Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

{flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Lun 15 Jan - 17:38
En souvenirs d'une autre vie.




15 octobrius de l'an 1994 de l'âge de fer,
Caserne des Samouraïs Ikhyldiens



“Le souvenir commence avec la cicatrice.”
De Alain / Propos sur l’éducation


Quelques jours s'étaient écoulés depuis cette rencontre qui se voulait fortuite avec cette jeune elfe prometteuse mais qui avait était savamment orchestrée par cet elfe fourbe et calculateur qu'était Gramar, petit génie enseignant à la Grande Académie Magique et ami de longue date. Les tenants et les aboutissants de cette entrevue me restaient en tête et me tirèrent un petit sourire indescriptible qui fut bien vite chassé de mon visage.

" Sûr que tu ne veux pas que je t'accompagne Bichon ? "

" Bich...quoi ? " Je clignais des yeux avant de me stopper tel un être soudainement pétrifié au moment où il avait reçu un coup dans l'estomac. " Comment m'as-tu appelé là ? "

" Bichon ! C'est mignon je trouve, tout comme toi. Tu as l'air si inoffensif, je n'aimerais pas qu'il arrive quoi que ce soit à mon "sauveur bien aimé"..."

" Pourquoi ai-je l'impression que tu te paies ma tête y compris dans ces derniers mots et surtout dans ceux-ci ?  "

" Moi ? Mais je t'aime mon doux Arcane de l'Eau. Mon cœur ne bat que pour toi tu sais ? "

L'hybride thérianthrope/kitsune s'approcha de moi en un rien de temps, se collant à moi. Sa poitrine voluptueuse contre mon être, son visage enfouit au niveau de mon torse, elle plongea son regard si envoûtant dans le mien, levant la tête et m'obligeant à baisser la mienne. Elle en profita alors pour s'élever soudainement sur la pointe des pieds, réduisant ainsi l'écart entre nos lèvres, de manière plus que drastique. Nos bouches n'étaient plus qu'à quelques millimètres l'une de l'autre.  Je sentais son cœur battre, résonnant allègrement dans moi poitrine et imposant son rythme au mien. Les yeux à présent écarquillés, je n'étais plus capable de quelques mouvements que ce soit. Nous n'avions jamais eu de contact aussi prononcé et ce, malgré toutes nos farces et autres pique que nous pouvions nous envoyer. Le jeu venait de monter d'un cran et...

" Je crois que tu es encore trop jeune pour ça, tu devrais voir ta tête de pucelle, c'est tellement mignon. " Elle pouffa de rire. " Non, sérieusement, un jour, je t'apprendrai la vie petite chose innocente que tu es, "

" Non mais tu sais..." commençais-je à rétorquer

" La VRAIE vie ! " m'interrompit-elle en me posant son index sur les lèvres.

J'ouvris grands les yeux, puis haussais les épaules. J'écartais alors son bras d'un simple revers avant de lui passer devant sans même un regard, la mine renfrognée.

" Bref ! Agis à ta convenance, je ne serai pas long. "

Pénétrant dans l'enceinte de la caserne sous des salutations martiales dues à ma position hiérarchique et sociale, j'avançais d'un pas déterminé. Il pleuvait à verse et cela ne m'incommodait nullement. Le ciel gris qui aurait pu sembler profondément morne pour l'ensemble des êtres peuplant ce monde, avait sur moi, le même effet qu'un ciel ensoleillé sur eux. J'étais au septième ciel, me sentant une énergie renouvelée, une puissance folle s'agitant en moi, telle l'eau retenue par un barrage suite à une crue, menaçant de rompre ce dernier. D'un pas décidé, je cheminais sans aucune difficulté dans ce labyrinthite de baraquements. JE savais précisément où je me rendais et pour quelles raisons.

Si j'étais en ces lieux, ce n'était pas pour mon simple plaisir personnel. Tout du moins, pas totalement. A dire vrai, il m'avait simplement été assigné une mission pour laquelle j'avais carte blanche tant que le résultat était à la clef. Effectif, déroulement, peu importait. De par la nature de la chose, bien des profils m'avaient été proposés mais je les avais tous rejetés, un sourire de kitsune sur le visage. Un visage s'était imposé à mon esprit, un visage que je connaissais plus ou moins bien, même si de loin, en un certain sens. Miyako Shizumi. Ce nom évoquait en moi des souvenirs qui firent s'emballer mon palpitant alors que je me trouvais à présent devant la porte qui m'avait été indiquée un peu plus tôt. Reprenant une pseudo contenance, je pris une profonde inspiration en plaçant mon masque de Kitsune sur mon visage, blanc à motifs bleutés et argentés. Posant la main sur la poignée, je frappais de l'autre contre la porte mais n'attendis pas la moindre réponse, ne laissant le temps à personne de s'en donner la peine. La porte venait, de mon propre fait, de s'ouvrir à la volée et tous les regards se tournèrent sur moi, le silence se faisant.

" Bien le bonjour les fillettes ! Votre Arcane préféré doit s'entretenir avec une jolie Kitsune alors faites comme si de rien n'était et retournez à vos assiettes, je ne serai pas bien long. "

" C'est ce que disent les femmes en général à son sujet à ce qui se dit... "

Mon regard se posa sur un jeune homme trapu et bien charpenté. Un colosse, une force de la nature. Une belle pièce en soit, il fallait le reconnaitre. Dans l'armée, il avait réellement sa place mais il ne semblait pas bien dégourdi. Alors qu'il faisait le fier suite à l'hilarité qu'il avait provoqué auprès de ses camarades, je gagnais sa hauteur avant de lâcher :

" Oh... Je crois queforce est d'admettre que vous avez tout bonnement raison mon cher ami à l'existence si éphémère... J'aurais dû prendre plus de temps avec Shizune aux vues du résultat. " Je l'examinais comme un scientifique le ferait, un air méditatif mimé puisque mon visage était masqué. " Peut être que je devrais en prendre plus avec...  Miwako ! Je m'en voudrais de vous offrir un fils aussi peu réussi que mon premier brouillon. "

Des rires éclatèrent de plus bel. Le colosse se renfrogna, ronchonna un peu puis finit par me tendre la main, me signifiant qu'il admettait sa défaite pour cette fois encore. Nous en étions à dix-neuf à dix-sept et je prenais le large. Ces hommes, je les connaissais que trop bien, des samouraïs que j'avais l'habitude de côtoyer en missions. La première était sa mère et la seconde, sa fiancée. Tous humain. Je me mis à discuter un bref instant avec eux jusqu'à ce qu'un être attire mon attention, s'installant deux tables plus loin.  Prenant congé de ces guerriers, je me faufilait habillement jusqu'à sa table, m'y installant sans même lui demander son avis, face à elle. M'inviter seul ? Pire ! Je m'imposais et en toute honnêteté, ça m'amusait. Inclinant la tête sur le côté droit, ma queue venant faire mine de servir de support, se posant contre ma joue, les oreilles droites et tournées vers elle, je pris la parole.

" Je vous fais don de ma présence tant désirée et jalousée. Votre vie vient de s'illuminer autant que votre cœur et grâce à cette rencontre, vous avez appris ce que beauté parfaite et amour veulent dire et ce, dans la même journée. " théâtralisais-je. " Shizume Miyako-dono  la Lame de Vent je présume ? "

Je l'observais de mon regard azuré, au travers des fines fentes de mon masque. Le brouhaha de la cantine avait repris de plus belle mais j'en faisais aisément abstraction et pour cause, la Kitsune à la chevelure blonde était devenue le centre de mon monde actuel.  De l'amour ? Non, je vous arrête tout de suite ! Elle était juste devenue mon jouet préféré, la seule créature capable de me divertir d'une quelconque manière en ce moment précis. J'avais fait tout ce chemin pour elle et ce, dans un but bien précis. Un sourire malicieux se dessina alors sous mon visage et je me doutais qu'on le ressentirait au travers de mon masque. Je ne cherchais pas à le cacher de toute manière.

* Divertis-moi petite virtuose du Katana. Comment comptes-tu te la jouer pour ta part ? *
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Mar 16 Jan - 11:41
Miyako s’entraînait aujourd'hui à la caserne, de toute façon si vous la cherchiez il y avait de grandes chances qu'elle soit en train de s’entraîner, elle manquait grandement de passes temps, enfin bref, elle avait prévu de s'entraîner toute la matinée en compagnie des autres Samurai et après un bon repas de rêvasser dans un coin, oui on ne peut pas vraiment appeler cela un programme, qui d’ailleurs était susceptible de changer, d'habitude elle contrôlait mieux son ennui, mais cela faisait plusieurs mois que les journées se ressemblaient et elle manquait d'idée pour s'occuper l'esprit.

La mâtinée avait donc commencé par ce fameux entraînement, mais il avait fallu que cette fichu pluie commence à tomber, elle avait malgré tout décidé de continuer. Maintenant à bien y repenser elle aurait dû s'abstenir, elle était trempée, pendant que les autres partais mangé elle tentait de se sécher un minimum, elle avait trop faim pour attendre d'être complètement sec, son ventre la rappela d’ailleurs à l'ordre avec un bruit des plus distingués. Elle partis donc se restaurer.

Quand elle entra dans le mess de la caserne, il y avait déjà du monde elle alla donc chercher son repas puis une table libre, à peine s'était-elle assise et qu'elle avait commencé à se rassasié qu'un kitsune portant un masque blanc à motifs bleutés et argentés s'approcha, il s’installa devant elle sans lui demander son avis et avant qu'elle puisse dire quoi que ce soit, il lui fit une étrange tirade, étrange ? Non surtout gênante enfaîte, néanmoins elle ne pu que sourire à cela, elle s'ennuyait, il est vrai qu'elle avait espéré que quelque chose égaille sa journée, mais pas ainsi.

Que répondre à ça néanmoins ? Elle n'en avait aucune idée et n'avait qu'une envie c'était de se remplir la panse, mais elle ne pouvait pas ignorer son interlocuteur.

« Malgré l'étrange façon que vous utilisez pour accoster les gens, vous venez en effet d'illuminer ma journée, voyez-vous, vous êtes la personne la plus intéressante que j'ai rencontré aujourd'hui, par contre même si vous semblez être plutôt beau gosse et ce malgré le fait que l'on ne peut se faire une idée complète à cause de votre masque, je ne pense pas avoir appris ce qu'est l'amour comme vous le prétendez. » avait-elle fini par sortir avant d'ajouter,

« La Lame du vent, c'est en effet le titre que l'on me donne, par contre si vous voulez quoi que ce soit je vais devoir vous faire patienter, car voyez-vous je suis trempé et affamé. »

Et à ces mots elle commença son repas, tout en ayant l'air de ne plus faire attention à lui.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Mar 16 Jan - 17:16
« Malgré l'étrange façon que vous utilisez pour accoster les gens, vous venez en effet d'illuminer ma journée, voyez-vous, vous êtes la personne la plus intéressante que j'ai rencontré aujourd'hui, par contre même si vous semblez être plutôt beau gosse et ce malgré le fait que l'on ne peut se faire une idée complète à cause de votre masque, je ne pense pas avoir appris ce qu'est l'amour comme vous le prétendez. »

Son débit de parole était vertigineux, plus encore que le mien dans mes grand jours. Tout bonnement prodigieux ! Ses paroles avaient étaient aussi fluides et claires que l'eau d'un torrent précédent les rapides, puissante mais qui n'en veut pas encore à votre vie. Sa tirade me fit ouvrir des yeux ronds, mon attention lui étant dorénavant entièrement et définitivement acquise. Mon sourire était tellement large que mes commissures devaient sans peine se toucher au sommer de mon crâne. Elle avait une certaine répartie à sa façon, ou peut être était-ce autre chose...

« La Lame du vent, c'est en effet le titre que l'on me donne, par contre si vous voulez quoi que ce soit je vais devoir vous faire patienter, car voyez-vous je suis trempée et affamée. »

Quel toupet ! A moins que ce ne soit de la pure insolence. De l'ignorance peut être ? Naïveté ? Tout ça ou autre chose ? Un multitude de questionnements se firent entendre en moi mais je n'avais pas le temps de les étudier. Tout en moi avait était mis en branle, sens dessus dessous.  Lui rentrer dedans, la remercier pour les compliments, la draguer ? L'étriper ? La remettre en place ? Une multitude d'options probables se battaient pour pouvoir être celle que j'exprimerais. Inclinant encore plus la tête sur la gauche, que je venais de le faire lorsqu'elle avait ouvert la bouche, je lâchais juste un petit soupir amplifié par le masque que je portais. Je me levais alors de manière soudaine et plutôt abrupte. Atterrissant sur la table en évitant de renverser son plateau, gracieux, droit, les bras grands ouverts, la tête levée vers le ciel, je ne pus m'en empêcher.

" Voyez mes frères Ikhyldiens, la jeune Kitsune a parlé. Aussi terrible soit-elle, même elle ne peut résister à ma légendaire beauté de Saphir. Si parmi vous, plus particulièrement parmi ceux qui la craignent, vous voulez des conseils, je vous autorise et ce, dans ma plus grande mansuétude et en toute modestie, bien sûr, à vous créer un temple à ma gloire et y assembler toutes les plus belles choses de ce monde afin de vous attirer mes généreuses faveurs. Je serai un dieu bon et dévoué à ses fidèles. Idolâtrez-moi et je vous ferai connaître l'amour, idolâtrez -moi et vous serez les êtres les plus puissants de ce monde. Le Kitsune de Saphir est une créature magique qui n'a de limites que la magie elle même. Je vous aimerais tous ! "

"Même les moches et les Akkatoniens ? " demandèrent à l'unisson les samouraïs qui me connaissaient déjà.

" Quelle question stupides mes fidèles ! JE suis le Kitsune de Saphir, grand, beau et bon. La réponse est donc bien évidemment... CERTAINEMENT PAS !!!! Pour ceux là, je vous autorise à rejoindre le culte de Tomoe, ou de Xin. Ils sont vieux, ils ne pourront pas ronchonner. Les vieux doivent se contenter de ce qu'ils ont. Les rides, tout ça.... "

Des rires éclatèrent.

" Attendez qu'on le leur répète un peu  !"

" Ô ciel, mais j'y compte bien mes enfants, j'y compte bien. Par contre, comme vous êtes de la famille, c'est "Tu". Je ne suis point aussi vieux que Papy Xin. Tâchez de ne pas oublier que je suis votre frère, avant d'être votre divinité bien plus respectée et respectable que l'Empereur lui-même." appuyais-je d'un clin d’œil malicieux.

" Tu blasphèmes Arcane de l'eau ! Rien n'est plus grand que l'Empereur d'Ikhyld. "

" Tu n'as pas totalement tort mon petit Momotaro, mais la vérité est que je suis au dessus de lui pour la simple et bonne raison que je suis : MOI ! Et au-dessus de moi, il y a le peuple d'Ikhyld. Qu'est ce qu'une divinité sans ses fidèle si ce n'est une sorte d'Akkatonien qui est privé des plaisirs de la magie. C'est peut être par jalousie qu'ils nous agressent, oui, c'est sûrement cela. Par contre, pour toi, vu que TU as blasphémé, ce sera "vous"  avec quelque chose du style "O mon doux seigneur, Kitsune parmi les Kitsune et champion de la Magie Aqueuse" ou autres accroches de ce genre. Sans quoi, je me sentirais obligé de t'administrer la déculottée en place publique. Et ne m'obligez pas à raconter à tout le monde le secret du pantalon mouillé. Sur ce... Votre divinité suprême a à faire avec une future potentielle disciple. Vivez votre vie pleinement et vous serez récompensés. "

Vive l'Arcane de l'eau ! Longue vie au Kitsune de Saphir ! La meilleure des divinités du monde ! Autant de phrases que l'on pouvait entendre prononcées. Quelques applaudissement se firent entendre, ponctués de rires. Il était clair que je ne me prenais pas au sérieux et ceux que je côtoyais le savaient plus que bien. Pour les autres, je me fichais éperdument de ce qu'ils pensaient de moi. Après tout, nul ne pouvait plaire à tout le monde et puis, la légendaire bêtise du Kitsune de Saphir n'était plus à prouver. J'étais aussi bien un protecteur qu'un pitre, c'était de notoriété publique. Il y avait ceux qui m'appréciaient, ceux qui ne m'apprécient pas et les autres. Dans tous les cas, chacun avait son opinion. Pour la majeure partie d'entre eux, j'avais côtoyé leurs ancêtres, particulièrement les humains à la vie plus courte. J'en avais vu grandir certains, ayant partagé certains moments de leurs vies enfantines.

Suite à ces mots et cette débauche de.... moi, je sautais de la table, atterrissant majestueusement sur le sol non loin de Miyako.

" Bon... A nous deux à présent, maintenant que vous savez comment faire pour découvrir l'amour. Toutefois, je vais m'en assurer car il serait malheureux de laisser une aussi belle Kitsune au charme sauvage mais ô combien certain, vivre dans l'ignorance d'une chose aussi belle que l'amour, surtout une qui jouit de la même beauté que de celle d'une lame de Katana tâché de sang s'abreuvant de sang... "

Je m'étais approché de la jeune samouraï tout au long de ma tirade, d'un pas aérien. En fin de tirade, j'avais posé ma main sur son épaule et baissé la voix pour qu'elle soit la seule à m'entendre. Je retirais presque aussitôt ma main de son épaule, une orbe d'eau y apparaissant comme si elle se formait à partir des vêtements de la Kitsune.

" Fascinant... " avais-je lâché en l'observant minutieusement. " Enfin... Je pense que vous me ferez moins patienter maintenant que vous êtes sèche et folle de moi. Je vous laisse profiter de votre... " Je jetais un coup d’œil furtif et dépité à sa plâtrée. " ...euh... disons... Repas... J'ai beau faire le pitre, je n'en reste pas moins un Arcane et si je suis toujours en poste, c'est qu'il y a une bonne raison à cela, n'est-ce pas ? Je vous attends donc dehors mais sachez que je ne suis pas venu dans le simple but de vous taquiner. J'ai cru comprendre que vous aimez l'aventure, n'est-ce pas ? Il serait fâcheux que je me lasse et choisisse quelqu'un d'autre pour seconder la légende que je suis."

" Le légendaire lâche oui ! "

" Sauf dans les draps de votre douce et adorable épouse Momotaro, d'ailleurs, comment se porte le bébé ? "

Des rires éclatèrent alors que je faisais tournoyer l'orbe d'eau au-dessus de mon index en me dirigeant vers la porte sans même un regard en arrière, en direction de Miyako.

" Demain, c'est moi qui régale chers amis. De fiers samouraï Ikhyldiens ne peuvent se contenter de ce genre d’engrenages akkatoniens... Dois-je puiser dans mes fonds personnels pour que les fiers défenseurs de notre patrie mangent  convenablement ? Je me le demande...  Oh et Makoto  ? Attrape ! "

La balle aqueuse qui tournoyait rapidement sur la pointe de mon index gauche s'éleva dans les airs, décrivant une parabole avec pour destination un samouraï Kitsune aux cheveux roux. Il tenta de l'attraper, un peu trop naïvement peut être, par réflexe de surprise, probablement. Le résultat ? L'orbe vola en éclat à son contact et l'éclaboussa copieusement, lui et son repas.

" La suprématie de l'eau sur le feu, chapitre deux. "

Je passais alors la porte en la refermant derrière moi. Je traversais ensuite la petite cour pour rallier le bâtiment qui faisait face au réfectoire. La salle de Réunion. M'adossant à un pan de mur, je levais les yeux au ciel. Il était gris mais ne pleurait plus.

* Eh bien... Que vais-je bien pouvoir inventer à présent ? Enfin... Pour le moment,  il y a ce problème a régler au plus vite...*

Les deux queues qui se cachaient derrière moi, s'étaient mises à danser de part et d'autre de moi.  Toujours caché par mon masque, j'attendais, l'air grave, perdu dans mes pensé, l'arrivée de Miyako, si jamais elle consentait à venir, chose dont je ne doutais que peu vu que je pensais avoir attisé suffisamment sa curiosité en mettant en avant l'aventure.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Mer 17 Jan - 2:40
Quand elle vit le kitsune en face d'elle, monter brusquement sur la table et commencé une nouvelle tirade, Miyako commençai vraiment à se demander qui il était, il semblait pour le moins excentrique, puis elle l’entendit dire : « Le Kitsune de Saphir », puis petit à petit elle se rendit compte qu'il parlait de lui, le Kitsune de Saphir ? L'Arcane de l'Eau ? Aoyuki O. Ishizuki ? Pendant qu'il continuait son discours, elle était donc en train de se rendre compte de qui elle avait en face d'elle.

Au moment où il eu fini et qu'il sauta de la table pour atterrir sur le sol non loin d'elle, Miyako avait envie de rire, apparemment ce que l'on disait sur l'Arcane de l'eau était vrai, c'était vraiment un sacré numéro ! Par contre, la suite fut tout autre, quand il s'approcha d'elle en parlant d'amour pour enfin lui poser la main sur l'épaule elle avait légèrement rougi. Il retira aussitôt, sa main mais elle fut surprise de voir que l'eau contenue dans ses vêtements suivi le mouvement. Le ton sérieux qu'il pris avait quelque chose de perturbant après tout ce qui c'était passé depuis son entrée dans cette pièce, mais il réussit à éveiller son intérêt, il avait parlé d'aventure, était-il sérieux ? Allait-elle enfin pouvoir s'amuser ? Bon, la vraie question qu'elle se posa était de quels genres d'aventures parlait-il, parce qu'avec le discours qu'il avait prononcé un peu plus tôt on pouvait se poser des questions…

Après la sortie de l'arcane, Miyako lâcha un soupir et commença à manger, certains assis aux tables d'à côté la charriaient, mais elle ne les écoutait pas, elle repensait aux paroles d'Aoyuki. Au bout d'un moment, elle n'avait mangé que la moitié de son repas, elle décida d'aller le rejoindre dehors pour en savoir plus, sa curiosité lui avait coupé l’appétit.

« Alors, tu es tombé sous le charme du Kitsune de Saphir ? Il a quoi de plus que nous ? » Ricana l'un de ses camarades Samurai derrière elle, regardant celui qui avait dit cella, elle répondit :

« Lui au moins il est plutôt plaisant à regarder et ne sent pas mauvais, d'ailleurs c'est quand la dernière fois que tu as pris un bain ? Parce que là on dirait que tu es tombé dans une fausse à purin, ho et point important que je sache, il ne pleure pas quand il perd un duel, lui »
Elle avait dit cela en ne regardant que son interlocuteur, il s'ensuivit des rires de certains et les grommellements d'autres, certains avaient tenté leur chance avec elle et aucun n'avait réussi, ils étaient jaloux que quelqu'un vienne leur couper l'herbe sous le pied et du premier coup qui plus est, enfin c'est ce qu'elle se dit, néanmoins ce n'était nullement pour une quelconque aventure amoureuse qu'elle parti rejoindre l'arcane.

Quand elle sortie du bâtiment elle remarqua qu'il ne pleuvait plus, déjà un problème de régler, quant à Aoyuki, il était en face, adossé au mur à l'attendre, elle le rejoignit sans se presser.

« S'il y a bien une chose que je peux dire à votre sujet, c'est que vous savez manié les mots, vous semblez un peu excentrique et surtout que vous savez attisé la curiosité des gens »

«  Enfin bref, pas que cela ne m’intéresse pas, bien au contraire, pourquoi m'avoir choisi pour cette ''aventure'' et aussi en quoi consiste telle ? »

Elle avait dit cela en croisant les bras, le regard fixer vers les fentes du masque à défaut de ses yeux, un courant d'air vint agiter ses cheveux et ses queux.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Jeu 18 Jan - 14:19
Toujours perdu dans le lointain, j'observais les nuages, les examinant avec attention comme s'ils étaient la chose la plus importante que j'eusse à faire, les dossiers les plus importants que j'eusse à traiter. Soyons une temps soit peu honnêtes... Ceci était tout bonnement futile, vous en conviendrez ? Pourtant, je ne parvenais pas à m'en détacher. L'un d'entre eux, tout particulièrement, m'hypnotisais. Pour une raison obscure, il me mettait mal à l'aise. J'avais un mauvais pressentiment, du genre de ceux qui vous nouent, en beau collier de perles, tout l'appareil digestif.

" Hmfffff.... ", soupirais-je longuement et profondément.

Machinalement, je m'étais mis à toucher mon collier en cuir noir à pointes métalliques azurées, ce collier même que d'aucun disait qu'il s'agissait du collier de chien que l'Arcane de l'Invocation, en la personne de Xin Nahalëm, m'avait apposé afin de me tenir en laisse, ou à sa botte.  Les racontars de la cour et de tous ces nobles empaffés qui n'avaient rien d'autre à faire que d'intriguer, bien au chaud, empêtrés dans le confort de leurs cabinets ou de leurs demeures, en sécurité. On ne pouvait les blâmer pour cela. Risquer sa vie sans cesse n'était pas forcément la meilleure manière de vivre, toute fois, je ne pouvais que peu les apprécier.  Certain allaient même jusqu'à dire que le Grand Invocateur se montait sa petite armée interne afin de s'assurer une place de choix en cas de changement d'Empereur. Pire, d'autre poussaient le vice à déclarer qu'il y avait à parier qu'il nous utiliseraient, Elevyrica et moi afin de renverser l'ordre établi et ainsi prendre le pouvoir. Tout ceci me faisait bien rire.

Non, si je touchais ce collier que j'avais acheté comme pied de nez suite au surnom que m'avait attribué l'ancien Arcane des Ténèbres, à savoir Toutou de Xin, c'était pour une seul et unique raison. Pile à cette partie, en dessous du cuir, il y avait une cicatrice d'impact de balle akkatonienne. Balle qui s'était logée là après avoir traversé la tête de mon frère jumeau en la faisant littéralement éclater telle une pastèque. Vous comprendrez donc pourquoi je n'apprécie plus ce fruit, tout autant que la technologie martiale. Ça et tout un tas d'autres choses.  

« S'il y a bien une chose que je peux dire à votre sujet, c'est que vous savez manier les mots, vous semblez un peu excentrique et surtout que vous savez attiser la curiosité des gens. »

Si jusqu'alors je n'avais pas prêté la moindre attention au geste que je vous ai décrit, lorsqu'elle prit la parole, j'en pris conscience. Malgré tout, je ne sursautais pas, ni même ne fis quelque geste brusque que ce soit. Bien au contraire, mes mouvements furent posés, lents. Ma tête s'était simplement baissée afin de poser les yeux sur elle. Ma main, quant à elle, quitta son terrain de jeu tandis que je croisais les bras, un pied au sol, l'autre conte le mur.

«  Enfin bref, pas que cela ne m’intéresse pas, bien au contraire, pourquoi m'avoir choisi pour cette ''aventure'' et aussi en quoi consiste-t'elle ? »

" Eh bien, me voilà déçu, moi qui espérais que vous ayez accouru par folle passion soudainement révélée à mon égard mais j'apprécie tout aussi bien vos compliments... "

Je haussais les épaules, bras grands ouverts, le tout ponctué d'un petit hochement de tête réprobateur, feignant la déception. Ôtant mon masque de Kitsune que je fis rentrer dans une poche aux propriétés spéciales, je lui faisais face à visage découvert pour la première fois, sourire taquin en poste.

"... tout autant que votre doux parfum. Il y a tout un tas de choses que je sais manier, mais l'eau et la glace restent de loin celles que je préfère."

Mon sourire s’estompa pour un faciès plus grave alors que je reprenais la parole.

" Il est temps de passer aux choses sérieuses... Ce qui m'amène ici, c'est vous ! Quand je dis cela, c'est en ce sens que j'ai une mission à mener à bien mais que je ne peux la mener à bien seul. Il m'a été adjoint de monter une petite équipe mais je me suis dit qu'un petit comité réduit serait davantage efficace et votre profil m'a semblé être une évidence aux vues de vos talents, bien particuliers. " je me mis à sourire, dévoilant des canines de prédateur bien portantes, et plus longues que celles d'un humain, toutes aussi tranchantes qu'elles en avaient l'air. " Je pense cependant que nous serions mieux à l'intérieur de la salle si vous voulez avoir de plus amples détails sur la mission et sur la raison qui fait que je vous choisi vous plutôt que d'autres. De plus j'aimerais avant toute chose que vous me disiez en toute franchise, amitié ou ce que vous voulez, ce que vous pensez de l'Engrenage, de la technologie et tout ce joyeux foutoir sans nom qui gravite autour, avant même que je vous en dise plus.  Cela vous convient j'espère ?  Je vous laisse le choix de partir ou d'entrer, même si je pense déjà en connaître l'issue." j'ouvris la porte. " C'est une affaire qui vous rappellera un peu votre passé avec votre ami Gunnar et puis... J'ai envie de vous dire.... Nous nous connaissons très bien tous les deux et la vue de votre corps présent ne me déplairai pas moins que la dernière fois que j'ai pu en prendre soin, je vous en prie, entrons, je ne saurais attendre davantage..."

A ces mots, je m'inclinais avec courtoisie, l'invitant à entrer. Mes dernières paroles avaient été volontairement appuyées et sonores pour que les petits curieux qui passaient puissent les entendre. L'idée de lancer une petite rumeur ou autre sur elle m'amusait, dussé-je me mouiller moi-même. Tout sourire, j'espérais qu'elle entre et me réponde. Ceci m'intéressait au plus haut point. Elle m'intriguait autant que je m'amusais à piquer sa curiosité. Ainsi, nous étions sur un pied de relative égalité et puis, j'avais encore une petite révélation à lui faire qui me rendait euphorique.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Jeu 18 Jan - 20:37
Les premières paroles de l'arcane de l'eau ne surprirent pas Miyako, en effet après ce qui c'était passé dans le réfectoire, cela passait pour normal. Par contre, elle pu enfin admirer son visage, avant de le voir devenir sérieux. Elle se sentit flattée lorsqu'il dit qu'elle avait été choisie pour faire équipe avec lui, même si comme à son habitude quand on louait ses capacités elle se disait que ce n'était pas justifié, qu'elle ne le méritait pas. Mais décidément cela l'intéressait de plus en plus.

La question d'Aoyuki sur ce qu'elle pensait de la technologie lui parut étrange, pourquoi vouloir savoir cela ? Enfin, ce qu'elle en pensait c'est que la technologie apportait beaucoup plus de malheurs dans ce monde que de bien, pour les fanatiques en faveur de celle-ci, disons qu'elle avait appris à les détester, oui la technologie n'avait aucune légitimité, elle n'avait pas le droit de supplantée la magie comme certains le souhaitaient.

« C'est une affaire qui vous rappellera un peu votre passé avec votre ami Gunnar » A ces mots ses oreilles se dressèrent sur sa tête, comment pouvait-il être au courant ? Elle n'avait jamais mentionné dans son rapport qu'il avait trahi, de plus pour autant qu'elle sache, son cadavre était loin quand l'équipe qui l'avait sauvé était arrivé.

« Nous nous connaissons très bien tous les deux et la vue de votre corps présent ne me déplairai pas moins que la dernière fois que j'ai pu en prendre soin » quand il prononça cela elle rougit aussitôt et fit un pas en arrière sous la surprise tout en serrant ses bras contre son corps comme si elle voulait le cacher, mais de quoi parlait-il ? Quand il l'invita à entrer elle ne se fit pas prier, comme si elle voulait se réfugier loin des regards des quelques personnes qui passaient par là qui avaient tourné la tête quand il avait prononcé ces mots.

Elle attendit qu'il soit entré et qu'il ait fermé la porte pour se retourner et bafouiller avec les joues encore rouges :

« Co- Comment pouvez-vous être au courant pour Gunnar ? Et de quoi parlez-vous quand vous dites que vous avez pu prendre soin de mon corps ? »

Quand elle eu réussi à reprendre son calme et pour tenter de changer de sujet elle dit :

« Par rapport à votre question sur l'Engrenage et la technologie, je ne sais pas en quoi cela vous intéresse, mais comme vous m'avez demandé d'être franche avec vous je vais l'être »
elle prit une inspiration et ajouta
« Je les déteste tout deux, car à mon sens cela apporte beaucoup de mal pour très peu de bien, des gens souffrent par leurs fautes, des vies sont détruites. La technologie corrompt les âmes des gens, comme celle de Gunnar par exemple… ils veulent détruire la magie pour la remplacer par la technologie, je pense qu'ils en n'ont aucun droits, la magie existait déjà alors que les technologies les plus primitives n'avaient même pas encore été imaginées. »

Elle n'avait jamais précisé si elle parlait de l’Engrenage ou de la technologie, car pour elle les deux étaient liées. Tout au long de son discours elle avait eu la tête tournée sur le côté et légèrement penché vers le sol, le regard dans le vide.

« Enfin bref, comme vous l'aurez certainement compris je me ferai une joie de participer à cette mission, j’attends donc vos instructions, mais j'aimerai avant tout que vous répondiez à mes deux premières questions »

Elle avait dit cela après avoir redressé la tête en direction d'Aoyuki, elle attendait maintenant sa réponse.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Ven 19 Jan - 18:07
La Kitsune  avait eu une attitude des plus adorable, suite à ma dernière phrase prononcée. Agissant comme une petite vierge effarouchée, elle s'était précipitée à l’intérieur comme si sa vie en dépendait et tout ceci, pour mon plus grand plaisir. Je jubilais à la fois parce que tout se déroulait à merveille mais également parce que je prenais plaisir à traverser sa carapace afin de voir ce qui se cachait dessous. En toute franchise, je n'étais pas le moins du monde déçu du voyage.

Après son passage, son parfum me chatouillant agréablement les narines, je me redressais et fermais la porte sans même une once d'attention envers l’extérieur et les gens d'armes qui sortaient de la cantine. La vie semblait reprendre ses droits en ce lieu préalablement désert. Aussi désert qu'une académie magique en Akkaton. Boutade ? De ma part ? Jamais voyons, foi de renard !
Lui faisant face, je me délectais de chacune de ses actions, décortiquant le moindre de ses faits et gestes, le moindre des mouvements de son visage harmonieux. Dans un même temps, je buvais ses paroles avec tout autant d'attention. Le tout me tirait un sourire de plus en plus large et marqué. En effet, ses propos vis-à-vis de l'Engrenage et de la technologie, tous deux aussi impurs l'un que l'autre,  me comblaient de bonheur. Mon intuition était donc vraiment la bonne. J'avais bien noté qu'elle ne semblait pas plus encline à dissocier les deux, ce qui me donnait le sentiment que les deux étaient logés à la même enseigne pour elle également. Fascinant ! Extatique ! Formidable !

Eh bien ma foi, je dirais que je suis enthousiasmé par tant de lucidité. Là où certains parleraient d’extrémisme, moi, Aoyuki Ishizuki, parle de bon sens et d'intelligence. J'approuve tout bonnement ! Il est clair que vous avez du cran pour oser dire ceci devant un Ministre, Arcane de surcroît. Ce n'est qu'une opinion après tout me diriez-vous mais pas tout à fait voyez-vous... Vous pourriez être considérée comme potentielle sympathisante de l'Esprit ou même carrément membre active mais vous avez en ma personne, un allié partageant ce point de vue mais je crois que nous aurons le loisir d'en discuter plus tranquillement en mission. " Un petit clin d’œil vint ponctuer ceci. Alors que je fis quelque pas vers elle, je poursuivis. " Tout ceci nous amène à vos questions légitimes toutes autant que concises. "

Je m'étais alors arrêté à la limite de son espace d'intimité. Plongeant mon regard dans le sien, j'étais tel un serpent essayant de charmer sa proie. Une fois que je fus sûr que son regard était droit centré sur moi, je passais le plat de ma main gauche devant mon visage, dans un mouvement ascendant en partant du menton vers le ciel, tandis que de mon poing droit, je vins frapper ma poitrine une seule et unique fois. Au fur et à mesure que ma main montait, le visage qui apparaissait en dessous de cette dernière changeait. MAGIE ! C'est au cours de cette action que je pris la parole.

" J'ai dit cela car ce n'était pas un mensonge, j'ai vraiment pris soin de vous à ce moment précis de votre vie, ma douce et brave petite enfant. "

Ma voix était celle d'un vieillard, douce, posée, emprunte de sainte sagesse, marquée par le temps. Mon visage était redevenu celui qu'elle avait connu à une période de sa vie qu'elle ne pourrait pas oublier si facilement, quant à la façon dont je l'avais appelé, c'était ainsi que je m'étais adressé à elle tout au long de sa convalescence.

" Vous souvenez-vous de moi ainsi ? Je vous avais trouvée inconsciente, moribonde suite à quoi je vous avais traitée. A ce moment là, j'étais infiltré dans ce village afin de mener une enquête parallèle à votre mission du moment car nous soupçonnions des traitres dans nos rangs, en plus des extrémistes qui sévissaient non loin de ce lieu... Lorsque vous aviez quitté le foyer, je n'étais pas loin de vous. Je vous suivais sous l'apparence d'un charmant volatile, un petit corbeau. Je n'étais pas sûr de votre inclinaison et je devais m'en assurer. Ce faisant, j'assistais à un spectacle des plus divertissant. Le sang pleuvait et les têtes roulaient au sol. Autant de violence dans un corps aussi pur et d’apparence aussi désirable ? Comment ne pas tomber sous le charme hypnotisant de cette magnifique Kitsune livrant une représentation au sommet ? Vous dansiez littéralement, telle une divinité guerrière sur... Mille excuses, je m'égare. Hum ! Toujours est-il que j'ai dû m'occuper du corps de vos amis. Ceci aurait fait désordre si on les avait trouvés sans vie, surtout... celui que vous aviez, disons, interrogé avec passion et savoir faire. Je ne pouvais prendre le risque de laisser une si valeureuse Ikhyldienne de la plus pure espèce, sombrer pour avoir défendu sa nation, agi au nom de la magie, même si la revanche ou la haine étaient de la partie mais quoi de plus normal ? Après tout, ces chiens ne nous ont-ils pas volé quelque chose à nous tous ?

Je n'étais nullement énervé, même si on pouvait sentir une vive flamme brûler en chacun de mes mots, de mes actes, ainsi que dans mon regard. J'avais la hargne, c'est vrai, mais là, en cet instant précis, seule la passion m'habitait, celle d'un kitsune, d'une créature magique faisant usage de magie et ne vivant que par elle, pour elle. Célibataire ? Moi ? Orphelin ? Moi ? Solitaire ? Moi ? S'il vous plaît.... La Magie, LA Magie, LA MAGIE ! La Magie est moi, je suis elle, ensemble, nous sommes, ainsi va le monde, ainsi va, a toujours été et ira toujours mon monde. Comme ce fut le cas plus tôt, je m'étais remis à caresser mon collier dit canin, mais cette fois-ci, pleinement conscient que je visais ma cicatrice. Mon visage redevint celui qu'il devait être.

" La mission est simple. Il nous faut les déloger et essayer d'en apprendre plus sur leurs dirigeants mais c'est vain. Arrestations au mieux, décimation au pire ? C'est malheureux, mais c'est un mal nécessaire. Il ne peut être toléré que l'on s'introduise sur nos terres et qu'on laisse notre peuple souverain se faire bafouer ainsi, ni même de se faire maltraiter par des fanatiques profanes. L'Engrenage doit être éradiqué en priorité. Ils sont toxiques, ce sont des parasites, des nuisibles que nous devons écraser, ou... décapiter. C'est une mission dangereuse, probablement suicidaire à deux contre je ne sais combien de mécréants. Que diriez-vous donc de me prêter main forte afin d'aller apprendre à quelques imprudents technophiles extrémistes, ce qu'il en coûte de s'attaquer à notre patrie ? "

Mon sérieux s'était estompé avec ma dernière question, un sourire ambigüe volontairement exposé afin de créer un petit malaise qui la ferait probablement rougir, ça ou autre chose. Nulle idée, juste la curiosité de voir sa réaction tout autant que d'entendre ce qu'elle pourrait avoir à dire.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Sam 20 Jan - 13:11
Miyako n'avait pas pensé à cette possibilité d'être considérée comme une sympathisante de l'Esprit ou même l'un de ses membres actifs, elle fut donc soulagée que l'Arcane partage son point de vue, par contre, elle ne savait toujours pas quelle était l'importance de cette question et surtout quel intérêt d'en parler pendant la mission ?

Aoyuki s'approcha d'elle, peut être un peu trop près à son goût et le fait qu'il plonge son regard dans le sien était gênant, elle était tentée de détourner le regard, mais elle s'en empêcha. Elle ne prêta aucune attention aux mouvements qu'il fit.

Lorsqu’il eut fini et qu'il prit la parole Miyako écarquilla les yeux sous la surprise. Lui ? C'était Lui ? Oui elle se souvenait de lui, comment l'oublié, il l'avait sauvé après tout. Donc Gustavo était en faite Aoyuki O. Ishizuki ? En vérité, toutes les révélations qu'il fit la perturba. Tout cela expliquait de nombreuses choses, des choses auxquelles elle n'avait pas vraiment réfléchie, mais qu'elle pouvait trouver étrange.

« même si la revanche ou la haine étaient de la partie mais quoi de plus normal »
La haine… elle s'était confiée à Zelphar après cet événement, il lui avait dit que la haine n'apportait rien de bon et que si elle s'y abandonnait elle allait assombrir son âme, mais cette sensation, ce plaisir qu'elle avait ressenti quand elle les massacrait… elle s'en souvenait comme si c'était hier et cela avait quelque chose de malsain, mais tellement bon en même temps. Elle fut soulagée quand il reprit sa véritable apparence, car ça l'aidait à sortir des réflexions qu'elle se faisait.

La mission était d'exterminer un groupe de l'Engrenage, enfin, Aoyuki voulait les exterminer, c'était lui qui dirigeait la mission et cela ne la dérangeait pas de massacrer ces fanatiques technophiles, donc même si les véritables ordres étaient de les arrêter pour les interroger, elle s'en fichait. Elle était partagée entre la peur de ressentir la même chose que la dernière fois et l'autre la joie de l'aventure et du massacre d'extrémistes technophiles. La deuxième l'emporta.

Avant de lui répondre elle sourit également la tête légèrement penché sur le côté
« Suicidaire ? Allons ne soyez pas ridicule, face à deux valeureux Ikhyldien que pourront-ils faire ? Après tout, comme vous l'avez-vous même si bien mentionné ce ne sont que des parasites, ils nous supplieront de les épargner ! Et puis il va falloir que je vous rende la pareille, vous m'avez sauvée, alors je ferai tout pour que vous n'ayez pas besoin de l'être à votre tour, même si dans tous les cas, je doute qu'une telle situation se présente. »

A la fin de son discours, son sourire c'était agrandi et elle avait un peu plus penché la tête. Elle ne les sous estimaient pas, elle savait que ces fanatiques pouvaient être dangereux, mais elle avait réagi ainsi pour répondre à la question et au sourire de l'Arcane, tout en oubliant les quelques craintes qui persistaient en elle. De toute façon, Zelphar l'avait mis en garde de la haine, elle y avait fait attention, mais il y a certaines personnes qu'on ne peut que mépriser et qu'il faut éliminer, alors autant en profiter pour s'amuser.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Lun 22 Jan - 13:10
Un sourire mêlant machiavélisme, jubilation et enthousiasme s'était ancré sur mon visage aux traits vulpins. On ne pouvait nier qu'elle avait du cran. Cet aspect de sa personnalité était possiblement l'un de ceux qui m'attirait le plus chez elle. Je ne la connaissais que peu, pour ne pas dire pas du tout mais si mon intuition m'avait plus ou moins permis de me faire une première opinion d'elle, il semblait que de toute évidence, je n'étais pas tombé bien loin du compte. Dès notre première rencontre, j'avais décelé en elle un petit quelque chose qui m'avait plu, une chose indescriptible qui faisait que nous nous ressemblions au moins un petit peu.

Mes deux queues s'agitèrent en parfaite synchronicité avec mes oreilles avant de se stopper. Éclatant de rire, je me jetais en arrière, atterrissant pile sur la table derrière moi, assis. Je croisais alors la jambe gauche sur la droite, posant, mon coude gauche sur la jambe croisée et ma joue sur le poing fermé de ce bras qui me servait à présent de repose-tête. Confort sommaire, confort tout de même. Faisant tournoyer mon index pointé vers le plafond, je l'agitais comme si je touillais quelque chose d'invisible. Au début, c'était bien le cas mais au fur et à mesure, de l'eau s'agglutinait à la pointe de cette baguette magique charnelle, formant une bulle qui grossissait lentement.

" Eh bien voyez-vous cela ! Qui aurait cru qu'une aussi délicieuse et charmante créature se cachait dans les rangs de l'armée Ikhyldienne ? Une perle, un véritable joyau, un diamant brut. Vous me plaisez de plus en plus, je vous veux définitivement ! Oui ! Mon désir pour vous n'en est que plus grand encore. Vous me fascinez à un point que je ne saurai vous décrire présentement mais il va s'en dire que vous étanchez copieusement mes différentes soifs, que ce soit la curiosité, l'amusement ou n'importe laquelle. Toutes, oui, toutes. " La balle aqueuse avait atteint une taille proche de celle d'une tête humaine et tournoyait furieusement. A dire vrai, elle devait suivre la cadence endiablée de mon cœur, ainsi que de tout ce qui s'agitait dans mon esprit. " Que pourraient-ils bien faire face à deux valeureux Ikhyldiens ? Voilà qui est bien parlé ! L'exemple ! Vous devriez être citée en exemple si tout ceci ne tenait qu'à moi, mais trêve d'enthousiasme exacerbé. J'apprécie tout ceci et le tout m'emballe grandement mais pour l'heure... gardons la tête froide. S'il est une chose que ces années de vie m'ont apprises, et bien plus encore celles passées en qualité d'Arcane de l'eau, c'est qu'il ne faut jamais vendre le rouge de l'Engrenage, tout autant que de l'Akkatonien, avant de les avoir, comme qui dirait, démontés. " Je lui fis un petit clin d’œil, envoyant la boule valser, entrant dans son orbite et se mettant à tourner autour d'elle de manière elliptique, à grande vitesse. " La Précaution d'abord, la prudence, toujours. Il se peut que cette galante escapade amoureuse soit notre première et dernière. Voyez-par vous-même."

Je sortis de ma poche, un document enroulé, bien trop grand pour y tenir sans un enchantement magique que je devais à mon mentor, l'Arcane Nahalëm. Je le lui envoyais, à Miyako, ne doutant pas le moins du monde de ses réflexes et de son agilité quant à ce qui était de le rattraper. De mon côté, je récupérais mon jouet aqueux, toujours dans la même position, observant la Kitsune.

Sur le document, de nombreux détails quant à la mission étaient notés. Entre autres, il y avait était noté le nombre de membres présumés présents sur les lieux, à savoir une trentaine de personnes. En somme, il devait s'agir d'une réunion qui devrait se tenir à ce moment précis, celui indiqué sur le rapport : le 20 octobrius, soit le cinquième jour à venir. Il était également noté l'emplacement de leur repaire. Ce dernier étant situé près du lac au sud-est de la capital, qui d'autre que moi était le plus à même de pouvoir se dépatouiller en petit comité, rapidement et efficacement ? Peut-être l'elfe de la Terre, notre belle Arcane brune aux talents reconnus. Toutefois, pour l'élimination de cibles, qui de mieux qu'un assassin pouvait faire l'affaire ? Que ce soit dans le détail ou dans la masse, peut importait, je pouvais aussi bien sévir de manière chirurgicale qu'en pur boucher génocidaire. Si l'image m'est permise car au final, ce n'était pas le cas du tout. Il y était inscrit quelques informations sur le type d'armes éventuelles, les cibles prioritaires de captures au nombre de quatre et tout un tas d'autres choses encore.

" Que pensez-vous de ceci ? Est-ce à votre convenance pour un premier rancard ma chère Shizumi Miyako dôno? Bien évidemment, si vous avez des questions, je suis à votre totale écoute. De plus, laissez-moi vous annoncer que nous ne serons pas en tête à tête, ne vous en déplaise. Il y aura avec moi une charmante damoiselle qui ne saurait me laisser en une aussi agréable compagnie que la vôtre, seul, en escapade romantique, sans me chaperonner. Je crois qu'elle aussi est folle de moi mais ne nous égarons pas. C'est une personne de confiance, vous n'avez pas à vous en faire. Elle me protège et me complète. C'est une Ikhyldienne d’adoption, mais une Ikhyldienne dans le cœur et dans les faits, bien plus Ikhyldienne que bon nombre d'entre nos compatriotes. Sakurako Rokûjo... Manieuse de katana, vous devriez bien vous entendre... "
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Mar 23 Jan - 16:01
Le sourire de l'arcane en disait beaucoup, ainsi que son éclat de rire d'ailleurs, mais elle ne dit rien et l'observa du coin de l’œil, il forma une bulle d'eau, qui grossit lentement, qu'allait-il en faire ? Elle eut la réponse un peu plus tard, après qu'il ait recommencé à faire des compliments qui ne l’étonnait plus, ainsi que des allusions qu'elle trouva des plus ambiguës. Gardé la tête froide ? Elle l'avait, mais il est vrai qu'avec les paroles qu'elle avait prononcée un peu plus tôt on pouvait se poser la question, la boule d'eau qui tournait autour d'elle ne la gênait pas, mais elle espérait qu'elle n'allait pas finir trempée.

Elle fut donc en quelque sorte soulagée quand il l'a récupérât, quand au document qu'il lui envoya elle l'attrapa, en effet, avec facilité. Ce document montrait que les services de renseignement étaient efficaces, grâce à lui elle put voir ce qui les attendaient et où, ainsi que les objectifs à atteindre, enfin, les cibles à capturés, elle espérait néanmoins que ces informations étaient le plus exacte possible, elle ne souhaitait pas avoir de mauvaise surprise.

Il l'avait laissé lire le document sans un mot, il semblait être dans ses pensées d'ailleurs, puis il prit de nouveau la parole. Un rancard ? Il n'était décidément jamais sérieux, enfin ce n'était pas grave, mais elle leva un sourcil quand il lui indiqua qu'ils ne seraient pas seuls.

« Je crois qu'elle aussi est folle de moi mais ne nous égarons pas. C'est une personne de confiance, vous n'avez pas à vous en faire. Elle me protège et me complète. C'est une Ikhyldienne d’adoption, mais une Ikhyldienne dans le cœur et dans les faits, bien plus Ikhyldienne que bon nombre d'entre nos compatriotes. Sakurako Rokûjo... Manieuse de katana, vous devriez bien vous entendre... »

A ces mots, Miyako eut un petit sourire en coin et prit une position légèrement aguicheuse et mis la main droite sur ses hanches,

« Cela me dérange nullement, mais je ne pensais pas que lorsqu'on vous décrivait comme un coquin c'était dans ce sens-là. Une promenade avec deux demoiselles ? On peut dire que vous allez vite en besogne, néanmoins je serai ravis de la rencontrer, si elle manie le katana cela nous fera un point commun et... » Elle lui fit un clin d’œil,

« … elle pourra certainement m'apprendre certaines techniques, car je suis sûr qu'avec un coquin comme vous elle doit être douée dans le maniement du sabre. »

Elle avait voulu laisser un petit côté ambiguë à ses paroles, ainsi que la posture qu'elle avait prise, avait pour but de le faire réagir, elle voulait voir qu'elle serai la réaction d'Aoyuki, il l'avait plusieurs fois mise mal à l'aise, elle espérait arriver à en faire autant, mais même si cela ne lui faisait rien, au moins elle se serait amusé.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Jeu 25 Jan - 17:24
La position légèrement aguicheuse et le petit sourire en coin ne passèrent pas inaperçus. Alors que je l'observais avec une attention quelque peu amoindrie par diverses choses extérieures, elle avait su la recentrer totalement sur elle et elle seule. Je la dévorais littéralement du regard. La désirais-je ? Possiblement mais présentement, ce n'était pas la partie de mon être qui hurlait le plus fort. Bien au contraire. L'étonnement, la curiosité et surtout, le jeu, voilà ce qui se disputait les marches du podium. Je m'étais attendu à tout sauf à cela, venant de sa part. Je ne la voyais pas comme une kitsune femelle pleinement consciente de son corps et de ses arguments. Possiblement, m'étais-je fait l'image d'elle d'une militaire, stricte et dévouée corps et âme à son sabre, effarouchée côté sentimental et surtout, charnel. Rien détonnant donc à ce que j'affiche un regard rond de surprise, accompagné, toutefois, d'un sourire on ne pouvait plus carnassier alors que je l'écoutais parler.

Ces propos qui sortirent de sa fine bouche me firent grand joie. Ainsi, la petite Shizumi avait de la répartie. Elle était à des années lumière de son paternel, noble manquant cruellement d'aisance relationnelle. Non, je médis... Il en avait suffisamment pour gérer ses "affaires", le mieux serait donc de dire qu'il était un de ces nobles de type balais dans le derrière, tant et si bien qu'il avait dépassé le stade du droit comme un "i" et qu'il en était devenu droit comme un "l", que dis-je ? Comme une droite.

* Sais-tu seulement à quel point ta fille est devenue une adulte, Sadao-jiji ?*

Mon esprit, non, le monde s'était arrêté quelque instants. La bouche ouverte, la machoire pendante, les yeux tellement ouverts que je devais avoir l'air d'un hiboux, je restais un temps quoi. Interdit, je l’observais, silencieusement, incapable de prononcer quelque mot que ce soit. Ainsi pouvait-elle pousser le vice ? J'étais littéralement scié. Secouant vivement la tête, je remettais de l'ordre dans ma tête afin de mettre un terme à ce blanc. Mon attitude était redevenue aussi légère qu'elle se pouvait de l’être auparavant. M'approchant d'elle, je me stoppais de nouveau assez près d'elle, comblant la distance qui nous séparait en me penchant vers elle, mon visage tellement proche du sien que je sentais chacun de ses souffles. Voix doucereuse et suave, regard et attitudes de prédateur, sourire aguicheur, je pris la parole en tenant ces termes.

" Coquin est un doux compliment aux oreilles d'un renard, ma noble samouraï-chan. Toujours est-il que je doute que vous ne soyez réellement prête à assumer les conséquences d'un tel jeu. Sakurako est douée dans le maniement du sabre, très, mais je n'ai pas d'informations concrètes concernant cet aspect de la pratique. Devrais-je organiser une compétition entre vous d... "

Un bruit de portes s'ouvrant à la volée me fit sursauter, m'interrompant sec. Mon cœur s'était emballé et arrêté en une fraction de secondes. La mort, ça sentait la mort et un violent frisson me
parcourut le dos. Je ne pris même pas la peine de me retourner, me résignant à mon sort à venir. Toutes ces années m'avaient enseignées une chose, à savoir ne jamais se lancer dans une veine tentative de défense car le brasier n'en serait que plus grand. Un poing vint rencontrer le sommet de mon crâne avec tant de vigueur que j'eus l'impression qu'il s'était fendu en même temps que mes os se tassaient. Sakurako dans ses œuvres...

" Tu vas organiser un concours de quoi petite Bleuette libidineuse dépravée ? Hmmm ?! " à ces mots, elle pivota avec agilité, passant devant moi et d'un geste empreint d'une dextérité martiale confirmée, elledégaina son Katana gauche juste ce qu'il fallait pour m'enfoncer le bout du manche dans le bas ventre, me pliant littéralement en deux. " Ton corps est à moi et il n'y a que moi pour te faire ce genre de choses espèce de vieux débris pervers décérébré semi nudiste ! Oh ! Et... Rokûjo Sakurako, enchantée."

Elle avait fait volte-face avec la grâce d'une danseuse kitsune, s'inclinant avec gaieté devant Miyako. Plié en deux, à genoux, le souffle court, je lâchais :

" Hmmpfff ! Si seulement tes paroles pouvaient ne pas simplement rester des paroles et que tu pouvais agir un peu plus à ce niveau... OUMPFCH ! "

D'un geste précis, souple et à la limite du possible, toujours positionnée telle qu'elle était, sans même se retourner vers moi, sa jambe droite était passée par dessus mon épaule gauche avant même que je n'eus le temps de cligner des yeux et en moins de temps qu'il en fallait pour dire ouf, son pied s'était rabattu sur ma nuque afin de faire rencontrer le sol à mon visage. En fin de quoi, elle avait simplement posé ce même pied sur ma tête comme le ferait un chasseur sur son trophée de chasse. Échec et mat.

" J'ai cru entendre un déchet tenter de prendre la parole... Oh ! Pardon Messire Ao-chan, je n'avais pas vu que ma semelle avait malencontreusement rencontré le sommet de votre crâne. Loin de moi l'envie de vous piétiner... "

Elle m'aida à me relever, l'espièglerie se lisant clairement sur son visage. Je la fixais un bref instant mais ne dis mot. Me tournant vers Miyako, sentant le regard de mon compagne de route dardé sur moi telle une promesse de mort d'une lame appuyée entre mes omoplates, je ne cherchais même pas à reprendre une once de contenance.

" Hmmm... Je pense que tout a été dit... Je vous dis donc à dans cinq jours à l'heure et au lieu indiqués sur le document que je vous ai remis. Nous cheminerons séparément afin d'éviter de nous faire repérer et de là, nous passerons à la suite. Nous monterons le camp le premier soir, soit la veille au soir, afin de les observer. Par nous, j'entends Sakurako et moi. A votre arrivée, nous vous expliquerons le tout, nous observerons ensemble et frapperons au moment opportun.. Sur ce... Je vous laisse vaquer à vos occupations et m'en vais vaquer aux miennes si je ne finis pas... Disons... Six pieds sous terre... La jalousie possessive ayant eu raison de mon existence sordide. En vous souhaitant la plus agréable des fins de journée... "

" Au plaisir de collaborer toutes les deux. "

Je pris congés de la Kitsune après une respectueuse révérence pleine de grâce. M'emboitant le pas, sautillant comme une petite fille joyeuse, mon acolyte chantonnait. Du coin de l’œil, je l'observais silencieusement, n'osant en dire plus. Il n'y avait pas à dire, elle pouvait parfois être vraiment effrayante et agissant de la sorte, elle faisait naitre le doute en moi. Etions-nous toujours dans le jeu purement taquin ou était-elle sérieusement jalouse ? Pour une obscure raison, je n'arrivais pas à la sonder, ni à la déchiffrer. Plongé dans mes questionnements, je me dirigeais alors vers la suite de mon planning qui se voulait chargé.


Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako] Ven 26 Jan - 23:27
La réaction d'Aoyuki ne se fit pas attendre, elle avait envie de sourire, mais elle se retint. Au vu de celle-ci elle avait réussi à le surprendre et pas qu'un peu. Il avait d'ailleurs apparemment décidé de se prendre au jeu lui aussi. Son attitude et le fait qu'il se rapprocha, lui firent se demander si elle n'était pas aller trop loin.

Néanmoins, il s'interrompit net lorsque la porte s’ouvrit à la volée et son expression changea du tout au tout, on aurait dit qu'il vivait ses derniers instants. Tout cas il se prit un violent coup sur la tête. Ce fut rapide, mais le résultat fut le suivant : la dénommé Rokûjo Sakurako s'inclinant devant Miyako et Aoyuki était plié en deux suite à un coup de garde de katana dans la bas ventre.

« Shizumi Miyako, enchantée également. » répondit-elle en s'inclinant et tentant de réprimer un fou rire

Aoyuki, après avoir tenté une tirade se fit littéralement piétiné, Miyako avait mal pour lui.

« Hmmm... Je pense que tout a été dit... Je vous dis donc à dans cinq jours à l'heure et au lieu indiqués sur le document que je vous ai remis. Nous cheminerons séparément afin d'éviter de nous faire repérer et de là, nous passerons à la suite. Nous monterons le camp le premier soir, soit la veille au soir, afin de les observer. Par nous, j'entends Sakurako et moi. A votre arrivée, nous vous expliquerons le tout, nous observerons ensemble et frapperons au moment opportun.. Sur ce... Je vous laisse vaquer à vos occupations et m'en vais vaquer aux miennes si je ne finis pas... Disons... Six pieds sous terre... La jalousie possessive ayant eu raison de mon existence sordide. En vous souhaitant la plus agréable des fins de journée... »

«  Je serai là en temps et en heure, je vous souhaite également une bonne journée et… bonne chance ? »
Elle avait dit cela tout en souriant et en s'inclinant.

« Au plaisir de collaborer toutes les deux. »
« Plaisir partagé »

Quand ils furent sortie de la pièce elle soupira, cela allait vraiment être une mission intéressante, elle avait hâte d'y être, mais pour l'heure elle devait se préparé.
avatar

Feuille de personnage
Peuple: Kitsune
Nationalité: Ikhyldienne
Rang social: Noblesse Ikhyldienne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Province Ikhyldienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
{flashback} En souvenirs d'une autre vie [Miyako]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: