Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

{flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés
MessageSujet: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael] Mar 9 Jan - 18:50
La véritable force commence par la sagesse.




10 octobrius de l'an 1994 de l'âge de fer,
Grande demeure de la famille Ishizuki.



“Connaître les autres, c'est sagesse. Se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure.”
De Lao-Tseu



La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà, ayant drapé de son voile sombre mais quelque peu scintillé, le ciel au-dessus de nos têtes.  La ville était plutôt calme à cette heure tardive. Enfin, calme pour ceux qui savaient où passer sans être vus et qui ne voulaient pas être vus pour quelques raisons que ce soit. Parmi les rares êtres en activité cette fameuse nuit, correspondant à ce bref descriptif, deux étranges silhouettes sortaient singulièrement du lot. Si la majorité des arpenteurs de ce soir là étaient en majorité des êtres infidèles et autres volages ou papillonneurs du genre, les autres, moins nombreuses encore, étaient pour leur part, des animaux et autres créatures nocturnes. Quant aux deux silhouettes qui nous intéressent, elles étaient encapuchonnées de noir, de la tête aux pieds. Se mouvant spécifiquement dans des lieux sombres ou au mieux mal éclairés, ils avançaient avec prudence, parfois, de manière preste, les autres. L'une deux ouvrait la voie, ne semblant se préoccuper de peu de choses si ce n'était de chaque bruit qu'elle pouvait entendre, se figeant, droit comme une mangouste à chacun d'eux, tous sens en alerte. Elle menait la cadence alors que la suivante, au sens de celle qui la suivait, quant à elle, semblait trainer quelque chose de lourd derrière elle.  Arrivées, près d'une très grande bâtisse privatisée et plutôt bien gardée, non loin du Palais de Jade, dans une certaine mesure, elles se faufilèrent à l'intérieur, on ne savait trop comment aux vues des hauts murs, avant d'ouvrir une porte de type assez modeste comparée au faste apparent de l'ensemble, faisant montre d'une grande richesse de ses propriétaires. A n'en pas douter, il s'agissait du lieu de vie d'une famille de Hauts nobles établis de longue date. En somme, une très vieille famille.  

Ouvrant donc la porte en bois qui n'avait de modeste que l'apparence vu la qualité de l'ouvrage de ce bois rare, un escalier descendant dans les ténèbres s'offrit à leurs yeux qui semblaient accoutumés cette obscurité. Sans allumer de lumière, elles descendirent , après avoir refermé avec soin derrière eux, d'un pas souple et plutôt rapide, la première, trainant son gros fardeau derrière elle, sans se soucier de l'effet du choc de chaque marche sur le contenu de celui-ci. Pour la suivante qui jusqu'alors avait était celle qui avait mené le bal, elle suivait en sautillant, distribuant de petits coups de la pointe du pied dans le fardeau de sa complice, ricanant de son méfait à chaque assaut, provoquant quelques soupirs chez la première. Arrivées au terme de ces escaliers, elle tournèrent à droite, puis un peu plus loin à gauche et enfin, à gauche. Précis n'est-ce pas ? Encore plus dans la plus totale obscurité ? Quoi de plus naturel ai-je envie de vous dire car après tout, l'une de ces deux étranges et ô combien louches créatures n'était nulle autre que moi, Aoyuki et cette demeure, la mienne, héritage familial.

Fermant la porte derrière moi, d'un simple claquement de langue, j'e fis savoir à mon acolyte que tout était ordre et une fraction de secondes plus tard, une orbe de feu apparut non loin de moi, fusant en direction d'un lieu précis, suivi de d'autres aussi sûres d'elles. En un instant, la pièce fut illuminée et je lâchée un sifflement admirateur avant d'éclater d'un rire enfantin en frappant dans mes mains alors que je m'affalais dans un fauteuil.

" Hahahaha ! Bravo, bravo ma chère, prodigieux, exquis, sublimissime, que dis-je ? ABSOLUMENT DIVINISSIME ! Je ne me lasserai jamais de tout ceci ! "

" De ma façon d'allumer ces torches ? " avait lancé l'hybride thériantrope, ouvrant le sac avant de le hisser sur la grande table au centre de la pièce plutôt chiche mais dont le mobilier restait somme toute plutôt confortable pour ce qui était des assises. Suite à quoi, elle donna un coup de pied copieux sur le bagage. " Humpf ! Vous ne l'aurez pas volé mes salauds ! "

Observant la scène avec amusement, je pris un peu de temps avant de répondre. " Honnêtement, à tout ma chère, à tout. Pour simplifier la chose, je crois que la réponse parfaite à ta réponse question serait : de TOI ! " J'éclatais alors d'un rire emprunt de satisfaction et d'une once de sagacité. " Oui, c'est cela, je ne saurais me passer de toi. La vie serait vraiment triste si tu n'étais pas là demi-kitsune, toutefois, je te pris de faire attention à nos prises. Même si ce sont de vils salauds, ce n'en sont pas moins des prisonniers et je pense que.... Comment puis-je dire cela avec tact ? Hmmm... Ma foi, disons que tu as suffisamment exprimé ton art. J'espère juste qu'on pourra les remettre en état car je ne me sens pas d'expliquer ton chef d’œuvre à mes confrères Arcane ou au pire des cas, devant l'empereur. " Je lâchais un petit rictus bien particulier, un œil clos, l'autre ouvert, la pupille azurée de ce dernier, dardée sur elle.

" Bien reçu, mille excuses" avait-elle lâché avec un petit frisson que je trouvais mignon et amusant." Je tâcherai de faire plus attention à la marchandise. Et puis je n’aime pas trop t'énerver, après tout, cracher dans main qui nous nourrit... "

"C'est presque ça très chère, presque ça..." avais-je lâché en m'esclaffant.

"Par contre... Pourquoi s'introduire chez nous par effraction ? Les gardes ne diraient rien, on le fait bien en journée de temps à autre ? Et pourquoi est-ce toujours moi qui porte le sac ? "

" Tu le sais bien ô déesse incarnée à la force colossale n'ayant d'égale que sa beauté. Je te laisse la joie et l'honneur de tirer tes jouets car tu es bien plus forte que moi. C'est la seule raison pour laquelle je fais fi de ma grande galanterie légendaire qui soupasse ma beauté toute aussi qualifiable. "

" Mouais... ça où une force prodigieuse à la hauteur de ton talent pour la maitrise des arcanes du feu, c'est à dire : NULLE ! " Elle éclata de rire, un rire des plus sarcastique qui soit.

" Sarcastique caustique... Bien envoyé " avais-je souligné avec amusement "En ce qui concerne le reste, disons que c'est juste un caprice personnel, pour m'amuser et disons, vérifier que tu-sais-qui a toujours la pleine possession de ses moyens. Par contre... Il faudrait se hâter, je pense que notre invité ne devrait plus tarder. Ah ! Quand le renard parle du loup..."

Un bruit bien particulier résonna dans le lointain au dessus de nos têtes et je fis signe à mon acolyte, d'un simple hochement de tête que les choses sérieuses commençaient. Alors qu'elle s'affairait sur les deux êtres inertes mais vivant, j'ôtais ma capuche et me débarrassais prestement de tout mes atours sombres. La présence féminine ne me dérangeait pas et visiblement, ma partielle nudité ne la dérangeait pas non plus. Habitude. J'enfilais une tunique orientale en soie, bleu turquoise avec des finitions jaunes. Suite à quoi, après un dernier regard appuyé vers elle, je montais, d'autres marches que celles précédemment empruntées pour regagner le rez-de-chaussée intérieur.  

Me dirigeant vers la porte d'entrée, je l'ouvris à la volée, prenant une pose bien théâtrale en me courbant, invitant mon hôte à entrer.

" Si Monsieur daigne accepter de pénétrer en notre humble demeure... "

J'étais tellement courbé, figé dans une pose des plus caricaturale, que je ne pouvais distinguer nulle autre chose que les chausses de l'être face à moi. Encore aurait-il fallu que mes yeux soient ouverts, hors, pour le coup, ils étaient clos.
J'attendais une personne bien précise en la personne d'un elfe, mage guérisseur enseignant dans l'académie magique et ami de longue date auquel j'avais donné rendez-vous afin qu'il puisse me faire bénéficier de ses talents, comme il était d'usage depuis des temps immémoriaux. En effet, cet être que j'estimais, respecté et respectable, venait pour soigner mes prisonniers afin de les rendre plus présentables, parfois, avant de les mettre aux arrêts et ce, au terme de mes missions. La chose était des plus légale, seulement, le procédé, lui, était tout bonnement de ma propre fantaisie. La porte étant grande ouverte sur le luxueux hall éclairé, j'attendais, les oreilles aux aguets, qu'il entre.


HRP :


Un petit aperçu du hall :
 
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael] Mer 10 Jan - 18:39
Le soir même, mon père m'avait subitement arraché à la lecture d'un ouvrage sur les arcanes de lumière. Selon ses dires, au seuil de notre porte se tenait un commis qui détenait une missive à mon intention. Curieuse, j'en avais refermé mon ouvrage sans même m'inquiéter de marquer la page, puis j'avais dévalé nos escaliers d'un pas preste. Rejoignant l'entrée de notre manoir ainsi que ma mère qui se tenait à son seuil, je souhaitai le bonsoir à cet inconnu.

Il s'agissait d'un jeune hybride, quoique plus âgé que moi. Ce dernier me tendit une lettre dont je me saisis délicatement en le remerciant toujours aussi intriguée. En l'ouvrant, j'appris que le Professeur Gramar avait besoin de mon aide pour le remplacer à une tâche d'importance. Manifestement, il me fallait me rendre chez l'Arcane de l'eau afin d'y prodiguer mes soins. En guise de post scriptum, mon mentor avait indiqué l'adresse de l'Arcane. Voila qui était pour le moins intéressant.

-Le Professeur Gramar espère pouvoir compter sur votre discrétion.

Avait finalement énoncé l'hybride avant de partir, alors que j'hochai de la tête en guise d'affirmation. Une fois ce dernier loin de notre porte, j'étais montée à l'étage afin de récupérer quelques affaires, dont mon gantelet. Néanmoins, alors que j'étais fin prête à partir pour la demeure de l'Arcane, ô ma mère m'avait fait une énième leçon sur le savoir vivre, autant sur mon comportement que sur l'importance de mon élocution. Ensuite, ce tyran pleine de bonnes intentions m'avait forcé la main pour que j'aille coiffer ma sombre tignasse. J'avais beau avoir enfin atteint ma majorité, cependant elle était toujours présente pour me faire part de ses inquisitions et autres admonestations à mon égard.

Une heure plus tard, j'étais finalement en route. Encapuchonnée sous ma cape verdoyante pour me protéger du froid, je traversais la ville d'un pas alerte et pressée, tandis que plusieurs pensées se bousculaient en mon esprit. J'avais hâte et espoir d'en finir au plus vite afin de continuer ma lecture, bien que mon aide auprès du Professeur Gramar ne pouvait se refuser. Je lui devais beaucoup. J'étais néanmoins honorée et on ne peu plus fière que le professeur ait songé à ma personne pour le remplacer afin d'assister l'Arcane. Aussi sur la route, je m'interrogerais sur la teneur exacte d'une telle demande. Je savais qu'il s'agissait de soin, mais pour qui ou pourquoi, le commis n'avait pas l'air d'être de connivence. D'ailleurs, j'étais intriguée de découvrir ce qui me valait un déplacement aussi tardif, ou du moins ce que mijotait d'ordinaire mon maitre à cet heure.

Traversant la ville au sein de cette nuit presque noire, uniquement éclairée par la lune ainsi que les faibles halos de l'éclairage ésotérique, je replaçai mon capuchon afin de me protéger d'une fine bourrasque de vent. Puis, suivant la trace de l'éclairage illuminant la ville de Jade par magie, je zyeutai avec inquisition les affichages des noms de rue afin d'être sure de ne point me perdre, ni me tromper de rue au sein de ce dédale de ruelles.

J'étais un tantinet anxieuse à l'idée de me rendre chez le ministre Ishizuki. Après tout ne représentait-il pas l'une des plus haute figure de notre société après notre cher Empereur? Je ne le connaissais que de vue, bien que nous nous étions croisés à plusieurs reprises lors de mes ô combien longues études au sein de l'académie que je côtoyai. Ainsi, un brin nerveuse, j’espérai ne pas faillir dans ma tache, quelle qu'elle soit. Allez reprend toi, peste! protestai je intérieurement. Parvenue alors au seuil de la résidence de l'intéressé, je levais alors ma main droite pour frapper vigoureusement à la porte. Deux fois.

Bien qu'ayant repris ma contenance, en secret mon coeur batifolait un tant soit peu. Pourtant rares étaient les indices pour auraient pu trahir cette légère anxiété. Mais enfin la porte s'ouvrit, s'écartant sans un bruit. Mes amandes vertes purent alors apercevoir l'Arcane plié en deux dans une position presque grotesque alors qu'il m'invitait à pénétrer dans sa demeure. Je suppose qu'il attendait Gramar, d'où le "monsieur" que notre cher Arcane avait prononcé. En guise de réponse, j'entonnais alors tranquillement de ma voix bien féminine, non sans dissimuler un petit sourire qui titilla mes commissures, les mots suivants:

- Monsieur Ishizuki, mes salutations.

Une fois rentrée, je m'inclinais avec cette cérémonieuse et gracieuse politesse que m'avait inculqué ô ma mère pendant toute mon enfance. J'enlevais alors mon capuchon qui assombrissait les lignes de mon visage afin de les découvrir, puis plissai brièvement mes vêtements, avant d’énoncer la phrase qui suit:

- Je me présente, je suis Alara Inaddael. Pour vous servir.

Mes émeraudes ricochèrent ici et là découvrant alors mon environnement, qui devait être le hall d'entrée, un hall large, vaste et on ne peut plus fastueux.

-Le professeur Gramar s'excuse ne pouvoir venir, ses travaux actuels l'occupent énormément en ce moment ainsi m'a t-il fait venir à sa place. J'espère que cela ne vous dérange pas?

Balayant avec vigueur une mèche de cheveux, j'attendis consciencieusement sa réponse, en posant mes mirettes vertes vers mon interlocuteur.

- Il m'a aussi demander de vous dire que vous pouvez avoir pleinement confiance en mes capacités ainsi que sur ... ma discrétion?

Finis-je par questionner avec un regard interrogateur.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael] Jeu 11 Jan - 16:57
- Monsieur Ishizuki, mes salutations.

Mes oreilles vulpines au pelage azuré avaient frémi, une, deux, trois fois, d'abord, puis en rafale par la suite. Tant la voix que le contenu de ses paroles, tout m'avait, pour le moins, interloqué. Monsieur Ishizuki ? C'était bien mon nom mais cela me faisait un petit peu trop pensé à mon géniteur que je méprisais tant. Si ce nom ne m'avait pas eu une quelconque utilité, je l'aurais bien abandonné depuis fort longtemps mais il en était tout autrement. De plus, il fallait noter que je ne savais trop pour quelle raison, la voix qui me répondit fut féminine. Je ne connaissais pas ces talents de vocalises à Gramar et de surcroit, le spécialiste de la farce, des deux, c'était bien moi.

-Le professeur Gramar s'excuse ne pouvoir venir, ses travaux actuels l'occupent énormément en ce moment ainsi m'a t-il fait venir à sa place. J'espère que cela ne vous dérange pas?

Venir à sa place ? Je m'étais soudainement redressé pour de nouveau me figer, comme pétrifié par le regard de ces créatures nommées cocatrix. Alara, ainsi avait-elle déclaré se prénommer, se tenait là, debout dans mon hall, me faisant face. Elle était, à cet instant précis, devenue le centre de gravité de mon attention. Mes globes oculaires ne parvenaient plus à se détacher d'elle, si tant étaient qu'ils en aient un temps soit peu eut le désir de le faire.  J'ouvris la bouche pour répondre mais nul mot ne sortit. Je restais là, interdit, alors qu'elle semblait attendre une réponse de la part de son interlocuteur devenu aphone. Elle finit par rompre le silence, tenant ces propos :

- Il m'a aussi demander de vous dire que vous pouvez avoir pleinement confiance en mes capacités ainsi que sur ... ma discrétion ?

Le temps qui s'était figé en moi, sembla reprendre, le sang remontant enfin à mon cerveau.

"Votre discrétion, oui, naturellement, tout bonnement, parfait ! " avais-je lâché en m'animant.

Je jetais un rapide coup d’œil à l'extérieur, balayant la cour comme si j'essayais de découvrir la cachette de ce fichu elfe mais je devais me faire une raison, il n'était vraiment pas là, sinon, il n'aurait pas perdu de temps en jeux mesquins et ô combien puérils. Non, ceci, il me le laissait volontiers. Fermant la porte, je poursuivis donc.

" Jeune Dame Inaddael, bienvenue dans mon... humble..." Je jetais un regard circulaire à la pièce avant de reposer mes perles azurées sur la jeune elfe. Il fallait dire que le qualificatif était potentiellement mal choisi mais il était particulièrement vrai pour moi. Le tout était épuré et attendait que je le redécore. "... demeure. Oui... "

Je m'approchais alors d'elle pour m'arrêter à un mètre d'elle. Je la scrutais, la passant au crible sans me soucier de quelque étiquette que ce soit.

" Je vois, je vois... Vous êtes donc Alara, cette Alara... Fascinant ! Je me souviens de vous mais je n'avais jamais fait le lien. Je n'avais pas souvenir d'avoir jamais su votre nom. La petite favorite de ce bon vieux rat de bibliothèque ? Il m'a très souvent parlé d'une de ses étudiantes, plutôt prometteuse, une future étoile de la magie qui devrait très probablement m'intéresser, si je me souviens bien de ses mots exacts. Ainsi, c'était vous et si je comprends bien vos mots, votre professeur est bien trop occupé pour venir me voir et vous a chargée de le remplacer, non pas de le seconder, mais de le remplacer ? Plus qu'intéressant... "

Je fis une pause, souriant. Il était évident qu'il avait quelque chose en tête, mais quoi ? Pourquoi m'avait-il envoyé son étudiante préférée ?  Il ne me fallut pas bien longtemps pour entrevoir une piste, contenue dans ce que j'avais dit précédemment. Après tout, nous étions des camarades de longue date, ayant étudié ensemble à l'académie, ou plutôt, en même temps. Nous étions deux rats de bibliothèque plein de rêves et ces traits nous avaient grandement rapprochés.

* Vieux fennec ! Tu aurais dû être un kitsune, à moins que ce ne soit moi qui n'aie déteint sur toi au fil de ces siècles. La partie ne fait que commencer. *

" Eh bien puisqu'il en est ainsi et pas autrement, je suppose que nous n'avons plus trop le choix..."

Mon visage devint plus grave, ainsi que mon ton. Mon attitude auparavant légère fit place au sérieux. Un sérieux que bien peu d'Ikhyldiens me connaissaient.

" Suivez-moi je vous prie. "

Je passais alors devant elle, la dépassant pour me diriger vers la pièce sur ma droite, pièce à la porte ouverte par laquelle j'étais arrivé. Ouvrant la porte, je pénétrais dans la pièce éclairée qui n'était autre que le bureau, ancien bureau de ce qui m'avait servi de père. S'il y avait bien de rares choses pour lesquelles je ne pouvais le dénigrer, ce bureau en était une des principales. Les bibliothèques étaient toutes fournies, emplies d'ouvrages plus anciens les uns que les autres, certains d'une rareté extrême, uniques. Je les connaissaient tous par cœur, les ayant tous dévorés à de nombreuses reprises depuis mon plus jeune âge. L'invitant à entrer et à prendre place, je m'installais à mon tour, sur la banquette face à elle, revêtue d'un velours rouge de riche facture. Une table basse nous séparait, sur laquelle étaient disposées diverses boissons qu'appréciaient mon invité originel, tout autant que des mets raffinés dont il raffolait.

" Servez-vous je vous prie. Si vous êtes recommandée par le professeur Gramar, s'il vous a offert sa confiance, je ne vois pas pourquoi je ne pourrai pas en faire autant. Faites comme chez vous, oui, vous êtes ici chez vous. "

J'examinais un tant soit peu le contenu de la table mais ne pris finalement qu'un verre d'eau que je portais à mes lèvres. Je m'étais toutefois arrêté, portant mon attention à la jeune elfe. Ses tatouages me fascinaient.

" Soit ! Pour en revenir à notre affaire et vos précédentes questions, je vous dirais volontiers que cela ne me dérange nullement mais tout dépendra de vous. Pour ce qui est de la confiance, je pense y avoir déjà répondu... Sans vanité, aucune, je pense que vous savez exactement qui je suis et quelles sont mes attributions et fonctions mais je doute que vous ne sachiez avec exactitude ce que je fais en tant qu'Arcane. Tout comme le commun ikhyldien à dire vrai. Je ne peux être tout le temps ce Kitsuné espiègle et léger, proche de son peuple et avenant. Le Kitsune de saphir, s'il est un titre plutôt glorieux dans l'imaginaire de certains, protecteur de l'empire mais avant tout des ikhyldiens eux-même, dans les faits, disons... que les choses sont parfois toutes aussi sombres qu'elles peuvent être lumineuses. "

Je marquais une pause, me désaltérant.

" Pour cette raison, avant de passer à la suite, si tant est qu'il y en ait une, j'aimerais que vous me parliez un peu de vous et de votre relation avec votre professeur. Toutefois, par dessus tout, ce qui m'intéresse le plus, c'est de savoir vos ambitions et motivations en venant ici, si je puis espérer compter sur vous et dans quelle mesure. Aussi, tiendrai-je à vous prévenir que vous êtes encore libre de partir et qu'il ne vous en sera nullement tenue rigueur. Par contre, si vous restez, ce sera en votre âme et conscience et naturellement, il n'y aura plus de possibilité de faire machine arrière. Ce qui se déroule ici, reste entre ces murs, telle est la règle tacite. Naturellement, les services ne sont et ne seront pas à sens uniques. De surcroît, il y a de nombreux avantages mais ceci, nous pourrons l'aborder, dépendamment de votre réponse, un peu plus tard. Je vous écoute à présent jeune dame Inaddael. "

En guise de ponctuation, je vidais mon verre avant de m'en resservir un. Mes oreilles frémirent. Ma chère et précieuse acolyte attendait de l'autre côté des murs, le moment propice à son entrée. Un petit sourire vint légèrement soulever le coin gauche de mes lèvres, à peine perceptible. Mon regard pénétrant, inquisiteur et emplit de curiosité, était dardé sur Alara Inaddael.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael] Sam 13 Jan - 16:02
Étant donné que je supposais que l'Arcane ne devait guère s'attendre à ma visite, mais bien à celle de Gramar, sa réaction ne m'avait ni surprise, ni prise à dépourvue. Ainsi je fis preuve de patience, le temps qu'il se remette de ses ... émotions? Puis qu'il prenne en compte la situation. Lorsque ce dernier prononça le "parfait", je fus néanmoins rassurée de constater que ma présence, bien que manifestement inopinée, ne le dérangeait guère. J'hochai alors poliment et tranquillement de la tête lorsqu'il me souhaita la bienvenue et ne pu m'empêcher de retenir un sourire sur sa rectification concernant sa résidence. Alors qu'il commençait à me dévisager, je le laissais faire sans être intimidée ou me démonter, quoique, j'apposai mes franches et vertes mirettes sur son visage.

Néanmoins, lorsqu'il entama son discours sur mon lien avec le professeur Gramar, ce fût une autre histoire. Tout d'abord, je m'étais demandée si l'Arcane était sérieux ou bien s'il s'agissait là de simples palabres de politesse. C'est que je ... je ne m'attendais guère à recevoir autant de mélioratif aussi vite ... dans une même phrase qui plus est! Mon petit orgueil venait de se gonfler d'un seule traite. Puis, je pris donc une longue mais discrète respiration le temps qu'il s'en remette. Je savais que j'étais dans les "petits papiers" du professeur, cependant pas au point qu'il parle de ma personne à un Arcane. J'étais douée dans mon domaine mais pas au même stade que ce dernier. Prise au dépourvue mais on ne peut plus honorée, je ne pu ainsi m'empêcher de lâcher la phrase suivante en perdant tout mon savoir vivre:

- Mes chevilles viennent d'un prendre un sacré coup ... mes remerciements à vous qu'ainsi au professeur ... je suppose.

Je répondis ensuite interdite à son sourire. Puis, il sembla reprendre son sérieux. Sérieux qui me rassura, allez savoir pourquoi. Toutefois, il m'invita enfin à le suivre, ce que je fis sans rechigner, le laissant passer devant moi afin de me guider jusqu'à la prochaine pièce située sur la droite. La pièce en question était en vérité un bureau rempli d'étagères, elles mêmes remplies d'ouvrages qui à ne point en douter auraient pu me faire baver d'envie si jamais j'avais tourné mon attention vers ces dernières ne serait-ce qu'une demie seconde. Mais j'étais bien trop occupée à suivre ses directives pour m'y attarder davantage. Je m'installai alors promptement sur un sofa pour lui faire face tandis qu'une table envahie de mets et de bouteilles diverses nous séparait. Je n'avais pas particulièrement faim ou soif, néanmoins par politesse je me servit ce qui me semblait être un genre de jus de fruit rougeâtre.

Après avoir porté son verre à ses lèvres, l'Arcane entama des déclarations sur ses actions, suivie d'une série de questions me concernant. Ses propos avaient autant su attiser ma curiosité que mon consternation. Mais dans quoi Gramar m'avait-il embarqué? De quoi parlait-il exactement? Après avoir manqué de m'étrangler avec mon jus de fruit lorsque l'Arcane avait prononcé les mots: "pas de retour en arrière", je fronçai d'un sourcil avec circonspection. D'abord, je ne savais quoi répondre, puis me désaltérant je finis par prononcer ces mots avec sincérité:

- Eh bien, pour faire simple ... disons qu'en venant vous voir,  je ne possédais pas vraiment d'ambition au sens propre du terme ... Pour le moment, je venais juste pour remplacer le professeur Gramar ... Mais si jamais à l'avenir vous auriez besoin de mes services, je peux toujours me rendre utile? Mes seules limites sont que d'ici quelques années je compte partir en voyage, ainsi j'ai besoin de garder ma liberté de mouvement. Mais d'ici que je termine les préparatifs, il y a le temps.

J’exécutais une pose dans ma modeste narration pour me redresser et m'éclaircir la gorge avant de reprendre:

- Quant à mes liens avec le Professeur Gramar... Et bien, nous nous sommes connus il y a à peu près dix années à l'académie où j'étudie. Avant nous nous étions croisés continuellement puisque je fréquentais souvent les bibliothèques mais j'ai été recommandé par l'un de mes autres instructeur auprès de lui. Ainsi s'est il intéressé à moi. Avec le temps, je suis souvent venue le voir pour avoir des conseils de sa part, puis m'exercer à la magie, notamment de l'eau et de la lumière avec lui. Il voudrait que je devienne institutrice à mon tour, néanmoins je ne partage pas cette ambition.

Reposant mon verre sur la table, je dégageai une mèche de cheveux d'un geste véhément, pour demander avec le plus grand sérieux:

- Serait-il possible de m'expliquer concrètement de quoi il s'agit exactement? Ou alors en partie? Je me vois difficilement d'accepter quoique ce soit sans savoir quel rôle je vais jouer là dedans.

Si ma curiosité était grande, j'avais néanmoins besoin de clarifications.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael] Lun 15 Jan - 19:07
La jeune elfe avait pris la parole et parlais en découpant ses phrases. Oui, dans un premier temps, elle semblait  peu à l'aise, ce que je notais rapidement et qui me fis sourire de manière amusée et quelque peu paternelle. Je ne détournais mon regard d'elle qu'un instant durant, juste le temps de me servir un verre d'eau.  Je l'avais laissé sur la table, ne le portant pas à mes lèvres. Pendant que ma main gauche était machinalement en train de se délecter de la douceur de ma queue de renard au pelage soyeux, je me recentrais de nouveau sur elle, mon index pointant mécaniquement le verre. Mue par ma volonté, l'eau fit frémir le verre avant de prendre son envol sous la forme d'une boule. Elle fut bientôt rejointe par une autre de même taille, sortant du pichet. Elles se mirent à tournoyer et vinrent se placer de chaque côté de moi avant de se mettre à graviter autour de moi. Utilité ? Nulle. C'était simplement là une distraction pour moi, quelque chose qui était devenu une habitude, un tic.

La jeune mage ne semblait pas avoir eu de but précis en venant ici, autre que celui de rendre service à son professeur. Ceci me fit sourire une fois de plus, me rappelant notre jeunesse commune à Gramar et moi. D'une certaine manière, elle me faisait penser à nous, encore plus à lui. Plus elle parlait et plus je distinguais sa silhouette l’étreignant chaleureusement. L'idée qu'elle eut pu être sa fille m'effleura même l'esprit. En fait, c'était plutôt l'idée qu'elle soit la fille qu'il ait tours voulu avoir qui m'agita les neurones.

" Fascinant... Ainsi, vous êtes toujours étudiante si je comprends bien ? Voilà qui est quelque peu fâcheux mais pas plus embêtant que cela si tant est que vous sachiez faire montre de discrétion, de discernement et d'une bonne dose d'ambition. "

Je posais alors le regard sur le verre de jus de goyave qu'elle s'était servie. Je me penchais alors afin de saisir la carafe et de le remplir à nouveau.

" Ce jus de fruit est fait maison, tout autant que les fruits dont ils proviennent. C'est une personne, disons, importante pour moi qui l'a concocté. J'espère qu'il est à votre goût, mais quoi qu'il en soit... "

Je fus interrompu par Sakurako qui sembla traverser le mur, sortant d'une bibliothèque de livres comme si de rien n'était. Sans prêter attention à l'étrangère, elle vint se placer devant moi et s'agenouilla.

" Tout est prêt mon bon seigneur. "

" Je te remercie sincèrement. Je ne sais pas ce que je serais ou ferais sans toi décidément. La providence nous a vraiment bien guidés, ou plutôt devrais-je dire, Mère Magie. "

Je me raclais la gorge, me recentrant sur Alara, suite à quoi la demi-Kitsune à la chevelure brune bleutée se redressa, faisant la courbette de manière maladroite devant l'elfe pour venir se poster derrière moi telle un garde du corps. Au final, ce n'était pas loin de la vérité même si je ne l'embauchais pas pour ça. A vrai dire, je ne l'embauchais pas du tout. Elle avait elle même choisi ses attributions et me suivait presque partout. A dire vrai, cela ne me gênait aucunement. Sa compagnie m'était même devenue indispensable. Alors qu'elle était dans mon dos, je sentais qu'elle fixait Alara et je sentais son anxiété palpable. Il m'était facile de deviner sa jalousie. Elle s'attendait à Gramar et au lieu de ça, c'était en compagnie d'une charmante représentante elfique à la beauté sauvagement singulière, qu'elle m'avait laissée seule. Son irruption dans la pièce n'était pas anodine. Plutôt que de m'amuser à attiser ses flammes, je choisis de poursuivre.

"Alara Inaddael-san, Rôkujo Sakurako, la personne dont je vous parlais à l'instant. Ne faites pas attention à elle, elle est un peu... Disons... Possessive. Elle ne mords pas tant que ne l'y contraint pas, ce n'est pas une vilaine bête. " Elle m'administra une claque dans la nuque qui fit basculer ma tête vers l'avant sans même perturber la course des orbes qui gravitaient autour de moi. " Vous voyez ? " ironisais-je avant d'afficher de nouveau un air sérieux. " La paix précaire dont nous jouissons actuellement n'est que de façade et au train où vont les choses... Non, rien, oubliez...  Disons simplement, pour vous répondre, que notre paix est souvent menacée par divers êtres que ce soit et de bien diverses manières possible. Ces êtres parfois abjects doivent être appréhendés pour être jugés mais parfois, ces gredins, ne se laissent pas faire et les situations peuvent déraper. Surtout lorsque... Comment dire.... ? Lorsque Sakurako se sent concernée de près ou de loin... "

Elle se mit à siffloter derrière moi. Mes oreilles s'étaient tournées, s'agitant quelque peu avant de retrouver leur position initiale. Je voyais parfaitement son attitude, la connaissant par coeur.

" Toujours est-il que parfois, elle s'emporte et des situations plutôt cocasses prennent place. Et puis... Sans lui rejeter la faute... Il y a un certain type d'individus avec lesquels je me dois parfois de me montrer un peu plus expéditif afin de les encourager à parler. Des radicaux assez nocifs qu'il faudrait pouvoir éradiquer au plus vite tant ils gangrènent notre Noble Empire, menaçant la vie de ses ressortissants tout autant que la Magie elle même, qu'ils pensent pouvoir bafouer impunément. Je ne parle donc pas de torture, mais si. De la douce, du questionnement viril. Vous me suivez ? Ce n'est pas l'aspect le plus jouissif de notre métier mais c'est une chose qui doit être parfois faîtes et certains d'entre nous ont reçu cette accréditation...."

Je plongeais alors le regard dans le sien, une mine concernée affichée sur mon faciès. Il n'était bien entendu question que de comédie car en vrai, j'y prenais grand plaisir, toutefois, le Kitsune de Saphir, protecteur du peuple ne pouvait pas être une personne tordue. Je me retranchais donc derrière ce masque que l'on m'avait attribué et tout ceci me plaisait grandement. C'était là un heureux divertissement.

" En somme... Votre aide serait requise afin de soigner les malheureux mécréants. Notre but n'étant pas de les tuer ou quoi que ce soit, nous essayons toujours de traiter le tout à l'amiable avant d'en arriver à cette extrémité. Pouvons-nous compter sur vous ou devons-nous effacer certaines parties de votre mémoire ? "

Sakurako, Beaudine lorsque je l'avais rencontrée, s'appuya sur le dossier de mon assise et je devinais son sourire carnassier sans même la regarder. Tellement prévisible !







HRP :
 
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: {flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
{flashback} La véritable force commence par la sagesse. [Alara Inaddael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Evénement - A la recherche de la véritable force - du 6/10 au 20/10
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Mémoires d'Orzian :: Sujets périmés :: Rps terminés-
Sauter vers: