Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Valandir Arandan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Fiches d'évolutions des personnages
MessageSujet: Valandir Arandan Dim 11 Mar - 17:47

Valandir Arandan : Chef d'un culte

Identité


Nationalité : Résidant des Duchés du Sud
Race : Elfe
Nom : Arandan
Prénom : Valandir
Surnom : l'Ange de la Mort, le Nécromancien, le Fou, l'hérétique.
Sexe : Masculin
Date de naissance : 1795 de l'âge d'acier
Age : 205 ans
Lieu de naissance :Empire Ikhyldien
Lieu de vie lors de votre entrée en jeu : Duchés du Sud
Rang social : Bourgeois
Métier/Position dans la société : Ancien juge dans l'empire d'Ikkyld. Il est à présent le leader d'une société auto-financée "L'ordre des Immortels" qui cherche à vaincre la mort et à offrir la jeunesse et la beauté éternelles à tous.

Titre : L'elfe Lunaire, en référence à sa chevelure d'une blancheur opalescente qui rappelle la froide beauté de l'astre de la nuit (connu) ici.


Armes et équipement :


Armure et armes en votre possession lors de votre entrée en jeu :

- Tunique de mage (enchantement: beauté surnaturelle): La tenue de l'elfe est d'une blancheur lactescente, nimbée d'un halo luminescent et d'une très grande douceur. Elle frappe ses interlocuteurs par sa beauté irréelle et évanescente.
- Bâton de mage (enchantement offensif: pétrification): un bâton en bois précieux d'un blanc nacré et incrusté d'or et de pierreries d'un bleu profond.

Armes: animaux domptés:
1) Chouette de guerre: Une chouette blanche appelée Athéna et dont les serres sont recouvertes de griffes métalliques en argent.  
2) Renard de guerre: Kairos, un jeune renard que Valandir a sauvé d'un piège de braconnier dans les Duchés du sud et qui depuis lui est demeuré fidèle.

Autres équipements

- Ensemble de voyageur: Une tenue de voyageur, composée de vêtements confortables, souvent de couleur sombre afin de mieux se fondre dans le décor et d'une longue cape munie d'une épaisse capuche. Valandir possède un ensemble d'hiver en matières plus chaudes et un d'été en tissu léger.
- Ensemble de courtisan: Magnifiques vêtements de courtisan réalisés dans les étoffes les plus précieuses, généralement dans des teintes claires, blanches ou argentées.

Autres objets:
- Une bague (enchantement bouclier) Une bague en or sertie d'un saphir qu'il porte à l'annulaire et qui lui vient de sa défunte mère.  
- Un collier (enchantement lien d'âme) Un pendentif en or en forme de cœur qui contient à l'intérieur son portrait et celui de sa jumelle Kementari.
- Des instruments de musiques: une harpe, un violon, une flûte ou une mandoline.
- Un matériel de peinture: toiles vierges, pinceaux et tubes de couleurs.



Caractéristiques :




Magie : (Description ici.)

Potentiel : Immense

Feu : Inapte
Eau : Inapte
Vent : Inapte
Terre : Inapte
Lumière : Prodige
Ténèbres : Inapte
Invocation : Inapte
Nécromancienne : Légende
Transformiste : Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Prodige
Contrôle de soi : Maitre
L'intelligence : Prodige
La perception : Confirmé
Le charisme : Maitre
Technologie : Inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Débutant (-1 de malus racial)
Agilité : Champion (+2 de bonus racial)
Vivacité : Champion (+1 de bonus racial)
Résistance physique : Adepte (-1 de malus racial)
Résistance magique : Adepte
Vitalité : Adepte (-1 de malus racial)
Beauté : Maître (+2 de bonus racial)
Discrétion : Champion

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Inapte
Armes lourdes : Confirmé
Armes d'hast : Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense : Inapte
Armes de lancer/fouet : Inapte
Arc/arbalète : Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Inapte
Armes à feu :Inapte
Equitation : Inapte
Domptage :champion
Conduite : Inapte

Si dragon

Combat dans les airs : Non concerné
Combat sur la terre ferme : Non concerné


Description de votre personnage :


Description physique :


Valandir a hérité de cette grâce surnaturelle propre au peuple Elfique et possède, même selon leurs standards élevés, une beauté irréelle, fragile et éthérée. Son visage aux traits exquis arbore une carnation diaphane, et sa peau douce et veloutée semble une invitation aux caresses pleines de tendresse. Encadrant ce charmant minois, une longue chevelure de soie, d’une blancheur lactescente s’écoule, telle un fleuve vaporeux, le long de son corps. Lors d’une première rencontre, on est frappé par l’aura de douceur quasi angélique qui émane de cet être et qui suscite l’envie de lui accorder sa confiance en raison de son charisme ou de le protéger à cause de la fragilité qu’il laisse entrevoir derrière son masque d’albâtre.

Le jeune elfe porte sur le monde qui l’entoure un regard contemplatif, à la fois empreint de sérénité et d’une indicible mélancolie. Ses prunelles claires ressemblent à deux lacs insondables derrière lequel se dissimule le profond mystère de son âme, aussi évanescente et insaisissable que les bribes d’un songe.

Quels secrets dissimule-t-il derrière ses mires, à la teinte changeante, et pouvant revêtir au gré de ses sentiments la couleur d’un ciel d’été, le bleu moiré d’une nuit d’hiver ou l’émeraude des forêts vierges ? Ses lippes aux contours sensuels évoquent le rose nacré des pétales de rose et donne envie d’y disposer des baisers enflammés, à moins qu’elles n’esquissent un sourire énigmatique ou amusé.

Quant à sa manière de s'exprimer, l'elfe préfère user d'un ton mesuré, ne prononçant jamais un mot plus haut que l'autre, aussi bien quand sa voix suave se fait aussi caressante qu'une brise de printemps ou devenir aussi acérée qu'un vent glacé.

Lorsqu'il emploie une autre langue que la sienne, son ton mélodieux se pare du délicat accent Elfique, aux sonorités chantantes et envoûtantes. Même si parfois, son timbre de voix velouté se fait moqueur et que n’éclate son rire cristallin en entendant l’une ou l’autre plaisanterie. De même, les mots qui s’échappent de ses lèvres ou les chants qu’il lui plait d’entonner dévoilent la profonde tristesse qui se loge dans les tréfonds de son être.

Mesurant 1M 90, une taille moyenne pour un Elfe, Valandir est l'opposé d'un colosse et sa silhouette élancée renvoie, au contraire une impression de grâce et de délicatesse, accentuée par la juvénilité de ses traits. Toutefois ce corps si frêle en apparence est le réceptacle d’un immense potentiel magique, ce qui lui permet de lutter contre les assauts d’individus mal-intentionnés et pourvus de statures plus imposantes. Sa manière de se mouvoir est empreinte de souplesse et de légèreté, et ses pas feutrés à la manière d’un félin lui permette de se déplacer avec discrétion ; à tel point qu’il n’est pas rare de le voir apparaître derrière soi, de manière inattendue, semblable une apparition spectrale, à laquelle il ressemble de par son aspect opalescent.

Ses gestes sont gracieux et parfaitement maîtrisés, lui conférant un charme presque féminin, dont il se plait à jouer et qui déroute de par son allure androgyne. Cependant son visage marmoréen demeure souvent aussi impassible qu'un masque de beauté radieuse et seules ses lippes rosées s'étirent parfois en un mystérieux sourire.

Valandir apprécie de porter des tenues tissées dans les étoffes les plus précieuses et les plus rares, souvent irisées de reflets chatoyants, ce qui fait de lui un parangon de raffinement. L'Ikkyldien se pare  aussi quelques fois de bijoux, d'or ou d'argent, sertis de magnifiques pierreries.

Description mentale :


Si l'on devait définir le personnage, les maîtres mots seraient complexe et mystérieux, mais également ambivalent, tel un mélange étonnant d'innombrables traits de personnalité en apparence opposés. Capable du meilleur comme du pire, Valandir peut, selon les circonstances et son humeur changeante, faire preuve d'une immense douceur tout comme se comporter avec une insoutenable cruauté. De même le lac de sa sérénité peut se muer rapidement en une violente tempête, et sa beauté angélique dissimuler les traits d'une bête enragée. L'elfe est souvent insaisissable et rares sont ceux qui parviennent à cerner cet être ambigu, aux sentiments contradictoires et dévoré par de sempiternels questionnements existentiels. Abritant dans son cœur à la fois l'ombre et la lumière, celui-ci demeure hermétique à la morale conventionnelle et s'est construit au fil du temps sa propre conception du bien et du mal, en admettant que ces concepts fassent encore sens pour lui, tout comme il ne sert que ses propre objectifs.

En raison de sa naissance au sein d'une famille de la noblesse Elfique, le nécromancien a pu bénéficier de la meilleure éducation Ikkyldienne, ce qui lui permet de se sentir à l'aise au sein de milieux nobles, entouré de courtisans ou de la haute-bourgeoisie. Raffiné, celui-ci possède d'excellentes manières ainsi qu'un tempérament calme et introverti, et une allure rêveuse souvent nimbée de mystère. Ce côté énigmatique peut séduire certains de ses interlocuteurs désireux de percer les secrets de cet être si insondable. Néanmoins, l'elfe demeure souvent très discret et évasif sur lui-même et ses activités, tout en cherchant à comprendre et à en apprendre le plus possible sur ceux qui l'entourent. Par ailleurs, ce dernier utilise souvent son charisme et la beauté irréelle de ses traits, le faisant ressembler à une créature issue d'un autre monde, pour obtenir ce qu'il désire ou du moins amadouer ses interlocuteurs. S'il se révèle capable de s'attirer la sympathie voire l'amour d'autrui en raison de ses qualités physiques et mentales, Valandir semble, quant à lui, éprouver des difficultés à s'attacher à quiconque et demeure hanté par la tragédie ayant frappé Kemantari, sa sœur jumelle, la seule personne qu'il ait jamais vraiment aimé à ce jour.

Le nécromancien accorde une grande importance à son apparence, considérant que son visage représente le miroir de son âme et désire plus que tout au monde que celui-ci conserve à jamais son éclat et sa jeunesse. De plus, il apprécie également de contempler ce qui incarne le "Beau" à ses yeux, aussi bien sur le plan physique, qu'esthétique ou artistique.

Sa sensibilité à fleur de peau le rend profondément réceptif à toutes les formes d'art et il possède une maîtrise élevée de certains d'entre-eux, comme la musique, la peinture et la danse. Par ailleurs, ce dernier fait preuve d'une grande érudition et d'un esprit aiguisé, le rendant capable d'analyser finement les situations, tout en s'extasiant sur l'incommensurable beauté de la Nature.  Concernant ses rapports à autrui, Valandir se montre neutre vis-à-vis des autres races, préférant juger les individus au cas par cas. Son attitude dépendra donc d'une multitude de facteurs variant considérablement en fonction du moment, de ses objectifs et de l'individu en question. Et selon qu'il vous apprécie ou pas, ce dernier pourra se montrer d'une immense gentillesse ou faire preuve des pires ignominies. Fragile et torturé, le jeune elfe imprégné de mysticisme est obsédé à l'idée de maîtriser les plus grands des pouvoirs à ses yeux; ceux de la vie et de la mort.


Convictions :

Libre d'esprit, Valandir ne se montre fidèle qu'à ses propres convictions et à ses règles, ayant coutume de suivre à la fois son cœur et sa raison, et se révélant souvent tiraillé entre son émotionnel et son intellect. Il n'éprouve pas de haine particulière envers l'empire Ikkyld mais l'a quitté à cause de ses activités, en grande partie illicites, et de nombres de ses recherches très réprouvables selon la morale de sa contrée natale. A présent, les Duchés du Sud sont devenus sa patrie de résidence, en raison de l'anonymat et de la grande permissivité qui y règnent, bien qu'il n'adhère pas au matérialisme ambiant et à la frivolité de certains Duchéens. Son attitude vis-à-vis des autres nations et de la politique est une neutralité parfois teintée de curiosité. Globalement, le nécromancien se révèle centré sur ses mystérieux objectifs et n'interviendra pas dans les affaires du Monde, à moins d'avoir une bonne raison de le faire.



Passé de votre personnage :


Histoire :

« Combattant de l’impossible, je mène une lutte acharnée pour échapper à l’éternité de ma mort » (Valandir Arandan)

Naissance: le prix du sang

Chaque histoire possède un début et une fin et nos existences éphémères ne représentent qu’un grain de poussière au regard de l’univers.

Valandir naquit au sein d’une famille Elfique, issue de la haute-noblesse Ikhyldienne, en même temps que sa sœur jumelle Kementari ; Hélas, cette naissance gémellaire qui devait se célébrer dans l’allégresse, en comblant les futurs parents par l’arrivée de deux enfants, débuta comme un rêve et s’acheva comme un cauchemar. En raison de certaines complications survenues durant l’enfantement, Lyria la jeune accouchée perdit la vie, laissant ses deux bambins orphelins. Ce drame marqua profondément son époux, Amandil Arandan qui désormais se retrouvait veuf et contraint d’élever seul les jumeaux. Meurtri par la douloureuse tournure des événements, l'elfe maudit la cruauté du destin qui savait si bien donner, mais aussi arracher, et pour ce merveilleux présent de deux enfants, il avait dû payer le prix du sang en perdant sa bien-aimée.

Une enfance dorée dans un palais glacé

Ses origines nobles et la pureté de son lignage, qui comptait d’éminents mages, prédestinaient Valandir à une brillante carrière de fonctionnaire ou de conseiller. Son père désireux d’étendre son influence et de voir son rejeton accéder aux plus-hautes sphères de l’empire l’éduqua d’une main de fer et ne cessait de le pousser à étudier ou à s’entrainer à la magie jusqu’à la limite de ses forces.

En effet, dès son plus jeune âge, le petit elfe manifesta un important potentiel magique, ce qui servait les ambitions d’Amandil, lui-même amer de n’avoir pas pu accéder à une prestigieuse carrière dans l’administration ou à un poste d’arcane, en raison de son talent pour la magie plus limité. Mais qu’importe, dorénavant ce dernier reporterait ses rêves et ses espoirs déçus sur son fils, l’investissant de la mission de réussir là où lui avait échoué.

Enfant hyper-sensible, Valandir souffrait de cette situation et de l’attitude glaciale et détachée de son père à son égard. Depuis sa naissance, ce dernier ne lui manifestait jamais la moindre marque d’affection et ne s’adressait à lui que pour formuler des remontrances. Vivant dans le faste et opulence, au sein d’une demeure luxueuse, le petit elfe bénéficiait de tout ce qu’il désirait sur le plan matériel mais la rigidité et la froideur d’Amandil transformait leur relation père-fils en un désert glacé. Sa seule source d’amour et de tendresse était sa sœur jumelle, Kemantari, avec qui celui-ci entretenait une relation fusionnelle et qu’il considérait comme la moitié de son être. Les jumeaux avaient même inventé un langage secret, pour pouvoir communiquer sans être compris de leur entourage, enfermés à l’intérieur de leur bulle d’imaginaire. C’était leur manière de survivre à la dureté de cet environnement et au manque d’amour de leur père, qui depuis la mort de son épouse avait fermé son cœur à un point inimaginable, ne semblant manifester de l’intérêt que pour son travail.

Pourtant, en dépit des apparences Amandil aimait profondément ses deux enfants, mais se révélait incapable de leur montrer ses sentiments, préférant se protéger derrière une carapace d’acier. Sa relation avec son fils s’avérait de loin la plus complexe, car l’elfe peinait à comprendre cet enfant si différent de lui, délicat, hyper-sensible et par bien des aspects énigmatique…

Au fur et à mesure que Valandir grandissait, sa ressemblance avec sa mère défunte s’accentuait, au point d’en devenir troublante pour Amandil, l’époux éploré, qui revoyait dans ses traits ceux de sa bien-aimée. L’enfant avait hérité de sa grande beauté, de sa chevelure de neige pure et de ses prunelles semblables à des pierreries aux teintes chatoyantes…De Lyria, Valandir possédait également la douceur, la fragilité et l’extrême sensibilité, mais loin de ravir son père ces similarités ne faisaient que compliquer leur relation déjà complexe, en lui rappelant sans cesse que c’était, en partie, la venue au monde de son fils qui l’avait privé de son épouse.

Valandir quant à lui ne comprenait pas la raison des sentiments ambivalents que nourrissait son père envers lui, se sentant rejeté et mal-aimé, en raison d’un crime oublié. Pour atténuer le mal-être causé par cette situation, l’enfant se plongea à corps perdu dans ses études, trouvant du réconfort à l’intérieur des pages jaunies d’anciens grimoires, et apprenant la magie avec ferveur, avide d’en percer les moindres secrets. Très jeune, il s’intéressa également à l'art sous toutes ses formes, à la spiritualité et à la philosophie, espérant y trouver des réponses aux questionnements existentiels qui le dévoraient.

La thématique de la Mort exerçait sur lui une véritable fascination, à tel point qu’il dévorait tout ce qu’il trouvait sur le sujet, obsédé à l’idée de la vaincre.

Valandir pensait souvent à sa mère et le fait de ne l’avoir jamais connu le chagrinait profondément…De cette dernière, il ne conservait que de rares portraits et son père, blessé à la seule évocation de son nom, refusait de lui en parler. Aussi, la défunte Lyria se transforma dans son esprit en une figure maternelle idéalisée, semblable à une divinité pleine de douceur et de lumière, capable de triompher des ténèbres mortelles qui l’avaient emporté.

C’est ainsi que le jeune elfe découvrit ses deux magies de prédilection, la lumière et la nécromancie.

Ascension et ambition

Lors des années qui suivirent le fossé entre Valandir et Amandil ne cessa de accroître, se transformant en un gouffre abyssal d’incompréhension. Père et fils étaient incapables de dialoguer et encore moins de se comprendre, demeurant l’un pour l’autre deux éternels étrangers. Dès qu’il atteignit l’âge de la majorité, le jeune elfe ne se fit pas prier pour quitter la demeure familiale et se rendre dans la capitale de l’empire afin d’y mener son existence comme il l’entendait.

Durant cette période, Valandir se rapprocha de son oncle maternel qui résidait dans cette illustre cité et occupait un poste prestigieux. Ce dernier lui prodigua de judicieux conseils, permettant au jeune elfe de se spécialiser dans le domaine juridique et de la justice; et par la suite de s’élever dans les hautes-sphères administratives, tout en obtenant un emploi de magistrat en rapport avec ses innombrables talents.

C’est à cette époque qu’il  découvrit l’école de pensée des Nécraques et décida d’intégrer leurs rangs, en raison de sa fascination toujours croissante pour la mort et leurs idéaux visant à atteindre l’immortalité. Sa grande intelligente et sa maîtrise de la nécromancie et de la magie de la lumière lui permit de gagner rapidement en influence au sein de ce mouvement et d’y accroître sa renommée.

L’existence de Valandir s’écoulait de manière paisible, du moins en apparence, car en dépit d’une brillante carrière ce dernier ne parvenait pas à trouver le bonheur, semblant toujours hanté par ses questionnements incessants et sa quête de la vie éternelle.

Un jour, un terrible drame fit basculer son existence à jamais et le plongea dans un abîme de désespoir.

Kementari, sa sœur adorée, la moitié de son âme tomba gravement malade et son mal inconnu, probablement d'origine magique, ne cessait de progresser de jour en jour. Dans l’attente de trouver un remède, son corps fut enfermé magiquement à l’intérieur d’un cercueil de glace. Suite à cet événement tragique, Valandir se plongea à corps-perdu dans ses études de nécromancie, espérant y trouver une réponse et un moyen de guérir sa sœur de ce sommeil mortel.

Son désir de vaincre la grande faucheuse et d’obtenir la jeunesse éternelle et l’immortalité se transforma en véritable obsession, le faisant veiller des nuits durant, penché sur d’antiques grimoires. Mais les connaissances livresques se révélèrent bientôt insuffisantes à épancher sa soif de savoir et il commença à mener des expériences sur des sujets vivants afin de percer le secret de l’immortalité. Au début, il se contentait d’utiliser les criminels et les condamnés à mort mais bientôt leur nombre se révéla insuffisant et ses étranges agissements commencèrent à être remarqués. Craignant d’attirer l’attention des autorités, Valandir n’eut guère d’autre alternative que de quitter l’empire Ikkyldien et de s’établir dans les Duchés du sud afin de pouvoir y mener ses activités illicites en toute impunité.

L'antre du lucre et de la décadence

Une fois installé dans les duchés du sud, le nécromancien créa une organisation autofinancée, "L'Ordre des Immortels", par diverses activités commerciales et dont l’objectif secret était de mener des recherches visant à atteindre l’immortalité, la jeunesse éternelle et à vaincre toute forme de maladie ou de dégénérescence du corps. Un autre de ses buts officieux visait à propager les idées des Nécraques afin d’obtenir l’adhésion du plus grand nombre à cette idéologie. Valandir quant à lui, bien qu’à la tête de ce groupuscule, se faisait discret et tentait de consolider ses relations au sein de ces territoires prospères où l'argent régnait en maître, tout en demeurant secret sur ses vraies activités.

L’elfe appréciait la liberté et l’anonymat que lui procurait son statut de résident duchéen, bien que n’adhérant guère à leur matérialisme acharné et à leur mode de vie qu'il jugeait décadent et dissolu. Lui-même, à contrario, n’accordait aucun intérêt au profit financier et n’était animé que par sa quête spirituelle et philosophique ainsi que ses recherches scientifiques ; l’or ne représentait à ses yeux qu’un moyen de parvenir à ses fins.

De même que guidé par un code moral rigoureux qui lui faisait n’utiliser que des criminels et des condamnés à mort comme cobayes, l’ancien juge dû apprendre à faire quelques entorses à cette règle et se mit à employer des esclaves ou des volontaires pour ses recherches. Les Thérianthropes, souvent utilisés comme bêtes de combats dans les arènes formaient les candidats parfaits, en raison de leur incroyable résistance physique, pour l’aider à découvrir comment rendre la chair immarcescible.

Après tout, réussir à obtenir l’immortalité et la jeunesse éternelle nécessitaient certains sacrifices n’est-ce pas ?

Toutefois, le mystérieux maître de cette étrange organisation a tout intérêt à demeurer dans l’ombre et à voyager fréquemment car si certains voient en lui un messie capable d’apporter un cadeau inestimable au monde, d’autres le considèrent comme un être maléfique, un fou ou un hérétique à abattre.

Valandir se fait donc passer pour un bourgeois itinérant, résidant dans les duchés pour « affaires » et désireux d’y trouver fortune. Il s’agissait du prétexte idéal pour mener un mode de vie nomade et parfaire son réseau de relations sans attirer l’attention sur ses véritables ambitions.

« Pour obtenir ce que je désire, je suis prêt à tout sacrifier, même la pureté de mon âme ».


Liens :

Kemantari Arandan:

Sa flamme jumelle, sa sœur bien-aimée et le seul être qu'il ait jamais aimé. Il serait prêt à n'importe quoi même à vendre son âme pour la ramener.

Amandil Arandan: Son père. Homme sévère et froid, Valandir ne l'a jamais aimé et un fossé d'incompréhension les sépare.

Lyria Arandan: La défunte mère de Valandir, morte en couche pour lui donner la vie ainsi qu'à sa jumelle. L'elfe a une image d'elle très pure et idéalisée.


Xin Nahalëm:
Il s'agit de l'oncle maternel de Valandir et un éminent membre du Conseil. Le jeune elfe n'a fait sa connaissance que lorsque celui a rejoint la capitale de l'empire afin d'y poursuivre une brillante carrière et a bénéficié de son soutien. Tous deux s'entendent bien, malgré que Xin soit demeuré sans nouvelles de son mystérieux neveu le jour où ce dernier décida de disparaître pour une destination inconnue.

Osami Nakajima:
Enfants, lui et sa jumelle Kementari étaient de très bons amis de la Kitsune; mais leurs routes se sont séparées quand Valandir a quitté la demeure familiale pour acquérir son indépendance et tous deux se sont recroisés fortuitement dans les Duchés du Sud.

Sigismond Bonnenfant:
Ennemi mortel, cet inquisiteur Teiderien ne cherche qu'à lui mettre des bâtons dans les roues en lui envoyant sa vermine d'espions, mais Valandir ne compte pas se laisser faire, s'il veut la guerre alors il l'aura.

Griffe nocturne:
Une thérianthrope que Valandir a sauvé des griffes de la mort en l'achetant et qui depuis le sert fidèlement, acceptant même de porter le collier en sa présence.


Qui êtes vous ?


Petite présentation de votre personne :Jeune femme Belge, j'aime lire, écrire, écouter de la musique et geeker. J'ai découvert le monde merveilleux du rp il y a quelques années grâce à un forum appelé Armanda terre des dragons.  Smile

Rythme rp et particularités : Rien de particulier à signaler, sauf des ralentissements ou une tendance à procrastiner à cause d'un irl trop chargé.  Embarassed

Comment avez vous découvert le forum : grâce à l'admin:D

Des ambitions pour votre personnage ? Quelle évolution aimeriez vous lui donner à court ? Moyen ? Long terme ?
Avez vous prévu quelque chose ou êtes vous adepte du "laisser le jeu faire" et voir ce que ça donnera ? Rien de prévu pour l'instant,je préfère laisser faire et voir ce que ça donnera en rp^^  


avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://orzian.forumactif.com
Messages : 2121
Date d'inscription : 13/11/2016
Localisation : Province Akkatonienne
Revenir en haut Aller en bas
Valandir Arandan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Fiches d'évolutions des personnages-
Sauter vers: