Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Le buffle et le corbeau (Pv Croak)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mer 24 Jan - 9:35
3 Janvier de l'An 2000 de l'Âge d'Acier

Anton s'étonnait de la non difficulté qu'il avait eut à obtenir une autorisation pour se balader sur le territoire autour de la capitale de la province Ikhyldienne. Peut-être était-ce sa réputation de fiabilité et d'honnêteté qui avait jouée ? Qui sait ? Il se doutait en tout cas du fait que les autorités Ikhyldiennes avaient dû remonter son passé jusqu'à sa naissance avant de lui donner cette autorisation, donc il savait qu'elles n'auraient pas prit le moindre risque de lui donner cela si elles avaient soupçonnées quoi que ce soit de louche de sa part…

Mais bon, il n'allait pas s'en plaindre, après tout il avait toujours eut envie de visiter de petits villages atypiques de l'empire magique, d'ailleurs les fonctionnaires qui avaient dû recevoir sa demande avaient dû s'étonner de celle-ci quand il l'avait ainsi expliquée… C'est ainsi qu'il se retrouvait en compagnie de trois de ses hommes à aller de villages en villages pendant quelques jours, ce avant de rentrer à la cité de Jade quand ils auraient finis. Et c'est justement l'un de ces villages qui nous intéresse aujourd'hui.

Un village dont Anton avait du mal à prononcer le nom car celui-ci était en langue elfique, mais qui n'était guère désagréable à contempler de loin… Et de près. Peuplé d'une population azurienne, elfique et humain, il était disons d'un aspect assez excentrique. Un mélange de style oriental, elfique et azurien ? En tout cas c'était plaisant à voir et mine de rien le style bâtit en largeur et non en hauteur avait de quoi plaire à ceux qui n'aimaient pas trop les bâtiments serrés les uns contre les autres…

Ainsi il était entré dans celui-ci pour visiter un peu et probablement prendre un repas, ce alors que les villageois regardaient d'un air surpris les Akkatoniens qui venaient leur rendre visite… Parce que soyons sincère, comment ne pas deviner que c'était des Akkatoniens ? Les armes à poudre à leurs ceintures et dans leurs dos étaient de styles Akkatoniens et le bouclier et l'armure que portait Anton étaient de style occidental dans tous les sens du terme. Alors certes ces humbles gens (surtout les humains et les azuriens) n'étaient peut-être jamais aller à l'étranger, mais ils devaient avoir assez de jugeote pour le deviner.

Et c'est au cours de cette visite d'ailleurs, qu'Anton constata tout à coup une agitation bien soudaine dans ce village, enfin une agitation de la part de beaucoup d'enfants tout content qui quand l'un de leur camarade les prévint qu'un certain « corbeau frondeur » était là, suivirent tous leur petit camarade. Étrangement certains adultes curieux et amusés par cela le firent aussi, Anton décida donc d'aller voir ce que c'était et laissa ses hommes, commander à manger ? Oui, c'est ce qu'il fit et il alla donc vérifier ce qui se passait, tout en faisant un effort notable notons-le… Pour moins faire le bruit de casseroles qu'on entrechoque en marchant si possible, c'est que sa lourde armure ne l'aidait pas à faire preuve de la moindre discrétion après tout.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Jeu 25 Jan - 18:11
L'azurien ouvrit l’œil dans le confort douillettement rustique d'une botte de paille. Dans la grange le fermier qui lui avait offert le gîte s'activait déjà, donnant le grain et le fourrage aux animaux de ferme. Croak s'étira paresseusement, puis se mit sur ses pattes, faisant bruisser ses ailes pour en chasser les brins d'herbe séchée qui s'étaient faufilés dans ses rémiges. Il accepta un bol de lait frais en guise de récompense après avoir aidé le paysan à terminer ses corvées.

Croak prit congé après quelques mots aimables et sortit dans la cour pour prendre son envol. Il regarda le ciel avec attention, son œil expert jaugeant les courants ascendants et descendants. Un sans-ailes n'y prête guère attention, mais l'azurien utilise toujours ces informations pour choisir sa prochaine destination. Il déplia ses ailes au moment où une légère brise souleva les feuilles mortes abandonnées sur le sol et vira vers le Sud-Ouest, suivant les couloirs d'air plutôt que de voler contre eux. Le temps était clair mais indéniablement froid. Parfois les bourrasques hivernales faisaient grelotter l'homme-oiseau et ce dernier commençait à lorgner le sol à la recherche d'un bâtiment où il pourrait se réchauffer. Il commençait à bien connaître les environs: depuis trois mois il errait de villages en fermes, se déplaçant peu en attendant une meilleure saison pour des expéditions plus lointaines. Plusieurs tavernes dans lesquelles il avait déjà joué se trouvaient à portée d'aile mais la plus proche était celle de Tathren Gebil, un village mixte au nom elfique qui offrait un joli environnement arboré. Le Village des Saules portait bien son nom même si cette essence n'était pas la seule à ornementer les jardins au style elfico-oriental.

Après deux ou trois piqués et pirouettes aériennes afin d'annoncer sa venue, le Choucas Chantant de posa en plein centre du village. Il se découvrit devant deux matrones en train d'échanger des potins et les salua en singeant un courtisan, avec moult moulinets de ses bras tenant son chapeau emplumé. Les deux femmes gloussèrent en échangeant des regards amusés. Croak n'eut pas le temps d'émettre un compliment qu'il était déjà submergé par la bruyante marmaille du village.

"Crôa? Quoâ? Ah! On m'attaque! On m'assassine! Je meurs!"
S'écria l'azurien tombant de tout son long, feignant d'avoir perdu connaissance.

"Il est vraiment mort?" "Mais non il est pas mort!" "T'es sûr?" "Ben oui..." Et bim! Le chef de la bande des marmots donna un coup de pied dans les côtes de l'azurien qui sauta d'un coup sur ses pieds.

"Puisque vous ne pouvez pas vous passer de moâ, je reviens à la vie. Bravo mon petit, tu es un formidable mage de terre!" dit-il au gamin qui l'avait frappé tout en frottant son torse endolori. "Hum tu ne serais pas le petit gars qui m'a battu à la fronde le moâs dernier? Tu es fichtrement fort, tu sais tout faire." L'enfant bomba le torse en entendant le compliment; c'était rare que les grands reconnaissent son talent. "Je jouerai tout à l'heure avec vous. Pour le moment j'ai besoin de réchauffer mes vieilles plumes à l'auberge, c'est qu'il fait froâd là-haut." dit-il en désignant d'un index griffu l'immensité bleue au-dessus de sa tête.

Malheureusement les enfants n'étaient pas d'humeur à le laisser s'échapper. Certains s'accrochaient à la cape du Choucas Chantant en insistant pour qu'il reste avec eux. Du regard Croak chercha un parent compatissant ou une distraction suffisamment forte pour qu'il puisse s'éclipser. Il la repéra soudain: luisante sous le soleil d'hiver, bruyante et massive. "Oh les enfants, vous avez vu? Une grosse armure qui marche toute seule!". Et beaucoup de regards empreints de curiosité enfantine se tournèrent vers l'Akkatonien.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Ven 26 Jan - 21:14
Anton eut à peine le temps d'arriver non loin de là où l'azurien était prit à parti par des enfants et de constater la scène de ses yeux, que ce dernier le désigna et peu après les garnement regardèrent tous en direction de l'akkatonien, ce qui offrit alors un répit inespéré à l'azurien. Évidemment, alors que le corbeau humanoïde dû sans doute en profiter pour s’éclipser discrètement, Anton pour sa part fut donc prit par surprise par l'assaut d'une bande de gamins ikhyldiens curieux.

Et bien entendu, ce n'était pas là un ennemi que lui, commandant d'une légion impériale était habitué à affronter, mais étonnamment il sembla plutôt bien réagir à la chose. Les gamins lui demandant s'il était une armure vivante auu début, il répondit avec amusement que non, s'ensuivit ensuite un bombardement de questions sur le pourquoi il portait cette armure, s'il n'avait pas trop chaud là-dedans, etc et etc...

[…]

Il lui fallut une bonne demi heure pour se débarrasser des gosses dans les faits, quant à savoir comment il avait fait. Disons qu'il avait demandé à un de ses hommes de jouer à cache cache avec eux... Évidemment le pauvre bougre avait accepté et Ludwig saurait lui en être redevable, mais en attendant ce dernier avait profité du répit ainsi acquit pour se rendre à l'auberge où l'azurien s'était rendu. Voyant celui-ci attablé en train de manger ou de faire il ne savait quoi, l'armure vivante s'approcha donc de ce dernier sans chercher à cacher sa présence. Une fois assez proche il le regarda ensuite silencieusement pendant quelques instants comme pour lui faire croire qu'il était de sale humeur, puis demanda d'un ton neutre.

« Puis-je m'asseoir à ta table ? » Obtenant probablement l'autorisation, il s'assit qu'il l'ait ou non de toute manière après que l'azurien lui ait répondu, le refixant à nouveau pendant quelques instants ensuite… Il finit par dire d'un ton qu'il voulait sérieux et froid, même si dans les faits il était loin intérieurement d'être furieux, mais bon. Ce serait de bonne guerre de faire une farce à l'autre après tout.

"Sais tu qui je suis azurien ? Moi ? Anton, Ludwig, Illuminès, haut juge de l'empire Akkatonien ?
Dis moi donc... Qu'as tu à dire pour ta défense pour avoir ainsi cru que c'était dans mes attributions de faire de la garde d'enfants ? Pour avoir ainsi fait perdre son temps à un général ?"
Et sur ces paroles formulée d'une voix grave alourdit par son casque, il reste silencieux, son masque cachait son visage heureusement, car sinon l'autre aurait pu voir qu'il était en train de jubiler derrière, plus comme un gamin faisant une bonne farce que comme une brute qui avait envie d'écraser la tête de son interlocuteur sur la table. Heureusement d'ailleurs qu'il savait un minimum faire semblant, sinon il aurait déjà éclater de rire rien qu'à l'idée de voir la réaction de l'autre...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Sam 27 Jan - 1:43
Les gamins s'étaient littéralement jetée sur le pauvre bonhomme engoncé dans sa lourde armure. S'il s'esquivait en gloussant, Croak plaignait cet étranger qui aurait bien du mal à se dépêtrer de cette horde curieuse. Il poussa la porte de la taverne et trouva avec plaisir la chaleur près de l'âtre. Le tavernier l'accueillit avec un large sourire, reconnaissant le chanteur qui avait animé son établissement durant quelques jours. Il lui servit gracieusement un large plat de viande accompagnée de petits légumes. Croak profita d'être entouré par les adultes pour donner les nouvelles des villages voisins et des fermes isolées qu'il avait visités durant la quinzaine: les bardes ne sont pas que des amuseurs mais aussi des colporteurs de nouvelles et des messagers à l'occasion.  

La porte s'ouvrit et le pas lourd de l'Akkatonien fit grincer le parquet jusqu'au Choucas Chantant qui discutait avec un Elfe d'un de ses cousins éloignés. L'homme oiseau tourna la tête et attendit de longues secondes... Le mage allait ouvrir le bec pour lui demander si tout allait bien lorsque l'homme de fer lui demanda s'il pouvait s'installer. L'Azurien remarqua le tutoiement, ce qui n'était pas très poli: ils n'avaient pas gardé les poules ensemble. Il se demanda fugacement si l'Akkatonien le méprisait. Était-ce à cause de sa nationalité ou de sa race? Ou alors les usages dans son pays étaient bien moins raffinés que dans l'empire Ikhyldien? D'un large geste de la main Croak l'autorisa à s'asseoir, choisissant de ne pas faire attention aux manières rudes de l'étranger. L'homme-machine plia les genoux et s'installa sur sa chaise. Ce qu'il se passa ensuite fut vraiment déconcertant.

Le coude sur la table, le menton dans sa main, Croak écouta avec calme l'armure ambulante exprimer son mécontentement. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi l'Akkatonien le menaçait. Apparemment il s'était senti insulté d'avoir été entouré par des enfants. L'Azurien regarda le casque en penchant la tête à la manière d'un oiseau curieux. Ces gens de l'étranger avaient vraiment des idées bizarres. Mais s'il continuait à se donner de grands airs parmi les paysans, à insinuer qu'il n'aime pas leurs enfants et à être agressif avec l'un de leur concitoyen Ikhyldien, les choses risquaient de mal tourner pour lui. Le haut juge était une curiosité dans la taverne et une partie de la clientèle devait écouter ce qu'il racontait. Croak était tolérant et cultivé, ce n'était pas nécessairement le cas des villageois qui les entouraient. Il savait parfaitement que le juge, aussi important qu'il fût, n'avait aucun pouvoir puisqu'il était en dehors de sa juridiction. Mais ce genre de déclaration pouvait impressionner les esprits simples. Il décida de dédramatiser la situation avant que les choses ne tournent au vinaigre. Il improvisa une petite satire comique pour faire rire l'assemblée. Ce serait tellement ridicule que l'étranger ne pourrait pas mal le prendre, sauf s'il n'avait vraiment pas le sens de l'humour.

"Ouh la la la la! Mais de quoâ m'accusez-vous?" demanda t-il en parlant à un interlocuteur imaginaire à côté de lui. Il se leva soudain, écarta légèrement ses ailes pour figurer la carrure d'Anton et se tourna vers la chaise vide, l'air menaçant et parla avec une grosse voix. Par la suite il alternera successivement entre le personnage assis et celui debout, glissant à chaque fois dans sa chaise au moment opportun. Les gestes sont grandiloquents et le texte extrêmement surjoué pour accentuer l'effet comique.
" Vil Choucas Chantant, je vous accuse du pire des crimes! Vous voulez déclarer la guerre à l'empire Akkatonien."
"Quoâ?! Mais non! C'est un malentendu!"
"Vous avez lancé contre moâ une innombrable armée de quinze enfants. J'ai eu à subir l'étreinte de jeunes elfes avec des fleurs dans les cheveux. C'est une agression caractérisée selon l'article quarante-douze du code pénal."
"C'est faux!"
"Il est interdit de nier l'évidence, vous êtes donc en infraction avec l'article quarante treize."
"Et c'est quoä, l'article quarante-quatorze?"
"J'ai toujours raison."
" Oui... Évidemment. Alors j'avoue, je veux devenir empereur et je forcerai tous mes sujets à porter un chapeau à plumes, même vous, général Atone l'Illuminé! Ô rage ô désespoâr! Le grand juge m'a démasqué!"
" Ah! Ah! Tends tes mains, mécréant, que je puisse te ligoter et te livrer à Akkaton où tu seras chatouillé avec tes propres plumes jusqu'à ce que rire s'en suive."
"Mais j'ai faim, est-ce que je peux finir mon assiette avant que vous m’emmeniez?" demanda le barde d'une voix exagérément plaintive pour clore cette scénette surjouée.

Plutôt content de sa prestation comique, Croak se tourna vers son public et salua bien bas.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Sam 27 Jan - 21:29
Alors que Anton se comportait d'une façon qui pouvait faire penser de manière très lointaine à un Teïderien, du moins un Teïderien très tolérant notons le car ce peuple était plutôt dans la logique du génocide et de l'humano centrisme, il se serait attendu à beaucoup de choses comme réactions de la part de l'azurien, beaucoup de choses… Mais ce que ce dernier fit, ne put que prendre par surprise le haut juge pour tout avouer...

Ce dernier regarda donc la scène qui se déroula devant lui comme on fixe une absurdité à laquelle il ne s'attendait pas le moins du monde. Fichtre ! Mais qui venait-il de déranger ? Visiblement un excellent comédien pensa t-il alors qu'il était trop choqué par la scène pour réagir tout de suite à celle-ci. Une telle capacité d'improvisation en tout cas ne pouvait que susciter l'admiration pensa t-il avec une pointe d'admiration justement.

Dans tous les cas, quand la scène d'un ridicule théâtral s'acheva, Anton resta silencieux pendant quelques bonnes secondes, puis éclata de rire, d'un rire d'homme bourru mais joyeux et quand le dit rire s'arrêta d'ailleurs, le haut juge finit par dire avec un ton tout à coup très sympathique.

« Je vais vous avouer une chose, à la base je plaisantai hein en faisant mon numéro de brute contrariée, je m'attendais plutôt à vous surprendre et vous effrayer peut-être un peu et ensuite vous avouer que je ne l'ai absolument pas pris mal et que j'aime bien les enfants, mais visiblement vous avez réagi de manière originale… Et vous êtes un encore meilleur comédien que moi. » Il retira son casque pour dévoiler un visage pas très agréable même si pas très laid et qui arborait visiblement une expression sympathique et ajouta en s'adressant au tavernier.

« Je paye le repas de ce comédien. Quoi vous lui avez offert gracieusement ? Alors je paye une tournée à toute l'auberge, de… Saké ? Ou de n'importe quoi qui leur ferait plaisir allons... » Il ne savait fichtrement pas si on vendait de l'alcool dans une auberge Ikhyldienne en vérité, après tout c'était plus des endroits où on mangeait et dormait que des endroits où l'on buvait, mais des fois il y avait moyen de s'y abreuver un peu de ce qu'il savait. Par contre, oui. Il ne s'y attendait pas à y trouver vin et bière dans les faits, c'était une enseigne orientale après tout… Ou bien c'était du vin et de la bière importée des Duchés.

Dans tous les cas l'ambiance venait donc de grandement se détendre et Anton avisa l'oiseau humanoïde et lui tendit la main comme pour la lui serrer tout en ajoutant. « En tout cas je commence à comprendre pourquoi vous avez une telle popularité auprès des enfants, probablement que j'aurais fais comme eux à leur âge d'ailleurs… Mais bon ça remonte il y a quoi environ ? 34 ans... » Oui il n'était pas spécialement jeune, mais en vérité il s'en fichait un peu. Un homme qui prévoyait à l'avenir de ne faire qu'un avec la machine comme diraient certains en cybernétisant tous son corps, n'était pas vraiment inquiet du devenir sur le long terme de son corps physique originel… Certains trouveraient ça extrêmes pour ne pas dire beaucoup, mais pour lui c'était un rêve qu'il comptait bien réaliser, même si quand ce serait fait tout le monde le prendrait sans doute pour un automate à vapeur à vue.

« Quand j'y pense, à qui ais-je l'honneur ? Toujours un plaisir de rencontrer un azurien comme vous, votre peuple est souvent des plus sympathiques. Et qui est votre ami elfique ? J'espère que je ne dérangeais rien d'important. » Oui, après tout son but n'avait pas été spécialement d'embêter, même s'il l'avait peut-être fait de manière un peu maladroite disons, mais bon... C'était peut-être cela aussi qui faisait le charme du personnage, d'ailleurs il se disait sinon bien à lui-même que c'était toujours un peu particulier d'avoir une amitié avec un elfe. Lui-même qui avait des amis de cette race savait après tout que comme ces derniers vivaient très longtemps, on ne représentait souvent de son vivant qu'une partie de leur existence, mais bon ça n'empêchait pas les belles amitiés, même si évidemment il avait de la peine du coup pour ces êtres à longues vies qui pouvaient voir des êtres chers d'autres races mourir assez vite. Enfin, pour les elfes qui avaient des amis d'autres races, tous les elfes n'étaient pas après tout autant habitués que ceux d'Ikhyld ou Akkaton à fréquenter des non elfes... Et n'en manifestaient pas forcément le désir en plus.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mar 30 Jan - 22:51
La fin du petit numéro de l'Azurien fut ponctué par les rires de l'assistance. Croak était satisfait de sa performance, mais déjà il se disait qu'il aurait mieux tourné certaines répliques s'il avait eu le temps de les préparer. L' Akkatonien demeura figé quelques secondes puis éclata d'un rire tonitruant. Le mage trouva comique la vision d'une grosse armure pouffant de rire, et il se prit à s’esclaffer lui aussi. Le général retira son casque : ô surprise, il y avait vraiment quelqu'un de vivant en-dessous. Croak avait pensé qu'il y avait une sorte de masque de fer sous ce casque mais non... C'était apparemment un humain tout ce qu'il y a de plus normal.

"Bah, il m'en faut bien plus pour me faire peur." dit l'homme-oiseau en se rengorgeant en entendant les compliments de l'étranger. La tournée générale de saké fut très bien accueillie par les villageois qui se pressèrent autour de l'aubergiste qui sortait déjà la bouteille et les petits verres traditionnels en grès. Ils délaissèrent la table où nos deux voyageurs étaient assis pour se regrouper près du comptoir.

"Ah bravo, vous savez vous faire des amis!" approuva Croak en acquiesçant, serrant la paluche de l'étranger. Il avait l'habitude de s'incliner, mais il avait lu dans un livre à l'académie de magie que les usages variaient selon les pays et les races. "Pour les enfants, il suffit de leur parler de vos voyages ou de faire de petits jeux. Ce n'est pas très compliqué de les intéresser à quelque chose ou de détourner leur attention. Je suis sûr qu'ils ont été fascinés par votre armure." C'est vrai qu'avec tout ce métal luisant, il y avait de quoi attirer le regard des petits et des grands. "34 ans..." dit rêveusement Croak, grattant la base de son bec d'un ongle griffu. "Vous êtes sacrément vieux. J'espère atteindre un jour cet âge avancé." finit-il en ricanant, ce qui valut un sourire de la part de l'Elfe le plus proche qui avait entendu sa plaisanterie. Le Choucas Chantant était farceur, il ne pouvait s'empêcher de faire des pitreries.

Anton lui fit remarquer qu'il ignorait le nom de l'Azurien... Ce qui était à la fois vrai et faux, puisqu'il avait glissé son surnom dans la satire. D'ailleurs dans le coin personne ne se souvenait de son patronyme, contrairement à son nom de scène. "Je suis Croak Fine-Plume, mais vous entendrez parler de moâ sous les surnoms du Choucas Chantant ou du Le Mage Volant. Enfin question magie, je me débrouille un peu mais c'est troâs foâs rien." dit-il sur le ton de la confidence. C'était faux, évidemment, mais Croak n'aimait pas se donner trop d'importance. Il avait croisé pas mal de mages qui avaient une trop haute estime d'eux-même durant ses études. Il n'avait pas envie de devenir un vieux pédant ennuyeux; il cultivait l'humilité et la bonhomie pour s'en prémunir. "Quand à mon métier... C'est le plus beau du monde. Je rends les gens heureux!" s'exclama t-il, rayonnant. "Je vais de village en village, j'aide les habitants et je les divertis contre un bol de soupe et un coin dans une grange pour dormir. C'est une belle vie que je ne changerai pour rien au monde. Vous voâyez je discutais avec Lómion de son cousin que j'ai croâsé la semaine dernière. Je suis un petit peu le messager régional. Et vous? Vous vous êtes égarés par ici? On ne croise pas souvent des Akkatoniens dans le coin."

Il tapa soudain du plat de la main sur la table, l'air extrêmement sérieux, puis tourna la tête vers le comptoir.

"Oh! Oh! Mais où est ce saké? Vous allez terminer les bouteilles sans que nous n'en ayons goûté!" s'exclama t-il à la cantonade.
"'Faut bien se réchauffer, il fait froid dehors." lança un paysan. Croak leva les mains et les yeux au ciel, l'air vaincu par cet argument. "Bon alors j'aimerais un petit verre pour moâ, j'ai froâd car j'ai pris le vent tout à l'heure. Et pour monsieur le haut-juge-général-illuminé aussi, sinon il va rouiller si on ne lui sert que de l'eau."
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Ven 2 Fév - 22:22
Anton s'était contenté de sourire d'un air amusé quand l'oiseau humanoïde lui dit qu'il lui en fallait plus pour avoir peur. Et dans les faits, le haut juge voulait bien le croire, même si cela ressemblait pas mal à de l'imprudence dans les faits, mais bon. Qui était-il pour sa part pour donner des leçons sur la prudence ou sur ce qu'il vaudrait mieux craindre ou non ? Lui-même à ses heures perdues était capable de certains excès de bravoure après tout, surtout quand il s'agissait de protéger des vies notamment. Il ce sentait après tout un fort instinct protecteur envers ceux qu'il pouvait préserver d'un sort funeste en général.

« Il faut croire que dans tous les pays du monde il suffit d'offrir à boire pour gagner en popularité. » Ne manqua t-il pas d'ailleurs de dire avec humour quand le corbeau à deux pattes lui dit qu'il savait se faire des amis, puis après qu'ils ce soient serrés la main, il ne manqua pas d'ajouter après les paroles de ce dernier. « Je suppose que les enfants aiment bien aussi les histoires militaires tant qu'on embellit les choses et que l'on évite les détails plus ou moins sinistres disons. Cela tombe bien, j'en ai pas mal à raconter si c'est le cas. » C'était étrangement assez courant après tout par exemple que les garçons apprécient les récits de batailles. Allez savoir pourquoi, alors que n'importe quel être humain normalement constitué qui fait l'expérience de la mort pour la première fois est loin d'en sortir indemne disons…

« Peste, vous trouvez qu'avec mes 44 ans je fais vieux ? Vous devez être fichtrement jaloux de votre ami elfe si vous convoitez ne serait-ce que d'atteindre mon âge actuel ! » Ne manqua t-il pas sinon d'ajouter lui aussi avec humour suite à la plaisanterie de l'azurien. Il est vrai que 44 ans après tout, ce n'était même pas l'âge auquel un elfe devenait pleinement adulte, c'est dire ! Mais bon, pour sa part ce n'était pas son problème en vérité, juste un prétexte à plaisanterie évidemment.

« Ma foi cher Croak, vous avez l'air d'un sacré phénomène en tout cas, je suppose que ce doit être une vie agréable que vous menez pour le coup. Libre et sans responsabilités, pas trop le genre que j'aurais voulu vivre certes, mais j'ai la bonne foi d'assumer que c'est un style d'existence tout à fait honorable et surtout... Passionnant ! En tout cas, maintenant j'ai envie de vous entendre faire une démonstration de vos talents en musique à l'occasion. » Il n'avait pas d'ailleurs manqué de sourire quand le corbeau avait dit que rendre les gens heureux était un beau métier, en effet ça devait être une excellente profession… Il ne manqua pas d'ailleurs d'ajouter sans cacher une certaine estime dans sa voix.

« Dîtes vous que je fais du tourisme. Enfin, en vérité je me trouve dans l'empire Ikhyldien car j'escortai des représentants des 5 familles royales à la capitale, mais aussi en tant que représentant de l'assemblée du peuple, mais ma présence dans ce village à l'instant relève pour sa part du tourisme. Je me disais après tout qu'il serait bon de profiter de ce séjour dans l'empire pour visiter un peu les environs de la capitale, et je dois dire que pour le moment je ne suis pas déçu du voyage. Et vous ? Il vous arrive de voyager à l'étranger à l’occasion ? » Conclut-il donc avec une question empreinte d'une curiosité sincère.

Puis ensuite, il ne manqua pas de s'amuser de la scène qui se déroula devant lui quand l'oiseau demanda du saké à voix haute et qu'un paysan affirma qu'il fallait bien qu'ils boivent pour avoir chaud et donc qu'il n'en resterait bientôt plus grand-chose. Ce avant d'ajouter quand l'azurien eut demandé un verre de saké pour lui. « Merci. » Puis il finit par demander avec une certaine curiosité. « Alors comme cela vous êtes l'informateur régional ? Dîtes-moi, auriez-vous des conseils à donner à un touriste comme moi concernant les endroits agréables à visiter dans les environs ? Je suppose qu'un peu d'alcool akkatonien en paiement vous intéresserait ? » L'un de ses hommes devait bien en avoir sur lui après tout...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Dim 4 Fév - 19:17
Les petits verres de saké arrivèrent jusqu'à leur table. L'Azurien leva son verre "Kampaï! Santé!" puis avala une petite gorgée d'alcool. Il fit claquer plusieurs fois son bec, comme s'il appréciait la qualité de l'alcool de riz qu'il venait d'avaler. "Hé! C'est pas mal du tout!" Croak crut bon d'ajouter quelques précisions pour l'étranger. "Normalement nous buvons du thé ou de la bière. Dans les campagnes l'on ne débouche le saké que pour les occasions spéciales ou pour se réchauffer quand il fait froâd." Bon, il y avait aussi d'autre alcools comme le vin de prunes ou de cerises mais Croak n'était pas vraiment un spécialiste en spiritueux. En tout cas Anton ne serait pas surpris si à l'occasion on lui servait cérémonieusement un bol de thé en guise de bienvenue.

"Ouh la la! Vous devez être quelqu'un de rudement important pour escorter toutes ces altesses! Alors... Vous êtes vraiment général-juge illuminé?" Croak n'avait pas vraiment pris Anton au sérieux quand ce dernier l'avait houspillé. En fait il croyait que l'Akkatonien se donnait de l'importance pour l'impressionner en accumulant les titres honorifiques. Face à la franchise légendaire des Azuriens cela n'avait pas vraiment de poids... Qu'il ait été face à l'Empereur, au Haut-Juge ou à un simple soldat, Croak n'aurait pas agi différemment quitte à avoir de gros ennuis. Sa surprise dura un instant, puis l'étranger évoqua ses voyages. Le regard de l'Azurien se perdit au loin alors qu'il faisait tourner sa bague de platine indiquant son potentiel magique autour de son pouce. Il pressentait qu'il devrait un jour quitter sa terre natale pour des pays qui lui étaient étrangers mais il en différait toujours le départ.    

"En fait je n'ai pas vraiment voyagé en-dehors de ma patrie. Ce n'est pas que je soâs une sorte de nationaliste qui ne jure que par son coin de campagne... Non, je me promène de village en village. A chaque étape je reste un ou deux jours, parfoâs plus. J'apprends à connaître les gens et ma foâ c'est bien plus intéressant que de faire la tournée des tavernes de la région en changeant d'établissement tous les soârs." Il se gratta le bout du bec en réfléchissant. "Et puis je croâs savoâr que les Azuriens ne sont pas les bienvenus dans certains pays. Je vais donc éviter de me retrouver dans une situation embarrassante, enchaîné à une rôtissoâre avec une pomme dans l'bec!" dit-il en ricanant.

Croak ne dévoila pas son rôle de gardien du clan. Cela soulèverait bien trop de questions de la part de l'étranger et peut-être des villageois. Certains mauvais esprits pourraient lui reprocher de délaisser sa mission pour aller faire le baladin loin de chez lui. Ses confrères mages de vent et d'eau comprenaient ses envies d'évasion: sa magie le poussait toujours à aller plus loin et plus haut. Il n'était pas encore temps pour lui d'assumer ses responsabilités au sein du petit village azurien.

"Je ne sais pas ce que vous cherchez vraiment. Tout est pittoresque ici, de la petite masure aux plus grandes écoles de magie de la Cité de Jade. En plus vous arrivez à la mauvaise saison, les cerisiers ne sont pas encore en fleur. La région est très belle en maïa... Il y a des pétales de cerisiers et de pruniers partout. Avec un ciel bleu et un beau rayon de soleil c'est magnifique."
dit-il en réfléchissant. Il reprit rapidement, l'air franchement enthousiaste. "Mais si vous voulez vraiment goûter à la vie Ikhyldienne, il faut rester jusqu'à la Fête des Arts... Ah! De la musique! Il y en a partout et à toute heure! On peut entendre des ensembles ou des solistes... Même les amateurs sortent les luths et tambourins. C'est un moment merveilleux! C'est bien pour ça que vous accompagnez les princes d'Akkaton?" Croak était littéralement transporté. Il adorait faire la fête, alors une fête de la musique était le summum de la béatitude pour lui.

L'Azurien se calma soudain puis reprit un air théâtral de diva. "Oh! Oh! Vous voulez faire de moi votre guide? Eh bien pourquoi pas... Mais un grrrand arrtiste tel que moâ ne se fait pas payer en alcool, môssieur le grand général-juge. Non! Je ne suis pas un de ces bardes de taverne qui se saoulent entre deux arpèges. Si vous voulez louer mes services il faudra me régler ... En chanson! ça tombe bien, je pourrais vous accompagner avec mon luth." Croack tendit les bras sur le côté puis joignit les paumes des deux mains pour former un trou avec ces dernières. Un petit disque blanc apparut; il tâtonna à l'intérieur puis tira lentement le manche de l'instrument de musique. Une fois l'objet sortit il le serra contre sa poitrine. "Ah! Mon précieux!" dit-il d'une voix un peu niaise pour faire rire Anton.

utilisation de magie:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Lun 5 Fév - 22:11
« Santé ! » Dit-il simplement, mais avec enthousiasme en levant lui aussi son verre, après tout il ne préférait pas s'aventurer à employer certains termes ikhyldiens alors que son accent ikhyldien était disons plutôt discutable. La différence d'accent après tout entre l'akkatonien et l'ikhyldien était souvent assez impressionnante. Puis sur ce il but lui aussi d'une traite la tasse dont il apprécia la contenu avant de reprendre pensif à l'égard de l'azurien. « Par chez nous on boit aussi du thé, mais aussi du café. Une boisson plutôt amer, mais qui redonne un peu d'énergie, quant aux alcools… Disons que ça dépend, mais on a de tout, au pire il suffit de se fournir chez les marchands duchéens de toute manière pour avoir ce qu'on veut. » Ne disait-on pas après tout que l'on pouvait acheter tout et n'importe quoi dans les Duchés ?

« Eh bien je ne mentais pas en disant que je suis haut juge, commandant d'une légion, par contre je ne suis pas vraiment un illuminé, disons qu'illuminès c'est le nom de l'une des familles royales par chez moi. Mais nos familles royales ne fonctionnent pas exactement comme les vôtres, disons que par chez nous c'est en grande partie une démocratie au fond. Mais bon je vais éviter de vous assommer de blabla politique. »
Oui, de toute manière il venait au fond d'une société assez égalitaire, alors il n'avait pas non plus envie de se considérer comme une altesse ou une sorte de noble à deux sous comme on pouvait en trouver dans tant de pays… D'ailleurs en parlant de noblesse, il s'étonna d'apercevoir la bague de platine de l'azurien et surtout de sa signification étant donné qu'il en avait déjà vue à la main de nombreux mages ikhyldiens. Néanmoins, il n'eut pas le temps de montrer sa curiosité que son vis à vis venait déjà de reprendre la parole.

« Votre choix de vie est tout à fait honorable et peut se comprendre, après tout je suppose que l'on a pas tous la passion des lointains voyages et pour ma part je ne reprocherai jamais à quelqu'un de ne pas l'avoir. De plus, il est vrai que cela doit avoir un côté agréable à sa manière de pouvoir fréquenter les mêmes personnes sur le long terme pour forger des liens solides. » Ce avant d'ajouter avec sérieux concernant les pays où les azuriens n'étaient pas les bienvenus. « En dehors du royaume de Teïder je crois, il n'y a aucune nation où votre race est spécialement la malvenue, sauf peut-être Eïlynster, mais ce n'est pas tant parce que vous êtes un azurien dans ce cas qu'un étranger. Au pire, venez faire un tour à Akkaton, en plus là-bas on préfère le bœuf au poulet en général... » Précisa t-il avec un peu d'humour au vu de la perche que venait de lui tendre l'azurien avec l'histoire de rôtissoire...

Enfin, dans tous les cas pour sa part, il n'était pas mécontent d'avoir rencontré aujourd'hui un azurien de visiblement fort bonne compagnie. Est-ce que cela pourrait donner lieu à une amitié ? Peut-être, il n'était pas fermé à une telle possibilité après tout, même si dans les faits il était probable qu'à terme dans quelques mois de cela il doive rentrer au pays. Du moins, se rendre dans la province désertique appartenant à l'empire sur ce continent. Une province bien loin de son Akkat natale dans les faits, mais qui n'était pas non plus dénuée de charme à bien y réfléchir.

« Pour tout avouer je les accompagnais pour des raisons diplomatiques et ce ne sont pas vraiment des princes disons, mais bon j'avouerai que je ne serais pas contre en effet de pouvoir assister à cette fameuse fête des arts. J'en ai évidemment entendu beaucoup de bien et je suppose que pour votre part vous n'êtes pas trop du genre à exagérer la réalité, à part peut-être par enthousiasme. Dans tous les cas si jamais j'ai la chance de rester assez longtemps dans l'empire d'Ikhyld pour pouvoir assister à la fête des arts, je n'y manquerai pas, même si pour ma part je ne suis pas vraiment ce qu'on pourrait qualifier d'artiste. » Mais bon, à défait de créer il pouvait toujours regarder ou écouter, après tout tout artiste avait besoin d'un public, du moins la plupart du temps supposait-il.

Par contre, il ne sut tout à coup pas quoi penser quand l'azurien lui dit qu'il accepterait bien d'être son guide certes, mais qu'il exigeait en retour d'être payé en chanson. En chanson pensa Anton ? Ce dernier se demanda si c'était bien sérieux, surtout qu'il chantait comme un pied dans les faits… Il rit donc un peu nerveusement quand il vit l'azurien sortir son luth de nul part grâce à la magie et s'exclamer que c'était son précieux, du coup Anton tenta d'improviser en chantant avec un soupçon de nostalgie une chanson qu'il connaissait par cœur, même s'il se doutait qu'il était loin d'être un chanteur professionnel. Mais bon, peut-être que l'accompagnement de l'azurien limiterait un peu le massacre ? Enfin… Cela il fallait l'espérer.

« On n'a pas dans le cœur de quoi toujours aimer
Et l'on verse des pleurs en voulant trop aimer
On croit être sincère, on croit avoir trouvé
Le seul être sur terre qu'on ne peut remplacer
On n'a pas dans le cœur de quoi toujours aimer
Et l'on verses des pleurs en voulant trop aimer
Un jour on se réveille, ce n'est plus tout à fait
Le rayon de soleil qui vous embellissait

On regrette le temps où l'on croyait s'aimer
On regrette le temps où le cœur s'emballait
Il ne nous reste plus que quelques souvenirs
De pauvres souvenirs qu'on cherche à retenir
Mais moi, j'ai dans le cœur de quoi toujours aimer
J'aurai toujours assez de larmes pour pleurer
J'aurai toujours assez de rires pour effacer
Les tristes souvenirs accrochés au passé

Mais moi, j'ai dans le cœur de quoi toujours aimer
J'aurai toujours assez de larmes pour pleurer
Je veux toujours aimer, je veux toujours souffrir
Si je n'dois plus aimer, moi je préfère mourir
Mais, moi, j'ai dans le cœur de quoi toujours aimer. »


Et qu'on aille pas lui demander comment ça se faisait qu'il connaissait cette chanson par cœur, il n'avait pas envie non plus de dévoiler comme ça gratuitement qu'il était un romantique à ses heures perdues.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Jeu 8 Fév - 18:06
Croak joua trois ou quatre accords, le temps de réaliser qu’Anton chantait comme une casserole, ce qui était cohérent avec le bruit de batterie de cuisine que faisait son armure dès qu’il se déplaçait. Le mage tendit le bras droit pour toucher le haut de l’épaule de l’étranger dans un geste rassurant. « ça va aller mieux ! » glissa t’il discrètement alors que la voix d’Anton se projetait avec plus de facilité, les aigus n’étaient plus stridents et les notes qu’il maintenait n’étaient plus des trémolos désagréables. Après un dernier accord qui ponctua les dernières paroles, les clients applaudirent. Croak le bavard choisit ce moment de triomphe pour ouvrir à nouveau son bec et parler de façon inconsidérée.

« Eh bien c’est pas joyeux tout ça ! Je comprends pourquoi vous êtes parti en voyage ! Rien de tel pour se remettre d’une peine de cœur. Surtout par ici, les filles sont plutôt jolies, hein ? » demanda t-il rhétoriquement en ponctuant ses dires d’un clin d’œil complice. « En tout cas vous avez un beau brin de voix, quelque chose entre le baryton et le basse. Il faudrait travailler ça avec un bon professeur qui soit patient… Une belle chanteuse lyrique, il doit quand même y en avoir par chez vous ! Moi je suis trop impatient. Et puis je ne suis pas du tout diplômé d’une école de musique, je ne peux pas prétendre être un maître... Mais je me débrouille. » Il plaqua un accord. « Bon, hum, à mon tour de chanter.» Apparemment toute la taverne attendait un tour de chant et au grand ravissement du baladin emplumé, tous les regards se tournèrent vers lui.

« Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un peu d'eau fraîche et de verdure
Que nous prodigue la nature
Quelques rayons de miel et de soleil.

Je dors d'ordinaire sous les frondaisons
Et toute la jungle est ma maison
Toutes les bêtes de la forêt
Vivent comme moi dans les bosquets
Et quand je chante une p’tite chanson
Elles hurlent toutes à l’unisson.

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez,
Et vous serez libéré!

Et tu verras qu' tout est résolu
Lorsque l'on se passe
Des choses superflues
Alors tu ne t'en fais plus.
Il en faut vraiment peu, très peu, pour être heureux.

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit
Tous vos soucis ... Youpi
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez,
Et vous serez libéré!»


La mélodie entraînante s'acheva sous les applaudissements des spectateurs. Croak se leva en s'inclina en remerciant les villageois alors qu'une nouvelle tournée de saké était servie aux deux chanteurs. Manifestement il avait préféré fredonner quelque chose de joyeux en accord avec son caractère mais peut-être aussi pour redonner un peu le moral à Anton s'il avait perdu l'élue de son cœur.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Sam 10 Fév - 21:45
Anton se demandait dans les faits comment ça se faisait, qu'il s'était mit à chanter aussi… Bien ? Il ne saurait dire, il pensait après tout qu'il aurait fait un massacre au vu de ses talents de chanteur, mais ça n'avait pas été le cas étrangement, ce au point même que les clients avaient finit par applaudir suite à ce chant… Était-ce de la magie ? Pensa t-il tout à coup soupçonneux à l'égard de l'azurien en se rappelant de la bague de ce dernier… Peut-être, au pire il n'allait pas s'en plaindre conclut-il simplement sans chercher à s'enquiquiner plus avec cela. Après tout, ce serait stupide, n'est-ce pas de râler à propos de quelque chose de positif même si inattendu qui venait de vous arriver ? Pour sa part il pensait que oui, car dans une telle situation il préférait après tout accepter et prendre les choses telles qu'elles étaient et au pire. Il pourrait toujours épancher sa curiosité auprès de son sans doute futur guide dorénavant, guide qui d'ailleurs ne manqua pas d'y aller de son petite commentaire après la chanson totalement improvisée et récitée par cœur de l'armure vivante...

« Je, je n'ai pas été largué par qui que ce soit ! » Répondit-il d'ailleurs surprit par ces affirmations de l'azurien, ce avant de légèrement rougir concernant le fait que les filles par ici étaient plutôt jolies. Par la machine, il n'avait même pas envisagé la chose pensa t-il et il devait s'avouer qu'il était était un peu gêne à l'idée qu'on pense qu'il était actuellement en chasse à ce sujet…

D'ailleurs, même si l'azurien le charriait un peu, il prit au sérieux le fait que celui-ci lui conseillait de trouver une professeure pour lui apprendre à mieux chanter. Probablement pensa t-il, mais il devait s'avouer que ça ne l'intéressait pas vraiment. S'il devait prendre des cours après tout, ce serait plutôt pour apprendre à jouer du violon et encore… Ce serait le jour où il aurait le temps pour ça, ce qui n'était pas pour tout de suite donc, après tout son rang de haut juge impliquait au final beaucoup de responsabilités…

Quant au chant de l'azurien, Anton ne put que reconnaître les talents de l'oiseau quand celui-ci entonna cette balade fort joyeuse qui contrastait bien dans les faits avec ce qu'avait chanté le haut juge peu avant. Un contraste qui en soit ne déplaisait pas vraiment à l'akkatonien qui se contenta d'écouter silencieusement ce chant et qui regretta presque un peu que ce dernier s'achève lorsque tel fut le cas. Après tout les bonnes choses ont certaines toujours une fin, mais ça n'empêchait pas de pouvoir ressentir un petit tiraillement quand cette dite fin arrivait…

Dans tous les cas suite à cela, il ne manqua pas de savourer le saké qu'on lui apporta, ce avant de dire approbateur à l'égard de l'azurien.

« Belle chanson mon ami, bon… Je suppose que comme convenu vous serez donc mon guide ? Sauf si vous avez encore envie de me voir pousser la chansonnette et ce peut-être sans tricher je suppose à l'aide de votre magie ? » Conclut-il amusé en désignant du regard la bague de l'azurien, ce avant d'ajouter à voix basse. « C'est une magnifique bague que vous avez là, le genre à attirer pas mal ma curiosité je vous avouerai… Mais je suppose que ce n'est pas le genre de sujet sur lequel vous avez envie de vous épancher c'est cela ? Je vais tâcher d'éviter du coup, sauf si éventuellement je confond et que c'est juste une bague de fiançailles... » Il lui tapota l'épaule amicalement, puis conclut avec sympathie. « Vous m'avez en tout cas de plus en plus l'air de quelqu'un de très intéressant, je me demande bien décidément ce que vous allez me réserver en tant que guide. Bon, on s'y met quand ? » Nul doute en tout cas que ce serait distrayant.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mer 14 Fév - 22:56
La réaction de l'étranger en armure ne fit que confirmer ce que Croak pensait: une fille lui avait brisé le cœur. Il avait beau le nier, son rouge aux joues et son embarras ne trompaient pas Croak... Qui, même s'il faisait fausse route, était persuadé du contraire. Durant sa petite chanson les verres s'étaient à nouveau remplis de saké, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Néanmoins il n'avait pas envie d'abuser: l'abus d'alcool est dangereux pour la santé et d'après son expérience personnelle voler bourré est plutôt accidentogène: il a encore en mémoire ce douloureux souvenir d'avoir percuté un mur dans la Cité de Jade après un ou deux verres de saké de trop.  

"Quoâ? Moi? Tricher? Mais c'est faux. Je suis innocent monsieur le juge! Je n'ai fait que sublimer votre don naturel, votre magnificence! Et quelle jolie voix! Vous devriez en faire votre métier... Enfin quand vous serez fatigué de courir le monde pour la gloâre de l'empire."
plaisante t-il avec sa gouaille naturelle. Mais en vérité ses tympans n'auraient pas supporté longtemps les brailleries d'Anton. Il l'avait aidé par habitude et par une sorte d'instinct défensif contre une agression sonore.

Puis le Haut-Juge passa à un autre sujet, apparemment confidentiel. Penchant la tête en réfléchissant, Croak ne comprenait pas pourquoi sa bague serait un secret qu'il voudrait garder pour lui. Et depuis quand les Azuriens ont des secrets? Enfin, il y a bien son cousin qui s'entoure de mystères, mais bon... D'ordinaire ceux de sa race n'ont pas leur langue dans leur poche. "Si je suis fiancé? Mais biensûr que je suis fiancé! A la musique, pardi!" s'écria t-il fort peu discrètement en serrant son luth contre lui. "Je ne vis que pour elle. Et pour la magie, vous l'avez deviné."

Il brandit fièrement sa main griffue sur laquelle le bijou de platine resplendissait. "C'est une bague de mage. C'est à cela qu'on nous reconnaît. Chaque sorte de magie est représentée par une pierre et le métal indique notre puissance... Ou notre dangerosité, selon les cas!" Il éclata de rire puis fit claquer son bec, l'air malicieux. "Alors la grosse pierre transparente, c'est du quartz: c'est la pierre des mages de vent. La Pierre de Lune signifie que je maîtrise un peu la magie de la lumière et le petit caillou d’Oeil du Tigre signale que je fais un peu de magie d'invocation, mais c'est troâs fois rien. Je n'ai pas le niveau d'un Arcane, je ne suis qu'un humble touche-à-tout." Croak ne savait pas si Anton était au courant pour les correspondances entre les pierres et les métaux. En tout cas l'étranger savait maintenant comment reconnaître les mages et quelques-unes de leurs spécialités. Cela lui serait peut-être utile à l'avenir, qui sait?

Anton avait vraiment l'air de vouloir se promener. Croak un peu moins: il faisait froid dehors et il n'avait toujours pas décidé de l'itinéraire... Il se leva tout de même. "Oui, allons-y. Sinon nous allons passer la journée à boâre et je ne garantis pas que j'arriverais à chanter pour nos hôtes ce soâr." Croak se leva et s'étira. Les plumes de ses ailes bruissèrent tandis que ses ailes se déployaient à moitié, révélant un camaïeu de couleurs voyantes sous sa cape. Prenant la direction des opérations l'Azurien sortit puis par habitude regarda le ciel, définissant le sens du vent et l'apparence des nuages... Presque inexistants. C'était une belle journée pour voler ou se promener. Il se tourna alors vers le Haut-Juge, une idée en tête.

"Dites, ça vous dirait d'aller chez le vieil Ichiro? C'est à dix minutes, par-là." dit-il en tendant la main vers l'Est. "C'est au milieu d'une forêt de bambous. C'est un très vieux sage, qui sait plein de choses. Je vous avoue que je ne comprends pas toujours ce qu'il dit." L'Azurien secoua la tête. "Il prétend que j'ai une cervelle de moâneau... Enfin il n'a pas tout à fait tort." Le Choucas Chantant rit puis reprit. "C'est la mauvaise saison, il a peut-être besoin d'aide pour quelque chose. Et ça lui ferait peut-être plaisir de rencontrer un akkatonien dans votre genre." Il attendit la réponse d'Anton, ce dernier avait peut-être une autre idée en tête.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Ven 16 Fév - 20:00
Anton ricana de manière légère aux paroles de l'azurien qui se défendait faussement d'avoir user de sa magie pour que la haut juge chante moins comme une casserole. Soit, ce dernier n'allait pas faire de cela une affaire personnelle après tout, de plus il était probable de toute manière qu'il soit au service de l'empire pendant encore le reste de son existence si ce n'est plus si un de ses projets en particuliers arrivait à terme, mais ce ne serait là rien qui intéresserait l'aimable barde de toute manière. Un barde qui ne manquait décidément ni d'humour, ni de toupet, comme tout bon azurien sans doute…

Et l'akkatonien se contenta de sourire sinon quand l'autre prétendit que oui il était fiancé, mais fiancé à la musique et aussi quand celui-ci lui confirma sinon qu'il avait vu juste concernant la bague. Par contre, Anton ne manqua pas de légèrement plisser les yeux en détaillant la bague, car dans les faits il avait une bague d'apparence assez proche de celles qu'il vu aux doigts de certains ikhyldiens très hauts placés, donc il se posait quelques questions en voyant celle-ci dans les faits, mais bon. Pourquoi l'autre lui mentirait au pire ? Sans doute qu'il n'avait aucune raison de le faire conclut le haut juge, alors celui-ci décidé tout simplement d'arrêter de détailler la bague du regard et se contenta d'ajouter aimablement.

« Ainsi vous êtes donc à la fois un mage du vent et un mage invocateur ? Fichtre, je comprend pourquoi vous ne manquez pas d'air ! » Après avoir ricané quelques instants à ce trait d'esprits qui ne devait faire rire que lui, il ajouta plus sérieusement. « En tout cas la magie d'invocation doit être pratique je suppose, j'avais entendu dire que vous pouviez par exemple faire apparaître de la nourriture non cuisinée, idéal en somme pour faire des économies sur d'éventuelles provisions. » Enfin, pour sa part il n'aurait sacrifié les attributs technologiques qu'il avait pour rien au monde, mais il avait la bonne foi de percevoir l'utilité et la grande praticité de la magie dans beaucoup de domaines. Il était juste dommage que la magie soit quelque chose de si élitiste et hasardeux dans les faits quant à ceux qui pouvaient en faire ou à quel point, car évidemment cela créait beaucoup d'inégalité entre mages et non mages d'une certaine manière…

« Au pire on pourra toujours vous jeter dans un étang, de ce que l'on m'a raconté il n'y a rien de mieux pour aider quelqu'un à devenir un peu plus sobre. » Dit-il sinon avec humour quand l'azurien accepta de commencer à lui servir de guide tout en disant que s'ils ne commençaient pas à le faire maintenant ils allaient boire toute la journée et ne seraient pas frais pour la soirée. Sur ce le haut juge laissa donc son guide s'ébattre un peu pour déployer ce qui était un sublime plumage et sortir tout en le suivant. Pour sa part Anton ne fit pas spécialement attention à la météo sinon, du moins pas plus que nécessaire pour se dire qu'au moins le temps serait idéal pour ce qu'ils allaient faire. Par contre il ne manqua pas de réfléchir à la proposition que lui fit l'azurien tout à coup et d'y répondre avec amabilité.

« Je n'ai rien contre le fait d'aller rendre visite à ce vieux sage que vous nommez Ichiro, par contre me permettez vous de vous demander de quelle race il est ? Pas que cela ait vraiment d'importance, mais disons que je suppose que le terme de vieux pour un membre d'une race à longue vie doit décrire un être d'un âge particulièrement vénérable je suppose, le genre qui a beaucoup à raconter... » Et il aimait bien rencontrer des êtres qui avaient beaucoup à raconter, du moins quand ces derniers étaient disposés à le faire, ce qui semblait être le cas concernait ce vieux sage s'il devait en croire les propos de l'azurien…

« Dans tous les cas allons-y, je suppose après tout qu'il est normal de venir en aide aux ancêtres, par contre si vous pensez nécessaire de me prévenir de quoique ce soit, genre par rapport à un caractère éventuellement excentrique de votre sage. N'hésitez point, sauf si vous êtes du genre taquin et à vouloir faire des surprises... » Conclut-il donc un peu sarcastique, mais gentiment avant de remettre son casque sur sa tête, il se sentait plus à l'aise ainsi après tout… Restait donc maintenant à suivre son guide là où ce dernier désirait le mener...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Dim 18 Fév - 14:22
Le petit commentaire d'Anton à propos de l'âge du vieillard plongea Croak dans une réflexion... A voix haute puisque l'homme-oiseau était complètement incapable de fermer son bec. Il mena la marche en direction de l'Est, marchant tranquillement, les ailes un peu ébouriffées sous sa cape pour se protéger du froid. Diantre, quelle idée de se promener en hiver? Les étés sont mille fois mieux pour voyager.

"Hum... Je ne me suis jamais posé cette question. Je ne demande plus l'âge des personnes que je rencontre, même si j'en meurs d'envie, surtout avec les Elfes. Vous voâyez, lorsque je l'ai fait on m'a dit que c'était indiscret." C'était apparemment une notion que Croak avait du mal à comprendre, il avait un regard perdu au loin, l'air dubitatif. " Je ne voâs pas en quoâ c'est un secret. Soât on possède la fougue de la jeunesse, soât la sagesse du grand âge. Enfin chaque race a ses coutumes je suppose." Il haussa les épaules et ses ailes bruissèrent. "Bah en tout cas Ichiro est un vieux monsieur tout ce qu'il y a d'humain en apparence. Mais si je ne sais pas quand il est né. Si cela se trouve, il est un Dragon et il a vécu durant des siècles! Ah! Ah! Le vieil Ichiro, un Dragon! Quelle idée!"

Il éclata d'un rire sonore et essuya une larme du revers de la manche à son œil humide d'hilarité. Tandis que les maisons du village se raréfiaient pour laisser place à des vergers dont les arbres levaient vers l'azur des branches nues, Croak poursuivait sa logorrhée.  " Ichiro est un gentil grand-père... Enfin il ne faut pas le lui dire, sinon il se met en colère. Il m'a donné un coup de canne la dernière foâs que je l'a appelé comme ça. Il m'a traité de garnement. C'est un peu fort!" Croak redressa sa tête d'oiseau et bomba le jabot. Je suis parfoâs taquin, mais rien de bien méchant. Enfin, il n'a peut-être pas toute sa tête..." En bon Azurien, le mage n'avait pas l'air de comprendre les règles élémentaires de courtoisie. " Il vit seul dans son coin de forêt parce que c'est un bon endroât pour méditer. C'est vrai que c'est très joli, c'est une maison typique du pays, très ancienne. Peut-être autant que lui, en fin si c'est un Kitsune transformé." Tiens! ça aussi c'était une idée et le mage ferma son bec quelques secondes le temps d'y réfléchir.

La forêt de bambous se dressait telle une muraille végétale au fond du grand verger. Certains aux tiges légères formaient des buissons jusqu’à trois mètres, d'autres au fût  plus large et moins souple élevaient leurs frondaisons au-dessus d'une vingtaine de mètres du sol. les feuilles jaunes et brunes parsemaient le sol nu de toute autre végétation, mis à part quelques mousses qui parasitaient le pied de ces géants majestueux. La forêt semblait silencieuse et immobile jusqu'à ce qu'une rafale de vent fasse onduler la futaie qui retrouvait son calme en l'espace de quelques secondes. Sombres, aux troncs de couleurs changeants allant du jaune, passant de toutes les nuances de vert jusqu'au noir, les bambous s'élevaient en chaumes drus qui formaient comme des barrières solides et impénétrables. Une sente à moitié effacée serpentait  entre les écorces multicolores. A vue de nez, un faudrait plus de dix minutes pour arriver à destination en suivant le chemin.

"Attention aux racines!" dit-il en désignant un gros rhizome à fleur de terre. "C'est facile de se prendre les pieds dedans. Et si vous vous étalez, j'aurai de la peine à vous relever, ah! Ah!" Cette armure de métal lui semblait bien difficile à soulever sans l'aide de la magie. Il n'empêche, l'Azurien s'était montré particulièrement lourdaud dans ses manières. " Alors ça, c'est un turion! " s'exclama t'il en désignant au sol une jeune pousse de bambou. "On dirait que c'est tendre, comme ça... Mais marchez dessus et vous verrez que c'est dur comme du caillou, ça pique et c'est glissant. Donc... Attention où vous mettez les pieds!" dit l'Azurien en commençant sa progression dans les bois en exagérant sa démarche, ce qui lui donnait l'air ridicule d'un héron noir aux ailes multicolores.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Lun 19 Fév - 23:07
Pour sa part Anton n'avait pas vraiment froid, en même temps il avait probablement été habitué à pire par le plan élémentaire du vent. Fichtre, il pensa d'ailleurs que ce cher Croak se sentirait sans doute comme chez lui dans ce plan magique, après tout azurien et vent… Cela devait faire un mélange qu'apprécierait beaucoup l'homme oiseau, enfin… C'était ce que supposait le haut juge du moins.

« Il est vrai que beaucoup de monde est gêné de devoir parler de son âge ou bien trouve cela indiscret, une sorte de tabou social assez fréquent dirons-nous, mais rassurez vous par ma part je n'ai pas de tels tabous. » Précisa t-il sinon avec bonhomie à l'azurien à ce sujet, ce avant de reprendre avec sympathie.

« Je trouve en tout cas agréable que chaque race et nation ait ses propres coutumes, cela offre après tout une certaine diversité à ce monde, une diversité qui le rend d'autant plus fascinant et intéressant. » Même si évidemment, en bon akkatonien digne de ce nom, il considérait que tout le monde vivrait mieux sous l'égide de son empire, mais bon cela n'était que son opinion…

« L'avantage si c'est un humain, c'est qu'au moins qu'il ne s'amusera pas à parler de manière énigmatique comme certains elfes je suppose, quoique… Je ne sais pas pourquoi mais on m'a dit que les vieux sages adoraient s'exprimer des fois de manière compliquée et la manière dont vous me parlez de lui ne me rassure pas à ce sujet. » Souligna t-il avec amusement et sur ce il remarqua sinon qu'ils finissaient par entrer dans un verger et un lieu visiblement encore moins urbain que le village dans lequel ils avaient été auparavant…

« Je ne manquerai donc pas de lui dire que c'est un gentil grand-père, je suis sûr après tout que je suis trop grand pour qu'il ne me tape pas facilement sur le casque. » Reprit-il sinon avec bonhomie, ce avant d'ajouter avec aménité à l'égard de l'azurien qui était décidément quelqu'un d'assez agréable… « Je suis sûr qu'en vrai il doit bien vous aimer et que quand il vous tape avec une canne ça ne doit pas être méchant, enfin ça c'est ce que je me dis sans encore le connaître... » Après en tant qu'akkatonien, il était probablement habitué à des règles de courtoisie un peu moins stricte que les ikhyldiens, même si évidemment les règles élémentaires s'appliquaient aussi là-bas…

« Et comment il fait pour se nourrir ? Il pêche et chase lui-même sa nourriture ? Ou il attend que des âmes généreuses comme vous lui apportent de quoi se sustenter ? » Demanda t-il curieux au sujet du vieux sage sinon quand l'azurien lui dit que ce dernier vivait à l'écart dans une vieille demeure.

Et suite à cela sinon, Anton ne manqua pas de faire très attention alors qu'ils s'enfonçaient de plus en plus dans la forêt de bambous qui leur faisait dorénavant face… Une forêt que l'akkatonien ne manquait pas de détailler du regard dans les faits, après tout ce n'était pas quelque chose à quoi il était habitué que les bambous, du moins en telle quantité. Et il devait avouer que c'était là un type de végétation qu'il trouvait agréable de contempler, même s'il se demandait dans les faits si le bois obtenu avec ces derniers avait la même qualité que celui des arbres. Sans doute supposa t-il, même s'il serait curieux de voir dans les faits comment ces plants étranges étaient convertis en bois utilisables pour fabriquer des arcs ou construire des maisons dans les faits… Sans doute que c'était là une preuve de compétence artisanale typiquement ikhyldienne, qui à défaut certes d'avoir le développement technologique akkatonien, savaient faire ce qu'ils avaient, surtout quand ça concernait la magie d'ailleurs...

« On sent le vécu dans votre voix. » Commenta sinon Anton avec humour quand l'azurien lui dit de faire attention aux racines, mais aussi qu'il aurait bien du mal à relever Anton si ce dernier tombait… Si seulement il savait pensa le haut juge, car même son corps sans l'armure étant sans doute trop lourd pour l'azurien à bien y réfléchir étant donné la quantité phénoménale d'implants qu'il se coltinait…

« Je vois. » Se contenta t-il sinon de dire approbateur quand l'azurien lui désigna et lui parla des pousses de bambous que l'on nommait turion, ce avant qu'ils ne reprennent la marche et alors qu'ils faisaient ainsi Anton ne manqua pas de commenter avec humour.

« Je suppose que ça ne doit pas être évident de voler dans ce genre de forêts pour un azurien comme vous s'il venait à avoir une telle idée, à croire que votre ami sage a choisit de vivre ici spécifiquement pour cela. » Il plaisantait bien entendu, sur ce il ne manqua pas d'ajouter. « Vous devriez venir un jour dans la province désertique sous l'égide de l'empire, là-bas vous ne rencontrerez que peu de d'obstacles à votre vol je peux vous l'assurer, par contre j'espère que vous aimez les dunes de sables, les cactus et les déserts de rocs… Parce qu'en dehors de quelques oasis, il n'y a presque que cela dans les terres sauvages du désert qu'on pas encore irriguées. » Et en parlant de cela d'ailleurs, ils finirent par apercevoir la demeure du vieux sage qui se trouvait sur une petite colline. Intéressant pensa t-il… Par contre ça voulait dire du coup qu'ils allaient devoir la gravir et le chemin pour cela semblait à la fois étroit et accidenté, fichtre...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mer 21 Fév - 22:56
Croak se retourna pour regarder Anton comme s’il s’était fait greffer un implant oculaire au milieu du front. Lui ? Marcher dans la forêt ? Quelle blague ! Puis il partit dans un grand éclat de rire.

« Je ne marche pas d’habitude, je vole ! Je peux voler bien plus haut que la cime de ces bambous ! » dit-il. « Je ne peux pas m’y poser par contre, parce que les tiges plient sous mon poâds. Cela ne m’empêche pas de faire la conversation aux petits oiseaux et de vérifier s’ils vont bien. » Sur ce, Croak trilla comme un oiseau des bois et de la canopée le même son lui répondit. Il claqua du bec, vraisemblablement satisfait. « Mais je ne vole pas entre les fûts des bambous, ça non ! Je pourrais me retrouver coincé dans un bosquet et je me ferais gronder par Ichiro. » Il secoua la tête, cette perspective ne semblait pas lui plaire. « Le bambou est une plante très étrange. Un turion peut pousser de la moâtié de la taille d’un homme en une journée. Il est donc plus difficile de se repérer lorsqu’on est à terre qu’en planant. Enfin heureusement je sais ou je vais.» Croak avait en effet l’air sûr de la direction à prendre… Heureusement pour Anton d’ailleurs !

Les fûts serrés laissèrent place à une colline sur laquelle était juchée une petite maison typiquement Ikhyldienne entièrement -ô surprise!- édifiée en bambou. La charpente et le toit étaient constitués de fûts géants de couleur sombre tandis que les murs étaient constitués de branches séchées et de feuilles entrelacées. C’était une habitation rêvée pour un ermite : isolée, sobre et de faible dimension. Un petit ru qui serpentait au bas de la colline fournissait assez d’eau pour se laver sommairement ou remplir une théière.

« Je croâs qu’Ichiro a planté cette forêt de bambous pour qu’on le laisse tranquille. Il en sort quand il le veut ou alors les villageoâs viennent lui porter ce dont il a besoin. Ça peut paraître un peu désolé, on dirait qu’il n’y a que des grands troncs et des feuilles. Mais au pied des bambous croâssent des champignons, il y a aussi des animaux et les pousses de bambous sont comestibles. Ça n’a pas grand goût mais bien assaisonné ce n’est pas mauvais. »
rapporta Croak durant l’ascension.

L’Azurien trichait un peu en sautillant tout en volant à ras du sol. L’Akkatonien, lui, devait traîner sa ferraille et sa misère jusqu’en haut de l’éminence. La silhouette d’un vieil homme, les yeux fermés et les bras tendus apparut au détour d’un lacet.

« Ichiro ! Youhou ! C’est Croak ! Comment ça va? » cria l’Azurien alors que le vieil homme semblait en pleine concentration. Pas bien grand, chauve, il portait une fine moustache et un filet de barbe d’un blanc neigeux. Ses vêtements, une veste et un pantalon ikhyldiens noirs étaient propres et bien taillés. Le vieillard avait un certain charisme : tout chez lui semblait apaisé et mesuré. Le sage fit quelques gestes lents et souples entrecoupés de profondes respirations. On eût dit une chorégraphie entre danse et arts martiaux. De son côté Croak allait s’asseoir en tailleur non loin de l’athlète à barbe blanche, au pied de la porte d’entrée. Il se mit à siffler sans façon tout en faisant signe à Anton de s’approcher de lui.

« ça c’est une gymnastique un peu spéciale qui permet de… Heu...» L’Azurien hésita, puis reprit l’air de réciter sa leçon de l’école de magie « de synchroniser l’énergie vitale et l’énergie magique. Le mage entre en symbiose avec son élément ce qui lui permet d’être plus efficace et concentré lorsque les évènements imposent l’usage de la magie. » L’homme oiseau secoua la tête, reprenant son babil habituel. « Moi je ne le fais jamais, je n’en ai pas besoin. Enfin je verra ça plus tard, quand j’aurais moins de magie en moâ et que je serai aussi vieux que papi Ichi...aïe ! » Un petit caillou venait de percuter l’arrière du crâne du piaf volubile tandis que le vieil homme, les mains jointes, saluait les éléments pour les remercier de leurs bienfaits. Il se tourna et d’un air aimable renouvela ses salutations… pour Anton cette fois.

« J'ai encore toutes mes capacités grâce à ces exercices quotidiens jeune Azurien. Bienvenue à vous, étranger. Je me nomme Ichiro Shimizu, je suis honoré de votre visite. »

Croak ôta son chapeau et s'inclina devant le vieux sage. Malgré son impertinence, le vieil homme semblait tolérer sa compagnie. Quant à Anton, il était une créature de chair et de métal; Ichiro ne pensait pas rencontrer un homme-armure du lointain empire d'Akkaton dans sa courte vie.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Jeu 22 Fév - 22:24
Faire la conversation aux oiseaux ? Pensa Anton de manière surprise en regardant l'azurien avec de grands yeux, mais, mais… Comment il faisait ? Cela ne devait pas être une aptitude naturelle aux azuriens après tout… Sinon pourquoi les humains ne pourraient faire la conversations aux singes ? Enfin, sans doute qu'il devait plaisanter conclut le haut juge...

Quoique, il avait un doute en voyant l'azurien triller comme un oiseau des bois et qu'un véritable oiseau lui répondit en retour… La magie sans doute conclut le guerrier, ça ou bien ce bougre devrait s'être entraîné à cela… Après tout pourquoi serait-ce impossible ? Il n'y voyait pas de raison, même si évidemment c'était là le genre de talent qu'il n'avait encore jamais pu apercevoir auparavant… Mais bon, il y avait de tout en ce monde après tout… Et puis franchement, un monde où on pouvait voir des êtres faire presque tout et n'importe quoi avec la magie devait sans doute en avoir beaucoup sous le coude par nature…

« Vous avez étrangement bien l'air soucieux d'être discrets en passant par cette forêt de bambou, à se demander presque si vous n'aimez pas l'idée de faire une surprise à ce vieux sage dont vous me parlez. » Enfin, de toute manière il doutait, que même avec le camouflage offert par tous ces bambous, Anton arrive à être véritablement discret, disons que son armure faisait quand même un sacré bruit quand il marchait, comme toute armure de plates d'ailleurs, elles n'étaient pas après tout connues pour être les plus discrètes…

Enfin, en dehors de cela sinon, il trouva la maison faîte de bambous de l'ermite assez agréable à contempler dans les faits, il se demandait d'ailleurs à quel point c'était facile ou non de bâtir une maisonnée avec ce matériau… Probablement que ça devait être plus facile qu'avec du bois d'arbre se dit Anton, même si évidemment il n'y connaissait pas grand-chose en bambou dans les faits, mais disons que c'était son intuition qui lui faisait penser cela..

« Je veux bien croire que c'est bon une fois assaisonné, vous savez... Il n'y a pas beaucoup de légumes qui ont beaucoup de goûts quand on ne les cuisine pas correctement de toute manière, à croire que la nature nous invite presque à nous décarcasser à préparer ce qu'elle nous offre pour nous nourrir pour ainsi présenter un tel lots d'épices et d'autres choses à notre disposition... » Sans parler de la capacité gustative que beaucoup d'êtres vivants avaient, comme si c'était vraiment important dans les faits de sentir le goût de quelque chose pour survivre, sans doute supposait-il car ça indiquait, ou du moins était censé indiquer si quelque chose était comestible ou non…

Dans tous les cas, si l’ascension ne fut guère aussi facile pour Anton que pour Croak, elle ne fut pas non plus difficile pour le guerrier qui en avait vu d'autres disons… Cela et aussi grâce à son armure qui se portait elle-même d'une certaine manière grâce à un système technologique implanté dans celle-ci, ce qui évidemment lui facilitait les choses...

Ainsi il finit par arriver au sommet de la colline peu après l'azurien, et ce pour tomber sur le fameux Ichiro dont ce dernier lui avait parlé. Un vieux sage visiblement d'aspect, ce qui confirmait sans doute qu'il en était un. Et évidemment par politesse, Anton pour sa part se contenta de laisser l'homme oiseau parler avant lui, ne serait-ce que pour faire les présentations, mais aussi lui expliquer le but de la méditation qu'exerçait le vieil homme visiblement.

Hum, ok, c'était juste une sorte de gymnastique magique en somme, cela faisait du sens pensa l'akkatonien qui fut amusé sinon de voir l'azurien se recevoir un petit caillou derrière la tête de la part du sage. Sans doute une riposte de ce dernier après avoir entendu le piaf le traiter de vieux, c'est qu'il devait décidément avoir tous ses moyens l'ancien pensa le guerrier avec amusement. Décidément ce dernier lui plaisait déjà lui aussi…

« Et moi je suis honoré de vous rencontrer honorable ancien. » Répondit sinon le guerrier d'acier au vieil homme quand celui-ci après l'avoir salué lui souhaita la bienvenue et se prétendit honoré de sa visite. Anton dans tous les cas s'inclina courtement à la manière Ikhyldienne, puis reprit avec sincérité.

« Notre ami qui n'a pas la langue dans sa poche vous en conviendrez m'avait proposé de me présenter à vous en disant que vous étiez un vieux sage qui avait beaucoup à dire et à raconter même s'il ne comprenait pas toujours ce que vous racontiez. Mais aussi que vous ne seriez pas contre un peu d'aide, étant du genre assez serviable je vous avouerai, je ne suis pas contre du coup d'aider un peu les autres quand je n'ai pas de choses urgentes à faire. » Oui, il était assez franc dans les faits, probablement trop pour cacher aisément la vérité ou penser à la faire, sauf quand cela était d'une nécessité absolue, et encore…

« De ce fait, que pouvons nous faire pour vous ancien ? Rassurez-vous, moi même je ne suis pas tout jeune et j'ai donc quelques anecdotes à le raconter si vous le désirez, je suppose que ce jeunot qui m'accompagne n'en sera donc que plus réjouit. » Conclut-il donc ensuite en donnant une bourrade amicale sur l'épaule de Croak, avec peut-être un peu trop de force même si sans lui faire mal car ce dernier manqua de tomber à cause de la force franche de cette petite bourrade.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Dim 25 Fév - 15:12
« Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est une embuscade ! Vous vous êtes concertés pour m’assassiner ? Ah la belle bande de gredins ! Prenez tout mon or mais pitié, pas mon luth. » gémit théâtralement l’Azurien qui massait son épaule emplumée endolorie. Le vieux mage secoua la tête, habitué aux pitreries agaçantes de son jeune collègue. Il se tourna vers Anton qui lui avait demandé s’il avait besoin d’aide, supposant que son grand âge l'empêchait d'être actif.

« Sage est la jeunesse qui s'éclaire du vécu de la vieillesse. Cependant vieillir, ce n'est pas du tout diminuer, mais grandir. Et l’homme n'est vieux que le jour où il le décide. A cet instant, il rend sa liberté et ses infinis possibles pour devenir l’esclave du temps. Je n’ai pas encore renoncé à cette liberté, donc même si mon visage est marqué par les rides, mon esprit est toujours resté celui d’un enfant qui s’émerveille.»

Croak pouffa de rire dans ses mains. Il n’avait pas saisi grand-chose comme d’habitude -ou du moins pas cherché à comprendre-, et il y avait fort à croire qu’Anton avait lui aussi de la difficulté avec cette soupe philosophique. Le vieillard leur sourit avec un air bienveillant, comme s’il parlait à de petits enfants auxquels il faut expliquer les choses de la vie.

« La jeunesse a de l'énergie à profusion, tant et si bien qu’elle qui lui donne l'envie de tutoyer les étoiles. Voyez sur mon domaine ce qui pourrait vous occuper, pendant ce temps je préparerai le thé. » déclara le petit vieux en s’inclinant puis il disparut en quelques lestes enjambées dans la cabane sans être gêné le moins du monde par la carrure de l’Azurien. Ce dernier se leva et s’avança un peu sur le monticule afin d’embrasser le terrain du regard. Croak parla alors à l’Akkatonien.

« Hum, où allons-nous tutoâyer les étoiles, hein ? Je serais bien parti pour une dans le ciel, mais il ne fait pas nuit. » dit-il avec un petit ton humoristique. L’œil noir de l’Azurien remarqua enfin quelque chose. Il s’élança dans les cieux puis après un piqué vertigineux, il stoppa net son vol au pied de la colline et se posa près du ruisseau. Il fit quelques pas pour inspecter les lieux. Là se tenait un pont de bambous grisâtres liés par des fibres végétales. Le mage s’assura de la solidité de la rambarde qui branla dangereusement. D’un bond il s’élança dans les airs, aussi léger qu’une plume, puis vint délicatement se poser auprès de l’Akkatonien.

« Bon, Papi Ichiro est peut-être un petit enfant fougueux, mais il ne peut pas sauter au-dessus du ruisseau. Il faut réparer le pont, sinon il est obligé de faire un large détour pour aller dans cette partie de la forêt » dit le mage en tendant la main vers l’Est. « C’est du bambou, ça ne devrait pas prendre longtemps à réparer et le vieux nous retrouvera pour l’heure du thé. Est-ce une mission dugne du haut-général d’Akkaton ? » demanda t-il finalement d’un air malicieux. Il battit des ailes. « Il va falloâr trouver de nouveaux bouts de boâs bien secs pour la rambarde. Bon, on s’envole ? » demanda t-il d’un air taquin en détaillant l'énorme masse de métal qu'était le corps d'Anton, prêt à lui donner sa première leçon de voltige aérienne.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Lun 26 Fév - 23:56
Anton ricana en entendant et voyant les pitreries de l'azurien qui parlait d'embuscade et du fait qu'on pouvait prendre son or, mais pas son luth. Fichtre ! Il fallait croire que ce bougre avait toujours un joli trait d'esprit à placer en chaque instant, c'était décidément le genre d'ami avec lequel on ne devait jamais s'ennuyer dans doute... Enfin bon, dans tous les cas le haut juge reprit rapidement son sérieux suite à cela sinon et consacra comme il le convenait son attention au vieux sage qui venait tout à coup de reprendre la parole pour s'exprimer dans un langage proche de ceux que les philosophes utilisent des fois pour écrire leur charabia dans des bouquins…

Et dans les faits, il comprit à peu près ce que racontait l'autre, disons qu'il avait déjà entendu un tel charabia par le passé après tout, même si lui-même trouvait cela bien alambiqué disons. Par contre, il n'allait pas s'embêter à expliquer ce qu'il avait compris à Croak car disons que… C'était compliqué, cela et puis... Quel serait le mérite si on mâchait le travail de l'azurien ? Pour sa part en tout cas il se dit que l'autre avait visiblement les compétences orales et intellectuelles pour écrire des ouvrages de philosophies bien tirés par les cheveux…

Et sinon, il se dit que pour sa part le jour où il ne ferait qu'un avec la machine… Et peut-être si les avancées techniques futures le permettraient, il aurait sans doute tous le temps pour réfléchir à ce genre de choses. Après tout si comme il l'espérait la technologie finissait par lui permettre une certaine forme d'immortalité, il serait bête de ne pas en profiter. Cela et puis, le monde était vaste et riche en possibilité, il lui faudrait donc bien cela au moins pour pouvoir exploiter toutes ces dîtes possibilités offertes par l'existence...

Dans tous les cas, il comprit ensuite que le vieux sage s'absenta pour aller leur préparer du thé et les inviter à trouver de quoi s'occuper. Hum, de quoi s'occuper ? Il fallait qu'Anton y réfléchisse pour le coup, car il devait avouer qu'il n'y avait pas l'air d'y avoir grand-chose dans les environs proches pour s'amuser follement, sauf s'il trouvait peut-être un jeu de société… Ou bien si l'azurien avait une idée discutable, en tout cas c'est ce qu'on pourrait penser en réfléchissant à celle-ci quand il la formula.

« Désolé mon ami, mais même si vous usiez de la magie pour cela ce ne serait pas possible. » Dit-il d'un ton légèrement désolé avant de s'expliquer. « Mon corps est bien trop marqué par la technologie pour que ce genre de magie ait le moindre effet sur moi si c'était ce à quoi vous pensiez. Du coup je vais devoir y aller à pied dans tous les cas. » C'était comme ça, Anton avait fait un choix après tout en se dotant aussi férocement d'implants et en se privant ainsi d'effets bénéfiques de la magie tel que celui-ci. La seule raison d'ailleurs pour laquelle l'azurien avait pu modifier les sons émanant de la bouche de l'Akkatonien était parce que c'était un sort léger affectant une partie du corps pas encore non modifiée de l'akkatonien et encore… Peut-être n'était pas le corps qu'il avait directement affecté ? Peut-être, en tout cas ça ne marchait malheureusement pas s'il était en moyen de faire voler quelqu'un d'autre, s'il s'amusait à faire cela sur l'homme d'acier.

« Mais je vais vous aider à réparer le pont de mon mieux si vous le désirez, mon armure me permet disons de porter de lourdes charges que la plupart des hommes ne pourraient supporter. Pour votre part mon ami, usez de votre magie de manière à nous féliciter les choses… Un mage de vent comme vous doit après tout connaître quelques astuces… » Il redonna sur ce une tape sur l'épaule de l'azurien, mais moins forte et ajouta amicalement. « Bon je propose du coup que nous nous en occupions, sauf si évidemment vous avez peur qu'une méchante créature surgisse de derrière un fourré pour vous dévorer. C'est que les poulets comme vous ça doit donner fin aux prédateurs… En tout cas je comprend pourquoi vous restez coller à mes basques, mon auguste et imposante présence doit vous rassurer après tout... » Sur ce il alla donc se diriger vers le pont pour voir s'il pouvait réparer ce dernier assez rapidement pour arriver avant que le thé ne soit froid si possible…
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mer 28 Fév - 22:13
Croak ouvrit de grands yeux ronds et la partie inférieure de son gros bec orange tomba presque à la verticale, lui donnant un air de surprise comique durant une seconde. Anton venait d’accomplir l’exploit de laisser l’Azurien sans voix.

« Quoâ ? Quoâ ? Mais… Mais c’est affreux. Pas de magie, vraiment ? » s’exclama t-il en reprenant ses esprits. Cela voudrait dire que Anton ne pourrait pas voler sans tomber… Malade ? En panne ? Le Haut-Juge était le premier Akkatonien qu’il rencontrait. Il ne s’était jamais vraiment intéressé aux dysfonctionnement entre magie et technologie. De toute façon la question ne se posait pas vraiment dans l’empire d’Ikhyld.

Il considéra Anton avec une certaine pitié teintée d’incompréhension. La magie était tellement merveilleuse, comment l’exclure de sa vie ? Et pourquoi le faire ? Toute cette carapace de fer autour d’Anton ne semblait pas vraiment utile ; la preuve, il ne pouvait même pas voler ! C’était… Nul ! Voler ensemble, ça aurait été un grand moment… Et puis Croak adore planer au-dessus du monde. Se promener à pied n’est pas agréable pour un Azurien, mais il n’allait pas laisser Anton à son triste sort : ce n’est pas drôle de se retrouver handicapé car on ne peut pas bénéficier des bienfaits des enchantements.  

« La magie aussi rend fort ! Je peux soulever des rondins et faire hurler le vent. »
  déclara fièrement Croak en bombant le torse, il ne doutait pas de ses capacités par rapport à l’Akkatonien. Il compensait son manque de musculature par un immense pouvoir. Même s’il était un comique de premier ordre, il était très sérieux quand à l’usage de la magie. C’était son héritage, il fallait qu’il se montre digne de l’honneur qui lui avait été accordé.

« Je ne fuis pas devant les bêtes »
mentit Croak qui avait pourtant tout d’un pleutre. « Toute créature a sa place dans l’Empire et il serait malheureux d s’en prendre à elle à cause d’une… Divergence d’opinion. » Croak ne serait assurément pas d’accord si un monstre désirait lui croquer le croupion. « Et puis je connais les lieux, je suis allé plusieurs foâs dans cette forêt. Je sais où trouver les meilleurs bambous et où il vaut mieux éviter de passer. » Il sifflota quelques secondes un air improvisé puis reprit. « Et puis il y a très peu de vilaines bêtes près des habitations. Je croâs qu’elles craignent Ichiro. Ce n’est pas un chasseur mais il sait se défendre au cas où. De toute façon il y a peu à manger sur une armure, elles ne viendront pas nous dévorer, ah ! Ah !» Il y avait assurément de quoi s’étouffer en gobant un boulon.

Les deux compères s’avancèrent jusqu’au pont vermoulu. Croak saisit une rambarde et la malmena en la secouant de droite à gauche sans vraiment forcer. « Il y a quelques bambous fendus et du jeu au niveau des liens. » Son index griffu désigna des fibres regroupant quelques fûts brunis par l’âge. Les liens s’effilochaient et tôt ou tard le petit pont risquait de s’effondrer sous le poids d’Ichiro. « Il aurait mieux fait de me parler de ça la dernière foâs que je suis venu. Au lieu de ça, il m’a sermonné  à propos de ma grossièreté -alors que je suis la personne la plus polie du monde!- puis il a joué du shamisen pendant des heures. » Son bec claqua dans un bruit sec de désapprobation. « Quand je pense que cette tête de mule aurait pu se noâyer... ».

Il secoua la tête, l’air fataliste puis avança d’un air résolu avec sa démarche de héron vers les frondaisons de la forêt de bambous, les mains dans les poches. « Allons couper quelques fûts et prendre des feuilles sèches. Ça fera de bonnes fibres bien solides. Ensuite nous irons boâre le thé et je gronderai papi Ichiro. » Cette perspective le fit rire à gorge déployée.  « Allez en route ! A défaut d’une leçon de vol nous croâserons peut-être une créature merveilleuse ! Oh ! J’aimerais rencontrer un Kirin ! Ce serait chouette ! » Croak battait des mains en sautillant tel un jeune Azurien à qui on a promis un bonbon tout en s’avançant vers la forêt, sans armes ni outils pour accomplir sa tâche.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Jeu 1 Mar - 22:02
Anton s'étonna de l'air pantois que venait tout à coup d'afficher le mage, mais devina que cela voulait dire qu'il avait dit quelque chose qui avait totalement surprit et décontenancé le corbeau, fichtre. Il avait dû faire fort pensa t-il, car il n'aurait pas penser cela possible, du moins presque juste avant que ça n'arrive…

« Je suis Akkatonien, donc à vrai dire... Je n'ai jamais vraiment trop vécu avec la magie... » Se contenta t-il donc du coup de souligner un peu perplexe à l'azurien pantois qui trouvait peut-être que le fait de vivre sans ou avec peu de magie devait être affreux. Sans doute qu'il devait avoir ses raisons pensa le haut juge, qui pour sa part il aurait sans doute pensé la même chose certainement s'il avait dû vivre privé pour sa part de la technologie, après ça ne l’empêchait pas en tant qu'homme ayant arpenté le monde de comprendre bien entendu que d'autres modes de vies étaient possibles...

Enfin, de toute manière il n'avait pas l'impression d'être spécialement à plaindre par rapport aux mages, la technologies avait ses forces que n'avait pas la magie et inversement après tout. D'une certaine manière il était content d'ailleurs d'être né à une époque où les progrès techniques étaient aussi avancés, car sinon il aurait pu en effet être considéré comme à plaindre par rapport aux mages, alors que là il avait plutôt l'impression d'emprunter à sa manière un chemin dont la destination finale était une certaine forme de transcendance par la technologie. Bon, il était encore loin, voir très loin d'être arrivé au bout de son périple, mais il pensait être sincèrement en bonne voie au moins !

Enfin, de toute manière il n'était pas là pour s'amuser à faire des comparatifs concernant laquelle des deux voies entre magie pure et technologie pure était la meilleure, ce serait comme débattre de ce qui était le mieux entre le thé et le café… Un débat stérile à sa manière car surtout composés d'arguments subjectifs des deux côtés. Même si évidemment, ce n'était parce qu'un débat était subjectif qu'il était mauvais en soit, mais disons que si cette subjectivité rimait avec mauvaise foi ou incompréhension de l'autre voie, ça n'aidait pas vraiment au fond...

Dans tous les cas ce fut à son tour d'être perplexe ensuite, non pas quand l'azurien dit qu'il ne fuyait pas les bêtes, mais que toute créature, même maléfique et agressive avait une place dans l'empire Ikhyldien et qu'il serait malheureux de s'en prendre à elle à cause d'une "divergence d'opinion". C'était une blague ? Sans doute pensa l'akkatonien qui rit quelques instants avant de dire. « Très drôle mon ami ! Décidément vous avez toujours le mot pour rire… Toutes les créatures ont leur place dans l'empire haha, je vous imagine tellement en train d'expliquer cela à des goules si jamais vous en croisez, ou même… Des zombis ! » Bon il prenait peut-être les exemples les plus extrêmes en parlant de cela, mais au moins il est vrai qu'il y avait de quoi rire un peu, sur ce il ajouta amicalement.

« Oh vous savez, si nous avons l'infortune de croiser des morts vivants, ce n'est pas le fait qu'il y ait peu à manger qui va les arrêter, après tout d'expérience je sais qu'ils aiment tuer, par pure jalousie des vivants de ce que l'on m'a raconté, m'enfin… Je ne suis pas nécromancien, donc je ne suis pas spécialiste dans ce domaine de toute manière. »

Enfin, dans tous les cas ils se rendirent par la suite au pont vermoulu qui en effet n'était visiblement pas un état de supporter trop de poids, ce que l'azurien confirma d'ailleurs rapidement par un petit examen.

« Heureusement pour votre ami qu'on se soit rendu compte assez vite qu'il vaut mieux réparer le pont… Décidément il a eu de la chance. » Ce qui sous entendait qu'il n'en aurait pas toujours, mais bon… Des fois certains se démarquaient pas un comportement déraisonnable à certains moments.

« Que vous voulez-vous mon ami, même les grands sages ont leur moment d'égarement ou de bêtise je suppose, la perfection n'est pas de ce monde après tout. » Se contenta t-il sinon de dire de manière sympathique et compréhensive à l'azurien lorsque celui-ci souligna qu'il considérait le vieil Ichiro comme une tête de mule pour ne pas l'avoir prévenu avant… En effet, on aurait dit une réaction de nain pensa Anton, de vieux nain qui ne voulait l'aide de personne, du moins pas avoir à la demander.

Dans tous les cas il se contenta sinon de suivre l'azurien pour aller couper des fûts avant de répondre à celui-ci avec calme. « Évitez de dire que vous aimeriez que quelque chose se pase mon ami, car qui sait ? Cela pourrait réellement arriver, quoique je suppose que toutes les créatures que l'on peut rencontrer dans ces bois ne sont pas forcément agressives... » Par contre il remarqua quelque chose et dit à son ami. « Ne devrions nous pas aller récupérer des haches pour couper les fûts ? Car j'avouerai que même si vous avez votre magie, couper des fûts à main nue ça ne doit pas être l'idéal, sauf si vous désirez le faire avec votre bec... » Conclut-il taquin, pour sa part en tout cas il récupéra une hache qu'il avait prit en chemin, se doutant après tout qu'il allait devoir en user, puis conclut.

« Existe-il une procédure pour ne pas froisser d'éventuels esprits de la forêts sinon ? Après tout je suis un étranger et comme tout dégouline de magie ou presque à Ikhyld, je suppose que vos forêts ne manquent pas toujours d'enchantements, quoique si c'est votre ami qui a planté celle-ci, je suppose qu'aucun esprit n'a vraiment eu le temps de s'y insta... » Et alors qu'il terminait de dire cela il vit une sorte de créature bizarre en train de manger du bambou, une sorte d'ours à pelage noir et blanc qui les regardait de manière visiblement pensive en mangeant. Pour sa part à la manière dont il regardait cette créature, Anton devait ne jamais en avoir vue, d'ailleurs c'est qu'il sembla confirmer avec la question qu'il posa à l'azurien.

« Les ours sont végétariens par chez vous ? C'est agressif ? » Il fallait le dire, parce que si c'était le cas il était prêt à chasser la créature pour qu'elle ne les dérange pas. Après tout il pouvait sans doute gérer, pas la première fois après tout qu'il filerait une raclée à un ours… Généralement avec un fusil ça passait très bien par exemple.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mer 7 Mar - 23:15
L’Azurien étudia Anton de son œil noir et rond. L’homme avait l’air sacrément au courant des sortilèges de nécromanciens. Si ça se trouve, il y en avait par chez lui. L’Empire akkatonien n’était peut-être pas un vaste territoire perdu pour l’art de la magie. Enfin, la nécromancie était une branche plutôt spéciale… Croak n’avait jamais eu envie de jouer avec la mort : les gens naissaient, vivaient puis décédaient. S’amuser avec les âmes ou les cadavres lui avait toujours semblé aller à l’encontre du cycle de la vie. Certes, la magie le permettait mais il y avait quelque chose de malsain et de perverti dans ce pouvoir. Depuis qu’il était né il entendait des légendes terribles à propos de fantômes ou de morts se levant de leurs tombes et l’étude de la magie lui avait permis de prendre la mesure de l’horreur et de la mégalomanie de certains nécromanciens. Certes, tous n’étaient pas logés à la même enseigne mais il n’empêche, mieux valait laisser les morts là où ils étaient.

« Je ne maîtrise pas la nécromancie. Je préfère la lumière et la vie. Chanter la sérénade dans les cimetières… Très peu pour moâ ! »
répliqua Croak sans s’appesantir sur ce sujet délicat même s’il brûlait d’envie de savoir en quelles circonstances Anton avait pu croiser des morts-vivants.

Puis Anton s’arma d’une hache pour abattre les bambous. Il fit gentiment remarquer au mage qu’il se promenait les mains dans les poches. Prenait-il l’Azurien pour un étourdi ? Ou avait-il peur de devoir travailler seul, l’homme-oiseau baillant aux corneilles tout en le regardant couper les fûts ? Mais Croak avait déjà tout prévu, il n’avait pas une cervelle de linotte.

« Je ne voâs pas l’intérêt de m’embarrasser d’un outil maintenant. C’est lourd, encombrant et je ne suis pas très musclé. J’aurais mal aux bras avant d’atteindre les bambous. J’invoquerai une hache une foâs sur place, et même deux s’il le faut. » répondit-il d’un ton léger. Être un mage invocateur permettait d’emporter avec soi tout un tas d’objets de première nécessité sans avoir besoin d’une charrette pour les transporter.

Puis Anton posa une question pertinente à propos de la magie, des esprits et des sortilèges. « Je ne sais pas trop ce que papi Ichiro a fait pour protéger sa forêt, je ne suis pas très calé en magie de la Terre. Faire pousser des bambous ou soigner les animaux c’est son truc. Moâ je vole et je chante, c’est déjà pas si mal, ha ! Ha ! »

Croak était trop occupé à deviser avec Anton pour regarder autour de lui. Des dangers ? Allons bon ! Il n’avait jamais eu de fâcheuse rencontre dans la bambouseraie, pourquoi prendrait-il des précautions inutiles ? Anton s’arrêta net avec un regard incrédule et méfiant.

« Un ours ? Quel ours ? » demanda Croak alarmé, son instinct lui criant de s’envoler jusqu’à la cabane d’Ichiro : le barde était courageux mais pas téméraire. Puis il repéra la bête pansue assise sur son derrière en train de mâcher benoîtement des feuilles qu’il portait à sa bouche en utilisant ses pattes. « Ce n’est pas un ours, c’est un panda ! » expliqua t-il à l’humain, l’air transporté de bonheur. « Enfin si c’est un ours, mais pas un véritable ours… Il ne va pas vous courir après pour vous dévorer, il ne manque que du bambou ! Oh ! Ils sont très rares ! Pas autant qu’un Kirin mais il paraît que ça porte chance ! Chic ! Chic ! Chic ! » s’exclama t-il en tapant dans ses mains comme un gamin qui a reçu le jouet de ses rêves. « Ils sont très pacifiques ! Allons lui parler. Cachez votre hache sinon il va croâre que vous êtes un chasseur.»

Et joignant le geste à la parole, l’Azurien s’approcha d’une façon décidée vers le plantigrade avec sa démarche de héron. Il s’arrêta à quelques mètres, histoire de laisser une distance de sécurité entre lui et la bête sauvage.

« Ohé, monsieur panda ! » La bestiole cessa de mâcher pour tourner ses yeux ronds comme des billes vers  Croak.

* L’oiseau me parle ? * grogna t-il en regardant le barde, tandis que l’Akkatonien ne comprenait rien de l’échange.

« Oui, je suis un homme-ouâseau et je parle ! Je vole aussi ! » Il étendit ses ailes magnifiques de part et d’autre de son dos. Le panda décida d’admirer de plus près cette curiosité et tomba lourdement sur ses pattes avant pour se remettre à quatre pattes. Puis de sa démarche chaloupée il marcha vers le barde qui n’en menait pas large quand même. Croak eut un geste de la main pour demander à Anton de ne pas se précipiter lorsque le panda faisait le tour de son corps en le flairant.

L’animal repéra l’Akkatonien et Croak expliqua qui il était de façon assez frustre pour que l’animal comprenne. « C’est Anton l’homme de fer. Il n’est pas méchant. » La bête renifla ledit Anton avec méfiance puis retourna vers son bambou qu’il avait trop longtemps négligé.

« Il n’y a pas beaucoup de feuilles dans cette forêt. Tu as faim ? Tu veux à manger ? » demanda Croak un peu déçu que le plantigrade retourne à ses bambous et se désintéresse des deux bipèdes. L’ursidé en noir et blanc se tourna vers l’Azurien, plein d’espoir. Les jeunes pousses nourrissantes ne naîtraient qu’au printemps et il ne restait que de vieilles feuilles ligneuses pour contenter son estomac. Il avait de la peine à trouver son cinquième de quintal quotidien de cellulose.

« Nous allons couper des grands bambous et nous te laisserons les feuilles du sommet. Viens avec nous et tu pourras manger. » proposa le mage tandis que les prunelles noires de l’ursidé ne le lâchaient plus. Le panda ne pensait plus qu’à sa récompense, sans se méfier des deux bipèdes désormais. Il s’assit à nouveau sur son derrière, le temps de manger deux ou trois feuilles en attendant que Croak décide de se mettre en chemin. Ce dernier se tourna justement vers Anton et donna le signal du départ. « En route joâyeuse compagnie ! Allons nourrir monsieur panda et réparer ce pont. Et Ichiro nous servira un bon thé fumant après ça ! » Le plantigrade marchait sur les talons du mage de sa démarche pataude et chaloupée tandis qu’il disparaissaient sous les frondaisons de la bambouseraie, s’enfonçant en son cœur pour trouver les fûts les plus hauts.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Ven 9 Mar - 23:38
« Je ne suis pas non plus nécromancien pour ma part, mais je n'ai rien contre-eux, du moins tant qu'ils ne font rien d'illégal ou d'immoral. » Se contenta de répondre à son tour Anton avec franchise à ce sujet, après tout il avait sans doute déjà pu avoir affaire à des morts vivants dans le passé en effet et pas vraiment dans le bon sens du terme. Mais bon, passé les premières frayeurs quand on croise des zombis qui sont des cadavres vivants et donc apeurant par nature, ils n'étaient pas des adversaires si coriaces que cela. Le problème comme toujours avec les morts vivants, c'est quand ils étaient nombreux, car certes un guerrier redoutable pouvait en abattre une bonne pelletée, mais finissait toujours un moment où si ce dernier se laissait submerger, où il finirait épuisé. Mais bon, c'est comme pour tout, il suffit d'être prudent et avoir de la jugeote pour s'en sortir…

Et en parlant de jugeote, le haut juge estima que son ami azurien devait en avoir pas mal pour s'être donné la peine d'apprendre une magie aussi pratique, du moins ayant l'air aussi pratique que celle d'invocation… Il se demandait si elle était répandue au vu de son utilité, probablement ou bien probablement pas… Il ne s'y connaissait pas tant que cela en magie après tout, surtout ce qu'il fallait pour pouvoir se battre contre et s'en défende disons.

« Vous êtes décidément un oiseau malin mon ami, mais bon on ne peut pas vous le reprocher. Pour ma part je me contenterais à défaut d'avoir une magie aussi pratique à disposition de faire avec les moyens du bord. Par contre j'espère que malgré votre manque apparent de force vous n'aurez aucun mal à coup ces bambous, quoique ces derniers n'ont pas l'air bien résistants... »


Oui, après tout ces bambous avaient l'air assez peu épais ou solides, plutôt du genre cassant même. Quant à ce brave vieil homme nommé Ichiro, Anton supposa que ce dernier devait se plaire ici, ça pouvait se comprendre disons, même si l'akkatonien pour sa part s'avouerait un certain penchant citadin, mais bon… Ce n'était guère étonnant au final pour un homme né et ayant vécu à Akkaton, la capitale de l'empire du même nom.

D'ailleurs en pensant à cela, il n'avait encore jamais croisé d'animal comme celui qu'il remarqua tout à coup et qui avait tout d'un ours, mais en moins… Comment dire ? Intimidant, en tout cas l'azurien ne manqua pas de s'inquiéter à son tour quand le haut juge le tira de la conversation pour lui désigner le bestiaux.

Mais tout à coup, il fut surprit de voir l'azurien au contraire très heureux en remarquant la bête, allant même jusqu'à lui dire que c'était un panda… C'est quoi un panda pensa Anton… Enfin bon, si ce n'était pas dangereux ça lui allait, d'autant plus si c'était juste un bête herbivore qui ne devait pas être bien plus malin qu'une vache laitière à bien y réfléchir…

« Lui parler ? » Finit par contre par demander l'akkatonien d'un air perplexe quand son ami proposa qu'ils fassent cela en invitant le haut juge à le suivre. Etait-il sérieux ? Oui visiblement… Eh bien, d'accord pensa Anton qui ne chercha même pas à comprendre et se contenta de regarder la scène silencieusement…

Et, c'est vraiment ce qui se passa ! L'azurien fit la conversation avec un panda ! Sérieusement ? C'était de la magie sans doute, il n'y avait aucun moyen qu'il en soit autrement pensa t-il… Par contre, est-ce que ça avait vraiment de la conversation un animal de ce genre ? Parce que bon, pas comme s'il avait l'air d'être le genre à mener une vie passionante...

Dans tous les cas Anton regarda avec perplexité le panda s'approcher d'eux puis faire le tour de leur personne en les reniflant. Bah, il n'avait pas spécialement peur d'un panda en vérité, c'est juste qu'il n'avait pas l'habitude de se faire renifler, à part éventuellement par des chiens. Il fallait croire décidément que c'était un moyen habituel chez les animaux de communiquer qu'utiliser l'odorat, à se demander comment ça se faisait que l'espèce humaine ne le faisait plus depuis bien longtemps…

Dans tous les cas, l'animal finit rapidement par revenir à une préoccupation visiblement d'importance pour lui, le fait de se nourrir… Il devait bien en manger du bambou pensa Anton pour arriver à se nourrir au vu de son corps massif. Du moins s'il ne mangeait que ça, car bon il est de source sûr qu'on nourrit difficilement un humain avec de la salade, alors un ours...

Bon, par contre Anton fut légèrement surprit que l'azurien finisse par proposer au panda de trouver à manger à ce dernier. Bon, bah… Pourquoi pas ? Il n'avait pas prévu d'être serviable envers un animal aujourd'hui, mais il n'était pas contre non plus. Bon du coup un panda les suivait dorénavant et c'est ainsi qu'ils s'enfoncèrent dans la forêt de bambou… C'est ainsi qu'ils finirent par arriver à un emplacement qui semblait idéal pour en coup et qu'ils commencèrent.

Anton avisa donc sa hache qu'il soupesa, s'approcha d'une poignée de bambou qu'il coupa d'un coup franc… Surprit d'y arriver bien facilement, il remarque que l'un des bambous faillit atterir sur le crâne de Croak, mais heureusement ce ne fut pas le cas.

« Ah ! Désolé mon ami, disons que je ne suis pas habitué à coup des arbres et encore moins des bambous... »
Il réfléchit alors qu'il continuait à couper des bambous, puis finit par demander à l'azurien.

« Et comment allons nous faire pour transporter le tout ? On le fait à bout de bras ou bien notre nouvel ami va aider ? Sauf si vous avez éventuellement un stratagème magique sous la manche. »
Parce que bon, ce n'est pas tout, mais il voyait mal l'azurien porter aisément les bambous lui-même, surtout que sa race n'était pas vraiment connue pour sa grande force physique, la faute sans doute à leur physique fait pour voler… Mais bon, l'autre lui avait assuré qu'il n'était pas un si bon mage que cela, alors en serait-il capable ?
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Mar 13 Mar - 21:42
Il fallut peu de temps pour trouver des bambous assez hauts et solides pour réparer le petit pont. S’élevant dans les cieux, les fûts de différentes couleurs se balançaient légèrement au gré du vent tandis que l’on entendait leurs feuilles bruisser à plusieurs mètres du sol. L’Azurien continuait de gazouiller auprès du panda affamé, il promettant toujours et encore de bonnes feuilles bien savoureuses si le plantigrade bicolore se tenait tranquille.

Pendant ce temps Anton donnait des coups de hache dans des bambous qui churent sous l’impact. Il s’en fallut d’un cheveu que l'un des fûts écrase la griffe extérieure du pied droit du mage. Le panda quant à lui ne broncha pas et se dandina vers les feuilles des hauts bambous tombés au sol.

« Quoâ ! Quoâ ! Au secours ! »
croassa Croak en agitant frénétiquement les ailes et les bras sous le coup de la surprise, ressemblant plus que jamais à un oiseau fou. « Non mais j’ai failli mourir la tête enfoncée dans mes épaules ! Attention tout de même ! » gronda t-il en agitant l’index tel un professeur avec son élève mais le barde avait l’air si peu sérieux avec ses plumes multicolores hérissées et son chapeau de travers que sa crédibilité s’en trouvait ruinée.

Croak usa de la magie d’invocation pour sortir une hachette du néant et découper les petites branches soutenant les feuilles. Le haut des fûts était dégagé et ces petites tiges souples serviraient de lien entre les bambous. Quant au panda il engloutissait les feuilles au fur et à mesure que Croak ratiboisait les tiges. Il semblait savourer son repas en l’engloutissant sans retenue.

Fûts et tiges furent bientôt prêts ; la hache providentielle de Croak disparut de ses doigts griffus dès qu’il eût terminé son travail. « Hum ? Comment allons-nous déplacer ça ? Bien entendu il y a plusieurs solutions. Je pourrais invoquer double vortex, même si théoriquement seule une arme est sensée voyager. Ou alors je demande à un golem de venir pour qu’il transporte tout ça.» dit-il en se grattant le bec. « Évitons les accidents de magie ! Comme disaient mes maîtres à l’académie, il faut toujours privilégier l’élément qui semble le plus naturel. Eh bien moâ, j’aime le vent ; j’emploârai donc l’air. Allez zou ! En avant les bambous ! Et au-revoâr monsieur panda, bon appétit ! »

Le mage agita ses mains et les fûts décollèrent du sol tandis que Croak n’oubliait pas les rameaux qu’il avait méticuleusement défeuillés. Les fûts de bambous coupés passaient lentement entre ceux qui étaient toujours attachés à leur rhizome sans en heurter un seul durant le parcours jusqu’au pont qui menaçait de s’écrouler. Arrivés à destination ils atterrirent mollement au sol, prêts à être utilisés.

« Nous allons remplacer les bambous et les liens les plus fatigués. J’informerai les hommes du village de venir jeter un coup d’œil à notre réparation de fortune. Ichiro n’aime pas que l’on vienne traîner par chez lui mais cette foâs ça me semble nécessaire. Bah ! Il les paiera en leur offrant une tournée de saké ! » Les deux compères n’avaient plus qu’à travailler de concert. Croak était le moins fort mais le plus agile grâce à ses ailes. Il voletait parfois tête en bas et jambes presqu’à la verticale ou faisait du sur-place à côté de la rambarde tout en rajustant certains liens. L’Azurien invoquait gracieusement tout outil dont pourrait avoir besoin l’Akkatonien. Ils n’étaient pas aussi solides ou efficaces que ceux de son pays, mais ils faisaient l’affaire.

Les petits travaux terminés, Croak sautilla gaiement sur le pont pour en tester la résistance.

« Ma foâ, c’est pas mal. Je suis un bricoleur lamentable, mais grâce à monsieur le haut-juge aux doigts de fée, papi Ichiro ne devrait pas couler. Tiens, en parlant du loup... »
Il pencha la tête à la manière d’un moineau pour mieux voir la silhouette d vieux sage qui les observait depuis le haut de la butte.
« Hé Ichiro ! Désolé pour le thé ! Mais il fallait réparer ça sinon tu allais faire un beau plongeon parmi les carpes ! » s’écria Croak en volant autour du pont afin de montrer les réparations.

« Le temps n'est jamais perdu s'il est donné aux autres. Mais heureusement votre thé est encore chaud. » Le vieillard s’inclina cérémonieusement et disparut dans sa petite masure.
« Bon, après l’effort, le réconfort. Un bon petit thé chaud pour nous réchauffer sera le bienvenu. » dit Croak en claquant du bec de satisfaction, gravissant déjà la butte à pied.

Sorts:
 
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Azurien
Nationalité: Ikhyldien
Rang social: Petit peuple
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 23/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak) Sam 17 Mar - 22:10
« Mais non, je suis certain que vous êtes plus solides que vous n'en avez l'air mon ami . » Ne put s'empêcher de répondre l'akkatonien avec humour à l'azurien qui surjouait le fait qu'il aurait soit disant pu mourir en se recevant un bambou en chute libre sur la tête. Bon, il aurait sans doute été assommé ou hébété supposa le haut juge, mais bon ce n'est pas comme si un chêne avait faillit lui tomber dessus ? N'est-ce pas ? Il n'empêche, il se demandait si les Ikhyldiens arrivaient à faire des arcs de bonne qualité avec leurs bambous… Sans doute supposait-il, après tout ça devait être un matériau plutôt souple, donc idéal pour la chose. Il n'empêche, il était dommage qu'on ne puisse pas faire des arcs avec des métaux sinon… Car pour le coup ils auraient probablement été très puissants ces arcs, mais bon les métaux n'étaient par nature pas assez souples pour cela malheureusement…

Dans tous les cas, il fut content de voir que couper des bambous n'était pas hors de portée de son ami barde, car certes les azuriens n'étaient pas vraiment connus pour leur force physique disons, mais bon l'officier aurait été triste de devoir faire tout le travail tout seul concernant cela, surtout que bon la présence d'un panda qui ne faisait pas grand-chose non loin d'eux à part manger avait de quoi faire rire… Alors autant ne pas en ajouter.

« Hum eh bien, j'espère que ça ne sera pas une trop grosse dépense d'énergie pour vous... » Ne manqua t-il pas sinon de dire avec réflexion quand son ami lui annoncaqu'il pouvait faire beaucoup de choses pour déplacer les bambous, mais décida finalement de les faire léviter. Parce que bon, pour un mage de très haut niveau il supposait que c'était certes largement faisable, mais pour ceux moindrement talentueux c'était probablement différent pensa t-il. Quoique, il commençait sérieusement à se demander si son ami n'était pas un peu modeste concernant ses talents magiques quand par la suite ils arrivèrent à bon port avec cette cargaison transportée non sans une certaine facilité...

Du coup, le panda n'était plus en leur compagnie dorénavant… Guère étonnant supposa l'akkatonien, après tout l'animal n'avait été intéressé par le présence que parce qu'ils avaient pu fournir à manger à celui-ci. Fichtre… Il se demandait si tout les animaux étaient des êtres aussi apathiques, car si c'était le cas il était clair et certain qu'il préférait les peuples sentient, mais bon… Question de point de vue disons.

« Si vous voulez je peux vérifier moi-même si le pont est en état de supporter assez de poids pour qu'on juge cela acceptable… Disons que mine de rien je suis assez érudit dans le domaine des sciences physiques. » Dit-il sinon calmement à l'égard de l'homme oiseau alors qu'il commençait à aider celui-ci à réparer le pont de manière manuelle. Après tout on pourrait presque le qualifier de quasi expert à ce sujet étant donné qu'il avait un doctorat en sciences mécaniques et donc dans un domaine impliquant des connaissances très proches de celles concernant le fait de bâtir un pont solide… Néanmoins, comme il était modeste il préférait ne pas trop se vanter à ce sujet, juste dire qu'il s'y connaissait plutôt bien. D'ailleurs, il ne fut pas trop mécontent de l'ouvrage quand ils l'eurent terminé et alla même jusqu'à se risquer à marcher dessus lui-même pour constater que ça supportait plutôt bien son poids… Bon, il n'allait pas s'amuser comme Croak à sauter dessus car il ne fallait pas pousser, mais il jugeait que c'était plus que convenable du coup…

Dans tous les cas, il fut amusé de constater à son tour sinon que le vieil Ichiro était en effet en train de les observer. Et il se contenta d'ailleurs de répondre avec un certain amusement au petit numéro de ce dernier et de l'azurien, du moins quand le vieux sage disparut dans sa cabane.

« Il ne manquerait que des petits biscuits pour accompagner le tout je suppose. »
Sur ce ils se rendirent donc dans la cabane et purent s'installer pour commencer à boire le thé. Et alors que pour sa part il retirait son casque et attendait que le sien de breuvage refroidisse un peu, il se permit disons de prendre la parole.

« Si vous me permettez cette curiosité honorable Ichiro, puis-je vous demander pourquoi vous être installée ici ? Cela et... » Il reprit très sérieux. « Mon ami ici présent se prétendait mage moyen, voir faiblard il y a peu, mais ne serait-il pas un peu modeste en disant cela ? Ou bien c'est juste qu'il doit maladroitement cacher les choses décidément, car certes je ne suis pas un spécialiste de la magie, mais je sais estimer quand un mage est puissant ou non... » Il laissa un instant de silence s'écouler, puis conclut avec amusement. « Et vous honorable Ichiro, êtes vous un grand mage ? » Après tout, ce n'est pas comme s'il rencontrait des magiciens tous les jours, alors autant en profiter...
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Humain
Nationalité: Akkatonien
Rang social: Noblesse Akkatonienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 244
Date d'inscription : 13/01/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le buffle et le corbeau (Pv Croak)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Le buffle et le corbeau (Pv Croak)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: