certains d’entre eux pouvaient être des monstres assoiffés de sang. Il n’était pas catégorisé comme cela pour lui, mais il préférait grandement prévenir que venir à guérir et ainsi devoir mettre dans une position délicate cet enfant, ou bien même l’adulte en face.

Mais un mouvement de surprise vint à être fait aux propos que les deux personnes avaient en face à face, il avait beaucoup de mal à garder toutes les informations en tête, essayant de comprendre le point de vue de ces deux individus, même si il ne semblait pas réellement d’accord avec l’un d’entre eux. Soupirant simplement aux propos que l’homme avait, il n’était pas réellement d’accord avec la façon de faire, même si il la comprenait. Peu importe le temps qu’il avait passé dans ce monde, aucunes solutions n’étaient arrivées devant ses yeux avec de la violence et encore aujourd’hui, cela ne ferait office que d’élément pouvant approuver ses dires, ainsi que d’élément qui ne ferait que rajouter du bois au feu qui crépitait encore dans les yeux du jeune homme.

Le voyant se mettre sur ses gardes, le vampire vint doucement appuyer sa main droite sur l’épaule gauche de Emir tandis qu’un regard se posait entre ces deux personnes. D’un regard tout attendu, le jeune homme semblait ennuyé, venant à prendre une expression beaucoup plus agressive, presque déçue, l’expression du vampire ne changeant pas le moins du monde, il n’avait pas envie le moins du monde qu’il ne cède à ses pulsions agressives, lui qui essayait de lui montrer que la paix pouvait résoudre bien des choses.

- Mais Monsieur…. c’est lui qui…
- Je sais bien Emir, mais tu sais très bien que je n’apprécie guère les actes d’agressivité, aussi bien chez les autres que chez vous. Qui plus est, la violence ne résoudra rien dans ce cas là… retournes avec les autres, je souhaiterais avoir une discussion avec vous ce soir.
- Très bien Monsieur Winguard….

D’un léger sourire, marquant bien à travers son visage, sa main vint à nouveau se heurter à la tignasse brune du jeune homme alors qu’il le regardait partir, la tête baissée, ses poings se serrant sous la haine, la colère qu’il semblait maintenir en lui. Tant de détresse chez ce jeune homme qui ne semblait vouloir calmer sa colère que par une effusion de sang ou de coups qui ne résoudraient réellement rien. Se frottant simplement la tête, il soupirait légèrement, se souvenant avec une pointe de dégoût de ce qu’il avait dû faire, de la colère qu’il avait ressenti il y a des centaines d’années de cela, c’était bien pour cela qu’il ne voulait pas à nouveau céder à sa colère, à aucuns moments, ne pas ressentir à nouveau ce dégoût.

Reprenant légèrement son calme, il laissait son corps se tournait promptement en direction de Josef, ses mains venant retrouver le long de son corps alors qu’il venait calmement retrouver son regard, aucune pointe de colère ne se trouvant dans son regard. Il savait bien que les choses étaient parfois différentes pour beaucoup, que certains préféraient régler les problèmes en expulsant tout le mal qui pouvait être ressenti dans une seule traite, dans un seul aspect de la vie qui pourrait ainsi régler les problèmes. Mais de par son côté très calme, il préférait apprendre à ces jeunes gens, à ne faire preuve que de colère dès lors qu’ils avaient face à eux, un ennemi avoué ou de violence dès lors qu’ils n’avaient plus d’autres solutions. Se frottant légèrement le poignet droit, il laissait son regard se perdre à nouveau sur lui.

- Veuillez m’excuser, je comprends votre point de vue, mais si je le laissais faire, il n’aurait pas su se restreindre et aurait laissé place à ses plus bas instincts, ça n’aurait fait que plus de dégâts pour bien peu de…
- JE VAIS TE FAIRE LA PEAU !

Un regard surpris vint à se faire sur la gauche, alors qu’il voyait Solios et Naïr au sol, Emir ayant pris sa forme animale, son regard totalement bestial, sa forme animale étant celle d’un loup, il pouvait simplement voir son regard écarlate se poser sur son invité, alors que le loup venait à prendre de grandes enjambées pour venir sauter en direction de Josef. N’ayant pas eu réellement le temps de réagir, l’homme vint à simplement regarder avec une pointe de déception l’action se faire, alors qu’il voyait le loup se déchaîner, essayant de lacérer la peau de l’homme, ne semblant pas se restreindre à des actions non létales. C’est ainsi, totalement surpris de l’acte irréfléchi d’Emir, qu’il regardait l’action se dérouler, sa main tremblante, alors que son autre main venait se crisper. Il n’était pas en colère non, mais si il fallait qu’il soit l’homme qui arrête le jeune thériantrope, même si c’était par la force, il le ferait. Il avait certes le cœur sur la main, mais c’était par amour qu’il stopperait l’un des enfants à sa charge !
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 07/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Mer 29 Aoû 2018 - 13:20

Josef ressenti la concentration du directeur, sa présence irradiait, sans doute essayait-il d’apaiser son protégé. Le dresseur se demanda depuis combien de temps ce dernier l’avait dans sa structure. Si cela faisait longtemps, cela allait être difficile car le jeune avait certainement ravalé sa haine pendant des années. L'homme pensait que quand la violence faisait partie de la nature de quelqu’un la réprimer purement et simplement était difficile, voire infaisable à long terme. De tous les petits qu’il avait pris à « La Vie Sainte » ils avaient tous eu terriblement besoin d’attention et des tendances à la destruction. ô combien d’entre eux l’avait mordu, griffé ou frappé juste après être venus se blottir dans ses bras. Ce n’est que peu a peu que ces comportements s’étaient espacés. Enfin, les petits qui se retrouvaient au pensionnat de la « Vie Sainte» étaient des cas spécialement agressifs aussi.
Bien-sûr, il y avait des tas de méthodes pour exprimer sa rage sans blesser qui que ce soit. Mais de son point de vu, le combat qu’il lui proposait était l’inverse de la violence, les arts martiaux qu’il préconisait apprenaient à se défendre sans jamais attaquer, se contrôler et respecter son ennemi. Josef savait bien qu’il n’aiderait pas Emir à se canaliser en une séance, mais il désirait qu’il comprenne que lui et de nombreux autres Teïderiens n’étaient pas des monstres assoiffés de sang. Et pour ceux qui l’étaient, ils étaient majoritairement d’avantage poussés par la terreur que la haine.

°Non, ne le touchez pas.° se dit il en voyant l'homme approcher sa main du petit loup qui montrait d’alarmants signes de rage. Enfin, pour sa part, il aurait trop craint de l’enrager d’avantage. Mais les techniques d’éducation comme de dressage étaient très variable d’un individu à l’autre, ne dépendant au fond que de celui qui donnait les soins et pas de receveur. Le directeur restait calme, vraiment très paisible, un peu comme si ce genre de situation était bien loin de lui. Ses bras retombèrent le long de son corps, Josef se tendit, aux aguets. Mais apparemment, ce n’était pas un signe agressif de la part du directeur.
- Veuillez m’excuser, je comprends votre point de vue, mais si je le laissais faire, il n’aurait pas su se restreindre et aurait laissé place à ses plus bas instincts,
Pendant sa phrase, le dresseur l’écoutait attentivement et sans répondre écarta le col de sa chemise pour découvrir un tiers de sa clavicule. De constitution plutôt frêle on remarquait facilement la forme de son os quand il tirait sur sa peau. On pouvait discerner des irrégularités, des zones creusées. Utilisant des potions de faible qualité à l’époque il avait gardé l’empreinte des longues canines de Moro Estrenov, son filleul, dans la clavicule.
- ça n’aurait fait que plus de dégâts pour bien peu de…
-JE VAIS TE FAIRE LA PEAU


Emir était doué et s’était métamorphosé vite. Heureusement pour lui, le loup n’était pas à sa taille adulte. Depuis combien de temps n’avait-il pas vu de loup garou, saisit par le retour de vieux souvenirs, il resta un instant immobile puis son instinct prit le pas. Il esquiva le premier assaut du thérianthrope, bondissant largement en arrière pour reculer il se jeta de côté, se retourna en changeant d’appuis en un Tai Sabaki et esquiva de nouveau. Il siffla en ressentant les griffes lui frôler le flan mais lui fit perdre le contrôle de la trajectoire en poussant de toutes ses forces sur son centre de gravité. L’adolescent atterrit plus loin qu’il ne voulut dérapa et se remit face à l’humain.
Le second assaut d’Emir fut plus précis et il lui coupa la route pour esquiver, le dresseur dû bondir en arrière et rouler à nouveau arrière, puis se jetta en avant pour passer sous le loup qui venait d’entamer un saut pour lui atterrir dessus.
« Bien ! » cria-t-il une fois hors de portée. Mais il avait perdu du temps pour le féliciter et ne pourrait plus esquiver l’attaque suivante, il arma son bras, posa au maximum ses appuis au sol et usa de l’enchantement de ses vêtements pour se pétrifier. Emir se jetta sur lui, le renversa et il senti les griffes et les crocs acérés s’acharner sur lui, éraflant à peine la pierre dont son corps était dorénavant composé. Le loup fini par s’arrêter et tourner autour de lui, cherchant un point faible. Josef, se dépétrifia et rechangea en pierre aussitôt. Il senti quelque-chose sur son ventre, Emir qui lui était sauté dessus. Il recommença la manoeuvre jusqu’à ce qu’Emir lui laisse un peu de répit. Voyant désormais que le thérianthrope ne le sautait plus dessus systématiquement, il se dépétrifia et sauta sur ses jambes pour se relever. Le loup le fixait désormais, se demandant comment faire pour contourner le sortilège. Josef profita de l’instant pour mettre d’autres mots dans la tête d’Emir pour quand il se remettrait à se battre.

« Je ne suis pas un monstre. » Le thérianthrope chargea de nouveau, le dresseur tomba sur un genou pour éviter sa gueule, lui attrapant une patte au passage. Il se changea de nouveau en pierre. Emir se débattit mais ne put se libérer, il reprit alors forme humaine pour tenter de se dégager. Josef se dépétrifia, lui attrapa le bras lui retourna précautionneusement les articulations pour le bloquer sans le blesser et le fit décoller au-dessus de sa tête. Il arrêta sa chute en vol et le fit tomber en douceur au sol avant de s’éloigner précipitamment. Le gamin recommença à se transformer. Josef, baissa les yeux, il n’avait pas envie de revoir cela.
« Lâche ! Faible !! » aboya le loup, menaçant, ne sachant toujours pas comment éviter que son adversaire se change en pierre.
« J’arrête mais vas-y doucement ou tu risques de me tuer. »
Le jeune loup s’avança plus lentement vers lui. Entre l’acharnement sur le corps de son ennemi pétrifié et les deux transformations d’affilées, il fatiguait un peu mais n’avait rien perdu de sa rage. Ils firent encore deux ou trois passes d’attaques et esquives. Josef imita le bruit que faisait souvent le loup qu’il connaissait qui était d’ailleurs le bruit qu’avait fait Emir quand ils s’étaient croisés et qui l’avait incité à revenir vers le jeune homme. C’était un genre de grondement bref et étouffé, celui du dresseur n’était pas bien fait mais compréhensible. Cela signifiait quelque chose du genre « attends » et selon l’attitude de l’animal qui l’émettait, c’était une menace ou un signe d’apaisement.

Il senti Emir s’essouffler et perdre de la vigueur et, après une belle passe de l’adolescent, il décida de ne plus esquiver. Il baissa la tête pour ne pas découvrir son sa gorge et espéra que le loup ait le réflexe ou l’instinct de retenir son coup. L’adolescent le mordit à l’épaule et la gorge, sentant les crocs se refermer sur sa chair, il se pétrifia. Le loup, continua de mordre, secouant rageusement la tête en tout sens. Comme cela ne servait plus à rien il finit par cesser fit un bon en arrière, aboyant furieusement pour l’inciter à reprendre forme humaine. Le dresseur se dépétrifia, le sang redevenu fluide coula sous sa chemise,  élargissait les traits du contour de la morsure sur l’étoffe blanche. S’étant pétrifié assez vite, la blessure, quoique impressionnante était assez peu profonde. L’éleveur la jaugea tout de même en y glissant ses doigts. Il fixa le loup, l’adolescent reniflait sans se rapprocher. Josef repoussa le son approximatif de tout à l’heure et se passa la langue sur les lèvres pour signifier qu’il n’était pas fâché. Emir se décida finalement à rejoindre le dresseur, fit mine de cracher par terre et dévia sa trajectoire pour contourner Josef et s’enfoncer dans le parc de l’orphelinat. Le dresseur sorti une potion de soin mineure de son sac et la bu, la plaie se referma mais assez mal, continuant de saigner.
"Tiens cette nouvelle recette ne fonctionne pas très bien sur le venin de loup garou apparement." constata-t-il.
. Afin de cacher sa chemise tâchée et abimée, il sorti une veste de tissu léger et la passa malgré la chaleur. Il fouilla dans son sac pour en sortir un ruban de soie rouge et le posa entre sa chemise et sa veste afin d'éviter de salir cette dernière. Maintenant l'ensemble sur son épaule, il contempla le couvert des arbres, pensif.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Jeu 30 Aoû 2018 - 2:02
Voilà une situation qu’il n’avait pas envie de voir dans son orphelinat, quelque chose qu’il avait la chance de voir quand tous les enfants étaient à l’intérieur du bâtiment et pas en train de gambader dans l’enceinte du bâtiment. Se souvenant avec attention de son corps frêle, il fallait avouer qu’il était très surprenant que de voir un homme se débrouiller avec autant d’aisance alors que son corps semblait meurtri de quelques marques, ne semblant réellement pas taillé à proprement parlé pour le combat, il avait une constitution peut être insoupçonnée. Mais ce n’était pas là que tout son intérêt se dirigeait, alors qu’il laissait son attention se poser sur les deux adolescents qui avaient été expulsés avec tant d’aisance par Émir, il savait bien que sa force était une chose présente en lui, mais au point de pouvoir éjecter deux personnes ? Cela ne lui plaisait réellement pas, mais peut être que la solution que cet homme avait pouvait donner des résultats tout à fait insoupçonnés à ce jeune homme.

C’est donc avec un regard très posé finalement, qu’il regardait les deux jeunes hommes au sol, Solios et Naïr, deux jeunes adolescents eux aussi, mais plus âgés que le jeune Emir, plus il y pensait, plus il se disait que le jeune homme ici présent était certainement muni d’une force qui se réveillerait encore plus à travers la haine et la colère. Mais il n’était pas d’accord avec ce concept, même si ils n’étaient plus d’un âge où l’on pouvait encore les punir, les mettre au coin, il devrait humblement s’occuper du cas de Émir avec plus d’attention à la suite de cet événement, si il devait laisser sa rage découler avec encore plus d’envie, il le ferait alors et agirait de façon à ce qu’il puisse se déchaîner.

Laissant donc sa main se lever à travers la lumière qui s’abattait sur l’allée, il laissait donc sa main se charger en énergie lumineuse à deux reprises, semblant faire extrêmement attention malgré lui de ne pas trop regarder cette lumière qui s’emmagasinait alors que ses mains se posaient lentement sur le crâne de ces deux adolescents. Il n’avait pas grand-chose d’autre à faire pour eux, mis à part les porter calmement en direction de la porte pour ainsi les asseoir de façon à ce qu’ils ne traînent pas sur le sol, semblant très soucieux malgré tout qu’ils ne se salissent pas et qu’ils ne viennent pas à trop se salir dans ce genre de situation. C’est d’un léger sourire qu’il regardait simplement ces deux personnes, alors que ses jambes se détendaient à nouveau pour se tourner calmement en direction du combat, ses lèvres s’étirant soudainement en voyant ce qu’il allait se passer, peut être bien trop tard pour pouvoir arrêter cela.

« Ne fais pas ça Émir ! »

Mais le mal était fait et il voyait sans réelles possibilités de l’arrêter ses crocs se planter sur l’épaule et la gorge de Josef, sa main droite se crispant légèrement, non pas signe de colère, mais plus un signe qu’il n’avait pas spécialement apprécié que le thérianthrope aille jusque là, comme si il voulait réellement le tuer. Le voyant alors agir, il laissait simplement Émir partir ainsi, venant donc à se frotter légèrement la joue, dépité, il laissait simplement ses pas venir se rapprocher de l’homme, entendant avec attention ce qu’il venait de dire, il fallait donc qu’il agisse avec la plus grande rapidité si ils ne voulaient pas avoir de problèmes avec l’homme en question. Se rapprochant donc de lui, il laissait à nouveau son bras se déployer en direction du soleil, comme si il voulait se protéger ou l’attraper, laissant la lumière se stocker en quelque sorte dans sa main, avant d’arriver à une distance honorable avant que quelque chose ne cloche.

Avant qu’il ne puisse appuyer sa main sur son cou dénudé, il laissait son regard se poser sur cette plaie, ce sang qui réveillait en lui quelque chose qu’il n’appréciait que très peu, même si il faisait parti de cette communauté, il essayait de restreindre son appétit et de faire de son mieux pour ne boire que le sang des personnes consentantes. Soufflant simplement pendant quelques secondes, ses yeux semblaient s’intéresser malgré tout à la blessure encore ouverte, laissant simplement sa tête se secouer légèrement, ses cheveux lui fouettant les joues, comme pour reprendre sa contenance, alors qu’il venait à appuyer au plus vite sur sa tête finalement, pour venir à apposer sur lui, le soin nécessaire pour que la plaie se résorbe sans le moindre mal.

Il vint donc à souffler, pour quelle raison ? Le sang ? Peut être. Non, la véritable raison, celle qu’il osait espérer, c’était surtout le fait que ce venin était toujours présent en lui, même si la plaie s’était résorbée sans le moindre mal après son sort, il laissait simplement son regard se poser sur Solios, le voyant peu à peu reprendre ses esprits, alors qu’il venait à retrouver le visage de Josef. Même si il semblait pensif, il devait avoir une raison à ce sentiment qu’il semblait avoir au plus profond de lui, réfléchissant simplement, il continuait de le regarder avec attention.

« Solios ! Va chercher Rowen ou Mila et demandes leur une potion pour guérir le venin de thérianthrope, je ne peux laisser notre invité dans un tel état…. Et je m’excuse encore humblement de l’acte de Émir, même si je n’en suis pas le plein fautif, j’en assumerais la pleine responsabilité si vous le souhaitez. »

Se penchant humblement, il voyait simplement le thérianthrope partir aussi vite qu’il le pouvait, même si il semblait totalement dans les vapes, venant aimablement tendre la main dans la direction de Josef, lui faisant signe de son autre main, la grande double porte. Même si il n’y avait que peu de personnes qui pouvaient venir dans ce lieu, il fallait bien avouer que sa soif ne s’était toujours pas étanché et il avait besoin de reprendre sa contenance, si il avait aussi soif, il devait penser à autre chose pour le moment et se dire qu’il avait encore la possibilité de boire du sang dès le soir venu. Il laissait à nouveau un rictus s’échapper sur son visage, alors qu’il penchait simplement la tête, malgré tout choqué par ses talents.

« Je vous félicite après tout, pour vos talents. Même si pour moi, cette solution est quelque peu aux antipodes de ma pensée, je ne peux vous jeter la pierre, il est la personne qui a cherché à nouveau les ennuis. Sachez que nous vous soignerons et que je me permettrais de vous proposer une collation, ainsi qu’une boisson, pour pallier à ce regrettable incident, la moindre des choses. »

C’est donc ainsi la main tendue, qu’il attendait, venant donc à regarder la grande double porte, Naïr commençant peu à peu à se réveiller alors que Émir se trouvait un peu plus loin dans les jardins. Même si cet acte était rare, il ne devait pas recommencer, surtout pour éviter que cette fichue soif ne revienne à nouveau, c’est donc avec un léger sourire qu’il laissait donc sa pensée s’appuyer, espérant sincèrement qu’il accepterait de rentrer, la situation n’étant que plus difficile à supporter sous cette lumière, ainsi qu’avec cette sensation. Le moment devenait peu à peu difficile pour Melkos, cherchant à reprendre ses esprits promptement ! Un moment faiblesse où les gens pouvaient découvrir ce qu'il était ? Ce n'était pas le moment adéquat pour flancher, surtout pas !
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 07/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Dim 2 Sep 2018 - 0:43

Josef eut un léger mouvement de recul en remarquant que le directeur était un mage de la lumière. Il n’aimait pas particulièrement cette magie, elle l’impressionnait et il lui semblait que tous les sorts générés étaient systématiquement au bord de l’implosion. Sans doute était-ce son éducation Teïderienne, sans doute était ce la visite récente de l’envoyé du seigneur de la souffrance qui lui avait rappelé qu’il y avait des choses auxquelles il ne fallait pas toucher. Le directeur secoua la tête en voyant le sang, du dégoût sans doute et de la déception. Si c'était le cas, le résultat était pourtant plutôt positif, le gosse s’était arrêté à temps, il avait fini par s’arrêter du moins.

Le mage avança ses doigts pour les apposer sur sa tête, le dresseur réfréna se détourna légèrement, les dents serrées, mais se sentait obligé de faire preuve d’un minimum de politesse après ce qu’il s’était passé. La main du professeur était froide mais Josef était trop inquiet par l’utilisation de la magie pour vraiment y faire attention. La plaie se répara parfaitement et sans douleur, le mal qu’il avait aux côtés à cause de la pierre qu’avait lancée Emir disparu aussi. L’éleveur tira sa peau, pas certain que le venin ait été expulsé de son organisme. “Avez vous également drainé le venin? Je ne veux pas sembler exigeant, mais j’y ai été beaucoup exposé sans y avoir vraiment fait attention dans mes jeunes années. Mais, belle… prestation.” Dit-il pour adoucir ses propos. Son regard alla ensuite détailler les jeunes qui avaient dû recevoir les même soins que lui.

« Solios ! Va chercher Rowen ou Mila et demandes leur une potion pour guérir le venin de thérianthrope, je ne peux laisser notre invité dans un tel état…. Et je m’excuse encore humblement de l’acte de Émir, même si je n’en suis pas le plein fautif, j’en assumerais la pleine responsabilité si vous le souhaitez. »
Les Ikhyldien étaient vraiment des gens distingués et c’était rassurant de voir quelqu’un d’aussi paisible à la tête d’un orphelinat, quoiqu’il avait l’air assez distrait en ce moment même. Il était difficile de définir si c’était de la rage ou un autre sentiment plus subtile. Josef s’inclina également, légèrement mal à l’aise et leva une main entre-ouverte pour signifier que ce n’était pas nécessaire. L’homme lui fit signe de le suivre jusqu’à l’intérieur du bâtiment, l’air concentré. Son visage se figea en un rictus inquiétant:

“Ne vous forcez pas à faire tant d’efforts. C’est plutôt moi suis venu troubler la quiétude de votre établissement.” Enfin “quiétude” un semblant de quiétude, comme tous les lieux de ce genre à son avis.Le dresseur commençait à être pressé de partir. Il ne regrettait pas son geste car il avait trouvé le petit en difficultés touchant, mais maintenant que l’adolescent était parti se cacher, il n’avait plus qu'à quitter les lieux.
« Je vous félicite après tout, pour vos talents. Même si pour moi, cette solution est quelque peu aux antipodes de ma pensée, je ne peux vous jeter la pierre, il est la personne qui a cherché à nouveau les ennuis. Sachez que nous vous soignerons et que je me permettrais de vous proposer une collation, ainsi qu’une boisson, pour pallier à ce regrettable incident, la moindre des choses.
L’éleveur acquiesça en signe de remerciement au compliment puis réfléchit. “Je ne peux dire ce qu’il voulait vraiment, je ne suis pas sûr que c’était les ennuis.” répondit-il doucement “Je serai bien prétentieux de dire que je comprends le thérianthrope, mais tout à l’heure, ce qui m’a fait faire demi-tour, c’est qu’il m’a demandé de m’arrêter. Je vous remercie.» Accepta-t-il en voyant le geste de l’homme l’incitant à entrer. L’éleveur avait après tout, tout intérêt à recevoir un antipoison efficace et il se sentait regagné par la curiosité à l’idée d’entrer dans le bâtiment aux grandes baies vitrées. Malgré le léger sourire du directeur, son air se faisait de plus en plus dur et froid. Josef lui demanda à voix basse :
“Excusez moi d’être si direct, mais, êtes vous un thérianthrope vous aussi? Si c’est votre louveteau, je comprendrai que mon geste vis à vis d’un petit votre meute soit difficile à gérer. ”  Le faciès lui aurait plutôt fait penser à un thérianthrope félidé, mais il n’aurait pas eu de raison de réagir ainsi, c’était certain un canidé très dans la retenue. Il ne pensa même pas à un vampire bien qu’il en ait fréquenté deux de bien trop près, cela lui semblait inconcevable que quelqu’un de cette race soit à la tête d’un orphelinat en plein coeur de la capitale Ikhyldienne.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Sam 8 Sep 2018 - 22:36
Garder son calme, encore et encore, il n’était pas tant de boire, certes cela faisait encore quelques temps qu’il n’avait pas réellement pu boire réellement, mais il préférait éviter de faire du mal aux personnes qui pouvaient se proposer pour une telle activité, peut être était il un vampire, mais si il pouvait réellement éviter, il le ferait assez longtemps, jusqu’à ce que ça soit nécessaire. Soufflant simplement en ouvrant les grandes portes de l’orphelinat, il laissait une vue d’ensemble se faire dans cet endroit qui devenait finalement encore plus étonnant de jour en jour, au vu de l’architecture qui pouvait rebuter beaucoup de monde mais qui semblait bien moins austère aux vues que l’extérieur pouvait donner.

Laissant donc ses pieds se presser, l’entrée se présentait en un hall d’entrée aux couleurs assez sombres finalement, en tout cas, un mélange qui ne laissait aucunement penser à une appartenance Ikhyldienne, se dénotant en trois couleurs assez particulières, un mélange de rouge, de noir, ainsi qu’une légère pointe de violet venant à se présenter aux yeux de quiconque ouvrirait ces portes. Se présentant donc dans le hall d’entrée, un grand escalier se présentait, se scindant en deux escaliers auxiliaires, se dirigeant tout deux dans deux directions différentes l’un à gauche, l’autre à droite pour se diriger vers des sections qui ne semblaient pas clairement indiquées. Alors que cet escalier pouvait prendre une grande place, quelques portes pouvaient être vu, une porte se trouvant à la gauche, une porte se trouvant à la droite et enfin une porte se trouvant en dessous de cet escalier. C’est donc dans cette direction que le vampire se dirigeait, ne se tournant pas vers Josef, comme pour éviter de lui montrer quelconque signe de soif, ou quoi que cela.

« Non, non, loin de moi l’idée que de protéger avec plus d’insistance un enfant si il venait à être quelqu’un de ma meute, mais je ne suis en aucun cas un thériantrope, mon secret est plus lourd de sens, même si cela n’est pas toujours difficile d’éviter de le montrer. » S’arrêtant un instant, sa lèvre supérieure vint lentement à se relever pour découvrir une dent plus longue, plus poussée que l’autre, cachant bien vite cet attribut physique qui pouvait déranger les enfants. Hochant simplement la tête un instant, il se dirigeait encore plus avec hâte vers la salle à manger, venant donc à ouvrir la porte battante, espérant sincèrement que les personnes qu’il espérait voir soit en ce lieu. Chose qui égaya son visage, voyant Rowen, les bras dans le dos, une petite fiole se trouvant non loin de lui, sur la table alors que son regard se faisait étonnement plus sévère en voyant le jeune vampire.

« Je vous en suis gré Rowen…. Pourriez vous, vous occuper de cet homme quelques instants, en attendant que je suis m’occuper de « cela » ? »
« Bien sûr, allez y donc, Madame Mila vous attend pour cela. »
Le regard quelque peu gêné, étonnement, partant presque la tête baissée, tant la gêne l’accablait dans cette situation alors que ses pas se pressaient une nouvelle fois dans l’espoir d’enfin étanché cette misérable soif qui le tiraillait avec tant d’envie. C’est donc avec un pas assez rapide qu’il s’échappait de cette immense salle à manger, le lieu particulièrement accueillant étonnement, alors que Rowen laissait un léger geste se faire en direction de la fiole alors qu’il la poussait d’un léger geste de la main en direction de Josef, son regard très calme, un léger sourire parsemant son visage ridé.

Alors que ce geste se faisait, une rencontre se fit sur un autre plan, alors que les crocs d’un homme vinrent à simplement se planter dans la peau d’une jeune femme, symbole d’un secret qu’elle ne partageait à quiconque, venant simplement aider l’homme qui l’avait aidé durant tant d’années, alors qu’elle se trouvait en cet orphelinat. Étanchant finalement sa soif, dans un léger breuvage, ne faisant finalement qu’un petit passage, comme pour éviter d’épuiser la jeune femme, sa main se leva dans les airs, venant s’apposer sur sa joue, la caressant du pouce, comme pour la remercier alors que sa plaie se résorbait bien vite. « Messire Melkos ne saura se montrer bien long, voici votre antidote, si bien sûr vous me permettez, je me prénomme Rowen Winguard, ravi de faire votre connaissance, excusez mon élève, il est quelque peu difficile à comprendre par moments. »

Dans un nouveau bruit, Melkos vint alors s’approcher de la scène qu’il n’avait qu’entendu de loin, venant simplement se frotter le poignet droit, dans un léger mouvement lascif, comme si il était réellement ennuyé par ce qu’il avait fait, venant se rapprocher rapidement de Josef, pour s’asseoir non loin de lui et possiblement, continuer la discussion précédente. « Je vous prie de m’excuser pour ce départ en hâte, une certaine faim me tiraillait, même si cela est particulièrement malvenu, comme vous avez pu le voir, je suis un vampire, non pas que cela soit une honte, mais je n’apprécie guère me sustenter et apaiser cette faim qui ne vient à me tirailler. » Laissant son regard reprendre le calme qu’il avait habituellement, il laissait son regard se perdre dans celui de Rowen avant de se rediriger vers celui de Josef dans un élan. « Si je peux me permettre, pourriez vous garder le silence au sujet de mes capacités ? Non pas que je ne souhaite inquiéter les enfants, mais je préfère éviter d’inquiéter les plus jeunes d’entre eux. »

Apposant ses mains sur la table qui venait à les séparer, il laissait son regard se perdre sur ses mains, avant d’essayer de trouver quelque chose à faire, comme si il s’en voulait après tout, de ce qu’il venait de faire. « Me permettriez vous de vous présenter le lieu en de plus claires circonstances ? Vous montrer ce que nous offrons à ces enfants ou bien souhaitez vous partir après avoir ingurgité cette potion? Je vous comprendrais, vous ne souhaitez pas vous éterniser, de peur que de faire grandir la haine des Teïderiens, mais en guise de bonne foi, je suis prêt à vous présenter l’orphelinat pour que vous puissiez ainsi voir dans quel cadre ces enfants évoluent. » Un léger rictus se rajoutait à son visage alors que ses mains venaient retrouver le long de son corps, venant simplement le regard avec sincérité, son air froid ayant disparu à un cadre aussi chaleureux qu’il pouvait donner.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 07/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos] Dim 23 Sep 2018 - 16:11
Du rouge, du noir et du violet coloraient le hall. Et encore, ce n’était pas le noir pur de l’encre Ikyldienne ou bien le rouge vermillon délicat qui décorait les majestueuses fresques de ce peuple, qui se dessinaient toutes en ombres représentant de sublimes paysages ou bien de somptueux dragons et drakes dépourvus d’ailes. Non, c’était les murs, le sol, cela ressemblait à l’intérieur de certaines antiques châteaux du sud ouest de Teïder. Il avait toujours apprécié les manoirs possédant d’immenses halls aux multiples escaliers. Le dresseur plissa légèrement les yeux d’amusement en se disant que les enfants devaient bien s’amuser à descendre les rampes à califourchon, faisant des courses, des tournois, des parcours dès que le professeur avait le dos tourné. Qui ne le ferait pas ?
L’individu reprit la parole sans se tourner vers lui. « plus lourd de sens » répéta l’humain à voix basse, saisi par le choix des mots et commençant alors à se douter sans en prendre conscience. Le professeur ralenti, se retourna, les lèvres retroussées découvrant une longue canine acérée. Josef eut un mouvement de recul précipité, il était fréquent que les vampires se dévoilent avant d’attaquer. Cela relevait  cependant d’avantage du réflexe que de la situation, il y avait peu de chance que le vampire saigna qui que ce soit à blanc devant ses élèves, c’était purement le contraire de ses préceptes. Le dresseur eut cependant un petit rictus sardonique en voyant qu’il était conduit dans la salle à manger. Un homme semblait les attendre, élégamment vêtu d’un costume bleu nuit, les bras croisés dans le dos, son regard se durcis en croisant le vampire. Josef tourna la tête pour aviser si l’individu avait pu les voir parler dans le hall.
Le professeur demanda à l’homme en bleu nommé Rowen de s’occuper de lui le temps qu’il s’occupe sans doute d’aller chercher du sang.

« Messire Melkos ne saura se montrer bien long, voici votre antidote, si bien sûr vous me permettez » Josef attrapa la potion du bout des doigts en le remeriant d’un signe de tête. « Je me prénomme Rowen Winguard, ravi de faire votre connaissance, excusez mon élève, il est quelque peu difficile à comprendre par moments. » Son élève, l’attitude de l’humain changea en comprenant qu’il avait affaire au maître du vampire. « Je… » mais il était trop méfiant désormais pour avoir envie de se présenter à celui là. Son regard allait du vieux vampire, détaillant du regard tous les aspects de son apparence et la porte où avait disparu le premier. Parmi toutes les créatures magiques, les vampires étaient vraiment celles qu’il avait du mal à supporter. Sans doute car c’était les seules qui lui faisaient, au fond, peur. « …vous remercie » reprit-il, modifiant sa phrase, commencée pour se présenter, en un simple remerciement. Il jetta un nouveau coup d’œil à la porte, le directeur de l’établissement revint.

« Je suis désolé, si c’est moi qui vous ait donné faim. » répondit Josef, un peu rasséréné par les propos du vampire mais pas confiant pour autant. Enfin, s’il essayait de maîtriser son instinct, il était vraiment que c’était assez inconvenant de sa part d’avoir saigné devant lui, de plus ses vêtements étaient encore imprégnés de sang frais ce qui devait être assez désagréable à sentir. Le professeur chercha du regard l’appui de son maître puis reprit :
« Si je peux me permettre, pourriez vous garder le silence au sujet de mes capacités ? Non pas que je ne souhaite inquiéter les enfants, mais je préfère éviter d’inquiéter les plus jeunes d’entre eux. »
« Evidemment, répondit il un peu surprit. Mais vous savez, les enfants n’ont pas peur des vampires quand ils comprennent qu’ils ont autant de points commun avec nous que de différences. C’est un petit peu comme jouer à se faire peur dans le noir mais savoir qu’on est en mesure de rallumer assez de lumière pour dissiper les ténèbres. C’est quand on est gosse qu’il faut apprendre à ne plus avoir les jetons, car ensuite on devient vieux, très aigri et très agressif » fit-il, les yeux fendus par un début de sourire qui ne se discernait nulle part ailleurs sur son visage. Mais son expression devint assez rapidement de l’amertume.

L’air froid de Melkos Wingard s’était adoucit et il faisait des efforts pour être aimable. Peut être même avait-il un peu envie que le Teïderien l’accompagne qu’il puisse lui montrer son établissement. Josef était tenté par la visite bien que ce fut tout sauf raisonnable de s’enfoncer dans les méandres d’un château emplis de vampire. Très certainement même, parce que ce n’était absolument pas raisonnable, donc amusant. Peut être qu’il n’était pas encore un vieil aigri agressif.
Le vampire, lui, peut être avait il envie de s’enfoncer dans son château avec un ennemi consensuel de toutes les nations réunies et de sa race. Le dresseur était totalement désarmé
« Faire grandir la haine des Teïderiens ? Je m’en moque un peu, si ce sont en effet mes origines et mon sang cela fait longtemps que je n’y habite plus. » Mentit-il, désireux de préserver sa couverture. « Sauf dans les villes des duchés où je suis bien connu, je me maquille un peu à l’étranger sinon je me fais arrêter à tous les coins de rue. Vos autres élèves ne vont sans doute pas s’apercevoir de mes origines. »

« Mais dites moi, entre la haine suscitée par les teideriens, la peur des vampires, des loups garous, votre établissement ne sera bientôt plus fréquentable avec toutes ces races réunies qui s’y promènent. »
le charria-t-il en laissant son regard se promener sur la décoration rouge et noire du château.
« Je vous suis. » annonça-t-il en regardant tour Melkos et Rowen Winguard. Il avala au préalable la potion et en senti rapidement les effets, sa peau chauffa et se gonfla un peu aux alentours de l’emplacement de la morsure. Pour l’instant, il ne sentait qu’une légère gène le temps que l’antidote ne se disperse dans son organisme, c’est quand il commencera à s’attaquer vraiment au poison qu’il risquera d’être incommodé.

Commençant à suivre le directeur, il posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis fort longtemps déjà. « Sans vouloir être indiscret, la famille Winguard est elle liée à la famille Spythinev ? Eux aussi ont des orphelinat,à Teïder.  Mais ils ne pratiquent pas la magie de la lumière, parfois la magie des ténèbres et ce sont surtout de grands transformistes et de grands invocateurs. » Explica-t-il, se rembrunissant car la vision nette et éhontément précise de la directrice du pensionnat Teïderien de la Vie Sainte, une Spythinev, lui venait à l’esprit.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le coeur de Jade [Melkos]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Le coeur de Jade [Melkos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (f) Jade Thirlwall - MEILLEURE AMIE/SOEUR DE COEUR - LIBRE
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» Jade - The little flower is lost in this big world
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Terres gouvernées par Ikhyld :: La cité de Jade-
Sauter vers: