Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Lun 22 Jan - 18:53
Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie




12 janus de l'an 2000 de l'âge de fer,
Cité d'Airain



“La pureté du nogitsune ne se lit que sur le masque voilant la noirceur de son âme. En deçà, il ne règne que chaos.”
A. O. Ishizuki / Ministre de la Magie / Propos sur les mythes Kitsune. (1986 A.d.F.)


Deux. Deux jours. Voilà ce qui me séparait de la crypte familiale et de mon tombeau improvisé et totalement prématuré mais qui aurait bel et bien l'être en définitive. Deux jours que j'étais de retour dans le monde des vivants, deux comme les yeux qui s'étaient plongés dans les miens, deux, comme le nombre de femmes présentes à ce moment là. Deux, c'était également le nombre de personnes qui m'avaient blessées, le même nombre que celles qui m'avaient plongées dans ce sortilège ténébreux tout autant que le nombre de fautes que j'avais commises ce jour-là, me faisant disparaître de la surface d'Orzian ces cinq dernières années.  Deux fois cinq nous faisait dix, dix comme le jour de mon réveil, plus deux, douze, comme le jour où cette histoire prend place.

Deux, huit, quatorze, vingt-quatre, quatre-vingt six, tels étaient les chiffres qui régissaient le monde, mon monde. Deux, encore une fois, comme elle et moi, Sakurako et moi, ma précieuse Sakurako. Tournant la tête vers elle, silencieux, je la détaillais avec soin mais non sans une certaine avidité latente dans les yeux. Autant de temps sans se voir... J'avais la cruelle sensation d'avoir manqué des milliers d'années, mais le simple fait de l'observer m'apaisait car si le temps avait passé, elle, en revanche, ne semblait avoir souffert des affres de ce dernier. Voilà qui avait le don de m'apaiser, de me rassurer, d'ancrer mon esprit en ce monde. Mes yeux s'étaient mis à vagabonder sur elle, partant de son sommet pour descendre lentement mais scrupuleusement vers ses racines terrestres mouvantes en détaillant tout ce qui allait par deux. Et quels jolies deux ! Des paires parfaites à mon goût. Je n'eus cependant pas le loisir de descendre plus bas que son buste, sa tête se tournant vers moi et ses prunelles rouges venant chercher l'infini bleuté des miennes. Sursautant et relevant le regard comme un époux mateur pris en faute, mes saphirs croisèrent ses rubis, deux battements de paupières et hop ! Fuite ! Je regardais devant moi, de nouveau.

Nous faisions nous la tête ? Non, pas le moins du monde. Enfin... C'était juste compliqué. Il s'était passé et dit certaines choses suite à mon réveil et je vous avouais qu'il y avait un véritable petit malaise notoire tout autant que notable entre elle et moi. En toute sincérité, je pense que la gêne était plus de mon côté que du sien car elle me souriait sans cesse et ce, à chaque fois qu'elle avait l'occasion de s'introduire dans mon champ de vision. Toutefois, je ne compte pas revenir dessus pour le moment, tout comme ce fut le cas à ce moment là et à juste titre.

Un représentant Akkatonien, du genre d'être que je ne parvenais pas à supporter en général mais dont je m’accommodais plus ou moins avant mon enfermement, durant mes pitreries notamment, nous ouvrait la voie. Fier de lui et de sa patrie, doucereux, mielleux, pompeux à souhait et juste tellement endimanché que j'avais bel et bien l'envie de lui extirper de la croupe, ce qui pouvait bien lui imposer une telle droiture de posture. Droit comme un "i" disait-on, n'est-ce pas ?

*Si seulement je pouvais en faire un "i" de cet huluberlu... Séparer la tête de son corps, voilà qui le rendrait plus proche d'un "i", un "i" digne d'être nommé ouvre d'art, surtout qu'elle aura été créée par le meilleur Kitsune affilié à l'eau de tous les temps... * Telle avait été ma pensée.

Petite dose d'humour pour moi-même entremêlée de mon envie de meurtre croissant d'instant en instant depuis mon éveil. L'odeur du sang était omniprésente, je ne sentais plus que ça et ne voyais plus que ça. Le sang, je le désirais, il me désirait, nous nous désirions énormément, passionnément, follement. I m'appelait et je tentais de lui restituer, de plus en plus vainement. Tuer ! TUER, TUER TUER TUER TUER TUER !!! KOROSU ! KORRROOSSSSSSU ! Revenant à moi, tant bien que mal, je secouais la tête avec véhémence, comme si j'avais jamais voulu faire tomber la personne à qui appartenait la voix qui résonnait dans ma tête, afin de la piétiner ensuite pour qu'elle comprenne qui était le patron de ce corps et de cet esprit. Sakurako avait suivi l'action et se précipita à mon secours lorsque je vacillai mais je la repoussais faiblement mais fermement, lui signifiant d'un seul geste de main que son aide n'était pas désiré. Son regard dépité me fendit le cœur mais je ne pus que détourner le regard en poursuivant mon chemin.

La vue de cette ville me rebutait. Où était la grandeur dans tout ceci ? La hauteur des édifices ? Peut- être... En tout cas, pour moi, ce n'était là qu'une immense déchetterie, un dépotoir à ciel ouvert. Là où le délégué voyait merveille et grandeur d'architecture, je ne voyais que tas d'immondice et décadence. Chef d'oeuvre ? Diarrhée aiguë d'orc ! Génie ? Déficience intellectuelle poussée et irréversible ! Prospérité ? Euthanasie ! Longue vie à l'empire ? Qu'ils meurent tous comme des bouses d'Hydre qu'ils sont. Je ne pouvais pas apprécier cette ville qui était contre nature. Elle n'avait rien de magique, même pas un peu dans la beauté. Rien ! Elle n'était que pollution à tous les niveaux. La pluie s'était mise à tomber. Les première gouttes me firent plaisir mais je déchantai vite. Même l'eau ici était... Disons... Spéciale...


" Même la pluie peine à vous animer mon Seigneur ? "

" Pourquoi en serait-il autrement ? Elle est aigre, dénuée de goût magique, dénuée de magie tout court Cet endroit me donne la nausée et disons... L'envie de tous les... "

" ...éclairer de votre sage lumière au sujet des bienfaits de la magie et du respect de la nature en essayant de construire en osmose avec elle et non en la pliant à ses propres désirs ? Je n'en attendais pas moins de vous Monsieur le Ministre ! " , m'avait-elle interrompu.

Elle avait plutôt bien fait, après tout, nous étions en terre hostile, en tant que Ministre de la Magie et nul autre. Faire esclandre aujourd'hui ne serait donc pas la meilleure des options, surtout qu'il m'avait été ordonné de rester sage.  
Les ordres étaient les ordres et je ne pouvais passer outre. Pourquoi ? Tout simplement par ce  qu'ils se devaient d'être absolus. Ensuite ? Pour la simple et bonne raison que j'adhérais à l'opinion générale quant à mon implication dans tout ceci, ses tenants et aboutissants. Pour faire simple, afin de rassurer le peuple Ikhyldien et surtout de  prouver au monde que l'arcane de l'eau n'avait pas disparu ou n'était pas mort, me faire participer à ce petit pseudo congrès de la dualité de la magie et de la technologie, paraissait être ce qu'il y avait de plus judicieux. C'était une raison suffisamment valable justifiant à elle seule de me rappeler de ma retraite sur le continent Ikhyldien, au sein de notre Capitale mère. Il avait était dit que j'y avais été envoyé afin de remettre un peu d'ordre et dispenser quelques enseignements, tout autant que de dénicher de futurs nouveaux talents. Celle qui l'avait fait, n'avait été autre que Sakurako, exilée afin de faire taire les soupçons car les trois-quarts du temps, nous étions ensemble. Moi étant porté disparu mais pas mort, elle ne pouvait se balader indéfiniment seule. Décision somme toute sage mais ô combien cruelle pour celle à qui j'avais promis une vie de citoyenne ikhyldienne, libre.  Elle ne m'en voulait pas, mais moi si.

Nous étions arrivés devant un grand établissement. A y regarder de plus près, c'était peut être la chose la plus censées que j'avais vue ici, quelque chose qui ressemblait vraiment à du familier. Nous y étions. Le délégué se mit à se pavaner tel un coq endimanché dans sa basse-cour, roulant des mécaniques afin de se faufiler dans la foule et de nous y frayer un chemin. En un rien de temps, nous nous retrouvions devant l'entrée, en tête de peloton. Finalement, me disais-je, il n'était pas si inutle que cela. Il venait de nous épargner l'attente au milieu de ce décor immonde, entouré de poules qu'un renard tel que moi avait gentiment envie de massacrer en se livrant à un véritable festin sanguinolent. Sakurako chercha mon regard afin de me soutenir mais elle ne le trouva pas. En lieu et place, je m'approchais d'un homme qui semblait être de la garde. Son visage m'était vaguement familier et mon instinct hurlais à la mort de ne pas frayer avec lui mais je n'en avais cure. Autrefois, j'aurais mis des distances, aujourd'hui, après un séjour de cinq longues années dans une prison exiguë, au fond d'une crypte, certaines choses avaient changées. Je l'examinais un instant durant. J'avais vraiment l'impression de l'avoir vu quelque part mais je peinais à m'en souvenir. Redressant mes oreilles jusqu'à lors plaquées sur mon crane afin de les faire se confondre avec ma chevelure et ceux, dans le but d'éviter des esclandres en ville, suivant notre passe, je n'en avais plus guère cure. Comme par enchantement, faisant écho à ces oreilles animalières, une puis deux, ce fut le nombre de queues qui apparurent alors qu'en agitant l'index levé au ciel et suivant un mouvement circulaire régulier, une boule d'eau se formait à partir des gouttes de pluie passant dans ses environs. Bientôt il y en eut 4 tournoyant l'une sur l'autre à la pointe de mon doigt. Quelques sons peu favorables se firent entendre mais j'en fis abstraction. C'était ça où j'en tuais quelques-uns.

" Eh vous là, le colosse  pourriez-vous nous laisser entrer je vous prie ? Nous sommes du genre pressés et je vous avoue que j'ai vraiment hâte de tirer un trait sur tout ceci. Si tout se passe bien et rapidement, je serai probablement de meilleure humeur. Peut être même qu'après ça, je vous inviterai à partager mon dîner afin d'échanger avec un homme qui semble fier de ce qu'il est et qui semble déterminé à se battre pour défendre des idéaux qu'il juge dignes. Nos chemins doivent se croiser pour la première fois, sauf erreur de ma part, mais j'ai le sentiment que même si nous ne sommes pas de la même... Patrie.... Vous et moi avons quelques points communs... C'est plus un homme de votre trempe que j'aurais aimé avoir comme escorte aujourd'hui mais on fait avec ce que l'on a... "

Le délégué essaya de prendre la parole mais je l'interrompis d'un simple signe de main, autant que Sakurako. Le seul qui m'intéressait était cet imposant Akkatonnien qui me faisait face. Mon visage n'exprimait aucune réelle émotion. Il en était de même pour mon ton. Seul mon regard semblait vraiment dégager de la vie, mais aucunement de joie. Il n'y avait là que du sombre, de l'obscurité et pire encore. Les ténèbres étaient tout ce qui se dégageaient de moi, autant qu'elles m'habitaient.

" Êtes-vous sourd et muet ? Une statue ou de ces êtres étrange que votre "magie" crée ? De souvenir, je ne me rappelle aucunement de modèles aussi réaliste. "

Provocation ? Peut-être mais ce n'était plus par amusement comme dans le passé. Il n'y avait là qu'agacement à la rigueur et encore... Toujours était-il que je m'étais mis à faire voler ces balles aqueuse en sa direction, prenant le chemin de son visage, très lentement mais sûrement afin de provoquer une réaction quelconque. Pour le coup, je m'ennuyais grandement et ceci n'avait pas changé. L'ennui à tuer était toujours mon plus fidèle camarade de route, seule la méthode de le tuer avait sensiblement changée.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Mar 23 Jan - 8:06
Bertrand était attristé, non pas qu'il avait apprit une bien mauvaise nouvelle ... en fait si. Il en avait appris une ... et celle ci se nommait "Séminaire sur la Magie et la Technologie". Il avait reçu son ordre de mission après avoir reçu le briefing complet des services de renseignements ... apparemment, ces hommes avaient bien dû s'amuser en rédigeant cette lettre sachant la haine profonde qu'avait Bertrand pour les grands discours ennuyeux et surtout sur la magie ... ses ordres ? Oh simple, protégez les citoyens Akkatoniens -des étudiants en grande partie- et quelques Ikhyldiens mais surtout ... surtout ! Débusquez les possibles infiltrés de l'Esprit et évitez à tout prix un attentat de la part de l'Engrenage qui pourrait faire une apparition surprise et donner leur avis ... ah ce que Bertrand aimait ces journées parfois.

Il avait donc pris la route avec une dizaine de gardes en armures de plaques ainsi qu'une vingtaine de traqueurs qui seront parmi la foule et il avait également demandé à l'Ordo V de déployer deux dragons ... ce que Célestian Foudrenoire, la dragonne qui servait de monture à Bertrand était plutôt réticente mais elle s'y força avec Garen Juryano, le dragon de Alexander Kravchoski, un membre de l'Ordo V. En somme le dispositif de sécurité était fin prêt mais un élément surprenant venait troubler la bonne humeur de Talfer.

Il avait reçu l'ordre de protéger l'émissaire magique Ikhyldien... en plus de protéger ces idiots d'étudiants qui pensaient régler le problème de la magie et de la technologie en discutant et non en prenant les armes pour régler tout cela, il devait protéger un foutu émissaire qui prônait la magie ... mais on est pas censé être au bord de la guerre, bon sang ?

La troupe avait prit son essor, les hommes étaient arrivés devant l'immense bâtiment qui servait d'université, de lieu de rencontre pour cette fable qu'était la discussion sans utiliser autres choses que des arguments. Bertrand en avait un d'argument et il était dans sa main, c'était sa hallebarde. Il se mit donc devant les grandes portes et fit déployer ses hommes armurés tout autour de l'entrée du bâtiment pendant que les traqueurs en civils prenaient place dans l'amphithéâtre où allait se dérouler cette vulgaire mascarade.

Pendant une petite demie heure, des étudiants affluaient, il y avait même des pontes Akkatoniens ... mais qu'est ce qu'ils foutaient ici ? Heureusement que l'empereur n'était pas intéressé par cette chose qu'on appelait l'oralisation ... 'fin c'est ce qu'il devait faire avec les assemblées d'Akkaton mais pas en débattant sans intérêts sur la magie et la technologie.

"Chef ? Voilà notre invité spécial." Résonna alors la voix dans l'oreille de Bertrand.

Il regarda alors devant soi, ce qu'il voyait n'aurait pas dû le surprendre, on parlait d'un émissaire Ikhyldien et non d'un émissaire humain... évidemment. Il le fixa de derrière son casque et n'avait qu'une envie c'était de lui arracher ses queues et de lui faire bouffer. Quand il s'approcha ... il était a moitié entrain d'utiliser sa magie et il semblait ridiculiser l'émissaire Akkatonien ... ce qui était bien fait pour sa tronche, servir ainsi d'escorte pour ce paon, c'était une honte.

Il semblait parler au chevalier ... non mais attendez, on aurait dit un conquérant en territoire conquit ... et il lui proposait de bouffer avec ce truc, ce chat, cette ... abomination ... un Ikhyldien quoi. Et il osait même l'insulter d'automate ... il enleva alors son casque montrant alors sa chevelure poivre et seul lui arrivant aux oreilles. Ses yeux étaient d'un bleu profond et sa barbe aussi blanche que la neige recouvrait la moitié de son visage. Il le fixa et la cicatrice en travers de son visage semblait animer. Il posa alors le heaume sur le sol à côté de lui et d'un geste sans écouter les railleries dans son oreillette, il activa le bouclier déflecteur de sa prothèse pour d'un revers abattre les boules aqueuses. Il s'approcha alors de lui puis dit tout en approchant son visage dangereusement du sien:

"Je ne sais si je dois considérer cela comme un acte d'agression.

dit-il tout en regardant de tout les côtés où des gardes avaient mis la main sur leurs armes.

"Je ne suis pas l'un de vos courtisans, ministre Aoyuki ou quelque soit votre nom Ikhyldien. Je suis là pour protéger votre personne ainsi que ces étudiants dont vous allez embrumer l'esprit avec votre ovation à la magie. Quant au diner ... ne le prenez guère mal mais je préfèrerais encore manger avec un automate plutôt que vous, mage ... peut être que la discussion ne serait pas aussi animé mais au moins, ce dernier se tairais."

Il se recula alors puis désactiva son bouclier déflecteur et reprit son heaume. Il lui montra alors l'entrée du bâtiment et lui fit un signe:

"Si vous le permettez, ministre ... il y a d'autres personnes que la vôtre qui voudrait entrer. Vous êtes en Akkaton ici et quelques soit nos différences, nous sommes tous égaux et nous n'avons donc pas à attendre derrière quelqu'un qui se pavane telle une volaille en pleine saison des amours.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Mar 23 Jan - 21:34
Cela faisait 5 ans que l'Arcane de l'eau et ministre de la magie, Aoyuki O.Ishizuki avait disparu, disparu ? Non il n'avait pas disparu, enfin, pas officiellement, mais à la caserne des Samurai on c'était habitué à le voir passer de temps à autre, mais depuis 5 ans il n'était plus venu faire ses visites qui ne passaient jamais inaperçus, cela plus le fait que plus personnes ne l’apercevais nulle part, des rumeurs avaient commencé à apparaître, certains disaient qu'il était gravement malade ou encore qu'il était mort, enfin, il en avait bien plus que cela, mais le fait est qu'il n'avait pas été aperçu par qui que ce soit depuis longtemps. Officiellement il était à la capitale de l'Empire, Ikhyld, mais du côté des samurai les rumeurs allaient bon train, principalement du fait que beaucoup se disaient qu'il serait passé même brièvement animer une dernière fois la caserne avant de partir, le nouveau passe-temps qui était apparu était donc celui qui consistait à inventer (ou trouver pour certains) la raison de sa pseudo disparition. Du jour au lendemain il avait réapparu, mais on n'avait pas eu plus d'explications que ça, comme si c'était normal, enfin il était vivant et semblait bien portant, ce qui fit taire la majorité des rumeurs et fit que petit à petit on commença à se dire que la version officielle était vraie.

Ce faisait donc quelques jours qu'il avait ''réapparu'', Miyako rentrait d'une mission des plus ennuyeuse, escorter des marchands, pourquoi déployer un samurai et des soldats ? Parce que le chef des marchands était un noble et il avait fait jouer ses relations pour avoir une escorte gratuite et plus fiable que des mercenaires, comme on pouvait si attendre il ne c'était rien passé durant tout le voyage. Quand elle fut enfin rentrée à la Cité de Jade elle reçu un ordre de l'Arcane de l'invocation, Xin Nahalëm, elle devait partir le plus rapidement possible pour rejoindre l'Arcane de l'Eau et ministre de la magie pour lui servir d’escorte lors de sa mission en Akkaton, pourquoi ? Apparemment cela avait été fait à sa demande, mais comme elle était en mission sa requête n'avait pas put être accepté, car elle était en mission et maintenant qu'elle était de retour et plus tôt que prévu d'ailleurs, elle devait le rejoindre et le « protégé », lui ? Besoin de protection ? Elle aurait plutôt dit pour protégé les autres de lui, mais bon, une mission est une mission.

Partir dans la province Akkatonienne, elle en avait rêvé il y a longtemps, aujourd'hui, être dans la cité d'Airan ne la réjouissait pas vraiment, il pleuvait, sa magie était affaiblie, son armure était un petit peu plus lourde, sûrement dû à l'affaiblissement de l'enchantement à cause de toute cette technologie environnante. Elle suivait de loin Aoyuki et Sakurako, Xin lui avait demandé de les surveiller de loin, pourquoi ? Aucune idée. Enfin le fait est qu'elle ne les avait pas trop approché depuis qu'elle les avait rattrapé, essayant d'être assez près pour intervenir en cas de besoin, mais sans qu'ils la voient avant, cela était devenu problématique dans la cité, elle était constamment arrêtée par des patrouilles Akkatoniennes pour lui demander si elle avait l'autorisation de porter arme et armure, à chaque fois elle montrait le même document disant qu'elle faisait partie de la délégation Ikhyldienne et qu'elle était autorisée à être armée et en armure. En effet elle portait donc son armure de Samurai, elle avait également son Katana et son Wakizashi et elle portait son masque, pourquoi ? Une fantaisie ? Oui et non, elle voulait comme se cacher de cette cité qui l'attirait guerre et aussi l'enchantement du masque lui permettrai d'avoir une évaluation rapide des capacités d'un éventuel agresseur, enfin, si l'enchantement fonctionnait correctement malgré la technologie ambiante.

Elle avait failli perdre l'Arcane, sa compagne et le représentant Akkatonien, mais elle les rattrapa finalement devant le bâtiment où devait avoir lieu le Séminaire sur la Magie et la Technologie, à quoi bon débattre là-dessus ? La magie était supérieure, enfin bref, quand elle arriva ce qu'elle vit la fit réagir sur-le-champ, un homme imposant en armure, Hallebarde en main et bouclier déflecteur devant lui s'approchant de l'Arcane ? Elle avait cru qu'il allait l'attaquer, elle s’élança donc traversant la foule, certains protestèrent d'ailleurs, elle eut du mal à avancer. Elle sortie enfin de la foule, le regard lancé vers l'homme, il utilisait une hallebarde et n'avait pas de casque, elle pouvait donc le neutraliser d'un seul coup et si elle ratait, sa hallebarde n'était pas faite pour les combats trop rapprochés, donc si elle restait suffisamment près elle le gênerait dans ses mouvements et aurai l'avantage. Mais elle se rendit compte que l'homme avait rangé son déflecteur et c'était éloigné, elle surgit donc, comme ça, Arashi en partie dégainé, mais toujours dans son fourreau, elle le rengaina complètement en lançant un regard noir à l'homme (heureusement elle portait son masque), il semblait assez âgé d’ailleurs, son irruption n'était pas passé inaperçu, puis elle se tourna vers Aoyuki et s'inclina

« Je suis le Samurai Shizumi, j'ai été assigné à votre escorte par l'Arcane Xin Nahalëm, je suis désolé de cette entrée fracassante, mais il semblerait que j'ai mal interprété la situation. »

Elle n'en dit pas plus, il n'y avait d'ailleurs aucune utilité à cela, elle avait été tentée de le taquiner et lui posé des questions, mais la situation ne s'y prêtait pas.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Mer 24 Jan - 19:09
* Hoooooo ? Voyez-vous celà ? Voilà qui est fort intéressant ! *

Je levais les yeux au ciel, un tantinet consterné mais tout aussi rassuré. Le colosse akkatonien venait de réagir plus que promptement à la vue de mes orbes lévitant dans les airs. Elles étaient encore loin de lui et à la vitesse à laquelle elles se déplaçaient, à même un bébé rampant aurait pu les esquiver dix fois.

"Je ne sais si je dois considérer cela comme un acte d'agression. "

Je ne pus m'empêcher de sourire. Si ceci était une menace, comment réagirait-il si je faisais mienne la pluie environnante, transformant les gouttes d'eau en cristaux de glace  ? Pire, une pluie de lances glacées ? Si lui pouvait se targuer de s'en sortir indemne, combien de ses chers protégés aurait-il le temps de sauver ? Pour faire simple aucun de ceux touchés. Mon sourire s'élargit de nouveau. La distance qui séparait nos visage était censé, supposément, m'intimider en plus de sa taille et de son attirail, mais bien au contraire, cela ne me donna que plus encore l'envie de le tuer. Il était tellement près qu'il m'aurait été bien plus aisé que si j'avais dû le charger, de le geler ou de le dessécher, tout comme j'avais plaisir à le faire en ne réduisant que les têtes en poussière et laissant le corps intact. Je revis mes victimes et notamment mon géniteur. Nouvel élargissement de mon sourire alors que mon regard restait toujours aussi sombre.

Passant en revue l'assemblée, je notais une certaine agitation. Les soldats avaient les mains sur leurs armes et dans la foule, diverses réactions étaient notables mais il y avait un type particulier qui m'intéressait et il ne me fallut pas longtemps pour le dénicher, ou plutôt les. Parmi ces visages aux airs durs, certains étaient centrés sur Sakurako et moi, les autres, sur Les akkatoniens, tous avec la même haine palpable.

*Ah ! Voilà qui semble bien plus intéressant que le simple blabla... A quoi bon parler de magie à des gens qui n'en saisissent même pas l'essence ? Et... Hoho, mais que vois-je ? Ne serait-ce pas ce bon vieux Fëanor Sylphaël ?  Dire que tu es encore en vie à mon réveil... J'aurais espéré que tu disparaisses mais tout compte fait, je sens que je vais pouvoir m'amuser un peu plus. Merci pour ce cadeau de retour parmi les vivants !*

Mon attention s'était de nouveau centrée sur le Colosse qui avait semble-t'il repris sa place, à ceci près qu'il n'était plus sur notre passage. Je me mourrai d'envie de le combattre mais il m'avait été formellement interdit d'en venir à cette extrémité envers les akkatoniens. La guerre ne devait pas être déclenchée en ce jour et de toute manière, ma mission était toute autre, se trouvant parmi la foule. Malgré tout, je bouillonais, ayant envie de me défouler. J'allais exploser lorsque je sentis une main sur mon épaule, étant celle de Sakurako et entendis une voix qui m'était familière.

« Je suis le Samurai Shizumi, j'ai été assigné à votre escorte par l'Arcane Xin Nahalëm, je suis désolé de cette entrée fracassante, mais il semblerait que j'ai mal interprété la situation. »

Miyako-chan ? Quelle agréable surprise. Ainsi, ce bon vieux Xin avait pu lui assigner cette mission ? Je me dis que je devrais le récompenser pour ceci. Toujours était-il que ces deux interventions m'avaient quelque peu apaisé, faisant retomber la pression de plusieurs crans. Ne bougeant pas d'un pouce, je me tournais d'abord vers la samourai que je n'avais plus vue depuis des lustres.

" Eh bien, vous en avez-mis du temps chère amie. Qu'auriez-vous fait si ce valeureux soldat avait décidé de me trancher ? Je ne suis qu'un pauvre mage d'eau, je ne peux rien faire à un homme de sa trempe, surtout aussi près qu'il fusse de moi. J'espère que ceci vous servira de leçon ma chère... "

Je lui fis un clin d’œil, avant d'avancer vers l'entrée. Tout en parlant, j'avais de nouveau fait apparaitre une orbe d'eau au sommet de mon index, de taille d'un crâne. Tout en marchant, je pris la parole.

" Quant à vous mon brave, je ne vois pas en quoi arriver escorté par sa garde du corps ressemble à se pavaner telle une volaille en pleine saison des amours. Toutefois, il semblerait que je ne sois pas encore totalement familiarisé avec vos coutumes locales. Amoureux de Technologies, cela ne m'étonne donc pas que vous ayez le sentiment qu'un homme qui marche à côté d'une femme sois en train de lui faire la cours. Après tout, notre attitude froide doit vous faire penser à vos automates avec lesquels il semblerait que vous vous accoupliez, aux vues de tous ces hybrides humanoïdes et mécaniques. " J'avais tourné les yeux vers la droite, fixant discrètement du coin des yeux, tour à tour, deux de mes cibles, observant leurs réactions afin de confirmer mes soupçons. En plein dans le mille ! Je poursuivis. "Cela ne me vexe donc pas que vous ne me préfèreriez un automate car je vous l'admets, je préfèrerais n'importe quelle femme de beauté moindre que ces deux magnifiques Kitsune ici présente, à vous. De plus, je vous serez gré de ne pas m'appeler par mon prénom car je ne vous y est pas autorisé, morveux. Pour vous, ce sera Ministre Ishizuki, comme pour tout le monde, à moins que vous ne souhaitiez que je crée une proximité entre nous en vous appelant par le vôtre ? Après tout, vous avez essayé de m'embrasser tout à l'heure, ce genre d'action crée des liens à ce qu'il parait... "

A hauteur du garde que j'avais alpagué et qui semblait être le chef, je me stoppais. Regardant devant moi, je baissais d'un ton afin que seul lui puisse m'entendre.

" Loin de moi la prétention de vous menacer mais ne faites pas de gestes brusques et continuez de fixer devant vous. Je vais faire éclater cette orbe et quatre plus petites vont apparaître à un mètre au dessus de quatre individu. Ce sont des cibles potentiellement dangereuses qui risquent de venir se faire remarquer. Toutefois, ne les arrêtez pas mais contentez-vous de les surveiller. Il ne faudrait pas que leurs complices prennent peur et s'échappent. Dans l’amphithéâtre, vous pourrez faire une plus gros coup de filet. Je sais que vous ne m'aimez pas et pour être tout à fait franc, moi non plus. Il serait malgré tout plus judicieux de collaborer pour cette fois. Après, ça ne dépend que de votre capacité à tirer partie d'une situation en dépit vos idéaux mais sachez que dans l'histoire, ceux qui en pâtirons le plus, ce sera vous, akkatoniens. Vous êtes la quasi totalité de l'assemblée. Ouvrez bien les yeux, ce sera bref."

A ces mots, la boule aqueuse éclata comme annoncé. Quatre petites orbes se formèrent au dessus de la foule, à un bon mètre de chaque tête qu'elles ciblaient afin de ne pas attirer l'attention plus que ça, en dépit de la pluie drue. Elles restèrent ainsi en lévitation une dizaine de secondes et disparurent. Il y avait un elfe, et trois humains. Trois semblaient être de l'Esprit et le dernier, de l'Engrenage. Certaines de ses prothèses étant pleinement visibles. Qu'il ait tout noté ou non, je pénétrais dans l'édifice.


Une fois à l'intérieur, j'usais de la magie afin de me sécher, offrant le même traitement à Sakurako et Miyako en posant simultanément chacune de mes mains sur leurs épaules respectives.

" Volià enfin quelque chose de beau. L'architecture de cet édifice est vraiment remarquable. Un cadre propice à l'apprentissage des futures illustres génies Akkatoniens. Avec ceci, je suis fier de la rivalité entre nos nations. Nous devrions régler cette guerre grâce à l'art. " Le délégué sembla ravi mais je ne lui laissais pas le temps de parler, sa voix m'exaspérant. " Si les choses devaient se passer ainsi, vous seriez bien malheureuses mes belles dames, n'est-il pas ? "

Je m'étais tourné tour à tour vers elle, leur affichant le sourire plus chaleureux et vivant de ma journée. Il fallait dire que la perspective d'un peu d'action m'avait rendu de bien meilleure humeur. L'Esprit et l'Engrenage réunis sous un même toit, c'était une mini-bataille Ikhyld contre Akkaton, Magie contre Technologie. J'étais de nouveau euphorique. Même si j'étais membre de l'Esprit, je ne pouvais pas  les protéger. J'étais ici en tant qu'Arcane et Ministre Ikhyldien et de toute manière, nul ne pourrait faire le lien avec moi sous mon apparence normale. La magie métamorphe avait du bon à bien y réfléchir et cela me fit afficher un sourire des plus radieux alors que je balayais l'assemblée des yeux. Le délégué nous avait guidé dans une salle qui semblait être la salle d'attente. Là, un assemblage hétéroclite d'individus discutaient, buvaient, mangeais et se livraient à toutes sortes de choses. Ce qui était sûr, c'était que les akkatoniens savaient recevoir presque tout aussi bien que nous.

Un homme avait pris la parole, nous expliquant le déroulement de cette fin d'après-midi. Après que la garde ait vérifié la salle où se déroulerait l'échange, ils viendraient nous appeler afin de nous placer. Somme toute, ils procèderaient à une fouille de chaque personne entrant et que le port d'arme était prohibé, en dehors des gardes aussi bien personnels que de ceux de la soirée. Je me tournais une fois de plus vers les deux manipulatrices de Katana, leur offrant un clin d’œil appuyé.

"Quel était le nom de ce jeune humain déjà ?"

" Talfer, Monsieur le Ministre Ishizuki. Bertrand Talfer, Juge et illustre figure de notre vénérable empire. "

Talfer... Ainsi il était son rejeton. Je me figurais mieux pourquoi  j'avais eu le sentiment que je le connaissais. Il ressemblait partiellement à son père.

" Fort bien, fort bien, voilà qui me plaît d'avantage. Je me sens bien plus en sécurité avec un héros tel que lui dans les parages. Pas vous Mesdames ? "

" Tout à fait mon seigneur... " lâcha Sakurako, un rictus déformant sa bouche ancrée sur un magnifique visage digne des plus beaux tableaux.

Suite à quoi elle se tourna, tout comme moi, vers Miyako alors que le délégué se rengorgeait de fierté, heureux des compliments et n'ayant pas senti l'ironie dans les dernières paroles.Si le Talfer était un nom que je respectais plus ou moins en tant qu'ennemi ou rival ou ce que vous voulez, je n'avais cure de savoir qui assurait notre protection. Mes deux accompagnantes me suffisaient amplement et j'avais grande foi en elles. Non, la raison pour laquelle je m'extasiais, c'était parce que ce nom faisait frémir les ennemis. "Le Nettoyeur", c'est comme ceci que je l'avais surnommé et c'était l'un de ses surnoms dans l'Esprit. Sa tête était mise à prix. Nul doute que les dissidents présents ce soir tentent de la faire tomber. Pour ma part, en tant que ministre de la magie, je restais une belle cible pour l'Engrenage. Si seulement ils savaient que je cumulais les casquettes, je pense qu'il y aurait eu bien plus de monde sur le coup. Shin le Fléau Vif-Argent, l'assassin notoire frappant partout sur le continent mais annoncé comme mort, tué par l'Ombre le jour où j'avais disparu et membre actif de l'Esprit sous un autre pseudonyme et avatar... Je souriais tellement que j'avais l'air d'un de ces personnages de caricatures avec un faciès prétendument de renard.

* Je sens qu'on va bien s'amuser tout compte fait. Ca vallait le coup de dormir aussi longtemps au final. *
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Jeu 25 Jan - 19:42
Bertrand était face à cet impétueux d'Ikhyldien, ce mage de pacotille. Il avait lu les rapports, ce dernier était un puissant mage d'Ikhyld mais il n'en restait pas potentiellement une menace pour ce séminaire. Il savait qu'il devrait le surveiller mais surtout, il savait qu'il pourrait faire partie de l'esprit comme tout Ikhyldien qui aime la magie ou comme tout Akkaton qui aimerait voir la technologie triomphait. Nous étions dans une impasse, l'une des deux façons de vivre devait disparaître et … hm. La Magie était devenu has-been quand la technologie est arrivée, Bertrand avait donc devant lui un has-been révolu qui avait fait son temps.

 « Akkator 2-1 à Leader … j'ai quelque chose de bizarre dans mon viseur. On dirait ... »

Bertrand se mit à sourire tout en regardant au dessus de l'épaule du Kitsune, on dirait que l'Arcane avait besoin d'être protégé … il n'était pas si puissant que cela mais après tout cela se comprenait même un mage avait ses limites. Il mit son index sur son oreillette puis dit :

«Leader à Akkator 2-1 ne faîtes rien. »

Puis il regarda la dénommée Shizumi avec un certain … sourire narquois. Il n'aimait pas cela, quelqu'un qui était armé autre que les gardes Akkatoniens n'allait pas être apprécié, il faudra donc la faire confisquer. Il la regarda puis regarda l'Arcane qui semblait oublier où il était :

« Escorte ou non, elle n'a pas à être armé dans l'enceinte de l'Université, soit elle reste ici, soit elle nous donne ses armes ou nous montre une quelconque autorisation. Nous sommes en Akkaton et seules les lois Akkatoniennes préservent la paix en ces lieux. Nous ne voudrions pas que des gardes autres que mes hommes pensent voir un Agent de l'Esprit … surtout que celle ci m'a l'air bien suspecte … votre garde du corps ici présente, également. Deux Ikhyldiennes armaient dans une Université Akkatonienne, ne réserve jamais rien de bon… je ne parle pas pour vous, évidemment. »


Bertrand regarda alors l'homme avec un certain mépris, il avait de la répartie c'était clair et les insultes inter-nation pouvaient fuser encore pendant un bon moment mais cela l'amusait en même temps … mais ce Kitsune venait de l'insulter … qui était-il pour le traiter ainsi de morveux ? Ce prétentieux … il répliqua :

« Les Akkatoniens ne sont pas familiarisés avec cette mode sexuelle, mon cher Ministre … peut être que pour vous, être accompagné d'une jeune femme ,qui m'a l'air ma foi gentillette, n'est pas vu comme une certaine attirance et d'autres arrières pensées mais … c'est peut être vous qui avait développé ce sentiment d'homosexualité en côtoyant un peu trop les Elfes. Vous en avez la prétention. »

Bertrand le regarda toujours avec mépris mais après un mouvement de recul presque imperceptible, le ministre vint lui susurrer à l'oreille, au bout de quelques secondes, il pensa à prendre sa Brombas pour lui mettre une balle dans la bedaine mais il n'en fit rien quand il comprit où il voulait en venir … mmh, ce faire aider par ce prétentieux Kitsune n'était pas à son désavantage mais il n'allait aucunement faire en sorte qu'il soit remercié en le nommant dans son rapport en supposant ce qu'il disait était vrai mais quand il fit exploser son orbe aqueuse il mit son index sur son oreillette et dit :

« Leader à Akkator 2-1, 3-1, 4-3 et Alpha 2-2 … préparez vos appareils. Je veux une photographie de chaque individus qui sera survolé par une orbe d'eau. »

Bertrand entendit alors la confirmation de chaque guetteurs se trouvant sur une position indétectable et que l'officier saurait que le travail serait bien fait.

« Vous me développez tout ça et vous me faîtes une recherche. Je veux confirmation des informations que nous venons de recevoir. »

Autres confirmations de leur part. Bertrand regarda alors le Kitsune puis dit tout en enlevant son index de son oreillette :

« J'espère que cela s'avère vrai et que vous me faîtes pas perdre mon temps, Ministre Aoyuki. »

Puis il se recula pour laisser passer la délégation Ikhyldienne et annonça dans son oreillette.

« Le VIP est arrivé, je répète, le VIP entre dans l'Université. Capitaine Marentor c'est à vous. Vérifiez bien cet amphithéâtre et que les civils soient bien à leur place. »

Il entendit alors la confirmation de l'officier Akkatonien qui n'était pas de sa légion mais un milicien de la Cité qui était en charge de la sécurité tout comme Bertrand de ce séminaire.

« Célestian, toi et Drogoyn vous restez en hauteur, je veux une sécurité aérienne maximale. Pas de transport aérien qui survole l'édifice, Akkatonien ou non. »

Bertrand avait tout prévu et dans son plan de sécurisation, il n'avait rien oublié … il n'allait pas se faire avoir par ces maudits terroristes, pensa t-il en regardant le membre supposé de l'engrenage passait devant lui en montrant des papiers Akkatoniens certifiant qu'il était … du cabinet de l'Empereur. Il le laissa passer avec un certain regard qui en disait long et laissa passer le reste des invités en regardant les papiers de chacun.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Ven 26 Jan - 10:43
« Eh bien, vous en avez-mis du temps chère amie. Qu'auriez-vous fait si ce valeureux soldat avait décidé de me trancher ? Je ne suis qu'un pauvre mage d'eau, je ne peux rien faire à un homme de sa trempe, surtout aussi près qu'il fusse de moi. J'espère que ceci vous servira de leçon ma chère... »

A ces mots et le clin d’œil qui suivit, Miyako poussa un petit soupir, décidément il n'avait pas changé. Par contre, l'intervention de l'homme en armure attira son attention, se séparer de ses armes ? Il allait être déçu, elle n'aimait pas ses insinuations aussi, on aurait dit que pour lui tout Ikhyldien était agent de l’Esprit, cela cassait complètement l'image de tolérance que se donnaient les Akkatoniens !

« Je vais malheureusement devoir vous décevoir, mais nous avons des autorisations pour être armées, vous pensez bien que notre gouvernement à penser à tout, mais après je comprends vos craintes que nous soyons prit pour des agents de l'Esprit, il vrai que c'est suspect une personne armée restant près d'un ministre, surveillant toutes personnes s'approchant et restant silencieux, les intentions d'une telle personne sont facilement mal interprétable il est vrai. »

Elle avait dit cela en sortant les documents attestant de la véracité de ses paroles. Aoyuki quant à lui c'était lancé dans une tirade à l'encontre de l'homme, de quoi parlait-il ? Aucune idée, elle ne savait pas d'où était parti cette discution, de toute façon elle était perdue dans ses pensées. Cet homme était fou d'enlever son casque, il s'exposait, quelqu'un possédant une arme Akkatonienne ou même un simple couteau de lancer s'il était assez discret pouvait s'approcher et à distance, d'un seul coup entre les deux yeux, l'éliminer, A moins qu'il ait une totale confiance dans le périmètre de défense établit, il ne devait pas y avoir que les gardes autour du bâtiment de présent, elle chercha donc du regard dans la foule et dans les hauteurs environnantes. Bingo, elle finit par réussir à apercevoir deux guetteurs akkatonniens il devait en avoir plus, mais ils étaient soient mieux cachés soit hors d'atteinte de ses yeux.

Elle suivit Aoyuki et Sakurako quand ils entrèrent dans le bâtiment après avoir jeté un dernier regard vers le garde en armure. Tien, Aoyuki complimenta l'architecture de cet endroit, ironie ? Aucune idée et elle s'en fichait.

« Si les choses devaient se passer ainsi, vous seriez bien malheureuses mes belles dames, n'est-il pas ? »  
Elle ne dit rien, mais n'en pensait pas moins, oui et non, la guerre n'apporte rien de bon, mais elle est parfois nécessaire et surtout c'est un bon passe-temps pour elle et accessoirement son travail de se battre pour sa patrie.

Bertand Talfer, Juge de l'empire Akkatonien, voilà donc qui il était, maintenant elle souhaitait croisé le fer avec lui, s'il était un si grand guerrier, un combat contre lui serait sûrement intéressant, même si elle saurait un minimum à quoi s'attendre au vu de ses armes et des quelques informations que l'enchantement du masque, malgré la technologie ambiante, avait réussi à lui fournir sur cet homme.

« Pas vous Mesdames ? »
En seule réponse elle enleva son masque et acquiesça légèrement de la tête.

Miyako n'osait pas parler, se pourrai paraître étrange un garde du corps qui discute tranquillement avec la personne qu'il est censé protéger, elle surveillait donc les autres convives, certains semblaient faire comme elle d'ailleurs, mais aller savoir pourquoi, elle sentait une certaine tension dans l'air, quelque chose se tramait dans l'ombre, à moins qu'il ne s’agisse juste de l’impatience de certains qui attendaient le début du séminaire. D'ailleurs, un homme accompagné de deux hommes armés s'approchèrent, par réflexe elle se prépara à dégainer.

« Ministre Ishizuki ! Je suis ravi de vous rencontrer enfin »
A y regardé de plus près, l'homme était habillé assez chiquement et semblait être quelqu'un d'assez haut placé dans la politique Akkatonnienne.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Lun 29 Jan - 16:45
Mépris. Si ces lettres avaient pu se matérialiser à ce moment, ce mot serait apparu sur cette planète, en lettres gigantesques, de couleur bleu glacé, pile derrière moi, me suivant comme un chien fidèle et dévoué. Symbole de froideur, de par la couleur, ceci aurait parfaitement collé à mon état d'esprit aussi peu chaleureux, causé par le pays, mais avant tout par cet échange un peu plus tôt. Détestais-je ce garde akkatonien apparemment haut placé dans leur société ? Oui, parce qu'il était akkatonien et que de base, j'avais en horreur tout ce qui s'apparentait de près ou de loin à eux, non, parce qu'il avait de la répartie et cela m'amusait, quel-qu’en soit le niveau, mais également parce qu'au final, ce peuple m'indifférait. A dire vrai, c'était plus la technologie et tout ce qui allait autour, qui me rebutait.

Plongé dans mes pensées, je n'en étais sorti que brièvement. Suite à ma question, Miyako n'avait guère répondu, ce qui m'avait pour le moins déçu mais je comprenais aisément la chose. Son professionnalisme ainsi que ma longue absence devait être de la partie et à sa place, j'aurais certainement agi de la sorte. En réalité ? Pas du tout mais dire ceci me semblait assez fin. Mea culpa.Toujours était-il que je m'étais mis à sourire à la samourai avant de plonger dans le regard de la petite hybride qui m'accompagnait.

" Eh bien, ma foi, toujours aussi sérieuse. Comme on peut s'y attendre de la Lame de Vent, n'est-ce pas Sakurako ch... an ? "


Elle avait hoché la tête, ses prunelle sanguines s'étant mises à pétiller alors qu'elle s'attendait à une autre terminaison de phrase que le chan. Son regard était devenu fuyant et son air blasé se lisait sans peine sur son visage sublime. Passant les deux dames qui m'accompagnaient tour à tour en revue, je ne pouvais m'empêcher de me sentir heureux de les retrouver. Voir ces visages familiers après un si long sommeil, avait quelque chose de réconfortant. Elles étaient mes points de repère, mes points d'ancrage. Alors que je m'étais saisi d'un verre d'eau sur un plateau passant rapidement devant main, m'apprêtant à me diriger vers le buffet, il sembla qu'une personne n'eut rien trouvé de mieux à faire que de venir grâce de sa présence que je ne qualifierai pas. Présomptueux, pompeux, hautain, fier de lui, beaucoup trop, il s'était avancé vers moi, m'invectivant avec enthousiasme. Entrain que je sentais calculé et bien trop prononcé pour être pleinement sincère.

Centrant mon intention sur l'homme entouré de ses deux gardes, j'avais lancé des regards en coin vers mes deux accompagnatrices. Sakurako avait tout de suite baissé les oreilles, prenant une posture plus décontractée, sans pour autant nous perdre de vue. Affichant une mine qui montrait clairement que je feignais la joie ou la réciprocité, j'avais fait un pas vers lui, tendant la main pour le saluer comme il était d'usage par ici, poignet de main ferme, mais accompagnée d'une demi accolade de la main gauche, ressemblant plus à une tape sur son épaule. Le toucher me répugnait et dans notre culture orientale, ce genre de chose était réservé à un cercle très restreint de privilégiés que nous choisissions nous même mais là, c'était d'ordre plus diplomatique. Mes émotions devaient être mises de côté.

" Il en va de même mon cher confrère. Et que me vaut cet honneur ? "

" Oh, trois fois rien je vous assure, juste un besoin de discuter avec vous en tête à tête "

"Ici me va tout aussi bien vous savez, avec ce brouhaha, nul ne tient compte de nous, nul ne nous entend. C'est l'endroit idéal donc. "

"Disons que c'est vraiment une chose qui ne peut tomber dans de mauvaises oreilles. Vous me suivez ? J'aimerai vraiment que vous me fassiez le plaisir de passer me voir plus tard, sans escorte quelle qu'elle soit. La discrétion est de rigueur et donc fortement appréciée. "

A ces mots, il m'avait tendu un papier plié avant de passer son chemin. Je n'avais pas ouvert celui-ci, hésitant grandement à le froisser et le jeter mais m'en abstins. Tournant la tête vers Miyako, je le lui tendis, l'air totalement suspicieux. Je ne le connaissais pas. Sa tête ne me disait vraiment rien. Tentait-il de m'attirer dans un piège ? Alors que j'allais prendre la parole, j'entendis une voix derrière moi invitant les convives à prendre place dans la salle, les intervenants et leur escorte étant priés de venir gagner les premiers rangs. Me penchant vers la samourais,

" Qu'en penses-tu Miyako-chan ? Tu as entendu ce qu'il a dit non ? Personnellement, j'ai le sentiment que ce gentilhomme n'est pas si cordial qu'il n'a voulu le laisser transparaitre. La finalité de ses intentions est ce qui me chagrine le plus. Penses-tu pouvoir le garder à l’œil et essayer d'en apprendre plus sur cette énergumène, s'il te plait ma chère Lame de Vent ? Bien sûr, en toute discrétion. Nous ne savons pas ce qui se trame ni qui peut bien être impliqué dans tout ceci. N'oublions pas que nous sommes en terre inconnue. Je vous promets que je répondrai à vos questions si jamais nous sortons d'ici entier."

Je lui fis un petit clin d’œil en la précédant, tout sourire. J'avais vraiment la sensation que tout ceci n'était qu'une mascarade et que quelqu'un s'était donné beaucoup de mal. Pour quoi ? C'était bel et bien ce que je désirais savoir à présent que j'étais là. J'allais donc prendre place, blayant rapidement l'assemblée du regard, avant de poser mon séant.

"
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Mar 30 Jan - 22:05
Le Haut-Juge n'avait pas aimé le ton du Samouraï à son encontre. Il avait voulu lui répliquer mais il allait rien n'en faire au risque d'être grossier. C'est alors qu'il vérifia les autorisations données par ce gouvernement et il les laissa passer avant que cela ne dégénère plus que ça devrait être. Néanmoins, e ton qu'elle avait employé sur sa personne n'allait pas rester impuni et il lui fit bien savoir en la regardant avec un air noir.
Quand ces derniers passèrent, il reçu des ordres de la part du commandement envoyé directement par messager, il se mit donc à soupirer puis partit vers le lieu.


Bertrand s'étaient positionné sur une zone d'atterrissage improvisée à côté de l'Université Akkatonienne laissant alors là ses hommes qui s'occupaient de vérifier les papiers de chacun de ses étudiants Akkatoniens et Ikhyldiens ... il y avait également des pontes de l'Empire mais aussi de communautés plus modestes, apparemment le débat allait être surveillé par tous ... on avait même aperçu un ambassadeur Duchéen qui était venu y assister. Bertrand pensait que ce dernier n'était qu'un petit événement local sans grande importance mais en fait ... il comprenait maintenant on lui avait demandé de déployer sa compagnie pour la sécurité ... ah et surtout aussi pour la personne qui allait arriver sur cette piste d'atterrissage improvisée.

"Eh mon grand, l'Oiseau arrive." Tonna la voix de Célestian dans l'oreillette de Bertrand, celui ci grommella.

Il n'aimait pas que la dragonne l'appelait ainsi mais bon, on ne pouvait pas toujours décider. Il regarda alors le dirigeable dans le ciel accompagné des deux reptiles volants comme escorte et fit signe à l'homme se trouvant près de lui, ce dernier acquiesça et supervisa l'atterrissage du transport.

Bertrand regarda aux alentours, il n'aimait pas quand c'était trop calme et même si ils étaient non loin de l'université, son pressentiment n'augurait rien de bon mais une voix féminine le stoppa dans ses rêveries.

"Mon frère !"

Il se tourna vers elle puis dit avec un sourire ... qu'on avait rarement vu.

"Demi frère, si tu veux bien, ma chère demie soeur.  dit-il à l'encontre de la femme à la chevelure noir jais habillée élégamment d'un long manteau noir avec son haut de soie noire et son pantalon de cuir tout aussi noir, qui était sa demie soeur, une Harentor ... fille de Armand Harentor, second mari de Théandra Talfer ... la mère de Bertrand. Elle s'était remarié à la mort de son père mais cela ne le dérangeait pas outre mesure.

Spoiler:
 

"Tu es donc la principale intervenante dans ce débat de pacotille ?

Dit-il tout en lui donnant un petit baiser sur la joue.

"En effet, les Illuminés ont jugés bon de m'envoyer plutôt que l'un de leur automate humain ... je crois qu'ils préféraient la douceur et la dureté d'une femme en même temps ... mais aussi quelqu'un qui ressemblerait encore un tant soit peu à un humain ... même si nous savons tous que la technologie et les prothèses qui vont avec sont notre avenir."

"Tu prêches un converti, Eléandra. Ton escorte ? Dit-il tout en faisant un signe de tête envers les trois automates qui se dirigeaient vers eux.

"En effet, ne crois pas que je n'ai pas confiance en toi mon frère mais j'ai jugé bon d'avoir une escorte en plus de la tienne ... on ne sait jamais. Allons y, nous sommes attendus je crois." Puis elle prit le bras de son frère tout en le regardant grimacer.  "Tu n'as pas changé."

"Tu m'en diras tant." Dit-il avec un demi sourire.

Puis ils prirent la route de l'Université, apparemment tous étaient déjà rentré et le sergent de la garde, le second de Bertrand pour cette mission l'informa que le dispositif de sécurité était bouclé. Le Haut-Juge le remercia et entra enfin dans le hall avec sa demi sœur au bras et ses automates derrière.

Lorsqu'ils entrèrent dans l'amphithéâtre, un homme trapu, d'une trentaine d'année et habillé d'un costume victorien avec des côtés or était sur la scène … hm. Son costume ne semblait pas avoir était mit depuis bien longtemps et sa bedaine le montrait. On l'entendit alors du bout de la scène grâce à un dispositif pour augmenter le son de sa voix.

 « Mesdames et Messieurs ! Nous vous remercions de votre venu à ce débat unique en son genre … il est le premier du nom et nous comptons bien si cela s'avère utile continuer à débattre sur l'utilité de la magie comme de la technologie lors de prochaine session.

Je me présente, je suis le maître de cérémonie, Grégoire Jovenskta, Doyen de cette université et je remercie nombre d'entre vous qui sont venus de loin pour assister à ce débat notamment au Ministre  Ishizuki Aoyuki, Arcane de l'Eau, Ministre Ikyldien qui est venu de loin pour être l'un des intervenants de ce débat.


On entendit alors une explosion d'applaudissements à l'encontre du ministre Ikhyldien et même certains sifflets de la part de ses compatriotes.

 « Accueillons également, une de nos plus brillantes têtes pensantes de notre prestigieux Empire, Madame Eléandra Talfer Harentor Illuminés qui semble être arrivée en charmante compagnie. »

Quelques rires fusèrent mais aussi des applaudissements. Bertrand regarda alors d'un air noir le maître de cérémonie puis alla s'asseoir près de l'entrée tout en lâchant sa demie sœur qui s'en alla rejoindre sa place.

 « Ministre Ishizuki, je suis ravis de vous connaître. » Dit-elle en s'asseyant à sa place attribuer aux côtés du Ministre et du secrétaire du cabinet de l'Empereur suspecté d'être de l'Engrenage. « Ravis de vous revoir également, Monsieur Yren. Comment se passent les affaires de l'Empereur ? »

 « Très bien, madame. Je suis là pour lui rendre compte de la situation lors de ce débat. » Dit-il en regardant le Ministre Ikhyldien puis la femme.

 « Nous allons donc commencer notre débat ! Mesdames et Monsieur, qui veut donc commencer ? Ne soyez pas timides, nous sommes ici pour apprendre et éduquer ! »

Bertrand regarda alors la salle, chaque tête pour être un membre de l'esprit et de l'engrenage fort heureusement ses traqueurs étaient en civil dans la salle … pour un œil averti, on pouvait les reconnaître grâce à la petite tâche représentant une flamme orangée sur le col du vêtement et … il avait demandé à un de ses hommes d'avertir le Ministre Ikhyldien en toute discrétion pour lui montrer que la sécurité était bien présente.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi] Mer 31 Jan - 21:07
Quand l'homme approcha Miyako restait tout de même attentive, après tout c'était un Akkatonien, Aoyuki l'a surprit, elle ne le pensait pas capable de se comporter comme un homme responsable ! Enfin, c'est ce qu'elle aurait aimé lui dire pour le taquiné, malheureusement elle ne pouvait pas se le permettre pour le moment. Aoyuki lui tendit le papier que l'homme lui avait donné et elle l'attrapa, ne savant pas quoi vraiment en faire.

« Qu'en penses-tu Miyako-chan ? Tu as entendu ce qu'il a dit non ? Personnellement, j'ai le sentiment que ce gentilhomme n'est pas si cordial qu'il n'a voulu le laisser transparaitre. La finalité de ses intentions est ce qui me chagrine le plus. Penses-tu pouvoir le garder à l’œil et essayer d'en apprendre plus sur cette énergumène, s'il te plait ma chère Lame de Vent ? Bien sûr, en toute discrétion. Nous ne savons pas ce qui se trame ni qui peut bien être impliqué dans tout ceci. N'oublions pas que nous sommes en terre inconnue. Je vous promets que je répondrai à vos questions si jamais nous sortons d'ici entier. »

Ce qu'elle en pensait ? Elle en pensait que cet homme était louche en effet. Comme demandé elle allait garder un œil sur lui, même si elle l'aurait fait dans tous les cas, ce qui la gênait c'était qu'il avait demandé que ce soit fait ''discrètement'' … Miyako et la discrétion ce n'était pas trop ça, mais elle ferait de son mieux. Il répondrait à toutes ses questions ? Hé bien voilà qui était une bonne motivation pour le garder en un seul morceau pensa-telle !

Pendant qu'ils se dirigeaient vers la salle où aurai lieu la conférence elle jeta un coup d’œil rapide au papier de l'homme avant de le ranger, il y était écrit ce qu'il semblait être une adresse et une heure, chose étonnante, mais qui lui permis de le lire sans difficulté, le message était écrit en Ikhyldien.

Qu'elle doive se mettre dans les premiers rangs avec Aoyuki la dérangeait, en effet, comment elle pouvait-elle surveillé la salle si elle tournait le dos à presque toute la salle ? Se retourner ne passerai pas inaperçu, elle s'assit à l'une des places destinées aux escortes, c'est-à-dire les rangs derrières les personnes ''importantes'' de ce débat, en effet quand ces dites personnes prenaient un rang, leur escortes en prenaient deux, car même si certains étaient venus avec un seul garde du corps, certains en avaient deux voir quelque fois trois. Elle s'était assit légèrement en biais, de façon à voir au moins une partie de la salle derrière elle. Miyako ne faisait pas confiance aux gardes déguisés dans la pièce, en effet elle avait failli en attaqué un qui s'était discrètement approché de Aoyuki pour le prévenir.

L'homme de tout à l'heure était assis dans un coin du premier rang, le maître de cérémonie fit son apparition fut son entré et commença son discours, il commença par introduire ce cher Ministre Ishizuki et la dénommé ''Eléandra Talfer Harentor Illuminés'', super un nom à rallonge, mais Miyako ne l'écoutait pas, l'homme qui s'appelait apparemment ''Yren'' avait quelque chose de louche, quand il s'était tourné, elle était persuadée d'avoir vu quelque chose, le mouvement qu'il avait fait avait vaguement fait apparaître une bosse sur son flanc gauche, aller savoir ce que se pouvait être, un pistolet ? Une vulgaire montre ? Elle n'en avait aucune idée et ça avait été tellement rapide qu'elle n'avait pas vraiment pu en voir la taille. Encore une personne à surveillé.

« Nous allons donc commencer notre débat ! Mesdames et Monsieur, qui veut donc commencer ? Ne soyez pas timides, nous sommes ici pour apprendre et éduquer ! »

Qui allait commencer ? L'homme dans le coin du premier rang, vous savez celui qu'elle devait surveiller, hé ben il prit la parole avant de se lever.

« Messire Jovenskta, j'aimerais commencer »

Il allât donc se placer sur la scène, après avoir inspecté la salle du regard puis il prit la parole
« Messieurs, Mesdames, certains d'entre vous me connaissent, mais pour ceux pour lesquels ce n'est pas le cas je vais me présenter, je me nomme Alan Matković, je vais donc commencer ce débat par une note assez neutre, en effet ce serait dommage, il me semble, de partir directement dans des notes plus, pardonnez-moi du terme, mais je n'en ai pas d'autres qui me viennent, extrémistes »

Il marqua une pause, tous les regards étaient tournés vers lui, tous ? Non pas tous, Miyako avait remarqué quelque chose, les deux gardes qui accompagnaient cet homme, ils s'étaient installés derrière lui dans les rangs destinés aux escortes, mais maintenant, ils n'étaient plus là, ils étaient sorties sans que personne ne s'en aperçoivent. Alan prit son souffle pour continuer.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Trois renards dans le poulailler - Magie et Technologie [Bertrand Talfer d'Aros / Miyako Shizumi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [FB] Attention à la banane (mici Unwin) [PV Pharaun]
» Ressources en eau d'Haiti: en 2020, Haiti importera l'eau de RD
» Lev : une femme doit avoir trois hommes dans sa vie, un de soixante ans pour le chèque, un de quarante pour le chic et un de vingt ans pour le choc
» ► Fiche Annexe : Magie et Technologie
» La chose rouge dans le poulailler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: