Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Maria Galante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Fiches d'évolutions des personnages
MessageSujet: Maria Galante Mar 30 Jan - 18:36

Galante Maria : Duchesse de Vinche

Identité


Nationalité : Duchés du Sud, Duché de Vinche
Race : Humaine
Nom : Galante
Prénom : Maria
Surnom : /
Sexe : Féminin
Date de naissance : Maïa 1973 de l'âge d'acier
Age : 26 ans
Lieu de naissance : Au Palais de Vinche
Lieu de vie lors de votre entrée en jeu : Le Duché de Vinche
Rang social : Bourgeoisie
Métier/Position dans la société : Duchesse de Vinche
Titre : Il Vedova Nera - Titre familial attribué par la population des Duchés du Sud à chaque nouvelle génération féminine de la famille. [L'explication de ce titre (type fameux) se trouve dans l'histoire]


Armes et équipement :


Armure et armes en votre possession lors de votre entrée en jeu :

Azur :
Une fine rapière, à la garde droite et dorée, sertie de quelques saphirs, et d'une grande qualité. Cette arme est parfaite quand il s'agit de placer un coup d'estoc dans les failles d'une armure quelle qu'elle soit, et ce sans encombrer le moins du monde sa manieuse.

Poignard de la duchesse :
Un discret poignard assez simple pouvant être aisément dissimulé et utilisé discrètement quand nécessaire.

L'armure éthérée :
Des épaulières sublimes faîtes d'un métal doré et plutôt solides. Elles sont enchantées pour fournir une forme de protection particulière à la duchesse.

  • Vigilance éternelle : Un champ de force magique est généré en permanence par les épaulières. Celui-ci recouvre toutes les parties du corps de la duchesse qui sont dépourvues de protections physiques. Telle une armure, il est assez solide pour arrêter les attaques de faibles puissance comme un coup de couteau et réduire les dégâts provoqués par les autres attaques physiques qui atteindraient leur but.

  • Âme préservée : Les épaulières génèrent une aura magique qui entoure l'esprit de la duchesse d'une sorte de bouclier mental qui réduit légèrement la gravité de toute atteinte à son esprit par une quelconque manipulation magique.


Autres équipements

Si la garde robe de la duchesse de Vinche est immense, évidemment, cet ensemble de vêtement ci sait parfaitement la mettre en valeur, mais surtout est enchanté pour cela.

  • Beauté surnaturelle : Cet enchantement permet à celui qui porte le vêtement, ainsi enchanté, d'irradier d'une telle beauté que ceux dotés d'une volonté inférieure à la sienne ressentiront une attirance forte à son égard. Néanmoins, celle-ci ne rime pas forcément avec amour et n'est pas aveugle si on exploite mal cet avantage.


Boucles d'oreilles dorées :
Des boucliers d'oreilles en or, pendantes et serties chacune d'une perle précieuse ronde, blanche presque translucide. Elles furent découvertes par des marins du Duché de Vinche dans un unique coquillage, comme des sœurs jumelles. Simples et magnifiques, elles vont parfaitement à la duchesse de Vinche.

  • Disparition temporaire : Cet enchantement permet de se rendre totalement invisible pendant un court instant (3 secondes).

Collier de la duchesse :
Un collier en or serti de pierres précieuses. Des pierres précieuses d'une grande pureté et à l'immense valeur.

Pic doré :
Un pic à cheveux fait d'or qui peut avoir d'autres utilités que celle de n'importe quel pic à cheveux.

Statuette magique :
Une statuette en bois de santal imbibée de magie qui peut bénéficier d'enchantements spéciaux.


Caractéristiques :




Magie : (Description ici.)

Potentiel : Honorable

Feu : Inapte
Eau : Champion
Vent : Inapte
Terre : Inapte
Lumière : Inapte
Ténèbres : Maître
Invocation : Inapte
Nécromancienne : Inapte
Transformiste : Inapte

Mental : (Description ici.)

La volonté : Prodige
Contrôle de soi : Confirmé
L'intelligence : Maître
La perception : Maître
Le charisme : Virtuose
Technologie : Inapte

Physique : (Description ici.)

Force physique : Adepte
Agilité : Maître
Vivacité : Maître
Résistance physique : Adepte
Résistance magique : Champion
Vitalité : Adepte
Beauté : Virtuose
Discrétion : Inconnu (non mais pas avec cette beauté et ce charisme, déconnez pas)

Martial : (Description ici.)

Armes de tailles : Champion
Armes lourdes : Inapte
Armes d'hast : Inapte
Faux : Inapte
Art de la défense : Adepte
Armes de lancer/fouet : Adepte
Arc/arbalète : Inapte
Mains nue/Arts martiaux : Confirmé
Armes à feu : Inapte
Equitation : Confirmé
Domptage : Inapte
Conduite : Adepte


Description de votre personnage :


Description physique :

La parfaite génétique de la famille Galante était indéniable. Chaque créature était plus belle que la précédente et une aura fascinante se dégageait d'elles. A travers les âges, dans sa prime jeunesse comme dans les derniers souffles de vie, elles avaient toutes quelque chose de magnétique.

A sa naissance, Maria semblait dotée de quelque chose de plus que ses ancêtres, quelque chose de presque inhumain. Tous les regards s'étaient tournés vers elle sans réussir à s'en détacher depuis. On adorait comme on détestait déjà ce petit être. Il n'existait que peu d'individus capable d'être indifférents à l'atmosphère qu'elle créait lorsqu'elle se trouvait dans une pièce.

En grandissant, tous durent faire face à ce glaçant lac gelé qu'était ses yeux. Renata, sa mère, avait le même regard doré que Ofélia, qui contrastait drastiquement avec ceux de sa fille. Pourtant, une sorte de chaleur s'éprenait de votre corps, le rouge vous montait aux joues et des picotements se faisaient ressentir dans vos mains lorsque vous plongiez dans ces yeux d'argent. Le coeur battant irrégulièrement dans votre poitrine, quelque chose vous dérangerait dans ce regard très doux au premier abord. C'était une sorte de force presque animale, d'une ambition sans détour qui, doucement, enserrerait votre gorge pour vous étouffer de son intensité.

La chevelure d'ébène était caractéristique de la descendance d'Ilfrido. Cette masse capilaire semblait aussi légère qu'une plume et aussi brillante que la lune d'une nuit sans nuages. On avait envie d'y glisser ses mains, de savourer leur douceur, d'y mettre son nez pour y respirer leur odeur enivrante. On ne savait plus vraiment ou donner de la tête lorsqu'on la croisait.

Malgré un soleil très présent quelque soit la saison, Maria gardait une peau très claire. Il était vrai qu'elle passait beaucoup de temps en intérieur pour gérer les affaires et conflits. Elle avait peu de temps pour se retrouver, ne mettait que rarement un pied sur un bateau, mais si à l'avenir elle devait voyager à l'extérieur du Duché, ça ne serait pas à contrecœur.

Elle était née pour détenir un grand pouvoir, par conséquent on l'avait entraîné très tôt à se défendre. Si elle portait des armes sur elle, elle savait également se défendre à mains nus. Elle avait connu plusieurs maître pour différentes disciplines. Elle savait monter à cheval et conduire un bateau théoriquement puisque la famille détenait une grande flotte, majoritairement pour faire régner l'ordre sur les eaux qui bordaient la cité. Ainsi, Maria détenait une bonne forme physique. De taille moyenne, un corps fin, elle en donne pas l'impression de savoir se battre mais méfiez-vous.

L'un des premiers cours qu'elle avait suivi était comment se tenir en société. Evidemment, aujourd'hui elle maîtrisait cela à merveille. Elle savait garder un masque d'indifférence lorsqu'on essayait de la briser, plus encore cela se retournait souvent contre vous. Elle était dotée d'un charisme naturel et savait comment en user pour obtenir ce qu'elle désirait. Elle avait une démarche féline bien encadrée par ses gardes du corps, la rendant presque inaccessible, excitant non ?

Si on retenait de Maria sa grande beauté et son charme, elle n'était pas pour autant un être froid. Elle savait jouer de son sourire malicieux, elle trouvait le moment juste pour établir le contact physique, avoir un impact sur son interlocuteur, toujours dans la plus grande douceur.

L'un de ses plus grands défauts était son arrogance lorsqu'on la chatouillait un peu trop sur des sujets fâcheux. L'âge lui avait appris à se contenir mais il arrivait, trop souvent, que la fougue de la jeunesse prenne le dessus. Il fallait bien lui accorder cela, Maria n'était qu'une jeune femme. Il était encore temps pour elle de faire ses propres erreurs et d'en apprendre une certaine sagesse.

Description mentale :

Maria était loin d'être une simple jolie façade. Elle n'était pas une coquille vide, en partie du à son éducation complète et stricte, mais aussi grâce à des facilités naturelles pour la politique et le marchandage. Elle possédait une forte envie d'apprendre, ce qui facilita grandement la tâche de ses précepteurs.

Si elle possédait les connaissances nécessaires pour gérer les affaires de la famille et de la cité, elle restait toujours très jeune et manquait parfois de recul sur la situation. Elle pouvait toujours compter sur son conseiller même si elle ne lui faisait pas confiance, mais également sur sa mère, en dernier recours, question de fierté.

Au premier abord, Maria avait une présence empreinte d'une grande douceur mais s'il lui arrivait d'être mélancolique, c'était uniquement en privé. Les rares fois où elle avait pu se retrouver seule, elle appréciait de passer du temps sur l'une des terrasses du Palais de Vinche qui avait une vue directe sur la mer. Elle s'était rapidement trouvée de nombreux points communs avec cet élément qu'était l'eau. Elle pouvait être aussi imprévisible et fougueuse que calme et apaisante. Naturellement, la connexion magique se fit et lorsqu'elle avait le temps, elle s’entraînait à apprivoiser la magie de l'eau.

D'un autre côté, on avait commencé à lui enseigner la magie des ténèbres. Comme pour ses prédécesseurs, il était nécessaire pour elle de maîtriser cet art car c'était un atout sans conteste en politique. Au début, elle n'y voyait aucun intérêt, étant plus attirée par l'eau. Avec l'évolution de ses connaissances et ses pouvoirs, avec l'âge, les choses commencèrent à changer dans son âme. Un jour, elle commença à ressentir un certain... Appétit lorsqu'elle ne pratiquait pas cette magie. Maria était très secrète, elle n'oserait probablement l'avouer que sous la contrainte mais elle trouvait un certain plaisir à exercer son pouvoir sur autrui. Aucun doute qu'un jour ce côté se révélerait au grand jour dans une impressionnante explosion.  

En société, on ne pouvait pas vraiment qualifier Maria comme gentille ou méchante, elle agissait plutôt en fonction de ses intérêts. Elle manquait probablement d'empathie mais ça n'était pas vraiment un problème dans les Duchés du Sud.

En accédant à la tête de la famille, c'était à elle de donner les directives de l'armée de la cité de Vinche. Celle-ci regroupait de multiples membres d'anciennes familles de Vinche avec qui sa famille entretenait de bonnes relations. Après la mort d'Ilfrido, celle-ci avait perdu en nombre avant de recouvrir une certaine gloire d'antan. Maria sait qu'elle peut compter sur les conseils et l'appuie des deux généraux terrestres et du général de la marine de la cité. Ce sont tous les trois des hommes avisés qui ont servi Renata sans faillir. De plus, elle se tient aussi loin de la brigade Fridio qu'elle le peut, ne voulant pas donner l'impression qu'elle cherche à unifier les Duchés comme son ancêtre.

Il faut peut être parler du sujet le plus intéressant, l'attitude de la jeune femme face à la foule de prétendants. Elle connaît les règles implicites de sa famille, elle devra forcément épouser quelqu'un qui ne convoite pas le pouvoir; mais pour le moment, ce n'était pas son principal intérêt. Si on lui prêtait nombre d'amants, elle n'était, en fait, qu'une femme seule et ravie de l'être. Elle n'avait jamais ressenti d'envie avec un homme jusqu'à maintenant excepté, peut-être, pour son conseiller. Même si elle savait que c'était mal car elle ne pouvait lui faire confiance, elle ressentait une certaine alchimie physique à l'égard de Leonardo. Qui sait ce que réserve l'avenir ?

Convictions :

Une grande partie d'elle avait toujours su où était sa place, elle n'avait jamais défié l'autorité ni contredit les choix qu'on avait fait pour elle. Au fond, il y avait une forte envie de faire ses preuves par elle même, de réaliser quelque chose qui marquerait l'histoire de Vinche et même peut être des Duchés. Ce pouvoir qu'on lui avait confié, elle en ferait quelque chose de grand.

Il faut toujours retenir d'un duc ou d'une duchesse qu'ils affectionnent tout particulièrement l'argent sous toutes ses formes. C'est aussi le cas de Maria. Elle est vraiment la duchesse de Vinche par excellence et trouvera n'importe quel moyen pour faire fructifier ses biens. Elle ne voit aucun scrupules à collaborer avec la mauvaise graine des Duchés.

Maria possède une ambition similaire à celle d'Ilfrido Galante, seulement elle sera plus subtile dans ses propos et ses actions. Elle n'a pour le moment pas de réel jugement sur les pays étrangers et leur dirigeant. Elle apprécierait même de faire affaire avec eux si l'occasion se présente. Contrairement à d'autres personnes sans scrupules, elle ne se sent pas capable d'asservir de force des races en particulier, elle ne fait pas la différence entre humain, orc, kistune ou vampire tant qu'ils lui apportent quelque chose...  Sa seule religion est l'argent.


Passé de votre personnage :


Histoire :

On entend bien des légendes dans les Duchés du Sud mais il en existe une que toutes les vieilles grand-mères connaissent et ne se lassent pas de raconter encore et encore à chaque repas de famille. Cela ne vous dit rien ? Vous en êtes sûr ? Alors je serais ravie d'être la première à vous la conter.

A une époque pas si éloignée que l'on appelle la seconde unification des Duchés, Ilfrido était connu pour sa poigne, son fort caractère, un certain charisme, et surtout son ambition sans limite pour la conquête et l'argent. Il fut parfois trop confiant, dans ses actions et ses compagnons, on sait tous que cela lui valut sa perte. Il y avait pourtant, à cette époque, une autre personne qui était presque aussi célèbre que Ilfrido au sein des Duchés du Sud.
Ofélia était la plus belle femme qui existait sur cette planète, d'après les dires de nombreux hommes. Elle était également d'une douceur infinie et ses yeux d'or vous transperçaient l'âme. Elle avait fait ployer les hommes les plus beaux et les plus riches du Duché mais elle n'en voulait qu'un. Avant Ofélia, Ilfrido ne s'était jamais intéressé à la compagnie d'une femme; d'ailleurs il les trouvait même ennuyeuse et inutiles. Ses ambitions avaient toujours occupé tout son esprit. C'est donc tout naturellement qu'il fallut de longues années à Ofélia pour courtiser l'homme qu'elle désirait.
A la surprise de tous, le mariage fut simple, en comité restreint. Cependant, la bague était fastueuse, témoignant de leur union, brisant le rêve de nombreux vautours. Il fallait savoir qu'en plus d'une immense beauté, Ofélia était l'unique fille d'une vieille famille bourgeoise de la cité d'Inveïs. Seule héritière, elle serait un jour la propriétaire d'une importante fortune et vous connaissez bien la valeur de l'argent dans les Duchés du Sud.
Cependant, le bonheur de la jeune femme fut de courte durée. Ilfrido avait souvent déserté le Palais de Vinche pour conquérir de nouveaux territoires et faire ployer d'autres Seigneurs fortunés. Cela ne la dérangeait en rien, même lorsqu'elle tomba enceinte, car elle avait obtenu le mari qu'elle convoitait et se complaisait dans son statut d'épouse douce et aimante.
Elle donna naissance à une petite fille. Elle était choyée par sa mère, la coqueluche de la cité de Vinche mais pendant un temps, elle ne connut que les bras de celle-ci. Cela forgea un lien indestructible entre ces deux âmes. Ofélia avait un instinct de maternité naturelle et des ambitions toutes trouvées pour sa fille mais quelque chose se brisa lorsque Ilfrido revint, 5 mois après la naissance de sa fille, avec un autre nourrisson.
On connaissait les histoires d'un soir que vivaient les hommes partis loin de leur foyer et, si souvent elles étaient tolérées, c'était parce qu'ils ne reconnaissaient pas leur possible progéniture. L'honneur de la famille restait sauf. Le statut et le caractère tyrannique d'Ilfrido empêchait peut être la populace de condamner son comportement en sa présence, mais dans son dos, les rumeurs allaient bon train. Quant à Ofélia, tout son être avait été meurtri. Son regard ne contenait que du vide, son aura avait perdu de sa superbe, elle était anéantie. Elle était la risée de la cité, soit on compatissait, soit on l'enfonçait.
Le poupon était un petit garçon, c'est donc lui qui succéderait à son père, obtiendrait l'héritage, la notoriété, le pouvoir. Cela mettait en échec tous les plans d'Ofélia pour sa fille.
On ne sait pas vraiment quelle histoire était la plus proche de la vérité mais quelques temps après le décès d'Ilfrido, son fils disparut mystérieusement. La garde expliqua qu'il s'agissait d'un enlèvement mais il semblait louche que dans un pays où seul l'argent compte, aucune demande de rançon ne fut envoyée. On entendit alors toutes sortes de rumeurs : certains parlaient d'un malencontreux accident, d'une noyade, d'autres étaient plus virulents et parlaient de meurtres mais tous s'accordaient à dire que Ofélia n'était pas innocente dans cette affaire.


Si cette histoire est toujours populaire aujourd'hui, c'est que de cela découla un règne féminin important qui changea la condition des femmes de Vinche. Si avec le temps Ilfrido avait perdu un grand nombre de ses partisans, sa richesse n'avait pas disparu, par conséquent, ni son pouvoir dans la cité de Vinche. Et s'il avait fallu une génération pour laver le déshonneur qu'avait subit Ofélia, ce n'était pas ce qui captivait le plus les duchéens de nos jours lorsqu'on mentionnait le nom Galante.


Chaque nouvelle femme au pouvoir avait ajouté sa pierre à l'édifice qu'était la richesse de la cité de Vinche. D'abord l'assurance. Les femmes s'étaient émancipées de leur mari pour gagner de l'argent par leur propre moyen. Elles n'étaient plus simplement un trophée, une beauté ou un héritage qu'on amenait au foyer. Ensuite la confiance. Eva Galante avait grandement développé le côté "marchand" de la famille. Grâce à de nombreuses relations, elle se procurait les meilleurs produits, provenant de la mer et de la terre, qu'elle revendait à un prix plus élevé. Pour cela, elle avait imposé à la cité de faire transiter tous les marchands extérieurs vers le Palais en premier lieu, en échange elle offrait une haute sécurité à ses habitants. De plus, si l'impôt était bas, c'était car les étrangers devaient payer pour entrer dans la cité. Vincenza Galante avait ensuite créé un jour de fête, ou plutôt, un jour dédié aux marchands, plus qu'à l'habituel. Chaque année, à la même date, on célébrait le commerce et on se réunissait à la cité de Vinche pour vendre ses plus beaux articles. C'était le seul jour où les portes étaient grandes ouvertes à tous les Duchés jusqu'aux ennemis les plus lointains. Le soir venu, on fêtait dans chaque rue, chaque maison, à chaque porte. La fille de Vincenza était sûrement la plus intelligente de toutes. En secret, elle avait rencontré les nombreux bandits, truands et mercenaires sédentaires à la cité. En établissant de bonnes relations, elle pouvait s'appuyer sur eux en cas de problèmes (sans oublier contre une jolie somme d'argent) et elle n'entravait pas tous leurs moyens pour mener leurs mauvaises actions, tant que cela ne concernait pas les habitants de la cité...

A chaque fois, lorsqu'elle estimait que la nouvelle génération était prête à prendre le pouvoir, la mère s'effaçait pour laisser place à la fille. Ainsi avançait les âges et seulement par une fois cette transmission fut rompue. On donna naissance à de parfaites jumelles. La mère, ne pouvant se résoudre à en choisir une, elle les laissa gouverner à deux. On ne sait pas toujours de quoi la vie est faite mais l'une d'elle se découvrit une passion pour le vin et abandonna la cité. Elle ne donna aucune descendance mais aujourd'hui encore, un grand crû sort des vignes Galante.

En entendant tout cela, on pourrait se demander s'il y a encore des hommes qui appartiennent à cette famille. Il faut savoir que depuis Ofélia, un surnom est transmit à chaque génération, Il Vedova Nera. Si on soupçonnait fortement celle-ci de ne pas être innocente à la disparition du fils d'Ilfrido, les plus extrêmes avaient même supposé qu'elle n'était pas innocente à son meurtre. Quoi qu'il soit, il y avait une sorte d'éducation réfractaire aux hommes après cela. On ne savait pas toujours ce que devenait les hommes qui se mariaient à une Galante. C'était toujours des personnages au caractère faible, ne voulant pas le pouvoir; des êtres sensibles qui se laissaient facilement marcher dessus par le caractère fort des femmes de cette famille. S'il était facile de les oublier, il arrivait que certains meurent accidentellement. C'était souvent le cas lorsqu'il essayait de s'imposer. C'est pour cela que les femmes avaient continué à régner sur le Duché de Vinche. Était-ce une chance génétique ou un vilain de secret de famille, mais on donnait toujours naissance à des filles...

Ici, même si les ragots sont à foison, on ne vient pas chercher des histoires aux personnes ayant beaucoup d'argent. La dernière Galante avait d'ailleurs renforcé la confiance qu'elle entretenait avec les habitants du Duché de Vinche en passant un accord avec Jorgio Esperancia, le patron de la banque Mirino. On venait de tout Orzian pour y déposer ses fonds et en apportant son soutien défensif, elle donnait à la fois du crédit à la banque et plus d'intérêt à la cité. Au final, elle empochait avec plaisir l'argent des taxes d'entrée de la ville.

Aujourd'hui c'était au tour de la nouvelle génération de faire ses preuves. Maria était à la tête du Duché depuis peu. Elle devrait contenir les ambitions de son conseiller Leonardo, conserver le pouvoir et ses richesses face aux requins des autres cités, entretenir de bonnes relations avec les mercenaires de Vinche, survivre...



Liens :

  • Rénata Galante : Mère de Maria, elles entretiennent de bonnes relations sans pour autant pencher vers un extrême cordial ou fusionnel. Elles savent qu'elles peuvent compter l'une sur l'autre qu'elle que soit la situation et que Rénata n’interférera pas dans les affaires de sa fille.

  • Giovanni Russo : Décédé. C'était un marin appartenant à une vieille famille de la cité de Vinche. Il a été emporté avec son équipage lors d'une tempête. On a jamais retrouvé son corps. Maria n'entretenait pas de relation forte avec son père, c'était à peine si elle le connaissait. Sa mort ne l'a pas beaucoup affecté même si elle n'était qu'une enfant à l'époque.

  • Leonardo Delterës : Si Maria et Rénata ont toujours eu de bonnes relation avec la famille Delterës, dès le départ, le comportement de Leonardo a dérangé Maria. Il appréciait la dénigrer et ses ambitions étaient loin d'être subtiles pour quiconque le côtoyait. S'il était de bon conseil, elle s'en méfiait comme de la peste.

  • Sven Sensvalbarde : Ancien membre de l'armée de la duchesse, une sorte de connexion s'est établit entre ce thérianthrope et Maria à sa naissance. On aura rarement vu autant de douceur de la part d'un ours blanc sauf envers sa progéniture. Il est son garde personnel et c'est en lui dont elle a le plus confiance.

  • Jorgio Esperancia : Pour le bien de la cité et pour l'argent, elle maintient des relations cordiales avec cet homme. Il est cependant impensable pour elle d'accepter d'épouser son fils. Plutôt céder une partie de ses richesses, c'est pour vous dire.

  • Lisa Il Saggio : La préceptrice principale de Maria, elle manie la géopolitique, l'histoire, les langues et bien d'autres matières comme aucun autre. Les deux femmes s'apprécient.

  • Les autres ducs et duchesses : Ce sont tous de grands rivaux mais qui ne souhaitent pas se soumettre à d'autres grandes puissances comme Akkaton. Si tous essaient de se faire des coups bas, il existe toujours cette subtile cohésion qui fera barrage à quiconque tente de voler l'indépendance d'un Duché. Maria n'y trouve pas d'ennemi en particulier.

  • Les autres chefs d'Etat/Président/Roi : Prenez garde à vous...



Qui êtes vous ?


Petite présentation de votre personne : Lyli, joyeuse et overbookée, espère qu'on s'entendra tous bien et souhaite longue vie à ce jolie forum !

Rythme rp et particularités : Je suis très prise dans ma vie actuelle mais j'essaierai de répondre aussi vite que faire se peut :3

Comment avez vous découvert le forum : Petit chaton d'amour <3

Des ambitions pour votre personnage ? Quelle évolution aimeriez vous lui donner à court ? Moyen ? Long terme ? C'est secret ça, chuuuuut. Je peux juste vous donner un indice : AR-GENT.
Avez vous prévu quelque chose ou êtes vous adepte du "laisser le jeu faire" et voir ce que ça donnera ?
Dépendant des intrigues, je verrai bien mon implication mais vous savez... Le temps c'est de l'argent !


avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Teïderien
Rang social: Serviteur de l'état
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 10/12/2017
Localisation : Nomade
Revenir en haut Aller en bas
Maria Galante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Maria Vs Vickie Guerrero
» Maria Kokoe { Vampire }
» Maria Chapdelaine.
» Maria Vs Brie Bella
» -Bébé Maria-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Le peuple d'Orzian :: Population Orzanienne :: Fiches d'évolutions des personnages-
Sauter vers: