Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

L'envol d'une amitié ? (Pv Hansing)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: L'envol d'une amitié ? (Pv Hansing) Jeu 6 Déc - 22:30
Bien qu'il dialogue avec un personnage impérial, dirigeant en théorie le plus vaste territoire de ce monde, Hansing n'avait pas hésité à parler franchement, car à dire vrai, dans cette conversation, Otmar s'était peu à peu ancré à ses yeux comme un débatteur plaisant que comme un empereur qui aurait refusé toute contestation. Le monarque ne manqua pas, d'ailleurs, d'avancer des arguments pertinents, qui firent hocher la tête positivement à l'Azurien, en dépit de son point de vue initial sur la question, reconnaissant le bien-fondé du point de vue de son interlocuteur.

« Hmmmm j'avoue que ce point de vue se défend. Il est vrai que dans un cas comme celui de Teïder, ce genre de système laissant une place à un monarque héréditaire pour assurer une forme de transition, pourrait être pertinent, et peut-être même nécessaire, en soit, quand une culture aussi autoritaire est aussi ancrée dans un peuple comme celui de Teïder... même si je reste persuadé qu'à terme la fonction royale devrait finir par devenir élective ou méritocratique, comme dans nos Empires, ou disparaître tout simplement une fois finalement vidée de toute sa substance... mais ce serait un processus qui pourrait prendre des siècles de transition, bien entendu ! Je comprend mieux l'intérêt de votre idée, en tous cas. »

Après tout, le jeune diplomate n'était pas un débatteur dogmatique et fermé : il savait reconnaître quand un argument invalidait son point de vue, et acceptait toujours de le déplacer, quand ce déplacement étai fondé, comme ici.

« Pour ce qui est d'un état comme Eïlynster, hmmm.. je pense que la question est plus profonde. Un système comme celui-là ne peut, je pense, naître qu'à la suite d'un traumatisme fort, comme une guerre par exemple, qui mettrait la nation en danger d'une façon inédite, forçant à une réponse forte. Tout comme Eïlynster s'est structuré de la sorte pour résister à Teïder, par exemple. Mais en soit, je pense que politiquement, dans les bonnes conditions, la transition pourrait être rapide... après culturellement je pense que même militarisé Ikhyld serait toujours bien différente d'Eïlynster ! Et de toute façon, je suis persuadé que le système impérial actuel résisterait sans peine à toute crise de ce genre, après tout nous sommes bien plus structurés qu'à l'époque où Eïlynster a dû faire face à la menace teïderienne. »

Il était vrai que des états comme Akkaton ou Ikhyld étaient bien plus structurées que les nations primitives qui avaient dû se structurer face à l'agent formateur qu'avait été Teïder en Orzian... au fond, pourtant, Hansing n'était pas persuadé qu'elles ne pourraient se réformer rapidement devant la menace, mais il préféra ne pas creuser cette pensée, guère plaisante en elle-même, et rebondit plutôt sur le second questionnement d'Otmar.

« Quant à la vie dans l'Empire... il est vrai qu'en soit, ce n'est pas l'état le plus libertaire qui soit ! Mais le fait que j'ai été élevé dans l'environnement ikhyldien directement, dans la noblesse qui plus est, de parents eux-mêmes ikhyldiens, a beaucoup fait pour mon intégration naturelle à l'Empire, je pense. Je sais que mon grand-père avait eut beaucoup de mal à ce faire à certaines choses, même si, heureusement pour lui, on lui pardonnait bien des choses en raison de son grand talent artistique !

Mais toutefois je dirais que quand on y est habitué, la culture ikhyldienne n'est pas si lourde que cela... certes, il y a de nombreux codes propres à notre société, mais quand on les a toujours connu, je dirais qu'ils semblent naturels, et du coup pas réellement limitants... c'est sûr qu'un aventurier duchéen qui tenterait de se fixer en Ikhyld serait dérangé par ces codes, je pense, mais pour moi ils semblent hé bien... naturels, oui, je ne trouve pas de meilleurs mots. Du reste, si en tant que nobles j'ai certains devoirs, je peux aussi compter sur une bonne dose de liberté : liberté de création, de voyager, de profiter de nombreux plaisirs... je pense que cela joue énormément !

Enfin, comme je le disais, je suis né dans cette culture raffinées, comme vous le dites vous mêmes, alors sans doute suis je bien peu objectif ! Et vous, même si vous êtes humain, trouvez vous que la culture akkatonienne soit... limitative ? Il me semble qu'il y a ici aussi un lourd code de lois régissant la vie des citoyens, n'est-ce pas ? »
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 344
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'envol d'une amitié ? (Pv Hansing) Sam 8 Déc - 19:31
Otmar hocha la tête, curieux que l'azurien ait accepté son argument sur un moyen de faire une transition au sein du régime Teïderien pour que celui-ci soit moins autoritaire, sans débattre légèrement davantage sur ce sujet. Quoique, cela pouvait se comprendre, après tout ce serait probablement en effet l'une des meilleures méthodes spécifiques pour qu'un royaume comme celui-ci se modère. Disons qu'on passait très difficilement d'une monarchie tyrannique à un gouvernement démocratique éclairé…

« En effet, Ikhyld est une nation très structurée aujourd'hui, comme Akkaton, nous avons des millénaires d'histoires derrière nous là où ces jeunes nations n'avaient même pas des siècles à l'époque. De plus, les mœurs ne sont pas forcément les mêmes, je ne prétendrai jamais après tout qu'à Akkaton nous avons encore la même mentalité que la tribu de barbare qui a fondée la capitale de l'empire il y a 3000 ans de cela. Probablement que nos mœurs se sont adoucis je dirais. » Ce avant d'ajouter pensif.

« La liberté est une de ces choses qui en trop grande quantité se nuit elle-même, contemplez les Duchés du Sud. La liberté brute y règne en maître certes, mais surtout pour les forts ou ceux ayant les moyens de protéger leur liberté par les armes ou le charme. Une liberté qui a aussi besoin de sécurité, mais pas trop. Ikhyld n'est pas l'état le plus libertaire qui soit en effet, mais je ne dirais pas qu'on y est moins libre réellement que les Duchés du Sud. Quoique il en soit je ne suis jamais vraiment étonné que beaucoup de monde trouve un grand charme à votre nation. » Oui Ikhyld avait ses défauts ne le nions pas, mais il y faisait bon vivre par rapport à Teïder ou les Duchés du Sud, même pour les paysans. Probablement aussi parce que les rapports de supériorité sociale là-bas s'étaient en grande partie bâtie sur le fait de protéger réellement les faibles ou des les aider et que ça avait été devenu un facteur de légitimité.

Quoiqu'il en soit le diplomate lui retournant ensuite la question en demandant si la culture Akkatonienne lui semblait limitative et Otmar dit.

« Je dirais que comme vous comme je suis né dans l'empire, même si pas le même et donc je ne suis sans doute pas objectif, mais après comme j'ai voyagé toute ma vie j'ai pu découvrir aussi le reste du monde et peut-être cela me permet d'avoir un peu de recul dessus, peut-être, mais je vais être franc concernant mon ressenti quoiqu'il en soit. L'empire Akkatonien est un pays qui ne considère pas que la liberté c'est de pouvoir faire quelque chose, mais de pouvoir le faire sans ne subir aucune complication que ce soit pour sa vie ou autre. Nous sommes des régulateurs ne le cachons pas, nous avons beaucoup de lois, nous aimons la paperasse et nous sommes très durs envers ceux qui ne payent pas leurs impôts, mais bien compréhensif envers les petits délinquants. Pour nous, chaque individu doit avoir la même liberté que les autres, ce qui implique que la liberté des uns n'opprime pas celle des autres, ainsi qu'une redistribution des richesses fortes et des adaptations pour arranger les différentes races qui vivent chez nous. La liberté est une sorte de calcul à nos yeux qui peut être optimisée pour chacun avec les bonnes mesures politiques et sociales et qui peut souffrir d'un manque de sécurité ou d'égalitarisme. Ainsi oui certains peuvent trouver la société Akkatonienne limitatives, d'autres peuvent penser qu'au contraire on y est plus libre qu'ailleurs pour ces mêmes raisons. Certains peuvent trouver aussi qu'une société égalitariste où l'on considère qu'au niveau de la loi et de la valeur de la vie celle d'un dragon égale celle d'un humain est étrange, d'autres qu'au contraire c'est le mieux. Je suppose donc que c'est en grande partie une question de points de vue et d'idéaux personnels. » Ceci dit il ajouta alors pensif.

« Après comme je l'ai déjà sans doute dit, les vraies sociétés un peu malsaines sont sans doute celles des extrêmes, Ikhyld et Akkaton sont très modérées et pleines de compromis avouons-le, là où Teïder est plein d'extrême, peut-être est-ce dû au fait que nos deux nations sont de vastes empires qui imploseraient si elles étaient dotées d'un régime trop oppressif et peu souple ? Je veux dire, peut-être que pour voir si un pays est sain il faut voir aussi comment se portent ses classes pauvres, car souvent elles qui souffrent les premières de tout dysfonctionnement d'un pays. Le destin d'un modeste paysan Ikhyldien ou Akkatonien me semble plus enviable après tout que celui d'un agriculteur Teïderien ou Duchéen. Je dirais même qu'il y est parfaitement envisageable d'y être heureux en ayant des moyens modestes et en ayant une telle vie. Votre empire a été construit par exemple pour que les classes modestes puissent malgré tout être contentes de leur sort, sinon vous auriez une plus grosse armée pour le surveiller et des forteresses militaires tous les kilomètres. » La répression en somme sinon aurait été plus visible là-bas, du moins celle dur et forte. Il ne niait pas qu'il devait y avoir une violence sociale sans doute à Ikhyld, mais probablement pas celle de la masse de cavalerie qui broie des crânes de paysans.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2121
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
L'envol d'une amitié ? (Pv Hansing)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» ce merveilleux mot Amitié
» Amitié animale
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: La cité d'Airain-
Sauter vers: