Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Les deux cavaliers (Pv Maria)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain
MessageSujet: Les deux cavaliers (Pv Maria) Mar 21 Aoû - 20:50
Lendemain du rp « La Grandeur de l'Airain »

C'est assez tard le soir qu'Otmar attendait dame Maria non loin de l'écurie qu'il lui avait indiqué pour le rendez-vous, il devait être aux alentours de 20 heures à bien y regarder, du moins si l'on se fiait à l'heure indiquée par l'une des grandes tours d'horloges qui dominait le paysage de la cité. Pourquoi avaient-ils convenus d'une heure de rendez-vous aussi tardive ? Sans doute car en pleine journée il faisait vraiment très chaud au sein du désert, même dans les alentours de la cité d'Airain qui étaient abondamment irrigués et donc guère dénués de faune et flore… Ce serait donc évidemment plus agréable pour une balade à cheval, de plus cela éviterait sans doute à la duchesse d'avoir un malaise sur le dos d'une monture, ce qui serait sans doute un peu plus périlleux qu'hier au milieu d'une piste de danse avec l'empereur à proximité pour la rattraper rapidement.

Quoiqu'il en soit, cette écurie située à la périphérie de la cité, juste en dessous de la muraille qui encadrait celle-ci n'était pas des plus excentriques, elle était loin d'être disons ostentatoire, mais à l'inverse ce n'était pas non plus un cloaque immonde. Otmar connaissait le propriétaire de celle-ci, un homme honnête et pragmatique qui aimait beaucoup les chevaux et qui préférait se concentrer sur la bonne santé et le bonheur des bêtes plutôt que le simple apparat, comme en témoignait d'ailleurs le grand terrain que cet établissement possédait à l'extérieur de la cité. Et cela devait payer sans doute, car si l'empereur lui-même était un de ses clients, c'est qu'il appréciait la qualité du service donné en ces lieux…

Quoiqu'il en soit, alors qu'il attendait calmement la dame tout en contemplant les alentours qui drapés du voile nocturne étaient à la fois paisibles et presque oniriques, il aperçut tout à coup celle-ci arriver. La saluant de manière gestuelle quand elle arriva à son niveau, il l'aborda alors avec son habituelle cordialité.

« Dame Maria ! C'est un plaisir de vous revoir, je suis heureux en tout cas de constater que vous avez honorée mon invitation et vous portez bien depuis hier. » Ceci dit, puis lui faisant un baisemain à la manière des gentilshommes, il conclut avec un calme enthousiasme.

« J'espère que vous êtes toujours prête à faire une petite balade équestre. Dîtes-moi d'ailleurs, même si nous avons pu en parler un peu hier j'aimerai quand même vous poser la question, à quel point vous pensez vous vraiment compétente dans ce domaine ? » Ce précisément, après tout il préférait savoir à quel point il devait être derrière son dos ou bien la laissait faire comme bon lui semblait… L'important étant évidemment de trouver le juste équilibre pour que le tout soit le plus agréable et instructif possible.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2065
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Mer 5 Sep - 18:32
Le thérianthrope vint lui ouvrir la porte alors qu’ils étaient arrivés à destination. Quelques rayons de soleil éclairaient encore le fond de l’horizon, dessinant un dégradé de bleus dans le ciel déjà étoilé. Par chance, le ciel était dégagé ce qui rendrait la balade encore plus somptueuse mais aussi plus froide. Glissant sa main dans celle caleuse de son garde du corps, elle descendit de son transport jusqu’à poser dans l’herbe humide. N’ayant absolument pas l’habitude de la chaleur du désert et malgré la chute rapide de température, il faisait toujours un peu chaud pour la duchesse de Vinche qui dégaina l’éventail dont elle avait fait l’achat sur le marché d’Airain. Tout en s’éventant, elle s’avança vers ce qui s’apparentait à une écurie et plus particulièrement, elle s’avança pour rejoindre la silhouette de l’empereur d’Akkaton qu’elle su deviner facilement.

Le jour précédent, elle s’était retrouvée dans un même bal que lui et elle avait été agréablement ravie de sa proposition de balade à cheval. Maria n’était pas la meilleure cavalière des Duchés et de loin, mais elle savait monter à cheval. Pour l’occasion, elle avait revêtu un pantalon en tissu épais, des bottes pour l’équitation, un simple haut fluide à longue manche qu’elle avait recouvert d’une large étole beige et chaude. La pénombre ne rendait pas grâce aux efforts de ce pantalon qui mettait ses fesses en valeur. De toute façon, l’empereur était un vieil homme galant qui n’oserait y poser les yeux, c’était ce qu’elle s’était dit en l’enfilant.

Comment aurais-je pu vous la refuser messire Deffarès, cette sortie semble m’enthousiasmer autant que vous, dit-elle alors que l’homme lui faisait un baisemain aérien.

Elle réfléchit un instant, plus pour peser le pour ou le contre à lui avouer la vérité ou non. Elle savait qu’il n’était pas le genre d’homme à se moquer ou à la prendre de haut, elle ne sentit pas menacée de lui dire la réalité :

Comme je l’ai souligné hier, je ne suis pas une excellente cavalière mais disons que je maitrise les bases. Je ne suis pas une grande appréciatrice du galop mais le trot me convient. Cela fait un petit moment que je n’ai pas pratiqué cependant. Je pense qu’il va me falloir un petit tour d’échauffement, ajouta-t-elle avec un sourire tout en esquissant un petit rire polie.

La duchesse se comportait bien plus naturellement avec l’empereur que n’importe quelle autre personne qu’elle côtoyait par obligation politique. Elle se sentait détendu, certaine d’apprécier la suite de la rencontre.

Par ailleurs avant que nous commencions, pourriez-vous me dire ou nous nous trouvons ? Ou plutôt chez qui nous nous trouvons ? Est-ce votre modeste écurie ? Elle me parait bien plus grande que ce que j’imaginais après votre description…

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 28/12/2017
Localisation : Vinche, Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Jeu 6 Sep - 18:47
« Au moins cette balade sera plaisante pour nous, c'est ce qui importe le plus je suppose. » Glissa l'empereur à la duchesse et ce de bonne humeur en réponse aux paroles de celle-ci, ce avant d'ajouter aimablement.

« Ma foi, j'aurais le plaisir ainsi de vous donner quelques conseils au sujet de l'équitation si vous n'avez rien contre ma dame, c'est après tout une pratique que j'apprécie même si j'avouerai que mes responsabilités récentes de dirigeant de ma nation ne me laissent pas forcément le temps d'exercer cela autant que je le désirerais actuellement. » c'était toujours intéressant après tout d'enseigner quelque chose à une personne qui y semblait réceptive. Sur ce il ajouta en prenant le bras de la dame de manière galante en l'invitant à entrer dans l'écurie.

« Oh vous savez, pour moi une modestie écurie doit être l'équivalent je suppose d'une honorable écurie pour beaucoup de monde, ce qui doit expliquer mon erreur. Quoiqu'il en soit, j'ai l'honneur de vous présenter l'écurie d'Alford Grünh, un homme de bon goût qui a toujours misé sur la qualité avant la quantité, mais aussi sur la bonne santé de ses montures et leur bien être que le fait de les vendre en grande quantité. Il est persuadé après tout que c'est le mieux pour offrir la meilleure qualité à ses clients, mais aussi ne pas avoir de honte concernant l'exercice de sa profession. De ce fait, je vous invite si vous n'avez rien contre à ce que nous entrions tout les deux à l'intérieur, j'aimerai vous montrer la magnifique monture que je tiens à vous offrir. » Ce qu'ils firent donc, ceci fait ils purent constater que l'intérieur était plutôt bien entretenu et que les chevaux en train de dormir avaient un certain espace dans leurs loges individuels. Quoiqu'il en soit c'est en à peine 20 secondes qu'ils arrivèrent au niveau des loges contenant les plus belles montures de l'endroit, notamment celle que l'empereur voulait offrir à la dame, un magnifique destrier venant du continent Akkatonien qui avait l'air à la fois puissant et majestueux, ce tout en grâce, non en puissante brute, d'un magnifique pelage blanc. En le désignant à la dame, Otmar dit alors avec un calme enthousiasme.

« Une magnifique monture n'est-ce pas ? C'est celle que j'aimerais vous offrir... » Mais avant qu'il ne puisse rajouter quoi que ce soit, il remarqua à vrai dire que l'attention de la dame était concentrée ailleurs...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2065
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Dim 9 Sep - 11:57
Apparemment le bâtiment n’était pas le sien. Il appartenait à un homme de la connaissance de l’empereur qui était passionné par son métier. A l’intérieur devait se trouver quelques chevaux d’exceptions. Maria fut étonnée d’entendre lorsqu’elle entendit qu’on souhaitait lui offrir un cheval. Contrairement à la dernière fois qu’on lui avait fait une surprise, la dame contrôla ses émotions pour ne pas paraitre outrée. Certes, ce cadeau était moindre comparé à un jade, bijou de puissance. Il lui avait pourtant semblé que cette rencontre était officieuse, elle ne s’attendait donc pas à recevoir un quelconque présent.

- Oh, je ne m’attendais pas à ça messire Deffarès. J’en suis très honorée.

Tout comme pour Ikhyld, accepter ce genre de cadeaux, même pendant un rendez-vous officieux, serait mettre à mal la relation politique entretenue entre les deux nations. Maria ne pouvait se le permettre.

L’empereur, la prenant par le bras, l’amena à l’intérieur de l’écurie. Tout en la présentant, ils avançaient entre les chevaux assoupis. Ce n’était clairement pas l’écurie modeste que la duchesse de Vinche imaginait mais elle pouvait facilement se rendre compte qu’on prenait bien soin des chevaux qui s’y trouvaient. Ces derniers avaient tous le poil très satinés et brossés. Les crinières étaient tressées ou enserrées d’un ruban pour les poils ne s’emmêlent pas. Les bêtes n’étaient pas tous de la même race, certains avaient des muscles saillants, se dessinant sous leur respiration calme. Pour une écurie, l’odeur était particulièrement douce. Certes cela sentait toujours le foin et le crottin mais en rien on n’était agressé par les odeurs.

Quelque chose attira le regard de la jeune femme mais ce ne fut pas la magnifique monture que lui présentait l’empereur. Tout en se détachant du bras de ce dernier, elle s’avança plus loin encore dans le couloir. Des fils très fins, semblables à de la soie d’araignée, flottaient au dessus d’une porte d’un box dans l’ombre. Les reflets bleus avaient attiré le regard de la duchesse.  Elle s’approcha comme envoûtée et tomba nez à nez avec des yeux d’un bleu très clair, presque transparent, qui l’observait. Il s'agissait d'un cheval comme elle n'en avait jamais vu auparavant. Le poil était gris et blanc, les couleurs se mélangeant de sort à créer une écume de tâches. La crinière ainsi que la queue étaient très foncés, presque noires et à la lumière, des reflets bleus s'y dessinaient. Ceux-ci donnaient une impression d'humidité et lorsque Maria y passa la main, elle eut l'impression qu'elle traversait des algues tout juste sortie de l'eau. Elle ressentait une sorte de connexion avec la bête, elle savait, il la lui fallait à tout prix.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 28/12/2017
Localisation : Vinche, Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Lun 10 Sep - 20:45
« Oh, cela restera entre nous évidemment ma dame, un cadeau d'ami à ami. » Répondit Otmar amusée à la dame qui semblait assez formelle concernant le fait qu'il voulait lui offrir un cadeau. Après tout il n'y avait pas à considérer spécialement la chose comme ayant la moindre gravité. Il comptait d'ailleurs payer le cadeau avec son argent personnel même s'il ne le disait pas, après tout ce serait ainsi un geste bien plus amical et personnel de sa part que s'il usait de l'argent du contribuable pour.

Par contre, il se demanda bien quoi faire quand peu après il vit par quelle monture l'attention de la dame fut attirée… Fichtre, cette monture ci ? Mais il avait difficilement les moyens de la payer avec ses propres fonds personnels… Oh, certes il était empereur d'Akkaton, mais il ne croulait pas pour autant sous l'argent comme un duc des Duchés du Sud ou un roi, c'était un salaire certes très élevé, mais dont il devait user pour toutes ses dépenses personnelles n'ayant aucun lien avec le bien de l'empire. Autant dire qu'une telle monture dépassait malheureusement ses moyens par rapport à ses économies actuelles… Hum, du moins c'est ce qu'il se dit en imaginant que la dame Maria aurait du mal à apprécier une autre monture si celle-ci attirait tant son attention.

« Un enfant des nuées, une magnifique monture ayant la capacité de parcourir les flots aussi aisément que la terre ferme, à ce que je vois elle a su attiré votre regard ? Eh bien soit, néanmoins j'avouerai que c'est gênant étant donné que je n'ai pas les moyens de vous la payer avec mes fonds personnels... » Confia t-il donc à la duchesse en la rejoignant et en paraissant légèrement embarrassé, confiant qu'il avait voulut à l'origine payer avec son propre argent, il proposa néanmoins aimablement, mais un peu gêné.

« C'est embarrassant de dire cela à une dame, mais je vous propose si c'est celle-ci que vous préférez de payer tout les deux pour elle. Mes excuses en tout cas ma dame de ne pas avoir les moyens pour sur l'instant, je pourrais toujours vous rembourser au pire à l'avenir quand j'aurais fais quelques mois d'économies ? » Ceci dit, il caressa à son tour la crinière de la splendide monture, ce avant de conclure avec empathie.

« La reine des flots, voilà comment on pourrait vous surnommer en vous voyant gracieusement fendre les flots sur le dos de cette magnifique monture, du moins c'est ce que j'imagine quand elle sera votre. » Il avait ses petits instants poésie lui aussi après tout, restait donc à voir ce que la dame pensait de sa proposition...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2065
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Jeu 1 Nov - 13:20
Elle écouta d'une oreille distraite ce que racontait l'empereur au sujet de la bête. Un animal magique lié à l'eau ? N'était-ce pas exactement ce qui lui fallait ? Elle continua à y passer sa main avec douceur jusqu'à ce qu'elle entende l'homme s'excuser encore une fois. Elle se retourna vers lui alors qu'il changeait de sujet pour caresser à son tour sa future monture. Elle ne put s'empêcher de rosir légèrement à la suite du magnifique compliment que lui faisait l'empereur. Elle se permit un geste entreprenant et passa sa main sur celle de l'empereur qui se trouvait dans la crinière pour la ramener à elle. Elle lui fit un sourire franc tout en gardant sa main entre les siennes près de son ventre.

   - Vous n'avez pas à vous excuser messire Deffarès. Je ne vous aurais jamais laissé m'acheter ce cheval, sincèrement. Je sens comme une connexion entre lui et moi. Je pense que ce serait un affront de l'obtenir de l'argent de quelqu'un d'autre. Mais je vous remercie du geste, il me touche énormément, ajouta-t-elle en lâchant sa main.

Elle se retourna vers l'enfant des flots.

   - Et si nous allions faire la balade que vous m'aviez promis ? Je vous propose aussi d'emprunter un autre cheval que celui-ci; souvenez-vous que mes capacités à chevaucher sont limitées ! Je doute tenir bien longtemps sur son dos pour le moment...  

Comme pour soutenir ses propos ou simplement se moquer de la jeune humaine, un hennissement lui répondit. Il fut suivit d'un secouement de crinière et ils sentirent de petites gouttes de bruine sur leur visage.

   - Promis, je reviendrais te chercher juste après. Je ne t'oublierais pas, plus maintenant.

_________________

avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 28/12/2017
Localisation : Vinche, Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria) Ven 2 Nov - 21:22
Otmar fut légèrement surprit du geste de la duchesse qui prit sa main entre les siennes et les ramena près de son ventre. Hum, une marque d'amitié ou d'autre chose ? Il fallait avouer que le geste était assez révélateur en soit même si évidemment en bon gentleman l'empereur n'allait pas s'amuser à en user et en abuser comme certains. Il se contenta donc de répondre avec amusement à la duchesse et avec un aimable sourire de gentilhomme.

« Une connexion ? Littéralement ? Eh bien... » Il prit alors un air légèrement rêveur, puis dit. « Je suppose que ça arrive des fois que l'on se sent une connexion particulière avec un autre être ou quelque chose, on pourrait se dire que c'est le destin d'une certaine manière. Qui a fait que vous veniez ici, mais aussi que cette sublime monture s'y trouve. » Néanmoins il ne croyait pas au destin pour sa part, mais bon il n'allait pas faire le rabat joie en cet instant au risque disons de ternir la beauté du moment pour la dame. Après tout il y avait un temps pour faire preuve d'un scepticisme typiquement Akkatonien et un autre pour s'abstenir.

« Il a l'air lui aussi d'avoir une connexion avec vous. » Ne manqua t-il pas en tout cas de commenter avec une certaine appréciation après que la dame lui ait parlée de faire un tour avant d'acheter sa nouvelle monture et que celle-ci ait hennit. Il ajouta alors tout simplement.

« Allons faire ce petit tour ma dame. » Et ils empruntèrent donc un autre cheval pour la dame pendant que celui de l'empereur l'attendait à l'extérieur. Une monture qui était… Un beau cheval brun robuste, visiblement du genre de ceux avec lesquels on voyage, l'empereur dit alors.

« Cela fait des années que je possède cette monture, elle m'a rendue nombre de services dans les nations extérieures au grand désert. » Commenta t-il alors qu'ils arrivèrent à l'extérieur et la virent, elle n'avait rien d’exceptionnelle, mais savait remplir son rôle en somme. Sur ce il se tourna vers la dame et avant de commencer la balade à proprement dire ou de donner des conseils, il tendit galamment son bras à dame Galante, puis ajouta simplement avec cordialité.

« Permettez moi de vous aider à monter sur votre monture dame Galante. » Ce n'était probablement pas nécessaire, mais le geste avait davantage pour but d'être tout simplement fait que d'être vraiment utile ou nécessaire.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2065
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les deux cavaliers (Pv Maria)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Les deux cavaliers (Pv Maria)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» C'est parti pour l'aventure! {pv. Nikolas o/
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain-
Sauter vers: