Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Le baron disparu [quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: Le baron disparu [quête] Sam 28 Juil - 2:37
Mi-Juin 2000 - Age d'Acier.
Arkos ne pensait pas avoir à faire deux fois un aussi long voyage en si peu de temps et pourtant la nouvelle venait de tomber ce matin. Une missive laissée devant la porte de sa maison dans la forêt indiquait qu'une mission dans les duchés du Sud lui était attribuée, que ce serait bon pour son entraînement de retourner dans les Duchés du Sud pour effectuer cette mission et ramener ce baron vivant. Que cela lui permettra de voir Fort Bastel et que ce serait l'occasion d'emmener et de former une "nouvelle recrue" aussi était indiqué parmi une liste de raisons bancales et longues comme le bras. Mais, en réalité, ce fut celle qui évoquait le fait que Facilier pourrait encore être lié de prêt ou de loin a la disparition du baron qui donna envie au Rôdeur d'y aller. A peine deux mois, il n'avait même pas tenu plus de deux mois avant de faire encore une boulette. C'est à ce demandé comment il a fait pour rester en vie rien que début ce début d'année.

La mission devait être réalisée par deux personnes minimum. Visiblement de la force physique, de la maîtrise d'art martial et de l'intelligence seraient trois vertus à mettre en avant dans cette aventure et Arkos savait déjà qui allait l'accompagner dans cette quête. Après tout, il lui avait déjà longuement reproché de ne pas l'avoir emmené avec lui lorsqu'il est parti à la recherche du livre d'Achroma et les terres ou est né le Stolenmark lui manquent un peu. Enfin, il l'accompagnera s'il ne fait pas trop la tête, car Ghorlorz, malgré sa fine intelligence, est aussi rancunier qu'il est fort et il est diablement fort ce bourrin. Ça aurait été Achroma, Oghren ou encore Earwen, Arkos aurait pu se faire pardonner avec un tonneau de bière, un joli sourire ou quelques jolies fleurs. À vous de trouver quelle excuse siet à quel personnage. Quoiqu'il en soit, Arkos se dirigeait chez Ghorloz dans la forteresse inébranlable et une fois arrivé chez son ami, tentait le tout pour le tout pour le convaincre :

Tu me demandes de venir pour aider à retrouver un baron duchéen, mais je ne viens pas pour aider un ami commun ? Ton Baron duchéen ne m'intéresse pas. Qu'il aille se faire pendre.
Je devais être seul pour cette mission sinon le voleur nous aurait filés entre les pattes. S'il te plaît, mon grand, je te devrais un grand service.

N'est-ce pas ce qu'on est sensé faire entre amis ? Se rendre service quand on en a besoin sans avoir besoin d'en faire une sorte de dette..
Oui et les amis s'entraident et se pardonnent l'un, l'autre aussi. Allé mon grand, je t'ai déjà dit que j'étais désolé et j'ai vraiment besoin de toi sur ce coup.
-
Prépare-toi pour ta mission et attend devant l'entrée de la forteresse, tu verras par toi-même si je te suis ou non.

Une fois au pied du mur, sous l'arcade formée par l'entrée, inutile de dire que l'attente fut longue pour le Rôdeur. Celle-ci paraissait durer une éternité et devait sans doute être une petite vengeance pour avoir "oublié" Ghorlorz lors de sa dernière expédition dans les duchés. Finalement Arkos vu son allié arriver, mettant fin à cette attente interminable. Le spectacle que pouvait voir le garde de faction devant la porte était un colosse portant sa hache de guerre à deux mains dans sa main droite et avançant d'un pas résolu vers notre aventurier avec son air naturel on ne peut plus menaçant. Si l'aventurier n'était pas aussi souriant en le voyant, le garde aurait juré qu'il allait les attaquer. Il était d'ailleurs prudent devant l'être fait de muscles qui les approchait et fut surpris de la scène qui s'en suivit entre lui et l'aventurier.

Arkos tendit le bras vers le colosse, poing fermé et sourire sur le visage et lorsque celui-ci arriva à sa portée, Ghorlorz fit de même sans même s'arrêter de marcher. Un signe d'amitié virile, ce qu'on appelle communément un "fistbump" entre ces deux être qui prenaient maintenant la marche vers les duchés du Sud. Arkos fit calmement quelques kilomètres avec son silencieux compagnon jusqu'à ce qu'une idée lui vint, un petit quelque chose pouvant égayé le voyage quelque peu. Arkos avait sorti sa flûte de pan et commença à en jouer, au début discrètement et allant progressivement de piano à fortissimo. Ce fut au bout de presque une trentaine de minutes de musiques au sein des terres de Teïder que Ghorlorz fini par demander à son compagnon de voyage.

Tu peux me faire voir cette flûte de pan ?

Arkos tendit son instrument à ghorlorz qui ne lui jeta même pas un regard avant de .. La fourrer dans son sac.

Tu passes trop de temps avec ces Satyres, ils dépeignent sur toi.
Message reçu.


Visiblement, il n'aimait pas la musique. Dommage, Arkos joue plutôt bien de la flûte de pan habituellement. M'enfin, le voyage se passa sans d'autres incidents notables si ce n'est quelque paysan et passants effrayées en voyant passer le duo prêt d'eux. Non pas qu'Arkos ai l'air menaçant, ce serait même le contraire, mais l'être à ses côtés engage peu à la discussion, on va dire. Ce fut après ces deux semaines de voyage intensif et sans musique que la cité de Vinche fit son apparition dans l'horizon de nos aventuriers et ils purent aller voir leur commanditaire. Une famille noble raconte donc à notre équipée que leur chef de famille, un baron de ce grand duché, avait disparu. Ils firent miroiter la récompense en pièces d'argent espérant que cela les motiverait en particulier Ghorlorz dont ils pensaient les facultés cognitives limitées. Tandis qu'ils écoutaient silencieusement, notre équipée put même avoir une réflexion de la doyenne de la famille envers notre colosse.

Toi comprendre quoi nous dire ?
Toi. Savoir. Calculer. Gravitation ?
-
Et bien la Gravité, c'est....
La Gravitation est calculée proportionnellement par rapport à la masse et l'inverse du carré de la distance séparant l'objet du sol. Pouvons-nous avoir la fin de l'explication pour la mission madame ? Où dois-je continuer le cours de physique ?.

La doyenne de cette famille était outrée par cet affront malgré que le reste de la famille en soit fortement amusé. Après tout cela lui apprendra à prendre un Orc pour un idiot. Certes, c'est une race guerrière et fière, mais ils restent quand même doté d'un cerveau. Finalement, la suite des informations arrivèrent et l'équipée pouvait partir pour commencer sa mission. Cela dit, il semblerait qu'ils ne soient pas qu'eux deux sur cette affaire, mais qu'un troisième homme faisait également partie de la partie. Notre duo fut envoyé à sa rencontre après qu'un bref descriptif et le nom de leur futur équipier leur ai été communiqué. Ce fut d'ailleurs non loin de la baronnie en question que notre homme fut trouvé. Grand et svelte, cet homme portait des vêtements larges d'un style qui n'est pas sans rappeler les iles d'Ikhyld. Des cheveux blancs d'une longueur similaire à nos deux autres larrons, il avait également l’air sévère. Des yeux d’une couleur claire sont pourtant associé à un regard bien sombre. Ce qui marqua le Rôdeur fut qu'il avait également la peau particulièrement blanche, peut être un excès de nécromancie lui aussi ? Ce fut, en tout cas, la première question qu'Arkos lui posa une fois arrivé à son niveau, rapidement reprit par l'Orc l'accompagnant.

Toi aussi, tu as eu un souci avec un nécromancien ?
Ahem.. Tu dois être Shiroi. Nous sommes envoyés par la Baronnie pour remplir cette mission ensemble. J'espère que tu sais travailler en équipe.

Le groupe était enfin au complet et la mission pouvait enfin commencer. Mais par ou aller en premier ? Le terrain de chasse devrait avoir plus d'une piste, mais les lieux habituels et fréquentés du baron en question aussi. Il n'était sans doute pas seul dans cette chasse non plus.

Ghorlorz :
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 2 Aoû - 10:53

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

16 Juin 2ooo - Dans les Duchés du Sud

Me voici alors non loin du palais d’un des barons du duché de Vinche. Envoyer par ma supérieure désormais et ce depuis peut, Osami, elle m’avait envoyé en quêtes du fameux baron afin certainement d’assurer une cote auprès du plus grand duché de tous les duchés du sud. C’était ainsi que pour la première fois, je m'étais présenté sous le nom d’émissaire personnelle de la duchesse de Sarrasi, et en tant que tel, même si c’était depuis peut que la nouvelle pouvait circuler, j'étais déjà presque au-dessus de ceux pour qui j’allais travailler, même s'il ne s'agissait pas des terres d'Osami, mais de la duchesse de Vinche Galante Maria. Je notais ainsi que cela faisait quand même déjà deux femmes assez haut placé dans les duchés.

J’avais été reçu lors de mon arrivée par la doyenne qui ne pus s'empêcher d’échapper quelques mots indiscrets lors de mon arrivée, tel que le fait que ce ne soit pas une surprise qu’une renarde emploi alors un renard. Comme si tout cela avait été calculé, je savais pourtant pertinemment que Osami m’avait pris bien pour les compétences que j’avais pue lui prouver et non en tant que simple ami d’enfance. Quoi qu’il en soit, elle poursuivit alors m’indiquant que j’allais devoir faire équipe avec d’autre personne qui viendrait un peu plus tard, afin de mettre toutes les chances de leurs côtés pour retrouver ce fameux baron. Je n’eu guère d’information supplémentaire sur mes futurs compagnons de quêtes.

J'étais donc sortis, un peu plus loin dans l’espoir d’avoir la paix et de ne pas trop fréquenter ces gens de bonne fortunes qui ne pouvait s'empêcher de se sentir supérieure grâce à leurs argents alors qu’il n’était capable de rien dans les missions qui nécessitait des personnes fortes et dans la capacité de se battre et mener une enquête, pour autant, ce sont ses personnes-là qui se permettaient de les traiter comme d’idiot chien de garde. Que feraient tous ses culs bordés de joyaux si nous n’étions pas là ?

Je fus sortie de cette pensée tendis que s'approchait un orc ainsi qu’un homme encapuchonné dont j'étais à peine plus grand. D’un ton enthousiasme, il m'interpelle pour me poser une question étrange et sans contexte immédiat, ce qui avait pour effet de me troubler un temps soit peu, jusqu’à ce que l’orc pris la parole à sa suite. Cela me paraissait alors étrange, comme si l’homme était au service et ce moins civilisé que l’humanoid géant qui prenait alors le temps d’avancer le pourquoi du comment ils m’avaient interpellé ici même. Je répondais alors à celui-ci ignorant la question sans logique, de l’homme qui m’avait parler en premier.

“ En effet, je suis désormais votre compagnon. Et vous êtes ? Pour ce qui est de travailler en équipe ma fois, il faudra bien.”

Ce n’était ainsi pas pour dire que je savais ou non réaliser une quelconque mission avec d’autres, mais plutôt que dans cette situation ce n’était même pas un choix à faire. La mission pour la-quel nous nous retrouvions ainsi tous les trois en ce lieu venait alors d’être lancé, il me fallait tout d’abord savoir si nous détenons les même informations, que cette veille de la haute nous aurait apporté.

“Pour commencer, je pense qu'un petit résumé les premières informations que nous à fourni la doyenne ne serait pas de trop, ceci afin de savoir si nos informations sont similaires, et éviter un premier désaccord quant à comment débuter cette mission”



_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Sam 4 Aoû - 1:08
Le renard semble ignorer le Rôdeur et sa question pour le moins étrange pour qui n'est pas au courant de son histoire. Ce petit acte ne passe pas inaperçue aux yeux de celui-ci, mais également aux yeux de l'Orc les accompagnant et qui se permettra sans doute une petite remarque à ce sujet plus tard. Ils écoutèrent cependant leur nouveau compagnon de mission dans ses propos. Celui-ci confirme bien être Shiroi, leur compagnon de route et ne semble ni enchanté ni hostile à l'idée de travailler avec eux. Tant mieux, rien de pire qu'un membre d'une équipée qui se la joue en solo, et cela, à le mérite de dissoudre la plus grande crainte du duo, à savoir le manque de cohésion d'équipe.

Il semblerait que notre grand homme aux allures Ikhyldiennes veuille savoir ce que la vieille baronne avait dévoilé comme informations à notre petite équipée, histoire de recouper celles-ci et avoir un début de piste. Ma foi, ce n'était pas une mauvaise idée et Ghorlorz répondit à celle-ci non sans placer une petite pique à l'encontre de l'ancienne qu'ils avaient rencontrés. Il s'adressait visiblement à l'ensemble de l'équipée de la voix rauque et habituel des membres qui peuplent son espèce.

Ghorlorz : Ma foi. En gros elle nous à fait comprendre que les Orc sont idiots et que son idiot de baron était partit chassé, mais avait oublié de rentrer. Elle nous à indiqué le lieu de chasse qui est une zone assez large, mais aussi ses lieux de fréquentations habituelles qui ne sont pas vraiment des endroits d'enfant sage. Nous avons aussi la liste des noms et adresses de ceux qui l'accompagnait. Nous pourrions commencer par les interroger ou chercher des indices dans les lieux qu'il fréquente ou entre tenter notre chance dans la zone de chasse qui nous a été indiqué. Qu'en penses-tu Arkos ? C'est toi l'expert en pistage.
Arkos : Et bien on devrait commencer par les témoignages à mon avis. Ensuite, on verra si ce que nous dit la zone de chasse corrobore ou infirme les dires des fameux témoins de notre disparu. Si on fait choux-blanc alors on tentera la dernière option. Qu'en penses-tu ?

La question était directement dirigée vers Shiroi et émise par le Rôdeur qui avait été snobé l'instant d'avant. Le but était de voir ce que notre troisième homme pensait de cette méthode de travail, mais aussi de voir s'il allait répondre à l'humain ou se contenter de parler à l'Orc pendant toute la mission. Une fois la réponse du renard apportée, s'il en apporte une, notre Orc précisa un point sur l'action précédente que le Rôdeur ne tenait pas en rigueur pourtant. Qui sait, ceci répondrait peut-être à certaines questions que le renard, c'était mentalement posé et, qui sait, apporterait peut-être même une réponse de la part de celui-ci.

Ghorlorz : Arkos est d'une nature très curieuse et il doit son teint particulièrement blafard à un nécromant qui a tenté de le faire revenir d'entre les morts alors qu'il n'était pas encore totalement décédé. Il voulait juste savoir si tu devais ton teint aussi blafard que le siens au même genre de mésaventures.
Arkos : ça, t'était pas obligé de le raconter.

Ghorlorz : Curieusement, si. Pour la cohésion du groupe.

Est-ce que le géant vert n'ayant rien à voir avec un vendeur de maïs avait réussit à faire mouche et inciterait ainsi nos deux hommes blancs comme des linges à échanger quelques propos plus colorés ? Ça seul, l'avenir nous le dira.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Mer 8 Aoû - 11:23

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

Les fameux acolytes qui venaient de me rejoindre et avec qui j’allais visiblement partir à la recherche d’un idiot, répondirent alors à ma proposition quant à mettre à plat les informations qui nous avaient été fournies. Pour autant, ceux-ci ne s'étaient pas présenté à moi et je ne connaissais point les identités des deux compères. Je pris cependant note de la réponse apporté par l’Orc, qui visiblement eu à faire aux remarques déplaisantes de la dame passer d'âge, qui manquait cruellement de retenue pour une dame de la haute. Si seulement toutes ses personnes pouvait se rendre compte qu’il s’adresse à un noble d’une grande famille en Ikhyld et que désormais, je portais les responsabilités de l’émissaire personnel d’une des duchesses des duchés du Sud et qui plus est une personne supérieure à cette femme de mauvaise langue.

Nous avions désormais plusieurs choix comme cité par l’Orc avec une nomination pour le moment toujours inconnue. Soit nous faisions le tour des lieux mal famé que fréquentait notre objectif, soit nous devions éplucher une large zone au peigne fin. Le grand être finis par demander sont avis à son compagnon qui visiblement se prénommait Arkos. Par ailleurs la proposition que l’homme fit me convaincu qu’il était du même avis que moi et peut être même au dire de son ami, certainement plus efficace que moi pour ce genre de mission. Il s'adressait alors à moi, demandant alors mon approbation quant à la proposition de démarche qu’il venait d’exprimer.

“Cela me semble être un bon procédé.”

L’Orc ajoutait alors suite à ma réponse, l’explication de la question que Arkos m’avait adressé un peu plus tôt. En effet, cela me permit de comprendre le sens de l'interrogation émise à mon égard et ce dans l’objectif d'assouvir sa curiosité. Il devait visiblement avoir du mal à se contenir et son intérêt pour les choses qui l'entourait devais passer au-devant de toute politesse dont finalement, il devait être apte. Arkos se sentit alors un tantinet gêné de ce dont son ami m’avait fait par, dans l’intention de souder notre groupe tout nouvellement créé. Je pris donc un instant pour m’adresser à ce qui semblait être un genre de rôdeur afin de répondre à son interrogation mal placé du début de conversation.

“Ce ton est naturel, on ne peut pas dire que les Kitsune ou même les Ikhyldien soit bien moins claire que mon teint.”

Puis j’enchaînais avec politesse même si j'avouais que je n’en avait point envie, une légère révérence en baissant légèrement la tête en direction de l’homme. Je me tournais ainsi vers l’Orc puis d’un ton interrogateur, mais sans grande conviction comme à ma plus grande habitude, je m’adressais à cette montagne de muscle.

“Par quel nom dois-je vous nommer?”

S'ensuivit un signe de tête tout comme précédemment à l’humain puis tournant le regard en direction du bourg où nous devions nous rendre, j'interpelle alors notre nouveau groupe.

“Commençons donc sans plus attendre, plus vite cette histoire seras régler et mieux se seras pour nous tous.”



_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 9 Aoû - 4:47
L'Ikhyldien Kitsune nommé Shiroï venait de répondre à la toute première question du Rôdeur. Ce qu'il semblait ne pas avoir remarqué, c'est que sa réponse sur son ton naturel allait entraîner une multitude d'autres questions. En effet, Arkos ne connaissait ni les Kitsunes ni Ikhyld bien qu'il a déjà rencontré un Ikhyldien par le passé et Arkos n'allait certainement pas se gêner pour lui poser tout un tas de questions sur ces deux sujets. Cependant, notre habituel curieux ne les posa pas tout de suite, attendant un moment plus propice pour questionner leur associé du jour sur les caractéristiques de sa race et sur son pays d'origine.

Pour le moment, notre Kitsune semblait plutôt intéressé par le prénom de l'Orc qui les suivait pour des raisons purement pratiques à en juger par son manque flagrant de convictions dans la question. Question qui trouva une réponse courte et simple, résumée en un seul mot provenant de l'Orc.

Ghorlorz : Ghorlorz.

Pas besoin de plus comme information, l'orc n'étant clairement pas curieux de nature ni même le genre de personne à longuement s'épancher sur lui-même. La réponse avait autant de conviction que la question, et ces deux hommes devraient sans doute s'entendre à merveilles pendant de longues heures de non-discussion vu leur caractère proche. Cela dit, ce fut le Kitsune qui invita le groupe à commencer leur travail en allant interroger le premier témoin de la liste. Vu la description de celui-ci il devait être un elfe elfique nommé elfiquement "Erendir" et ayant une petite bicoque elfiquement décoré non loin de là ou se trouvent nos aventuriers. L'adresse communiquée et la description de l'elfe et de la maison données à tous, nos compagnons se mirent en route pour aller l'interroger comme l'avait suggère le Kitsune.

Shiroï devait sans doute remarquer qu'il était pour le moins observé, car notre Rôdeur avait tendance à littéralement tourner autour de cet homme légèrement plus grand que lui, essayant d'analyser sa silhouette et de trouver les signes distinctifs de son espèce. Pas vraiment discret dans la procédure, et ne cherchant pas spécialement à l'être, notre homme avait tendance à essayer de regarder dans les oreilles de Shiroï pour comprendre leur fonctionnement. S'en suivit rapidement des questions sur son espèce et sa patrie tandis qu'ils avançaient vers leur objectif.

Arkos : J'ai jamais vu de kitsunes avant. Comment elles marchent tes oreilles ? Elles peuvent tourner complètement comme celles des chats ? Ça à quoi comme particularité un Kitsune, hormis les oreilles ? Et pourquoi vous êtes aussi blanc à Ikhyld, il n'y a pas de soleil là-bas ?

Un premier jet de questions, inutile de dire qu'il y aura sans doute d'autres séries de questions qui seront posées plus tard. Shiroï avait quelques minutes pour y répondre s'il le souhaitait, mais rapidement notre trio arrivait devant une petite bicoque en bois, isolé et fortement couverte de végétations. La végétation avait également envahi les alentours de celle-ci en une espèce de jardin organisé ressemblant plus ou moins à une mini-forêt. Une maison elfique pour un elfe elfique en somme. Notre Rôdeur allait donc frapper à la porte de celle-ci pour parler à l'individu habitant celle-ci. Rapidement, l'elfe toisa notre trio d'un air faussement supérieur avant de leur demander ce qu'ils voulaient. Arkos lui répondit simplement, essayant de se faire agréable et souriant.

Arkos : Vous étiez venu assister un baron dans sa chasse, il y a quelques jours. Celui-ci a disparu et nous avons quelques questions à vous poser. Est-ce que...


Aux mots "baron" puis "disparu", notre elfe palis légèrement et laissa choir son air supérieur pour un air plus paniqué. Avant que notre Rôdeur n'a pu finir sa phrase, celui-ci venait d'essayer de lui fermer la porte au nez. Un rapide rapport de force s'engagea entre les deux être pour fermer la porte ou au contraire la maintenir ouverte. Rapidement l'elfe n'ayant clairement pas le dessus dans celui-ci parti en courant à travers son habitation, essayant de sortir par l'arrière de celle-ci. Arkos lui avait emboîté le pas à travers la maison, faisant tomber quelques pots de fleurs dans sa course, notamment un kalanchoé qui risque de se souvenir longtemps de sa chute depuis le haut de l'étagère qu'il a bousculé.

Notre Orc, au vu de la situation, faisait calmement le tour de la bicoque pour coincer notre elfe lorsqu'il essayera de sortir par-derrière. Arkos essayait de l'attraper en lui courant après à travers toute cette habitation décidément trop meublée. Et pendant ce temps, que faisait notre Kitsune ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 9 Aoû - 16:16

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

La réponse efficace de l’Orc me satisfaisais grandement, l’efficacité et aucune discussion inutile. Ceci fait, nous commencions alors, d’un commun accord, à nous diriger vers l’objectif que nous nous étions fixés. Le comportement étrange et surtout curieux de l’homme ne me perturbe pas le moins du monde, j’avais été surpris la première fois, mais désormais grand bien lui fasse de se comporter comme il le souhaite du moment qu’il ne m'empêche pas d’avancer. Celui ci c’étant posté juste à coté de moi commençait de manière fort désagréable à me couvrir de question qui signifiait que celui ci n’avait que peut parcourue le monde Orzanien, bien à l’inverse de moi-même. Je me mis à répondre à Arkos, mais sans ajouter plus de détail et toujours en me concentrant sur la route que nous suivions. D’une voix monotone, je suis répondais donc :

“Oui comme celle des chats”

Au même moment, je me permettais de faire une démonstration tournant mes oreilles afin qu’il trouve réponse acceptable à ses réponses et qu’il ne traîne pas dessus trop longtemps. Pour autant, je me doutais que de nombreuses questions suivrais. La question suivante me posait déjà plus de problèmes. En effet, peu importe ce que je pouvais bien lui dire si je voulais ne pas lui mentir, il allait certainement me poser d’autre question… Ma foi, c'était le jeu.

“Habituellement, ils sont plus petits et possèdent la plupart du temps une ou plusieurs queues en fonction de leurs âges.”

En effet, je ne possédais pas les fameuses queues qui se développaient sur les Kitsunes en fonctions de leurs âges. De plus elles était plus ou moins visible selon l’individu et pour ma part je n’en avais jamais eu, peut être simplement dû à ma non capacité à user du transformisme normalement habituelle pour mon espèce.

“Les Ikhyldiens sont majoritairement clairs et pas forcément blancs comme moi, et je pense que comme n'importe qui c’est une question de génétique”

Cela valait évidemment pour la majorité, et excluait les personnes comme Arkos qui tenait leurs teints de la rencontre d’un nécromancien. Cette discussion coupas court lorsque nous nous approchions de la maison dont nous étions venue voir le propriétaire. Tandis que le rôdeur et l’Orc, s'occuper de parler au propriétaire, je pris l’initiative de regarder autour de la maison afin de jeter un oeil qui visiblement n’était que peut probant. Nous n’avions pas besoin d’être trois pour discuter, surtout que ce n’était pas vraiment mon fort. J’eu tout de même la satisfaction de voir que mon idée de faire le tour aurais au moins servi à une chose lorsque je vis l’elf au air paniquer sortir en courant de derrière chez lui, j’entendais alors le vacarme à l’intérieure certainement Arkos qui le poursuivait cet homme paraissait vif lui aussi. Parfait pour une telle mission visiblement. Je me mis à sa poursuite constatant alors que le capuchonné me suivait, sans trace de Ghorlorz.

Je n’avais pas particulièrement la motivation de lui courir après il fallait donc mettre un terme à cette course, après tout ce n’était que le début de notre recherche et visiblement cela avait l’aire prometteuse. Je pris un peu de vitesse et d’un bon agile, je venais à bondir et d’un coup de pied dans les omoplates, je plaquais au sol notre cher Elf. Je regardais alors arriver les compères peut après pour Arkos et je ne sais pas quand pour son compagnon.


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Ven 10 Aoû - 13:00
Il semblerait que le Kitsune soit particulièrement agile. Notre homme de grande taille venait de bondir à travers la maison pour coller un coup de pied sauté entre les deux omoplates de notre elfe soudainement elfiquement allongé au sol. Comment il arrive à être pédant la tronche collée sur son parquet celui-là ? Le Rôdeur arriva moins d'une seconde après au niveau du Kistune gardant l'elfe paniqué au sol. N'hésitant pas à complimenter son homologue, l'homme lança amicalement.

Arkos : Eh ben, t'es un rapide toi !

Un gros *crac* en suivit. Terrible bruit de bois cassé s'effritant et s'effondrant sous un énorme bruit de métal. Notre Orc venait de fendre en deux le bois de la porte de derrière, objectif de l'elfe. Passant à travers la porte fermée et ouverte à la fois, notre Orc regardait la scène et jugea bon d'ajouter en tenant sa hache d'une main désormais.

Ghorlorz : Bon, vous l'avez eut. .

Terrorisé par cette démonstration le surpassant en force, en agilité et en rapidité. Notre elfe était pour le moins loquace et à côté de la plaque. Il déblatérait d'un volume sonore démesuré quelques intentions que notre équipée n'avait pas vraiment à son encontre.

Elfe Elfique : Ne me tuez pas s'il vous plaît ! J'y suis pour rien pour le baron ! Je ne sais rien, je vous en prie ! Je sais que la baronne veut me faire taire, car j'en ai trop vu !

Arkos se mit assis devant l'elfe encore plaqué au sol, laissant celui-ci voir son visage et lui répondant calmement. Il lui fallait des réponses après tout et l'elfe n'était pas en position de négocier. De toute façon, il n'avait visiblement pas le courage de négocier avec notre équipée.

Arkos : Pas du tout, nous sommes à la recherche du baron en question. Il n'a jamais été question de vous faire taire. Au contraire, il faudrait que vous parliez. Il s'est passé quoi pendant cette chasse ?

Elfe Elfique : Je ne sais pas ! Je l'accompagnais à cheval dans sa chasse avec son écuyer et son page attitré. Il n'arrêtait pas de parler avec détail de ce qu'il allait faire dans ses lieux de débauche habituels en rentrant de sa chasse. Et tout cela juste pour gêner le jeune page, trop jeune pour ça. J'ai voulu rentrer car ce n'est pas ma tasse de thé ce genre de vulgarité gratuite et j'ai prit la tengeante quand ils ont commencer à pourchasser un sanglier. Je ne sais rien d'autre, je le jure !

Trop paniqué pour mentir, l'elfe avait donné un semblant d'indication sur le comportement pervers du baron recherché. Décidément entre la baronne hautaine qui prenait tout le monde pour des imbéciles et le baron qui ne sait pas contenir ses ardeurs. Notre équipée n'était pas vraiment sur la meilleure des quêtes actuellement. Le Rôdeur regardait tour à tour l'Orc et le Kitsune avant de leur poser une question, non sans retourner vers l'elfe elfique une seconde pour sa dernière question.

Arkos : Bon, on passe à l'écuyer du baron où on interroge le page avant ? On sait ou trouver l'écuyer déjà. Bon, il se trouve ou le page? Il ressemble à quoi et il s'appelle comment ?

L'elfe paniqué et ayant visiblement mal au dos, on se demande pourquoi, fini par donner les indications à notre équipé non sans avoir l'air moins paniqué.

Elfe Elfique : Un petit blondinet humain de dix ans. C'est le fils d'un noble et il s'appelle Arthur. Il vit dans le palais du baron que vous recherchez, c'est son page après tout.

Bon, bah, notre page vit au même endroit que notre pauvre écuyer, mais sans doute pas dans les mêmes conditions. Encore que le baron en question ayant l'air d'un parfait crétin aux dires de l'elfe et vu le comportement de crétine de la baronne. Du coup, la pauvre page ne devrait sans doute pas être si bien lotie non plus. Le seul moyen de le savoir étant de retourner au palais du Baron, parler à ses deux hommes. Soupirant, notre homme se releva en regardant les deux hommes l'accompagnant. Ils allaient devoir retourner au palais interroger deux hommes sans savoir lequel en premier. Notre Rôdeur reprit donc la route, quittant la pièce par la porte en bois fermée-ouverte et suivit par l'Orc. Si le Kitsune leur emboîtait le pas, il allait sans doute lui parler un peu. Après tout, Arkos voulait en savoir un peu plus sur cette histoire de queue et voulait aussi connaître le panel de capacités de leur allié du jour. La première information pour sa curiosité personnelle et la seconde pour le bon déroulement de leur mission.


l'elfe elfique : https://i.pinimg.com/564x/57/6d/fa/576dfa971a597155c19aa3a57e11eb2a.jpg
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Dim 12 Aoû - 11:41

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

La voix déformée par la peur de notre Elf elfique capturé avec une grande efficacité, tentas de nous implorer pour des choses insensés, mais pour autant intéressante. Il fallait avouer que notre nouvelle équipe était tout bonnement impressionnante, entre les capacités de chacun démontrer en quelques secondes de conversation. Alors comme cela, la baronne aurait quelque chose à caché ? Était-ce vraiment en lien avec ce que nous cherchions actuellement ? Après tout leurs histoires ne nous regardait pas et actuellement nous étions payer pour le retrouver et pas de nous mêler des problèmes personnelles internes à leurs baronnies.

Les informations soutirées fur d’un intérêt capital même si cela devait malheureusement nous renvoyer de nouveau auprès de la chatellerie du baron dépravé. Décidément ces derniers jours j’eu l’impression de ne croiser que des idiots, une multitude de personne aussi bêtes les une que les autres et aussi désagréable sans dire que c’était pire. J’avais laissé la place à Arkos pour discuter avec l’Elf encore à terre sous mes pieds. Il ne faisait plus vraiment le fier et avait bien plus l’aire d’une lopette avec sa petite voix aiguë et déformer par la pression. À moins qu’il n’est pas cette voix naturellement ? Ce n’était pas vraiment le moment de penser à ces choses-là !

Pour ma part, et ce, en revenant sur l'enquête, je songeais au fait que l'interrogation du jeune écuyer viendrais certainement à être plus intéressant, le petit était détaché de ses nobles aux nombreuses tares et il n’avait d'intérêt de nous cacher quelconque information sauf si ce n’était pour que l’on ne trouve pas son dépravée supérieur. Pour le moment, nous n’avions que peut de choix pour l'avancée de cette recherche. Une fouille du territoire, deux interrogatoires. Il allait sans dire que les interrogatoires demandaient bien moins d’énergie que la fouille complète et probablement sans résultat, de la zone de chasse. De plus, Arkos, de sa curiosité devait adorer parler et surtout évidemment poser des questions. Lors d'interrogatoire, celui-ci serait servi et ne se focalise pas sur des questions personnelles dont il me fatiguerait de répondre.

“Va pour retourner à la baronnie interroger nos nouveaux témoins.”

En effet, cela ne devait plus vraiment tarder, car il nous fallait nous diriger vers un nouvel objectif. Direction la baronnie, je m’attendais déjà à répondre aux questions de notre cher humain curieux. Nous prenions alors le pas direction d'où nous venions, et ce loin d’être enchanté de retourner parmi ses nobles infâmes et insupportables.


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Dim 12 Aoû - 16:15
Notre trio faisait de nouveau la route en sens inverse, retournant de chez l'elfe elfique vers la baronnie ou siège madame pète-sèche. Par chance, il n'y aura pas à revoir ces riches empêcheurs de tourner en rond puisqu'un écuyer, c'est généralement facile à trouver prêt d'une écurie. Au pire, notre trio pourra demander aux gens s'occupants des chevaux sur place ou trouver ce jeune page et ce jeune écuyer. Cela dit, notre Rôdeur n'allait pas rester inactif pendant toute la marche et gagna rapidement le niveau du Kitsune nommé Shiroï marchant à son niveau et engageant la conversation.

Arkos : Sinon pour en revenir à cette histoire de queues. Comment ça marche ? Elles apparaissent à la naissance ? Elles poussent avec l'âge ? Elles ont une utilité X ou Y ?

Simple curiosité personnelle, si on peut dire. Arkos ne connaît pas encore les Kitsunes après tout et notre homme avait eut des réponses assez maigres pour le moment. Cela dit, après que Shiroï a choisi de répondre, ou non, aux questions. Notre homme relança des questions, mais plus sur le côté professionnel pour le bien-être de la mission.

Arkos : Sinon, joli plongeon sur Elfe tout à l'heure. Tu te spécialises sur un domaine martial précis ? T'as des capacités cachées que nous devrions connaître pour la mission ? Perso, je suis plutôt arc et pistage, mais je me défends bien à l'épée aussi. Ghorlorz, bah.... Force et hache. Et toi ?

Le Rôdeur écoutait donc ce que notre Kitsune avait à dire tandis que le chemin inverse vers la baronnie se déroulait sous leurs pieds pendant de longues minutes. Réponse entendue et lieu de vie principal de la baronnie en vue, notre homme fit le tour pour aller vers les écuries de celle-ci.

Rapidement, celle-ci se profila devant notre trio. Lieu empestant le fumier, la sueur et le foin très mauvais marché, les écuries avaient bien besoin d'un nettoyage digne d'un des douze travaux d'hercule. Références à la mythologie grecque à part, il n'allait clairement pas être agréable d'enquêter ici même. Notre Rôdeur, se bouchant le nez d'une main appela comme il pouvait un vieil homme en train de nourrir les chevaux d'un foin à moitié pourri par l'humidité. Pauvres bêtes quand on y pense, avec toute l'herbe verte dans le champ d'à côté qui se perd.

Le vieil homme approchant et après s'être présenté, notre Rôdeur lui demanda calmement s'il ne pouvait pas lui amené l'écuyer du baron disparu ainsi que son page devant l'écurie, juste un peu plus loin de la mauvaise odeur et pas dans le sens du vent, merci pour leur nez. Ce fut après plusieurs minutes, assis à reprendre des couleurs suffisamment éloigné de la mauvaise odeur que notre trio put voir un duo de jeunes garçons arriver vers eux. Une fois au niveau des trois aventuriers, le plus téméraire des garçons se présenta. Il devait avoir une douzaine d'années et le second garçon d'à peine huit ans se cachait derrière lui, intimidé par les grands monsieur vers et blancs avec des oreilles bizarres.

Arthur : Bonjour, je m'appelle Arthur. Je suis le page de cette baronnie. Lui, c'est Igor l'écuyer en formation du baron. Vous voulez nous voir monsieur.

Un brin téméraire, si on peut dire. Et il a un instinct protecteur envers les autres. Ce jeune garçon aura sans doute un grand avenir dans la chevalerie et la noblesse d'ame s'il suit le bon exemple, ce que ce baron ne semble pas être malheureusement. Quoiqu'il en soit le Rôdeur, s'assoit au sol pour se mettre plus ou moins au niveau de l'enfant et lui répond, calmement, voulant se faire le moins intimidant possible.

Arkos: Enchanté Arthur. Moi c'est Arkos, lui Ghorlorz et le grand, c'est Shiroï. On aimerait que tu nous racontes un peu la chasse avec le Baron qui a disparu.
Arthur : Vous voulez savoir quoi exactement ?
Arkos : Bah, tout en fait. Raconte nous cette chasse et ou il a disparu après par exemple.

Arthur soupira et s'assied également, le garçon est incroyablement mature et sent que ça va être long à raconter. Par contre l'enfant écuyer est toujours aussi intimidé, et mit à nu commençait quelque peu à paniquer. Peut-être, fallait-il s'en occuper avant qu'il se mette à crier et qu'on les prend pour des bourreaux d'enfants tout les trois. Pendant ce temps-la, Arthur, n'ayant pas remarqué l'état de détresse de l'écuyer, commençait son histoire jusqu'à ce qu'un sanglot d'Igor l'interrompe.

Arthur : Et bien nous allions chasser avec le baron et cet idiot d'elfe endimanché avec qui il s'entend bien d'habitude. Il semblerait que Sire Egordrill ait peut souper des remarques perverses de notre baron et ai décidé de nous laisser seuls avec lui lors de la chasse. Il faut dire que monseigneur ne tarissait pas de détails sur ce qu'il comptait faire avec certaines dames après avoir fini de chasser. Nous avons vu un sanglier peu après. Monseigneur a chargé le sanglier et nous à semé. Ce pauvre Igor n'a pas réussi à maintenir le cheval de monseigneur et le mien tout seul et il a été emporté avec celui de monseigneur et ...
Igor : ***Sob, sob... Snif...***
Arthur : ... ? Qu'y a-t-il igor ? Je vous ai déjà dit que ce n'était pas de votre faute. Il faut être inconscient pour laisser un si jeune écuyer s'occuper de deux chevaux.
Igor : Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnn

Bah, oui, il n'a que huit ans à tout cassé et on l'accuse déjà d'être responsable de la mort d'un Baron. Pauvre enfant. Cela dit le Rôdeur salue l'instinct protecteur du jeune Arthur qui essaie, en vain de le consoler. Il va falloir s'en occupé car c'est lui qui à sans doute le fin mot de l'histoire et actuellement, il est trop occupé à pleurer pour aider nos aventuriers. Bon, le Rôdeur à beau être sociable, mais n'y connaît rien en mouflets. Lequel des deux sait calmer et rassurer un mouflet parmi la grande baraque verte ou du grand monsieur blanc avec des oreilles de renards ?

Arthur : https://image.noelshack.com/fichiers/2018/32/7/1534082714-dbdecc639b6e8b0b5b0caeb8a1953749.jpg
Igor : https://image.noelshack.com/fichiers/2018/32/7/1534082714-2b8f9e1ff575312f12e9acac7a4cf0e1.jpg
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 16 Aoû - 12:36

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

Arkos ne prit pas la peine de perdre deux minutes sur notre trajet de retours. S'affolant et pressant le pas pour me rejoindre, il commençait avec les questions qui, sans surprise, correspondait à celle que j’avais déjà imaginée. Je soupirais d’avance quant aux réponses qu’il me fallait apporter. De plus, cela ne m'enchantait guère de voir la discussion s’orienter vers tout ce qui ne me caractérisait pas. Au final de Kitsune, je n’avais bien que l’agilité et les oreilles.

“La plupart du temps, nous en avons une à la naissance, puis une supplémentaire toutes les cinquante années, enfin… Pour ceux qui en on une.”


Je ne voyais que trop peu l'intérêt d’apporter des réponses supplémentaires, après tout, il n’avait qu'à questionner un Kitsune en aillant, des queues. De plus, on ne peut pas dire formellement que je corresponde le plus à ce que le commun appelle les grands renards, étant donné que je suis bien le seul à ne pas être capable de me transformer.

L’humain ne cessa pas ses questions pour autant et poursuivait ses interrogatoires à mon propos, pour autant cette fois-ci, la question pouvait être bien plus intéressante. L’Orc silencieux n’ajoutait pas mots à la discussion et laissais Arkos, certainement par habitude, poursuivre notre dialogue.

Pour une fois depuis notre rencontre, Arkos posait enfin une question intéressante qui avait un certain rapport avec le moment présent. Pour autant, je n’étais pas bavard pour un sou et je ne m’étendais pas à lui répondre avec détaille. Une de ses questions me paraissait étrange, de mon point de vue en tout cas ça l’était. L’homme encapuchonné me demandait si j’avais des compétences caché qui pouvais être utile. J’eu envie de dire que oui, mais déjà lorsque j’en avais précédemment parler à Osami, j’avais beaucoup de difficulté à l’expliquer, et même en m’entendant , je n’avais pas l’aire crédible le moins du monde.

Avec Osami, l’explication passais encore, mais avec un sombre inconnu qui pose plain de question mallaisante, il finirais par me demander d’ou cela pouvais venir et ainsi de suite, c’était donner porte ouverte à mon histoire, et il etait evident qu’il y avait des personnes bien plus de confiance qui mérriterais d’en savoir plus mais certainement pas lui.

Je me permis tout de même de répondre toujours d’un ton monotone limite lasser à ses questions, la parlotte, ce n’étais vraiment pas mon truc.

“Le corps-à-corps avec une arme de taille, une grande agilité, de la vitesse et des réflexes”.

Cette phrase résumais en tout point les défauts que je pouvais avoir, cela me fit penser que l’entraînement pour m’améliorer physiquement n’allais pas être suffisant et qu'à terme, une arme à distance me serait fort pratique. Cela ne m’enchantait vraiment pas, mais il me fallait pouvoir attaquer même si j’étais loin. De plus mon art de la défense ne pouvait clairement pas être appelé un art tant je n’étais pas doué. Tant que j’esquive, tout ce passe bien, mais il suffirais que je me retrouve immobiliser pour être bien handicapé.

Un autre détaille me frappas, l’esprit qui logeait en moi ne s’était pas déclarer depuis un moment maintenant et cela ne présageais rien de bien bon. Plus il apparaissait et plus il était difficile pour moi de le contrôler de nouveau. Il devait certainement se ressourcer et se renforcer. Il ne fallait pas oublier que ma force était la sienne, et qu’il savait certainement mieux s’en servir que moi…

Nous arrivions alors sur place à direction les écuries où l’on trouverait avec plus de facilité nos chers petits à qui nous devions poser quelques questions. Arkos demandait alors à l’un des palefrenier qui non sans galère fournissais le travail pour lequel il était ici même. Les lieux donnaient la nausée et nous pouvions admirer que cette baronnie n’était certainement pas la plus réputée lorsqu’on admirait la crasse et la moisissure en ces lieux. Cela n’avait rien à voir avec le semblant de lux qu’il affichait plus haut dans leurs palais. Les être vivant, tant ils sont puissant, tant ils sont idiot et egoiste… Cette pensée m’attrista un moment.

Les deux jeunes finirent par nous rejoindre autant un téméraire et au vu de ses vêtement, était certainement le page. Il était vêtu de bel habit et parlait avec assurance, tout l’inverse même avec celui qui se tenais derrière lui, habiller de guenille et pleurnichant. Mes oreilles par reflex s’abaissaient, bon sang que cette quête m’agaçait déjà avec le curieux, mais maintenant un gamin qui pleure, c’était bien ma veine.

Le page nous conta alors l’histoire dont ils faisaient partie, puis tout en expliquant que le baron était partis avec le jeune écuyer qui lui, était finalement revenue, mais pourtant, il lui était impossible de s’expliquer pour le moment, tant qu’il pleurait. Arkos avait l’aire démunie face à ce petit et se tournais d’un aire de dire que c’était à nous de prendre la relève. Il paraissait évident que l’Orc à mes cotés n’allais pas fournir un doux visage pour paraitre rassurant. je poussais un soupire puis j’approchais le gamin ignorant le page, je m’installais en tailleur d’un aire totalement désinvolte face au mouflet qui pleurait puis je dressais mes oreilles en sa direction afin de mieux entendre aux milieux de ses chouinnerie.

“Écoutez moi, jeune homme, ce n’est pas en pleurant que vous vous comportez en homme. Nous devons retrouver le baron et vous seul pouvez nous aider. Si vous voulez prendre, un peut l’aire pour le moment et vous changer les idées, que diriez vous de faire un tour avec nous? Mr l’Orc est un grand gentil, il ne parle presque pas et Mr l’homme, est très curieux et manque de tacte, mais il veut être gentil avec tout le monde. Vous voudriez bien nous aider ? Et je vous jure de vous protéger si quelque chose arrive à votre encontre.”

Bon sang dans quel cinéma, je m’embarquais. J’avais l’impression de parler à mon propre fils. Il nous fallais des réponses et si jamais cela lui portait préjudice, visiblement ça n’était qu’un accident. Le baron que nous cherchons quant à lui imbécile comme il est, serait bien capable de lui remettre la faute dessus si jamais nous le retrouvions vivant. La solution que je voyais pour le moment était de me porter garant pour protéger le garçon et si je lui donnais ma parole, il avait beau être un pauvre écuyer en guenille, il n’en restait pas moins un homme qui comme tout le monde pouvais faire des erreurs. Je ne savais pas si c’était la meilleure des idée et si je ne craignais pas de me mettre le duché de Vinche sur le dos, mais il fallait bien agir. Au pire, je ferais appelle à celle qui désormais devait m’assumer et en ce point c’était plutôt positif pour moi. Elle s’arrangera avec la Duchesse de Vinche au sujet de ce petit. Je m’avançais peut-être un peut trop, mais la valeur humaine était sans fin pour moi.


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Sam 18 Aoû - 21:10
Le Rôdeur et l'orc regardent ensemble le kitsune s'asseoir en tailleur devant l'enfant. Il lui parlait d'un ton assez calme, voir même flegmatique. Arkos aurait pu se dire que ce Shiroï aurait fait un bon père rien qu'avec ces deux actes, mais le contenu de ces paroles bloquaient quelque peu notre Rôdeur à se sujet. Se comporter en homme ? Est-ce bien ce qu'il a entendu ? Arkos écoutait calmement la fin du discours du Kitsune, mais celui-ci décollait sur une mauvaise base bien qu'il atterrissait plutôt bien finalement. Le pauvre enfant se sentait encore intimidé et regardait son ainé, Arthur, pour savoir comment réagir. Finalement, se fut le jeune page qui prit le relais.

Arthur : N'ayez pas peur, Igor. Ils ne nous veulent aucun mal et ils veulent nous aider. Vous pouvez leur faire confiance. Vous voulez que je vienne avec vous ?

Un hochement de tête affirmatif de la part d'Igor conclu donc cette affaire et l'enfant reniflant tenait la main du jeune page, tandis que ce duo d'enfants suivaient les trois adultes un peu plus loin de cette écurie, histoire de respirer un air frais et non pas vaguement respirable. Ce fut au bout de quelques minutes de marches qu'un coin parfait pour discuter au calme et loin de l'odeur du château se profila. Faisant halte à cet endroit, notre équipée pouvait souffler un peu. Ce fut à ce moment-là que l'Orc intimidant s'approchait du jeune enfant afin de lui tendre un mouchoir en tissu avant de l'avoir légèrement imbibé d'eau de sa gourde. Ce gamin avait grandement besoin d'être débarbouillé après tout ça et l'Orc avait visiblement un instinct paternel qui faisait défaut à ces deux autres comparses. Le jeune Igor eut pour réflexe de se cacher derrière Arthur jusqu'à ce que le gentil Ghorlorz lui dise aussi doucement que possible.

Ghorlorz : Prend le, mon petit. Essuie-toi le visage avec que tu as de la crasse qui part des joues et vont jusque dans les oreilles.

Regardant l'enfant prendre timidement le mouchoir et se débarbouiller avec, l'Orc fini par s'asseoir en face de lui. Attendant qu'il ait fini de se débarbouiller et qu'il lui tende de nouveau son mouchoir désormais bien souillé. Ghorlorz lui répondit calmement, essayant de se faire souriant. Arthur regardait la scène, essayait de s'assurer que le géant vert n'effraie pas trop l'enfant.

Ghorlorz : Garde le, petit homme. Cadeaux ! On va devoir rediscuter de ce qui s'est passé. Ne t'inquiète pas, on veut juste savoir et on te fera aucun mal. Et comme l'a dit Monsieur Renard, si quelqu'un vient à essayer de te gronder ou de te taper, c'est moi qui lui donnerait une fessée qu'il ne sera pas prêt d'oublier.

Le résultat était présent et l'enfant souriait un peu en imaginant avec amusement la Baronne Pète-sec ou le Baron Pervers recevoir une fessée par l'Orc plutôt colossal. Arthur relâchait quelque peu son attention, ne craignant plus pour le petit Igor maintenant que l'ambiance se détendait. Finalement le petit garçon fini par reprendre, murmurant plus que parlant. Il savait qu'il devrait, tôt ou tard, leur révéler ce qu'il sait.

Igor : J'ai été traîné pendant un moment par le cheval du Baron Adhémar. J'ai essayé de le tenir, mais j'ai fini par le lâcher quand il a foncé vers un arbre et je les ai perdus de vue. Le cheval courrait après le sanglier tandis que le Baron essayait de prendre son arc et ses flèches. Je suis rentré directement, ils courraient trop vite pour que je les retrouve tous les trois et tout le monde était déjà parti.... Maintenant la Baronne m'en veut. Elle dit que c'est ma faute si le baron a disparu et qu'on va me couper les doigts de pied en punition si je ne dis pas où il est.... Mais je ne sais pas où il est, moi.

Igor commençait de nouveau a renifler, indiquant une nouvelle crise de larmes à venir. Ghorlorz lui posa une main sur la tête et lui dit calmement, voulant le rassurer au maximum. Ce pauvre enfant n'était vraiment pas bien loti, entouré d'idiots pareils. Il faudrait songer à le mettre en sécurité avec ces deux idiots qui chercheraient sans doute un coupable qui ne peut pas être leur propre bêtise. Même si cette histoire de doigts de pied était sans doute une manœuvre d'intimidation.

Ghorlorz : Ne pleure pas, Igor. Personne ne touchera à tes doigts de pied. Comme je te l'ai dit, s'ils essaient, c'est moi qui leur donnerais la fessée de leur vie. Ils en ont bien besoin d'une.

La derniere phrase de l'Orc était lancée dans un soupir désabusé. Visiblement, le gamin était rassuré. Il semble faire confiance au géant vert et lui sourit quelque peu amicalement. Visiblement, ce gros tas de muscles sait y faire avec les enfants et notre Rôdeur ne va pas tarder à révéler pourquoi à notre petite assemblée. Arthur se fait discret, mais reste à l'affût malgré tout. Ce trio semble l'intéresser de part leur caractère plutôt original. Arkos se penche vers Shiroi et lui glisse cette simple petite sentence, révélant le pourquoi du comment de Ghorlorz avec les enfants, sur un ton se voulant un peu moralisateur.

Arkos : Ce ne sont pas des hommes, mais des enfants. Ils doivent se comporter comme des enfants, pas des hommes adultes. Tu comprendras si tu deviens père un jour. Ghorlorz a deux petites filles, il donnerait tout pour elle et à bien comprit comment se comporter avec ses petites princesses.


Un discours moralisateur sur le 'comporte toi en homme' de tout à l'heure était lancé par le Rôdeur à l'attention du renard. Et pas vraiment discret, contrairement à ce qu'il pensait puisque ce fut l'Orc qui répondit instantanément, accompagné d'un petit rire d'Arthur.

Ghorlorz : Tu n'as pas d'enfants non plus Arkos. Et tu ne sais pas te comporter avec eux non plus.

Se relevant calmement, Ghorlorz reprit son discours moralisateur à lui. De bon-papa à deux personnes qu'il pense sans progéniture, ignorant l'histoire cachée de Shiroï alors qu'Arthur semblait de plus en plus apprécier le géant vert.

Ghorlorz : Quatre ou cinq moments, ça suffit. Être un bon père. Tout le monde pense que c'est un travail à temps plein. Réveillez-vous en bon père. Brossez-vous les dents en bon père. Allez travailler en bon père. Pas vrai. Au cours d'une vie, il n'y a que 4 ou 5 moments qui comptent vraiment. Moments où vous avez le choix. Faire un sacrifice pour vos enfants, vaincre un de vos défauts pour eux, les sauver des dangers trop dangereux où ils sont empêtrés. Dans ces moments, tout le reste n'a aucune importance, mais ce ne sont que quatre ou cinq moments.

Un discours moralisateur d'un bon père à deux personnes qui n'ont pas d'enfant... Ou presque. Shiroï va sans doute réagir à tout cela avant que tout le monde ne retourne vers les écuries nauséabondes et que notre trio se paluche le terrain de chasse au peigne fin pour trouver des indices supplémentaires.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 23 Aoû - 23:05

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI


Le jeune homme séchais donc ses larmes suite à l’intervention du jeune page qui lui donnait confiance en notre petit groupe d'enquêteur. Les petits nous suivaient approchant l’orée de la forêt afin de s'écarter de cette odeur pestilentielle de ce lieu infâme. Les pauvres jeunes vivaient parmi ses déchets et quand je citais ce mot, je ne parlais pas seulement de cet endroit mal entretenue, mais aussi des personne malsaine qui n'allait pas apporter grand chose à l’éducation du page qui visiblement était prometteur tant qu’il ne fréquenterait pas plus longtemps les fous vivant dans cette baronnie. Je notais alors dans un coin de ma tête qu’il fallait sans faute envoyer un message à la duchesse responsable de cette baronnie afin d’écarter ses jeûnes de l’état pitoyable de ces lieux, mais aussi du comportement indécent, intolérable et surtout irresponsable des personne au statut aussi élevé.

Sur place Ghorlorz à ma grande surprise agis avec les garçons comme un père le ferait avec ses enfants. Lui aussi avait une façon bien à lui de s’adresser à eux et je constatais que chaque enfant agissait de manière différente en fonction du comportement que l’on pouvait avoir avec eu. Avec mon fils, l’éducation de fierté et de bravoure était un point important qui avait forgé son enfance tant que j’étais là. Ma femme, quant à elle, l’éduquait avec douceur, mais culpabilité. Chacun d’entre nous avait sa manière de faire et cela s'adaptent en fonction de l’enfant.

Le petit Igore se confiait après nous avoir partager son sourire. Malheureusement, cela ne nous avançait pas trop. En effet, nous comprenions que le jeune garçon n’y était pour rien et que le baron s'était enfoncé dans les bois seuls. Cela présageait simplement que nous aurions dû balayer la forêt avant toute chose, mais sans toutes ses informations, nous n’aurions certainement pas pu en apprendre autant sur ce personnage immonde qu’était le baron et sa baronnie.

Arkos en profitait pour s’approcher de moi et d’un ton moralisateur celui-ci se mettait à critiquer ma manière de parler au gamin. Je n’écoutais que d’une oreille tant ses critiques ne servait à rien, et cela, surtout venant de la part de celui qui n’a pas agit lorsque le petit s’était mis à pleurer. Cependant, une information utile ou du moins intéressante s'ajouta. En effet voilà la raison du comportement adapté de l’Orc auprès des enfants, lui qui avait l'habitude de les élever. La différence étant que lui élève des filles et non des garçons, chacun de nous deux avait développé des compétence de père différente et en cela notre groupe était intéressant.

Ghorlorz lui, n’avait pas autant de réflexion et ce permis lui aussi de juger ma manière de faire. Grand bien lui fasse, s'il pense être un bon père, il en était certainement un meilleur que moi. Même si je m'entêtais encore aujourd’hui à respecter la promesse que j’avais pu faire à l’homme qui était devenu père à son tour. Je me rappelais de ses nombreux moments que j’avais passé avec lui. Quatre ou cinq comme avait pu le dire l’Orc quelques seconde avant, je n’étais peut-être jamais la, mais j'étais surtout là quand il avait besoin de moi.

“Je suis père, et grand père même… Je ne suis personne pour juger le comportement que tu as avec tes enfants, toi seul les connais.”

Cette petite phrase représentait beaucoup, je pouvais ainsi présenter le fait qu’ils s’étaient permis de juger mes capacités et mes filiations sans me connaître tout en sachant que l’on venait de se rencontrer. De plus, j'ajoutai d’un air flatteur que Ghorlorz lui était un bon père, et cela, je ne pouvais le nier et que contrairement à eu, je ne me permettais pas de juger. Arthur quant à lui avait bien rit quand Arkos s'était permis de me faire la réflexion ce qui eu au moins le bénéfice d’apporter un peu de détente dans leur vie visiblement loin d’être facile.

Nous ramenions les petits près de la baronnie afin qu’ils puissent disposer. Pour notre part, il nous restait un grand travail de recherche à effectuer dans les fourrés et à cela il allait falloir se fier au talent de pistage de notre homme du groupe. Ainsi avant de prendre le chemin en direction de la large forêt qu’il allait falloir traverser en long en large et en travers, j'ajoutais un mot à notre groupe.

“Tu nous disais que tu avais des talents en pistage, et bien, c’est ton jour de gloire.”


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Ven 24 Aoû - 11:18
Le Rôdeur entant Shiroi lui répondre une information intéressante sur sa famille et une autre plutôt étonnante vu son apparence assez jeune. Ceci entraîna naturellement une question du Rôdeur qu'il posa sans détour à notre kitsune. Ghorloz, enregistrant cette information, répondit également à Shiroï dans la même foulée.

Arkos : Grand-père ? Mais tu as quel age ?

Ghorlorz : Bien, tu sais donc de quoi je parle.

Raccompagnant ces deux enfants dont un, décidément, grandissait beaucoup trop vite au goût du rôdeur. Nos trois compères durent les abandonner à la lisière du château de la baronnie et de la mauvaise odeur des écuries. Pauvres enfants, quand on y pense. Contraint de vivre dans ce dépotoir pour l'un d'entre eux, car sans nul doute, que les parties réservées aux bourgeois sont bien entretenues, mais cela n'empêche pas ce pauvre page de vivre avec deux abrutis qui risquent surtout de saper son éducation au final. Dommage, car Arthur à du potentiel et il va être gâché par ces idiots. Arkos se disait qu'une missive et une petite visite au Duc responsable de ce duché pour lui signifier l'état de celui-ci et l'incompétence du baron et de sa baronne serait de bon aloi. Il trouvera sans peine un refuge pour ce petit Igor et Arthur pourra rentrer chez lui plutôt que de gâcher son potentiel ici. Notre homme en parlera au reste du groupe à la fin de la mission. Cela dit, une petite phrase du kitsune sur ses compétences de pistage vint tirer Arkos de ses pensées et notre homme lui répondit avec sa bonhomie naturelle.

Arkos : Pas de soucis, papy ! Compte sur moi !


Ce fut ainsi que, dans une bonne humeur ambiante, nos trois personnages marchèrent jusqu'à atteindre la lisière de la forêt tant attendue. La Forêt verte a cette particularité d'être toujours verte comme l'indique son nom, non pas qu'un génie aurait put appeler "verte" une forêt marron-grise, mais elle avait aussi cette particularité moins agréable d'être plutôt grande et pour le moins très habité. Trouver des traces d'un cheval en surpoids au vu de sa cargaison dans ce bestiaire ambulant et quelque peu chargé risque d'être une affaire plutôt compliquée. Les travaux de pistage du Rôdeur sont assez laborieux aujourd'hui alors qu'il se débrouille bien dans ce domaine dans les forêts d'eïlynster. Il faut dire que s'il sait lire les traces d'animaux dans la forêt, ici, c'est quand même écrit petit et ce n'est pas vraiment la même langue tous les deux mètres. On passe assez facilement du dialecte cheval au langage cerf, ou au parlé ours. Tiens, il y a même quelques traces de Sanglier là-bas, qu'est-ce qu'il fout la, celui-là ?

Bref, vous l'aurez compris, cette forêt est pour le moins bordélique et cela va être une galère ingérable pour trouver les traces de cheval. À croire que c'est trop demandé d'avoir une forêt bien rangée avec les chevaux d'un coté, les ours de l'autre et les idiots-là où on peut facilement les trouver. Cela dit notre Rôdeur, après près d'une heure à chercher, fini par localiser des traces de sabot ferré et commençait à les suivre. Mon dieu que c'est laborieux, les trois-quarts sont à moitié effacé et notre Rôdeur commence à un peu trop voir de trace du fameux sanglier repéré plus haut. Il ne fallut guère longtemps pour que les traces de sangliers ne deviennent pas un sanglier lui-même. Notre Rôdeur recula et alla vers la clairière proche pour se cacher derrière un buisson, incitant le reste du groupe à faire de même. Le suidé de mauvaise humeur n'avait repéré personne, mais avait entendu du bruit provenant de la clairière et avait chargé celle-ci au hasard. Ce fut lors de cet acte d'énervement du suidé que notre homme pouffa légèrement, prenant son arc et se préparant au combat, amusé légèrement, avant de lancer au reste du groupe qui devait sans doute aussi se préparer à l'assaut.

Arkos : Bon, au moins on sait pourquoi il est de mauvaise humeur. Il ne vise pas si mal ce baron.


En effet, notre sanglier arborait une flèche du baron. Il avait visiblement été fléché par l'idiot pervers que nos hommes cherchaient. Et il faut dire qu'il avait visé juste, ou alors qu'il avait eu un coup de chance, car notre sanglier avait mangé sa flèche en plein dans le fondement. Je pense que, d'un commun accord, nous pourrions dire qu'il y a de quoi être de mauvaise humeur avec une flèche plantée dans le cul. Cela dit, la petite phrase du Rôdeur prêt à fléché le sanglier avait pour effet parfaitement volontaire d'attirer l'attention du sanglier à lui. Ghorlorz avait sa hache en main et nous espérions que le kistune ne serait pas en reste de ce côté. Rapidement, les premières flèches volèrent et notre Orc chargeait la bête occupée à foncer sur notre Rôdeur prêt à esquiver.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Mar 28 Aoû - 22:13

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI


La réponse apportée et non sans surprise attirait l’attention de l’homme qui sans surprise ne se gardait pas de me poser la question immédiatement. Suivis de la réponse de l’Orc non surpris de ma réponse. Avec politesse, je répondais à un homme qui visiblement n’avait réellement aucune connaissance de mon espèce se basant certainement sur mon apparence pour juger de mon âge.

“ Disons que par rapport à toi, en âge d’homme, j’ai 38 ans…”

J’étais loin d’être vieux, car au contraire, j’avais eu un enfant assez jeune pour mon espèce, et mon fils fut de même ce qui me rendais grand père pourtant jeune. De plus que mon petit-enfant devait avoir certainement pas moins de vingt-cinq ans. ce qui ne faisait pas un très grand écart d’âge si nous ramenons tout à l’âge humain.

Arkos alors que j’eu la gentillesse de le flatter ne me rendait pas du tout la pareille m'appelant désormais papi comme un jeune un peu trop familier avec son aîné. Silencieusement, nous suivions les pas du rôdeur qui avançait à taton dans la forêt. Gorhlorz était un compagnon agréable. Il ne posait pas trop de questions voir même pas du tout, se contentant de faire sa mission. Au final, celui qui participait le plus à la cohésion de notre nouveau groupe était principalement Arkos et sa langue bien pendu.

Justement, celui-ci nous fit signe de le rejoindre afin de nous dissimuler derrière des buissons proches d’une clairière. En effet, un sanglier venait de bêtement charger dans le vent la clairière où devait certainement se trouver Arkos quelques minutes avant, ce qui l'aurait poussé à venir en force là ou quelque chose le chiffonnai. Une belle surprise que voilà et qui visiblement amusais beaucoup notre rôdeur préparant déjà son arc pour s'occuper de la pauvre bête. Celle-ci avait une flèche plantée dans le séant, ce qui, je compatis, ne devais vraiment pas être agréable et qui dus le pousser à un énervement envers tout ce qui bouge autour de lui.

Je regardais alors le rôdeur commencer ses manœuvres d’attaque envers le suidé agacé de la flèche planté. La main armée sur le manche de mon épée n’attendait que le bon moment pour aider. L’animal était plutôt gros et en dehors d’un problème de taille, il allait certainement ruiner les peut de trace qu’il restait de notre objectif. Pour le moment, c’était surtout la cohésion de groupe qui prouverait l'efficacité de notre équipée. Veillant au fait et geste de l’homme, je me déplaçais avec rapidité auprès de la bête pour la toucher directement à la gorge et l'abattre sans douleur.

Tout se passa donc rapidement la bête abattue des flèches de notre archée et d’un coup de lame. Gorlhorz sortait des fourrés tranquillement, son arme a la main pour nous rejoindre. Je nettoyais ma lame pour la remettre dans son fourreau, à nouveau tout en regardant les fourrés autour de nous dressant mes oreilles, j’ajoutais :

“Le baron est passé par ici, tu retrouves la piste avec les traces ?”

Il fallait admettre une chose, je n’avais pas vraiment à me fouler. Je laissais le pistage à la charge de notre bon ami, cette mission semblais plus être une promenade de santé tant je n’avais pas plus que cela besoin de m’investir.


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 30 Aoû - 12:29
Une longue inspiration est prise. Le Rôdeur aura le temps de décrocher trois flèches avant de devoir esquiver le sanglier. Vu la masse du bestiau, elles ne seraient sans doute pas de trop d'ailleurs. Bloquant sa respiration, notre homme lâcha la première flèche qui alla se planter sous le groin de la bête, à peine enfoncée dans la chair tellement le cuir de la créature était épais. Un coup pour rien en somme, car ça ne gêne même pas le sanglier le chargeant. Le Rôdeur lança sa seconde flèche qui ne prit même pas la peine de se planter dans l'animal, ricochant sur son cuir épais comme-ci de rien n'était. Décidément, les tirs sont justes, mais la chance n'est pas là.

Agacé. Arkos prit le temps de viser son troisième carreau et le décocha. Cette fois-ci, il avait visé pour que le cuir du sanglier ne soit pas un élément important sur cette attaque. En effet, notre Rôdeur, sachant visé, avait décoché sa dernière flèche possible en plein dans l'œil droit de la bête non sans bander son arc à fond juste avant de la décocher pour un maximum de puissance.

La flèche toucha sa cible et s'enfonça dans l'œil de la bête. La flèche continua sa course à travers l'orbite de l'animal pour aller lui traverser le cerveau. Mourant et désarticulé dans ses mouvements, le sanglier finissait sa charge, emportée dans son élan, mais serait sans doute mort une fois celle-ci terminée. C'est justement là que le problème se posait, la charge du sanglier ne s'était pas arrêtée et notre Rôdeur était toujours sur la trajectoire de celui-ci.

Arkos sauta sur le côté pour esquiver le gibier géant qui n'arriva, en réalité, jamais jusqu'à lui. Shiroï était intervenu, nettement plus rapide que Ghorlorz pour ce coup qui arriva une fois la bête au sol. Un brillant coup de katana avait tranché nette la gorge de l'animal et dévié sa course vers le bas ce qui le fit chuter, mort, devant nos deux hommes.

Shiroï propose sans plus attendre de reprendre le pistage, chose que le Rôdeur approuve d'un hochement du sous-chef tandis que Ghorlorz regarde la bête au sol. Finalement l'orc débardasse la créature des flèches l'oblitérant et les tend au Rôdeur qui les mets dans son carquois, flèche du baron comprise. Quelques munitions de plus ne seraient pas un luxe. Ghorlorz entreprend ensuite de soulever la carcasse de la bête qu'il met sur ses épaules. Pour un humain ou un elfe, ce serait une charge bien trop lourde à porter, mais pour un Orc de sa trempe, ça devrait aller largement. Après tout, c'est de la bonne viande, de la bonne peau et ça se revendra un petit pécule au boucher et au tanneur après tout. Le pécule a divisé en trois, certes, mais sur lequel papa Orc ne crachera pas, ne serait-ce que pour ses filles.

La piste est donc reprise. Nos hommes marchent à travers la forêt en suivant les traces de galops du cheval du baron fuyant. La marche au sein de la forêt était pour le moins calme et les traces du passage de l'étalon évident et ce fut au bout d'une demi-heure de marche que notre trio fini par atterrir dans une plaine de l'autre côté de la forêt.

Les traces de sabots ont changé de rythmes et indiquent une marche pour le moins calme du canasson. Bonne nouvelle du coup, car le chemin sera plus simple à suivre. Ce fut sans surprises ni mauvaises rencontre que notre trio fini par atterrir dans un petit hameau juste après les limites de la baronnie. Sympathique et simple, cet endroit semblait agréable à vivre. Propre, ordonné et sain, il était pour le moment sans prétentions, mais disposais de ce dont il avait besoin pour prospérer. En avançant nous voyons le cheval en question, attaché à une poutre de bois, de l'ombre, du foin et de l'eau à sa portée. Il était devant une taverne bien discrète aux volets fermés et à la porte ouverte. Il y avait, au bout de cette même rue, un étalage de boucher vers lequel notre Orc partit apporter sa "marchandise" au boucher puis au tanneur, nous promettant de nous rejoindre plus tard.

L'endroit ressemble à un tripot pour le moins infâme et d'une manière bien particulière. L'endroit était sombre à cause des volets fermés, mais il n'était pas sale. Loin de la, les tables et le sol étaient constamment nettoyés. Il ne sentait pas mauvais non plus au vu des odeurs d'encens et de fleurs fraîchement coupées. Il semblerait même que quelque chose de vraiment très bon était en train d'être cuisiné au vu de l'odeur qui s'échappe de la cuisine. Non, ce qui rendait l'endroit infâme était l'obscurité offrait surtout une discrétion totale aux clients qui se livraient à toutes sortes d'activités peu recommandables, voir illégale dans ce tripot. En gros l'endroit était bien, mais vraiment très mal fréquenter.

On pouvait voir des tables de jeu d'argent entouré de ce genre de personnes qui ont plus d'as dans leurs manches qu'il ne peut y avoir en jeu. On pouvait y voir dans un autre coin des individus particulièrement douteux qui devaient sans doute organiser leur prochain cambriolage, au vu des cartes posées sur les tables et des différents fayot sec de couleurs servant à indiquer leurs rôles posés sur les cartes. Il y avait un duo de belles serveuses elfiques se ressemblant bien trop pour ne pas être jumelles qui semblaient proposer d'autres types de prestations tarifées, bien qu'Arkos se garda bien de leur poser la question.

La taverne mal famée semblait bien pleine et le Rôdeur n'avait pas trop de choix. Le cheval du baron est devant, il doit forcement être ici. Notre homme tenta sa chance avec le barman, lui posant la question au comptoir.

Arkos : Bonjour mon brave, j'aimerais avoir des informations sur une personne disparue.
Barman : Les questions sont réservées aux consommateurs.

Arkos grimaçait à l'idée de devoir boire un truc venant d'un tripot mal famé. Finalement, celui-ci prit une bière pour lui et une autre pour le renard. Bah oui, aucune raison qu'Arkos soit le seul à trinquer et douillet de la mauvaise bière de cet endroit. Solidarité monsieur renard, ne m'en veuillez pas. Le Rôdeur porta à ses lèvres le breuvage correctement ambré et stocké dans une chope curieusement propre. Une grimace vint toucher le Rôdeur. Non pas une grimace de dégoût, mais de surprise. S'attendant à goûter un breuvage infect, il s'avère que le Rôdeur avait dans les mains une bière brune ambrée parfaitement affinée et au bouquet particulièrement agréable aux papilles. Une pointe d'orge pouvait même se faire sentir derrière le goût du houblon. Reposant sa bière sur le dessous de verre rapidement posé sur le comptoir par le barman, notre homme reprit son interrogatoire.

Arkos: Je disais, je cherche une personne disparu. Il s'agit du baron de la baronnie ou vous êtes. Son cheval est dehors. Vous pouvez me dire ou il se trouve ?
Barman : Non, et on n'aime pas trop les curieux ici. Ce cheval est à moi et il n'y a pas de baron ici. Allez-vous en après avoir fini vos verres.
Arkos : Désolé d'insister, mais c'est que...

Une main calleuse venait de se coller sur l'épaule du Rôdeur et un homme au teint blafard venait d'approcher de lui tandis que plusieurs hommes venaient d'encercler le kitsune. Il était facile de deviner leur intention belliqueuse, mais curieusement aucun n'était armé, et même pas une seule bouteille n'avait été brisée pour servir d'arme. Il était évident qu'ils voulaient se battre, mais doucement et sans risque de tuer quelqu'un ou de trop le blesser. Décidément, les loubards, c'est plus ce que c'était.

Loubard : T'as entendu ? On n'aime pas les curieux ici.

Le Rôdeur ne put rien faire pour empêcher cela et la bagarre de bar éclata d'une bien curieuse manière d'ailleurs. Mais qu'est-ce que c'est que ce tripot mal famé de luxe, enfin ? La salle est super propre, les boissons sont excellentes, et les piliers de bars font même attention au mobilier ! C'est même la première bagarre de saloon au monde ou les soûlards font attention à ne pas salir le sol ou renverser les boissons. Les verres, les tables, les miroirs, tout est soigneusement à l'abri alors que les ivrognes du coin sont occupés à se mettre sur la tronche tandis que le barman s'occupe de nettoyer ses verres et ranger son comptoir.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Sam 1 Sep - 20:37

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI


Les traces menais donc à une taverne ou ce qui y ressemblait. L'intérieur malgré les personnes de mauvaise fréquentation, était tenu par un homme fort polie qui pour autant ne semblait pas intéressé de vendre ses propres clients. J'étais entré sans grande motivation pour suivre les pas d'Arkos tandis que notre compagnon Orc s'était absenté afin d’apporter la bête au bouché pas très loin.

Arkos commençait alors à discuter avec le barman qui imposait une consommation pour répondre à nos questions. Celui-ci nous prit des bière malgré que ce genre d’alcool n’était clairement pas à mon goût. Je ferais payer la note à Osami, c’est elle qui m’avait envoyé ici après tout. Manquerais plus que mes missions me coûtent de l’argent. Mon compagnon resterait alors sa question, mais nous n'obtenions toujours pas de réponse positive à notre demande.

Quatre loubards s’étaient approchés autour de moi, je fermais les yeux fronçant les sourcils voyant alors la chose arriver. Tout de suite, deux choses me sautèrent aux yeux, deux d’entre eu avait un certain niveau pour que je ne puisse lire leurs intentions, mais j’en conclus que tout de même leurs intentions générales n’était pas fort sympathique bien au contraire.

“Il y a méprise, nous ne comptons pas nous battre.”

En tout cas, c’était bien mon cas. Je n'avais même pas porté ma main à la poigne de mon sabre. Le carnage allait salir le joli parquet que visiblement tout le monde prenait soin de ne pas abîmer. Les hommes attaquaient, le premier un peut sur ma gauche, tentais alors de me frapper avec reflex, je me baissais ce qui le fit frapper son collègue à l'opposé qui ne vu pas le coup venir. Je pris son bras afin de le tourner et de le pousser plus loin. D’un ton toujours aussi calme et posé, sans aucune agressivité, j'interpelle les hommes qui tentaient de m’agresser.

“Je me répète, je ne compte pas me battre, nous venons juste discuter…”

Ces deux-là n’étaient pas très malins, mais en revanche un des loubards, posté derrière moi, s'empressa de me mettre un grand coup dans le dos me projetant en avant tandis que sont amis m’enfonçais son poing dans la face. Je compris alors que visiblement, mes interlocuteurs avaient bien plus envie d’en découdre peut importe la situation. Je passais ma manche sur mon visage avec l’arcane ouverte et sanguinolente. La main sur le manche de mon Tamashi no Suraisa que je ne sortais pas de son fourreau, je me tournais d’un geste vif afin de frapper dans la nuque le premier à proximité. Je regardais alors vaguement le dernier loubard afin de l’attaquer avant que les autres ne se relèvent.

Avec une étonnante souplesse, mon coup passa à côté de la cible et je me trouvais de nouveau avec les quatre hommes, cette fois-ci face à moi. Je ne voulais pas me battre, mais il fallait admettre que je n’aimais pas me faire taper dessus gratuitement. Je jette un œil pour voir où en était Arkos, voir si j’allais devoir l’aider ou si celui-ci s’en sortait avec les loubards qui s’occupait de lui.



Lancé:
 

_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Dim 2 Sep - 11:01

Le loubard, posté devant notre Rôdeur et ayant lancé la situation actuelle au sein du tripot, venait de passer lui aussi à l'offensive. Notre soûlard essaie d'un geste involontairement maladroit d'attraper le bras de notre Rôdeur et de lui collet un gnon en pleine face de sa main directrice. L'instabilité due à l'état déjà fortement éméché du combattant enivré lui fait rater sa cible et glisser. C'est ainsi que dans un gros bruit, par chance sans dégâts pour le tripot, notre homme venait de frapper très violemment dans le pilier de bar. Et non, quand je parle d'un pilier de bar, je ne parle pas ici d'un alcoolique habitué des lieux, mais bien le pilier métallique du bar qui vibre un peu tandis que le loubard se tient la main en hurlant douloureusement.

Le Rôdeur va pour donner un coup-de-poing en plein visage au loubard en question, visant la mâchoire pour le sonner au maximum et le mettre hors course. Malheureusement, notre homme est pris de vitesse et le rate d'un cheveu dans son crochet, car le loubard est tiré bien malgré lui en arrière par un de ses collègues nettement moins éméché et souhaitant prendre le relais.

Ce loubard secondaire va donc porter un coup au ventre du Rôdeur qui se plie en deux, le souffle un peu coupé, car il ne s'attendait pas à une telle dextérité dans un lieu aussi proprement mal famé. Cela dit Arkos put répliquer rapidement d'un magnifique uppercut en plein dans le menton de son adversaire qui recula un peu dans la mêlée, bien sonné.

Pendant ce laps de temps de bagarre désordonnée, le barman ayant fini de ranger son comptoir en profite pour se diriger d'une manière très résolue vers Shiroi. Cet hurluberlu semble étrangement d'une autre trempe que les autres occupants de la taverne et c'est sans aucune crainte ni même aucune discrétion qu'il se dirige vers sa cible. Les coups fusent, les hommes les plus légers sont lancés sur les plus lourds tandis que ce curieux personnage avance d'un pas résolu vers sa cible occupée à se battre. Il ne semble pas esquiver les coups et pourtant n'a pas été touché une seule fois pour le moment comme si sa trajectoire avait été parfaitement maîtrisée pour aller du bar à sa cible.

Ce fut sans que personne ne puisse s'en rendre compte que notre barman chope le renard combatif par l'oreille avant de le tirer vers l'arrière comme le ferait un instituteur avec un mauvais élève perturbant la classe. Bien, avant qu'il le réalise, notre pauvre shiroi est assis sur un tabouret, un brin excentré du lieu de l'action principale et avec une compresse imbibée d'antiseptiques sur l'arcade ouverte et bien sûr un pansement posé par le barman pour tenir celle-ci afin qu'elle ne goûte pas de nouveau. Notre homme énervé répliqua même d'une voix autoritaire au renard blessé.

Barman : Ne bouges pas, que j'ai pas envie que tu mettes du sang partout. T'as une idée d'à quel point c'est pénible à retirer d'un parquet en bois ciré ce genre de taches ?

On ne connaît pas les capacités exacte de ce curieux barman, mais une chose est sure, si une bande de soûlards pareils font gaffe de rien salir et de rien casser, c'est sans doute pour une très bonne raison. Une légende serait même mentionnée comme quoi qu'il serait capable de domestiquer toute une armée simplement à grands coups de manches à balai sur le postérieur. Dans le même temps, la bagarre soignée et ordonnée faisait de plus en plus rage dans la taverne ou rien n'a encore été cassé. Le Rôdeur se défend contre ses assaillants comme il le peut tandis que tout le monde semble se battre avec tout le monde.

L'orc ayant fini sa besogne auprès du boucher du coin et devant "repasser plus tard, d'ici une petite heure" rentre et regarde l'intérieur de la pièce, ne sachant pas trop comment réagir devant tel spectacle. Notre Orc, bon parent resta un moment indécis avant de rentrer et de prendre une chaise en main pour aller la casser sur le dos d'un des agresseurs d'Arkos, histoire de les séparer de son compagnon d'armes. Soudainement trois piliers de bars et cette fois, je ne parle pas de la structure du bâtiment, mais bien des ivrognes habituellement postés au comptoir de celui-ci, s'interposent les mains en avant dans une posture non-agressive mais plutôt prévenante. Ils sommaient l'orc d'arrêter d'une bien drôle de manière tenant plus du conseil que de la menace.

Pilliers : non, ne déconne pas mec et pose cette chaise. Fait gaffe de ne pas l'abîmer, le mobilier coûte super cher et le barman ne va pas être d'accord. Et tu ne veux pas que le barman ne soit pas d'accord.

L'orc regarde autour de lui, hésitant et constatant que la bagarre ne fait pas couler le sang et qu'aucun mobilier n'est, ne serait-ce que legerement abimé. Le sol est parfaitement propre témoigné du soin apporté à ce tripot aussi bien par l'employé que par ses clients. Interloqué, l'orc pose son arme et s'assoie dessus. Et par arme, je parle de la chaise bien sûr, il serait douloureux de s'asseoir sur une hache, même pour un Orc. Finalement l'orc pose cette question qui le turlupine d'une voix sonore.

Ghorlorz : Mais ... qu'est-ce que vous foutez ?

L'orc entendit un bon gros "une bagarre de bar" partir de la masse enivrée devant lui avant qu'un de ses homologues raciaux ne le pousse de la chaise, range très soigneusement celle-ci et ne le provoque en duel dans un endroit ils ne risquent pas trop de casser quelque chose en se défoulant comme les autres semblent le faire.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 6 Sep - 17:17

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

Sans trop que je m’en aperçoive, je sentais alors une main, musclé et ferme, saisir mon oreille. Il était tellement rapide et efficace que je n’eu même pas le temps de réagir. Celle-ci se plia et tel un enfant que l’on punis me voilà assis sur une chaise avec le barman sec et froid qui me faisait la morale. Non pas que mon comportement gênait, mais la petite blessure qui m’avait été infliger, posais problème au propriétaire. Certes, je n’avais pas taché quoi que ce soit et avait pris soin de laisser le sang abîmé mes vêtements. D’une compresse, il nettoyait ma plaie avec délicatesse puis fixait un petit pansement. Au moins, moi qui ne voulais pas me battre, me voilà débarrassé de ses futiles embrouilles.

“Je ne souhaitais en aucun cas me battre, nous voulions simplement vous pauser une question, car, suite à la disparition d’un baron, nous voilà envoyé afin de le retrouver, car de nombreuse personne se questionne de ne pas l’avoir vue revenir. De jeunes garçons sont inquiets de devoir payer pour un homme dont il ne sont pas responsable d’une disparition soudaine et dont ils sont accusé”

J’avais pu lui en placer deux mots quant à son comportement froid et fermer qui ne nous avais que peut laisser le temps d’expliquer le pourquoi du comment nous en étions rendus à devoir lui demander des renseignement. À cet instant même, rentrât Ghorlorz qui s’emparât d’une chaise afin de menacer les imbéciles qui avaient commencer à nous agresser. Au vu de la réaction peureuse des soûlards à l’approche de l’Orc avec sa chaise, j’étais curieux de savoir ce dont était capable mon soigneur pour que toutes les personnes ici même prenne soin de ne pas abîmer ne serai ce que d’un brin la propriétaire du Barman.

Un autre Orc de la salle provoquais celui qui venais d’y entrer tandis que les autres avaient l’aire d’attendre une certaine approbation pour poursuivre le joyeux bordel qui nous était tombé dessus. C’était un peut comme si les clients n’attendaient qu’une bonne excuse pour pouvoir se fritter. Le problème, c’est que je n’avais aucune envie de participer à ses futiles barbaries et je comptais bien tirer les informations à l’homme encore face à moi avant que d’autres idiots viennent m’agresser pour le plaisir de frapper.

“Nous avons pris une consommation comme vous nous l’aviez dit, vous voulez quoi en échange des informations que nous vous demandions ?”

_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Jeu 6 Sep - 23:13
Le barman finissait de fixer son bandage sur l'arcane fraîchement soigné du kitsune étranger au hameau tandis qu'il entendait la requête du kistune blessé. Le vendeur de boissons alcoolisé fini par lâcher d'un ton mi énervé et mi-blasé à notre homme. Visiblement, il n'aimait pas les questions à répétition des trois étrangers dans son bar.

Barman : Il n'y a pas de barons ici. Vous faites fausse route.

Ce fut à ce moment que ce curieux énergumène vint à retirer la chaise ou était assis le kistune et à le rediriger de l'autre coté de son bar. Ce fut ainsi que le renard se retrouvait de nouveau en plein ou se trouvait la fameuse bagarre soignée qui bâtait son plein en cet instant précis. Les deux orcs se tapent dessus chacun leur tour, faisant un concours d'endurance à la douleur plus qu'autre chose et en émettant un râlement viril entre chaque coups. Des Orcs dans toute leur splendeur se battant dans toute leur splendeur en faisant attention de ne rien casser. Il faut dire qu'ils ne sont pas brillants et se ratent plus qu'ils ne se touchent. Cependant, Ghorlorz semble avoir l'avantage. Les loubards semblaient essayer de malmener le Rôdeur sans vraiment de succès au vu de leur précision quelque peu faussée par l'alcool et son agilité de soldat entraîné. Les deux jumelles serveuses elfiques semblaient garder une porte à l'étage, loin au-dessus de la mêlée du rez-de-chaussée et du risque de mauvais coup.

La porte gardée par les jumelles, au premier étage et accessible par un long escalier ouvragé, s'ouvrât d'un ton sec digne d'un claquement de porte et un homme bourru aux traits particulièrement distinctifs pour notre trio hurla à travers la pièce en contrebas.

??? : Non mais c'est pas bientôt fini ce bordel ? Il y en a qui bossent ici ! Charles ! On en est ou du plan pour récupérer l'argent ? Faut se bouger avant qu'il soit dépenser bordel !

Dans le coin où se trouvait jadis la carte et les haricots colorés, notre loubard de la bagarre précédente lança une phrase tandis qu'il y retournait réinstaller la table avec la carte en compagnie de ses sinistres acolytes.

Charles : On y travaille, Mr le maire. Désolé, on s'amusait un peu pendant la pause.
Maire : Très bien ! Vous trois, venez ici ! ... Et vous autres. Rangez-moi un peu tout ce bazar ! C'est un bar ici ou un bordel ?

Au vu des jumelles elfiques, on serait en droit de penser qu'il s'agit de la seconde solution, mais pourtant, il semblerait que notre homme pensait fermement qu'il s'agissait clairement de la première. Une fois, le trio désigné par le "maire", à savoir nos trois aventuriers, entrés dans ce qui aurait dut être, vu de l'extérieur, une chambre à pas cher de ce tripot. Notre trio pu constater qu'il s'agissait en réalité d'un bureau bien rangé.. Et très éclairé ! Un bureau fonctionnel avec ses meubles et ses étagères en bois, et même ses papiers classé d'une part et en bordel d'une autre. Un vrai bureau de fonctionnaire visiblement, mais ce qui étonnait dans ce bureau des Duchés du Sud fut l'absence totale de "luxe" inutile, comme des statuettes ou des décorations hors de prix en or massif comme nos acolytes en avaient vu dans la partie "noble" du manoir de la baronnie. L'homme s'assied derrière son bureau et déclare d'une voix calme et assurée.

Maire : Je suis le maire de ce petit hameau qui ne demande qu'à grandir comme vous l'avez sans doute deviné. Ce petit hameau est secret de la baronnie même s'il est sur ces terres. Ce qui fait qu'il n'est pas noyé d'impots en tout genre. Presque personne parmi les dirigeants de la baronnie n'est au courant. En fait, il n'y en a qu'un, moi.

L'homme se lève et tourne le dos à notre trio tout en regardant par la fenêtre de son hotel-bar-tripot bizarre. Il finit par dire à notre trio, jouant sur le coté dramatique de la mise en scène qu'il était en train de jouer, comme s'il était un acteur d'une pièce de théâtre particulièrement mal scriptée.

Maire : Je sais ce que vous allez dire. "Il est interdit de bâtir une ville sur les terres de la baronnie sans l'autorisation du baron". Et bien, disons que j'ai en quelque sorte cette autorisation puisque le baron....

Notre homme se retourne dans un effet théâtral toujours aussi et leur lance avec un grand sourire. Posant ses mains sur son bureau en une posture de domination qui n'a pas vraiment l'effet escompté.

Baron Adhémar : ... C'est moi. Monseigneur le Baron Julius Adhémar pour vous servir. Et je sais que c'est moi que vous êtes venu chercher. Sans doute une mission lancée par Mère ou par cet idiot d'Egordrill. Quel pot-de-colle cet elfe, je suis obligé de déblatérer des cochonneries toute la journée pour le faire partir.

L'homme devant notre trio, l'objet misérable de la quête du rôdeur, de l'orc et du kistune s'arrête dans ses mises en scène théâtrales et commence à faire les cent pas au travers de la pièce. On sent que, doucement, quelque chose est en train de l'énerver et notre Baron fini par lâcher d'un ton semi-courroucé.

Baron Adhémar : Et bien, j'imagine que je vous dois des explications après tout. Voyez-vous, je suis parti pour essayer de gérer ma baronnie autrement et loin de sa dirigeante n'ayant plus toute sa tête, ma mère. Dur de gérer quoique ce soit correctement avec mère dans le coin. Vous avez vu l'état de la baronnie ? Les villages croulent sous les impôts que j'amende et qu'elle réhabilite à tour de bras. Ils n'ont pas de quoi se développer derrière et s'embourbent dans un état de décrépitude désolant avec le temps. Non mais vous imaginez ? J'annule des impôts pour que les petites gens se développent et elle prend mes soldats pour quand même aller les collecter et oblige MON scribe a les réhabiliter et même les augmenter.

L'homme fait maintenant les cent pas à travers la pièce d'une manière bien visiblement énervée. Il semblerait qu'il y ait quelques soucis personnels derrière tout ceci.

Baron Adhémar : Vous savez, c'est quoi sa dernière lubie ? Un plan de travail entièrement en émeraude ... Et pour sa coiffeuse en plus ! Non mais elle m'a prit pour qui ? Le Duc De Fortuna ? Je suis un baron d'une petite baronnie, je n'ai pas les moyens ni l'envie de faire un plan de travail taillé dans une émeraude qui coûterait plus chère que mon manoir. Vous savez ce qu'elle a fait quand j'ai refusé ? Elle a piqué le budget pour les écuries et doublé les taxes sur les villages avoisinants avec paiement immédiat pour avoir les fonds. Non mais vous avez vu la gueule de mes écuries ? Mes chevaux vivent dans le purin et mangent les stocks restant de l'hiver dernier qu'on devait jeter et on n'a même pas de quoi leur acheter de quoi passer l'hiver qui arrive.

Le Baron reprend ses esprits et souffle un peu. Visiblement, les choses ne sont pas simples à gérer par ici et après quelques instants le baron Adhémar fini par dire à notre trio surprise.

Baron Adhémar : surtout, ne lui parlez pas de ce hameau, elle va le transformer en fosse à purin ambulante et y pomper jusqu'à la moindre pièce de zinc pour ses folies de grandeur luxueuses. Je me suis arrangé pour disparaître de sa vue et une lettre est en cours vers le duché de Vinche. Je n'y retournerais pas avant qu'elle soit démise de ses fonctions. En attendant, je fais prospérer ce hameau autant que je peux et j'y mettrais mon fief une fois la baronnie reprise en main.

Le baron avait sans doute une manière bizarre de procéder et essayait peut-être d'avoir de bonnes intentions, mais Arkos reprit calmement, réunissant les faits et fini par lâcher au baron au vu de ce qu'il pouvait constater rien que dans ce bar.

Arkos : Donc votre mère détruit la baronnie et vous attendez ici que le duc de Vinche la destitue. Ok. Donc pendant que vos gens souffrent vous êtes bien planqué dans un hameau secret de votre que vous faites prospérer avec du grand banditisme et de la prostitution pendant que de pauvres gosses paient vos pots cassés ? En quoi vous valez mieux qu'elle ?
Baron Adhémar : Grand banditisme ? Prostitution ?

Il est évident que notre Rôdeur fait allusions aux elfettes bien habillées et aux loubards organisant un casse à la vue de tous dans le bar. Le baron réfléchit un temps, réalisant les sous-entendus du Rôdeur et fini par crier après s'être approché de la porte toujours ouverte.

Baron Adhémar : Marcel ! Charles ! Les filles ! Ramenez vos fesses ici !

Les jumelles et le loubard, suivit de ses deux complices, montent en courant dans les escaliers pour entrer dans cette chambre/bureau tandis que le barman les monte tranquillement, sans se presser. Visiblement, ce larron ne craignait pas notre baron plus que ça. Baron pour le moins étrange et qui finit par lâcher à l'assemblée devant lui

Adhémar : Les filles, votre mission ici c'est ?
Les jumelles : On essaie de convaincre gentillement les clients de prendre des bouteilles plutôt que des verres.

Adhémar : ça inclue d'écarter les cuisses ?
Les jumelles : Berk non. On n'est pas des catins nous. Puis de toute façon, le marcel doit dégager tout ceux qui tenteraient de nous toucher non ?
Adhémar : Charles ?.
Charles : Bah... On organise un casse
Adhémar : Tu peux être plus précis ?
Charles : Bah on doit récupérer l'argent des impôts dans les coffres de la baronnie pour les rendre aux villages. Ah moins que ça ai changer ? Les gars ça a changer ? Mr le maire, ça a changé ?

Charles semblait agiter devant ses dires et très peu sur de lui, cherchant l'approbation de quelqu'un, de préférence un supérieur hiérarchique à tout prit. Le baron fermait les yeux, dépité par son incompétence et fini par lui donner de quoi se rassurer.

Adhémar : Non Charles, ça n'a pas changé. Vous pouvez retourner à votre travail. Vous voyez ? Pas de proxénétisme ici et ces hommes sont littéralement payés par moi-même pour me voler mon propre argent. Rien d'illégal en sommes.

Ce fut à ce moment que le barman choisi de faire irruption dans la chambre, lançant un simple mot à l'assemblée montrant tout son intérêt pour la conversation et les gens présent pour tenir celle-ci dans cette petite pièce loin de son bar.

Marcel : Quoi ?
Adhémar : Tu fais quoi comme boulot ici ?
Marcel : Je tiens le bar, ça se voit pas ? Et en prime, je dégage à grand coup de balai dans le cul tout ceux qui viendraient semer du trouble dans mon hameau.

Le baron Adhémar, fait signe au barman goûtant fort peu sa présence de disposer et de retourner derrière son bar. Cet hurluberlu fini par lancer à notre trio resté ici. Le Baron se permet même le luxe de se rasseoir derrière son bureau, mi-souriant et lançant à l'équipée.

Adhémar : Alors rassuré ?

Ce fut Ghorloz qui répondit, posant ses deux poings fermement fermés sur la table et dominant totalement de sa masse le baron devant lui. Ghorlorz imitait la pose que le baron avait théâtralisée plus tôt et le résultat était très diffèrent. Il semblerait que notre orc soit particulièrement énervé et le baron.... Très intimidé.

Ghorlorz : Non. Et les gosses qui paient les pots cassés pour vos conneries ? Votre mère à menacer de leur couper les orteils si on ne vous ramène pas.
Adhémar : ..... Oui, certes, cette vieille bique en serait capable en plus.... C'est qu'elle a plus toute sa tête vous voyez. Vous voulez faire quoi ? Si j'y retourne elle va saigner le hameau à blanc et reprendre l'exsanguination financière de la baronnie.

Une question se pose en effet. Une question de haute morale en plus. Allons-nous dénoncer le baron et condamner ce charmant petit hameau prospérant à être saigné à blanc, et ce, jusqu'à ce que la baronnie soit destituée ? Où abandonner ce pauvre petit Igor et le triste sort de ses orteils pour protéger ce hameau de la folie de la baronne ? À moins qu'une troisième option soit envisageable comme de cacher Igor dans ce petit hameau secret.

Jet de dé pour la bagarre de la taverne:
 

le baron adhémar : https://image.noelshack.com/fichiers/2018/36/4/1536267380-483518adhemar3.jpg
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Mar 11 Sep - 10:52

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

J’admirais la scène avec recul tandis qu’un homme nous faisait part de son spectacle raté. Une mise en scène à mourir et un dénouement des plus inattendus. Cet homme insupportable avait tout ce petit hameau a sa charge derrière le dos de sa mère tel un enfant pourris gâter, mais animé de brave intention. Dans les faits, il voulait acquérir l’aide de la duchesse de Vinche afin de mettre fin à l’horreur que nous avions nous-même pus constaté pendant notre enquête. Il y avait d’un coté le fait qu’il était loin d’être un pervers fou et irresponsable. Mais de l’autre, il avait laissé à l’abandon son poste pour avoir une petite vie sympathique dans ce hameau ou il était le roi favorisant se groupe d’individus délaissant alors le reste de la contré dont il était responsable avec sa mère. Sans compter évidemment les jeunes garçons dont Igore qui était accuser de quelque chose qu’il n’avait pas fait au final.


Ghorlorz aussi était intervenue, dans la discutions afin de souligner les dernier fait important. Le baron se débarrassa de la question qu’il trouvait futile et une décision devait être prise par notre groupe sans plus tarder. Je n’avais pas encore donné un quelconque avis et avais suivi tout cela d’une oreille attentive me laissant le temps d’analyser la situation pour espérer y résoudre au mieux.

“Que ce soit bien claire, la baronne, votre mère, ne vous laisseras pas disparut. Si nous rentrons bredouille, soyer sur qu'elle embauchera quelqu’un pour vous retrouver. À ce stade vous risquer de faire découvrir ce petit village aussi bien que nous l’avons trouvé.”

En effet, il ne fallait pas oublier que nous n’étions pas les seuls mercenaires d’Orzian et d’autre moins scrupuleux n’aurais pas hésiter à prendre le baron sous le bras… Enfin façon de parler, et de la ramener vite fait à la baronnie sans états d’âme pour les habitant caché ou autre. L’argent de la récompense ne tombe pas toute seul. Comprenez bien qu’un objectif non rempli ne mérite pas salaire et à ce stade nous aurions travaillé pour des queues de prune. Pas que l’argent manquerait, mais dans mon cas , sans savoir pour celui de Ghorlorz et de Arkos, si je rentrais la queue que je n’ai pas entre les jambes face à Osami qui m’envoie pour ma première mission en son nom, comprenez bien que cela n’irait clairement pas dans mon sens.

“Vous avez des responsabilité envers tout votre peuple et pas seulement envers ce petit hameau ou vous vous réfugiez. Il serait donc de bon ton d’assumer un peut ce qui vous incombe et supporter le malheur que porte votre mère, au même titre que les braves gens qui comptent sur vous et vive dans la misère”

Oui, c’était un fait. Les braves gens qui s’éreintent pour la baronne seraient bien déçus de voir leur baron sauveur en train de ce prélassé dans un coin tranquille, même si c’était pour soit disant la bonne cause. Quand on veut aider le palefrenier, on met les mains à la pâte, on ne le regarde pas de son château en lui jetant des pièces ! Il fallait donc assumer un peut et se montrer fort pour le reste du peuple toujours en souffrance.

“ Rien ne vous oblige à revenir en disant que vous étiez ici, vous allez rentrer auprès de votre mère ! Nous traverserons les bois et vous ferrez l’effort de vous souiller un peut. Ainsi, nous dirons, afin que vous payer un peut pour toute cette histoire que nous avons du monter pour vous, que vous étiez pourchasser par un sanglier et que vous vous étiez cacher dans la forêt sans savoir comment en sortir.”

La première partie était avancée, mais pour bien faire, il ne fallait pas s’arrêter là. De plus, j’avais besoin de l’avis consenti de mes compagnons de mission afin de mener à bien ce pourquoi nous avions été envoyer. Certes, il avait prévenu la duchesse, mais cela n’avait peut-être pas suffis. Nous avions pu constater la déchéance de cette baronnie et nous devions faire avancer les choses, car si je donnais ma parole, il fallait la tenir.

“ Une fois votre retour dans la baronnie, nous contacterons à notre tour les hauts gradés de Vinche, vos responsables. Insistant sur l’urgence actuelle des choses pour ainsi mettre fin aux activités démesurée de votre mère. Vous tiendrez bon jusqu’à leurs interventions. Vous montrerez un peu plus de courage à votre peuple qui aura la vie un peut plus simple si vous leur montrez un peu de soutien.”

Vous montrerez un peu plus de courage à votre peuple qui aura la vie un peut plus simple si vous leur montrez un peu de soutien.

“ Cela vous semble être une bonne idée ?”

Maintenant, il fallait définir le contacte que l’on allait établir, et cela, entre nous trois. Savoir si je devais en faire part à Osami afin qu’elle mène une rencontre auprès de Vinche ou si nous nous chargions à nous trois d’aller tenir compte à la duchesse de ce qui se trame dans ses terres. Un message pourrait être envoyé via l’oiseau que j’avais acquis par la renarde, sans être obligé de se rendre sur place, pourrait être aussi une solution et peut être même par ailleurs plus rapide. Je m’adressais à nouveau à Adhèmar.

“Il est évident qu’une fois sur place, je veux que vous renvoyer votre page chez lui et qu’il emmène Igore avec lui, loin de votre baronnie néfaste pour leur apprentissage de la vie.”


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Mer 12 Sep - 14:24
Après le long laïus théâtralisé du baron, entrecoupé par les réflexions moins théâtralisées de notre Rôdeur, et plus, intimidante de notre Orc, ce fut au tour de notre kitsune de donner son point de vue et celui-ci n'est pas à l'avantage du baron non plus. Le Renard marquait un point dans ses propos en indiquant que s'ils rentraient sans lui, sa mère enverrait d'autres mercenaires pour venir le cueillir et que la possibilité qu'ils soient plus accès sur l'argent et moins sur la morale que notre trio est particulièrement présente dans les Duchés du Sud.

Silencieux, le baron ne savait pas quoi répondre à cette affirmation pour le moins évidente. Cependant le kistune habituellement peu bavard continuait son laïus bien à lui, histoire de faire une leçon de morale au baron, selon son point de vue actuel sur les évènements. Le baron réplique à cette leçon de morale, visiblement en partie vexée dans son orgueil, mais aussi quelque peu courroucé par l'idée de cette désagréable sensation qu'est la proximité avec sa mère et ses inepties de folie des grandeurs.

Adhémar : Je n'ai aucune responsabilité auprès de notre peuple au sein de cette baronnie. La Baronne est la teneur du titre et unique exécutrice. Je tente régulièrement de jouer de mon titre pour mener des actions, mais elle me refuse publiquement toute responsabilité. C'est pour cela que je suis parti, je ne voulais pas voir la baronnie sombrer et tenter de sauver nos terres dans son dos.
Suite à la réponse du baron, s'en est suivit un autre discours de Shiroï pour sauver les apparences de celui-ci et sauver ce petit hameau nouvellement créé et épargné des foudres financières de la baronnie. Le Rôdeur eu du mal à garder son sérieux en imaginant ce porc humain se rouler dans la boue pour faire croire à une vie en forêt de plusieurs jours, mais ajouta d'un ton rigolard, mais d'une intonation sérieuse juste avant que le baron reprenne d'un air épouvanté à l'idée de se rouler au sol.

Arkos : Hey! Ce n'est pas parce qu'il a passé quelques jours dans une forêt qu'il doit être cradingue. J'y vis toute l'année en forêt et je suis pas couvert de boue."
Adhémar : mais, je ne peux pas rester à la Baronnie, j'ai du travail ici ! Et c'est très .... Sale !

Il va de soi que le Rôdeur trouvait la solution un brin cocasse, mais aussi un soupçon insultant. Le baron, lui en était épouvanté. Notre Kitsune d'habitude si calme reprenait ainsi son laïus étonnamment long pour un homme qui avait pour habitude d'aller à l'essentiel. Shiroi exposait son avis sur la Baronnie et sur le rapport qu'il allait émettre au duc de Vinche. Visiblement, le Rôdeur et le Kitsune étaient raccord quant au rapport qu'il fallait émettre, mais le baron mettait un point en évidence sur le discours du renard. Les choses seraient un peu plus compliquées que cela et de plus, cela annulerait une opération qu'il est en train de mettre en place pour les bienfaits des terres de la baronnie et la mauvaise publicité de la baronne.

Adhémar : vous n'avez pas écouté tout à l'heure ? Cela fait des années que je me fais couper l'herbe sous le pied. Quoique je mette en place, mère le défait si cela coûte de l'argent ou n'en rapporte pas directement dans ses caisses. Pour ça que nous voulions prendre le contenu de ses caisses pour le redistribuer aux villages. Que ces pauvres gens ai de nouveau de quoi manger et payer l'impôt qui viendra derrière. Si je pars maintenant, cette opération ne verra jamais le jour et le prochain impôt va encore appauvrir dangereusement les villages.

Finalement, le baron répondit à la dernière question du kitsune. Encore qu'il ne s'agissait pas d'une question, mais d'une requête posée sous la forme d'un ordre direct à laquelle le baron n'avait pas son mot à dire.
Adhémar : Pour cela aussi, ça dépend de Mère. Je n'ai pas non plus eu mon mot à dire quant à savoir s'il devait être dans mes pâtes ou celles de mes frères.


Finalement, le Baron soupira et lança une dernière requête au groupe. Il en allait de la santé financière de la baronnie après tout.
Adhémar : écoutez, je viendrais avec vous une fois qu'on aura redistribué l'argent de la baronnie aux villages. Il ne va me falloir qu'un jour de plus pour tout parfaire.

Bien sûr, nos hommes avaient toujours la possibilité d'user la force pour par exemple fourrer le baron dans un sac et de le livrer de force à la baronne ce qui ferait sans doute plaisir à l'orc qui goûtait fort peu sa présence. Ils pouvaient aussi attendre une journée pour laisser au baron l'occasion de faire sa bonne action qui reste malgré tout un cambriolage. Notre trio pouvait également se la jouer les robins des bois aux grands cœurs et aider le baron dans son entreprise avant de le rendre à la baronne.

_________________

Achroma & Méhényt.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Ven 14 Sep - 9:55

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

Piquer au vif Adhémar rétorquas qu’il n’était pas responsable de la baronnie et que sa mère ne le rendais pas public. De son point de vue actuelle il en était cas. Mais vue de l’extérieur les braves gens, visiblement, le connaisse et savent qui tente d’être le bienfaiteur pour les aider. Sans compter se petit hameau ou les gens éprouve une confiance aveugle envers lui. J’appelle cela, ce voilé la face et c’est pourquoi ce n’est pas un argument valable par rapport à mes dires. Il devra retourner las bas et se comporter comme il le faisait jusqu’à présent. La suite de mes paroles fit réagir Arkos cette fois-ci, qui, d’un ton à moitié sérieux. Sans doute, avait-il imaginé ce gros porc se rouler par terre pour se souiller, et j’avouerais que moi aussi cela me ferais plaisir, mais avec un peut plus de sérieux, je m’adressais au baron.

“Quand je parle de souiller, je parle de vos genoux et vos chaussures…”

Le petit suspens que j’avais laissé dans ma phrase fut soutenu par un petit regard et un sourire malicieux en toute discrétion en direction de Arkos qui je l’espérais aurais imaginer la même chose que moi et lui aurais permis de comprendre que je n’imaginais pas cela de lui, très loin de là. Sans compter, si l’on analyse correctement les faits, Un gros baron habituer à vivre dans la luxe et visiblement dans la propreté, aux vues de son dégoût à se sallir, et un homme habituer à vivre et évoluer en foret , il n’y avait pas photo quant à savoir à quoi ressemblerais l’un et l’autre à la fin d’un grand moment coincer au milieu des feuille des arbres des animaux et de la terre humide. Je pense qu’en cela Arkos avait très bien compris ma réflexion.

Malgré tout le baron repris de plus belle, visiblement pas décidé à écouter ce que j’avais à lui dire. J’avais la, bien compris qu’il aménageait un plan afin de rendre l’argent au pauvre, mais si c’est pour que comme toute les autres fois, sa mère dépêche des impôts afin de tout récupérer se serait comme offrir un cadeau à un enfant le laisse le déballer puis lui reprendre des mains. Au moins ce qu’il risquait le plus de créer avec un tel comportement et un peuple sur les dents, sa serait une révolte qui s’étendrait juquau beau et grand château de la baronne. En soit un mal pour un bien. Visiblement, il n’allait pas vraiment être utile à la baronnie, mais cela n’enlevais pas le fait qu’il allait devoir tout de même y retourner, et autant que cela soit fait dans les meilleures conditions. Le baron fit une dernière requête implorant alors un jour de plus pour finir sont plan. Je poussais un soupire levant les yeux au ciel las de ses missions qui me mettait toujours des bâtons dans les roues. Ma bonne âme me perdra un jour.

“Très bien... Finissez d'établir votre plan, mais je ne vous laisse pas une journée, mettez les bouchés doubles, nous vous ramenons demain matin à l’aube, pas plus tard cela vous laisse la nuit pour tout finir, vous dormirez plus tard, nous ne sommes pas là pour vous regarder vous reposer, de plus nous voulons une prime, car le fait de vous attendre le temps que vous mettiez en place votre plan ne faisait pas partie du contrat que nous avions passez avec votre mère.”

Il nous fallait bien un dédommagement au bas mot. Et puis en jouant sur les deux tableaux, nous ne perdions pas totalement notre temps. Je regardais Arkos et Ghorlorz puis leur adressais la parole.

“Nous le ramenons demain matin, et nous reviendrons aider à la mise en place de son plan… Qu’en dites-vous ?”



_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Sam 15 Sep - 8:15
Sérieux dans ses paroles, le kitsune shiroï avait précisé qu'il ne s'agissait que des chaussures luxueuses et des genoux du baron qui devraient être couvert de boue et des différentes salissures peut engageante qu'on peut trouver dans les sous-bois. Un souci de crédibilité pour faire croire que l'oisif Adhémar avait passé ces quelques jours à la belle étoile et non pas au sec et au chaud dans une belle chambre d'un hameau épargné par la folie des grandeurs de la Baronne. Cependant, le sourire en coin du Kitsune laissait indiqué qu'il avait eut la même image mentale que le Rôdeur. Image mentale déridant d'un cochon Adhémar pataugeant dans la boue avec peau rosée et les divers *grouik* porcins assorties. Il est vrai qu'Adhémar et Arkos n'avaient pas la même expérience des milieux forestiers et ne s'en sortiraient sans doute pas de la même manière ni avec la même ... Propreté.

Cet intermède mit à part, Arkos et Ghorlorz écoutaient Shiroï répondre au laïus du bourgeois persuadé d'agir pour la bonne cause en s'improvisant comme un robin des bois. Mais le fait qu'il a monté les yeux au ciel indique une certaine lassitude de la part du kitsune, mais ces propos, bien que sur un bon fond, indiquait une mentalité plus "duchéenne" bien qu'il n'en soit pas originaire. Une attitude qui lui aurait valu les foudres de ses supérieurs s'il avait fait parti du Stolenmark. En effet, il avait accepté d'aider la veuve et l'orphelin... Si on y mettait réellement le prix. Une prime, car le contrat passé avec le bourreau ne correspond pas au travail que propose la victime qui souhaite aider ses terres avant de retourner à sa geôle.

Cependant, l'idée sur la marche à suivre n'était pas mauvaise et préparer cette nuit le "casse" de demain soir était une bonne idée, surtout si nous ramenions le baron demain matin ce qui inclus une personne insoupçonnable sur place pour aider les troupes à s'infiltrer la nuit ou l'opération se lancera. Shiroï nous demanda cependant notre avis sur sa question, chose à laquelle Ghorlorz répondit sur le point de vue financier et Arkos sur le point de vue logistique.

Ghorlorz : Tu veux une prime, qu'il est libre de refuser. Nous avons déjà une prime pour la mission de la Baronne et notre salaire habituel pour notre travail habituel. Et celui-ci est tout simplement d'aider les personnes dans le besoin comme c'est visiblement le cas ici. Personnellement, je ne suis pas spécialement pressé d'exiger les quelques pièces qui pourraient leur servir à acheter à manger à leurs gosses.
Arkos : Sinon, sur un plan plus stratégique, au-delà de la valeur morale. Il vaut mieux préparer le plan avec le Baron cette nuit et ensuite le ramener à la Baronne. Une fois de retour au hameau, nous allons envoyer des missives au duché de Vinche et attendre la nuit pour effectuer cette mission supplémentaire. Nous aurons ainsi un allié dans les murs pour nous faire rentrer et ressortir sans être vue. Le temps qu'elle se rende compte de ce qui se passe, la baronne n'aura pas le temps de s'organiser pour récupérer son nouvel impôt avant que nos messages n'arrivent au duché dont ils dépendent.

Un plan simple, logique et efficace. Allant dans le sens de ce que disait Shiroï en plus détaillé. Et le fait de tripler la missive en la faisait venir de trois entités différentes devraient appuyer les dires du baron sur l'état de la baronnie auprès du duché de Vinche. Quoiqu'il en soit, le baron soupira, indiquant de cette manière à quel point, il n'avait pas envie de retourner dans le château de la baronne. Dégageant la place sur son bureau, le baron Adhémar fini par héler ses hommes d'un air lassé, mais consentant.

Adhémar : Charles ! Ramène ta fraise et le plan ici.
Charles : Tout de suite monsieur le Maire.

Le mercenaire grimpa les marches de l'escalier quatre par carte, les plans et cartes du château dans la main avant de les poser sur le bureau dégagé pour les accueillir. Le plan fut ainsi réfléchi et discuté avec minutie. Un plan ficelé dans les moindres détails pour s'assurer que nos apprentis robins des bois arrivent à leurs fins, mais aussi tout un stratagème pour s'assurer que l'argent retourne bien là où il devait aller. Peut-être, vous demandez-vous quel est ce plan ? Et bien vous le saurez, mais dans une autre histoire. Pour le moment, la nuit était bien avancée et il fallait se reposer un peu, le baron étant à raccompagner auprès de la baronne.

La nuit fut calme bien que le baron sous surveillance et le matin pointa son office assez rapidement. Ce fut après les préparatifs d'usages que notre équipée se mit en route non sans avoir récupéré l'argent du tanneur et du boucher et l'avoir partagé en trois. Le baron au préalablement salit montait sur son cheval, mais sa bribe était tenue par l'Orc. Il ne faudrait pas que cet hurluberlu ait dans l'idée de les semer au grand galop après tout. Le voyage du retour se fit sans histoires et sans les aléas de l'aller et le château de la baronnie, avec ses écuries puantes, ses quartiers délabrés pour les petites gens et les appartements luxueux pour les bourgeois y vivant, fit bientôt son apparition devant notre quatuor. Rapidement, les soldats en faction purent reconnaître le baron et ouvrirent les portes en grandes pompes. Ils furent conduits immédiatement à la baronne qui les attendait avec impatience, fulminante et une lettre à la main. Adhémar pâlit quelque peu en voyant la lettre dans les mains de sa maternelle.

Baronne : Et bien c'est pas trop tôt ! Devinez ce que mes espions ont intercepté comme courrier juste avant ta disparition ? Une belle lettre bien écrite à l'attention des duchés de Vinche... Ainsi, on essaie de doubler sa propre mère ? Soldats accompagnez donc le baron Adhémar dans ses quartiers. Ceux du sous-sol qu'on appelle plus communément des geôles. Et assurez-vous qu'il n'en sorte pas.

Se tournant vers notre trio tandis que les soldats empoignaient le baron pour l'emmener, la baronne prit les devant et s'expliqua d'un air condescendant.

Baronne : Désolée que vous ayez eut à subir ce petit différent familial. Mon fils est persuadé que je ne suis plus apte à diriger ma baronnie et veut prendre ma place alors qu'il n'arrive même pas à gérer efficacement trois paysans. Quinze jours au pain sec et à l'eau devraient lui mettre du plomb dans la tête et lui apprendre à relativiser un peu. Allez voir mon intendant, il vous donnera votre prime pour votre travail. Disposez.

La baronne tourne les talons et retourne à ses activités en ignorant notre trio, toujours aussi bouchée et insupportablement hautaine. Cela dit cette mission est officiellement un succès puisque le baron a été retrouvé, mais pour la mission secondaire acceptée par notre trio, il va falloir revoir le plan pour y inclure une nouvelle méthode pour pénétrer le château et libérer le baron des geôles au passage. Il va falloir aussi renvoyer les lettres au duché de Vinche et s'assurer qu'ils les reçoivent ce coup-ci. Les choses se corsent, on dirait bien.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Eïlynsterien
Rang social: Petit officier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 163
Date d'inscription : 01/07/2018
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête] Mer 19 Sep - 17:36

Le Baron Disparu - Quête
ARKOS & SHIROI

Gorlorz n’était visiblement, clairement pas du même avis que moi à propos de ce gain d’argent supplémentaire, mais il fallait bien comprendre que je n’avais pas les mêmes motivations que les deux hommes. Certes, désormais, j’étais payé tous les mois, mais il n’y a que peut de temps. Auparavant, je ne touchais mon salaire que par les missions que je réalisais ce qui me fit comprendre qu’eux, devait certainement faire partie d’une compagnie qui visiblement avait le codeur sur la main.

Tout cela était bien loin de ce que je pouvais bien penser, je trouvais le gros Adhémar répugnant et en cela, je ne parlais pas que d’un physique disgracieux qui prouvais son bon vivre, mais bien justement ce bon vivre qu’il exposait sans trop de soucis. La faim ne devait pas être son problème principal et en cela, il nous l’avait déjà bien prouvé. Si eux ne voulaient pas un peut plus, qu’ils ne le prennent pas. Pour ma part, je rendais un tout autre service qui certes était bénéfique pour le peuple innocent et tyrannisé, mais je rendais aussi service à cet homme qui n’avait rien à envier à qui que cela soit. Arkos en soit avait raison, si nous les aidions nous aurions vue sur le plan à établir pour mener une action contre cette baronnie et les points qu’il avançait avait clairement un intérêt.

La nuit suivra donc son cours organisait intelligemment la suite des évènements. Le baron ne fit que quelques manières au petit matin quand nous devions partir. Nous étions allées retirer l’argent pour la vente de la carcasse du gros sanglier tué la veille. La route en soit fut rapide et efficace et surtout sans embûche notable. Le plus dur était à venir. Une fois arriver à la baronnie la baronne nous fit part de plusieurs nouvel qui allait clairement nous handicaper. Adhémar en geôles, il n’y avait plus personne pour nous ouvrir. La vielle bique quant à elle nous confiant sans garde que de nombreux espion filtrais les messages qui pouvaient bien parvenir jusqu’au duché référent. Cela prouvait bien qu’elle avait quelque chose à se reprocher ou du moins à craindre de la dénonciation à ses supérieures.

Nous allions donc dans un grand silence chercher notre dû auprès de l’intendant qui, heureusement, tenue sa promesse. Nous voici donc face à notre mission secondaire avec une partie du plan amputé. J’avais déjà idée de ce que nous pouvions faire pour réaliser tout de même avec brio notre petite escapade nocturne à l’intérieur de la baronnie, mais pour cela, il allait falloir m’organiser loin des murs et des espions de la dame afin que nous puissions mener à bien la suite de ce que nous devions accomplir. Nous entamerons bientôt notre nouvelle mission, dans notre nouveau groupe de collaboration, Ghorlorz l’orc qui défonce les portes, Arkos l’homme pisteur et archer et moi-même sabreur Ikhyldien.


_________________

Merci Méhé !
Informations:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 382
Date d'inscription : 23/06/2018
Localisation : Sur les routes en quête d'aventure
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le baron disparu [quête]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Le baron disparu [quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» BEAUMINON CHAT MALE DISPARU GARD (30)
» Le trésor disparu de Roc'h Braz en Brasparts
» Kiki a disparu!
» Arrivée du baron de chaumont
» Pokemon disparu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: