Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Ilith A'Ownidd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: Ilith A'Ownidd Ilith A'Ownidd EmptySam 18 Aoû - 18:45

Ilith A'Ownidd : Archéologue

Ilith A'Ownidd 2a66Ilith A'Ownidd Bscp
Identité


Nationalité : Ikhyldienne
Race : Dragon
Nom : A'Ownidd
Prénom : Ilith
Surnom : La naine
Sexe : Féminin
Date de naissance : 18 Julius de l'an 1 300
Age : 700 ans
Lieu de naissance : Ikhyld
Lieu de vie lors de votre entrée en jeu : Ikhyld
Rang social : Bourgeoise
Métier/Position dans la société :Archéologue / Voir Préceptrice lorsqu'elle reste assez longtemps à Ikhyld
Titre : //


Armes et équipement :


Armure et armes en votre possession lors de votre entrée en jeu :

Ilith est le genre de dragonne qui trouve inutile de mettre une armure, en soit, surtout qu’elle fait, au contraire tout pour éviter la confrontation. Cependant, cette dernière a prévu le cas où elle ne pourrait éviter le conflit. C’est pourquoi elle s’est équipée d’amélioration magique. Tel que :

Une amélioration nommée Aérodynamisme qui l’aider à être un peu plus rapide et agile en volant en réduisant le frottement de l’air. La dragonne pensait que ça pourrait l’aider à fuir plus rapidement.

Mais aussi que l’ombre céleste qui lui permet, si elle ressent le besoin de se camoufler pendant quelques minutes, en vol. C’est pratique quand on est un dragon lâche comme Ilith !

Autres équipements

Mais la dragonne ne possède pas que des améliorations en soi. Mais aussi un sac qui contient tout son nécessaire de voyage et pour ses fouilles.

Parlons de son sac de voyage qui est en soi assez particulier, car il est muni d’une amélioration qui fait que ce sac n’a pas de fond. C’est assez pratique, car moins lourd pour la dragonne et ça lui permet d’emporter tout ce dont elle a besoin, comme des vivres, des livres, ses outils pour ses fouilles… Si elle pouvait allez dedans pour y dormir au chaud, elle le ferait, mais l’entrée du sac est juste assez grande pour laisser passer sa gueule… Malheureusement…


Caractéristiques :




Magie : (Description ici.)

Potentiel : Immense

Feu : Inapte
Eau :  Prodige
Vent : Maître
Terre : Inapte
Lumière : Inapte
Ténèbres : Inapte
Invocation : Inapte
Nécromancienne : Inapte
Transformiste : Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Champion
Contrôle de soi : Confirmé
L'intelligence : Prodige
La perception : Adepte
Le charisme : Confirmé
Technologie : Inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Adepte
Agilité : Maître
Vivacité : Maître
Résistance physique : Adepte
Résistance magique : Champion
Vitalité : Maître
Beauté : Champion
Discrétion : Maître

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Inapte
Armes lourdes : Inapte
Armes d'hast : Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense : Inapte
Armes de lancer/fouet : Inapte
Arc/arbalète : Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Inapte
Armes à feu : Inapte
Equitation : Inapte
Domptage : Inapte
Conduite : Inapte

Si dragon

Combat dans les airs : Maître
Combat sur la terre ferme : Champion


Description de votre personnage :


Description physique :

Sa description physique ? Bah c’est un dragon. C’est grand, à écaille, blanc, des griffes, un air féroce…

Ilith ? Grande ? Avec un air féroce. Si vous pensez ça de ce dragon, c’est que vous n’avez pas vu le bon dragon, car Ilith n’a rien de tout ça. Cette dragonne à quelques choses, en est de particulier, c’est qu’elle est bien plus petite que la majorité des dragons. Si en général, un dragon prend une envergure impressionnante qui leur donne un air à la fois majestueux et effrayant de par leur taille. Cette femelle ici présente est à l’inverse est plus considérer comme une chose adorable quand on la voit… C’est d’un ridicule quand on sait que c’est un dragon, de base. La seule raison qui fait qu’on ne la considère pas impressionnante, c’est que cette dernière ne mesure pas plus d’un mètre sans ses ailes… C’est la taille moyenne d’un enfant de 4 à 5 ans… Pour un poids de 15 kg. Et rajouté à la confusion, c’est un dragon couvert de plume immaculée. Elle possède bien des écailles, mais ils se trouvent principalement sur ses pattes et au niveau des griffes se trouvant sur ses ailes, ainsi que le long de son cou et sur sa gueule.

En soi, Ilith est une dragonne magnifique, si on oublie sa taille qui peut être handicapante sur bien des points. C’est un dragon de type occidental avec quatre pattes, une paire d’ailes. Le tous recouverte de plumes blanches avec quelques parties écailleuses, comme au niveau de son poitrail. Sa queue est également recouverte d’écaille, hormis le bout qui est plumé. Sa gueule, quant à elle est fine et gracieuse, surmontée de deux cornes séparées en quatre branches distinctes. La dragonne possède des yeux bleus arctiques ainsi que deux petits barbillons. Sa gueule est de forme triangulaire, avec son museau en pointe. De la base de sa gueule et rejoignant le reste de son corps se trouve une crête faite de plume. En soi, hormis sa taille peu convaincante, Ilith est un dragon qui pourrait en imposer. Mais, on ne peut pas lui retirer le fait qu’elle soit majestueuse, rien qu’avec sa couleur d’une pareille blancheur avec quelques nuances de bleu parsemé par-ci par-là.  D’ailleurs, elle camoufle parfaitement dans la neige…

Malgré cette forme superbe qu’elle possède, la dragonne est souvent considérée comme une mignonne petite chose à cause, encore une fois, de cette taille qui la désavantage plus qu’autre chose.  Sérieusement, avez-vous déjà trouvé impressionnant une petite bestiole de cette taille… ? Le pire, c’est quand elle cri… Même son cri a rétréci… Ce n’est plus un rugissement impressionnant, juste un petit crie, un petit peu trop aigu…  Tu parles d’un dragon d’envergure qui ne sait même pas rugir avec férocité…

Description mentale :

On a tous nos qualités et nos défauts qui font de nous des personnes à part entière. Il faut bien avouer que si on était tous identiques en tout point, ce serait forcément ennuyeux. C’est nos particularités personnelles qui font qu’on se déteste ou s’aime.  Comment voulez-vous faire connaissance avec quelqu’un si vous connaissez déjà tout d’elle ? Il est où le plaisir de découvrir des points commun et passion commune ? C’est ça qui est beau chez les êtres vivants, leur différence et parfois la similitude unique chez deux étrangers se trouvant, hormis ce simple détail, opposé. Ilith ne déroge pas à la règle comme quoi chaque personne est composée de qualité et de défauts. Après, ce qu’on remarque le plus chez la dragonne, c’est ses défauts. Après tout, cette dernière met un point d’honneur à ne montrer le meilleur d’elle que rarement.

Hautaine : on peut dire qu’Ilith est une dragonne qui aime regarder les gens de haut. Elle a une certaine fierté qui la pousse bien souvent à parler et agir avec les autres êtres vivants, hormis les autres dragons, de manière dédaigneuse. Car oui, elle est très fière de faire partie de la race des dragons qui pour elle surpasse de beaucoup en supériorité les autres créatures peuplant ces terres. Pourtant elle ne devrait pas être aussi gonflée d’arrogance.

Impulsive : le mot en lui-même la définit bien. Ilith est du genre à vite s’emporter et à foncer droit dans un mur, surtout lorsqu’elle est persuadée qu’elle a raison. Chose qui est une mauvaise idée lorsqu’on ne mesure pas plus d’un petit mètre pour un dragon… Être impulsive dans ce cas-là est plus suicidaire qu’autre chose, mais elle n’arrive pas à se contrôler, rétorquant qu’elle est comme ça et puis c’est tout.

Agressive : dans ce cas-là, la dragonne n’est pas violente de manière physique, non. C’est même, à l’instant, la dernière à aller frapper quelqu’un de manière volontaire… Son agressivité s’illustre plus dans sa façon de parler. Ses mots peuvent être aussi irritant que du papier de verre voir plus coupant qu’une lame de rasoir quand elle a décidé que la personne en face d’elle n’avait pas une tête qui lui revient.

Franche : logiquement, la franchise est une qualité. Pas chez Ilith, sa franchise est plus dans l’ordre de l’effronterie, ça mêler à sa possible agressivité verbale, ça fait un bon mélange… Car oui, la dragonne en générale ne se gêne jamais pour dire le fond de sa pensée, même si cette pensée en elle-même déplait plus qu’autre chose.
 
Lâche : elle n’était pas comme ça, mais maintenant, la demoiselle n’a plus trop le choix que de prendre la fuite quand la situation devient trop dangereuse… Certes, elle a toujours son souffle glaçant, mais elle évite de trop l’utiliser, car mine de rien, ça lui demande beaucoup d’énergie, alors la dragonne préfèrera fuir plutôt que de se fatiguer inutilement… Fichu taille.

Vous devez surement vous dire : « mais, il n’y a que des défauts, là ! » C’est exactement, c’était pour illustrer le fait que la dragonne préfère montrer ses mauvais côtés plutôt que de s’attacher inutilement ayant une profonde peur de se faire trahir et poignarder dans le dos…  Mais au fond, Ilith n’est pas une mauvaise créature, loin de là, elle cherche juste à se protéger. Certes, dans le passé, elle a longtemps mal agi, très mal agie. Mais aujourd’hui, elle en vient même à avoir des remords de ce passé. Mais ce dit passé a aussi créé des cicatrices en elle qui ont du mal à se soigner.

Taquine : malgré ses mauvais côtés, la dragonne est quelqu’un qui aime s’amuser et quand elle s’attache a quelqu’un, elle devient rapidement taquine, aimant embêter ses proches, à leur faire des blagues, comme leur souffler un souffle froid dans la nuque pour qu’ils viennent à frissonné sous la fraicheur de ce souffle. Après tout, Ilith n’est pas non plus un monstre d’arrogance et d’agressivité et sous ce tas de plume se cache un petit cœur qui aime s’amuser et plaisanter. Qui disait que les dragons devenaient automatiquement des sages en vieillissant ? Bon elle s’est assagie c’est un fait, cependant, elle aime toujours cette petite partie immature en elle. Même si cette partie d’elle sort que très rarement.

Affectueuse : eh bien, aussi surprenant que cela puisse paraitre, mais cette dragonne est très affectueuse et réclame souvent un peu d’attention affective de ses proches, que ce soit par une caresse, un câlin, ou même juste de l’attention. Il lui arrive, elle-même de frotté sa gueule contre la joue d’une personne qu’elle apprécie.

Curieuse : elle aime apprendre de nouvelle chose, découvrir des ruines et en décrypter leur histoire. La dragonne a une passion pour le passé et sa curiosité la pousse à fouiller ce genre de site pour en découvrir tous les secrets dont ils regorgent.  Mais sa curiosité ne s’illustre pas que pour ses fouilles dans le passé, mais aussi dans la vie de tous les jours. Si une chose attire son attention, sa curiosité la poussera à aller voir ce qui se passe…

Protectrice : quand la dragonne s’attache, elle devient comme une maman poule, très protectrice vis-à-vis des personnes qu’elle aime. D’ailleurs, Ilith ne se gênerait pas pour mettre sa vie en danger pour ses proches. Si en général, elle ne veut pas s’attacher, c’est aussi pour ça, car elle sait que si elle s’attache, la dragonne fera tout pour les personnes qu’elle apprécie. Et faut l’avoir, c’est assez ennuyeux quand tu n’as pas la taille adéquate.

Gourmande : Ca ne devrait pas être une qualité, la gourmandise… C’est comme pour sa franchise, encore une fois. Ilith ne fait pas comme tout le monde, car être gourmand, en soit, n’est pas une qualité, mais pour elle, si, car sa gourmandise lui permet de découvrir de nouveaux plats qu’elle ne connaissait pas avant et que d’autre n’oserait pas toucher. Mais aussi étrange que ça puisse paraitre, si une personne veut apprendre à la connaitre, c’est au moment où elle mange que la dragonne est la plus bavarde et la moins acerbe.

Convictions :

Elle a toujours trouvé le monde qui l’entourée plein de mystère avec ses ruines et ses secrets. C’est ce qui la pousse à faire ce qu’elle sait faire le mieux, fouiller les ruines à la recherche d’un fragment du passé. C’est ce qui lui plait dans ce continent. Elle aime bien sa vie actuelle, bien qu’elle l’aimerait encore plus avec sa taille de base… Mais ça, c’est une autre histoire. Ilith doit cependant l’avouer, elle n’échangerait sa vie pour rien au monde, s’y sentant à l’aise, chose qu’elle ne connaissait pas à sa jeune époque. Quant à Ikhyld, c’est simple, elle s’y sent libre et puis, c’est son pays de naissance. On la traitre comme n’importe quel autre citoyen, elle a un boulot qui pour l’instant lui plait pas mal et qui ne l’enchaine pas au pays, au contraire, se permettant de voyager partout où y a des traces du passé.  Hormis ça, la dragonne s’en fiche comme de sa première paire de chaussettes… Même si elle n’a jamais porté de chaussette… Elle est arrivée sur Orzian que bien après la pacification, trop de risque au vu de sa taille de venir avant. Encore maintenant, elle se méfie quand même des autres peuples surtout lorsqu’elle voyage… On ne sait pas à qui ont peut faire confiance…


Passé de votre personnage :


Histoire :

De zéro à héros… Deux cents

Vous avez dit dragon ?
Attention à l’œuf, n’allez pas faire une omelette avec !
Graoour Graaar Graourrr !


Il était une fois… Non sérieusement, vous voulez lire une histoire qui commence par « il était une fois… » ? Si c’est le cas, filez lire du Charles Perrault, ici, on n’est pas dans un conte pour bonne femme ! Cette histoire commence bien des années avant la montée en puissance de l’infâme Balthazar et bien avant l’arrivée Ikhyldienne sur le continent d’Orzian. C’est l’histoire d’une dragonne ne mesurant qu’un petit mètre. Bien sûr avant d’être un dragon aussi impressionnant, elle n’était qu’une larve dans un œuf qu’on avait offert à un couple de dragons Ikhyldien en l’échange du leur. Un échange entre dragon occidental et oriental avec les Akkatonniens. Protéger et choyer l’œuf vint à éclore laissant paraitre un petit dragon blanc qui tenta de faire ses premiers pas, mais qui se mangea l’herbe plus qu’elle n’a marché.

Ilith était une dragonne bien vivante qui aimait s’amuser, gravitant toujours autour de sa mère. Elle aimait aussi effrayer les voyageurs qui s’approchaient de leurs lieux de vie, mais ce n’était rien de bien méchant, juste un jeu taquin. Elle était pleine d’énergie, voire un peu de trop, pouvant fatiguer sa mère adoptive. Taëria n’a jamais caché à sa fille qu’elle n’était pas sa fille biologique, après, elle n’était pas totalement idiote, la dragonne avait bien remarqué leurs différences singulières. Ça ne l’empêchait cependant pas d’être très proche de sa mère, la collant partout où elle allait, un vrai petit pot de colle.  Ça ne faisait qu’une cinquantaine d’années qu’elle était sortie de l’œuf. En année de dragon, elle n’était qu’un bébé.

La vie était tranquille pour la petite famille, peu de chose venait les déranger dans les plaines Ikhyldienne et les gens qu’ils voyaient leur montraient un profond respect. Devant les étrangers, Ilith restait muette et sortait régulièrement des graaour graaar ! Une sorte de petit grognement mignon, chose qui n’était pas tellement charismatique pour un dragon, ça amusait Taëria. Vous voyez, le genre de dragon qui impose le respect au premier regarde ? Oubliez-le ! Effacez-le de votre mémoire face à une scène d’une dragonne blanche cherchant à jouer en lançant des graouur à tout va…

Ilith n’avait qu’une centaine d’années, la première fois qu’elle rencontra un autre dragon avec sa mère, cette rencontre fut intéressante pour la jeune dragonne, car ce dragon venait d’un autre pays, Akkaton, pour être précis. C’était un jeune dragon qui était plus vieux d’une cinquantaine d’années. Contrairement à Ilith qui vivait toujours avec sa mère, lui avait quitté le nid peu de temps après sa naissance. Il resta en compagnie des deux jeunes femmes pendant quelque temps, ce qui avait permis à Ilith de se rapprocher de lui. Elle aimait beaucoup l’écouter parler de son pays, Akkaton. Ilith savait que ses géniteurs étaient originaires de ce pays. Ce dernier se nommait Gwendal, mais après un temps, il dut repartir, laissant une promesse derrière lui, celle de revenir.

La jeune dragonne s’intéressait peu à ce qui se passait hors de sa prairie, mais sa mère était stricte sur son éducation et lui faisait la leçon. Taëria voulait que sa fille soit cultivée, connaisse l’histoire de ce monde, connaisse l’art de la littérature, l’art des calculs. La mère dragonne voulait le meilleur pour sa fille et fit tout le nécessaire pour. Au début, Ilith était que peu intéressé par ça et c’était pour elle une véritable torture, du moins toutes les matières hormis l’histoire. Elle s’était pris de passion pour l’historique du monde et aimait questionner sa mère sur divers points sur le passé des terres environnantes, du « qu’est ce qu’il y avait avant ».

Mais les années de tranquillité allaient bientôt disparaitre. La jeune dragonne arrivait sur ses deux cents ans et le monde autour de sa verte prairie s’agitait. C’était la montée en puissance de l’infâme Bathalzar. La vie paisible de la dragonne et de sa mère fut troublée par les méfaits de cet homme qui part ses caprices et son excès faisait vivre l’enfer au peuple Ikhyldien. Les deux dragonnes s’étaient terrées loin de tout ça, mais combien de temps encore pouvait elles vivres aux calmes ? Taëria savait que même si les dragons étaient respectés de tous à Ikhyld, cet homme finirait par leur posé problème un jour où l’autre.

Un Homme... Dragon Libre!

Un abrutit en couche-culotte
Une maman avec des problèmes
Une dragonne…


Non, mais, c’est fini oui… ? Désolé, le narrateur aime le style d’un certain romancier et s’amuse à le copier… Vraiment, excusez-le ! Ça ne recommencera plus, je l’ai viré ! J’espère que le passage à la première ne vous causera pas. Après, quoi de mieux que l’héroïne de l’histoire pour la raconter, non ? Bon, j’aurais pu le faire depuis le début, mais j’avais la flemme et puis il était bien parti, mais là, Maurice, il pousse le bouchon un peu trop loin !  Bon, recommençons l’historique de ma vie. En soit, mes deux centaines d’années passées ont été paisibles, même si j’ai vu du mon dans ma petite prairie, vécu des choses aussi. Vous savez, quand on est destiné à vivre aussi longtemps, on vit et ne voit pas mal de chose qui devienne finalement banale. Les conflits entre divers pays, régions, pour grappiller quelques terres à son voisin, c’est « monnaies courantes » notez bien que je mets ça entre guillemets, car soyons honnêtes, ce n’est pas comme si y en avait tous les 15 du mois, surtout à Ikhyld qui était un pays en paix ou les conflits se faisait rare. Ce qui est moins courant, ou peut être que si… non… En 700 ans de vécu, il me semble que ce sale type a été le seul… Bon, je deviens vieille après, 700 ans après tout, hein, c’est plus tout jeune, même pour un dragon ! Enfin si, c’est jeune. On a déjà vu des vieux coucous de 2000 ans… Alors 700 ans, j’suis un bébé pour eux ! Encore heureux que je n’aie pas cet âge… Bon sang que je me serais fait chier ! Pour en revenir à ce que je disais. On peut dire que j’ai vu beaucoup de choses, mais la plus marquante reste l’avènement de Balthazar l’infâme, comme ils les appelaient… Ils ? Les gens… La populace, quoi…

En soi, ça ne m’aurait pas plus posé problème que ça, quoique… ma petite prairie douillette a quand même été dévastée avec cette bêtise… Je hais les bipèdes, sérieux, ils sont soigneux pour rien sauf quand c’est leurs petites affaires ! Égoïstes, va ! Et puis pour tout avouer, je hais cette période de l’histoire. Balthazar, c’est un vrai cinglé, ce type…  Déjà que ça faisait une petite centaine d’années que j’avais du mal a digéré les bipèdes, là, c’est l’intoxication… Quelle bande d’idiots !  Le pire, c’est lorsque cet abruti s’est attaqué à ma famille ! Je m’en souviens comme si c’était hier, alors que c’était il y a près de 500 ans… En même temps, cette période a de quoi marquer !

Ma mère avait la capacité de prendre l’apparence d’une jeune femme et la prenait régulièrement lorsqu’elle avait besoin d’aller en ville, faut avouer, que si elle y avait été en restant une dragonne de son envergure, elle ne serait pas passée inaperçue. Si je me rappelle bien, ce jour-là, je m’étais disputé avec ma mère sur les personnes à deux jambes. Je ne la comprenais pas pourquoi, elle se rabaissait à prendre leur apparence ! Après tout, les dragons étaient respectés, nous étions bien au-dessus d’eux sous tout rapport, alors pourquoi, elle prenait leur forme… Ça me dépassait ! Habituellement, elle mettait une journée pour y aller, y restait une journée puis revenait au bout du troisième jour. Cependant, elle ne fut pas de retour au bout du quatrième jour. Au début, j’avais supposé qu’elle prenait juste son temps, que je me trompais. Cependant, le temps se rallongeait et mon inquiétude aussi. Qu’est-ce que je me trompais lourdement, un jour alors que j’étais sur le point de partir à la recherche de ma mère, je vis un groupe d’homme armé s’avancer de là où je me trouvais. Vous vous doutez, à ce moment, je ne savais pas trop comment réagir à ce que je voyais… Après, ils s’étaient peut-être perdus que je me disais à ce moment-là… Hey ! J’étais jeune et bête, je sais ! Ou alors je m’illusionnais. Je ne sais pas ce que j’avais en tête, mais des hommes armés qui s’approchaient d’une dragonne de mon envergure ne devaient certainement pas être perdus. D’autant que même s’il y avait eu pas mal de passage là où l’on vivait avec ma mère, on n’était pas non plus dans un coin avec une route. Non, il fallait le vouloir pour venir ici. Le vouloir ou être bête, voire les deux.

« Que font des hommes armés dans ma prairie ? »

Je m’étais mise de manière à être plus impressionnante, bombant la poitrine, les regardant bien de ma hauteur. Je me souviens surtout d’un visage, l’homme qui était en tête de son petit groupe. Les autres personnes n’étaient que des têtes sans visages, des personnes vites oubliables. Cependant, l’homme en tête ne semblait pas impressionné du tout ou il n’en laissait rien paraitre. Ça m’avait décontenancé à ce moment-là. J’avais l’habitude que les gens baissent les yeux lorsque je prenais cette posture, mais lui restaient stoïques.

« Nous venons pour vous parler, dragonne ! »

Quelle bande de petits… On va s’arrêter là les possibles noms d’oiseau, y a des enfants qui nous lisent. Ceci dit, pour qui se prenait-il au juste ? Me parler ? Et de quoi, d’abord ? De la pluie et le beau temps ? Mais bon, ma mère m’avait appris la politesse. Je prenais mon mal en patience.

« Me parler ? J’espère que c’est important pour que vous veniez me déranger. Soyez convaincant pour me pousser à rester vous écouter, bipède ! »

Vous avez dit condescendante ? Ouais, je ne m’en cache pas.

« Mon maitre a une faveur à vous demander, à vous, puissant dragon ! »

Bon, il savait flatter mon égo, ça, on ne peut pas le lui retirer !

« Une faveur ? Qu’est-ce donc ? Je ne suis pas intéressée à aider un homme aussi ridicule. »

J'avais déployé mes ailes afin de m’élever dans les airs quand l’homme en question vint prononcer la phrase qui m’avait fait sortir de mes gonds.

« Je suis sûr qu’après savoir que votre mère est sous notre coupe, vous serez, au contraire, tout à fait prompte à faire cette faveur à mon maitre, dragonne. »

Un rugissement s’était élevé dans les airs, faisant que les gardes se mirent aussi en garde, mais l’homme de tête ne semblait toujours pas flancher. Mais je me souviens de cette colère que j’avais ressentie sur le moment.

« Ma mère ! Que lui avez-vous fait, stupides avortons ! Je ne sais pas ce qui me retient de vous dévorer sur-le-champ !»

Comment osaient-ils me faire du chantage et retenir ma mère dans leur immonde ville ! Pour qui se prenaient-ils, à agir de la sorte ? Je me souviens parfaitement de ce moment, de cette rage qui était en train de me consumer à chaque fois que je posais mes yeux sur cet individu.

« Ce qui vous retient ? C’est simple, chère dragonne. Si je ne reviens pas auprès de mon maitre, Balthazar avec des nouvelles, il en déduira que vous refusez cette demande de faveur et fera exécuter madame votre mère. »

La suite des évènements fut simple, j’ai été contrainte à accepter de travailler pour cet homme, Balthazar. Monsieur désirait se servir de moi comme d’une arme intimidante plus qu’autre chose. Les jours suivants, j’avais été contrainte de déserter ma verte prairie pour aller non plus de la ville afin qu’on n’ait pas trop loin à faire pour venir me donner les ordres. Le temps passait et j’étais devenu un moyen de pression. On m’avait envoyé dans les campagnes avec un groupe de soldat pour m’encadrer.  On m’avait mis un collier avant que tout commence, pour pouvoir me contrôler si je venais à me rebeller. C’était humiliant, l’idée même d’avoir un collier pour chien-chien. Je devais en prime, me coltiner ce soldat, Scheïf. Petit abruti, je me l’étais juré, un jour, je le dévorerais, en prenant mon temps histoire de lui faire regretter sa naissance.   

Un jour, alors qu’on me forçait à faire un tour de garde en compagnie de mon petit groupe de suiveur indésirable. L’un des soldats avait fait l’affront de me manquer de respect. Je ne me souviens plus exactement ce qu’il avait dit, cependant, je me souviens que ça m’avait mise dans une rage folle, au point que je l’avais envoyé valser d’un coup de patte… Avait-il survécu au vol plané ? Peut-être, peut-être pas. C’était une tête oubliable. Ce qui n’était pas oubliable, c’était la sensation du collier qui se resserrait autour de mon cou progressivement, me coupant tout souffle et m’arrachant un grognement sourd. Maudis Scheïf et sa magie. Cette sensation de manquer d’air, encore maintenant, ça me fait horreur.

La suite se passa comme l’avait prévu ce Balthazar, ma présence avait dû refroidir les petits groupes ennemis, car j’en voyais de moins en moins. Heureusement, car, je l’avoue sans détour, à cette époque, tuer des bipèdes me procurait un plaisir immense. À ce moment-là, je m’imaginais, quand je les tuais, que c’était les créatures stupides qui retenaient ma mère en otage et ça me procurait un tel plaisir que je n’hésitais plus lorsque je soufflais ma glace. Après, il arrivait que je tombe sur des groupes plus armés que d’autre et que je finissais souvent par avoir diverses blessures plus où moins sérieuse.

Le dernier moment marquant de cette époque, c’est lorsqu’Akkaton avait remporté la guerre contre Ikhyld. Je me trouvais à la cité, afin d’être là au moment de l’arrivée des soldats ennemis. Les soldats Akkatonniens s’avançaient vers la cité lorsque Scheïf est venu m’annoncer que ma mère avait été exécutée, ce ne fut pas une idée brillante si vous voulez mon avis. Il n’eut pas le temps de me dire les raisons de son exécution, ni même le temps d’activer son collier étrangleur. Je me souviens que sous la haine, la colère, la douleur, je l’avais gobé tout rond et avait serré la mâchoire au niveau de son torse. Vous n’avez pas besoin de connaitre la suite, vous en feriez des cauchemars. La suite des évènements, vous la connaissez tous. Balthazar l’infâme fut exécuté, décapité, pour être précis. Je ne vais pas narrer tout ce qui s’est passé. Ikhyld avait un nouvel empereur, qui avait des promesses à Akkaton, blablabla.  Et moi dans tout ça ? J’étais attaché, pas très loin, prête pour ma condamnation. En même temps, j’avais tué, quoi de plus normal que d’être également puni.

Il ne fallut pas longtemps avant qu’on décide de ma sentence. Je ne savais pas ce qui m’attendait, même si je m’en doutais un peu. Ce que je ne savais pas, à l’époque, c’est qu’on me réservait une punition pire que la mort. Encore maintenant, je subis cette fameuse punition. Ça va peut-être donner un aspect cliché à la scène, après, je n’y suis pour rien. Je ne contrôle pas non plus la météo, mais ce jour-là, il pleuvait à vache qui pisse, une horreur, j’avais les plumes trempés, c’est long à sécher les plumes, vous savez… J’étais tranquillement en train de me « reposer » lorsqu’un groupe d’individu s’était rapproché.

« C’est bien cette dragonne ? »

Question stupide. C’est qui ce type qui pose des questions aussi bêtes ? Je ne réagissais toujours pas, mais je les surveillais du coin de l’œil.

« Vous en voyez un autre, mon seigneur ? »

Je pouvais sentir le malaise s’installer suite à cette intervention. J’avais émis un ricanement. J’avais finalement décidé de leur donner mon attention.

« La dragonne qui doit être punie, c’est moi, effectivement. Faites votre boulot et arrêtez de tergiverser inutilement. »

Je fixais alors l’homme qui n’avait encore rien dit au centre de cet attroupement. Déjà, ce type, je ne l’aimais pas. Il avait une tête qui ne me revenait pas. Petit, vouté, caché dans une cape élimée avec une grande barbe brune, il se tenait à un bâton tout cabossé…  Tu parles d’une tenue à avoir face à un dragon… Certes, un dragon condamné, mais quand même !  La suite, je ne vais pas le narrer. En toute franchise, je ne me souviens pas de ce qui c’est passé entre maintenant et la fin du sort… La malédiction… L’incantation ? Je ne sais même pas comment appeler ça, le fait est qu’après ça, le collier qui me tenait prisonnière était devenu trop grand pour moi… Je me souviens avoir senti une vague de panique à ce moment-là, précis… J’avais diminué de taille. Le temps que mon cerveau analyse la situation, j’avais déjà sorti un cri de terreur.

« Quoi ? Pourquoi, je suis petite ? Il se passe quoi là ?! »

C’était la panique à bord. Je me redressais, fonçant sur l’homme barbu, bien que maladroite dans mes mouvements. Je me souviens mettre accroché à lui et lui rugir au visage… Si on pouvait appeler ça un rugissement !

« Qu’est ce que vous m’avez fait ?! Même mon rugissement est devenu un miaulement ! Vous n’auriez pas pu, simplement me buter, comme quelqu'un de NORMAL ?! »

Je suis resté dans un état de panique pendant un moment, jusqu’à ce que le vieux décide qu’il en avait assez et me bloqua avec un sort de son cru pour finalement m’expliquer que ma punition était justement de devoir vivre avec le poids de mes « erreurs », mais que pour empêcher tout problème, il avait été décidé de me rendre moins dangereuse ! À ça pour être moins dangereuse, je le suis ! Et ce, jusqu’à ce l'empire Ikhyldienne ait décidé d’inverser la punition.

L’épilogue d’une histoire et l’introduction d’une nouvelle aventure. Logiquement, si je suis la logique du narrateur, ça devrait être le titre de ce nouveau chapitre, mais honnêtement, j’ai la flemme de faire un chapitre pour ça. Alors je vais simplement vous raconter dans un paragraphe comment je me suis retrouvé sur Orzian. C’était il y a quelques années de ça, 180 ans, pour être précise. Ce n’était il n’y a pas si longtemps que ça, finalement. C’est un pur hasard, en vérité si je suis arrivé à Orzian. Vous vous souvenez de Gwendal ? C’est grâce à lui que j’ai mis les pattes sur Orzian, sinon le voyage aurait été épuisant, voire impossible pour moi… Depuis que je suis plus petite, je fatigue beaucoup vite, c’est une horreur ! N’empêche, la tête qu’avait faite Gwendal en me voyant était excellente ! En mode : « C’est quoi cette blague ? Je quitte une dragonne à taille adulte et je me retrouve avec une version miniature ». Ah non, en fait, ça, c’est ce qu’il a dit après la drôle de tête. Durant le voyage, il me tenait dans ses pattes… Bon, en soi, c’était assez humiliant, drôle, mais humiliant. Vous vous imaginez avoir des ailes et pas vous en servir vous ?  Bref, la suite vous la connaissez, j’ai fait ma vie sur Orzian, en territoire Ikhyld. Curieuse d’en connaitre plus sur ce pays, j’ai fini par chercher à en apprendre plus sur le continent. Depuis bien 60 ans, maintenant, je me suis spécialisé dans la fouille archéologique à travers les pays. Et quand je suis en ville, je fais du professorat. Bon, être petite a ses avantages, finalement. Si on oublie que je suis devenu un objet de curiosité, une possible proie pour ce qui est plus gros que moi et j’en passe des vertes et des pas mûres… Le plaisir, quoi ! L’histoire de ma vie est finie ! Quoi ? Vous trouvez ça bâclé peut-être ? Peut-être, mais vous savez, en 700 ans, c’est long et je ne me souviens pas non plus de tout en détail. Et, il y a aussi des trucs dont je me souviens, mais qui serait ennuyeux de raconter ou du moins à lire, pour vous lecteur. Comme ma rencontre avec un autre dragon qui s’est foutu royalement de ma tronche parce que j’avais été miniaturisé et que vexé, je lui ai gelé le bout du museau… La course poursuite qui s’en est suivie était… Humiliante, j’ai dû me cacher dans du foin… Mouillé… Vous vous imaginez le calvaire pour me nettoyer après ça… ?

Liens :

Taëria - Mère adoptive.
Statue: Décédée.
Crédit de l'image
Taëria est la mère adoptive d’Ilith. La dragonne a offert, il y a fort longtemps son œuf a un autre couple de dragons d’Akkaton et en échange, elle eut Ilith.  Sa fille et elle ont toujours eu un lien fort et étaient bien souvent inséparables. À sa mort, Ilith fut anéantie, la raison de sa mort à pousser la dragonne à ressentir une vivre haine des autres êtres vivants.

Gwendal - Ami d'enfance.
Statue: Vivant.
Crédit de l'image
Gwendal est un voyageur qu’elle a rencontré, lorsqu’elle n’avait qu’une centaine d’années, ce dernier était lui-même plus vieux d’une cinquantaine d’années. Elle l’avait beaucoup apprécié et son resté bon ami, même après la période Balthazar. Gwendal a été d’une grande aide pour Ilith après sa « malédiction ». Ils continuent de se rencontrer au gré du vent.

Scheïf - Soldat de Balthazar l'infâme.
Statue: Dévoré et digéré.
Crédit de l'image
Scheif est le soldat qui est venu à Ilith pour lui annoncer la captivité de sa mère. Évidemment, la dragonne n’a pas apprécié sa visite, surtout qu’elle était suivie d’un odieux chantage qui mettait cette dernière sous les ordres de Balthazar. Elle, sous les ordres d’un bipède, c’était la pire des choses. Mais, ce dernier a eu la fin qu’il méritait. Il s’est fait littéralement dévorer par Ilith après qu’il lui a annoncé que Taëria avait été exécuté.

Noms Inconnu - Pire cauchemars.
Statue: Possiblement Décédé.
Crédit de l'image
C’est le mage qui a fait d’elle ce qu’elle est actuellement, c’est-à-dire un modèle réduit. Pendant des années, elle a haï cet homme. Encore maintenant, elle pense le haïr, mais au fond, qu’en est-il ? Le hait-elle vraiment ? Après tout, il avait eu un peu raison, elle était devenue une tueuse, une folle furieuse et encore, c’était une punition plutôt clémente en soi.



Qui êtes vous ?


Petite présentation de votre personne : Saphi, enchanté, j'ai 27 ans, je rp depuis que j'ai... 15 ou 16 ans, je ne sais plus trop. J'écris dans tous les domaines, dans l'héroic-fantasy au forum school basique en passant aux forums à thème du genre Harry Potter, ou encore dans le genre futurisque. Polyvalente o/

Rythme rp et particularités :Tout dépend de mon inspiration et aussi (étrangement) de mon entente avec les personnes du forum. Ou alors de ma légendaire poisse, si elle a frappé ou non. Mais généralement, j'essaye de répondre le plus rapidement possible. Sinon, j'ai un sérieux problème avec les répétitions...

Comment avez vous découvert le forum : De partenariat en partenariat!

Des ambitions pour votre personnage ? Quelle évolution aimeriez vous lui donner à court ? Moyen ? Long terme ?
Avez vous prévu quelque chose ou êtes vous adepte du "laisser le jeu faire" et voir ce que ça donnera ?
Au feeling! Je laisse le choix aux hasards, c'est ce qu'il y a de plus drôle dans le rp!


Anton Ludwig Illuminès

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 561
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ilith A'Ownidd Ilith A'Ownidd EmptySam 20 Oct - 13:01
Caractéristique


Magie : (Description ici.)

Potentiel : Immense

Feu : Inapte
Eau :  Prodige
Vent : Maître
Terre : Inapte
Lumière : Inapte
Ténèbres : Inapte
Invocation : Inapte
Nécromancienne : Inapte
Transformiste : Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Champion
Contrôle de soi : Confirmé
L'intelligence : Prodige (+1 bonus racial)
La perception : Adepte
Le charisme : Confirmé
Technologie : Inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Adepte (- 1 Malus Racial)
Agilité : Maître (+1 Bonus Racial)
Vivacité : Maître
Résistance physique : Adepte (-1 Malus Racial)
Résistance magique : Champion
Vitalité : Maître
Beauté : Champion
Discrétion : Maître (+1 Bonus Racial)

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Inapte
Armes lourdes : Inapte
Armes d'hast : Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense : Inapte
Armes de lancer/fouet : Inapte
Arc/arbalète : Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Inapte
Armes à feu : Inapte
Equitation : Inapte
Domptage : Inapte
Conduite : Inapte

Si dragon

Combat dans les airs : Maître
Combat sur la terre ferme : Champion


Équipement


- Pierre Solaire: C’est une pierre magique qui se recharge avec les rayons du soleil et qui une fois rechargée produit à volonté assez de chaleur pour diverse utilisations, comme allumer un feu quand celle-ci est posée au centre d’un tas de bois secs.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ilith A'Ownidd Ilith A'Ownidd EmptySam 20 Oct - 13:11




Rps en cours

Listez ici les rps que vous menez avec votre personnage actuellement.


  • Lien du RP - L'elfe et la naine [PV Xin Nahalëm]

  • Lien du RP - Quand le mini dragon veut partir en exploration [PV Hansing Liuxian]

  • Lien du RP - La rencontre entre un lézard et un Dresseur [PV Josef Kislov]

  • Lien du RP - Un dragon, on le fuit. Une dragonne, on s'y attache [PV Greil]

  • Lien du RP - Sa majesté le despote et l'illégale dragonne. [PV Zmeï Nebojsa]



Rps terminés/abandonnés

Listez ici par ordre chronologique les rps que vous avez terminés/abandonnés avec votre personnage.


  • Liens et titre du rp.

    • Résumé du rp
    • Etat du rp (Terminé/Abandonné)


  • Liens et titre du rp.

    • Résumé du rp
    • Etat du rp (Terminé/Abandonné)


  • Liens et titre du rp.

    • Résumé du rp
    • Etat du rp (Terminé/Abandonné)


  • Liens et titre du rp.

    • Résumé du rp
    • Etat du rp (Terminé/Abandonné)





Never Utopia
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ilith A'Ownidd Ilith A'Ownidd Empty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Ilith A'Ownidd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: