Orzian, engrenages et arcanes

Une terre déchirée entre les progrès de la science et les mystères de la magie. Un continent où coexistent de nombreux peuples, disputé depuis toujours par quatre grandes nations. Mais l'arrivée des deux empires rivaux pourrait perturber cet équilibre.
 

La caravane du désert [PV. Sahar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: Routes, et désert
MessageSujet: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyLun 5 Aoû - 15:24
Février 1995, désert d'Orzian, territoire Akkatonien.

Il était le matin, tôt le matin. Le soleil commençait à peine à se lever tandis que le désert se fait plus supportable et agréable en cette heure et cette période. sur le sable encore chaud progressait lentement la luminosité naissante de cette journée, ainsi que la silhouette, seule, d’une voyageuse. Une voyageuse tout de sombre vêtue, la tête enroulée dans un turban aux fonctions utilitaires, bâton à la main. Elle marchait, pas à pas, d’un rythme soutenu, sans boire une seule fois. Chose plus étrange encore pouvait être l’absence de la sueur sur le visage de la femme qui préférait se garder des rayons du soleil.

Ce n’est qu’après une longue nuit de marche en direction du village le plus proche qu’elle aperçut, en ce matin, une tâche sur les monts sablonneux. Une tâche assez importante pour appartenir à une unique personne, et qui semblait aller dans la même direction que la moniale. Elle s’approchait de plus en plus, son pas semblant plus cadencé que celui de la tâche, et au fur et à mesure qu’elle se rapprochait, les formes s’affinaient pour laisser dans son champ de vision ce qui pouvait ressembler à une caravane sillonnant parmi les désert.

Ce n’était guère étonnant de découvrir une caravane en désert, surtout sur les routes commerciales Akkatoniennes, chose à laquelle la moniale n’eut que peu d’appréhension à s’approcher de ce groupement. A la rigueur, le seul danger qu’elle risquerait était d’être prise pour une pirate, mais une femme seule sans défense…

Elle s’enquit donc de rattraper la caravane, en maintenant son pas soutenu et régulier, pour arriver à leur hauteur, en gardant une distance de bienséance afin de ne pas mettre mal à l’aise les propriétaires de ce convoi. Elle n’entama pas de grande conversations, si ce n’est quelques mots de sa voix claire et peu éraillée, malgré la chaleur locale.

Salutations. Quelle direction prenez vous ?

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyLun 5 Aoû - 17:00
A l'aube, ils avaient repris la route. Lentement, patiemment, le pas chaloupé des chameaux avait avalé la poussière de la piste ténue : on ne se pressait pas plus que de raison, et la longue file de montures chargées, de chevaux alertes et de marcheurs infatigables, allait comme un grand vaisseau disparate qui soulevait l'écume des dunes en jetant des ombres chinoises sur le champ blond du sable alangui sous la brûlure.

En tête du convoi, engoncée dans son manteau, Sahar dodelinait du chef en guidant sa monture dans le sillage de ceux qui allaient au-devant des autres pour ouvrir la route et guetter les alentours. La fatigue se faisait sentir, mais elle était trop coutumière pour qu'on y prête attention, et dans le silence des vallées, chacun était un peu aux aguets, chacun ouvrait l’œil au travers des chèches et des voiles qui ne laissaient voir que l'éclat des regards embusqués du soleil sous la toile de leurs turbans. On voyageait lourdement chargé, lourdement armés, aussi : des fusils, des épées, des coutelas pendaient aux pommeaux des selles, à portée de main.

C'est Khéty et Asma, les inséparables jumeaux qui lui servaient d'éclaireurs, qui virent en premier se dessiner la voyageuse : elle marchait seule, mais on restait prudent et un sifflement vif se fit entendre pour avertir le reste du convoi. Perchés sur une crête, les cavaliers firent de grands signes à leurs compagnons, et pressèrent alertement le pas des chevaux pour se porter à la hauteur de la femme dont la silhouette indistincte dansait encore comme un mirage. Ils restèrent à distance, vigilants, jusqu'à ce qu'elle parvienne dans l'ombre du reste de la longue file qui ne marqua pas un temps d'arrêt et poursuivit sa route, la laissant se remorquer à eux comme un poisson rejoint le banc.

Son arrivée fut accueillie avec une vigilance lasse, prudente, mais lorsqu'elle les salua, Khéty lui répondit avec une politesse brève avant de lui désigner sa patronne.

- Le bonjour, commère. Adresse-toi à Lalla Sahar, c'est elle qui nous mène.

Ceci fait, il fit volte face et s'en fut rejoindre sa sœur, tandis que les autres cavaliers élargissaient un peu leur trajet pour garder la femme à l’œil. A l'avant, la marchande avait entendu sa question et s'était tirée de sa torpeur. Elle releva brièvement un regard aigu sur ses hommes qui guettaient encore les alentours et demeura silencieuse un instant : elle les voyait aller et venir, en alerte, cherchant la moindre trace d'une autre présence. On craignait peu les pillards et les brigands, bien plus les bêtes sauvages et les habitants les plus meurtriers de ces terres, mais ils avaient la défiance dans le sang parce qu'il fallait bien cela pour survivre ici.

Enfin, elle parut s'intéresser à la visiteuse. Sous les replis du turban indigo, ses yeux comme des miroirs étaient un rien plus amicaux quand Sahar s'adressa à elle, la voix étouffée par l'étoffe qui lui masquait le visage.

- Je suis lalla Sahar, dit-elle. Et eux, ce sont mes gens, ceux du clan Mahjtani. Nous allons à Nephtys pour y vendre nos biens. Et toi, qui es-tu, et où vas-tu, toi qui marche toute seule sous le soleil ?

Le regard se fit attentif et la dévisagea sans tenter de le dissimuler. La peau était bien pâle, pour ne pas souffrir de l'ardent soleil, et les yeux jaunes comme le soufre avaient de quoi éveiller la curiosité. Une étrangère qui n'était ni de leur sang ni de leur race, à n'en pas douter, mais une qui était assez aguerrie pour se confronter seule aux dangers de la contrée. Ou bien était-elle folle, et elle avait la chance d'être tombée sur eux, ou bien savait-elle très bien ce qu'elle faisait, auquel cas mieux valait se garder de la sous-estimer. Il en allait souvent de la sorte avec les voyageurs qu'ils pouvaient rencontrer.

- Tu n'as pas l'air d'ici, commenta Sahar en regardant à nouveau devant elle pour se maintenir dans le sillage de son avant garde. Cherches-tu un guide ? Nous pouvons te mener à bon port, si tu le souhaite. Le pays est traîteux, par ici, on s'y perd facilement, sans le connaître.
Lalla Sahar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Akkatonienne
Rang social: Citoyenne aisée
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2019
Localisation : Nephtys
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyMer 7 Aoû - 15:17
Voilà une caravane digne des plus grands marchands des déserts. Chaque détail avait son importance. De braves voyageurs, tous armés jusqu’aux dents, vigilants et attentifs. Pour sûr, personne n’aurait eu l’idée de s’attaquer à eux, à moins qu’un imbécile eut quelconque intentions suicidaires. Mais cela n’était pas du ressort de Vittoria, et elle se montra bien sage à l’approche de l’homme qui l’accueillit de quelques mots, brefs et rapides.

Elle hocha du chef simplement, en guise de compréhension et de politesse envers cet éclaireur téméraire, et s’en alla sans un mot rejoindre la tête de convoi pour observer la silhouette qui semblait davantage imposer le respect parmi tous ces gens. C’est en laissant traîner brièvement son regard sur les personnes qu’elle dépassait que ce dernier se releva pour terminer sa course dans les yeux de la sus nommée Cheffe du clan qui lui fut présenté.

La moniale maintenait un visage impartial et dénué d’émotions, comme une forteresse impénétrable. Sa pâleur trahissait certainement sa nature, et ses yeux jaunes comme le soufre interloquait sans équivoque la femme qui se permit de la dévisager sans autre procès. La vampire ne lui en tient pas rigueur, et se contenta de lui répondre de sa voix calme et neutre, donnant à son visage une allure moins hostile que certaines interprétations pouvaient imaginer.

Je suis Vittoria Benedetti. Je voyage seule, et je pars en direction de ViveTour. Cela dit, Nephtys est une étape sur mon itinéraire, et je compte bien m’y arrêter pour me ressourcer.

Elle maintint un moment de silence en avisant l’horizon quelque instants avant de revenir observer le visage de son interlocutrice qui s’était tourné vers l’avant. La vampire avançait au même rythme que la caravane, bâton en main, chargée de quelques sacs et potions visibles par l’ouverture de son manteau. Elle continua par la suite, ayant jusqu’à lors pratiqué un Akkatonien correct.

Je suis une voyageuse sans réelle appartenance. Mais si une localisation géographique vous sied, je viens d’Ikhyld. Par ailleurs, merci de votre proposition, mais il semblerait que je connaisse ma route, et que nous empruntions le même chemin. Et en effet, il vaut mieux rester sur ses gardes, le désert n’est pas hostile que pour le soleil, mais bien pour la créatures qui y rôdent.

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyJeu 8 Aoû - 23:53
- C'est plus prudent, oui, commenta Sahar. Je vois que tu es bien aguerrie face aux dangers du désert et que tu y chemines sans efforts, mais enfin, je ne connais que peu d'êtres en ce monde capables de faire le trajet d'une seule traite sans en souffrir à l'arrivée.

Il y eut l'esquisse d'un sourire qui fit plisser le contour de ses yeux, entre les replis du tagelmust qui l'enveloppait. Elle resserra d'une main sûre la bride de son cheval pour le guider à travers quelques empierrements instables, et reprit, d'une même intonation tranquille :

- C'est loin, Ikhyld.

La question s'embusquait sous la remarque anodine, à un rien d'être posée. Les pupilles fauves glissèrent en biais, un tout petit peu, pour adresser à la voyageuse un regard curieux, mais la marchande n'ajouta rien à ce sujet. Elle avait pris à la remorque bien assez de voyageurs de tout poil pour savoir que les indiscrétions, souvent, étaient malvenues. On traversait le désert pour des tas de raisons, pas toujours exprimables, pas toujours dicibles.

- Même si tu me dis que tu connais bien la route -et en cela je te crois tout volontiers- si tu le souhaites, fais tout de même route avec nous, reprit-elle encore. Nous aimons à croiser de nouvelles têtes, et puis la traversée des sables peut être bien monotone, sans un peu de compagnie.

De nouveau, le sourire embusqué lui grimpa jusqu'à ses paupières noircies de khôl et elle oscilla légèrement du chef.

- Nous ferons halte ce soir au prochain puits sur notre trajet. Si les ancêtres nous le permettent, Nephtys sera en vue le lendemain au couchant, ou peut-être un peu plus tôt si nous ne traînons pas. C'est que le temps est mauvais, à cette saison, et nous ne pouvons guère nous éloigner de la ville.

Le sifflement familier d'un de ses guetteurs l'interrompit un instant. Elle releva la tête avec la vivacité d'un serpent et se dressa sur ses étriers, la main en visière, pour mieux discerner les signes que faisait Asma depuis un épaulement rocheux qui émergeait du sable à quelques dizaines de mètres d'eux. Elle pinça deux doigts dans sa bouche et répondit par un autre pépiement strident, puis grommela quelque chose.

- Voilà que je parle trop vite. La piste est bloquée par un éboulis, il a du pleuvoir récemment et l'eau a emporté les pierres jusque dans le lit de l'oued.

Après cela, il y eut quelques palabres, échangées dans leur langue avec quelques-uns de ses gens, de grands gestes encore, des signaux de bras qui faisaient claquer les manches de leurs burnous de laine sur le fil du vent incessant. Lentement, la caravane guidée par Sahar en tête de file changea de cap et infléchit sa course pour quitter la terre sèche et craquelée qui faisait leur route depuis un moment déjà, et s'enfoncer à nouveau dans les rondeurs sablonneuses qui ondoyaient aux alentours.

Avec cette patience pesante qui les caractérisait, les animaux de bât changèrent leur cap, au fil des allées et venues alertes des éclaireurs qui faisaient passer le mot à tous les caravaniers. Beaucoup d'entre eux allaient à pied en guidant les bêtes, et les plus jeunes étaient juchés sur les amoncellements de sacs et de caisses qui oscillaient au rythme chaloupé des chameaux.
Lalla Sahar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Akkatonienne
Rang social: Citoyenne aisée
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2019
Localisation : Nephtys
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyVen 9 Aoû - 12:09
Vous avez bien raison, il serait imprudent de traverser le désert sans halte. Par ailleurs, j’accepte votre proposition. Un voyage accompagné est toujours plus gratifiant qu’un voyage en solitaire. Je suis sûre que nous trouverons nos intérêts à se côtoyer durant cette traversée. Par ailleurs, vous êtes bien brave. Je salue les gens de votre genre, capables de guider son peuple dans les étendues infinies du désert.

Elle hocha légèrement aux dires de la cheffe tout en avisant l’horizon. Ils arriveront à Nephtys le lendemain et la route semblait bien se profiler, surtout avec ces honnêtes gens. Quoi qu’il en soit, le sifflement caractéristique des éclaireurs se fit entendre, et ce n’était pas pour une bonne nouvelle. La moniale détailla les éboulis qui bloquaient leur route. La vampire avisa donc la cheffe entamer une manoeuvre d’évitement avant d’ajouter humblement.

Est-ce un détour important que vous effectuez là ? Car si ce chemin que vous souhaitez emprunter était des meilleurs, nous pouvons toujours tenter de déplacer les pierres pour libérer le passage des voyages futurs. Peut-être qu’un de vos hommes ici maîtrise la magie du vent afin qu’il puisse m’épauler ? A moins que ce ne soit une réelle perte de temps, ce que je peux parfaitement comprendre.

La vampire suivit le convoi sans mot dire, attendant simplement la réponse de la femme sur sa monture. Après tout, c’était à elle de décider du sort de son peuple, et en aucun cas Vittoria n’aurait voulu forcer la main sur ses propositions. Elle se contenta donc de proposer son aide et de laisser opérer la femme à ses fonctions. La moniale observa les hommes et femmes au courage exceptionnel qui bravait les aléas du désert avec une détermination remarquable aux yeux de la vampire.

Une chose à ajouter, c’est que cette dernière opéra un rapide regard circulaire afin de s’assurer que les étendues du désert le restaient, et n’étaient point pourvues de bandits et autres intrus. On n’avait probablement jamais assez d’une âme prudente, malgré les éclaireurs prêts à repérer le moindre détail louche.

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyMer 14 Aoû - 14:32
De nouveau, la trace d'un sourire se fit entrevoir sous le voile et plissa les yeux de Sahar avec une malice joyeuse. Elle oscilla du chef, faisant cliqueter ses bijoux, et lâcha un rire aimable en agitant vaguement une main rougie de henné.

- Que d'éloges, ma parole, tu nous tiens en grand respect et c'est un honneur de savoir que la réputation de mon clan est si élogieuse dans la bouche d'une étrangère.

Elle était occupée à manœuvrer sa caravane pour lui faire changer son cap lorsqu'elle prêta une oreille un rien distraite à ses dires, et ne ralentit pas sa course, poursuivant sa route avec un le même entêtement lent que le reste de ses bêtes.

- Nous allons rejoindre la piste passé cet épaulement rocheux. Quelques heures de plus ne feront pas grande différence : il en faudrait autant pour dégager la route, et il serait dangereux de s'attarder ici.

Les éclaireurs rejoignirent la tête du convoi peu après, et Khéty délivra son rapport à la caravanière, qui l'écouta avec attention en hochant la tête. Il repartit aussitôt, et Sahar se tourna à nouveau vers leur compagne de route, un autre de ses sourires accrochés aux contours de ses yeux.

- Comme prévu, il faudrait beaucoup de temps et d'efforts pour cela : l'éboulement est massif, comme souvent à cet endroit, ce n'est pas la première fois que cela se produit. Khéty croit aussi avoir trouvé des traces d'une manticore, mais elles sont vieilles de quelques jours et il ignore si l'une d'elles a étendu son territoire jusqu'ici. Quoi qu'il en soit, mieux vaut ne pas s'attarder, et puis j'ai peu de mages parmi mes gens, et ceux qui le sont sont déjà bien fourbus par la marche et par d'autres écueils rencontrés plus tôt. Si tu peux nous être d'un renfort en la matière, ce sera bienvenu sans doute d'ici à demain, mais pour l'heure, je préfère que tu gardes tes forces, et je préfère aussi garder les miennes.

De nouveau, la curiosité revint danser dans ses pupilles fauves.

- A quoi es-tu bonne, dis-moi ? Je te vois légèrement armée, mais c'est courant, par ici : on ne s'aventure pas sans un bout de fer capable de rompre quelques os. Si tu peux nous aider à quelque chose, nous en serons ravis, tout ce qui est utile est le bienvenu.


Les questions se pressaient encore, mais on la sentait se refréner un peu, faisant rempart de patience pour ne pas étouffer Vittoria de ses interrogations. Après tout, toute rencontre pouvait être intéressante, et pour ceux qui arpentent la contrée, les nouvelles étaient un bien précieux. On aimait bien savoir qui se joignait à la course des nomades, et qui se risquait à cheminer ainsi dans les immensités.
Lalla Sahar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Akkatonienne
Rang social: Citoyenne aisée
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2019
Localisation : Nephtys
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyMar 20 Aoû - 17:25
La vampire resta aux côtés de la dirigeante tandis que la caravane effectua une manoeuvre d’évitement pour contourner le nouvel obstacle. Elle avisa quelques instants la route qui les attendait, acquiesçant légèrement deux ou trois fois aux dires de ladite Sahar, avant de se laisser quelques secondes de silence. Elle finit par répondre, sereinement.

Bien, vous avez bien raison. Il faudrait éviter de s’attarder trop longtemps en ces lieux, dans ce cas, et de suivre ce nouvel itinéraire. Surtout si c’est le lieu de passage de potentielles manticores. Je ne voudrais pas que ma proposition mette vos gens en danger. Quant à la magie, je saurais sans aucun doute vous aider à ce sujet, si l’occasion se présente. Je ne suis guère une mage aux talents infinis et à la puissance implacable, mais je me défend dans le domaine.

La vampire se laissa envahir de questions sans broncher. Elle ne semblait pas particulièrement dérangée par cela, au vu de son expression inchangée. Inchangée, si ce n’est qu’un léger sourire s’esquissa dans le coin de ses lèvres, un sourire amusé et dénué de toute intention négative.

Eh bien, pour vous répondre, je voyage, principalement. Mais j’agrémente ces derniers de quelques missions libres, en tant que mercenaire. Je sais me battre, mais détrompez vous, je ne viens pas d’une école militaire. Je tiens ces compétences d’un monastère où j’ai grandis. J’y ai appris à user de mes mains, et de mon bâton, afin de canaliser mon être et travailler mon esprit pour qu’il soit en phase avec le corps. Enfin, j’imagine que vous avez déjà entendu parler de ces stéréotypes de moines dans les contes. Ce n’est pas exactement ça, mais ça s’y en rapproche tout de même. Dans des termes plus concrets, j’estime être en capacité de me défendre seule au bâton, et de manière suffisante. Je ne souhaiterais pas exagérer mes capacités, cela dit.

La moniale laissa un temps pour que son interlocutrice comprenne ses dires, avant d’ajouter.

Et vous donc ? A part diriger votre clan, et j’en suis sûre, d’une main de maître, quelles sont vos compétences ?

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyJeu 29 Aoû - 23:36
Sahar oscilla de nouveau du chef, l'air appréciateur.

- Bien, fort bien, nous avons toujours l'usage d'un mage de plus.

Elle saisit du coin de l’œil l'expression changeante de l'étrangère, et écouta attentivement, alors que la caravane entamait péniblement l'ascension de la dune. Le pas lourd des montures s'enfonçait profondément dans le sable et il fallut ralentir la marche, sous le regard aguerri et vigilant de celle qui les menait. Il lui fallait toute son attention, comme si elle déchiffrait peu à peu le paysage, autour d'elle, si bien qu'elle prêta une oreille un rien distraite à ce qu'on lui disait.

Il y eut un moment de silence, après cela, et puis la femme s'ébroua légèrement. La fatigue se faisait sentir, mais il eu fait beau voir que Lalla Sahar se laisse aller à la trahir plus que de raison. Les sens aux aguets scrutaient le désert, sondaient le sable et le vent, comme si une multitude de vibrisses invisibles étendaient leurs bras aux alentours pour cueillir à même la terre le tracé de la piste qu'ils cherchaient.

- Bien, répéta-elle encore, au bout d'un moment. Tu sais te défendre, c'est l'essentiel. Espérons que tu n'en auras point besoin d'ici à notre arrivée.

Elle se tut de nouveau, et puis se rappela de la question de Vittoria et son sourire se dessina sous son voile, plissant les coins de ses yeux.

- Tu veux, dire, en dehors de ce qui est mon métier depuis que je suis en âge de tenir sur le dos d'un chameau et d'arpenter nos terres ? Oh, bien des choses, tu sais, mais rien qui ne t'intéresse vraiment, je crois.

La caravanière darda sur la moniale un regard perçant, teinté d'amusement.

- Que sais-tu des mœurs de mon peuple ? Peu de choses, je gage, sans quoi tu saurais déjà ce qu'implique ta question. J'ai appris comme mes ancêtres l'art de lire notre terre et d'y vivre, et c'est déjà bien assez, ne trouve-tu pas ? J'existe en ce monde, voilà qui implique beaucoup de choses en soi.


Le ton, qui s'était fait un peu piquant, sans doute parce que son orgueil s'était vu quelque peu titillé par l'indolence de la question, s'allégea quand elle reprit.

- J'ai quelques accointances avec la magie. Celle de mon pays, vois-tu, celle du sable et du feu, parce qu'il ne me semble pas que l'on puisse naître ici avec autre chose que ces éléments dans le sang.
Lalla Sahar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Akkatonienne
Rang social: Citoyenne aisée
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2019
Localisation : Nephtys
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptySam 7 Sep - 19:59
La moniale suivait le convoi sans fatigue, portant compagnie à son interlocutrice durant le même temps. Elle tend une oreille attentive aux dires de l’humaine, et acquiesca légèrement au fil de ses réponses. En effet, Vittoria savait se défendre plus que de raison, mais elle espérait bien évidemment ne pas avoir à user de ses compétences, comme l’a justement souligné Sahar. Tomber sur une créature du désert n’était pas la chose la plus joyeuse à laquelle Vittoria s’attendait, et cela pouvait avoir un impact important sur la caravane qu’elle secondait, bien plus que de croiser la route d’une bande de pillards.

Elle leva légèrement le nez lorsque la chef affirma que les moeurs de son peuples étaient peu connus des étrangers, ce à quoi la vampire agréa intérieurement. Il est vrai qu’elle n’en savait rien, et elle n’attendait que d’apprendre ce qu’on accepterait de lui enseigner.

Vous avez bien raison, j’aurais probablement dû y réfléchir à deux fois avant de vous demander cela. Par ailleurs, je comprend que vous teniez votre enseignement de vos ancêtres, c’est une méthode de transmission du savoir que je trouve intéressante et qui a un certain potentiel. Mais ce serait s’embarquer dans un sujet de conversation vaste et sans fin qui concerne les cultures et les coutumes.

Elle haussa des épaules, comme pour prendre une inspiration -bien qu’elle n’en pris pas une seule- puis dirigea son regard de soufre dans celui de la dirigeante. La moniale la scruta quelques instants pour capter le moindre détail de son expression, avant d’ajouter de manière tout aussi calme.

Je vois. Eh bien, vous ne devez pas être en manques ressources magiques, j’imagine ? Si c’est un don que vous pratiquez à l’heure d’aujourd’hui, c’est que vous l’avez développé et en avez pris soin régulièrement. Et je suis en quelques sortes heureuse de savoir qu’une autre personne accepte son don pour jouir de ses bienfaits. D’autant plus que vous n’avez pas l’air d’en faire un usage particulièrement nocif ou illicite, mais ça, même le plus innocent des mages en apparence peut faire usage de sa magie pour des fins perverses et insolentes...

Elle étira davantage son sourire, son regard s’étant fait taquin avec une petite pointe de défi.


Je suis sûre que vous avez déjà entendu parler des nécromanciens, et d’autres mages hors la loi usant de leur magie, aussi légale soit-elle, pour des fins quant à elles illégales. J’aborde ce sujet car j’ai croisé bien des affiches dans les villes d’Orizan proposant une somme, ma foi souvent onéreuse, pour quiconque met la main sur un mage hors-la-loi en cavale.

A cela, la moniale laissa sa partenaire répondre, afin d’avoir son avis là dessus et essayer de lui donner de quoi se creuser la tête dans un genre de débat.

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptySam 7 Sep - 23:39
Sahar rit encore, et l'éclat de sa voix profonde demeura suspendu un bref instant, comme une poignée de poussière lâchée dans la brise. Elle dodelina du chef en écoutant les paroles de la femme, et son humilité lui plut : les gens du désert étaient des peuples fiers, à leur façon bien particulière, et parfois pour avoir leur amitié il fallait savoir plier un peu le genou et avouer son ignorance. Bien trop de voyageurs hardis étaient venus avec des certitudes plein la bouche et la besace pour finir par se casser les dents sur les aridités de ces lieux, et souvent la prudence était une denrée rare qui était mère de toute survie.

- Ta question était légitime, répondit-elle, mais j'admet qu'elle a froissé mon orgueil. Tu apprendra bien vite que le nôtre est bien solide, si ce n'est pas déjà fait.

Il y eut dans sa voix comme une satisfaction qui devient perceptible, et elle hocha la tête.

- Nous apprenons par le verbe, faute d'avoir pour nous des livres et des bibliothèques. Nous ne pouvons nous encombrer de cela, alors, les mots sont parfois notre seul bagage, comme la mémoire de nos anciens. C'est une façon comme une autre, j'imagine, et nous l'avons faite ainsi parce que c'est en nous appuyant sur l'expérience de ceux qui sont venus avant nous que nous avons réussi à vivre ici.

Et pour tout dire, à voir les faces ravinées qui se devinaient derrière les voiles et les turbans, il ne faisait aucun doute que c'était une existence difficile que l'on menait en ces terres désolées. On cheminait presque en silence, avec une obstination lente qui érodait la distance comme le vent mange la pierre.

Sahar affronta sans ciller les yeux jaunes que Vittoria leva vers elle, consciente d'être observée avec attention. Pas une émotion ne transparaissait sur le visage si pâle de la moniale : une figure étrange, aux yeux de la caravanière accoutumée aux faciès brunis par le soleil de ces contrées, lisse comme une jouvencelle, mais avec une gravité qui trahissait bien plus d'ancienneté que n'en disaient ces traits que le temps n'avait pas altérés.

Le regard de la femme se fit acerbe, l'espace d'un instant, et se plissa légèrement.

- Je n'en ai pas l'air ? A la bonne heure ! Garde tes doutes, commère, et je tairai ce que ma fierté dit de ta suspicion.

Ah, c'était qu'elle était décidément bien chatouilleuse, cette fierté qu'elle avait chevillée au corps. Mais étrangement, quelque chose dans la froideur et le détachement de la voyageuse laissaient aisément comprendre qu'elle ne mettait pas réellement en cause le bien fondé des actions de Sahar, et qu'elle n'exprimait que le fond de ses pensée à voix haute, de façon tout à fait détachée.

- Mais tu dis vrai, il ne me viendrait pas à l'esprit de faire des choses déshonnêtes avec les dons qui m'ont été échus.

Quand il fut fait mention de la nécromancie, elle fit un curieux geste de sa longue main barbouillée de henné, esquissant avec ses doigts quelque chose qui ressemblait à un arc de cercle, et se frappa légèrement la poitrine. Une sorte de sifflement s'échappa de ses lèvres, et elle cracha quelques mots dans sa propre langue.

- Mauvaise choses que celles-là, nous en avons aussi par nos contrées, reprit-elle avec vivacité. C'est un crime de déranger les os des morts, voilà quelque chose que nous en avons en horreur. Crois-moi, si ces hors la loi s'en prennent aux nôtres, nous nous passons bien des récompenses.

Il y eut presque un amusement sinistre qui fit grincer ces derniers mots alors que la femme reprenait fermement les rênes de son cheval pour garder le cap à travers les ondulations molles du sable roux où son pas s'enfonçait péniblement. Il y eut encore quelques mètres à franchir, et puis, lentement, la caravane retrouva le tracé plus stable de la piste qu'ils avaient quittée un moment auparavant. Les roches derrière eux étendaient des ombres de plus en plus courtes à mesure que le soleil se hissait à son zénith et la chaleur croissait de plus en plus, mettant chacun à rude épreuve.

Sahar ne semblait pas en souffrir, pour sa part, et sa silhouette toute enroulée dans les épaisseurs de ses vêtements demeurait bien droite en selle, sans dévier de sa trajectoire obstinée. De loin en loin, Khéty et Asma allaient et venaient en reconnaissance, des outres passaient de main en main pour étancher la soif, et l'on poursuivait le chemin vers leur objectif du jour.

L'étape fut atteinte moins d'une heure plus tard, et ce fut avec un soulagement non feint que la caravane s'arrêta autour d'un puits qui émergeait au beau milieu de nulle part. Le contour d'une petite élévation de pierres sèches ponctuait une légère dépression dans le sable, et on aurait pu passer près de là sans même s'y arrêter : aux yeux néophytes, on ne voyait guère plus que cela. La troupe s'y rassembla pour s'y arrêter, et on mit pied à terre pour dresser des piquets et des tentes sommaires afin d'abriter les voyageurs fourbus, tandis que l'on donnait à boire aux bêtes et que l'on sortait quelques maigres provisions.

- Viens te reposer, lança Sahar en ménageant une place à l'ombre, près d'elle. Tu as du marcher bien long pour nous rejoindre, et même si je ne te vois guère fatiguée, tu devrais t'asseoir un peu. Une longue route nous attend encore.

L'espace était chiche, sous les toiles tendues entre les piquets. Déjà, quelques-uns s'étaient étendus pour s'assoupir, on prépara un peu de thé sur un petit foyer que Sahar fit jaillir en frottant ses doigts entre eux, et une timbale fumante fut offerte à Vittoria.

- Nous repartons sitôt que tout le monde a été correctement abreuvé, reprit Sahar en défaisant le voile qui lui masquait encore le visage.

Elle but quelques gorgées, profitant d'un moment de répit pour étendre ses jambes devant elle.

- Tu n'as pas l'air de souffrir autant que nous, observa-elle, non sans un brin de jalousie feinte.

- Les étrangers ont le cuir plus solide que tu le crois, lalla, fit remarquer une voix profonde, tout près d'elle.

Mahjid s'était assis près de sa maîtresse, occupé à masser ses pieds endoloris.

- Même si j'admet envier ton endurance, reprit le soldat en grimaçant un sourire douloureux.
Lalla Sahar

Feuille de personnage
Peuple: Humaine
Nationalité: Akkatonienne
Rang social: Citoyenne aisée
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2019
Localisation : Nephtys
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] EmptyMer 11 Sep - 20:08
La vampire acquiesça plusieurs fois aux réponses de la femme. Il était certain que jamais elle n’userait de ses capacités pour répandre le mal, et elle était sincère dans ses paroles. Même lorsque le sujet abordé fut la nécromancie ; Vittoria s’attendait à une réaction de cette catégorie. Déranger les os des morts était bien évidemment mal vu à leurs yeux et Vittoria donnait raison à la cheffe en affirmant ses dires de quelques mots simples.

Le détour menait à sa fin, et le chemin fréquenté par les caravanes était de nouveau sous leurs pas, plus sûr et moins épuisant à emprunter. Vittoria ne quitta pas pour autant sa place aux côtés de la chevaucheuse. Lorsque la gourde lui passa entre les mains, elle la tendit au suivant sans en boire une goutte, l’air de rien. Puis vient le moment où ces braves gens installèrent un campement provisoire.

Elle s’assied lorsqu’une place lui fut proposée. Bâton posé à sa droite, jambes croisées, elle releva son regard sur Sahar et profita de l’ombre créée par la tente pour dévoiler son visage, ôtant sa capuche. Ses longs cheveux noirs tombaient amplement sur ses épaules, avec simplicité et sans autre fantaisie que leur caractère lisse. Maintenant que l’ombre de la capuche n’était pas là pour assombrir ses couleurs, sa peau de porcelaine se dévoilait entièrement.

La vampire accepta volontiers le thé qui lui était offert, geste de base à accepter pour ne pas insulter la dirigeante en personne qui vous le propose, et en bu une petite gorgée après que cette dernière eut commencé. La femme au teint pâle releva son regard de soufre sur la femme en face d’elle, puis l’homme qui l’accompagnait. La moniale leur répondit avec une certaine gravité dans ses mots, bien qu’elle restait calme et polie dans ses paroles.

Je doute que le prix à payer pour avoir une telle endurance ne vous attire davantage. Et je ne parle même pas d’une souffrance similaire à celle de traverser un désert à pieds. C’est une souffrance bien plus cruelle, qui chaque jour vous rappelle votre malheur.

Puis, étirant un doux et très léger sourire sincère, elle ajouta.

Croyez moi, je suis certaine que vous vivrez infiniment plus heureux en traversant les déserts arides en famille que de ne plus rien ressentir, et être seule.

_________________

Chara design:
 


Crédits:
 
Vittoria Benedetti

Feuille de personnage
Peuple: Vampire
Nationalité: Aucune
Rang social: Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2018
Localisation : Empire Ikhyldien
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La caravane du désert [PV. Sahar] La caravane du désert [PV. Sahar] Empty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La caravane du désert [PV. Sahar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Esprit du Désert~Ecoute cette musique, cette belle rythmique, laisse toi guider, laisse toi emporter, sa y est, le piège s'est refermé
» Grammaire et conjugaison
» À quoi nous serre la gourde?
» Etudes d'Oroken
» Traversée du désert par Marade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orzian, engrenages et arcanes :: Orzian :: Terres conquises par Akkaton :: Routes, et désert-
Sauter vers: