Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes
MessageSujet: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Sam 25 Aoû - 19:13
Frontière de Teïder et des Terres du Nords - 10 Junon de l'an 2000 de l'Âge d'Acier

Il avait fallu plusieurs jours à Ilith pour arriver là où elle se trouvait actuellement. Elle devait bien l’avouer, elle était loin d’être sereine ici et désirait plus qu’être demain pour passer la frontière loin de ce pays du diable ! Elle et ses idées à la noix, sérieusement pourquoi voulait-elle déjà aller dans les Terres du Nord ? Ah oui, les ruines. Non, mais elle avait de ses idées ! Pour sûr, aux retours, elle fait le voyage par Eirn et Akkaton, ça sera peut-être moins risqué pour ses fesses plumées. Mais elle était tellement pressée d’arrivée dans les terres du nord, qu’elle voulait faire dans la prudence, mais de la prudence accélérer, donc elle avait longé les frontières de manière à pouvoir se glisser de l’autre coté de la frontière, même si là aussi, c’était assez suicidaire comme démarche… Et puis, la dragonne avait de la chance se disait-elle, donc, jamais on la chopperait. C’est beau de rêver.

En vérité, elle pensait qu’il y avait peu de chance qu’on la choppe durant son vol, le seul moment où on pouvait l’attraper à frauder, c’était lorsqu’elle faisait sa pause.  Par exemple, actuellement, on pourrait facilement la trouver en train de se mettre à l’aise, dans un camp pour se nourrir des deux poissons qu’elle avait pêchés peu avant d’arriver à son point d’arrivé. Son campement était simple, son sac dans un coin, ses poissons posés dessus et une dragonne assise à côté avec ses ailes déployées pour les détendre un peu. Après tout, la demoiselle avait volé toute la journée et ses ailes, a forcé avait eu du mal à supporter le voyage. Elle était plus petite et se fatiguait donc plus vite que les dragons en général.

Elle aimait tellement voyager dans le temps en étudiant les ruines qu’elle visitait. C’était plus qu’un boulot pour elle, c’était une passion. D’autant que s’éloigner de la cité de Jade et d’Ikhyld était tout aussi agréable, mine de rien, la dragonne aimait voir du pays. Elle aimait découvrir de nouveau coin, de nouveau paysage, de nouvelle chose, en soi. Après, la rencontre sociale était pour elle a exclure, elle se méfiait des autres créatures peuplant Orzian, hormis, évidemment les autres dragons. Après, elle reconnaissait qu’elle connaissait des personnes qui étaient toutes autres choses que des dragons, comme un Azurien du nom d’Hansing. Elle se souvenait ce qu’elle avait dit à l’oiseau.

*Ce n’est pas vraiment pour voyager, en soi, mais plus l’envie d’étudier de nouvelle ruine, bien que m’éloigner un peu de la cité de Jade ne serait pas un mal non plus.*

Ilith avait quelque peu menti à ce moment-là, elle faisait aussi ça pour voyager. Certes son objectif principal était les ruines, mais le voyage aussi était à prendre en considération, même si là, elle prenait de très gros risques, car madame avait eu la flemme de prendre contact avec les officiels de Teïder… La flemme, le pire fléau qui soit. Et puis, elle était tellement pressée de découvrir les ruines qu’elle avait en ligne de mire, qu’elle n’avait pas voulu attendre plus longtemps une autorisation qui aurait possiblement tardé à venir.

La dragonne se reposait avant d’entamer son poisson. Elle n’aimait pas non plus se presser pour tout faire, d’autant qu’elle n’avait pas grand-chose à faire, vu qu’elle n’avait pas besoin de sac de couchage, un feu de camp à allumer. C’était pratique de pouvoir faire de l’eau, geler parfois et utiliser l’air pour optimiser ses vols, mais ce qui lui manquait le plus, au final, c’était la capacité à faire du feu, du coup, elle faisait à la bonne vieille méthode, avec des Silex, mais c’est une véritable galère avec ses griffes. Du coup, elle retardait le plus possible le moment de le faire, mais bon. La demoiselle se motiva à s’en occuper et la voila assise sur le sol, appuyé sur sa queue pour ne pas basculer en arrière… C’était d’un ridicule, heureusement que personne n’était là pour la voir galérer à faire ce maudit feu de camp. Elle grogna plusieurs fois en tentant d’empoigner les silex qu’elle avait dans son sac.

« Tu vas t’allumer oui ?! »

Elle avait dans l’idée d’abandonner et de passer la nuit dans le noir, ce qui n’était pas une mauvaise idée en est, mais c’était une mauvaise idée vu le nombre de créatures qui rodait et un feu pourrait lui fournir un semblant de sécurité…
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Dim 26 Aoû - 13:37

Depuis trois jours, ils avaient établi leur campement à la frontière des terres du Nord, la température était définitivement plus supportable que dans le sud du pays, mais l’humidité était particulièrement pénible. Ils avaient dû sacrifier la moitié d’une bonne bouteille pour allumer un feu qui faisait de drôles de flammes parfois bleutées. Josef se retourna dans son hamac trempé, ne trouvant plus le sommeil.

« Es-tu réveillé Josef?
-Mmh  » grogna-t-il, se doutant ce qu’allait lui demander sa kelpie mais il n’avait définitivement pas envie de se lever. Sous forme humaine, l’esprit aquatique arriva tout de suite prêt de lui et palpa les rebords du hamac pour trouver sa main avant de le lui tirer. Il gronda de nouveau et senti son hamac vriller dangereusement, elle le poussait et l’humain risquait bien de tomber si Mévanoui finissait son mouvement.
« Prends Mevy pour t’escorter.
- Elle dort elle.
- C’est un griffon…
- Et alors, je ne vais pas la réveiller alors que tu t’agites depuis tout à l’heure et est parfaitement opérationnel. » Lui répondit patiemment le monstre marin de son accent légèrement sifflant.

Abandonnant la lutte, le dresseur se leva et laissa le monstre transformiste attraper l’arrière de son bras et siffla pour qu’un second monstre, le doppelganger, les accompagne.
« C’est par là » annonça-t-elle, la bouche entre ouverte pour mieux sentir, il prit le chemin qu’elle lui indiquait. Arrivés devant de hautes racines, il ralentit, Mévanouie s’arrêta et enjamba l’obstacle qu’il lui avait ainsi indiqué. Il la guida ainsi pendant une quinzaine de minutes au travers de la forêt. Arrivés à la rivière à laquelle aspirait la kelpie dès le départ, cette dernière lâcha le bras de son guide et se jetta à l’eau. Elle reprit sa forme de cheval aquatique, s’ébroua et disparu dans les eaux . Josef s’assit sur une pierre, jouant à faire passer sa torche d’une main à l’autre en attendant que l’esprit aquatique ait finit de se baigner.


Entendant des craquements et des petits bruits, l’humain se leva et s’approcha discrètement de la source du son. Une toute petite entité draconnique inconnue s’afférait à faire il ne voyait pas trop quoi dans le noir. Lui qui était venu à la recherche de vouivre des glaces, ce petit monstre était un bon début. Sortant une chaîne se terminant par une boucle réglable en taille et le mousqueton qui maintenait la boucle à la bonne taille. Il fit signe à son Doppleganger d’attaquer. C’était pour attaque de front, visant a agresser directement l’esprit du monstre blanc, c’était douloureux et demander beaucoup d’efforts pour s’en dépêtrer.
Rubi, le dopplegagner se jeta sur le dragon nain, profitant de la diversion, Josef se jeta sur lui à son tour pour lui attacher la chaîne autour du cou, la relier à l’arbre le plus proche et battre en retraite. Il reprit sa torche et de loin, inspecta avec intérêt le monstre. Il allait attendre qu’il se fatigue un peu avant de commencer les premières étapes du domptage.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Jeu 30 Aoû - 16:49
Frontière de Teïder et des Terres du Nords - 10 Junon de l'an 2000 de l'Âge d'Acier
-90 mana sur 5000

Quelle idée avait-elle encore eu de ne pas écouter Hansing dans ses conseils… Bon sang, elle risquait tellement à traverser ainsi Teïder… Elle et son entêtement, sérieusement. Un jour elle va avoir des ennuis à ne pas suivre les indications des autres et à n’en faire qu’a sa tête. Si pour l’instant tout était calme pour la dragonne, rien ne disait que ça resterait aussi calme pendant longtemps. Au pire, se disait-elle, si y a un problème, elle s’envolerait rapidement en prendrait ses ailes à son cou… Savait-elle que ça ne marchait pas comme ça les choses ? Surtout pour des choses d’un mètre qui devrait faire 10 fois, voir 20 cette taille. Un jour, il t’arrivera une bricole se disait-elle. Mais Ilith ne s’écoutait pas elle-même, c’est ça qui était le pire, la dragonne n’écoutait même pas ses propres conseils et fonçait limite tête baisser.

Après, elle n’avait eu aucun souci, du moins jusqu’à présent, et profitait de la nuit pour se préparer un campement. Enfin tenter, car pour ça faudrait-il déjà qu’elle réussisse à se faire un feu pour pouvoir se réchauffer un peu et éloigner les possibles créatures sauvages. Claquant ses silex l’une contre l’autre dans l’espoir de faire une étincelle, mais rien n’y faisait, elle n’y arrivait pas et plus Ilith essayait et se ratait et plus elle s’énervait contre ses pauvres pierres qui n’avait rien demander à personnes. Le problème ne venait pas des pierres, en fait, mais de la dragonne qui avait encore des progrès a faire en matière de faire du feu. Mais en 500 ans, elle n’avait jamais réussi à le faire correctement. Un jour elle devrait mettre sa fierté de côté pour demander à quelqu’un pour lui apprendre à réussir son feu du premier coup… Ou alors, investir dans un assistant qui saurait le faire… Bonne idée, ça tient, un assistant qui serait là pour ses sales besognes… Quoique, non… il faudrait le payer pour ça et la demoiselle ici présente est trop radine pour ça ! Énervée de ne pas réussir à allumer son feu, la dragonne jeta ses silex au sol dans un grognement de frustration. Tentant de se calmer, elle n’avait pas remarqué qu’elle n’était plus tout à fait seule.

Trop occupé à s’énerver sur son feu qui ne voulait pas s’allumer, Ilith n’avait pas fait attention à l’arrivée d’un monstre sauvage et se fit aussitôt attaquer. Elle ne savait pas ce que c’était comme attaque, mais Dieu que ça faisait un mal de chien ! On pouvait entendre la dragonne couiner et se débattre tant bien que mal pour se dépêtrer de cette attaque sournoise.  Quand soudaine, elle put s’en libérer, ou bien s’était la créature qui n’était plus là, la dragonne tenta d’attaquer, mais lorsqu’elle se projeta en avant, elle fut étranglée par une chaine. Quand est-ce que cette chaine est arrivée là ? Elle s’était tellement concentré sur la douleur que lui avait causé l’attaque qu’elle n’avait même pas senti qu’on lui foutait une chaine autour du cou. Pantoise à la vue de cette chaine, elle resta un instant à la fixer. Puis dans un excès de rage, elle se mit à rugir et à tenter de se défaire de l’attache.

Elle s’agitait furieusement, tentant de se libérer de cette chaine sans avoir à utiliser un sort. Ilith était déjà bien fatigué par son voyage et elle avait la flemme d’utiliser les sorts qu’elle connaissait. Rugissant de plus belle, elle agita ses ailes sans pour autant se mettre à voler. Furieuse, elle l’était, plus qu’elle ne l’avait été depuis un moment maintenant. Comment avait ont osé l’attaché comme un vulgaire animal ! Elle ! Une Dragonne ! Oui, sa fierté venait d’être mise à mal, mais de manière violente.

« Par le cul pourrit d’un Drake ! Si je trouve celui qui a fait ça ! JE LE BUTE ! »

Elle était plus que furieuse, en fait… Enfin, elle le tuerait, oui et non. Peut être a coup d’attaque de griffe, mais avouons-le, elle risque pas de faire beaucoup de dégâts à qui que ce soit pour l’instant. Et plus elle se débattait, plus, elle se fatiguait. Et plus elle était fatiguée, moins elle était en état de réfléchir correctement.

« Je crois que je ne vais pas avoir le choix… »

Elle qui désirait éviter d’avoir à faire ça… Non, mais Ilith hésitait vraiment à le faire… Puis, elle regarda à nouveau la chaine qui la retenait à un arbre. Elle ne voyait pas ce qui faisait la boucle, la dragonne avait beau essayer, mais sa nuque ne faisait pas non plus un 180°. D’autant que la chaine commençait un peu à la serrer, tant elle tirait dessus pour voir ce qui retenait la boucle… Puis, rapidement, elle se fit violence et utilisa le sort qui lui permettait d’avoir un corps aquatique, faisant passé, ainsi la chaine à travers son cou et elle put, enfin voir ce maudit mousqueton, alors qu’elle reprenant sa forme solide.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Dim 23 Sep - 13:29

L’entité draconique se débattit de toutes ses forces, en rage. Le dresseur, attendait, à l’affût prêt à la saisir. Son intérêt était piqué au vif. Jamais auparavant il n’avait vu de Drake aussi petit et se demandait bien ce que c’était. Etait-ce un petit ? Même pour un dragonnet, il était particulièrement petit et son plumage semblait être celui d’un adulte. Ou bien serait-ce un drake appartenant à quelqu’un réduit par magie ? Dans ce cas, son dompteur devait être fort peu expérimenté ou cette race particulièrement farouche pour que son animal se soit enfui de la sorte. Ou encore serait-ce une race naine et donc rarissime ? Parfait il en retirerait sans doute un excellent prix. Ce petit monstre ne lui serait d’aucune utilité si cela est sa réelle taille, par contre il serait assurément vendu au prix fort.  Mais soudain le Drake nain s’exprima :
« Par le cul pourrit d’un Drake ! Si je trouve celui qui a fait ça ! JE LE BUTE ! »

Cette créature, parlait ?
Un bruit de galop irrégulier s’éleva dans son dos, sans doute la kelpie qui avait entendu les bruits de luttes , rejoignant son maître le plus vite qu’elle le pouvait. Se guidant à la chaleur dégagée par l’humain puis l’odeur dès qu’elle le sentie elle tatonna et arriva finalement contre lui. Elle s’assura qu’il n’avait rien en le poussant de sa tête chevaline puis renifla à nouveau en l’air, Josef l’avait amené ici pour son flair exceptionnel qui compensait largement sa cécité. Souhaitant parler, elle reprit rapidement forme humaine pour lui demander de décrire la scène qu'elle ne comprenait pas :
« Josef, qu’est ce qu’il se passe avec ce dragon ?! »
Ne mettant pas un seul instant en doute le verdict sur la nature de la créature établie par sa traqueuse, le dresseur regarda avec attention la dragonne. Sans odorat, impossible de se douter que c’était une entité draconique supérieure.
« Je crois que je ne vais pas avoir le choix… »

Et la dragonne usa de magie de l’eau pour s’enfuir, puis seulement s’aperçut qu’elle n’était attachée que par un mousqueton. Elle eut une réaction plutôt élaborée face à cette constatation quelque peu rageante et le dresseur en conclut qu’en effet, elle était bien d’une race supérieure aux simples monstres. Trop concentré par sa découverte, il ne fut même pas amusé de l’énervement du petit dragon. Josef fit signe au doppleganger de se dissimuler dans l’ombre tandis que la kelpie reprit une forme de cheval aquatique.

Prudent avec la magie en général, il s’avança mais demeura aux aguets : « C’était plutôt un joli tour de passe passe, bien joué. » annonça-t-il sans sourire mais une lueur d’intérêt dans le regard. « Que faites vous ici, ces terres sont peut recommandables pour un dragon. Enfin, si vous en êtes bien un.» La kelpie siffla d’agacement et fit mine de lui donner un coup de crocs dans l’épaule, le dresseur attrapa au passage la tête du cheval et la repoussa avec un petit souffle d’amusement.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Lun 15 Oct - 1:58
Frontière de Teïder et des Terres du Nords - 10 Junon de l'an 2000 de l'Âge d'Acier


]Bon sang, elle n’avait vraiment aucune chance dans la vie. Ou alors elle était la dragonne la plus stupide qui soit pour se faire aussi facilement avoir par un piège aussi grossier. Elle savait qu’elle devait faire attention. Ilith le savait pertinemment que Teïder c’était un pays de sauvage raciste, alors pourquoi, au grand pourquoi, elle n’avait pas fait plus attention à ce qui se passait autour d’elle. Ce n’est pas croyable de voir une dragonne ainsi peu prudente, surtout quand on ne mesure qu’un foutu mètre… Elle devrait être la première à savoir l’importance de la prudence dans un pays réputer fermer à beaucoup voir toutes les autres raisons.  Et le pire c’est qu’elle avait été obligée d’utiliser sa magie pour se sortir de ce foutu guêpier. Pourquoi, fallait-il que ça lui arrive ? Elle était persuadée que si ça avait été un autre dragon, il aurait survolé la zone sans grand problème, mais non, non, elle, elle avait le mauvais œil au-dessus du crâne, ce n’est pas possible autrement.

La dragonne lâcha un léger grognement qui n’avait rien d’effrayant malheureusement. C’était aussi là, sa malédiction, tout chez elle avait diminuer, même les aspects les plus effrayants des dragons, comme leur grognement, ou leur rugissement… Elle, ses grognement et rugissement étaient limites… Mignon… Et ça l’agaçait que plus et plus ça l’agaçât et plus elle grognait. Cercle vicieux. Il devait bien se foutre de sa gueule, le sale type qui l’avait diminué, là où il était. Elle savait qu’il avait cassé sa pipe entre temps, mais bon, ça ne l’empêchait pas de continuer de le maudire malgré tout. La saurienne se posa un cul sur le sol et passa sa gueule sous son aile pour se gratter. Ça lui donnait toujours envie de se gratter quand elle utilisait la magie. C’était bizarre à voir, on pourrait vite croire y voir un chien se faisant la toilette, mais non, c’était une dragonne. Elle ne prêta pas attention, pour l’instant à l’individu qui venait de se montrer, enfin elle allait pouvoir voir quel était l’abrutit qui avait cru que c’était une bonne idée de l’attaché comme une vulgaire bestiole sans cervelle. Mais, elle continua de se gratter sans lui porter le moindre intérêt. Du moins, en apparence, car même si elle avait une furieuse envie de se gratter elle le surveillait du coin de l’œil. On ne sait jamais s’il allait attaquer ou non, après tout. Elle arrêta finalement de se gratter pour afin de se redresser correctement, jugeant du regard l’homme en face d’elle.

« C’est ça qui a tenté de me capturer. Débraillé… » Elle renifla l’air « tu pus aussi les bestioles… » Inclinant la gueule vers la créature équine. « Sans vouloir vous vexer. » Elle sentait bizarre, cette créature, elle n’était pas qu’un cheval basique. Mais elle était loin d’être une spécialiste, ayant toujours refusé de se mêler à Pierre, Paul et Jack.

Elle lâcha un rugissement, toujours aussi ridicule au possible, lorsqu’il remit en doute sa nature draconique. C’était la pire des insultes pour elle, qui était si fière d’être une dragonne.

« Pour qui te prends-tu, bipède, pour remettre en doute ma noble lignée de Dragon ? Un peu de respect, je te pris. Et qui es-tu, pour oser me parler et me traiter de la sorte ? »

Elle soupira, l’homme l’ayant bien remonté. La dragonne se dirigea vers son sac. Ne sait-on jamais, il y avait sa thune dedans, si ça se trouve, cet individu en voulait à ses affaires.

« Et pour vous répondre. C’est le chemin, le plus court pour aller dans les terres du nord. » Elle finit par marmonner, dans son coin. « Cours, certes, mais pas le plus accueillant. » Lançant un regard noir à l’inconnu en question.

Se grattant de nouveau, mais ce coup-ci au niveau de son conduit auditif. Ça en devenait gênant à la fin. Elle passait pour quoi là ? Un chien plein de puces ? En soit, ça n’avait aucun rapport avec le fait d’utiliser la magie, juste une habitude, elle se grattait toujours après son utilisation. Un tic nerveux, en soi.

« Et, ceci n’était pas un tour de passe-passe, mais de la magie la plus basique qui soit. Enfin, basique après avoir obtenu un certain niveau d’entrainement. »
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov] Sam 17 Nov - 15:40
Le petit dragon râla d’agacement avant de s’assoir et de se mettre à se gratter furieusement. Amusé, le dresseur la regarda faire en se demandant quel était cete race de dragon.
« C’est ça qui a tenté de me capturer. Débraillé… tu pus aussi les bestioles… » Elle décrocha vers Mévanoui. « Sans vouloir vous vexer. » Josef gratouilla la base de l’encolure de la kelpie, chacun d’entre eux en avait pris pour leur grade.

« Pour qui te prends-tu, bipède, pour remettre en doute ma noble lignée de Dragon ? Un peu de respect, je te pris. Et qui es-tu, pour oser me parler et me traiter de la sorte ? » Josef glissa son bras le long de l’encolure de Mévanoui, souhaitant l’apaiser car il la sentait fulminer. Le petit saurien se remit à se gratter furieusement. « je vais lui filer de l’antipuce » chuchota-t-il à l’oreille de la créature aquatique. Mais sa boutade n’amusa pas Mévanouie qui se métamorphosa en humaine afin de pouvoir parler.
Elle ne prit pas sa forme habituelle, elle d'une plutôt jolie femme aux longs cheveux roux et aux yeux ambres. L’esprit aquatique, vexée depuis qu’elle avait été insultée de bestiole, avait réuni tous ses souvenirs et fouiller dans son cœur pour prendre l’apparence de la plus belle humaine jamais connue. Ainsi, elle avait l'impression d'avoir plus de poids, ce qui était certainement vrai.

« Moi je remets en cause ta lignée de dragon, tu n’as ni prestance, ni tenue. » tonna Mévanouie d’une voix si familière au dresseur.
- Je t’avais dit, de ne jamais faire ça. » articula Josef, une moue douloureuse sur le visage en constatant le modèle qu'avait choisi la kelpie pour se changer en femme. Son cœur manqua un battement comme le disent avec élégance les Akkatoniens du Nord et lancinante douleur en étaux le saisit au torse, à la gorge. Toute force en lui était sapée, balayée en un seul instant car certaines âfres de la mémoire sont fatales. Le dresseur hésita entre vaciller dans un demi-tour ou sucomber à la magie noire des kelpies. Le souffle coupé, il tendit le bras vers le dos couvert de longs cheveux blonds aux multiples reflets roux et cuivres de la femme. Josef remarqua que ce qu'il perdait de vue comment étant une kelpie avait cessé de respirer, elle était à l’arret tel un chien de chasse. Figurant son effondrement intérieur général, sa main tomba lourdement le long de son corps. Cette chose malgré ses années de captivité était un monstre, l’illusion n’avait duré qu'un temps et le temps de le détruire. Le temps de lui rappeler avec l'éclat de la réalité le souvenir de sa femme.

Chancelant, il se détourna du petit dragon et de la créature monstrueuse. En ce mouvement, il senti son cœur se déchirer, comme s’il était lié à l’endroit exacte d’où se tenait la kelpie et que pour s’en éloigner il fallait qu’il force sur les liens invibles, que cela cédait. Quand Shamara lui avait tranché la gorge il avait ressenti aussi un coup fatal au cœur. Les plaies s’étaient grossièrements cicatrisées, mais revoir la figure si chère les avait fait éclater pour se rouvrir et le sang coulait à gros bouillon. La vision de la créature métamorphe était au dessus de ses forces : L’amour de sa vie, la vraie, était partie.
« Ne me suis pas. » ordonna-t-il à bouts de nerfs à la métamorphe avant de disparaître dans la forêt.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 23/08/2018
Localisation : Royaume de Teïder
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La rencontre entre un lézard et un dresseur [Josef Kislov]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Royaume de Teïder :: Marais, et routes-
Sauter vers: