Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Les vastes duchés du Sud :: Autres villes, et villages
MessageSujet: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Dim 12 Aoû - 14:46
Fin-mai 2000 Age d'Acier - Palais de Fortuna.

La capitale Marbrée... Elle n'usurpe pas son identité. Le marbre y semble omniprésent. Sur les façades des bâtiments, sur les mobiliers urbains. Ils ont même réussi à en mettre dans les jardins. Sous forme de dallage, ou de statues ou de monuments artistiques tel que des arc. Le Rôdeur déambulait dans la capitale marbrée, regardant le luxe ostentatoire omniprésent de cette capitale artistique. Il lui fallait atteindre le palais ducal avant d'être en retard, mais ceci n'était pas évident pour qui essaie de passer à travers les places artistiques et commerciales.

Ce fut ainsi, après une longue séance d'esquive aux marchands attrapeurs et d'échappatoire à l'artiste de rue prenant un cobaye dans les membres du publics que notre homme arriva devant le fameux palais. Pile à l'heure, quelle chance ! Le Palais Ducal de Justinia était aussi un splendide signe ostentatoire de richesses. Immense, vaste et truffé d'œuvres d'art auxquelles notre Rôdeur ne s'intéresse que partiellement, cette bâtisse était une œuvre d'art à œuvres d'art.

Notre homme se mit donc à la recherche de l'oiseau avec qui il avait rendez-vous. Une lettre du duché indiquant un rendez-vous pour aujourd'hui était parvenue jusqu'à chez lui et Arkos avait fait suivre celle-ci à Hansing dans la cours de Jade afin qu'ils se retrouvent tous les deux devant le fameux palais en question juste avant le rendez-vous officiel. L'avenir du Stolenmark y était joué et il fallait être sérieux après tout. De plus, notre Rôdeur avait un peu le tract, seul devant un Duc qu'il n'avait jamais vu.

Anton, le Haut-juge Akkatonien devait avoir envoyé une lettre de recommandation à ce duché et Arkos espérait de tout cœur qu'elle avait été reçue et mémorisée. Un haut-juge Akkatonien et un noble d'Ikhyld venant plaider cette cause seraient des arguments non-négligeables pour l'aide à la reprise de Fort-Bastel. Surtout, que le duché en question en est le voisin direct et sera le premier impacté par ses brigands s'ils venaient à s'organiser si ce n'est pas déjà le cas.

Finalement et après de longues minutes d'observations des environs, notre Rôdeur remarqua l'Azurien qu'il désirait revoir et s'approcha de celui-ci, amicalement bien sûr, mais aussi avec son ton familier et naturel habituel. Une fois à son niveau, notre Homme l'accosta d'une voix sonore.

Arkos : Salut, Hansing ! Content de te trouver ! C'est quelque chose cet endroit. Je ne sais pas ce que le marbre leur à fait, mais ils en ont foutu partout ! T'as fait bonne route ?


Après les mondanités d'usage, si l'on peut dire. Il fallait se préparer à voir notre cher duc très bientôt et il fallait se mettre en route pour la salle du Trône en l'occurrence. Chemin faisant, le Rôdeur regardait autour de lui. Il y avait des œuvres d'art de partout, mais également des gardes. Parfois discrets, parfois bien évidents, ces êtres étaient là pour protéger ce palais. Ce fut une fois dans la salle du Trône qui n'en était pas moins impressionnante et carrément pas moins gardée que notre homme put voir la personne avec qui il devait s'entretenir. S'approchant doucement du Trône en regardant la personne à la tête de celui-ci. Arkos se plaça derrière Hansing, le diplomate. Il valait mieux le laissé passé devant et prendre l'initiative pour parler en premier lieu à leur interlocuteur commun, car le Rôdeur n'y connaît strictement rien en mondanité ni en Noble Jeu. Ce serait un coup à tout gâcher d'entrée de jeu.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Mer 15 Aoû - 23:17
L'Azurien était donc de retour dans les Duchés du Sud, pour régler quelques questions relatives à son ancien passage. Il avait récolté pas mal d'informations et d'opportunités en traversant les Duchés la dernière fois, et en s'entretenant avec sa supérieure, ils avaient convenu que cela valait la peine d'exploiter certaines d'entre elles. Après tout, il était encore un inconnu dans cette région du monde, et quelques petits coups d'éclats pourraient l'aider à être un peu plus identifiable, ce qui ne pouvait que servir ses prochaines entreprises en tant que diplomate. Montrer sa compétence et sa flexibilité pouvait aussi être une bonne idée dans les Duchés, qui respectaient plus les capacités que la noble naissance ou les talents artistiques ou magiques pour eux-mêmes.

Cette fois-ci, il avait utilisé un cristal de transport se trouvant dans les Duchés pour écourter son voyage, car il lui fallait tenir des délais plus serré, et il était donc arrivé dans les temps à Fortuna pour apporter la première partie de l'aide promise au rôdeur curieux, Arkos. Il portait cette fois-ci ses habits de cours, plus luxueux et élégants que ceux qu'il revêtait en voyage, et cela semblait une bonne chose dans la resplendissante Cour de Marbre de Fortuna, ou un accoutrement trop simpliste aurait certainement dépareillé. Après tout, s'il était ici à titre personnel, son nom restait associé de facto à celui de l'Empire et il était inconcevable qu'il déshonore ce dernier.

Ainsi retrouva-t-il Arkos peu avant l'audience proprement dites. Le rôdeur semblait égal à lui-même, bien qu'un peu moins exubérant que lors de leur rencontre en forêt. Ce n'était pas plus mal, car Hansing n'était pas certain de la bienveillance de la Duchesse aux questions impromptues lancées en rafale.

« C'est un plaisir de vous retrouver également, content de voir que vous êtes toujours en bonne santé... j'espère que votre dame va bien également ? Pour vous répondre le voyage a été... hé bien... bon, oui, même si assez court, puisque vu les délais j'ai cette fois-ci utilisé la magie pour parcourir le plus gros de la distance. »

Après un court échange d'amabilité, le duo bien étrangement assorti se dirigea ainsi vers la salle du trône. L'Azurien ne fit guère attention aux gardes, étant habitué à leur omniprésence dans les palais, mais jeta un coup d’œil au cadre, assurément très artistique. Finalement, ils arrivèrent devant la maîtresse des lieux et du Duché, et, après avoir confirmé d'un coup d’œil que le rôdeur semblait le laisser à la manoeuvre, Hansing s'avança pour s'incliner poliment, à la mode impériale.

« Bien le bonjour à vous, Votre Grâce. Merci d'avoir accepté de nous recevoir. Je suis Hansing Liuxian, et j'occupe la fonction de diplomate en Ikhyld, mais je suis ici à titre privé, pour plaider la cause de mon compagnon ici présent, le rôdeur Arkos, qui représente la compagnie du Stolenmark. J'ai cru comprendre que notre cause avait par ailleurs été introduite épistolairement par un Haut Juge Akkatonien, et j'espère que cette cohabitation des intérêts de citoyens d'Ikhyld et d'Akkaton sera pour vous un gage de la sincérité de toutes les parties, agissant par sympathie pour une cause juste, et non pour des intérêts étrangers. »

Ne sachant trop dans quel état d'esprit le courrier akkatonien avait bien pu mettre la Duchesse, Hansing avait préféré poser la chose de prime abord. Après tout, les Duchés étaient caractérisés par leur amour de la liberté, et Fortuna était bien proche de la frontière akkatonienne. Il espérait que la coopération de plusieurs personnages de hauts rangs de nations différentes saurait désamorcé ces éventuelles craintes, car Ikhyld n'aurait de son côté aucun intérêt à voir Akkaton gagner en présence dans les Duchés... l'Empire faisait même tout pour empêcher cela.

« Comme ce courrier vous l'a sans doute appris, nous venons mander votre aide pour la libération de la place forte du Fort Bastel. Ce fort, sis tout proche de vos frontières, est actuellement en ruine, mais a été investit depuis peu par une compagnie de brigands qui le renforce, le répare et s'y installent. Si rien n'est fait, ils risquent de se renforcer, de rançonner les routes commerciales proches de votre Duchés et de nuire au commerce.

Bien sûr, on pourrait se dire qu'il serait toujours temps de voir alors, mais il faudrait des effectifs considérables pour nettoyer le fort une fois correctement remis en état. C'est pourquoi nous espérons que vous nous prêterez un peu d'aide pour que la compagnie du Stolenmark, qui l'occupait jadis, puisse le reprendre et y tenir les mêmes activités honnêtes que jadis. Non seulement ce fort ne vous poserait alors plus de problèmes futurs, mais c'est aussi l'occasion d'aider maintenant, alors que l'effort ne sera pas si grand, du fait que le fort est encore en partie en ruine et que la compagnie a déjà rassemblé des forces de poids pour aider à sa reconquête. »


Hansing avait parlé avec politesse et distinction, présentant la cause à défendre de manière aussi concise que possible, sachant que le temps était de l'argent dans les Duchés, et que les duchéens n'aimaient guère perdre leur argent de quelque façon que ce soit. Bien sûr, il y aurait sûrement des questions, mais Arkos et lui étaient là pour y répondre, après tout.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 336
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Dim 19 Aoû - 14:41
Les audiences étaient une étape nécessaire dans la journée d'un duc, tout les jours, mais Dieu tout puissant... Quel ennui... C'était affligeant... De manière générale la plèbe, les notables et autres bourgeois du Duché et des alentours se pressaient dans la sublime salle du Palais et se tordaient dans d'absurde position tant ils ne savaient point par où débuter l'exposition de leur affaire, oppressée par les lieux eux même. Il fallait les guider et leur donner la phrase d'accroche pour la plupart. Une véritable corvée... Oh bien sur il y avait quelques énergumènes dans le lot avec du caractères de temps à autre qui se faisaient prestement remettre à leur place s'ils élevaient le ton. Les personnes distrayantes quand à elles existaient aussi mais étaient très rares, si rares que c'était là une véritable bénédiction que d'avoir leur intervention le temps de quelques minutes. Et en général, ces gens là recevaient même des faveurs...

Mais là ! Là... Nous avions les audiences diplomatiques désormais. C'était d'un tout autre calibre ! Venant de tout Orzian et au delà, l'on voyait ainsi défiler lors de ces occasions des gens hauts en couleur. D'un raffinement sans égal parfois, d'un exotisme incroyable même, voir avec des accents d'une absurdité... C'était un peu comme faire tourner la roue de la chance, tout les résultats étaient possible. Ah... Le côté merveilleux des rencontres. Aujourd'hui, les invités de Fortuna étaient deux individus dont un diplomate Ikhyldiens, bien qu'il n'était pour l'occasion pas certains que celui ci intervienne en faveur de son état... Eh... Allez savoir... Le Second était un rôdeur, une lettre de recommandation à son sujet avait accessoirement été envoyé par un ponte Akkatonien, ce qui avait attisé la curiosité du Duc. Un oiseau et un rodeur. Eh... Ils s'étaient avancés dans la salle du trône, trône sur lequel sa Grâce siégeait, étendant ses bras sur les bords de celui ci... Et... Oh... Oh.... Oh non... Non ! Non.... Non, non et non... Quel dommage ! Ils n'ont point de masque, les deux n'ont point de masque et... Ah... Tendez l'oreille, la cour du palais, courtisans et courtisanes se gaussent déjà, ils murmurent tandis que le Duc Federico salue et accueille les intervenants. Irritant... Comment voulez vous que la rencontre se passe bien.

Oh bien évidemment, sa Grâce écoute les paroles de l'Ikhyldien, puisqu'il hocha la tête en guise de confirmation aux dires soutenant que les intérêts communs des deux empires rivaux pour l'heure, ou du moins de leurs représentants sont pour l'heure nobles et digne de s'impliquer... Bien évidemment, il écoutes ce drôle de volatile conter les récits qu'ils connaissait déjà, des malandrins installés dans un ancien complexe fortifié. Les rumeurs vont vite dans la région, les marchands voyagent et discutent, les taverniers écoutent et répètent, les mendiants tendent l'oreille et échangent, les arlequins rôdent et rapportent. Fortuna et tel une araignée au centre de la toile, elle n'ignore rien de ce qui se trame à ses frontières. Bien évidemment, une expédition punitive était envi... Et... NON ! NON ! ET NON ! Ces murmures, ces ricanements, ignobles, indécents... Tellement... Ah !

"Ah ! Non ! Assez. Cela en est assez ! Ce vacarme est insupportable ! Votre médisance à tous est irritante au possible... Mais suffit ! Tout le monde dehors !
Fulmina alors soudainement le Duc en se levant soudainement de son trône sans crier garde. Et... Un valet ! Un serviteur ! Que quelqu'un aille me chercher deux masque pour ces deux honorables invités ! Céramique blanche, noir, rouge... Qu'importe ! Mais deux masques dans les minutes qui suivent... Dépêchez vous que diable ! Ne restez pas là les bras croisés..."

Et il continua ainsi en invectivant ses gens ça et là, vociférant des ordres afin de remettre un peu d'ordre dans cette salle du trône. Fortuna n'était pas un champ de foire bon sang ! Une fois que la cour se fut bien vite éclipsé pour éviter d'avoir à subir la fureur ducale, et que les serviteurs aient courus dans tous les sens pendant quelques instants vers les salles et couloirs adjacents à la salle du trône avant de finalement émerger avec deux masques blancs confectionnés de tel manière à ce que le premier soit assez générique pour être adapté à n'importe qui, et que le second puisse être porté par un Azurien, le Bec ayant été pris en compte. Sa Grâce finit alors par souffler et se rassoir.

"Grands dieux... C'est toujours la même chose dès que des étrangers pénètrent en ces lieux et qu'ils ne suivent pas la doctrine des masques... Ces médisant ne peuvent s'empêcher d'enchaîner les commentaires et les paroles malheureuse à voix basse. Une conduite affligeante. Ces benêts sont incapable de se rendre compte de cette situation absurde qui se déroule à Fort-Bastel. Ils ne comprennent pas que si la situation n'est pas réglée très rapidement, elle va dégénérer et impacter de manière négative toute la région... Des benêts. Tous plus stupides les uns que les autres."


Il poursuivit en faisant mine de se lamenter, gestuelles et mimiques soutenant ceci allant de mise bien évidemment, puis il reprit un air des plus sérieux...

"Mais au moins, quelques personnes de bon sens semblent s'être dévoués afin d'agir contre ça. Enfin... Ont décidés d'agir elles aussi... Sachez, juste que vous n'êtes pas les seuls à porter votre regard vers ces malandrins. J'ai déjà résolu de m'appliquer à chasser ceux ci du Fort. Mais bien évidemment, une association est tout à fait appréciable et encouragée."
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 30/12/2017
Localisation : Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Lun 20 Aoû - 19:43
Le Rôdeur regarde silencieusement l'oiseau effectuer son métier de diplomate avec brio. La pose et le discours sonnaient juste aux oreilles du Rôdeur qui essayait d'analyser la réaction du duc trônant actuellement devant nos deux comparses. Hansing avait annoncé ses arguments avec une éloquence digne d'un diplomate et c'était maintenant au duc d'y répondre avant que le Rôdeur ne porte sa pierre complémentaire à l'édifice déjà bien illustré par l'Azurien. Une pierre peut-être nécessaire pour justifier la reprise de l'édifice en question d'ailleurs.

Cette pierre était bien difficile à poser, car, et le Rôdeur s'en rendait compte, nos deux comparses faisaient vraiment étrangers dans ce décor de luxe et de mondanité à outrance. Un duo pour le moins disparate entre eux et avec le reste de leur environnement actuel était actuellement jugé par les mondains masqués dont la tenue était une exposition de richesse avant même d'être un habit. Arkos voyait leur public les juger de haut et glousser volontiers. Inutile de dire que ce genre de rire de dindons à moitié étouffés commençaient déjà à l'irriter fortement si bien qu'Arkos se demandait franchement comment Hansing, vu son métier, faisait pour ne pas en faire tomber un "accidentellement" du haut d'une tour, de temps en temps. Ce fut une intervention du Duc qui sauva la mise, sortant son épingle du jeu mondain autour de lui et se mettant bien au-dessus de cette mêlée de dindons dans l'estime du Rôdeur en cette phrase pour le moins curieuse.

En effet, notre duc venait de congédier son assistance si on peut dire. Les dindons gloussants sont les dindons de leur propre farce pour une fois et doivent évacuer fissa loin de la fureur ducale. Étrangement, cependant, les serviteurs virent apporter à l'Azurien et au Rôdeur présent un curieux présent. Un masque blanc, générique et uniforme. Un visage inconnu à mettre sur le visage connu du Rôdeur tout comme celui de l'oiseau. Arkos regardait le masque qu'on lui avait glissé dans la main, l'examinant sous toutes les coutures et se demandant qu'en faire... Ou plutôt pourquoi le faire. Il n'a pas peur qu'on le reconnaisse et assume ses actes en général.

Les paroles du duc vinrent éclairer sa lanterne en cet instant. Il semblerait que ce jeu, cette doctrine des masques, soit une coutume locale. Étrange que cette coutume locale n'est jamais essayé de percer le fort qu'ils ne tenaient pas si loin finalement. Tandis qu'Arkos levait les yeux vers le duc, celui-ci écoutait aussi la fin de son discours avec attention. Il y était question de Fort-Bastel et de son impact sur la région si rien n'était fait. Les dernières paroles du duc firent sourire le Rôdeur. Visiblement, ils avaient, eux aussi, prévu de venir se débarrasser de ces ennemis. Nous parlerons donc d'accord et d'association et non de la possibilité d'avoir des troupes pour récupérer ce fort, une bonne nouvelle en soit.

Cela dit un autre point vint attirer son attention. La manière de parler et de bouger, le langage corporel et les expressions du visage du duc le faisait ressemblait à un acteur plus qu'a un duc. Ceci eut l'effet de mettre le Rôdeur en confiance comme s'ils étaient dans une pièce de théâtre. Regardant son masque et finissant par le mettre, notre Rôdeur fini par dire d'une manière simple, voir innocente, à propos de cette coutume avant de repartir vers le sujet de Fort-Bastel.

Arkos : Curieuse coutume mais ça doit être pratique pour faire quelques bêtises et dire "oups, c'est pas moi". Je vous remercie beaucoup pour votre proposition d'association et vous avez prévu quoi pour les chasser de Fort-Bastel actuellement ?


L'aspect stratégique de la chose intéresse grandement notre Rôdeur bien plus que la partie "association" qui doit sans doute intéresser nettement plus notre diplomate. Il ne faudrait tout de même pas se faire souffler la propriété du fort dans le processus non plus. Cela dit avoir une armée et des moyens garanti par les Fortuna est une bonne nouvelle pour l'avenir du Stolenmark.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Lun 20 Aoû - 23:23
Hansing ne se laissa guère troublé par les murmures, pas plus qu'il ne tiqua quand il appris ce qui les avait motivé. On lui avait bien parlé de cette « coutume des masques », mais il n'avait pas imaginé que ce serait à ce niveau... d'impératif. C'était tout de même bien limitatif comme coutume, surtout avec un tel degré d'absolu, mais il ne fit bien entendu aucun commentaire, un bon diplomate ne devant jamais contredire les coutumes locales, si étranges qu'elles puissent lui paraître, du moins s'il voulait réussir dans ses négociations.

Il prit donc le masque qu'on lui apportait et le mit sans hésiter. Il n'était guère étonnant qu'ils aient des masques pour Azuriens, après tout, les Azuriens étaient nombreux dans les Duchés. Pendant qu'il attachait le masque, il écouta surtout la réponse du Duc, qui avait visiblement déjà pleinement conscience du problème du Fort et avait déjà prévu certaines choses pour y remédier. Alors qu'Arkos s'enquérait spontanément des plans du Duc dans ce domaine, Hansing marqua un moment très court de réflexion avant de s'incliner légèrement et de reprendre.

« Nos excuses pour avoir semé les graines du troubles dans votre cour en omettant de nous masquer, Votre Grâce, c'est, hélas, notre première visite en vos terres. Je suis du reste heureux de voir que vous êtes déjà pleinement au courant du danger potentiel représenté par le Fort Bastel si on le laisse se fortifier entre de mauvaises mains. »

D'un côté, ce n'était guère étonnant, puisque si le rôdeur avait pu apprendre le sort du Fort, il aurait été presque étrange qu'un noble voisin n'en ait rien vu. D'un autre côté, il fallait potentiellement s'inquiéter des conditions que le noble poserait à sa collaboration...

« Puis-je me permettre de vous demander quel genre d'arrangement vous seriez prêts à passer avec nous, Votre Grâce ? Je suppose que vous aviez vous-mêmes prévu d'occuper ou de détruire le fort une fois conquis, seriez-vous prêt à le confier à la garde du Stolenmark, et à quelles conditions ? Je me permet de souligner que cette bonté vous vaudrait non seulement une compagnie de mercenaires redevables, mais vous éviterait en plus de nombreux frais, que ce soit de garnison ou de démolition. »

Mettre en avant le coût semblait toujours une bonne stratégie de base avec les Duchéens, en attendant d'en savoir plus sur le Duc qu'il avait face à lui, ainsi que sur ses éventuels projets au sujet du fort, qui, même si celui-ci ne s'en rendait pas compte, n'étaient pas forcément les mêmes que ceux d'Arkos, pour le coup... cela valait en tous cas la peine de s'en informer, lui semblait-il.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 336
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Lun 27 Aoû - 19:14
Sa grâce souriait derrière son masque. Oh bien évidemment cela ne se voyait pas, mais il souriait. Il était satisfait. Les questions sur la coutume des masques étaient toujours des plus distrayante et celle ci étant une fierté locale, y répondre était un devoir doublé d'un plaisir. Cela démontrait que la chose avait piqué l'intérêt de celui se questionnant. Et par association qu'il serait possible de faire ainsi dans d'autres domaines. Information à garder dans un coin de l'esprit.

"Inutile de s'inquiéter pour d'éventuelles dérives. Nos yeux sont suffisamment ouverts et nos sens aiguisés pour prévenir de celles ci. Qui plus est, si nous devions nous inquiéter de ça tout les jours, cela ruinerait le sens de la coutume. Voyez vous, c'est une question de symbolique principalement. La céramique recouvrant la chair illustre la passion qui disparait au profit de la raison et de l'efficacité. Il s'agit d'abandonner son être véritable pour entrer dans un rôle et se consacrer à des intérêts plus ou moins supérieurs et personnels. Que ce soit, le marchandage, la création, où la politique. Les Fortuniens voient le monde comme une vaste pièce de théâtre dont seul de dignes personnes doivent êtres les acteurs principaux. Aussi, entrer dans un rôle leur facilite la prestation."


Il marqua une pause, écoutant distraitement le volatile présenter ses formules d'orateur. Eh. Classique. Au moins était-il impliqué dans son oeuvre. Dans un même temps, le Duc héla un serviteur et lui commanda d'aller ramener "La Carte". Sans plus d'indications, celui ci s'exécuta, rameutant avec lui plusieurs de ses homologues. Ils savaient ce qu'ils avaient à faire et le ferait au plus vite. Suite à ceci, sa Grâce revint bien vite à ses deux invités.

"Pour ce qui est des moyens que je compte employer, je vous les présenterais bien assez tôt. Mais sachez juste que mes coffres sont assez pleins et larges pour obtenir tout ce qui est nécessaire à l'expulsion de la racaille sans avoir à briser une seule pierre des remparts. Et pour ce qui est de l'avenir de ce fort ci. Pour être tout à fait honnête. Je m'en lave les mains au plus haut point. Qu'un ambitieux en prenne possession et me jure fidélité ou non, que des mercenaires s'y installent, qu'on le démolisse purement et simplement. Cela m'importe peu puisque ce n'est pas le véritable sujet d'importance. D'ailleurs, même la vermine n'est qu'un détail quelque part. Si votre compagnie du Stolenmark souhaite le récupérer. Soit. Qu'il en soit ainsi, mais afin qu'il ne le reperde pas, il va falloir aller plus loin qu'un simple nettoyage en règle de l'intérieur."


Tandis qu'il prononçait ses paroles, les serviteurs s'étant éclipsés plus tôt revinrent en apportant avec eux, une large carte installée sur un espèce de large chevalet. Ils installèrent celle ci bien en évidence au centre la salle. Celle ci était vraisemblablement sur un plan politique et représentait les forces en présence dans la région, Fortuna ainsi que plusieurs de ses voisins. Fort-Bastel avait été mis en évidence au côté de trois autres territoires ainsi qu'un quatrième encore plus à l'est.

"Voyez vous. L'affaire est bien plus compliquée qu'il n'y semble. Oh bien évidemment, des brigands sont rentrés dans un fort pendant que ses occupants étaient de sortie. Fort bien. Cela parait simple. Mais non. Pas du tout. Car, concrètement, les brigands sont peut être nombreux, organisés, et bien équipés. Cependant, ils n'ont jamais eu l'audace jusqu'à présent de s'emparer d'un fort. Ils ne sont pas stupide. Ils savent que l'entreprise serait compliquée d'une part, et que personne n'accepterait pareille situation. Ces gens là veulent prospérer, pas s'attirer les foudres des grandes puissances locales. Entre nous soit dit. L'affaire est tout de même étrange admettons le. Ils ont trouvé le courage d'entrer sur les lieux ? Et dans un espace de temps draconien ? A un moment idéal ? Une coincidence ? Assurément pas. Un plan menée avec minutie et du soutient."


Il se leva alors de son trône et se dirigea vers la carte, pointant du doigt les trois territoires voisins à Fort-Bastel puis celui encore à droite.

"Vous savez, nos voisins sont assez agités et ce depuis plusieurs années. Toute cette zone est supposée être part intégrante du territoire un peu plus à l'est. Ce dernier assurant une domination militaire et économique et faisant office de duc pour les trois comtes. Celle ci dure depuis plusieurs décennies. Mais au fil du temps s'est étiolée pour diverses raisons. Depuis environs dix hivers, celle ci est insuffisante pour tenir en laisse les trois comtes locaux. Tant et si bien que le Duc a officiellement abandonné ceux ci et s'affaire à reconstituer ses forces. Le triumvirat d'énergumène affranchit de toute autorité supérieure à ainsi commencé à s'entretuer joyeusement de diverses manière et n'a pas l'intention de cesser avant qu'il n'y ai plus qu'un seul d'entre eux en place. Et d'ailleurs, comme par hasard, il y a quelques temps, plusieurs tractations d'origine inconnue mais venant vraisemblablement de cette zone ont commencés à aller et venir ça et là, et tout de suite après celle ci, la prise de Fort-Bastel."

Croisant les mains derrière son dos, il commença à faire les cents pas, tournant, virant, allant et repartant. Ceci avant de se diriger finalement vers son trôle pour s'y rassoir et poursuivre.

"Jusqu'à présent, les malandrins n'ont pas agis. Et ce à raison car je flaire qu'un petit malin a eu une idée habile et souhaite abattre de manière décisive la concurrence grâce à la technique de l'enclume et du marteau. Entre nous soit dit. Ceci est parfaitement inacceptable. J'ai horreur quand quelqu'un cherche à démolir le statut coup pour renverser l'équilibre et la stabilité. C'est entre autre pour cela que l'affaire doit être réglée au plus vite et avec la plus grande fermeté."
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 30/12/2017
Localisation : Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Mar 28 Aoû - 13:38
Arkos écoutait ce fameux duc agissant comme un acteur et en apprend un peu plus sur cette curieuse coutume des masques. Cela dit sa dernière phrase était quelque peu naturelle, mais également hors sujet. Cette coutume titillait légèrement la curiosité du Rôdeur qui lâcha simplement, sans sous-entendu.

Arkos : Curieux de savoir comment est la personne sous le masque quand il n'a pas à jouer un rôle alors.


Le Rôdeur avait glissé cette phrase après les élucubrations d'hansing et plus ou moins en même temps que l'ordre du duc a un de ses gens pour ramener une certaine carte, ainsi que plusieurs de ses amies visiblement. La bonne carte déroulée et exposée à nos deux visiteur hétéroclite et nouvellement masqué, voici que le deux leur expose son idée, sa stratégie. Visiblement, le Stolenmark pourra récupérer Fort-Bastel sans conditions ni même allégeance, une bonne nouvelle en soit mais le duc Federica di Fortuna avait posé une question pour le moins pertinente et une véritable réflexion allait devoir y être menée.

En effet, la question était simple, comment ne pas reperdre Fort-Bastel. Car si c'était arrivé une fois, cela allait arriver sans doute une seconde fois s'ils n'y prenaient pas garde et ne comprenaient pas de leur première erreur. Tandis qu'Arkos réfléchissait à une réponse à cette question, une immense carte posée sur un chevalet venait d'être apportée et leur était directement exposée. Cette carte indiquait ce qu'il y avait dans toute la région et nous y voyions le duché des Fortuna, mais aussi Fort-Bastel et les duchés et comté au nord de celui-ci. Arkos regardait cette carte avec attention et les explications du Duc virent aussitôt, expliquant un enjeu géopolitique plus grand que la prise d'un fort. Voila un argument qu'il aurait dû révélé à Osami qui avait tendance à minimiser ce problème lors de leur dernière entrevue.

La première chose sous-entendue par le Duc est une trahison de l'un d'entre eux. La prise du fort ne serait pas un hasard, mais un coup orchestré avec minutie et de l'intérieur même du fort. Alors que le Rôdeur se demandait qui, et surtout pourquoi quelqu'un ferait une telle chose, voici que le Duc apporta la suite de sa réponse, allant jusqu'à quitter son trône pour s'approcher de la carte et montrer les "fautifs" du doigt. Il semblerait que Fort-Bastel soit une place stratégique située entre trois comtes retord qui auraient été abandonnés par leur Duc justement à cause de leur comportement intenable.

Cela serait dans leur guerre incessante entre ces trois loustics pour s'entre-dominer que cette place fort aurait été prise ? Beaucoup d'évènements seraient alors expliqués, en particulier cette troupe venue prendre le fort avec de quoi abattre un dragon et le fait que, une fois la troupe vaincue, que ces maudits pillards aient surgis de nulle part. Une tentative ratée d'un des comtés et un coup de poker réussi par le comté voisin ? Plausible et pas qu'un peu. Tout comme avoir attaqué avec une bannière et occupé le fort avec une autre pour brouiller les pistes menant au comté en question. Arkos posa une simple question à Hansing avant d'aller poser la suivante vers le Duc, occupé à faire les cent pas avant de regagner son trône.

Arkos : Hansing, est-ce que tu connais le duc ou un des comtes en question par hasard ? Tu allais dans ce coin quand je t'ai rencontré si je ne me trompe pas.


Loin de la, l'idée de le suspecter, mais il pouvait très bien avoir une mission diplomatique dans la région et justement dans un des comtés ou duchés cités à ce moment-là. Si hansing connaissait un brin les loustics, cela serait autant d'informations utiles pour la pérennité du Stolenmark par la suite. Quoiqu'il en soit, notre homme demandait au Duc quelques informations supplémentaires. Il allait être d'une aide immense dans cette affaire visiblement.

Arkos : Et donc, une fois Fort-Bastel reprit et sécurisé. Que conseillez-vous que nous fassions pour ces trois comtés ? Devons-nous les attaquer sur le plan militaire ou le Noble Jeu ? Ou bien tenté d'inciter le Duché auquel ils appartenaient de les reprendre en main à moins que vous contiez les annexés à votre propre duché ? Je pense qu'une fois le fort investi, nous aurons plus d'informations pour savoir de quoi il ne retourne et qui est impliqué là-dedans.


Notre Rôdeur se tournait vers Hansing. Entre eux, l'oiseau était le plus a même à comprendre et à réagir sur un plan stratégique axé sur la politique et aurait sans doute son opinion sur le sujet également.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Jeu 30 Aoû - 12:21
Hansing prit mentalement note des détails de la coutume des masques qui, même si elle ne lui plaisait guère par sa philosophie, ce dont il ne montra rien, valait la peine d'être mémorisée pour une prochaine visite. On en revint néanmoins rapidement au vif du sujet, le Duc confirmant sans difficulté qu'il était prêt à laisser le Stolenmark reprendre le fort et l'occuper sans demander de contre-partie en échange... c'était déjà un très bon point. Après tout, un bourgeois puissant aurait pu vouloir occuper lui-même le fort pour être certain de stabiliser durablement la situation.

Le Duc, lui, était prêt à le leur laisser, peut-être par soucis d'économie, mais demandait que des mesures soit prises dans le même soucis de stabilisation durable. Cela semblait forcément indiquer qu'il y avait d'autres enjeux derrières, et le fait qu'on apporte une carte ne fit que le confirmer. Le bourgeois leur expliqua le problème géopolitique qui entourait le Fort, et qui, très probablement, avait joué un rôle dans le changement de main de celui-ci. Visiblement, Fort Bastel était un élément d'un engrenage bien plus vaste, relevant potentiellement de la géopolitique duchéenne, qui était toujours, après tout, des plus complexes.

Leur hôte fini son exposer, puis le rôdeur, après une brève question à Hansing, répondit, une réponse qui sembla légèrement alarmer l'Azurien sous son masque, puisqu'il ne tarda guère à reprendre la parole.

« Je ne peux que déconseiller l'attaque d'un Duché par une compagnie de mercenaires de son propre chef. Peut-être les membres du Stolenmark régulier pourront-ils apporter leur aide à une éventuelle manoeuvre militaire de Fortuna, mais il me semble que seul vous, Votre Grâce, devrait décider de ce genre de mouvement, justement. Sauf à vouloir transformer l'un de vous en Comte, messire Arkos, prendre de vous-mêmes un comté ne ferait qu'ajouter à l'instabilité ambiante.

De plus, la plupart des soutiens qui ont été rassemblés pour reprendre Fort Bastel ne pourront probablement pas vous soutenir dans une entreprise de vengeance contre un Comté. Personnellement, si je suis heureux d'aider à ramener la stabilité dans cette zone en nettoyant un nid de brigands, je ne saurais m'en prendre à une entité duchéenne souveraine... et je pense qu'il en ira de même pour d'autres intervenants. »


Pour le coup, imaginer un général akkatonien ou un diplomate ikhyldien attaquer un bourgeois duchéen dans sa souveraineté augurait en effet un scénario plus chaotique. Et d'autres volontaires auraient sûrement d'autres objections... c'était peut-être évident, mais l'Azurien préférait rappeler cette réalité à un Arkos qui, sur le coup, lui semblait un peu trop va-t-en guerre.

« Je connais en effet vaguement les bourgeois de la région, qui sont tous, comme Sa Grâce l'a exposé, dévorés par l'ambition. La solution la plus évidente serait sûrement d'en soutenir l'un contre les autres, ou alors de s'allier à leur suzerain... mais c'est là un type d'entreprise où les Ducs sont plus à même de manœuvrer que les mercenaires, même si je ne doute pas, comme l'enthousiame de messire Arkos le prouvera sûrement, que le Stolenmark soutienne toute entreprise de Fortuna dans ce sens, autant par gratitude que pour assurer leur propre tranquilité. »
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 336
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Jeu 27 Sep - 17:02
Tandis que ses invités répondaient d'une manière ou d'une autre à ses révélations, le Duc qui les écoutaient d'une oreille avec attention ne pu s'empêcher d'invectiver discrètement l'un de ses serviteurs après avoir remarqué une erreur sur la carte des plus indignante. Eh. Une honte. Un scandale. Cette carte devait être un chef d'oeuvre, et un chef d'oeuvre ne devait pas avoir d'erreur en son sein. Mais... Nous nous égarons. Revenons en à nos moutons.

"Annexer ces trois malandrins ? Eh. Dame Fortune m'en garde. Je serais un sacré hypocrite si j'agissais ainsi. Non... Non... Je ne compte agir que dans l'optique de restaurer le statut Quo et la stabilité. Tâche complexe si mal exécutée, mais très simple avec les bonnes cartes en main."


Et pour le coup, les cartes, il les avaient toutes en main. Du moins celles nécessaires afin de s'appliquer à cette tâche politique nécessaire. Principalement, il disposait déjà d'informations et de théories tout à fait pertinentes sur la situation qui lui permettait d'organiser une réaction, une intervention tout à fait adaptée. Une opération chirurgicale qui mettrait un terme à cette tumeur divisée en trois parties rivales. En soit, cela faisait déjà quelques temps que sa Grâce ayant remarqué les "tractations" et mouvements suspects avait fait placer le Triumvirat intenable sous la surveillance de ses Arlequins. Et, une fois convaincu de leur perfidie, avait elle même entamée ses propres tractations et actions afin de stabiliser les territoires de l'ancien Suzerain et le remettre sur pied au plus vite afin d'employer la technique vieille comme le monde du marteau et de l'enclume. Et puis au passage, personne ne viendrait contester la légitimité de l'affaire, qui plus est même, accessoirement, il avait négocié des privilèges commerciaux et quelques... "Redevances" dirons nous assez gourmandes. Mais que voulez vous, le Duc en question avait besoin d'aide venant de l'extérieur et si pactiser avec un Démon lui aurait permis de retrouver l'ensemble de son patrimoine et de ses désobéissants vassaux, il l'aurait fait avec grand entrain. Mais ces détails ci n'avaient pas besoin de fuiter.

"Pour ce qui est des détails, je les conserverais secrets. Après tout il n'y a aucun amusement à dévoiler l'acte final avant que toute la pièce soit jouée. Toutefois, je rejoint Messire Hansing sur un point avant toute chose, mener une campagne seul et de votre propre chef sur ces trois énergumènes ne servira de rien et provoquera un tollé sur la scène politique régionale. En revanche.... Il se pourrait, que dans un futur plus ou moins proche après avoir purgé le Fort des vermines l'occupant, les troupes Fortunéenes engagent quelques auxiliaires en vue d'une prolongation de manoeuvres plus ou moins à vue d'orchestrer une prévention d'extension de pratiques ignobles et infâmes dans la région. Tout ça dans l'optique de restaurer le Statut Quo bien évidemment..."


Quelques mimiques et autres gestuelles toujours et éternellement théâtrales accompagnait la démarche du Duc qui pendant se temps s'éloignait par étape jusqu'à rejoindre son trône.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 30/12/2017
Localisation : Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Ven 28 Sep - 16:17




Une petite pièce, s'il vous plait ?


Feat Fédérico & Hansing




La discussion allait bon trait bien que le sujet soit des plus sérieux. Cependant, Hansing répondit bien rapidement à la première remarque du Rôdeur, craintif de la réaction des duchés devant une attaque d'une troupe de mercenaires fraîchement reconstitués envers trois comtés. Ce serait la une réaction légitime de la part du duché en question de venir raser définitivement Fort-Bastel et ses habitants. Chose à laquelle Arkos ne pouvait qu'être d'accord et c'est pourquoi il avait bien fait attention d'utiliser le terme "nous" et non pas "je", impliquant le duc Fédérico dans l'action. Cependant, l'avia semble très inquiet sur ce point, n'hésitant pas à même indiqué qu'il ne les soutiendrait pas dans cette action s'il la réalisait aussi Arkos choisit de clarifier la situation.

AArkos : Ne t'inquiète pas Hansing, je n'ai pas l'intention d'attaquer des comtés en mon nom ni au nom du Stolenmark, d'où l'utilisation du mot "nous". J'espérais, par la, soutenir Fédérico dans la démarche militaire contre ces comtés même si je préfère de loin la version politique pour une fois.


Finalement, l'oiseau répond à sa question à propos des comtes et bourgeois de cet endroit et en dépeint un portrait particulièrement noir tellement leur ambition est grande. Malheureusement, ce portrait était également réaliste et complètement raccord avec celui dépeint plus tôt par le duc Fédérico lorsqu'il leur avait exposé les méfaits et ambitions de ces trois mauvais hommes. Malheureusement encore, le Rôdeur s'y attendait et s'y était préparé. Après tout ce genre de mentalité est typique des Duchés du Sud, endroit que le Rôdeur ne connaît que trop bien. Arkos finit donc par répondre envers Fédérico, approuvant ainsi les dires d'Hansing.

Arkos : Évidemment, le Stolenmark soutiendra le Duché des Fortuna dans ses actions pour ramener la paix.


Écoutant ensuite la réaction du Duc venant de rabrouer un serviteur sur une erreur mineure inscrite sur sa carte, celui-ci semblait avoir tendance à se dissiper un peu, mais qu'importe, car il revenait rapidement au sujet maître de cette entrevue et des trois comtés dissidents et complotistes. Il semblerait que Fédérico ne soit pas vraiment enchantée à l'idée d'annexer ces trois comtés et leurs chefs respectifs pour enclin a taper du pied dans la fourmilière. Il semblerait que le Duc soit pour le Statut Quo, chose qu'Arkos ne pouvait qu'encourager également. Une paix surveillée pour s'assurer que celle-ci soit sauvegardée en somme, chose à laquelle peu de Duc s'emploient, préférant leur hypocrisie personnel à la sauvegarde de leur pays.

Il en vint à parler de stratégies finalement, ou plutôt le Duc Di Fortuna parla de l'absence de discussion sur la Stratégie à appliquer contre ces trois comtés. Restant dans le vague et affirmant même ne les dévoiler qu'au dernier moment, le duc Di Fortuna appuya Hansing dans l'idée de ne pas attaquer les comtés avec le Stolenmark, chose qu'Arkos avait déjà réfuté. Notre homme laissa cependant une vague porte ouverte sur le fait qu'il risque fort de devoir les embaucher pour d'autres manœuvres visant à saper les pratiques frauduleuses et complotistes des trois comtes ennemis. Arkos lui répondit, tandis que l'homme riche se dirigeait vers son trône tout en jouant de son théâtre habituel.

Arkos : Il va de soit que l'acte final de la pièce ne doit pas être révélé dès le début de celle-ci, mais il faut tout de même que les acteurs sachent leur texte avant leur entrée en scène. Il me faudra forcément les détails à un moment donné et je préfère que ce soit avant qu'il ne soit trop tard. À propos de Fort-Bastel d'ailleurs, quelle est votre stratégie pour essayer de le "purger de sa vermine" ?


Le Rôdeur attendait la réponse du Duc retourné à son trône. Peut-être que l'oiseau voudrait apporter sa pierre à l'édifice ou reformuler les dires du Rôdeur d'une manière plus politiquement acceptable pour un Duc. Dans tous les cas, Arkos attendait leur réaction actuellement.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Lun 8 Oct - 23:07
Le Duc semblait avoir un plan bien établis pour ce qui était de Fort Bastel, plus établis, en fait, que le diplomate ailé n'aurait pu le penser de prime abord. S'il avait su qu'une telle planification était déjà en place dans le chef des responsables locaux, il n'était pas certain qu'il se soit autant impliqué, même si d'un autre côté il y avait toujours la nécessité de servir lui-même d'équilibrage, en quelque sorte, vis-à-vis de la présence d'un haut gradé akkatonien dans l'action... enfin, quoiqu'il en soit, il était maintenant engagé, et il faudrait bien composer avec les projets du Duc le plus proche sur le sujet, puisque de toute façon il n'était guère envisageable d'aller à contre-courant de cela, vu la situation.

Heureusement, le bourgeois semblait disposer à intégrer sans problème les mercenaires dans son équation, ce qui devrait, normalement, éviter les conflits de ce côté. Restait à espérer que tout se passe au mieux entre le Duc et Arkos, qui semblaient pour le moins, hé bien... des plus différents. Mais enfin, pour l'heure, tout semblait se dérouler au mieux, le rôdeur confirmant notamment qu'il ne comptait guère se lancer dans un conflit personnel avec les nobles voisins, rassurant les craintes d'Hansing, elles-mêmes appuyées par les propos du maître des lieux. Le diplomate ailé n'avait d'ailleurs pas forcément cru que c'était directement ce que voulait faire Arkos, mais il s'était dit que mieux valait désamorcer les choses, juste au cas où. Après tout, une incompréhension pouvait ici mener à un conflit qui aurait été à l'encontre des buts que l'Azurien tentait de défendre.

Après un échange sur ce qu'il convenait de dévoiler ou non quant à la suite des opérations, le rôdeur se renseigna également sur les intentions et les plans du Duc à propos de Fort Bastel, et le diplomate, qui, il fallait l'avouer, n'avait plus grand chose à ajouter dans cet échange qui se faisait naturellement entre les deux intéressés – non que la chose le dérange, car après tout il était uniquement là pour faciliter ledit échange et le dialogue l'accompagnant, pour être sûr que tout aboutisse au mieux – en profita pour appuyer celle-ci.

« En effet, je pense que nous pouvons nous accorder sur la nécessité de voir chacun connaître à la perfection le scénario à suivre sur ce premier acte essentiel. Je pense que nous pouvons nous concentrer sur celui-ci, d'ailleurs, car après tout le reste de l'action restera une simple chimère tant que nous n'aurons pas résolut ce premier problème, qui est de reprendre le fort à ceux qui l'infestent et y grouillent en cette heure. »

Tout en appuyant la question d'Arkos, Hansing espérait bien également en profiter pour désamorcer toute tension éventuelle sur la suite des plans du Duc... juste au cas où. Encore une fois, il était là pour cela, après tout : éviter que la bonne marche de la conversation n'achoppe sur la pierre d'un quelconque quiproquos de ce genre.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 336
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Jeu 18 Oct - 18:17
S'il y avait bien quelque chose à redouter lorsque l'on établissait quelques stratégies, plans et autres affaires, ma foi c'était bien les taupes. Ces vils animaux avaient le don pour saper et retourner la terre des jardins afin de transformer ceux ci en d'immondes terrains vagues sans aucune grâce. Nul ne projet ne pouvait aboutir tant qu'elles étaient à rôder dans les parages. Et à leurs actuelle, il y en avait au moins une qui hantait la région et les environs de Fort-Bastel. C'était une évidence, après tout, le timing de la chute des lieux et des mouvements des trois autres larrons était trop parfait. Cependant, du triumvirat infernal, il n'y en avait qu'un qui avait réussi son coup et c'était celui ci qui était d'une part en position de force, mais aussi le plus exposé. Un tel comportement s'il était dévoilé deviendrait inacceptable et ferait de celui reconnu coupable une cible prioritaire pour l'ensemble de ses voisins. Mais c'était là des considérations pour la suite des affaires. Tout l'intérêt de découvrir qui était le méchant de l'histoire était de savoir où manoeuvrer de tel manière que le brigand ne vienne pas sauver ses confrères lorsqu'il serait temps de reprendre le Fort en prenant les assiégeant en tenaille. Ce serait tout de même ennuyeux.

Et pour ce faire, quoi de mieux que de recourir à quelques ruses aussi vieille que le monde ? Eh. Les vieux tours sont souvent les meilleurs. Et à l'heure actuel, celui qui occupait l'esprit de sa Grâce allait être intéressant. Mais pour qu'il fonctionne, il nécessitait la participation de quelques externes à Fortuna. Dame Fortune soit louée, les deux étaient déjà là.

"Le Texte sera révélé en temps et en heure quelques instants plus tard, mais avant... Avant... Il est primordial de faire une exposition plus poussé des réalités du terrain. Votre fort ayant été compromis assez aisément, il y a serpent sous roche à n'en point douter. Aussi, d'une part j'attends de vous que vous conserviez le secret jusqu'au dernier moment, mais surtout il faut absolument évincer la bête se terrant à l'ombre afin d'éviter les imprévus. Il n'y a rien de pire lors des représentations que les imprévus."


Puis, il se leva à nouveau, héla quelques serviteurs, leurs commandant d'aller chercher LES lettres tandis qu'il descendait de son siège et entamait les cent pas tout en reprenant son exposé.

"Et afin de nettoyer l'arrière cour des cancrelats qui y résident, j'aurais justement une faveur à vous demander... Voyez vous... J'ai quelques lettres que je comptais expédier ça et là et j'aurais besoin de messagers pour les transmettre... Trois lettres pour être précis. L'une à expédier directement aux brigands occupant le Fort, j'ai en effet quelques mots à leur dire... Une seconde pour la compagnie du Stolenmark... Et... Une troisième à l'ancien suzerain des trois malandrins. Les détails contenus sur ces bouts de papiers sont primordial pour mes projets afin de passer un grand coup de balaie dans la cour. Aussi, il est primordial qu'elles atteignent leurs destinataire. Leur réactions respectives seront très intéressantes."


Ce qui est magnifique lorsque l'on dispose de services de renseignements compétents c'est que l'on est au courant de certaines choses et que l'on peut en surveiller très aisément d'autres. Les lettres en questions contenaient chacune des informations différentes mettant en cause des mouvements respectifs de tiers partis, contre un comte chacun. C'était là une méthode très efficace pour partir à la chasse à l'espion. Les deux premières lettres serviraient à déterminer lequel des trois seigneur était de connivence avec les bandits et accessoirement de savoir si un traître se terrait dans la compagnie de mercenaire dépossédée, dès lors il faudrait simplement observer les mouvements de chacun, et selon ceux ci, on saurait très vite qui aurait accès à tel information et donc serait le fourbe de l'histoire. La troisième lettre, celle destiné au Duc l'enjoignait simplement à singer la méthode Fortunéenne afin de déterminer si sa cour était elle aussi compromise. Car oui, il fallait expulser les indésirables au plus vite partout à la fois. Cependant, fi de ces détails techniques, le Duc revint bien vite aux questions de ses invités, surtout concernant sa "Stratégie".

"En ce qui concerne la reprise du fort de votre compagnie... Les tactiques à employer et les forces déployés seront déterminés par un conseil de théoriciens, penseurs et stratèges Fortunéens triés sur le volet. Ceux ci vont étudier comme ils se doit la position et comment le Fort en lui même est construit et quel serait le meilleur moyen de reprendre les murs. Bien que entre nous, il me semble avoir entendu parler d'un certains nombres de tours de sièges, de béliers, d'échelles, de mantelets, de chats... Des balistes et des scorpions aussi. Afin d'orchestrer des tirs chirurgicaux sur les occupants des remparts. Ils serait regrettable en effet de tout démolir à coup d'artillerie. Peut être que quelques inventions originales seront de la partie aussi... Allez savoir. Le tout n'est pas encore établis et les concernés s'écharpent en interminables débats. Mais ils arriveront à se mettre d'accord. Ce n'est qu'une question de temps. Enfin, si vous avez vous même quelques suggestions et informations que nous ne connaissons point sur les lieux à nous transmettre, cela devrait aider à ajuster la pertinence du plan final."
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Duchéenne
Rang social: Bourgeoisie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 30/12/2017
Localisation : Duchés du Sud
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica] Ven 19 Oct - 23:01




Une petite pièce, s'il vous plait ?


Feat Fédérico & Hansing




Le Rôdeur écoutait son compagnon ailé exposer son point de vue sur le sujet et ne pus s'empêcher d'acquiescer silencieusement du sous-chef en signe d'adhérence aux propos tenu par Hansing. Arkos écoutait donc la réponse du Duc, exposant sa stratégie aux deux autres protagonistes. La stratégie globale de cette histoire ne serait visiblement pas relevée immédiatement par le Duc au stratège. Cet acte en lui seul a le don d'entraîner la méfiance d'Arkos qui va donc devoir prévoir une échappatoire de son côté. S'il s'agissait de Greil, feu le général du Stolenmark, ils auraient pu discuter de tout cela en toute confiance et Greil n'aurait certainement pas chercher à savoir le détail des actes suivants dans l'esprit du duc, faisant confiance aux Fortuna, mais Arkos n'avait ni l'expérience ni la connaissance séculaire du dragon sur les Fortuna et sur le duché en leur possession. Duché où il avait décidé de poser son fort en toute connaissance de cause. Non, Arkos est Eylinsterien et ne connaît pas toute cette subtilité politique. En revanche, notre homme est rompu en ce qui concerne la chose militaire et ses nombreuses stratégies et il allait devoir trouver un plan de secours au cas où le duc de Fortuna prévoir de se servir de cette "dette" contractée pour reprendre le fort comme d'une carte à jouer en sa faveur sur des actes que le Stolenmark n'aurait jamais cautionner habituellement.

Cependant, le Rôdeur garda pour lui ses réflexions internes et écouta le Duc converser. Il était sujet d'une taupe au sein de l'Ordre à débusquer d'urgence, mais aussi de discrétion à avoir sur les actions à venir, histoire d'éviter toute mauvaise surprise. L'action allait donc se jouer par écrit à en juger aux dires du juge. Une lettre pour les brigands, une pour leur ancien seigneur et une pour ... Le Stolenmark ? Chose curieuse à laquelle notre Rôdeur se posa une simple question d'ordre pratique. Qui allait donc lire cette lettre ? Que ce soit lui, Achroma ou Ghorlorz, ils sont le Triumvira dirigeant les restes actuels du Stolenmark, triumvira n'ayant même plus de place-forte d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, notre Duc semblait toujours faire les cent pas en expliquant sa stratégie. Sans doute, trois informations contradictoires avec une possibilité distincte de voir quelle entité aura eu la réaction escomptée. Un piège classique, une triangulation des informations pour débusquer les taupes à moins qu'il ne s'agisse là que d'une application de la stratégie de la diversion.

Cela dit, la stratégie concernant plus directement Arkos fut rapidement abordée. La stratégie mise en place pour reprendre Fort-Bastel allait finalement être évoquée et le Duc parlait d'un conseil de guerre trié sur le volet, indiquant par la même qu'il ne connaissait pas cette stratégie lui-même, ce qui fit courir un frisson le long de l'épine dorsale du stratège militaire. Ce frisson ne se calma pas le moins du monde quand celui-ci parla de frappes chirurgicales à coup de balistes. En effet, nous risquons d'avoir une frappe chirurgicale de ce que le Duc vient de citer. Et cotée chirurgie, ils sont en train de parler d'une ablation de Fort-Bastel. On peut dire que la réponse était sortie toute seule de la bouche du Rôdeur, non sans une pointe de scepticisme au passage.

Arkos : Des frappes chirurgicales à coup de balistes ? C'est que j'aimerais récupérer le fort, pas ses ruines. Il est déjà en assez sale état, on va peut-être éviter de le démolir.


Reprenant un peu de contenance après l'annonce surprise de bombarder le fort, que ce soit à l'artillerie lourde ou légère. Arkos reprit simplement sa phrase après quelques toussotements.

Arkos : Ahem... Je ne pense pas que l'utilisation de balistes, trébuchets ou autres mangonneaux soit des plus indiqués pour récuperer un fort. Cela dit les tours de sièges sont une bonne idée même si pas des plus discrètes, mais, par chance, je sais comment les faire approcher discrètement vu que Dame Nature nous à prêter son concours là-dessus. Hansing, ici présent, a survolé Fort-Bastel il y a peu de temps. Nous avons donc la possibilité de vous montrer son état actuel si vous avez un plan des abord du fort en réserve et de quoi écrire. Cela aidera sans doute vos stratèges à adopter une stratégie plus efficace.


Une requête assez simple, mais n'importe quel architecte de n'importe quelle époque pourra vous le confirmer. Un dessin d'une demi-page et bien effectué est infiniment plus compréhensible et révélateur que n'importe quelle longue page de textes pompeux et souvent confus. De plus, un dessin, contrairement à un texte ou un discours, s'affranchit de la barrière des langues, des expressions et de leur complexité. La couleur, associée au dessin, sont des choses utilisée depuis l'enfance, aidant à faire comprendre des stratégies complexes mêmes aux soldats les plus simples. Un bloc gris pour un mur, du vert pour la végétation et le long trait bleu est forcément une rivière. Le plus parlant de tous les exemples sur l'avantage de la simplicité du dessin reste les cartes, quel stratège serait assez fou pour ne pas en utiliser ?

_________________

Achroma & Méhényt.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une petite pièce, s'il vous plait ?[PV Hansing/Arkos/Federica]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [MISSION] L'addition s'il vous plait!
» Un moment s'il vous plait
» Une tarte, s'il vous plait ! [Yahto] [TERMINÉ]
» Une nouvelle montre s'il vous plait !! [PV Dexter]
» De l'eau s' il vous plaît [ft Patte D'écume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Les vastes duchés du Sud :: Autres villes, et villages-
Sauter vers: